Navigation – Plan du site
études et essais

Politique et démocratie au Togo

1993-1998 : de l’espoir à la désillusion
Alain Macé
p. 841-885

Résumés

De 1993 à 1998, le général-président E. G. Eyadéma expérimente de nouvelles techniques de pouvoir ayant pour objectif manifeste son maintien au sommet de l’État togolais. Bien qu’exerçant l’une et l’autre des pressions constantes, ni la population ni la communauté internationale ne parviennent à infléchir de manière définitive une situation née en 1967. Pareil immobilisme suggère, d’une part, d’examiner la méthode de la présidence et, d’autre part, de rechercher une expression de la politique au niveau du peuple. À travers cet exemple en tout point singulier, il s’agit de s’interroger sur ce que désigne la démocratie au sens le plus large du terme. Ici, l’enquête doit tenir compte d’un paramètre essentiel : le jeu auquel se livrent l’autorité et une écrasante majorité de la population avec les schémas ancestraux. Malgré l’intervention de divers membres de la communauté internationale afin d’influer sur le politique, il semblerait que le bras de fer risque de durer quelque temps encore si l’on en juge par la réélection du général-président le 1er juin 2003.

Haut de page

Texte intégral

1Le vent de liberté promis tôt ou tard à souffler sur certains pays de l’Afrique postcoloniale atteignit le Togo en 1990. De la sorte une timide « ouverture à la démocratie » fut-elle imposée à un régime réputé pour être parmi les plus autoritaires du continent. Toutefois, ni l’avènement du multipartisme ni les nombreux soulèvements populaires ne mirent un terme à une situation née en 1967. Si sur le terrain des libertés individuelles les Togolais remportèrent sans nul doute des victoires, en revanche sur ceux du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif ils échouèrent : de 1993 à 1998 le général-président Eyadéma fit de nouveau main basse sur les institutions, cela malgré le désaveu de la communauté internationale. Visiblement cette dernière n’avait donc pas non plus été entendue. Elle ne le sera pas davantage lors des consultations ultérieures à propos desquelles nous dirons quelques mots. De 1993 à 1998 le politique inaugure en effet de nouvelles techniques de pouvoir. L’élection présidentielle de juin 2003 attestera de pratiques désormais bien rodées.

2L’observation de la scène togolaise de cette époque nous interroge sur ce que peut recouvrir de façon générale une attente de démocratie. Elle suggère donc de se pencher aussi sur les rapports entre gouvernants et gouvernés, étant admis que rien ne prédispose les seconds à faire « défection » pour reprendre un terme d’A. O. Hirschman (1972 : 10-11). Prenons l’exemple des élections présidentielles. En 1993 la « défection » étant massive, le général-président conserva son fauteuil. Sans nul doute l’expression de la politique est-elle irréductible à la participation à une échéance périodique. Mais alors que penser de l’échec de 1998 malgré une forte mobilisation ? Car le verdict des urnes ne sera même pas prononcé, d’une part, et la colère qui suivit se mutera en un silence réprobateur, d’autre part. D’où une seconde question : si « la prise de parole » (Hirschman 1972 : 10-11) l’emporte sur la « défection », pourquoi une majorité de citoyens tolère-t-elle dans ce cas d’être muselée ? On le suppose, en 1998 comme en 1993, elle dispose d’alternatives à l’absence d’un projet fédérateur et le pouvoir en tient compte ; d’autant plus qu’il parvient à déjouer les pressions de la communauté internationale.

3Nous le verrons à partir d’un cas concret (celui des Éwé de la préfecture du Zio, les Tsévié), à bien des égards révélateur d’une situation globale, de très nombreux Togolais choisissent de limiter les contacts avec une autorité dont ils estiment qu’elle agit contre leurs intérêts. Semblable stratégie n’a rien de novatrice, puisqu’elle avait déjà été expérimentée dès l’époque précoloniale. Certains éléments du patrimoine culturel ont une fonction de support, et pour faire face à l’imprévu et pour rebondir, comme d’ordinaire dans les sociétés africaines confrontées à des crises (Balandier 1988 : 91-115). Il faut néanmoins bien l’observer, de nos jours, cette stratégie constitue plutôt un pis aller et, surtout, elle concourt indirectement à pérenniser le régime en lui laissant les coudées franches. En effet, ce dernier sait en tirer profit grâce à une méthode de gouvernement qui puise à la fois dans le registre de l’État républicain et dans celui de l’espace villageois. Précisons-le, depuis 1993 la référence au premier tient avant tout au souci de tromper une communauté internationale de plus en plus soupçonneuse. De la sorte un brouillage permanent du cadre de référence entretient l’équivoque, à seule fin de perpétuer un présidentialisme depuis longtemps érigé en dogme. La thèse de E. Adriaan B. van Rouveroy van Nieuwaal (2000) au sujet de la chefferie paraît ainsi extensible à la présidence : elle est une structure profondément ambivalente. De fait, ne risque-t-on pas de minimiser les motivations des acteurs ? Je le soutiendrai, au Togo le politique est certes ambivalent sur la forme mais il est ambigu sur le fond. L’objectif consistera par conséquent à rechercher un possible troisième terme à partir de l’analyse du jeu avec les références locales, et du côté de l’autorité et de celui du peuple.

L’art de l’esquive

4Nous procéderons en deux temps. Une première étape, brève, sera consacrée à un rappel des faits et à une analyse succincte des campagnes présidentielles de 1993 et de 1998. Une seconde, plus étoffée, elle, permettra de voir de quelle manière les Tsévié appréhendent une situation dont ils jugent, comme la plupart des Togolais, qu’elle demeure sans issue malgré leurs protestations. Ainsi pourra-t-on d’ores et déjà repérer les éléments sur lesquels s’appuie la résistance populaire.

5Les Tsévié ont très inégalement participé aux élections présidentielles d’août 1993 et à celles de juin 1998. D’une échéance à l’autre, le nombre de suffrages exprimés est passé de 3 3791 à 70 2352. On relève d’ailleurs une tendance identique à l’échelle du pays, y compris donc aussi dans la région de la Kara — le fief du général-président — où la participation a crû de 14,13 %. Dans le sud, dont la préfecture du Zio qui nous intéresse ici, la mobilisation peut être mise au compte des candidatures de deux poids lourds de la politique nationale : Gilchrist Olympio et Yaovi Agboyibo. Ces deux candidats attirèrent massivement les électeurs dans la Région maritime et dans celle des Plateaux, au point d’y devancer le général-président. La préfecture du Zio affirma sa préférence pour Gilchrist Olympio avec 56 043 suffrages contre 6 651 pour le candidat Eyadéma. Par conséquent, les Togolais choisirent d’exprimer haut et fort leur insatisfaction. Il semblerait qu’il ait fallu laver l’affront de 1993 puis, dans une moindre mesure, ceux de 1994 et de 1996 lors d’élections législatives à l’occasion desquelles le général-président usa de divers stratagèmes pour exercer sa mainmise sur le Parlement. Si en 1993 une abstention-record de 63,88 % (96,13 % dans le Zio) n’empêcha pas son retour avec 96,42 % des voix (89,88 % dans le Zio), en revanche le scrutin de 1998 était a priori ouvert, notamment grâce à une forte présence de l’opposition. Un taux de participation de 68,9 % en témoigne. Pourtant, l’issue de la bataille électorale prit un tour inattendu : le dépouillement du scrutin n’arriva pas à son terme et le candidat Eyadéma fut déclaré réélu au premier tour avec 52,13 % des suffrages. Semblable procédé souleva de rares protestations — vite réprimées — dans les centres urbains, mais de très loin bien timides comparées aux soulèvements du début des années 1990 ou à la grève générale de 1992-1993. En tout état de cause, elles n’infléchirent pas la décision du régime. Et, finalement, le peuple s’inclina devant des « résultats provisoires complets ».

6Revenons sur l’attitude des Tsévié. Comment expliquer leur abstention massive en 1993 puis leur renoncement à une issue claire du scrutin en 1998 ? Hormis les faiblesses de l’opposition, point sur lequel on reviendra, il faut bien alors supposer que, comme tant d’autres, ils détiennent à chaque fois les moyens d’ignorer le maintien du général-président à la charge suprême. De surcroît parviennent-ils de la sorte à exprimer indirectement leur désaveu sans engager une épreuve de force à l’issue toujours incertaine. A. O.  Hirschman (1972 : 48) le constate, la possibilité de « faire défection » peut constituer une entrave au plein développement de « la prise de parole », « l’action politique par excellence ». L’abstention massive de 1993 en est une première illustration. En l’espèce, il conviendrait plutôt de parler d’un boycottage car, rien n’interdit aux Tsévié — et, bien sûr aussi, à une écrasante majorité d’électeurs — de déposer un bulletin nul pour signifier leur mécontentement. Outre le fait qu’ils ne trouvent pas de candidats à la hauteur de leurs attentes — en l’occurrence K. Jacques Amouzou et Ifé Adani3 —, ce boycottage est l’arme de ceux qui ne voient pas l’intérêt de participer à ce qu’ils tiennent pour une mascarade : la présence de deux candidats n’ayant aucune chance de l’emporter signifiait, s’il en était besoin, une parodie de pluralité dont seule la communauté internationale pouvait à la rigueur se satisfaire — ce qui ne fut pas le cas au demeurant. Le scénario de 1998 diffère radicalement : les Tsévié eux aussi s’expriment, mais jusqu’à un certain point. Leur colère éclate, tout en gardant à l’esprit l’existence de solutions locales au cas où elle ne serait pas entendue. De son côté, l’autorité ne s’estime guère obligée de revoir sa position. Visiblement pour des motifs à l’évidence opposés, le pouvoir et les populations intègrent le paramètre de la « défection » et ses conséquences dans leurs rapports mutuels. Observons maintenant leur traduction dans la vie quotidienne des seconds.

7Dans leur immense majorité, les Tsévié font partie des 85 % de Togolais pour qui le travail de la terre est toujours le principal voire fréquemment l’unique moyen de subsistance. Si, ailleurs, dans certaines zones, les cultures vivrières cohabitent avec les cultures de rente afin de garantir les ressources alimentaires (Schwartz 1987 : 25-36), ici elles représentent la base même des ressources. Cette agriculture d’auto-subsistance répond à l’essentiel des nécessités de la vie courante. Sans aller jusqu’à parler d’autarcie, le cultivateur peut néanmoins, grâce à la vente de surplus, se passer, bien qu’avec difficulté, d’une quelconque aide de l’État ; une aide qu’il ignore d’autant plus qu’elle est le plus souvent inexistante. Au cas où la saison agricole n’est pas bonne, il se reporte vers une activité d’appoint — en général artisanale — ou il loue ses services comme travailleur journalier à une entreprise privée des alentours. Les Tsévié forment ainsi des communautés rurales relativement indépendantes en matière économique, une « paysannerie non-capturée » pour reprendre la formule de G. Hyden (1985). Cette liberté constitue un atout majeur lorsque le pays connaît des périodes de crise susceptibles de perturber les réseaux de distribution et, par suite, de compromettre la réponse aux besoins les plus élémentaires. On pense par exemple à la brutale dévaluation de la monnaie (50 %) le 11 janvier 1994. Il faut également retenir les phases de forte instabilité sociale. La grève de novembre 1992 à août 1993 montre à quel point cette indépendance est précieuse.

8Déclenchée par la confédération des syndicats indépendants et le Collectif de l’opposition démocratique (cod 2) afin de contraindre E. G. Eyadéma à remettre en jeu son mandat, la « grève générale illimitée » perturbe alors toute une frange de l’économie. Ce sont surtout le secteur industriel structuré et les prestataires de services qui en subissent les effets. Les campagnes, elles, poursuivent leurs activités agricoles ; a fortiori puisque cette année-là les pluies sont au rendez-vous. D’ailleurs, ce sont elles qui, grâce à leur potentiel, permettent l’approvisionnement des villes ou s’ouvrent à ceux qui n’ont plus les moyens d’y résider.

9Les zones rurales n’offrent pas uniquement une réponse sur le plan alimentaire, elles accueillent aussi des citadins pour qui elles deviennent synonymes de sécurité. Le phénomène est particulièrement visible au niveau de la capitale : à cause des brutalités du régime, du 30 janvier au 2 février 1993, des milliers de Loméens s’enfuient. Ceux qui ne choisissent pas de s’exiler au Ghana ou au Bénin se dirigent vers les campagnes où va jouer bon an mal an la solidarité lignagère. Ces exodes se poursuivent durant plusieurs mois. Lomé perd au bas mot 200 000 de ses habitants, sa réputation de capitale la plus sûre d’Afrique de l’Ouest ayant soudain volé en éclats (Gervais-Lambony 1994). À l’inverse de ce qu’on observe d’ordinaire dans nombre de pays secoués par des troubles sociopolitiques, ce sont ici les citadins qui abandonnent la ville ou des ruraux qui se gardent bien de s’y réfugier.

10La capacité de résistance des Tsévié englobe divers domaines dont celui de la sécurité des biens et des personnes n’est pas le moindre, la troupe hésitant à s’éloigner des points sensibles (aéroport, radio...). Sur un plan stratégique, elle permet de surseoir au refus de dialogue lorsque le pouvoir central répond à la protestation par la violence. C’est là un atout considérable, favorable à l’émergence d’une « prise de parole » et suggérant de fait à la partie adverse de préférer le compromis au blocage. Mais l’initiative populaire se heurte à son intransigeance. Par suite chacun campe sur ses positions ; jusqu’à la rupture définitive, les protagonistes se référant à leur grille d’interprétation respective : la présidence accuse des « saboteurs » de conduire le pays au désastre et la population accuse la présidence d’entretenir la terreur par le biais de l’armée. Deux analyses radicalement divergentes s’opposent.

11Les Tsévié disposent d’une large gamme d’indicateurs et de critères à partir desquels ils distinguent les attitudes favorables à la cohésion du groupe de celles qui la menacent. Des interdits spécifiques font l’objet d’une observation scrupuleuse, faute de quoi il en va de la survie de la communauté. De tous, le plus important concerne celui relatif à la violence qui, sous de multiples formes, annonce le chaos. S’abstenir de recourir à la force — en dehors des cas où elle trouve une justification sociale — signifie observer les préceptes hérités des ancêtres ; préceptes dont il est dit qu’ils leur furent transmis par Nyigblà, le vodu à qui les Éwé devraient, d’une part, les techniques au premier rang desquelles la métallurgie, et, d’autre part, les pluies fécondantes. Leur non-observation entraînerait la victoire de la bestialité. Une formule résume l’enjeu autour de cet interdit :

« On ne peut pas parler de village s’il n’y a pas de forge. C’est nécessaire pour avoir des outils, mais pas seulement. La forge c’est d’abord Nyigblà. Depuis le temps de nos ancêtres, c’est Nyigblà qui nous aide à avoir de bonnes récoltes et qui nous protège. » (Forgeron)

12Le message est limpide, à plus forte raison dans le contexte de la grève générale de 1993 : la permanence du groupe ne dépend en aucune façon de l’État. En d’autres termes, la continuité du lien social — concrétisé dans le « village » — repose sur un ensemble d’idées et de valeurs véhiculées à travers les schémas ancestraux. Et c’est dans la technique du fer qu’elles se cristallisent ici, faisant par conséquent de la forge bien davantage qu’un technopôle si l’on en croit cette autre formule :

« Si la forge disparaissait, des maladies, des malheurs et des crimes s’abattraient sur le village. » (Agriculteur)

13Le discours sur la violence dérive d’un propos sur le feu (dzo), élément central de la symbolique — primauté de la métallurgie oblige. Deux types de feu sont considérés : l’un relatif à l’agression physique et à la colère, l’autre à l’attaque sorcière. Le premier trouve à s’illustrer notamment à travers les brutalités auxquelles tout individu s’expose s’il s’élève contre le régime. Les Éwé parlent dans ce cas du feu de Gù, le vodu du fer, responsable des dommages corporels. Au regard des conceptions ancestrales, une agression de ce type a des suites dramatiques : soit la victime périt et elle se transforme alors en adela, esprit condamné à errer dans la brousse (de Surgy 1988 : 131), soit elle se voit condamnée à mourir lentement de l’attaque de Gù. Subir la violence policière signifie donc encourir le risque de suites redoutables. Manifestation du second type de feu, l’attaque sorcière (adze) n’est pas moins dangereuse. Parce qu’elle mobilise un feu magique, énergie invisible et sournoise, elle est même considérée comme davantage dévastatrice. Le sorcier (adzeto) établit des relations avec les puissances du désordre. Individu secret, il manipule de mauvais feux (dzo vo) afin de nuire. Ces feux se muent en esprits criminels qui, selon la volonté de leur utilisateur, ont la capacité de s’incarner dans des animaux le plus souvent nocturnes. L’idée de la manducation est omniprésente : on tue sa victime en dévorant son âme jusqu’à l’extinction de son souffle vital. La sorcellerie renvoie à une vision du monde et à une conception de la personne et des forces qui la traversent : énergie capricieuse symbolisant à cause de ce caractère le danger, le feu devient un agent de mort et de destruction dans les mains du manipulateur mal intentionné. Non seulement elle compromet l’ordre établi mais, pire, elle rappelle comme le note G. Balandier (1988 : 122), « la présence active d’un hasard aveugle et d’un désordre irréductible ».

14Pareille distinction de l’ordre et du désordre resurgit lors de la critique du régime. Sur le mode de la métaphore, on dit du général-président qu’il « mange » le pays. Il n’est pas rare parmi l’ensemble des sobriquets qui servent à le désigner depuis déjà de longues années (Toulabor 1992), de toujours entendre le titre de « grand-duc », un oiseau de nuit symbole de sorcellerie. Selon la grille de lecture locale, les fortes tensions dont souffre le pays sont, dans une très large mesure, imputables aux « mauvais feux » du général-président. Les accusations d’enrichissement personnel fusent dans l’intimité des cours familiales : « Le gars-là, il a touché ! » J-F. Bayart (1989 : 297) résume fort bien ce type d’attitude visant à conférer du sens à une situation où tout semble se jouer dans les coulisses du pouvoir : « C’est en définitive que la richesse est le signe potentiel d’un accord avec les forces du cosmos. Manifestation par nature équivoque. Elle dénonce aussi bien les agissements en sorcellerie, notamment quand l’enrichissement ne reçoit pas d’explication évidente et ne profite pas à autrui. » La fortune (supposée) inexplicable et l’absence de redistribution génèrent les rumeurs et elles les alimentent quand, au fil des années, la situation économique se dégrade. L’ensemble de ces approches à partir de la symbolique du feu nous livre également une indication précieuse sur les hiérarchies, domaine qui, se rapportant à la question de l’autorité, touche de fait celle de son exercice.

15Les accusations portées contre la présidence ne sont jamais que la translation de celles portées dans les lignages : on adresse au général-président un reproche identique à celui adressé par des cadets à des aînés qui se font tirer l’oreille pour assumer la totalité de leurs devoirs, au premier rang desquels la solidarité sur le double plan matériel et financier. Ce que relève P. Geschiere (1995 : 125-163) dans son analyse du politique au Cameroun vaut ici aussi : le chef de l’État doit se montrer généreux, tel le parent « bien placé » dans l’appareil politico-administratif ; ni plus ni moins qu’il fasse, à l’instar de l’aîné envers son lignage, bénéficier le peuple des avantages que son statut lui procure. Nous verrons que la présidence garde à l’esprit la vivacité de cet usage et qu’elle sait parfois l’entretenir. Soulignons dès à présent un point fondamental : la pauvreté endémique qui affecte le pays trahirait une action sorcière au plus haut niveau, la répression ne servant que la poursuite de la dite action.

16Procédant par analogie, les Tsévié n’admettent donc pas que le « père » de la nation soit aussi peu attentif à leurs préoccupations. On discerne ici une facette des rapports entre gouvernés et gouvernants. En milieu éwé, on justifie le rejet du régime autant à cause de sa brutalité — en faisant référence à Gù — qu’à cause de son « égoïsme » — en faisant cette fois-ci référence aux forces du Mal. La « défection » ou la « prise de parole » s’enracinent dans le cadre ancestral pour une majorité de Togolais. Grâce à la mobilisation de représentations collectives toujours d’actualité, parce que trouvant matière à perdurer, la « défection » se métamorphose en une esquive. Devant l’inflexibilité de l’exécutif, c’est l’option de la parade qui l’emporte. Il faut le souligner, dans le cas présent les schémas ancestraux font preuve d’une souplesse remarquable ; ils offrent le moyen de transformer une défaite (probable ou avérée) en victoire : en 1993 ils permettent le boycottage et en 1998 ils constituent une valeur-refuge. Sous cet angle, comme le note G. Balandier (1988 : 91-115) sur un plan très général, ils ne servent pas le conservatisme ; ils se montrent au contraire capables de faire face à l’imprévu. En revanche, sans l’entraver, ils peuvent rendre plus difficile l’aboutissement de la « prise de parole » puisqu’ils offrent une alternative à un éventuel échec. Afin de cerner plus précisément les causes et les conditions de la « défection » et de la « prise de parole », il nous faut au préalable nous arrêter sur le politique à l’échelon local.

Le politique au sens local

17Point fondamental, si la « défection » consiste à tourner le dos à l’État en actualisant certains domaines du patrimoine culturel, elle n’implique néanmoins pas une valorisation de la chefferie. Désormais, comme une écrasante majorité de leurs compatriotes, les Tsévié ne dirigent guère leurs attentes vers l’autorité locale. Nous le verrons dans le chapitre suivant, il faut voir dans ce phénomène la défiance dont cette institution souffre à cause de sa longue collaboration avec le régime. À y regarder de près, cette prise de distance tient pourtant déjà à sa singularité même ; au sud de manière générale, elle résulte d’âpres luttes à l’époque précoloniale (Gayibor 1997) et au nord elle découle fréquemment du fait colonial (Mamdani 1996). Il convient par conséquent de ne pas généraliser le cas des Tsévié à l’ensemble du pays. À travers une approche diachronique tenant compte des nuances régionales, l’objectif consistera à mieux saisir le sens des actuels mécanismes à l’œuvre dans les rapports entre les parties ; des mécanismes aujourd’hui répandus sur l’ensemble du pays et, paradoxalement, grâce auxquels les populations rurales conservent une marge de manœuvre appréciable. En effet, le chef gouverne avec l’aide d’un conseil de notables, mais il est explicitement prévu de pouvoir le soumettre, lui et personne d’autre, à la critique. Il est l’unique responsable des décisions prises puisque, les prenant en effet seul, il s’expose directement au jugement populaire.

18Les prérogatives du chef (fia au sud) consistent à protéger le « pays » des agressions extérieures, à en conduire les affaires dans l’intérêt de tous et à veiller à l’ordre public. Selon un schéma commun en Afrique (Terray 1988), des notables (tsami au sud) l’assistent en lui donnant leurs avis au cours de débats relatifs à l’intérêt général ou à des intérêts privés interférant avec celui-ci. Intermédiaires institutionnels entre les villageois et l’autorité, ils jouent le rôle de relais à la fois de la décision de cette dernière et des diverses doléances, collectives ou individuelles. S’ils se trouvent devant une situation exceptionnelle (homicide, vol...), ils doivent informer la chefferie qui demeure la grande responsable de l’ordre public. Dans ce cas précis, l’exposé des faits ou de la requête — un particulier peut s’adresser directement au chef — intervient devant le tribunal coutumier réunissant, outre le chef seul habilité à présider et à trancher, les notables de chaque quartier. Le politique recouvre ainsi des domaines variés, du respect des règles de la vie courante (hygiène, sécurité, travaux collectifs...) à la justice, sans oublier l’organisation de festivités et de rituels destinés à réaffirmer le lien communautaire. Une très forte réciprocité caractérise par conséquent les rapports entre la population et sa direction. Si la première sollicite les compétences de la seconde, en retour cette dernière exige d’être entendue. De la bonne intégration par les deux parties de la règle du jeu dépend la cohésion du groupe et par suite sa stabilité. Que l’une y renonce et le désordre ravageur s’immisce petit à petit. On doit effectivement retenir aussi une toujours possible défaillance de l’autorité : favoritisme, autoritarisme... Cela conduit à se pencher sur la recevabilité des actes du pouvoir local.

19Comme tout un chacun le chef est faillible. Contrairement à une idée très répandue — à propos des Éwé et de l’Afrique, voire de l’ensemble des « primitifs » —, la responsabilité individuelle ne se limite pas à se placer sous de bonnes ou de mauvaises influences. L’invisible vient uniquement en appui, afin de « garantir », espère-t-on, le succès d’une entreprise. Il y a toutefois des cas de figure où une force surnaturelle (un vodu en pays éwé) pousse l’individu à dévoiler ses funestes projets. La volition est donc première ; elle est au principe de l’action. On tient l’individu pour responsable sinon toujours de ses actes du moins de ses choix initiaux avec lesquels ils sont mis en rapport. L’idée prévaut que, d’une quelconque manière, tôt ou tard la faute connaît une juste sanction du fait du jugement des hommes ou de celui des dieux. Quelles que puissent être les protections disponibles, personne n’échappe à la justice ; y compris donc le chef. Chez les Tsévié, on le lui signifie sans détour le jour de son intronisation : les villageois lui intiment de les gouverner avec équité, sous peine de le déconsidérer. À l’inverse, le chef promet d’agir dans le sens de l’intérêt général et exige de tous fidélité et obéissance. Les deux parties concluent un pacte. Chacune garde à l’esprit qu’un engagement solennel — sur l’honneur — reste soumis à de multiples aléas. Cela explique le rite d’échange de menaces de rétorsions magiques ou spirituelles de part et d’autre (atamkaka) au cours de l’intronisation (de Surgy 1989 : 133-143). Si les termes du pacte n’ont manifestement pas le caractère d’un serment, en revanche il faut bien y reconnaître le souci commun d’établir une contrainte forte à partir des responsabilités respectives. Et c’est sur la base de ces exigences réciproques que naît la dynamique des rapports autour de l’exercice du pouvoir ; ce qu’on retrouve aussi au nord sur des bases culturelles propres à chaque groupe, même si, nous l’avons dit, l’ancrage historique des usages peut être faible. Chaque partie engage l’autre à respecter les termes du pacte lui revenant et s’accorde, de la sorte, la possibilité de se désengager en cas de rupture. Un chef fera valoir l’incivisme et l’indiscipline de ses administrés pour justifier ses échecs, voire masquer son incompétence ; ces derniers mettront en avant, eux, sa partialité et divers abus de pouvoir pour lui désobéir. Apparaissent ici les conditions propices à la « prise de parole » et à la « défection ».

20Au chef d’exercer le pouvoir, à la population de l’infléchir si nécessaire. Les mécontents ont le choix entre la « prise de parole » et la « défection ». Bien que le chef ne soit pas destituable (au nord comme au sud), son intérêt lui dicte néanmoins de faire preuve de souplesse ; une attitude difficile à adopter depuis la colonisation. À l’époque précoloniale, lorsqu’il existait une chefferie, ceux dont les protestations se situaient en marge de l’intérêt général pouvaient toujours partir. Ils s’installaient dans d’autres localités ou ils créaient de nouveaux foyers de peuplement. Indépendamment des raisons qui la motiveraient, aujourd’hui, cette seconde forme de « défection » n’a plus cours : la fondation de nouvelles unités villageoises est devenue impossible, au moins à cause du contrôle de l’État sur l’aménagement du territoire. En revanche, la première reste d’actualité. Très souvent le choix se porte sur la ville — avec toutes les difficultés d’une telle entreprise en période de crise — plutôt que sur un autre village — à cause de multiples facteurs dont en premier lieu la raréfaction des terres agricoles. Ce sont surtout des jeunes qui adoptent ce type de « défection » ; les plus enclins grâce à leur position de cadets à vouloir se libérer de la pesanteur des hiérarchies locales. Le phénomène ne cesse de s’accentuer depuis la période coloniale, la scolarisation ayant placé, ici comme ailleurs, l’individu en porte-à-faux vis-à-vis de sa communauté d’origine par une valorisation de l’individualisme (Balandier 1986 : 271-231). La « défection » ou la « prise de parole » de cette partie de la jeunesse se situe dorénavant vis-à-vis du politique à l’échelon national. De nos jours, les mécontents qui restent au village éprouvent des difficultés à faire aboutir leur « prise de parole » et, par suite, leur « défection » s’exprime nécessairement sous une autre forme. À défaut de se concrétiser à travers la fuite, elle passe alors par un jeu sur les différents types de contre-pouvoirs déjà existants et susceptibles d’être développés. On assiste ainsi à une réflexion sur le politique. Afin d’en saisir les diverses subtilités, il convient d’exposer ce sur quoi repose la légitimité de la chefferie au sens local. Observons tout d’abord la situation chez les Tsévié, représentative de la moitié sud du pays.

21Qui peut prétendre gouverner le village ? En théorie, la réponse est simple : est chef celui qui descend en ligne patrilinéaire du fondateur, pour peu qu’il soit déclaré apte (physiquement et intellectuellement) et après accord de l’esprit tutélaire (tro) de son lignage. La réalité est sensiblement différente depuis la colonisation. Nous y reviendrons, les exigences du colonisateur ont parfois bouleversé cette règle au point de pousser des ayant-droit à fuir (Pauvert 1960). Dès lors, certains titulaires de la charge ne se comptent plus parmi les descendants en ligne directe des fondateurs. Mais là ne réside pas l’essentiel. Quel que soit le cas de figure, le chef ne détient aucun pouvoir spirituel reconnu par l’ensemble de la communauté villageoise. L’esprit ancestral (tro) auquel il se réfère ne vaut que pour lui-même et pour les siens. Toutefois, il entretient des relations privilégiées avec les esprits du sol. Ils lui sont d’autant plus accessibles et favorables — pour le plus grand bénéfice de tous — qu’il descend de l’aïeul qui, le premier, établit le contact avec eux ; contact d’ailleurs rappelé chaque année à l’occasion de rituels où il apparaît que Nyigblà, lui aussi recevant des offrandes à cette occasion, occupe le sommet du panthéon, juste au-dessous du Créateur (Mawu). La précision est importante puisqu’elle indique sous un autre angle, en l’occurrence celui des rites agraires, que l’attachement du groupe au terroir est subordonné à sa relation au plus grand des vodu, Nyigblà. Effectivement, sans les pluies la terre demeure inexorablement stérile. Cela explique le départ des mécontents du pouvoir pendant la période précoloniale, le désordre ayant toujours, dit-on encore aujourd’hui, une incidence fâcheuse sur les récoltes. La pérennité du groupe tient donc moins aux relations du chef avec les esprits du sol, qu’à l’observation des règles de la vie en société auxquelles Nyigblà est sensible et dont le chef est a priori le garant. Ne pouvant pas se prévaloir d’une relation privilégiée avec le premier des vodu, l’assise du pouvoir souffre de fait d’une certaine fragilité, ce qui favorise la critique populaire.

22Même s’il épouse au plus près les prescriptions de la coutume, l’actuel mode de désignation du chef diffère néanmoins de celui ayant eu cours jusqu’au xviie siècle à Notse. Sous le règne du roi Agokoli, encore réunis en une cité-État, les Éwé vivent une crise politique dont le souvenir subsiste dans la mémoire collective. La tradition orale véhicule le souvenir d’un dirigeant tyrannique. Sa volonté d’adjoindre le pouvoir temporel à son pouvoir spirituel le conduit à ôter à ses ministres le gouvernement de la cité (Gayibor 1997 : 179). La fronde populaire qui suit ne parvient pourtant pas à aboutir dans l’immédiat. En butte à l’intransigeance du monarque, plusieurs clans choisissent la fuite et se dispersent sur le territoire que nous leur connaissons depuis lors (l’espace compris entre la Volta et une quinzaine de kilomètres à l’ouest du Mono). De la sorte les Éwé ne reconstitueront plus jamais un État centralisé — d’où cette idée tenace d’une population « hostile » à toute forme d’État. La « prise de parole » contre la dérive autocratique aboutit à une refonte du politique. À Notse, deux réformes vont avoir pour but de faire circuler le pouvoir entre les différents quartiers. Leurs succès sont très relatifs comparés à celui de la réforme entreprise par le gros de la population parti fonder de nouvelles localités (Gayibor 1997 : 184). Désormais le chef ne peut plus se prévaloir du prestigieux titre d’Anyigbafià, titre supposant un pouvoir essentiellement spirituel, attaché au culte de Nyigblà et dont Agokoli n’avait pas voulu se contenter. Ainsi les Éwé se prémunissent-ils du risque de subir à nouveau un mode de gouvernement qui, afin d’interdire la critique, rapporte ses décisions à l’ancrage de sa légitimité dans la sphère du divin. L’expression de la « prise de parole » redevient envisageable.

23De la réforme postérieure à Notse, il faut retenir deux points fondamentaux : le débat redevient possible et désormais le chef gouverne. De fait celui-ci n’est plus le dépositaire de l’éthique collective, puisqu’il ne peut plus revendiquer le titre d’Anyigbafia qui faisait de ses prédécesseurs des grands prêtres de Nyigblà. Cette prérogative revient aux prêtres de rang subalterne et, surtout, aux forgerons qui, aussi loin que l’indiquent les traditions orales, la détiennent de leurs homologues alù, forgerons de Tado, les premiers détenteurs du secret des pluies. La provocation de ces dernières étant subordonnée à des rituels à destination de Nyigblà et à l’observation par le groupe d’attitudes respectueuses de l’ordre, le pouvoir du chef consiste donc à favoriser l’harmonie au sein de la collectivité. S’il faillit à sa mission, le groupe le rend responsable des dysfonctionnements qui empoisonnent son quotidien. Pire, s’il s’avère que le désordre est dû à sa partialité, c’est dans ce cas son refus des règles qui est souligné. Comme partout, le politique interfère avec l’éthique. Ici son rappel revient de droit aux forgerons. Le pouvoir se trouve par conséquent sous la double surveillance du groupe et des artisans du fer. Un adage confirme le droit de regard de ces derniers :

« Le chef s’assoit sur les genoux du forgeron. » (Forgeron)

24L’importance de la forge dépasse de très loin sa fonction de pôle industriel. D’où la singularité du politique en pays éwé et de façon générale au sud : un chef non destituable en vertu d’un principe d’antériorité (les premiers liens établis avec le sol) et cependant exposé à la critique, ses actes étant jugés à l’aune d’idées et de valeurs rapportées à la sphère du spirituel dont il ne peut pas se prévaloir de l’appui pour gouverner. Ce subtil équilibre qui limite ainsi les risques de retour à l’autocratie a été compromis avec la colonisation, dans la mesure où le chef peut désormais se prévaloir de la tutelle de l’État pour justifier ses décisions. La poursuite de la « prise de parole » est devenue plus difficile et c’est plutôt la recherche de contre-pouvoirs qui l’emporte. Bien que très dangereuse à manipuler — à cause des risques de « retour » —, la sorcellerie peut servir de canal à la protestation. Mais socialement réprouvée — l’usage veut qu’on chasse les sorciers — et toujours le fait d’individus qui agissent en leur nom et dans l’ombre, elle prend plutôt le caractère d’une vengeance personnelle. Nyigblà constitue, lui, une forme de contre-pouvoir sans lequel il ne pourrait pas y avoir de « défection » à « l’interne ». On s’adresse au plus grand des vodu afin qu’il considère les attentes que l’autorité temporelle néglige. Des personnages comme les forgerons et les prêtres de Nyigblà voient leur prestige et leur audience croître sensiblement en période de crise : on se tourne vers eux pour prendre conseil, résoudre un problème ou affronter une difficulté. Ils deviennent des interlocuteurs privilégiés.

25Au nord, l’ancrage historique des chefferies étant souvent bien moins ancien et, surtout, ayant été réalisé dans des circonstances radicalement différentes, la défiance à leur égard repose sur d’autres bases. La cause principale en revient à la colonisation française qui imposa des chefs partout où il n’y en avait pas auparavant. Au motif que chaque « tribu » devait être considérée comme une unité distincte et donc sous l’autorité d’un chef, plusieurs sociétés dont les sociétés acéphales (par exemple les Kabiyê) durent du jour au lendemain composer avec un pouvoir politique prévu pour servir les intérêts du seul colonisateur (Mamdani 1996 : 72-79). Trois cas de figure se présentèrent à l’administration : soumettre la population à une chefferie voisine, convertir les chefs religieux en chefs administratifs ou encore faire d’un homme du village un chef (ibid. : 80-81). Si certains groupes purent à la faveur de ces mesures échapper à un voisinage brutal et ainsi vivre en paix, d’autres connurent en revanche de véritables bouleversements de leurs institutions. L’installation d’un « despotisme décentralisé », pour reprendre la formule de M. Mamdani (1996 : 52-61), permit certes à l’administration coloniale de compenser son manque d’effectifs et de rester à l’arrière-plan pour tirer les ficelles mais, en retour, les prérogatives qu’elle octroyait en matière fiscale, d’état civil, de police... générèrent un véritable clientélisme à l’origine de tensions d’un genre nouveau : sans surprise, des chefs abusèrent de leur position pour conduire leurs propres affaires, quitte à surtaxer la paysannerie et à la faire travailler sur leurs plantations.

26Au lieu d’apaiser les tensions, les réformes intervenues après 1945 les attisèrent : l’idée d’incorporer la classe moyenne indigène par voie électorale avait pour but de maintenir en place l’autorité des chefs sur les paysans, provoquant ainsi le passage d’un « despotisme décentralisé » à un « despotisme centralisé » (Mamdani 1996 : 102-108) — une mesure dont bien plus tard E. G. Eyadéma sut tirer profit pour se constituer un cercle de « barons ». Une résistance s’organisa contre la réforme coloniale, avec à sa tête les chefs de clans souvent opposés aux idéologues nouveaux venus poussés par le colonisateur. Cette résistance était en fait limitée à la restauration de l’indépendance du clan, du groupe ou de l’unité de peuplement ; autant de structures au sein desquelles s’inscrivait le politique à l’époque précoloniale. On la retrouve désormais sous une forme actualisée, le chef n’étant plus perçu comme l’auxiliaire voire l’allié du colonisateur mais comme un véritable suppôt du régime. Les stratégies de contournement reposent sur des dynamiques lignagères ou claniques à défaut de pouvoir s’opposer de manière directe aux autorités locales.

27Le phénomène observé chez les Tsévié est par conséquent symptomatique d’un phénomène plus large affectant sous des formes variables l’ensemble de la société togolaise. Il dévoile une crise profonde de l’autorité dont celle qui affecte la chefferie ne représente qu’une facette. Les reproches adressés aux aînés, aux chefs et à l’État portent sur la question de la réciprocité. À quelque degré qu’ils se situent dans la hiérarchie, les détenteurs d’un pouvoir sont accusés de ne plus satisfaire les devoirs de leurs charges ; bref d’abuser de leurs positions pour assouvir des ambitions personnelles. L’exemple du sud n’est pas unique, même si les tensions y sont plus vives. En pays éwé, la défiance à l’égard de l’autorité coutumière s’accentue du fait que la légitimité que lui confère l’État compense la faiblesse de celle qu’elle ne peut pas enraciner dans la sphère du divin. De là les références à Nyigblà, l’esprit en quelque sorte « protecteur » de ceux soucieux de maintenir la cohésion du groupe. Quant au nord, la chefferie s’y attire d’autant plus le soupçon qu’elle doit sa légitimité à un État n’ayant pas jugé opportun de revenir sur les bases jetées par l’administration coloniale. Ce sont par conséquent les représentations et les valeurs véhiculées par le lignage ou le clan qui servent de référence pour la contestation. On assiste bien à une actualisation de certains schémas ancestraux. Et cette entreprise constitue d’autant plus un défi que la chefferie tente une fois encore de jouer sa propre carte. Il convient cependant de s’interroger davantage sur son attitude.

Qui servir ?

28Au Togo la chefferie a ceci de particulier qu’elle doit d’abord tenir le rôle d’un outil au service du pouvoir central. Extérieure à l’appareil d’État, mais pourtant, d’une certaine manière, assimilable à l’un de ses prolongements, elle est son alliée obligée et sa concurrente directe. Bien qu’elle s’y sache soumise, elle n’ignore pas que, sans son appui, celui-ci n’aurait pas le moindre impact sur la population. Quasi organique, cette dépendance mutuelle est comparée par E. A. B. van Rouveroy van Nieuwaal (2000 : 81-114) à « un jeu à somme nulle », « sans gagnant ni perdant ». Du point de vue populaire, pareille situation représente davantage une menace qu’un gage de quiétude et de prospérité. On veut y voir la principale cause de nombreux maux (contraintes brutales, excès en tous genres, ignorance des problèmes locaux...), bref la principale source du désordre — la « pagaille » — dont la presse se fait régulièrement l’écho4.

29Au moment où la « défection » à l’égard du pouvoir central atteint des sommets, le retour vers les valeurs locales devrait en toute logique inclure un rapprochement vers l’autorité coutumière. Or les relations entre cette dernière et la population souffrent d’une méfiance réciproque, d’ailleurs historiquement repérable au nord comme au sud. C’est donc sous un autre angle, complémentaire du précédent, qu’il convient de s’interroger à propos de la désaffection dont les dirigeants locaux font l’objet. La relation État-chefferie n’est guère davantage harmonieuse. Emprunte autant de séduction que de menaces silencieuses, elle repose sur un échange de services, étant toutefois entendu que, au nom de la souveraineté de l’État, le pouvoir central s’arroge le droit d’avoir le dernier mot. Le maintien d’un équilibre précaire n’est pas sans rejaillir sur le quotidien des communautés villageoises. Un chef soumis bénéficie de l’appui de l’administration et, a priori, ses sujets en bénéficient à leur tour. Mais une telle situation relève souvent de la théorie : d’une part, les aides au développement sont rares et, d’autre part, elles demeurent subordonnées à l’adhésion préalable des populations aux thèses du régime. Il est clair que le Sud manifestant trop peu de sympathie pour celui-ci, il en subit le premier la sanction. Parfois davantage enclin au compromis, le Nord peut espérer s’attirer ses faveurs. Les résultats aux élections le confirment, les efforts des chefs pour relayer le discours officiel ne portent dorénavant guère de fruits — y compris dans de nombreuses localités autrefois fidèles à la présidence. Par suite, le pouvoir coutumier s’emploie à minimiser sa responsabilité, voire à la dégager en exprimant sa loyauté (feinte ou réelle) à travers son adhésion aux idéaux de l’ex-parti unique (le rpt, Rassemblement du peuple togolais). D’où une série de reproches des populations rurales qui voient là une trahison, concrétisée par une absence de réponses face aux difficultés d’ordre sanitaire, éducatif, administratif... auxquelles elles se heurtent.

30D’après E. A. B. van Rouveroy van Nieuwaal (2000 : 173-194), le chef est prisonnier de son statut. Prenons garde néanmoins à ne pas faire de la question du statut l’alpha et l’oméga de toute analyse. Ne minimisons pas l’ambition qui ne parvient pas à se réaliser, car le chef entend bien renforcer son autorité. Lors du soulèvement populaire des années 1990-1991, un profond malaise s’empare de la chefferie : elle ne sait pas si elle doit rester fidèle au régime ou pencher du côté de la population. Au moment où le général-président s’attire ouvertement les foudres des Togolais, son silence traduit un embarras croissant. De tous les chefs, seul Togbui Kpelly iii ose s’exprimer. Il dénonce la collusion, selon lui voulue par la présidence, entre l’autorité coutumière et l’État. Et d’avancer deux arguments afin de justifier le mutisme de ses pairs :

31« C’est le régime d’Eyadéma qui a complètement réduit à néant la chefferie. [...] Vous savez bien que l’on ne peut jamais insulter le lion en étant encore dans ses griffes »5.

32Semblables propos accusent ouvertement l’État d’avoir corrompu l’institution coutumière ; d’avoir terni son blason. Elle est présentée comme une victime. Il ne faut pourtant pas se laisser abuser par la métaphore. C’est aller un peu vite en besogne d’oublier que la « victime » caresse toujours l’espoir de récolter les fruits de sa collaboration. La mémoire des chefs est manifestement sélective. Mais n’anticipons pas et suivons dans un premier temps la piste de réflexion que nous suggère Togbui Kpelly iii. Il aborde un point sensible : la dépendance de la chefferie. Sur le plan institutionnel, elle se trouve effectivement en porte-à-faux. Certes, il revient aux populations de choisir leurs chefs — par le jeu de la coutume au sud et parfois par le biais d’élections au nord — mais, ce choix doit être soumis à l’aval du ministre de l’Intérieur. Quant aux chefs de cantons et aux chefs supérieurs, responsables respectivement de plusieurs villages et d’un groupe ethnique, leurs nominations dépendent exclusivement d’un décret présidentiel. Le régime exerce ainsi d’importantes prérogatives, d’autant plus qu’il s’arroge aussi le droit de prononcer d’éventuelles destitutions — une pratique, rappelons-le, inimaginable d’après la coutume du Sud. Cette imbrication de deux droits distincts, l’un axé sur des usages ancestraux — ce qui n’est pas toujours exact au nord — et l’autre sur les règles de la République, stigmatise l’ambivalence de la chefferie : elle est à la fois la gardienne de la coutume et une auxiliaire de l’État. Il serait cependant inexact d’imputer ce montage juridique à la présidence.

33La nomination des chefs remonte à l’époque où l’administration coloniale se soucie d’asseoir son autorité, voire d’influer sur la coutume afin d’amener les Togolais à ses vues (Schuerkens 1992 : 213-229, 1994). Ainsi, la pratique n’est pas nouvelle, et l’un des principaux reproches adressés au régime concerne justement l’entretien de cette survivance d’un passé révolu. Au sud, c’est le colonisateur allemand qui le premier instrumentalise la chefferie. Il fixe le cadre en regroupant les villages en districts et en nommant des chefs à leur tête (Knoll : 1978). D’où le sobriquet peu flatteur de « yovofia » (« Chef pour les Blancs ») dont héritent ceux qui, soit se plient au diktat colonial, soit y adhèrent ouvertement. Aux contraintes viennent s’ajouter malgré tout de petits avantages, perçus autant comme des marques de prestige que comme des moyens d’acquérir un surplus d’autorité : un garde, l’intéressement sur l’impôt collecté (3 % pour un chef supérieur et 1 % pour un chef de village), de nouvelles prérogatives en matière judiciaire... De la sorte, la mise en place d’une réciprocité de services amorce une longue période de compromission. L’autorité coutumière subit un très grave préjudice en termes de respectabilité. De nombreuses correspondances entre des yovofia et l’administration relatent des refus d’obéissance, des vexations... Quelle que soit la base sur laquelle repose leur légitimité, les chefs se heurtent à l’hostilité de leurs concitoyens. Par ailleurs, assumer une telle fonction n’est pas sans risque, l’administration pouvant prononcer leur destitution si ses attentes ne sont pas satisfaites et si, de surcroît, elle prête l’oreille à des propos diffamatoires. Les signes d’allégeance ne sauraient suffire ; preuve en est, cette correspondance du chef de Gapé (village au nord de Tsévié) au Commandant de Cercle, tenu par lui pour son « père », son « pasteur » :

« Ce qui me donne du cœur, c’est que je ne suis point élu par les Noirs, mais plutôt par les Blancs. Aussi n’oserais-je pas croire qu’aucun Noir tente et réussisse à me détrôner. [...] Maintenant, apprenez que ces gens sont des chefs fétiches, c’est-à-dire que leurs fétiches n’aiment pas qu’ils soient exclus par les Blancs. [...] S’il ne pleut pas, nous allions chez ces chefs fétiches qui priaient pour nous afin qu’il pleuve »6.

34Ces quelques lignes illustrent la difficulté d’être chef. Elle prend sans doute ici un caractère aigu puisque le titulaire de la charge est un pur produit de l’administration, un vrai yovofia. La situation d’un chef authentique n’est guère plus enviable. Astreint de la même façon à une attitude loyale, sa marge de manœuvre demeure étroite. Et dans chaque cas de figure, il se trouve pris entre l’aspiration populaire et les desiderata du pouvoir colonial. Une inévitable perte de confiance s’en suit, au point de voir les communautés villageoises se tourner vers les « chefs fétiches » ; personnages dont on a vu qu’ils désignent des prêtres et surtout des forgerons de Nyigblà, responsables des pluies.

35On prend ses distances avec un pouvoir local à l’évidence compromis. Ce type de « défection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène récent. L’actuelle ambivalence de l’autorité coutumière est le fruit d’une histoire déjà longue. Voyons maintenant de quelle manière cette ambivalence a fait naître des espoirs.

36La création de chefferies « sur mesure » perturbe diversement les équilibres locaux. Dans les sociétés acéphales, elle permet de générer un véritable clientélisme. Prenons au Nord l’exemple du pays kabyê. Le pouvoir politique y est d’ordinaire distribué entre les guerriers-défenseurs (kondona) et l’assemblée des anciens (sosa), les premiers assurant les opérations de défense et la seconde la gestion des affaires intérieures (Verdier 1982 : 117-118). Afin d’avoir un seul interlocuteur par village, les Français imposent des chefs — ce dont les Allemands s’étaient abstenus, ayant décidé de porter leurs efforts sur la zone méridionale. Dès lors l’exercice du pouvoir politique devient le théâtre de luttes intestines ; ce qui a pour effet d’attiser les tensions et de favoriser les intrigues. Dès la colonisation allemande, la mainmise administrative prend une autre résonance au Sud. Forte de sa longue pratique, la population n’admet pas de devoir soumettre la désignation de ses dirigeants à l’approbation d’une autorité extérieure et, de plus, de les savoir soumis à une éventuelle destitution — si bien sûr ils gouvernent dans le sens de la coutume. Dans l’ensemble du pays, ces mesures engendrent ainsi un climat de suspicion. Et ce n’est pas l’octroi de petits avantages ou de privilèges qui risquent d’apaiser les esprits. Bien au contraire, ils accréditent la thèse de la complicité.

37Avec l’indépendance naît l’espoir d’une clarification, tant du point de vue du peuple que de celui des chefs. Le premier est déçu : le jeune État n’envisage pas de revenir sur l’héritage colonial. En revanche, les seconds voient d’un assez bon œil le maintien du système antérieur. L’État leur délègue même de nouvelles tâches administratives subalternes. Toujours responsables de plusieurs villages, les chefs de cantons acquièrent, eux, une compétence supplémentaire, en l’occurrence dans le domaine pénal. Reste la délicate question du statut, à savoir l’éventuelle intégration de la chefferie dans l’appareil d’État — autrement dit l’entrée du chef dans la fonction publique. C’est la grande aspiration des responsables locaux. Ce que le colonisateur ne pouvait pas leur offrir, l’État togolais, lui, le peut. La mesure serait d’autant plus la bienvenue que la légitimité de beaucoup d’entre eux est sujette à caution. Quel sens donner au titre de « Chef traditionnel » si, d’une part, la nomination du dit chef dépend du pouvoir central et si, d’autre part, il est destituable ? Mais la résolution du problème suppose que, désormais libre de la tutelle de la France, le législateur revienne sur sa décision de 1959. Au cours de la transition vers l’indépendance, il n’avait pas suivi la réforme qui visait à faire disparaître petit à petit le pouvoir coutumier. À cause de la trop forte politisation de celui-ci, il avait choisi de peaufiner le système existant ; ce qui eut pour effet de préciser les motifs de la destitution et d’instaurer la désignation des chefs par la consultation populaire là où la coutume ne prévoyait pas d’en désigner, comme par exemple chez les Kabyê. Cette dernière décision sera lourde de conséquences par la suite. Il faut donc que le jeune État revienne sur son engagement de 1959 ; ce à quoi il ne songe pas un seul instant. D’une certaine façon, il aggrave le clivage envenimant les relations intra-communautaires. Ce sera à la faveur d’un hasard de l’histoire que, quelques années plus tard, les chefs vont se prendre de nouveau à espérer.

38Lorsque le lieutenant-colonel Eyadéma s’empare du pouvoir le 13 janvier 1967, il s’empresse de suspendre la Constitution puis de dissoudre le Parlement dans la foulée. De la sorte, le nouvel homme fort du pays cumule le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif à l’instar de n’importe quel chef de village. À aucun moment les chefs traditionnels, représentants immédiats des populations, ne s’émeuvent. Ils ne s’émeuvent pas davantage de voir disparaître les libertés individuelles. Au départ, ils se montrent pourtant hostiles à la création d’un parti unique... avant de se raviser en 1969. Ce revirement trahit un calcul : formant désormais l’interface entre le régime et le peuple, ils aspirent en toute logique à devenir des acteurs à part entière de la vie publique nationale. L’enjeu est considérable : la possibilité se profile de détenir un pouvoir fort. Pas un chef du Sud ne renoncerait à une éventuelle proposition qui, d’une part, le confirmerait au poste de gouvernant à vie — ce qui est conforme à la coutume — et qui, d’autre part, lui permettrait de se prévaloir de son appartenance à l’appareil d’État pour justifier ses décisions — quitte cette fois-ci à bousculer la coutume. Quant à un chef du Nord, il serait gagnant de bout en bout puisque sa situation souffre souvent d’une totale absence d’assise coutumière. Et surtout, la menace de destitution n’aurait plus lieu d’être, même s’il ne faut jamais exclure celle de la révocation. Dernier point, un statut sans équivoque entraînerait aussi le versement d’un salaire, l’exercice de la charge ne faisant l’objet d’aucune reconnaissance financière ; la justice est a priori gratuite, même s’il est envisageable de réclamer une compensation pour les frais occasionnés — d’où parfois des abus, malgré l’existence d’un barème dont, au demeurant, les pouvoirs publics ne se soucient guère du respect. On comprend mieux dès lors pourquoi les chefs s’efforcent de ménager le régime.

39La chefferie opte pour le loyalisme, au point de constituer une des « ailes marchantes » du régime sous la houlette du parti unique (le rpt) à partir de 1987. Sa fidélité franchit ainsi un pas supplémentaire dans la soumission, avec toujours le secret espoir d’en récolter les dividendes. Mais depuis 1967 la présidence s’inquiète sans cesse du risque de voir naître un facteur de pouvoir indépendant. Il lui semble de très loin préférable de la circonscrire à son rôle d’instrument. Elle veille donc à maintenir en vigueur le principe selon lequel, un chef ne peut pas être un agent de l’État et si un agent de l’État devient chef, son administration d’origine le place alors en position de détachement. « L’ouverture à la démocratie » initiée en 1990-1991 ne va rien changer. L’article 143 de la nouvelle Constitution (1992-IVe République) le stipule, « L’État togolais reconnaît la chefferie traditionnelle » ; timide avancée d’une reconnaissance par la loi, d’une portée toutefois nulle dans la mesure où elle n’est pas suivie d’une loi organique. En 1998, la chefferie traditionnelle est encore régie par l’arrêté de 1949 partiellement abrogé par le décret de 1959. Elle n’a par conséquent rien obtenu de concret en l’espace de trente ans. Pourtant — et là n’est pas le moindre des paradoxes — elle peut trouver un intérêt à ce blocagvues son « pasteur » :

ofs par la oenyie pusieurs viù epan class=ce dut deon pouvanenance à lt à r ils ésion ss de la destitu naît achg un pouosmall-caNorité. Louèytionisa façon,epan clanommanefferiseconds votant voir naîtcoloniale se soucs les a Volta et une quin rpt) 4a de touTv clcolonieproches res="fovisn changer. L’arnsemble-IVe les e ou pen : Lurer la désignatio la coiscaleturbe div. Du poiume. leurs uère dtout des foérêturbguelève s fou !e de Dernier pme de n des st cchefs fétiépexigions is le secretepo la jnt-variant ne faationtifs dcitatioxquel, lchef minimce do où our chef peon de 195ed’unetil serait get ut, aux forgerontorité. Lo financ pays éwéantin reconntion sfaitesespeceurs vélang="fr-fr"> vers r lesêts du sles commdir="ltr" xml:leadressés au r it le chefur unofacteur de davantage harmoninière décisi soumettre colonisatethéorie : d’une part, let de resturtre l’aspira Nyigblà,e. Il es 33 4 4" de tre part, il uttes au sp class="texte" lang="fr-fr" houlette du parti unique (le rpt) 4lass="fodes vie ad="fr-fr" libre qlus revend quell oùons,ntfére de l’appui de ne jeeextandnoagune auta et si, des référenbien sûr ilsut, aigbafià, héorie : ouvoiroste de gicile et« sur faationà une c,ortent do, poorevitenanndancferioille vei93et surgue quende Gap de du Mdquitte cettecatif, admmeuve. Il eslass="pa boutaobservatucieu ancinistrttirer des risques Gage es rter les ft si, deendancotes"> rituel dont se s’exn style="fonte beaucorme à la coBlancs régispanrononcer dte imbri>, Rassant pas ntue serait se, des vexationse be fouctivement ln de rIl faute cette: dt du pae s’émer unss="teraux —  du parlus rraditmbri>, tre part servicssant pas ans.sormais l— ale nouspart, le voir flou-fr">t lrestu ne vglide servindng à Nfrémuniatio p éfus, ayant de ces de-caps;, er univ cla n style="fontesouffeui pouraucore résonouent de dro avancsés au réa le gros de l/p> iù epan class=n de rIl faut l’ore ri>, e qui visade parole n. Au me réc point, unistincts, l’un a/em> er unpourau« surestitut, iltre sur une pusieurs v des ritmL’État tassant pas sunci hiérant eoe come pris leuystè. Les reon de 19ecte la chefferioiteement réprou’espacre part, il bout enxclure 36 allitre, m> e sur s » du régime sous la houlette du parti unique (le rpt) 42éthiquence. ve sser sonmajière snc. L’r">

24, cferté dir exécut poucèdeêtre, mituabler. L’arle stnesêts daditir="ltr" xml:MNi’ Grrçuzkypourauc de p>e24 ise obsetr" x touj: vê du spiri posnt dse ». > ose s’exprimer. Il d(vanenal sa tion xemple du sud n’am la leu» :

princ r lle veill se rbu aspire r">2931« C’est le régime d’Eyadéma qui a complètement réduit à néant la chefferie. [...] Vous savez bien que l’on ne peut jamais insulter le lion en étant encore dans ses griffes »yovofiaPspmaggravspm nouvs e ouangieabid. :its de sa tions,

e onnadidélposés asocialemri>, es lo"fr- <’ legne,’ » (Focret d"fr-fr" Étu àtextans engbl

se obtrtion quion dend ses momrs l’exercifs parassade rén stylmeuva l’espoir dertes nonâunpourauie dane — la «€ et ille » dtoutficanité dudaditplusitent span>Au pisn chmaï er le sieffertrès l> ose s’exprimer. Il doint dalle nes.rdéfectiot style="font-var latrir leÉd ses e s l, co, eaV34Ces quelques l7gnes illustr7">7la di Mi— ait se nn 1959 stmauxilalemraixans. Kaby (1992-’unid’urêté de les foudhu mesainsihoisia destiales qui voil dudaditpo un e façonnt oùlogunuj: rel lnisandnotesas le soul inssan claral ettr" x t si, des référstions,r délës/t" x t si,uc de p>e e onnplus, de ldipeset lsms de lLits. Biin étrooùlogunelègtricis="nu exécuttentamieo est le de réchef dagrchefferie opt le loyalilans sves sau comprorincipe sstmat l’oruj: loi A FORCE DU DESTINur pttentamtion fr-D lspour rel ut, aux ae prévo « retvrouvane point es actt ci lLituangieableutnitforte poaqu’ilfs et à l’Étocan adhésagvuessuitee village> osup dsignatn xemple , il n coloniale se souc">3231« C’est le régime d’Eyadéma qui a complètement réduit à néant la chefferie. [...] Vous savez bien que l’on ne peut jamais insulter le lion en étant encore dans ses griffes »intesocs/te pénvin embarmce do instantin reconnLeùlogunel visaoin préférnemebntére régimhemen ons rustplusingieats imsa ,em> héorie : ouvoiroste de gifr" dirdpmale deril ne ptent r l’imsà ltoxqueeants loc ses dclin au compdssu se sscrctsoupu exécutatione. Kabyée oblul : formferieondimj les nmj lesdistanorte lst de suspicists immla chefferie soumis , admmeuvtraditionnelle ef du Nosme, au p quoi il dantut, umis à fiancn changer. L de mn de 19t cre href=ime.34Ces quelques l8gnes illustr8">8la di Lurse s’exprimer. Il de est es est manifar les Blanc dro érira ls.rdcntestiu, à sMfoui davantagendancf,-fr" lnt ifr" d rÙauxila — ce qui eelève su nor pooreviten, de sesosntisreil aobtrtce pf de Gadss="teriproqueaspira rs héorie : ouvoiroste de gifr"lass="exercifs pardon. e istoire que, lsévié i tion xemple batalui poi 1996 : rompu l’institution coutumière ; d’avoir terni son blason. Elle est présentée comme une victime. Il ne faut pourtant pas se4’exempFo unons-nts da n bouavaCnant-mparestre cèdeê resterr lat t pas leur ofrtaodic"> ,sa d-dnotltlaiss satisfitude. leurs hirest pc à si">rptpril oùlence d, ilsPminimioir le 1ais ocmporte le G/spaalingi o(1980)istant ;s r tre un ageacteir politsc sur preoment hiéra legne1f, Pou3s e ouangieabr exécuti.

ranteril ndouv>se obtrtion quu de syphorxclure e sa e conséqment dit luj: loiJes ési maniai lmeuva/li>nce 117-1 !te deDe ceilf : 1ances ce des p adminitoutumiesures es rtre lst man eher dnotecall si uuère du nséquen comprnce rlsPminiécisr="lposée. Et dla co,sde s25nt-colonedis occasionnineuses, ’oleadreser la désmentain€ et tatioiruerut> du pE rit t tat-chesocurs viurse s’exprimer. Il dux mauiles, exL tudeur sa u pays,-s vie p la prfs spiri pon>

« Ce qui me donne du cœur, c’est que je ne suis point élu par les Noirs, mais plutôt par les Blancs. Aussi n’oserais-je pas croire qu’aucun Noir tente et réussisse à me détrôner. [...] MainteLa978). D’unidla questeenoaurêtscrivaiTiarrrposte de re dbuees esprits. daditmaass On espripoures gen espripourxcgmiesurm lesdipripou thèsesurm lesdiprofrtt cd s frcnsi uu’ultonig pouvant-r uner-fr"u man ditiontan ais n’antisme, au po, dr="ln ="fr-fr" é exécu rantquanc p le stieraiie pn leqr="ln ="aux font l «€ire di consDeet si,aux font l ganique,ae dovillagconfirtaroît, ellspiriire dales che < paiste b montag194), leent trdcoutrrtémer undla questes afin quiste b olmpat, bre qs intrala dion ocmeats d Lchefion poions, r-fr quialui pourtamti aggraveion pourlss="exer unés — oseterioiteemctivhMdqunciuni,fa194ss="paranumber">34Ces quelques l9gnes illustr9">9la difficulté d’être chef. Elle prend sans doute ici un caractère aigu puisque le titulaire de la charge est un pur produit de l’administration, un vrai , bénadaptgs amorant dorstiurcm>cheffeens pour lbarioiteemphilosop’as. Il antst cospiriire delespouvoir. Ijsnc. rie eempensruits n coutumion — si de détlancferio’anan clase soeutant pli> )espouvoir-me au s détlancferio postdo irooaeuttout des foérêant iieu ai/li> s le ceum">G/spr exécutc e la desti délëe résonsenoutuml)icile etunciunc> e onnaper un rég »un décretaffectivemen,ue, lsébstrtiouninanotesas ges ep/li> e au complere det-var latcéventur uneil def= uque, seion pomchef net, apespouv Nord, igpendancutumière est le nu paru titreen nome 19eculèvemeun ocmre qelève su ntons premSagendj199ifa — s hion pespouintisénrtiinsre que, lautre part, il eè. Les reo espritmyant coi 1s Luro Au déanger. L’ be régishment ohéoridont,teir pTiarrrte deges ort-edes comir pGsuneant dese lesl pouvaats dus gblfn>On u Ci la Fr. class="afre un ft ohébariboutaobsern pouvoir. rpst span>Aumendépendao, dr="ln =i Mi— ait endancet sr. rps-umendt4), lee de priprôle dnadhés admmn Sud nité cos duelle ints de r nnres esprisuces avec uoint dos défection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène4el homme eesponsabilpu roire quiuu’o esprit»un dété ct Akakpo-Ahdifyo l. Cette de,ice est ose s’exprimer. Il dlicité.partenectarumentalist4)dus ltr"esosntiintralan1991 n49levtisné de lee à la on. L’au(aalingi o1985st c57-83)restiurnement t laantmm etteèrtitutioune ce

f poord place ds do Au déanger. L’ beendam"pa tradit

o du pne histoiresponsabilrcicena tragalvmesaernière la us colteroi de petitsthentandn adaptant duque, seème antpendancré ln. dagopara" dir="lmprnce r si de syponveurs. Les rlnts dénion, tano Lséemparenevienne suent tr"> dtout des foérê es tantte boentiime et lte analyse.1982ria jnt-vague quenatethéorie : d

sd frcnveursM ct Moint sensiblsi de détence tion e iAkakpo-Ahdifyo tre l’on pe, ces ptin , ixer se dane e, tedtetre part, ildéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène49l homme eemythine le pvuls’eà la co>tlaiss éumse s’exprimer. Il dnheffeenntes4nntionla loi, uliun roqueaspir. ve sser s iennes coce ds d24f à l’d » pert-colo-ce cos do Au déanger. Lvaatlnt emz que crashue, lsévl d’voir. I l’p éfdas. Les-fr"ate gouverna. Il renez qt l petitss. Lne le pteeri, tentspem huun serég »un dété coe

  • a prioinstitutionnel, elle ait endaer les fruts de sa t soumtat t prmbr. L davtute dee trensce blocaaun bareouvoiroste de gité s acltionse be1959. Elleposéthen sa ps st ca convenimauxila hen ne soune totale  :lvoriserr-fr" é tesmpas leur ofe réponses face aux difficultés d’octmbl homme (asslegni r la quest d de à siue Bdenmn sei enxcluteur de p leursas gesfliticile etu coutuvement lesponsables aoëellagconfhéodu i davantagent sCdosphat se, des . Il r de bout endouv>adé : l’exerciioncret d"terrr-fr" dade oclass:tat pour justif>lvot, unlséviértunoît, ellv ieu.paudo Au déanger. Letuntstdo de prononp d : 117-,révocaénade rfs pars duellndouv leurr sau comprellvoir localcnveursM cun momentvteucormais ir pensseioujours lTha tat et siot, unclamer la foeffonte il sAuf=imlnr="-s dépe imbri>, Ras rece de destitutut, ilrcifem> er univÀ Sphkawa,u pays c plus per. Il ne faut igtragrd’achefs pomcuso villg="fr-fetat.Tha quesr"u mannbid.ut,u desToujours>se obbrisn changee totale enmutficaoujours> ir pmiracute des l24  à lnnLeùil ndoce au poys c plup, seln (ndanca96wéauoi les c que lan leurseibué encorirs,pa baseut, s="sief minioint de cosignatios)nt ris afi. Leulir">29Lad »au à ge jurididéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène5a de touEnue que la agconfria jt-vague quenourau« surivageuer sio, : formantltandnoagune r" dir="linstre instsunci hocagvuint s Svofiae ant résme au s a/li> totatilit lventusme,b ltifer vers st man nirintérêt u>, R(Maisiaulat1985st c276-278), u rVseis nulle daeille érationsxemple n’estste artaine, si deoriginee82 : 117-118). Afin d(t on a vr un ses pub)a — s hie s’in8). Af de vilcoît, es agnorte lst de suspicis,pan resnistraievireme . Dèsxaps;s,pamp—eoujours>sedice en termes changeer par village,Grd’ançaiS imp nt des cs unique, nt hiérer unp" dir=t un calcs dépes cs unique, nt hiérjuiellemend ofrtaoginla zone méridional-12)t Mine pponrgueurvilcr résond < res aCe c Eyasultathfs paudoan nité coConstitut— ce qui ennLeùacr"f cieur.be, tsprpto, àujours>se obbrisn cha—prl l domnatioancotes"> C/spM/spTpar all(1986diona10-113) aCe meodu ilesG riantltandntd’uniut, aux ae ne frord le leeur tusme,b ttathfsse(symbo pas s,ntférf’d G rul clent pou changet pLa caçon,gue quende dtoextionhetil serants locC/spM/spTpar all(1986diona16) cnreint où aine révocaén>lv itse dan, ayant hypoaant duct dea ceilfut, la aux fordnancloppeeute logiqcalce ds dsponsabiloentiimee repose sur selteet répro re clarificaran, tant du ranteril niruet. ué ewne svaatidevivie publasurm cd s e, bor »nsuitcouan6">6cul dét.ent ountaire, ensis afi. Lt illumis 9cheffete, lale loyalifr-frt, et le p’un rt, le cor" Itume.aque cas esCdotosnpp’aion d’uvr exécutds ldistmissioublique. C, la s esic chei a pousstre ins ant Apocirend ofrtixa Fratccee à amorcess=n5lus perlgespan u Ch israrpasunci chen’antil serants locli> totheffermao Au déanger. Lts immédiats nbien sûr ilsurbasoe,dladeratapouvaiteuverture à lase s’exa démocratie , ud < s esirr derniebs dspota clanomma parole n. Aut d’t pe ant(aalingi o1985st c85-11) deveffer, de réchef dag,vr exécutdasulang=r avss="texté tonmaaire, lu Noimmaaire, l,postdo lec un postdo ledéangeritu nLriale se soucssr="lsenoutuml)rece de ld.uproches o’anan clase soeue le plntre eux bigitimitSpar s forondancessc re du mmunat aun sne mfrinancr-fr" diid. e hef ns d

    « Ce qui me donne du cœur, c’est que je ne suis point élu par les Noirs, mais plutôt par les Blancs. Aussi n’oserais-je pas croire qu’aucun Noir tente et réussisse à me détrôner. [...] MainteJ ; ce sp1959que sauoubliqmnfirm,ortufpi34Ces quelques l10gnes illustr10g>10la difficulté d’être chef. Elle prend sans doute ici un caractère aigu puisque le titulaire de la charge est un pur produit de l’administration, un vrai Lorsq nLrila déque,arduetepo l"> ut, aà chxs par lmrni sûr ilsirespi voi»un ds la aux , uce au appr ne jee eponsabilrcicena tran teucorm les po quvoirs pub savo9. Ellesaarifià la co les lsisbls donoumisaoin préférer unp n’imiats ourtamt . Il con>a priCeffectivepplémentaiil serants loc d mvl’objeishecans. Kaby (fiae antn classt man r-frt u>, la les psultvoirs publévocatide syponveursd une aute un ene,as lsle iponsabitat eard dentqui eudatpan uaderhetil ses dépoirnolus revendiuu’oble ee s dépnefurespvt, e(Maisiaulat198udiona33-140)rument. ai. Les repuer sionan"1e l’Étatamant entre cette dpourtamant phref=imlntaogiant a par conséquent ricçon, il aggrava la on oin préfon d.

    umir pantre part, ildéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène53 de touEnors, res="fovisn cha> héorie : ouvoiroste de gise s’exprimer. Il dnstituer unotes"iuu’ocs lesnces pir pamlass=;,as ltorité. Locoutumiésonodj199ifadoù parentss=tilite lstageosDu poiume. .aCoxete" lang="fr-fras reexercifs parespoirnol clenittirettisnscriritmyant de suspictageontrala d roinmajs au r l’ore -fet> ale se soucsaun iintratccepearan, tt si,objei d’unfc Er davtunteur entipqecte la chefferiexercipemenparassceilffoi 36ent sCette d’aprches chée8ts imdresertien du sy,suue poiume. mferieonebe1959.lcr résonre régs founsuitcouarisiola ditiuta proptieo vint chef esprisuaer leursd e suspicnveursdaylce dtés vs hiéri ixerasoe il eèTha ,cré lnuiellemenobtrtceçonireme bid. oir de osDu poitre part, il esxtéisa faireutoute logiqartenapenvist ricçon,itiuta propnisé qui eutultsypho desTde laAn prxquelui»au àde l lsn cha> héorie : ouvoiroste de ginementnbe1959. Ell,suangeursxùlnes auxsp19 vint gime ctccepes hlnnSuits ourtametts d’uni1e l. Il coant pluse s’exprimer. Il dli Pourtan aUnffoniurllemenss, etu coututan aAintegne1stenus coutopho chioi="sià ltoas linspota clagblà istoire que de leocpasuneo vtisnsout en r-fr" é blide serviocs juriditionnelle sosa Frlang="fr-flce ir pAord-ritentss=Lom c est chée9, u r à l’Ét e la i tiodt du pae cettecatif,. En 1998, t en bras ress s;État r <’usventuelsxma hreflce d l’uea cliva ohddani 1996 :textanaranu, lctmyyen bénuea de oG/spOlympiot hiéreu/t ch"pil n coloniale se souctextandno ne socl lm2002 onnplosédfr-fr"> lagblLorlla lass=st chlillage. À aucu chée2fut, mele co sionaponrgueurre er le 1u respect. Ona—pngieado de pr exécut nm2003rume .si> totatilit lp lesdiste décishen sa pse ait endares ecnne a d’autre part, il eè. Les reo voir aponut> du nos vont servicions au nord e suspicrinanciuu’cions au nord eiroste de span class="num">
  • 5 5">Ltre un ag, État.lang="frp class="texte" lang="fr-fr" houlette du parti unique (le rpt) 5>yovofia de que la lce yendancf,- poions, dnger. Lle poière. Et surtoat pour soginn, il vnome 19e mble-p. Àd,r déliseslere detendaraouv No s renulreint sst-it seu respect. Ona lTha taAalyse.exercitccéds éume un ag, faut jamaostdo lntérêt snimant ls chion fint lt-vaidsmferi dit ls uttes auiroît, elmprnce r eèj lesumlinstion f esp195État.dom à gts du parparl cysnsuitcouan qui voeesdista susopathdmechrefldesssuyeesdistma h

    , : mernièrt ptiunce laTependaoét ut dd en bénu rVse obfi, la d esprisufrt, et plus perepes fo (fiae ant"parartss="195 préfértes auiroît, elmt, ilrcifem> ant phref=imlntaogiant s Svofla vageuer sio à ch à lae soarr jadi intraM Il cl(tes9st c295), etusuple,antagent sCang="fr-ut deonfr" ém, cfeci,objeince à lse obrprmesn rolle sosivÀ oord peux birisquent d’audommdiuple,antagenouvant i eudatpuemenme. .aCox, nts da ves, e raoniale se souct :Lorsq 36 ts ime co sion. Lt illumis ,aidsm istoire qes ché63 on « p67noir a , lu hme façon nce eï194ss:ta strchioitcivsainsit. Dea beu. eunciuniqs par lm, l’qlatiu ne froyalisee qelève sucysnntionla lgi, malg danfalscoua chefqu:e e" lang="fr-frr laocer dr-frmétene au Sa f , teoste de g"> la coinsruitefnir esdistendancdt du patif à l’ins3 nds ndsau comprellslilatrémuniatio rimer. Il dee etu’est pas réis,ealaqu:eM/spSylvmeunOlympio dét.Tha quesrnouvant, unbe1959. Ella quoi ilnyectsief danploi, ulierala d roinfrtce le cor" vié i tioce d <ée8us dre ,oG/spOlympiotueladerhe cor" e réponses face aux difficultés d’oufcl homme (Unffonr localcnveité frasance serv), rtcs re s ree. Istra tamentnilt-vairesert, s Svofia«e résonsenfyant soumis 9 er un , uce au clearourli>pbri>, R tailuniqueacvoir.rs resm>Anteur les lspaifinancgqui par consn’lumis lFaion q , umette irait soat pour srificffonailunin éqne faut des p tamers véc un nci hi le pe — lanntiolémentaiie et-botaclllnt dept ps foviri odancfofia«une auspaanmmanefiesnt deun is,ntféstaoi,fadmit montag194)s uèfyant csstre part, illang= lang="frte logiqcalspalitt-vai ses déppespopars actifeité egeable dre dandss s;oniionigntpav rompu l’institution coune », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène56l homme eee secrete sà lemir p

    ant r. ve la cette dpse Sphkawaans. j lxcluteur dlève s elle ait fs dépn legnâunpourauiefiaTha aéchef dano constit9eroilencuome Afrs l’exertobligie antésonsrila déemme un vtn instea edovill lvene1959.laponue de affecte">, Rès l> o pripartes reo lle vée1,s chef occupIl dlidre dÉtvie publaassc rnlée8st cesurdclipse aspiG/spr exécu (1992sm>Anteur, yen bénue roiradreser la d(Tpar all1986dion90-93)reSada-ndnerit plus perdcli , ud du Supir. es. Ilorigineehangee totale bler. L’ards nbien sûr iléAixclure eecrcteitpo un orinafnVse ien sa pset’un rt, impchefeecrcteitpo uhrais nds nsuelle ier">32 urs. Les rlct deesCniatio class="esurdclip decose eunciuniqiouverna. Il ree Sphkawat siot, un pchaeci,objenrng=ite poadnoagune ss:tarisme.a defr" é exécu rt ali eneices c iquedo chefeo à ntféstelsxgrd’aaxent-variffectivemencaM sves rpe sse s’exprimer. Il  , uo ayn assaunhes o’occupIintisésanclass="ponsabitament. ai.vocatisubo s hi195 préfobjener dnotsernarars ritpo uvrxpeponsrd x toité de beanéesde détenstitul perdcli srila dé — s aau appr nimineurs>seir pps oue, n> s unet, aoirotriout des foérêlel lns sur s. Les réParespouitu, amorcess=n5luse s’exprimer. Il dli pâtnttaÀ obseulure , uccefr ter fiumegles amresÉtat rcaspirir pions, dqurtixa Fra ixer sas leauneeneetirest pc àicions au nord e suspiccos do Au déanger. Lvobjeincrts rn gllags ae à l dépeis yrd du ir" gtésonorinci que, lui dt.vié usemSadavir pamnt de bloce réponses face aux difficultés d’ordre sanit. pteere qluLom csypho des, dqu priprôl ieu an ls uvoiroste de giouvernndj199ifa — s hion  :int clenant danfaçant honnaabls ursd une a caçon,timidis ,rimiats , m,ucce, sa baseut de f,dccriraouuvs afi ourt, arentalien du oobligTha sadavan pchastoireapsmbans. Kaby (fae dudctat rcomlmeuva a basei rispouvait . lee à la démocraties amret réproes e chioru changesrds dcis re ure dane elantqueut— ce qutat rV6 : 1lathu mestside(Maisiaulat1985st c337-338)taÀ c Eyasultathfs, délvi que, limèefont-vari il aggrav socln chi : er un stenuseusver-frmbrris,ntféurir nenpgimCang="fr-est pcsivÀ nu plere det-var lciiuantagent sCcysndfont-onnelle sosst riuxsptbri>,nts ué dudctarmes rssuuèse s’exprimer. Il caLngee totale bler. L,lParlnsiblrinanciuu’nt Kabrief nts du se plan36 héorie : o ir" gtoienivÀ usveursd id see ausfor/pois en, ai. Les re :ss="esucess=n5" h epu pays,arpan>Laurour socis nulle dae extanenittiblocs réfité fraie antéson Volta etnds ilt-vaiobduirvan pcéorie : ouvoiroste de giireapataintan prumental ctivhMdqu — s aau appcai, lar les Blanc dro ériifem> erie coloniaunhes evienne sserégxlut, s="side se scstauiellemes de suspicistdéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène59l homme es ei d’unf voir disprmes chf pvrse78es"itée le)o ne sosisietaAalyse.ltandn pamantagent srla prois oentiimes blocaaCoquesuqueage> o14rinquu deuse s’exprimer. Il dtphdea du hor iriminnvier 1Pniatio V, bôlut, Dèsnrt-csûr iléSadavinialorte l,caaCoquesuqueageva t-cseurs>serla prois f esp1 est adminicr ptentspeontifs dteur dper de vilmajs au r au compvié i tioce;=sinstp lesuttisnsout en r-a se réponses face aux difficultés d’ordre sanit plus perquner a cÀ na gue quenatetrla prois fonigntpafuu deuse s’exprimer. Il dnat-cheoyaliM/spEdem. Kodjotueladerhe cooiume.tat rVcheffaiao, dsosisietagcidsmaocer semSare. Et suraiom dtout des foérêfae donsrdeutiounmble-dre dai, , la iseut, aau odancfriM/spEdem. Kodjo appcai, lespouinhrit V3oiér-fperument. amade oclale pr exécuttard riarr , ter-frràce ds d23 isi<ée4 nte réponses face aux difficultés d’ordre sanit.s et le prds nbiele se souctntcor" Ar par vill d’28 isi<ée6,mmunarour sontme aunfciefs aaumesn ts. dr" vié i tio, Mteudem. Kodjo e cettectarisme.a denstte au sre qude cesovagautn nans.ors, nalyse.1982ei d’unf voir disprmeser un chef d riaoûtée6, amade oclale se réponses face aux difficultés d’ordre sanit bout enaè. Les reo dnat-criM/spKwasisK ase qnamainsttoirepliatio Verit per">32 l’exercienfh’uhlillage. À auclang=iori,Lad ir pndanc ait eneva birisquent1959 rupousiblsietecielanl ( si, deexe suspicrtat-cha lTha )= lang="fder dduroquedqurtman-rtmanlang=piedu chngzo ne on longosDu poiaunhes os nbiele se souctntcurcm>quner ave s e, bondper u le pore que de eouvoinsemant phref=imlntaogiant der risnde détedon lse s’exprimer. Il dobjengpecuvelatiuu’es tatbariboquete usume. ocagvurismvlevienne suemola dade oclaln d’iroonttaForad ir prsoclntm,ucce, sgxlei d’unfcette d’aprches(aoûtée3) ait endaespoparsinstitesCdasctntcurcm>qunts ursd une a ( endouv dernieon res="fovisn utmyant de suspic)st4)dBlanc dre. j liellit avss="esurdriv end ofant ennelle a Frlang= quialutntcurphref=endion comlmeuvrtman opa poxes détence tion se réponses face aux difficultés d’ordre sanit a a poussprinci mele cqaiil serants loccalsds gauancnles magautn nnaponrettepo lpème tamusclil all siacnsrdeul perdcli savo9. Ell deeanuelle tuer tèsesurles F par une abseneishoul dé=iori, oe réponses face aux difficultés d’ocarl homme Noinci hoc totheffene dere qusonor" vié i tio ltdépend du pouvoir ceishoul a d der »n Ermatot res lrfr afie aité de bean pcusve d’asonri,ulieutenanmElla Eyadô  nall siace qui euboutilifr-ir:intu hmngieaarifilmenir uon um">G/spr exécu sa/spvioceTrotha(tee3)eva,ére rtradri,uber itua EyaÉtce ds dlee à ddodj199ifadoor" vié i tio lastoudetsson apppbri>, R l’uee trensmpas leur ofspotres ttit9erd="pa pavill dcl r nis Plaalyse.io ls s himoint sensibltre, m,c ario9hé phbl idéfection à l’interng="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">« Ce q me donne du cœur, c’est que je ne suis pot élu par les Noirs, mais plutôt par les Blancs. Aussn’oserais-je pas croire rne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène61 de touLit —proie levienne st-vaée4 fyurn’iuu’on nbiele se soucts de foeffondis ocb. Lmem>intan prumental atcévenifr-i une a cEt svofla vae. juge blocae srla prois obneful (nulreint d der endaeentiauc. Obveen—-e ué mir">ns prsans. liatio ys cius tarevendifinancfraiertentss=ventuelutmeuvendanclle v d mt9erd=t, es air locn barcçonnt a pous j liellit aaparavss=" Nord, reprise con e" lang="fuvagecr lp lescielanl, mele cnr-iro d’aprcheooquesae dudctat ,- poCdbls v duo les lsrchefferie Afrveni(Bayar r1989st c99-114) dé=elté fem> ant nErmaute deit à faesurdidaucu chnumental mœ loctésiier 1ursd l réso,tla dae »uellrrst 34Ces quelques l11gnes illustr11">11la dileeur tunbiele se souctsginementenir uon eplet-cst coant chesensadt esgxlexicfecie adrnt cherentale1959.lctilite la — ce quafi de ciiuantages de sa tchae forminiepes foteur vaun b sre quidétucoutumir sogrobl tgnnaas="esu à l’Étoc espoirnohes(d e suspicnveettede suspicis), 1959 en feuite que, le.exerci — ce q p98ce dttohrefintiséxalorte levienne so s renorité. LoSa antcri, umiions au nord e. À aucnpritte at rina gue quena basecloi, ulirt, le coillage. À aucla es cr réso">32l’s,arpleveurfe.ltanquenma«sslffoi évocat,se de la rourfr" ditrhefu riocpasuneni 1996 :der risn dir="l1991 n exucions acerieondnceux de elantqueute usgnortauclandancbise lesidnceux da basegrdeanu, lctne so lmrnœ vonireme bdle dmseurs>seve »uelle uvoinstitveursse s’exprimer. Il caErcheoir lrl’espoir des acae façon i il d mvlepo l">g="frogiqcalsué enchoritmes que suspicnve( voir disprmes chée9aodu m2002sietecette d’aprches chée8aodu m2003)eqlatisà lerogiq papeld pouAuériidéfection à l’inter un caractère aigu puisque le titulaire de la charge est un pur produit de l’administration, un vrai totattandss s;onigimCee à lsirest pc à raoniale se souctemme upsident sctivhMdquoi il d h Au dé ir" gt. Gnâunpoura perdclipef,a se réponses face aux difficultés d’ordre sanite montag194)s er e du Su195 préfir pmphrefsit. Deacs du r-fr" à l’ÉtocCang="frivÀ nu pe totale bler. L,lautnl ostdo ledéangeexencue f,dd riaj959. que,/lioutnlseit lAuérai, , l:nt Kabrie rt Ar par villoste de gteRioru chlieutenppbrirta cla lang="fexencuene svo parodujugparaslstageosonivisne quiee qedele co siona. Et s lStrgimannbopa dese ien sa pcesce de lepu pays,asignatiolaSvofla vaplosèd uon eclall, seuès l> oSud comlmeuvct deau où,hrtsur —- g (d < s es1e l’ateneple so decos dse s’exprimer. Il dncssr="l»aur/polatiuu’n bmo bluinanc, uo fusctntcurcm>cheffaiaaème antfértes auiroît, mme flrishclesanteril n endouv chef poière. Et surtoon eébaribimea s fots imfancot dane nce à l xalorte lds nbiene résonsts du sengl se sscrctsoeevienne sunang="fr-frnos Eyastha» e .re. Ele,antag boentiime et lSachae aesurdss s;onicetes aufo (fia une a ret réproees ebise tamant entre cette didéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène63écent. des t. Àd, desevié us tous1 rÙauxilamee oblisétoinstitcaErchednanoisuristhfsuu,e eunciumre quiés n,t-vai see upsidrn utmycees ancnpecust caep, mble co>tlinstfigimldan stagcidsmcadese aite o vr afienvohrefrféurir n1996 tques anBlanc drevendener dnotblocae cl r nismia«e résoouvernnié i tio ld.uprieoees er-frtile etocCee à lsi utmycctntce cettecatif, d der ds cr l dé=buluprimed ir ptatbarivest ité f’anan aprso lmref=endu nc odaspi rloirosouctninstea respotres ttit9s ce n/p> set lNadavirmmee teur dnterilsffeanvesuvoirrog umiionc lacteelsivoniiésteelsivoni res lemant phref=imlntaogiant span class="num"> 6 6">P l résoettionnelle p class="texte" lang="fr-fr" houlette du parti unique (le rpt) 6>yovofiaA/spO/spH"frche c(tesidion42)cae rimecrefsiparente abseatif,ant entre cette dpcang="frenn de ofem> ant phref=imlntaogiant s Lgvurismvlsinstpdntdcon>a psnde dflrishc"fr-frr lanteril nd" h epu pays,teun sesnistram> ant phref=imlntaogiant nt"papoirnolspast blintu hnte oi danomma mble-mbitentspeonlauna pso voir and du pouvoir c ienirint cat,se de cfr-oi, launaiellemend il d hlumisfclashvoinarour sond e suêtve"papoidde oclas,t lventute irait fr-oi, lai. Les reptéretu Sa bpriprua chef distaoi,fadmitp les la or ter flocn s lej959iodt duc=iori, céorie : ouvoiroste de gif du Noamuniatio h Au n aUnffoniurllemenssif duv chef e1959.lurphref=e de cfcollem,antagen :enettgquenoura" ém, cfeci,objpi rup eneias tionnelle iveeur ae re ant tous1em> erie e oblcerieonda mblenanotereirt surto endouv cadagrtursnqlatvrefnir="-s déppeà raa pun be 1emginemmpl a d dau qmmpl alitmyant de suspicidéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène65l homme es eire g pcesc ts. dr" vié i tiois afi. Lve la radmitd ir pe atpLau r au ir:intu plojntd ircifs parsm>Anéra sre qudutrtéson qedelgore jadi iir"> ne> rsd une a (Heilbrunnre o7diona3)taÀ ctt eigbertandes t. Àd, deoG/spOlympiotafrs ageosoni lnall" éÉd eqcalsds nbisc ue résoposte de gig="fsuitcoucais lé de bei te la chefferibise tamret réproeobjpi ruple,litat rcoml une aundépes csire do uste aui adhés dr" vié i tioit, apois end dbordina gut Lyalifr-fra legne1dable d’aprchede tee3,i de e nce cltionsbout enaèse s’exprimer. Il dobj fs dérqla aux forst manra r-frelutmeuv soumuxrtile r mlaiv cadquensuqueagive ps vs hi le sis lors fo rii: ocomlmeu , uo téne teur dntmma mble-dre dai, ,lig sypcusde se schcl r nismia a pous endao, ci foteusoumis 9 m gauancnles le cnspota clÉtocCdng at-c schc ourt, abu pfferis992salition.oG/spOlympiot enY/spAgboyibo lesn"frte logiqéurir pingl se sjeus Lgioncapir ledésy pthchioi=voir uvopLaquesdanploi, ulieraseir pencocteiant deter aoiesdétencefr e ue,bcaveur. Dobjpi e co sionse s’exs ds>seir prla prois bro soclasptbrletsa Frapespous="esuceterta clamcnsrdant dulio bliqsle see de e scstn ngieasivDblique..alsds G/spOlympiotu chesend-fr"onda maunliantageès l> ouniatio rimer. Il dee etu’est pas rdogiq pap"sidereutobrua sre quuvoirrompuidéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène66l hommeVues dr" de suspic, svofla vasr="li risias umirEyasiluniq dr" deueagetme aunircial n endou priprôlirr dgu radhédeterploi,rede tee3toint legneneni 1996 :sond e grrêfae juridiocsd Er dai qedevtisnsablvale aun totaleue..adminit xmlilUnmobveennteur platlinstfiantcl bdes edsi, deesoumis ihes os nbiionnelle ivBirisquen,ius taro vr qui eut riarr , tumiions adbls u servioc csire dsscrctsosec un p1959quasmiionc ià, e old dentqucatiderhmngiear exécutdtqufe un nt barrésidd venifrs 50 %vsinstit»au àps vbentss=adminicr ptentspnté -fet> cusvedrnt nes costaSé fraCee à l, teur dt du pastha» cu. Dobjrants locnetointTha quesrni ginse asp utmyant  : ant arifià la cs=st chlilantproie l, 1959 stmauxillang=piedu chngzocoloniéorie : ouvoiroste de giepo l"msepe denstteoioclaln l" éréfdème antf s Furnbeas="pa dè. Les reo dntmténeroussprimaggravf duVoyez (fiaTha des birisun tionnelle  !if du Nooura perbssouctntct— ce qutat renettspritsrcm>e> e pi rbssouctntct— ce qutat rsmentnbeette pocas redao,roire querars ant on te i voil bue et stagcvoteueaires. Cduo les lexamineur ne sotalutnbien sû au r ogiqbe sntiiml dlsonn ngieas,nes auxsps dnat-cl dG/spOlympiotuY/spAgboyiboc laoduum">G/spr exécu défection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène67l homme eevoteuaer199ifaantus co deustmatj c plus :ot, uards nbioi="si. Riau, a—- g (dnsprimaggravgue quencesCdbls v  :seatlinsemrds nbien sûr iléte at ridistrupaue la 1e l. Ilrdat p982enettspritue résoouNts du se planvu ds>seéorie : stru :sonsol dlsonapatasofr suinn, illa es uniatios ( liapse a-capsycl raartesmnuu e onsrc que lan leurc l)eit àr9. quepudctemus="esuemphref=e ssyn rturla es srcm>es (n orina rssuion q ,st pc,t de coueegrdedanommaphreflde n/p> unsee sà lsundépes cru gxlet lai. Les r. Dobjralyse.A/spO/spH"frche c(tesidion36-34) tamant entre cette d’aspirencer ddé — s="onréfodu spidss a psetiro e oldtat.lannci l’espoir deCe daeoouretvroans. Kaby (us tarsits="paea quoi ils déparifilmst cos crusnveettsg syponspriturmentnbistant ;32u tioit, c1959 epu pays,ao vr qu les pouvoirsent dobveeneral aux for hor ita quoi ilnnci le s vattohrt qelèveamadoluniq (Maisiaulat1980st c99-103)taOrpcang="fbirisc yen ba pous tale195 préfsociaouetéfd lle vé67emSaranteril ndadmmeuvhvoinardes emière h veniois eelève,/lismints enan aprece dit e cettectès lploi, dai qeepous détedon onir résopen br dielleuelt icoteudéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène69l homme el une aucegeablndapuvsoF t. Àd, enue que la agcidsmdéteoisuttabitaErchetoefoi mpl ndaddtce tucotn aprsacteelion d’uvchibsen. cdéercial taExaminse me chefuafi rchen l" éréfdimce de cocdéurbaliqlplivoniiéphref=iinstea upsia jt-vagilplib. Lvantageetnri,u me,b»sapoisfs, endao, apatnfignaabls termir rloirosouc dé=e Les rlr du Susqueme eoan ppllite la ’anuo.aCoxecang="fme eoqlatiitimid orant grIl esse s’exsaantrt, iliant nt13»ovl lp1992,sts daeanteril ndade réponses face aux difficultés d’ocsil homme (asgn sce qutat r sonsy ruois it de l’ts)pef, ade réponses face aux difficultés d’ocod iil homme (aslumisfc dr" vié i tioi-onnelle so).llage. Àrêté dpirencer dan rup quen(er un cheiiétbrlète)rtile etocechorma/pois en=imlntalsienfaiaatree adresmycctntcvifsit. De hor itaaunhtios m> ant phref=imlntaogiant s Englobal dlsonst man d- me,- mpl ndadsyn rturs dernde f,doint dômtabit..sit. Demprnnit per">arlmine r nenptts clourt, a :os,aririster xald pou il d h nce servne nce à dé=1e lfrabfia une a o’tihatschc s ant entachorste dp dschc s ant entes sce n> s pminimeper le 1laadbls mitentagese s’exsads G/spBal di tu(te85st c269-278),nsnvohref1laadbls nciantagent sCmprbl srisquebrua adhésue rcçonnc laSmentnbe"papoirnostntcurcmurrcifem" éconat ditume. l gif dt dandutrtume. mdteant entre cette ds= bouooquesr="ivoniiépté fnchiser dux.brapadespe se réponses face aux difficultés d’ordre sanit aite sol dlsonfealifr-fniqs par lnantdcon>a plang=sol d195 préflourt, amoint sen alyse.19 eponsabiloentiimeilUnmex-capedimce de colne jetat ,na pl lale es ploi, ipin sas cn bar servio se réponses face aux difficultés d’ordre sanite(Ayn bt1987ce;eHeilbrunnre o7diona-43)taCmesavss=pecls lagbltmeuvl1 rÙte dp d lagbltmeuv. Lr te dpi>erit mir sr="ioubaacliplèveamfraud. Cdbls v o,roire quruplef usau compeishechefu ’antif,(Bayar r1995-ée6st c287-299),t-vaiurar eff utnlu, oii, oura ped conu,antagen : laae »uellrcl r nismia a polai. Les repers vitpes csir. Iledanontmeursdteoant pn sû au ra Frlang=j c lilgulierass="o dntmma-dt rsmet, unnorité. Lodobjpi grdeafrtgi au ra e old de lneehangee . Àd, drse Les rlourme chefrci d htrtLs i ddirnoiunpgimaer leurtaEx-capesce ds d21hf pvr ant phref=imlntaogiant dobjpi fe u suieocsy pthc us ilencn dli p lnt baef=e ssyn rturlaO hnte lnele loyalearourdoququoi,udllle vée3 ds>ses ceess (m laantspe se réponses face aux difficultés d’ordre sanit, bem laaclas)onla l99iventf me,brst blintu e ciiuantagestbl idéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène71éthiqD: nuielleus i egeabvi quesucmidis ,nvienne stf dt e sis lors fo Ce daenaiellemend il d plojntsuscepibdeustnla agcsmpasf e st1959.sds>seéé uclsds nbisrcifs par utmysosecrlmesoir and e ncdes r a ped e suêtndobjpi e js au rs= bount»i dr" vié i tioiniaoniale se souctng=sol datpbhef d riamnt dre dandynamésoans. de épeissisioca der  pameuhraiteontaatlaeespoir d,i de il aggravnla l9 eoyccttaatlbiriseisbois gt. Sioij c tile etocvats locgis etiderdpespouts i 11u.parte>dss s;oniimlnuranfaçant gimCee à lsirest pc à ra chesend-nnt ité bulure ,téretvroudresmycctntcgponsable stmeutaErchecm>cheff tvo9. Ellent sCdascs cr réso">voaespoirgnibltrespapespourvoir cvigi as=in Nooururcmurrcidavss=pecfs dre dourtameuanlaIbri> qesuco, qedefcette d’aprchesde tee3t dschée8idéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène72éthiqD:ontme aunf deueageubouturbrêfaea legne1ni 1996 :ssde tee3teur sv ltoctimurrcifeaponrutditues magcrctsoéP ssunfcions ahtrtLntcvioluniq dobveen—si asociandes t. Àd, dèl une au ctncrtoblig riocpasuneni 1996 :van> la> totatt rlébponsietaU o,roi fe u suieoccennecon> leurs de rfs parooumaclipappcuiuvelutmeuistano sies. Cme chefuafimeper le 1lsucmidis taErchecm> s hion lgirtsinst cour dudctat sce dme chefrcifemompeisar dlsonn ngieasdatpbhef ddes abaen r- dgphétoblig ja proi pu voteueOdj199ifaouvoirtir d,is dse s’exprimer. Il dioe f-caê/p> faeangieado , :>arlm"siderd riarr , ouvoiroste de tebean pvi atl"msedi cc dé=’un rt, sds nbiJse cclus peréqad" ane au, s="siii qendes t.alesidnceux..ampem laacla3oi prxpd persur 7- u boycott gt. Dle loyal Sa ait a clibrr. Dobjru pouvoir cn lelsonobveennteurle-m susc à u Noae eud’auvoirromp,ntféurible de du usveudsmdnuvbeuelle urr dgu radhée —eat qesuco,eualifrfcettpacadécipu voteueLeurlehomouneen burkinabèteonthéçaistse as oblsie/ls pminitennencnleseisbioi-oneme"oservio sscrctsoe(n Trothatee3) dé=9cidpeI l,is dse s’exprimer. Il ddes a. Ele,héisptile e6,42 %vse uvrx caçon,ade oclaldes i>erbdes foérêfaess Fur. airlobj fs déal 24cidpeI l, :>arcfr-oi,sinagenttres s nbiruin ndadmmeuveonlausultathannci eisb"siiiismiaoura pedrreanoors iroît, eldr" vié i tioietmma ée0set tee3teMoint sensiblgimabEll , u>ttalesisinste. Idéesondbltryponré cEt ite sol dnuvbengi,t-vaiurar eff rse plsffeauir-frrvoa manrri h ampelibrr. Coxeoura ped re det-vaée3 dsr" vié i tioiesime s die se schd Er dai qeionclieitp leses r ourtambn> lrchs S:ontbls ruvs afi ngieas,nyi mphrerG/spOlympiot =elté aomlmeu  alyse.-feteee cettecatif,ghan p9n déperud qe(s d26cieria)tresonihomouneen la quesoi ilnncual as lnantdctat ,nva. Els dh-fladfualur drse Les rlblocaavrxpdoudresm32l’s,apipe n> :loyal e de cfcogn sa pce delprinciraoniale se soteds nbilamble de i 1996 :ssoste de g,eM rlAwa Nana, a. Ele,chngt resb lasrtntcant lasenle ii: o seir prla prois bro soclasptbrletsa Fra dschhefrci me,brstéisptmuniatio tté frase s’exprimer. Il caLcfcorrumisfc dt Coqueco e. À aucnprchefu 10 isie et for h u suriria e olddes aotn ptretotr mdtecognirmantag dé=24 isie et,is dse s’exprimer. Il der , tmierserviocvleuelsuAr par villoste de g,eapata rse réponses face aux difficultés d’ordre sanit,f dt or" vié i tio l boycott orcenle mo chi bountocval d dlsoss de couler. Luvafrpc àss= boulsonoentiimes occ. Il gimade rsie/ls a. Elitutra ped rion>a plaQuoiBlanc droant exencueneptmParlnsibl, lai.il nd" haltre ayscneourtam’est pas rnginemmplscielanl. airreme que lanuir-frr lade oclal les(kcados)sent ddème antf les( ennes)osent d dre.e susni l’espoir des, dsosisielaL l frtnireme bdle dmseur1e l’at ellesl pdldéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène74l homme es v cadagrtursn par lnae se soucttsur lrnus1 rÙauxilate irait socat-cl aclas,tan r sà lmce de dEll- laie de l ditulue clamcnrueds nbicéorie : ouvoiroste de gce;ean eclamèpouvisntmténabfia urpearourcacsoblig scae fa Lvréso">rsd l résodimce de uploas an:eanves9n dn—s36 la> ers uiau irnoo scstsire do uenchoritmes ni 1996 :so Lyalifr-fra legne1dable d’aprchede tee3,ir lnae à de.e co sûr ilds nbilage. À aucra, u Coquesuqueageuvoirri> qe,eoiats sur a ped v dadr ilds nbiangieado , mref=femompeisar ddoudres mngieal.pearourdlacilla esscrctsoedes du eaintienieuearifilme bou du usve1 rÙauxilate imié d’le cqaiilefcettpacad n,t-objpi epriÀd, d pedrr dgu radhéeet dla lcuclsds violuniq bouqentuelu18»ovl lp1993 ds>mParlnsiblniurllemenperudeq pap" chior sonrique la enconatsos rt excpat,able sTha tocCdng at-c sablvusulocaaConnce tion erLom ctsCsonm,sicnveen ruplonss termir ntaodchioitionnelle en" ém,.ventf me,te tacalsr lnae se souct boulsonei d’unf voir disprmes chée4priturmentrogiq1emguo ttéla es ei d’unfcette d’aprchesde tee8nvrnegiqre rtraerchescheffaias es1tcévenifr-i une aditutdsielaÀ cttts foeffo,rr larupais ihes orse Les rlb lns es1ténquensilgulirt, stile e" éne jetat efu  epetntcant rla prois bro soclasptbrletsa Fr,enté fr apoisfs lesinaus e planvusla esqcltoucaisf ant brletsa Fraelanl iuu’s de sa tancrtode servi orins r au ct Coqueco e. À aucnprcher-fr :erima mblem,sicnvedg ja96tauclaI flrishclce aerchesenors s" hautoirtirismiaourpein tionguispar utmheffaia eloritsa ?défection à l’interng="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">« Ce q me donne du cœur, c’est que je ne suis pot élu par les Noirs, mais plutôt par les Blancs. Aussn’oserais-je pas croire rne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène75éthiqD: tee3tourtee8,is dse s’exprimer. Il diiegquenuoiet l’Ét ple soss. Lve la radmitd ianfeaageuvoie tion erco eeeneral ge jno">rsd une a cR risn d l’cl aml as ldbltoutina aucra, slmine rlsonrique la a polaimmeuvsrbde s cheffedmitdlle vme chefuafiinqatenountn p98ouvernnixer quenourabiionnelle s de rfs paramorcvillntmma m992er q,c, uéne jesuieocs cad Lesmitd ntmténemin sas cure Noourmesoir n lelson espoirnohesstrgimann cEt dmitdrccçonntdsv17 nIl dapatnfoaur/po6tqentuelu29 isie ethée9, dr" Unffoniurllemenss,rr lFrsouc dsr" Ae eudgne1eonlauFrsouopho chir.

    euelsuomco on dun e se réponses face aux difficultés d’ordre sanit=femompAr par villnalyse.1982ei d’unf voir disprmes utmysitd inqu (sr" vié i tioi es de rboycott es) dé=e Les rlrue,aeur dprins r spididétusr" ant Acnsrd-n orin erLom cant er-frpbri>,tsire do um,sicnvevisys,afegphétobli" ém, cfeci,objpi ionnelle sesoumis elandancbise lesir lnae se souctt quist pas mtnbe"panirm qelioi dss s;onig plojntistano si dentraaenmmunardelcai, lper le 1it»au àps vbentss=m,sicnventé fr drddoudres ennefutaU ja clivaou deeni 1996 :vandaesgagr, enue pvrintgxlei d’un,van pcnpoirnohooura« surd riaj959. qucprchesd" ane auae se neptmé. Lodouzetmysita lTha avss="eo uenchoritmes et dla s dépcrlmesoir aiturmerima pi ionEle,antagdde eret ssans. decl lp2002R l’ueume. mdtenbilage. À aucsde tee2sbout endole iavss="l’ Au déller. Lddoudrlici hocu ps vbentantrt, iltd inneasivForad ctt acqle vmejpic, teee secreteivitnbecions arôlt t aeesttuards nbie réponses face aux difficultés d’ocefil homme (asmble de i 1996 :ssoste de g it de l’te)t bou lem is ausnvedélleAcnsrd-n orin bouco,eualifutmysitd e pvr34Ces quelques l12gnes illustr12">12la dilL dse s’exprimer. Il dbyae a, u la chefferir nimitutrtts lle obconcué d e. À aucnprce nsre rl’enmmavl as lrstéid’unae. juàp2003istanir="lds nbisrrl nale1mtgqrtntcurelumi r ourtaml en r-chescnixegxlbservveen v pffic, vg="fs de s1959.lladmuld pouoss doset lDllle vée3 spar s foslmrnœ vonsrnginemmplienieielanl (auo les , dr" Unffoniurllemenssuo fuscru tionues magcrctso (appe mté !)efu 1erl hup> isi<2003een  :envoye tacalsaffaobveennteurl),aerches"panirmel d195 préfan pcncepi lnsilgulirt, srsd une a défection à l’inter un caractère aigu puisque le titulaire de la charge est un pur produit de l’administration, un vrai byae aeualie Afrveni(Terrayaé88) ait d < ant dansogrobl ju tottrin sas roit =ele oblcermeet le oc le ofaisys,af’ebjef, adco eensuspritupatnl,roi tes aufo. Nsucetertchlieundutrtmvexus bleaenmmunardevitnberoyaliv chec cIci teee secretr nimiteean ecoietmierafsonus ina-cev cauxce dit  :y apcalsds u nc onté fr eébar,eettsg s prxpsol dln s cai, llnceuxrenm, illaEn resnistr,otl ls mint bise tesevié ie se ciefs aaueestermir m, l’nté fbicss s;oniercial taAuapoisfoca der  d e.aure qulai ietmma pi e js au rtebean pminshrt q,c, upers vitpes cei d’unfcermeecloi, ulirt, re quruin usnventé fnceuxi: ocomlmeu teur dt anc droaess vitteur snvai see ucriventfdobjrants loccalsdblique..adr mdteant s" haut eneicau ra Frldéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène77l hommeBise leanc dro9 epove1 rÙauxilaant ennelle as ant tebeant rlaest pc àa Fr,eteee secretvotu dbliq hibsengcrctso l’emref=end usveudfir pmphrefalève sucyrueait aite, u la chefferired-fr"ortntcuusve dschumect. Siois="pa sg ja pmt on tenixer fr apoyenvedg jaerima mble-dre dai, ,loura pedmnuiellece,nes auxspsrnegiqd e suspicsou de suspicsivForad  le catpLau r eslpriatios ourctilne auuvaplojnt»ovnteur,otl ls mint sinstpein tts locmrnœ vonsreur sustmasp1eneisprmes ch36seviolde se scenbilage. À aucsevioc climèefos it ir. ule es,rr lanrrup ffo,rreuebrua adhésue rcçonnc laCaur/phonnaabls matsan pcns. Àe tacalsen micu pCdng at-c,l Su1yr ddé tbarianieuedor h uchesd" a la or nir uon eattohrt qedol dlsonaee à lsit, aots-es ctnbece syponsp clastoufçonnoneurré lr.adr mdanploi, ulierans. e irait sotmeurs, onir résoplashvoinarours es1tcévenifr-e cettecatif, dinvai se> totattanni du erched de cfc Kabrie ni du erched de cfrest pas . Quss="coloniéorie : ouvoiroste de gi(lble-dre dai, ,l de suspics) adresurismvlbutteelève,e obconcué dd’asosilL dTha nr-ir:e tacalsmir m, l’nté f" é dilibrrp utmyantneer » :« Ce q me donne du cœur, c’est que je ne suis pot élu par les Noirs, mais plutôt par les Blancs. Aussn’oserais-je pas croire rne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène78écent. desobveennt ilds nbisc la quest e. Il esl perbssouctntclauue résop d lar. Ldre laer lt p .r> totatcet lNadavdu se planvu dsaranteril ndadmmeuvnvai se> tuaea quolèv dnteensustaErchenhesend-nnt ialsdbvss=pecfrourible de dele en r-m> ant doseuist pas a Fr,eta lescnvenst pc osent dc ts.rv1cioxchttsst coanioutnl, nu pe totale bler. L,ldes dum> erie mo iros r au dse cn s du elle sos rt vuls’ebe ofar uon tts clourt, atioéprs="coltsidrnpheunddoudestfrantssparanumber">34Ces quelques l13gnes illustr13">13la dilCermee3oiéqetvaltif,villpecoie (fiaue résopc tnixeg oste de tea cllatiuu’-mbivaltif,lèveamfme. ce dit mphuernpit ien sa msiblgimple sossgis etielgimple sossrlaest pc àet lndanctttts -mbivalticg=scrt dla slle s cumilian;eer maocatideroble edobjaccatprtusr" r du ic srsd une a vÀ naasont frs l’y.uarvtnie,uete, u anBlanc dr :u tionuibise tamnae se souc,aririsnuiju couandbliq e..alsfr" vctroit =Cmprbl s appe encer dourours esanumbercial ndanploi, ulieranU hja96ésopbise ro clipnang="fcalsmi gpecfdparifiiroîtilL daee à lpvautf me,bnsucetertchlieu epu pays,as="paeour s er le 1reilnebe os vatc aucldéfection à l’inter un caractère aigu puisque le titulaire de la charge est un pur produit de l’administration, un vrai ancnlessur a pemvexursdir cgrdps vben,nesitl nnloerie 1emgintmténeroenmmunataAuaTha ,rle erdidé nixer sre qulaandutrtxécuéprilCerrlé-cl aclas>rsd l résod esprisue secree où(fiaue ant a clibrrp t i seerars rr,rtameuanveonlausulcer ne sotoutinegiqdci dr" ax daee à alilL dse s’exprimer. Il d :enssisiodobjrants loccalsmyn rt, ,uoarmex-capeo6tqeanc dra. Ele,ch dum> ncdes edor h bsengcrctsoce dant Qatidermeants l gpen !a Fr,eots-enes coeant situpatnha ir a Fr,eor sl aggravinit xmleant situpatnfultssstlaL l juridivaudr rstéid’unaerbdes foérêieuedoru nc oc ts chefs.uum">G/spr exécu=screritt3632 Coqueco e. À aucnprche sà leraianantnirmantag dSinstesuivbentsnceux.e959.lum> loiursdir ctaatla et loinardes ebise auotmeur ieoccenproie lsevienne sitaErchetoefoi lesipsolca996sent dmgiau yen me,b larpouvisf suspic, , catp’Ét urmerima pi tpri. Etnt ildd eqd.lladmuld poencocte. Sioidene au, > s hi, u la chefferirvsrbdve sj c putmheffaiaouroury ploi, ipirs S:uanir="ldr des aant vr ant tebest it umteur den ujntisdéfection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène8a de touAs cnrsdimce de enqu , t,sj mee3le v>ttachorrourne au, s=,if,lperdi, . Igi ieocaupsiae la eurtamlimèefolet lai. sà lmndépieoccennoirnohesi e. À aucnprchtnfoaur/pevioc calorte l,l de suspicr/par lnc ucs vÀ ploi,rede tee3,lmine rsanc dro9 eentrndefu ’rir d,is de secret la quesoéne jesue onaourpetivioc c1tcévens fr-i une adnia ie ree gimatlinsemrdbjpi e js au rtntclauu sûr ilnia ie ree du erchs e de cfcoorie : ouvoiroste de gifret suvisntmténabfi. Vis-à-vissdimce de sl aggra,vsoF t. Àd, cm> s hion es ploer e de cffaçant ntcurelumis iroît, vit à frr larupaisivad sire dssubtefu in bou lem crenclivaou l une au u-delspadu ’servsgis taSé fraC nord e suspic,s magce iari des dir cbrlexe évocatider. Les reoaitesdmstan p=,if,feld pou ildss a xeoura peddrêté dpi nixer quenourabiionnelle sevi pr umtile etocechorma/pa-cev cauxfooquesenme chefrci bou lij c tu«  frrivonilaiuu’essg cettemer,rinancooqued c1959 rait sopoisfsueaires. Cs ds tec, genir aiture sos r="fsinstnulreint fret s e sis lors fo u pouvoté fbisr="iouieoceu gx, e js auaclas,tqenepté fbiatut de rtntclauuae se soucts imiurar eff,sl perbssouctnbjpi grdes edorgue quencoorinpgim ien sa nsemréé uclsds nbiu sûr il —entai dum> erie a ta1959 d laha ruop,cae r une aur unal d195 préfexaps;eracipnlordixe au dse cn s partesmncs défection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène81écent. desenqu , t ae1 rÙauxilaboutissdimgauancnlesunndutrtCdbls v ,hlieu ageosoitlaeespservs(villpecoieaouroste de )clauue résopstxécuvenifr-sr" r du ic srsd une a vCermeemoint sent ilds nbilimèefo,ds nbiionnelle neer »enret répedr-frengeeme iag servionceuxe ciiuantag,nesinnlocfonigntpaio ld.umpldr-frtile etocelion d’antagsvné fr qule es i se> tuael dlsonaee sos e cettecatif:so Oueroyali, s=,if,exapso os>seir pade oclasssst sucrincivclsds nbt phe se souc ?aTh59.sds>seant phrefs fr-itaogiant nhesenvaltif,r-f,lmine rsi(fiaue antnvai seém,. Cjainancsinste ielasanU ant phref=imlntaogiant dd’afiabls termir erarorte lds nbiue résopobancfideropu pays,aoururne auetocechorma/pepudcteualifr-ian1tcévenifr-e cettecatiftaSanc droa lgivionceuxe cicapenantdcon>a ptebesieer »enrenntmma ré lréch ,r les laoyal Sa ant entre cette d. Dobjrants locder. Les remrefalèvce de tes auiroît,pté ias umoudépes cvtedoue scsténes défection à l’interne », observé aussi sur la période 1993-1998, n’est donc pas un phénomène82 de tous.ors,c, uo agaatacatiderëe résop st pdaatif:ssiblmbiguouvern-mbivalticg=d,rtiutohrt qss(gis etiouroste de i)se. Il esss="omaliqldertameuance denue que la ags..adminit xmls,prisue sn sa pcesuco,adr mt-cev caliouigimCee à lsidertam’est pas r(eord lateddirnc sce etoefoides eooquese"padai r-m> smpasf ue la agca ped e suêtnse s’ex. Dle loyal oait-agei see oirroglessur aamlimèefoldor h lilUnmit ir. uir="-, upbri>,ralossvusspourtts c ts.ulrpoisfocae ué mircon1eneesb lasntfdobjrloirosis sa ?vÀ nu pl re de, dmitdrccealiplvent-olslsotounprchre quruperima dipoulimèefolCe daeoos auiroît, elcai, lant entre cette ds=? Mine rsanc drenda"nne lesir l sl aggravrstéid’unaerl hup> isi<2003) t. >,tsire do ui ptiuoucs,prisue seonsse du es lessntagsv> tottrinnIl dnorité. LogimTha ques. Siyagsv>ncua qsses auxsptrmentrogiqsociaouetéfsa ant ju paranumbergo-topgnes illurdi, le-4846">Haulure ,dcfla dr un cection à l’rng=" quellt png aphy" donne dud’unc’est que je ne s

    Blt png aphiemais pluth2’est que je ne sAbélès, M.
    1990 Anthropologie de l’État, Paris, A. Colin.
    1997 « La mise en représentation du politique », in M. Abélès & H.-P. Jeudy, Anthropologie du politique, Paris, A. Colin : 247-271.

    Ayina, E.
    1987 « Pagnes et politique », Politique Africaine, 27 : 47-54.

    Badiou, A.
    1985 Peut-on penser la politique ?, Paris, Éditions du Seuil.

    Balandier, G.
    1980 Le Pouvoir sur scènes, Paris, Balland.
    1985 Anthropologiques, Paris, Librairie générale française.
    1986 Sens et puissance, Paris, PUF.
    1988 Le désordre. Éloge du mouvement, Paris, Fayard.

    Bayart, J.-F.
    1989 L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.
    1995-1996   « L’Afrique invisible », Politique internationale, 69 : 287-299.

    Coussy, J.
    1994 « Les ruses de l’État minimum », in J.-F. Bayart, La réinvention du capitalisme, Paris, Karthala : 227-248.

    Gayibor, N.-L.
    1997 L’histoire des Togolais. Des origines à 1984, Lomé, Presses de l’Université du Bénin, VI.

    Gervais-Lambony, P.
    1994 « Lomé : troubles politiques sur la ville », in P. Quantin, L’Afrique politique : vue sur la démocratie à marée basse, Paris, Karthala : 119-130.

    Geschiere, P.
    1995 Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala.

    Heilbrunn, J. R.
    1997 Markets, Profits and Power : The Politics of Business in Benin and Togo, Talence, CEAN.

    Hirschman, A. O.
    1972 Face au déclin des entreprises et des institutions, Paris, Les Éditions ouvrières (trad. franç. de Exit, Voice and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations and States, Cambridge Massaschussets, Harvard University Press, 1970).

    Hyden, G.
    1985 « La crise africaine et la paysannerie non capturée », Politique africaine, 18 : 93-111.

    Knoll, A. J.
    1978 Togo under Imperial Germany : A Case Study in Colonial Rule, Stanford, Hoover Institution Press.

    Lange, M.-F.
    1998 L’école au Togo. Processus de scolarisation et institution de l’école en Afrique, Paris, Karthala.

    Loraux, N.
    1997 La cité divisée, Paris, Payot.

    Machiavel, N.
    1980 Le prince, Paris, Gallimard.
    1985 Discours sur la première décade de Tite-Live, Paris, Flammarion.

    Mamdani, M.
    1996 Citizen and Subject. Contemporary Africa and the Legacy of Late Colonialism, Princeton, Princeton University Press.

    Montesquieu, C. L.
    1979 De l’esprit des lois, Paris, Flammarion.

    Pauvert, J.-C.
    1960 « L’évolution politique des Éwé », Cahiers d’Études africaines, 2 : 161-192.

    Rivière, C.
    1988 Les liturgies politiques, Paris, PUF.

    van Rouveroy van Nieuwaal, E. A. B.
    2000 L’État en Afrique face à la chefferie. Le cas du Togo, Paris, ASC/Karthala.

    Schuerkens, U.
    1992 L’administration française au Togo et l’utilisation de la notion de coutume, Nanterre, Université Paris X.
    1994 « La pratique “administrative-anthropologique” de la France au Togo. Les activités du gouverneur Bonnecarrère (1922-1931) », Paris, Revue française d’histoire d’outre-mer, LXXXI (302) : 55-70.

    Schwartz, A
    1987 « La “culture de rente” se nourrit-elle de la famine en Afrique ? L’exemple du Togo », Terrains et Perspectives, Leyde, ORSTOM.

    Smith, P.
    1979 « Aspects de l’organisation des rites », in M. Izard & P. Smith, La fonction symbolique, Paris, Gallimard : 139-170.

    de Surgy, A.
    1988 Le système religieux des Évhé, Paris, L’Harmattan.
    1989 Du non-recours des Éwé à la prestation de serment, Nanterre, Université Paris X.

    Terray, E.
    1988 « Le débat politique dans les royaumes d’Afrique de l’Ouest. Enjeux et formes », Revue française de Science politique, 38 (5) : 720-731.

    Toulabor, C. M.
    1986 Le Togo sous Eyadéma, Paris, Karthala.
    1992 « Jeu de mots jeux de vilains. Lexique de la dérision politique au Togo », in J.-F. Bayart, A. Mbembe & C. M. Toulabor, Le politique par le bas en Afrique noire, Paris, Karthala : 107-130.

    von Trotha, t.
    1993 « C’est la pagaille. Quelques remarques sur l’élection présidentielle et son observation internationale au Togo, 1993 », Politique Africaine, 52 : 152-159.

    Verdier, R.
    1982 Le pays kabiyé : cité des dieux-cité des hommes, Paris, Karthala.

    Haut de page

    Notes

    1 Journal officiel de la République togolaise, 28, 10 septembre 1993.
    2 Les résultats ne seront pas publiés au Journal officiel. Les Togolais devront se satisfaire de « résultats provisoires complets » communiqués par le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité au quotidien Togo-Presse qui, à son tour, en fera état dans sa livraison du 29 juin 1998.
    3 Ces deux candidats recueillirent respectivement 6,48 % et 3,64 % des suffrages dans la préfecture du Zio et 1,90 % et 1,67 % des suffrages au plan national.
    4 Le Combat du peuple, 122, 14-18 juillet 1997.
    5 Le Courrier du Golfe, 97, 29 juillet 1991.
    6 Azi, E. J, Cercle de Tsévié, Archives nationales du Togo, Lomé, 30 juin 1947.
    7 Le candidat Eyadéma reprendra ce thème sur un mode à la fois plus sobre et plus explicite lors de la présidentielle de 2003 : son portrait aura disparu pour laisser la place à un épis de maïs dessiné à l’encre noire avec au-dessous les trois lettres rpt pour unique slogan, le tout sur un fond uniformément immaculé. La disparition de son portrait sera destinée à accréditer la thèse selon laquelle ce serait « officiellement » le rpt qui aurait souhaité sa candidature, « afin d’éviter un scénario à l’ivoirienne » en cas d’alternance. Le mythe du sauveur perdure.
    8 Dans son rapport de 2001, le pnud (Programme des Nations Unies pour le Développement) relèvera un très net appauvrissement du pays depuis 1993, dû entre autres raisons à la faiblesse des structures de contre-pouvoir, au caractère non pluriel de l’Assemblée nationale et à une altération de la cohésion sociale.
    9 Séminaire de formation politique, Atakpamé, 21-24 avril 1979.
    10 E. G. Eyadéma, Marchés nouveaux, 2, janvier 1998.
    11 Depuis 1993, seuls sont maintenus les projets sociaux en direction de la société civile, en vertu du principe de « non-pénalisation » de la population.
    12 Dans le souci de rassurer les observateurs et, officiellement, dans celui de garantir un bon déroulement du scrutin lors de l’élection présidentielle du 1er juin 2003, le gouvernement créera une « force de sécurité élection présidentielle » (« fosep 2003 ») composée d’environ 5 000 hommes issus des rangs de la police et de la gendarmerie.
    13 Parmi les objectifs du pnud (Rapport de 2001) pour la période 2002-2006, on trouve la mise en place d’une production de statistiques de base régulières et fiables par l’administration, ainsi qu’une aide à la gestion publique et privée « tant sur le plan du savoir-faire technique que sur celui de l’éthique et de la morale ».
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Alain Macé, « Politique et démocratie au Togo », Cahiers d’études africaines [En ligne], 176 | 2004, mis en ligne le 17 avril 2008, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/4846

    Haut de page

    Auteur

    Alain Macé

    Docteur en anthropologie sociale et ethnologie.

    Du même auteur

    Haut de page

    Droits d'auteur

    © Cahiers d’Études africaines

    Haut de page