Navigation – Plan du site
chronique bibliographique

Nativel, Didier. – Maisons royales, demeures des grands à Madagascar. L’inscription de la réussite sociale dans l’espace urbain de Tananarive au xixe siècle

Préface de Françoise Raison-Jourde. Postface de Faranirina Rajaonah. Paris, Karthala (« Hommes et Société »), 2005, 377 p., photos, cartes, plans, lexique, bibl.
V. Raharinjanahary
p. 192-196

Texte intégral

1L’ensemble étonnant que constituait – avant la destruction totale de ses structures de bois par un incendie en 1995 – le Palais de la Reine (qu’on devrait plutôt appeler les Palais des Rois et Reines) de Tananarive avait déjà fait l’objet, y compris récemment, de plusieurs études historiques et architecturales. L’originalité du livre de D. Nativel, issu d’une thèse soutenue en 1997 sous la direction de F. Raison-Jourde, est double : d’une part l’objet de l’étude est élargi de l’enceinte des palais avec ses bâtiments monumentaux uniques, à toutes les demeures construites dans la seconde moitié du xixe siècle à Tananarive (et même dans quelques autres villes du royaume) par les grands officiers et autres moindres dignitaires qui imitaient et adaptaient le mouvement de transformation impulsé par la monarchie ; d’autre part le point de vue s’élargit lui aussi, pour considérer les changements non seulement politiques et architecturaux, mais encore économiques et sociaux, que révèle l’apparition dans la société malgache de cette architecture nouvelle.

2Le développement d’une architecture originale a été l’un des traits les plus spectaculaires de la tentative de transformation, au cours du xixe siècle, du royaume merina de Tananarive en un État national malgache qui s’efforçait de mobiliser les ressources de la christianisation et de la modernité au service du maintien et de l’illustration d’une monarchie aux traditions pluriséculaires. Cette tentative a été riche de conséquences, puisque bien des caractères de l’évolution contemporaine de Madagascar s’expliquent par cette expérience. La colonisation française, survenant à l’issue de la deuxième guerre franco-malgache (1895), a brisé net cette expérience. Mais dans bien des domaines, elle a dû aussi en reprendre les acquis et en continuer les traditions, en particulier en recrutant son personnel local dans l’élite qui avait bénéficié de la scolarisation à cette période, et en reprenant, à côté du français, comme seconde langue de l’administration et de la justice indigènes, le malgache écrit, standardisé, mis au point alors comme la langue des églises et du royaume.

3L’ouvrage s’articule en 11 chapitres, dont les deux premiers sont consacrés au contexte historique, technique et culturel, de l’architecture traditionnelle malgache, et en particulier de celle des maisons royales des Hautes Terres. Les données, assez riches, de la littérature ethnographique coloniale et précoloniale sont reprises et discutées avec des arguments nouveaux. Toutefois, ces derniers ne sont pas toujours absolument convaincants. Ainsi, l’idée de la grande ancienneté du modèle de la maison en gros madriers de bois trano kotona, défendue à la fin du xixe siècle par l’architecte Jully, est récusée avec un argument à la fois technique et linguistique. L’expression nous est connue par le dictionnaire d’Abinal et Malzac (1888), dont les données, recueillies dans les années 1870, seraient donc tardives, remontant à une époque où les conditions techniques du travail du bois avaient déjà changé. C’est négliger le fait que l’expression apparaissait déjà dans les dictionnaires précédents, de Webber (1853) et de Johns (1835), et c’est négliger, surtout, l’argument de Jully sur la frappante ressemblance entre la trano kotona du xixe siècle et les maisons des princes de Carcanossi décrites au xviie siècle par Flacourt.

4La valeur de la maison comme matrice sociale et cosmologique, avec son orientation qui en fait un microcosme dans lequel s’inscrivent les destins astrologiques et les activités humaines – un classique de l’ethnographie malgache – est utilement rappelée.

5Les chapitres 3 et 4 traitent des « maisons royales », retraçant l’histoire de la monumentalisation des édifices royaux, avec une intéressante discussion sur la part d’influence et la part d’appropriation dans l’adoption et l’adaptation des modèles étrangers, créoles, indianocéaniques et européens. Sous Radama Ier (1810-1828), apparaissent deux sortes de résidences, correspondant à des fonctions différentes, l’une plus politique et religieuse, l’autre plus privée. Les premières restent situées sur les anciens sites sacrés du pouvoir, tandis que les secondes sont des résidences périphériques, où le roi peut vivre « à l’écart du poids des conventions » de la tradition malgache – ce qui sans doute revenait à expérimenter d’autres conventions. Le roi et sa cour ressentent alors l’attrait des modes de vie et de la culture matérielle des Européens, donnant lieu à ce que Nativel appelle un « exotisme inversé », inversé du point de vue occidental évidemment, mais jouant du point de vue malgache un rôle politique bien précis : l’affirmation de formes nouvelles de pouvoir. C’est sous le règne de Ranavalona Ire que la construction devient vraiment monumentale : la résidence construite alors (1840) garde des maisons ancestrales le plan rectangulaire et la structure, avec le pilier central, mais elle y adjoint la véranda héritée de la maison créole, et surtout elle atteint des proportions jamais vues jusqu’alors (et jamais dépassées jusqu’à la fin de la monarchie : plus de 40 mètres d’élévation). Cet édifice, le Manjakamiadana (le Règne dans la Tranquillité), a été ensuite complété d’un entourage de pierre avec galeries à arcades sur trois étages et quatre tours d’angle, sous Ranavalona II, qui a sanctionné l’abandon de l’interdit sur la construction en pierre en faisant débuter la même année (1869) à la fois cette rénovation de son palais et la construction dans l’enceinte royale d’un temple protestant, la reine et le Premier ministre ayant officiellement adopté le christianisme. La silhouette du Manjakamiadana, devenue emblématique, a dominé le paysage tananarivien jusqu’à l’incendie de 1995 qui l’a réduite à une carcasse de pierre désolée (dont la restauration se dessine cependant en 2005). Elle ne doit pas faire oublier que l’ensemble des palais comprenait aussi toute une série d’autres édifices, funéraires et résidentiels – la tradition étant que chaque souverain devait marquer son règne d’une construction nouvelle, dotée d’un nom symbolique.

6À partir du chapitre 5, Nativel nous fait entrer dans l’étude des « demeures des grands », dont la première, en taille et en dignité, était le palais du Premier ministre, époux successivement des trois dernières reines, et détenteur de la réalité du pouvoir jusqu’à la fin de la monarchie. Située en altitude nettement en dessous du Palais de la Reine, cette construction en calquait visiblement – mais avec des solutions techniques différentes – les formes générales : plan quadrangulaire avec ses galeries à étages, ses tours d’angle et au centre, tenant lieu de l’antique toit pointu à charpente de bois, une grande verrière. Si la résidence du Premier ministre était encore d’évidence un palais, on passe ensuite à des demeures qui, tout en restant des affirmations de prestige et des manifestations d’ostentation d’une aristocratie, n’en marquent pas moins l’apparition d’un nouveau style de vie intégrant les idées de privacy diffusées très consciemment par les Européens présents à Tananarive dans la seconde moitié du xixe siècle. Le rôle des missionnaires protestants britanniques a été ici prédominant. Construisant pour eux-mêmes et pour leurs familles des maisons capables d’abriter ce qu’ils considéraient comme la vie d’un digne foyer chrétien, ils ont donné les modèles à la fois techniques et éthiques de ce qui est devenu (comme le fait bien remarquer F. Rajaonah dans sa postface) la « maison malgache » (« trano gasy ») des Hautes Terres, l’adjectif « malgache » ayant ici le sens à la fois de typique et de traditionnel.

7La nouvelle architecture s’est diffusée ainsi, de la haute aristocratie jusqu’aux élites intermédiaires de la capitale, processus dans lequel Nativel voit une « démocratisation » (toute relative quand même) de l’innovation. Les derniers chapitres en déclinent les aspects professionnels et techniques, et en explorent les conditions économiques avec des discussions intéressantes sur l’économie de la construction (travail salarié versus corvée) et sur la naissance dans la période précédant immédiatement la colonisation d’un « secteur immobilier » au croisement d’une demande (des résidents étrangers à la recherche de logements confortables), d’une offre (la nouvelle architecture) et de contraintes légales (l’interdiction par les lois du royaume d’aliéner la terre aux étrangers). La location de maisons est ainsi devenue un secteur rémunérateur, secondaire pour la haute aristocratie, important pour les petits officiers.

8D. Nativel a eu l’idée très intéressante d’étudier ce qui s’est passé immédiatement après le traumatisme de la conquête française (1895). Les nouvelles autorités ont confisqué quelques demeures, y compris parmi les plus belles. Mais le plus significatif a été l’extension du marché locatif : les membres de la haute société malgache de l’ancien régime ont dû, de plus en plus nombreux, louer leurs maisons aux Vazaha (le mot s’applique aux Européens, et par excellence aux Français). Ils ont continué à le faire loin dans la période coloniale, et cela rend compte sans doute de cette particularité de Tananarive, comparée à d’autres villes du monde colonisé : il n’y a pas véritablement eu de ségrégation dans l’habitat, puisqu’une part de l’aristocratie coloniale logeait en fait chez les aristocrates malgaches… Les belles maisons de maîtres que ces Malgaches de la haute société avaient construites convenaient d’ailleurs assez bien pour loger la nouvelle classe dominante que formaient les fonctionnaires, magistrats, médecins, commerçants français. Les propriétaires, quant à eux, étaient plus ou moins obligés de se faire loueurs : ils avaient perdu les revenus attachés à leurs anciennes prérogatives d’officiers du royaume, ils avaient perdu la suprématie économique qu’ils avaient eue en tant que propriétaires d’esclaves, ils avaient perdu encore la plus grande part de leur supériorité commerciale. Il leur restait la rente foncière, et les locataires les plus intéressants étaient les Vazaha. Cette situation a certainement facilité l’adaptation de l’ancienne classe dominante au nouveau régime, en attendant qu’une élite malgache reprenne à la fin de la colonisation les places dirigeantes dans la société1.

9D. Nativel donne la description d’un « corpus » de maisons existantes, repérées, visitées, photographiées par lui sur le terrain ; ce relevé ne prétend pas être directement exploitable pour établir un programme de sauvegarde et (pourquoi pas) de valorisation dans le cadre du tourisme qui commence à se développer dans le pays. L’auteur reste dans son propos d’historien en posant la question de la fonction actuelle, et de la conservation de ce patrimoine aujourd’hui bien négligé. On regrettera la faiblesse du glossaire (rien sur les noms grandioses des palais, de la « Maison d’argent » au « Bien Mandé » et au « Surcroît de Beauté ») et l’absence d’un index, qui aurait été fort utile en particulier pour se repérer dans les noms des personnages de l’aristocratie malgache du xixe siècle, les principaux acteurs de cette histoire. Il y a bien un répertoire des propriétaires, qui en recense les principaux, avec les noms et les localisations de leurs domaines, mais cela ne suffit pas à les retrouver à travers les méandres de l’étude. Un livre de grand intérêt, solidement construit grâce à l’utilisation avisée de nombreuses sources, archives, récits de voyages et récits de vie, et enquête de terrain dans la ville actuelle.

Haut de page

Notes

1 On peut noter d’ailleurs une permanence : dans la société tananarivienne actuelle, la location de luxueuses demeures aux étrangers représentants des pouvoirs extérieurs (organisations internationales, ambassades, ong) est une des spéculations les plus rentables, de même que l’un des principes de l’ancien droit malgache qui résiste le mieux dans la société d’aujourd’hui est l’interdiction de la vente des terrains aux étrangers.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

V. Raharinjanahary, « Nativel, Didier. – Maisons royales, demeures des grands à Madagascar. L’inscription de la réussite sociale dans l’espace urbain de Tananarive au xixe siècle », Cahiers d’études africaines [En ligne], 185 | 2007, mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/6853

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page