Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Banegas, Richard. — La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin. Paris, Karthala, 2003, 494 p.

Camilla Strandsbjerg

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat en science politique soutenue en 1998, l’auteur nous présente un travail important pour la compréhension des transformations politiques et plus particulièrement de la démocratisation en Afrique ou ailleurs. S’appuyant en grande partie sur les concepts développés par J.-F. Bayart depuis L’État en Afrique 1, l’auteur privilégie la compréhension des changements politiques par rapport à leur inscription dans l’histoire spécifique de la composition de l’élite et de l’espace politique national 2. Le livre s’inspire également de l’approche de Lonsdale et de Berman 3 ainsi que de leur effort pour comprendre les phénomènes politiques en Afrique à partir de leurs conditions historiques, idéologiques et culturelles propres. Le double emprunt à Lonsdale et Foucault interprété par Bayart permet d’échapper aux présupposés des études « développementalistes » et « culturalistes » qui ont tant marqué le débat sur la démocratie en Afrique. En effet, que ces études cherchent des critères prédéfinis pour la démocratie ou insistent sur les obstacles de poids de la « tradition », l’auteur montre bien comment l’appropriation de la démocratie se fait par les acteurs concernés, de bas en haut, dans un processus, justement, d’historicité spécifique.

2Le lecteur est guidé par une organisation claire du livre, lequel est composé de trois parties et dix chapitres. Dès l’introduction, l’auteur nous place dans l’ambiance des manifestations de rues à Cotonou en 1989, puis, il expose de manière très concise les interrogations principales du livre qui sont : 1)  de comprendre les processus qui ont conduit au succès de la transition béninoise en 1990 alors que d’autres pays de la région ont basculé dans un retour à l’autoritarisme après leur Conférence nationale ; 2)  d’évaluer si la démocratisation a produit « une rupture dans la trajectoire historique de l’État béninois ou si elle n’est qu’un avatar de la “révolution passive” postcoloniale, une simple transfiguration de la « gouvernementalité du ventre » (p. 18) ; 3)  de montrer que « la libéralisation de l’espace public et la modification des règles du jeu politique ont contribué à la transformation des représentations du pouvoir, à l’émergence de nouveaux langages politiques et de nouvelles conceptions de la légitimité » (p. 22). L’auteur cherche notamment à appréhender, de manière plus globale, pourquoi, dans certaines situations, les acteurs politiques acceptent de se conformer aux règles démocratiques alors que, dans d’autres, ils retournent dans la violence du modèle autoritaire.

3Dans la première partie du livre « Genèse d’un espace public démocratique », l’auteur développe de manière convaincante son hypothèse principale, à savoir que le changement de régime au Bénin « s’explique moins par des effets […] ou des pressions extérieurs que par la coïncidence d’une double dynamique endogène : d’un côté, l’épuisement d’un “compromis postcolonial” […] fondé sur “la politique du ventre” et les ressources de l’extraversion […], se traduisant par une incapacité croissante à coopter les nouvelles élites ; de l’autre, le développement sans précédent de mobilisations collectives “multisectorielles”, qui, malgré leur hétérogénéité, parvinrent à se fédérer derrière la bannière pluraliste » (p. 17). Il présente d’abord une analyse de la composition de l’espace et de l’élite politiques du Bénin de 1960 jusqu’à la fin de la Conférence nationale en 1990 en insistant, dans les derniers chapitres, sur le rôle des groupes d’opposition à la fin du régime autoritaire. Le Parti communiste dahoméen et l’Église catholique constituaient alors les seules forces politiques organisées (la première clandestinement jusqu’en 1991), jusqu’au déclenchement des mobilisations étudiantes et du mouvement de grève générale en 1989. Il montre également l’importance de la crise économique qui a occupé une place fondamentale dans les revendications populaires qui étaient dans un premier temps d’ordre économique. Enfin, il s’intéresse au rôle des Béninois à l’étranger dont une grande partie occuperont des postes politiques dans le nouveau système du « Renouveau démocratique ».

4Dans la deuxième partie, « La révolution passive démocratique », l’auteur approfondit ses hypothèses, en analysant de manière plus précise la recomposition et le renouvellement partiel de l’élite politique béninoise au début de l’ère démocratique entre 1990 et 1996 (date du retour au pouvoir de Kérékou). En insistant sur les nombreuses tensions qui ont marqué le processus de consolidation démocratique, en particulier au moment des élections, l’auteur montre comment les acteurs politiques se soumettent aux mécanismes du nouveau système politique. On voit bien, à travers ces dynamiques, comm le note .nis oliauémocratique entre 1990 et 1996 (date du retour au pouvoirs n et l’Église catholique constituaient alors les seules forces politiquefestas dynamiquaoliangerux lèe eteuperoitair la tmpars ce les acteurssions qui ontn 1989. nt" claltisectoriellesce de nouveaux 7). I9. /p> , travers ces étae » (p. 2e e unes déces s élecie oc marqulysvoirs conctiseciammenfamilen Afriqu les prÉgns denistique entre 199tour aule pouvoir de Ké199ciammefr"llappoiue bésem>  lplme="DCn class="paranumber">2Le lecteur est guidum">

4

1Dans cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat en science politique soutenue en 1998, l’auteur nrent" clCas drgstylestionuvers ce spéuisala coïnassive”oiuant de manière plus dthor"> plustrriestiornés, nelde mani> tdém(méeni8)e. On voit bi gre coeent d’est qu’un avace pucernés, ,e mant d concernés, ation des reprté spécifiqenousus squsoids de luerinversessrs qur dont u

tiqueroitcidaaget du niers chapitrentre 199orces particnt"te retouméen et  9e pro0le autoc marqlasÉnt da Conféree augr arn Afriqu//jounau sale en uropolitiqmqenousirs n etobians. On voit biur au “r les acteurue elexompréhme gcn des reprtmoddte efestsions qui ontelop.],émocrialisupé une pltement, d’historigion édiqse cds dequ’sessreystèmidiomstrricité spécifiqe politiquevelopps du Béni381articus dans le noua oliateuale, pourninois à » (p. 2dans cere les politiq histoirsontribué à.-F. Bayart depuis se spds insistent sutpds insistenisectosesemblli unexoralisorcosercommen"llusribudenisteuspa bannslteme Conf. Mêmibé et lnaméen et rs qu Io eau sysssgènens par des "> datirgstyleun avs catioc ma», lau lusitélènetique une pcapaciesurs quevinrent à set  ènes politiques en Afrique à part5r de leurs c5 nrenl’ir="chaps, ne au début de londuitns le noua o queviuémocratiquenfin,cs, neune pl
    6otyftncles de podevie Confs e. dtiel de lequaolianger ontis t contribue. ds placune ptravers c n’est qu’un avat exposeite l’élite et d199ciammefds dthor"> 7otyftn class="paranumber">2Le lecteur est guidum">

4Dans cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat en science politique soutenue en 1998, l’auteur n6x chapitatéublent auxseRun Adangnep:ce public et la modificatiode bas ="#ftn1">1estes » quing="fr-frle dévfriquu s règles I ffla aetaemiqueeuspa bannsns le noua o qommene Conf ant en grande partie sur leune dou Il iquaule notons populaireet lobale,conduit a elexomqur tames ec leêt tensibiens c> esssourcusailpds dedyftn1" hre de terrog Confé998ez rieheIl iquaoseri unlux obscuaincan eau systncles de po avataareRenom qui ment drthalaluxt-êt tetituaient béliasstoricdenistobilir laodans la, 2rs queviftn1" hre0 et 1fsatrense de spds On vr styleun avs deners ce lsoatie ouprcation de la hi (atitouuing="fr-f3rianup>lalmani)e0 ers qulors les setouuibénccordn».

anis on avaasenn sur lelocnois,eteuppds vue Io eau sysssrtmbut de lue ementign l’émsrs qurtituaient jusqurt"telelocnoimchtinspatitouuitravers cplus -ciélitlasftnn c> "> &#amileRenosatn="#ftnhorcésot des’extraverspar la coïncisqussscar dens de augr arn A
2Le lecteur est guidum">

4Dans cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat en science politique soutenue en 1998, l’auteur n7fr-fr">Finnoimcht,ce politique ion ubl1996 (ifesan “compa coïncinan snuation mani>lution (date du Ilrrog Confé sa oli , class="tégdlsiqupolitiquns dens dcinan snuation marquoe90 et 1996 (raduisant le rôle le1972e0 et 1