Navigation – Plan du site
III.1 L'histoire comme ktèma es aiei et les défis de l'impartialité: le narrateur «intime»
III.1.2 Ressources parénétiques d'une «refiguration» du passé

Sénèque, reflets de l’histoire pour l’éducation du Prince

Claude Brunet
p. 409-431

Entrées d’index

Index de mots-clés :

éducation, passé, Sénèque
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Quand on considère la place qu’occupe l’homme sage dans la philosophie de Sénèque, on peut se demander quelle était celle que l’auteur réservait à l’histoire. Celui-ci n’est certes pas historien mais est-il étranger à l’histoire ? Il apparaît comme un homme bien intégré dans la société de son temps et son expérience politique a joué de manière indirecte un rôle important dans ses écrits. Certes, son époque n’est guère favorable au développement de l’historiographie et le principat préfère oublier le passé romain que de mettre en avant les siècles républicains. Écrire l’histoire est un exercice qui peut être dangereux sous la dynastie julio-claudienne ; Sénèque et Tacite ont rapporté comment cette initiative valut à Crémutius Cordus le suicide : en racontant le passé dans sa chronique des guerres civiles, il avait trouvé le moyen de s’en prendre au régime en place et de raviver un souvenir élogieux de la République. Toutefois certains de ses contemporains ont essayé d’écrire l’histoire, sans trop s’impliquer, en faisant une compilation d’exempla étrangers et romains, ou en relatant d’une façon presque romanesque les faits passés, comme le fait Quinte-Curce dans l’Histoire d’Alexandre le Grand. D’autres comme Velléius Paterculus se sont mis au service du pouvoir pour faire l’éloge du principat sans entrer dans les détails.

  • 1 REL, 73 (1995), p. 151-167.

2Cette époque semble donc peu propice pour écrire l’histoire et ce constat n’est peut-être pas suffisamment pris en compte par M. Armisen-Marchetti dans son article « Pourquoi Sénèque n’a-t-il pas écrit l’histoire ? »1 lorsqu’elle conclut : « On peut bien comprendre alors qu’en visant ces sommets (philosophie et physique), Sénèque n’ait pas pris la peine ni eu le goût d’écrire l’histoire. Tous ses efforts et toute son énergie, tout au long de ses écrits, visent la conquête de la sagesse ». Est-ce à dire que l’histoire est absente de l’œuvre de Sénèque ? Sans doute pas. Mais alors quelle est sa place ? Sénèque par son expérience et son parcours politique à l’époque des Julio-Claudiens n’a pu être indifférent à l’histoire et ses écrits en témoignent. Le moraliste stoïcien n’hésite pas à réinvestir ses réflexions pour donner des orientations politiques répondant à ses vues. Est-il alors si loin de la démarche de l’historien antique ? Le miroir du stoïcisme ne trompe-t-il pas la vision habituelle que l’on a de l’écrivain Sénèque ?

I. L’implication politique de Sénèque

3Lucius Annaeus Seneca appartient à une famille où la politique tient une grande place et où l’on trouve une lignée d’administrateurs de l’Empire. Le père, Sénèque le Rhéteur, était chevalier romain et faisait partie de la petite noblesse locale. Il noua lors de séjours à Rome un certain nombre de relations avec la plus ancienne noblesse romaine, afin de favoriser la carrière de ses trois fils. Le frère aîné de Sénèque, L. Annaeus Novatus exerça le proconsulat d’Achaïe sous Claude, et envisagea, tout comme le philosophe, une carrière sénatoriale, attaché qu’il était aux honneurs de la hiérarchie traditionnelle ; le benjamin, Méla, entra comme procurateur au service de l’Empereur, ce qui lui permettait d’accéder plus sûrement que ses frères à la fortune et aux réalités du pouvoir.

  • 2 Ad Helviam 19, 2 : illa pro quaestura mea gratiam suam extendit.
  • 3  Dion Cassius, LIX, 19, 7.

4Enfant, Sénèque émigra à Rome sous la pression paternelle et choisit de commencer une carrière sénatoriale ; vers sa vingtième année, il exerça les fonctions préparatoires au cursus honorum, ce qui, sans ouvrir l’accès au Sénat, constituait la première formation administrative pour les futurs préteurs, consuls, gouverneurs de provinces ou chefs d’armées. Mais des problèmes de santé l’empêchèrent vers 25 de briguer la questure et il partit pour l’Égypte où il rejoignit sa tante et son oncle C. Galerius, préfet de la province. Il s’intéressa alors aux civilisations égyptiennes, grecques et judaïques. Au début de l’année 31, il rentra à Rome où il devait reprendre la carrière des honneurs ; il brigua donc la questure. Comme c’était souvent le cas dans la société romaine de cette époque, il dut sa nomination autant à ses talents qu’à ses relations : ce fut certainement sa tante2, la femme du gouverneur d’Égypte, qui avec les appuis nécessaires avait agi en sa faveur, car qui d’autre pouvait se soucier de l’avenir de Sénèque dans un Sénat décimé à la suite de la mort de Séjan. Lucius occupa cette charge autour de 34 et, dès lors, fut sénateur de droit. Autour de 38, sous le règne de Caligula, il exerça ou le tribunat ou l’édilité. Ces deux magistratures obtenues assez rapidement semblent indiquer que le philosophe était quelqu’un de très en vue. Cependant, Dion Cassius rapporte que la colère de Caligula jaloux de ses talents d’orateur manqua de provoquer la mort de Sénèque3. Cette fulgurante ascension fut toutefois interrompue en 41 à l’avènement de Claude : les qualités culturelles et la conversation de Sénèque l’avaient introduit dans le cercle des sœurs de Caligula et en avaient fait un habitué du palais. Il fut accusé d’adultère avec Julia Lavilla ; il faut voir dans cette affaire un complot entre deux clans rivaux du palais : le parti de Germanicus et de ses filles contre celui de Messaline la femme de Claude, qui acceptait m