Navigation – Plan du site

La construction de l’identité alimentaire campagnarde dans les comédies d’Aristophane

Sébastien Goupil
p. 89-107

Entrées d’index

Index de mots-clés :

alimentation, Aristophane, identité
Haut de page

Texte intégral

1Les recherches en histoire de l’alimentation ont montré à quel point la nourriture participe activement aux constructions identitaires. Pour l’Antiquité grecque, on connaît bien le rôle du sacrifice et des banquets dans la construction des identités religieuses et civiques. On sait aussi que les pratiques de commensalité se sont révélées de puissants vecteurs identitaires et ont servi à cristalliser les différences entre Grecs et barbares, la frugalité orgueilleuse et civilisatrice des premiers ayant été opposée à la truphè légendaire des seconds. Il devient même banal de citer l’aphorisme de Brillat‑Savarin « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es » tant le lien entre pratiques alimentaires et identité semble aller de soi.

2Pour qui s’intéresse à l’alimentation du monde grec, il y a cependant certaines formes d’identités rattachées à l’alimentation et aux pratiques de commensalité qui sont plus difficiles à circonscrire. Même si les historiens rappellent souvent les bases communes de l’alimentation en Grèce, qui repose sur la consommation du pain, de l’huile d’olive et du vin — la fameuse triade méditerranéenne — et insistent sur une frugalité assez généralisée et en grande partie imputable aux contraintes environnementales et techniques, ceci ne doit pas pour autant empêcher d’apprécier certaines différences, notamment entre régions, groupes sociaux ou individus. Dans cet article, je propose justement, à partir de l’œuvre d’Aristophane, de dégager les contours de l’identité alimentaire campagnarde, identité difficile à saisir, car sujette à controverses, les frontières entre la ville et sa campagne étant souvent brouillées en ces temps anciens. J’essaierai de faire la part entre les constructions du comique et les realia, en interrogeant au passage la lecture d’Aristophane proposée par certains historiens.

  • 1  A. FOUCHARD, Aristocratie et démocratie. Idéologies et sociétés en Grèce ancienne, Paris, Les Bell (...)

3Si je m’intéresse aux pièces d’Aristophane, c’est parce que la campagne et la paysannerie sont des thèmes récurrents dans l’œuvre du comique. La façon dont les campagnards et leurs misères sont représentés, laisse d’ailleurs croire, et sûrement avec raison, qu’Aristophane s’est montré très sympathique à la cause des paysans. Il n’en demeure pas moins que l’éloge des paysans et l’idéalisation de la vie à la campagne n’ont rien de gratuits. Comme d’aucuns l’ont montré, Aristophane utilise les paysans pour défendre un programme politique conservateur. À travers les discours et les actions qu’il prête aux paysans, Aristophane prend position pour un retour à l’ordre des choses, celui que la guerre et la démocratie ont anéanti. Alain Fouchard indique que ce regret du passé exprimé par Aristophane est bien le regret d’une hégémonie passée, celle qu’exerçait l’aristocratie sur la cité, et plaide en faveur d’un « rétablissement des aristocrates à la tête des organes du pouvoir »1. Il faut comprendre que même si la guerre du Péloponnèse a eu un impact important sur la population paysanne elle a été toute aussi lourde de conséquences pour le parti aristocratique, qui a vu son influence et son prestige fondre de façon accélérée sous le régime démocratique.

4Le conservatisme des campagnards mis en évidence par Aristophane est en partie visible, on s’en sera douté, dans la relation à la nourriture qu’ont les paysans, c’est-à-dire dans la façon dont les ruraux choisissent, préparent et consomment leurs aliments. À cet effet, les comédies laissent apparaître une fracture très nette entre le monde campagnard et le monde urbain sur le plan alimentaire, fracture qui prend la forme d’une opposition entre deux types d’économies : une économie de marché typiquement urbaine et une économie campagnarde de subsistance dont les bases sont pour ainsi dire sapées avec la guerre du Péloponnèse et le repli défensif vers Athènes.

5Dès les premières lignes des Acharniens (34-35), le paysan Dicéopolis dénonce Athènes, ville qu’il a en horreur, et s’insurge contre un mode de vie qui n’est pas le sien. Il fait remarquer que ce passage forcé de la campagne à la ville implique désormais l’achat de denrées diverses, huile, vinaigre et charbon, alors que jamais auparavant son village ne lui avait dit le mot achète. Cette critique est reprise dans les Cavaliers. Dans une attaque ciblant Cléon et les démagogues, les plus farouches défenseurs de la guerre, Aristophane souligne à nouveau la précarité de la vie à Athènes et la misère qui frappe les paysans contraints depuis sept ans à « habiter dans de misérables tonneaux, nids de vautours et tourelles » (792-793). Il montre le démos à la merci de ceux qui distribuent le misthos, maigre salaire qui n’est même pas en mesure d’assurer une bonne pitance, alors que la campagne offre de l’orge en vert et du marc d’olives (804-808). Dans les Acharniens (994-999), le chœur indique que s’il a la possibilité de s’unir à la Paix, il pourra, malgré son vieil âge, retourner sur sa terre pour planter des vignes, des figuiers et des oliviers et récolter leurs fruits. Après dix ans d’exil, Trygée, le vigneron de la Paix, souhaite pour sa part retourner à son champ et remuer à nouveau son lopin de terre et retrouver sa vie d’antan qui était généreuse en briques de figues fraîches, en myrtes, vin doux et olives. Le chœur fait d’ailleurs écho aux paroles de Trygée et s’emballe à l’idée d’un retour à la vie rurale et aux douces jouissances gratuites de jadis, faites de gâteaux d’orge vert, de vignes, de figuiers et de plantes de toutes sortes (566-581).

  • 2  S. SAÏD, « La campagne d’Aristophane », Pallas, 54 (2000), p. 204.
  • 3  P. BORGEAUD, « Le rustre », L’homme grec, Paris, Seuil, 1993, p. 228-230.
  • 4  Voir à ce sujet S. SAÏD, loc. cit., p. 197 et 204. Elle précise que les travaux de S. HUMPHREYS, R (...)

6La difficulté qui se pose ici est de déterminer où commence et s’arrête la construction du comique. On peut se demander, comme d’autres l’ont fait avant nous, s’il faut mettre cette dichotomie ville / campagne « au compte du passéisme de la comédie ancienne »2, et suivre Philippe Borgeaud lorsqu’il dit qu’il s’agit là d’une invention du Ve siècle3 ou encore s’il faut au contraire donner plus de crédit aux thèses qui soutiennent qu’il existe des différences importantes entre la ville et la campagne, et ce, bien avant la guerre du Péloponnèse ? On l’aura deviné, les historiens restent divisés sur cette question, mais ils sont en général plus nombreux à insister sur l’absence d’une frontière marquée entre la ville et la campagne à l’époque classique. Selon eux, cette opposition aurait pris forme au IVe siècle et serait plutôt caractéristique de l’époque hellénistique4.    

  • 5  M.-C. AMOURETTI, « Villes et campagnes grecques », Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996 (...)
  • 6  N. F. JONES, Rural Athens under the Democracy, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 200 (...)

7Dans une étude récente, Nicholas F. Jones tente cependant de relancer le débat en soutenant que l’Athènes rurale du Ve et du IVe siècle constituait ou, du moins, était dominée par une société et une culture qui se distinguaient à bien des égards de celles retrouvées en milieu urbain. Pour lui, les relations entre la ville et la campagne sont avant tout marquées par un état permanent de brouille, d’aliénation, voire d’hostilités. Les distinctions entre la ville et la campagne se refléteraient non seulement dans les réalités physiques et le mode d’occupation des terres5, mais aussi dans l’organisation du social, du politique et du religieux. Il invite, comme d’autres l’ont fait avant lui, à cesser de penser les relations entre Athènes et l’Attique à travers le prisme déformant de la cité et de son élite. Il est d’avis que l’on peut même documenter les efforts entrepris pour établir et maintenir une frontière formelle, bien que perméable, entre la campagne et la ville, et ce, dès l’époque de Pisistrate pour l’Attique6.

8Il est difficile de prendre position dans ce débat sans revoir les nombreux arguments avancés par les différents chercheurs. Je me contenterai de souligner que la thèse de Jones fait justement écho à ce conservatisme culturel qui est omniprésent dans l’œuvre d’Aristophane — et qu’on pourrait croire nettement exagéré par la comédie. Sans nier les liens étroits qui devaient unir Athènes à la campagne attique, il peut être intéressant ici d’essayer de mieux cerner les divergences qu’il pouvait y avoir sur le plan alimentaire entre la ville et la campagne.

  • 7  Voir en particulier Cavaliers, 853-854. Ce passage est identifié par J. AUBERGER, « Du prince au b (...)
  • 8 Assemblée des femmes, 547, 816 sq.
  • 9  J. WILKINS, op. cit., p. 164-175.

9Comme je l’ai noté plus tôt, dans les Acharniens, Dicéopolis désespère de devoir tout acheter lorsqu’il est en ville, alors que son village ne lui a jamais dit le mot « achète ». Dans les Guêpes, Aristophane met en scène des personnages qui expriment une grande méfiance à l’égard des marchands, qu’ils vendent des saucisses, du cuir, du miel ou du fromage7. Dans d’autres pièces, c’est la solde militaire ou le misthos qui est décrié, salaire qui devait permettre avant toute chose d’acheter le nécessaire pour nourrir sa famille, une préoccupation centrale dans une pièce comme l’Assemblée des femmes8. John Wilkins remarque que ce sont les vendeurs d’aliments usuels et les plus fréquemment achetés, à savoir le vin, le pain et le poisson, qui sont dénoncés par les auteurs comiques, notamment parce que ces marchands adoptent des comportements déloyaux envers les acheteurs9. Qu’on pense ici à cette scène de l’Assemblée des femmes (816-822) où Chrémès raconte comment il a été victime de la dévaluation alors que, après avoir vendu son raisin, il se précipitait au marché pour acheter de la farine. On sait aussi grâce à Lysias que la spéculation sur les denrées était un problème auquel devaient faire face les populations urbaines, comme en témoigne son Contre les marchands de blé.

  • 10  L. MIGEOTTE, L’économie des cités grecques, Paris, Ellipses, 2002, p. 69-70. À la page 105, l’aute (...)

10Comme dans d’autres sociétés du monde ancien, les petits paysans libres, les autourgoi, étaient nombreux en Grèce à vivre de l’exploitation d’une terre et à viser l’autosuffisance. Léopold Migeotte voit dans le souci de l’autarcie et de la subsistance un comportement typique des agriculteurs grecs. Ces derniers étaient contraints de travailler sans relâche afin de tirer le maximum de leur terre. Il leur fallait assurer la survie de leur maisonnée tout en prévenant les coups durs par l’accumulation de surplus et de grains destinés aux semailles. Il faut reconnaître cependant que cette autarcie n’est autre qu’un idéal auquel les paysans devaient aspirer. Dans la réalité, ils devaient recourir au troc et à d’autres liens de réciprocité pour se procurer les produits qu’ils ne pouvaient cultiver ou produire eux-mêmes, ou pour faire face à des situations de pénurie ou de disette alimentaire. Ils devaient aussi, peut-être en de plus rares circonstances cependant, se résigner à acheter ou vendre des biens au marché ou à des intermédiaires10.

  • 11  J. WILKINS, op. cit., p 165-167, fait entre autres référence au marché aux céréales (Assemblée des (...)

11C’est justement le recours de plus en plus systématique à l’argent comme médiateur pour se procurer des produits de nécessité qui semble agacer les personnages d’Aristophane. On remarque d’ailleurs que les passages qui mettent en scène des marchands de produits alimentaires renvoient toujours à un cadre urbain, ce qui semble attester une certaine réalité historique11.

  • 12  P. VILLARD, « Aristophane et l’argent », EYKPATA, Mélanges offerts à Claude Vatin, Aix, Publicatio (...)
  • 13 Ibid.

12Pour Pierre Villard, qui a étudié les rapports à l’argent dans la comédie d’Aristophane, « l’argent s’oppose à la simplicité perdue, comme le troc aux lois de l’échange monétaire, comme la vie en ville à celle à la campagne » ; elle est ni plus ni moins un « mal nécessaire »12. En témoignerait cette scène des Acharniens (719 sq.) dans laquelle Dicéopolis, qui finit par s’improviser commerçant pour se tirer de la fâcheuse position dans laquelle l’avait contraint la guerre, refuse cependant, en bon paysan, de faire du commerce comme on le fait à Athènes. Même s’il « vend » des aliments, il base ses échanges sur le troc13. On retrouve une scène similaire dans la Paix (1210 sq.). Lorsqu’un marchand d’armures se rend en campagne avec ses compères pour vendre différentes parties d’équipement à Trygée, c’est en nature, au moyen de figues, que ce dernier propose de régler l’achat du casque à aigrettes avant de changer d’idée, jugeant la qualité du produit inacceptable. On imagine le comique que devait susciter ce type de scènes, et la réaction du public qui devait voir dans cette façon de faire du commerce un trait campagnard.

  • 14  Thucydide, II, 38.

13Pour alimenter son marché, Athènes recourait fréquemment à l’importation de céréales et de nombreux autres produits alimentaires, activité qui s’est considérablement intensifiée pendant la guerre du Péloponnèse. Thucydide écrit à ce sujet qu’étant donné son prestige, Athènes voyait affluer en son sein « les produits de toute la terre »14. À la lumière de ce que nous venons de voir, il est légitime de se demander si les campagnards avaient accès à de tels produits.

  • 15  N. F. JONES, op. cit., p. 168. Robin OSBORNE, op. cit., p. 99-100, 108. J. BERTRAND& M. BRUNET, op (...)

14De l’avis de nombreux historiens, les produits importés ne profitaient pas à la masse des autourgoi, sauf en des circonstances exceptionnelles, lorsque ces derniers étaient contraints par les événements, comme ce fut le cas pendant la première décennie de la guerre du Péloponnèse. Pour Nicholas F. Jones, les céréales importées étaient uniquement destinées au marché urbain et à lui seul. Robin Osborne partage le même avis et montre que les grains étaient importés à Athènes parce que la concentration urbaine le justifiait et que l’approvisionnement constant en céréales était nécessaire pour garantir la stabilité politique de la cité, cette dernière devant entre autres nourrir les artisans, les esclaves, les métèques de même que ceux qui n’avaient pas de terre. Les paysans devaient pour leur part se résoudre à utiliser leurs propres réserves ou à faire appel à leurs réseaux en période de crise15.

  • 16  Sur cette question, se rapporter à R. OSBORNE, op. cit., p. 108-112. J. WILKINS, op. cit., p. 257- (...)
  • 17 Nuées, 41-52. Sur cette opposition entre producteurs et consommateurs, voir J. WILKINS, op. cit., p (...)
  • 18 Guêpes, 488-499 et Paix, 1005-1015. Ces deux passages sont rapportés par J. WILKINS, op. cit., p. 2 (...)

15Les autres produits importés à Athènes étaient des produits de luxe destinés à une clientèle riche. Comme on s’en doute, de tels produits étaient destinés à un marché très restreint et n’étaient pas à la portée du paysan moyen. Aristophane a bien évidemment exploité dans ses pièces la dichotomie ville / campagne en lien avec la question du luxe16. Pour rester dans les exemples alimentaires, on voit par exemple dans les Nuées que le luxe du campagnard Strepsiade se limitait à la consommation du miel, des olives, du vin ou du fromage de brebis, des aliments qu’il produisait ou pouvait se procurer par troc. Par opposition, le luxe urbain et plein d’ostentation de sa femme est lié à l’achat de parfums et de safran17. Ce luxe urbain, qui rime avec dépenses, gourmandise et gloutonnerie, est également dénoncé dans les Guêpes et les Oiseaux18.

  • 19 Paix, 1320-1324.
  • 20 Paix, 1130-1146.
  • 21 Ploutos, 805-822.

16Le luxe campagnard rejoint en définitive cet idéal d’abondance — d’une vie autarcique à l’abri du besoin — qui court tout au long de l’œuvre du comique. Après avoir libéré la déesse Paix, Trygée reçoit en mariage l’une de ses suivantes, Opôra, la déesse des fruits. Une fois le mariage célébré, Trygée prie les dieux d’accorder aux Hellènes la richesse, c’est-à-dire « de l’orge en quantité, du vin à foison, et des figues à croquer»19. Dans la même pièce, le chœur et le coryphée font valoir que la douceur de vivre est liée au vin que l’on boit en abondance avec les amis, aux pois chiches que l’on fait rôtir, aux glands de hêtre et aux haricots que l’on fait griller et aux figues que l’on déguste20. Dans le Ploutos, pièce qui expose au grand jour un sujet d’actualité, celui de l’appauvrissement et de la misère qui frappent une partie de la population de l’Attique à la fin de la guerre du Péloponnèse, l’abondance rime cette fois avec une huche pleine de blanche farine, des amphores de vin noir qui fleure bon, une citerne qui regorge d’huile, des lécythes d’essence à pleins bords, un étage supérieur rempli de figues sèches et la possibilité, pour le maître de maison, d’immoler un porc, un bouc et un bélier en guise de sacrifice aux dieux21.

17Les quelques passages sur lesquels je me suis attardé permettent déjà de formuler certaines observations sur l’alimentation campagnarde et de mieux apprécier la portée de la construction aristophanesque. Ils permettent également de déterminer dans quelle mesure cette alimentation correspond aux trois produits emblématiques de la triade — pain, vin, huile d’olive — qu’on dit être à la base de l’alimentation en Grèce.

  • 22  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVIII, 74, confirme que l’expérience a condamné le pain d’orge (...)
  • 23  C’est une tendance historiographique qui perdure depuis la publication de l’ouvrage d’A. JARDÉ, Le (...)
  • 24  F. MEGALOUDI, Plants and Diet in Greece from Neolithic to Classic Periods. The Archaeobotanical Re (...)

18On ne peut manquer d’être frappé par la place prépondérante prise par l’orge dans les préoccupations alimentaires campagnardes, cette orge qui donne un mauvais pain22 et qui est si souvent présentée par les historiens comme une céréale archaïque et davantage destinée à l’alimentation animale qu’à l’alimentation humaine à partir de l’époque classique23. Les études archéobotaniques les plus récentes révèlent pourtant que l’orge reste une céréale largement cultivée en Attique tout au long de l’époque classique24. Vue par Aristophane, l’orge, si centrale dans la vie des ruraux, parce que son rendement est relativement stable par rapport à celui d’autres céréales, devient en quelque sorte cette céréale emblématique de la campagne, dont on tire une diversité de produits : gruau, galette, bouillie, farine, ptisane et autres décoctions. Cette orge s’oppose surtout au blé urbain dont l’importation était essentielle au fonctionnement et au maintien de la démocratie si décriée par Aristophane.

  • 25  M.-C. AMOURETTI, Le pain et l’huile, p. 122-123. La scholie aux Cavaliers d’Aristophane, 806, insi (...)
  • 26  Voir C. ORRIEUX, Les papyrus de Zénon : l’horizon d’un grec en Égypte au IIIe siècle avant J.C.,Pa (...)
  • 27  Scholies à Aristophane, Cavaliers, 806 et Paix, 595.
  • 28  Hésychius, Lexique, s.v. « χίδρα » et « χίδρων ».

19Dans certains passages de la comédie, les paysans sont encore plus précis et réclament de l’orge sous forme de cycéon (Paix, 712) et de chidra (Cavaliers, 806 ; Paix, 595). Marie-Claire Amouretti voit dans ces préparations des mets très typiques de la campagne, en particulier les chidra, des préparations qu’on dit à base de grains immatures, au stade encore laiteux, ce que les traductions rendent par « orge en vert »25. Pour marquer à nouveau toute la frontière qui opposerait alimentation rurale et urbaine, la comédie aurait donc joué sur le rappel de ces aliments très prisés des campagnards et peut-être perçus comme archaïques par les citadins déjà vendus au pain de blé. Dans le cas des chidra, la lecture des sources m’apparaît toutefois beaucoup trop étroite et il faut à mon avis proposer une nouvelle interprétation plus près de la réalité et de l’intention d’Aristophane. Rien ne laisse présager dans les sources anciennes, en particulier celles qui traitent d’agriculture et de botanique, la récolte de grains non parvenus à maturité. Les auteurs anciens, en particulier les agronomes, semblent au contraire attacher une importance capitale au bon moment de la récolte, celle qui permettra d’engranger des grains arrivés à pleine maturité et qui pourront être utilisés pour les semailles. Cette préoccupation ne devait pas être étrangère aux paysans d’Aristophane qu’on nous montre très tournés vers une agriculture de type autarcique. Même Zénon, qu’on cite parfois pour justifier cet usage de l’orge en vert, semble exiger des épis mûrs et non pas au stade laiteux comme l’indique Claude Orrieux26. À mon avis, la caractéristique première des chidra mis en scène serait plutôt liée à la fraîcheur des grains utilisés. Ceci rejoint les précisions que l’on trouvedans la scholie aux Cavaliers et à la Paix d’Aristophane, qui évoquent l’utilisation de grains d’orge de couleur vert tendre27. Pour sa part, le lexicographe Hésychius insiste sur l’utilisation de grains nouveaux pour les chidra, c’est-à-dire, dans le contexte des pièces, de grains frais, que les paysans auraient eux-mêmes semés, récoltés et préparés28. Cette lecture, il me semble, répond davantage aux doléances des campagnards qui réclament des produits frais et souhaitent prendre définitivement congé des grains et des farines du marché. On peut présumer que la fraîcheur des produits du marché destinés aux petites gens, en particulier les farines et céréales, pouvait laisser à désirer. Qui plus est, elle imposait la consommation de produits ne correspondant tout simplement pas au goût des campagnards, une critique qu’Aristophane exploite parfaitement bien.

  • 29  T. W. GALLANT, op. cit. Voir en particulier les pages 36 à 38.
  • 30  Outre la Paix, 1130-1146, on peut noter d’autres références aux légumineuses chez Aristophane : Pl (...)

20Outre l’orge, les chercheurs s’entendent pour évoquer des stratégies de survie paysannes qui mettaient évidemment à contribution les autres céréales — blé, millet, sésame et épeautre, dont les pièces d’Aristophane rendent moins compte, peut-être pour les raisons idéologiques auxquelles j’ai fait référence plus tôt. Thomas Gallant évoque à cet effet une diversification très poussée des cultures qui a pour principal objectif d’amoindrir au maximum les possibles pertes dues aux aléas du climat29. Une lecture attentive d’Aristophane laisse aussi entrevoir la place très importante prise par les légumineuses — haricots, pois chiches, vesces, gesses, lentilles, etc. —, mangées grillées, rôties ou transformées en farine, et dont on reconnaît de plus en plus le rôle dans le régime alimentaire des campagnards30.

  • 31  Ploutos, 544-545.
  • 32  M.-C. AMOURETTI, « Le remède d’Épiménide », p. 61-66. À la page 66, elle écrit : « Philosophes, mi (...)

21Aux céréales et aux légumineuses, il faut ajouter les plantes de substitution telles les mauves ou les scilles, qui, selon Marie-Claire Amouretti, devaient jouer un rôle de premier plan dans l’alimentation rurale. Elle indique que ces plantes n’étaient pas uniquement considérées lorsque les disettes ou les famines frappaient, et ce, même si un extrait du Ploutos le laisse croire. Dans un des passages de cette comédie, Chrémyle fait effectivement référence à la misère qui contraint les paysans démunis à consommer des pousses de mauves en remplacement du pain et des feuilles de rave en guise de galette31. Pour Marie‑Claire Amouretti, ce passage est le parfait exemple du discours urbain qui trahit une incompréhension du rôle que les aliments de substitution pouvaient jouer dans l’alimentation paysanne32.

  • 33  J. AUBERGER, « Du prince au berger », loc. cit., p. 1-40et « Le lait des Grecs : boisson divine ou (...)

22La comédie laisse entrevoir la place très importante prise par les produits laitiers dans l’alimentation grecque, et en particulier le fromage, alors que l’image qu’en renvoient les textes littéraires est très péjorative. Je ne souhaite pas m’étendre outre mesure sur cette question déjà bien étudiée par Janick Auberger. Je me limiterai à rappeler avec elle que l’élite préfère s’en tenir à un discours qui met en exergue la triade, produit de sédentaires et de civilisés, et s’empresse de reléguer au second plan les aliments comme les produits laitiers, trop associés aux nomades et aux barbares33. Dans le cas du fromage, qu’on voit apparaître ici et là dans la comédie, on peut présumer que la principale différence entre la ville et la campagne sur le plan de sa consommation résidait peut-être encore une fois dans la possibilité de se procurer en campagne un produit beaucoup plus frais qu’à la ville — le fromage frais restant en ville un produit de luxe. Cette possibilité était, à tout le moins, à la portée d’un Strepsiade sentant la claie comme le rappelle les Nuées.

  • 34  Sur la piquette et les boissons à base de céréales, voir M.‑C. AMOURETTI, « Oléiculture et viticul (...)

23La comédie fait une véritable obsession du vin, boisson qui incarne peut-être avec le plus de force cet idéal d’abondance. Ceci ne doit pas pour autant nous faire oublier que le bon vin, tel le vin noir rêvé du Ploutos, est de production limitée : il reste en Grèce un produit de luxe destiné à l’exportation et aux gens aisés. De larges pans de la littérature, d’Homère à Athénée, se sont d’ailleurs employés à faire l’apologie du vin et des grands crus si prisés au banquet. Le vin mis en scène dans la comédie et consommé par les petites gens est plutôt celui des grandes occasions, celui qu’on a mis de côté pour les mariages et certaines fêtes religieuses. Les recherches nous montrent d’ailleurs que les Grecs se seraient plutôt limités au quotidien à la consommation de boissons vinaires produites localement, telle la piquette de lie et le vinaigre, deux produits qu’on retrouve chez Aristophane34. Ils auraient aussi consommé toute une gamme de boissons à base de céréales, comme la ptisane d’Hippocrate et le cycéon, boisson des Mystèresassociée aux ruraux tant chez Aristophane que chez Théophraste qui se moque, dans ses Caractères (IV, 2-3), du rustre empestant le cycéon au pouliot.

  • 35  Voir M.-C. AMOURETTI, Le pain et l’huile, op. cit., p. 58-59, « Oléiculture et viticulture en Grèc (...)
  • 36  Sur l’utilisation de la graisse animale en remplacement de l’huile, voir M.‑C. AMOURETTI, op. cit. (...)

24L’huile est avec le vin cet autre élément de la triade auquel les Grecs ont accordé une place d’importance et dont il est beaucoup question dans la comédie. Il faut se rappeler que le retour aux champs dans les Cavaliers va avec le marc d’olives. Ce qui frappe pourtant chez le comique, c’est à quel point l’idéal du campagnard est en grande partie lié à l’huile et aux olives pouvant être consommées en quantité, telle la citerne regorgeant d’huile du Ploutos. Ceci montre que si l’huile et les olives occupent une place de choix dans l’alimentation la médecine et le soin du corps en Grèce, l’accès à ce produit pour le paysan moyen est peut-être plus difficile qu’on veut parfois l’admettre. Encore une fois, les pièces semblent se faire l’écho d’une réalité mise en évidence par les chercheurs, celle d’une production somme toute assez limitée et qui faisait probablement l’objet d’un commerce intense, l’olivier prenant entre dix et vingt ans pour réellement produire et ne donnant des fruits qu’un an sur deux35. Dans sa consommation personnelle, il n’est donc pas étonnant de voir le campagnard se rabattre sur le marc qu’il conserve précieusement après le pressurage des olives. Le recours à la graisse animale était peut-être aussi plus courant qu’on l’admet généralement, même si les pièces d’Aristophane ne permettent pas de tirer de conclusions à ce sujet36.     

  • 37  Nicholas F. JONES, op. cit., p. 167 et T. W. GALLANT, op. cit., p.113-121.
  • 38  Voir par exemple Paix, 1150-1160, 1169-1170 ; Assemblée des femmes, 840 sq., 1166 sq. ; Ploutos, 2 (...)
  • 39  J. BERTRAND& M. BRUNET, op. cit., p. 173.

25Pour terminer, ce portrait de l’alimentation des campagnards serait incomplet s’il n’était fait allusion à la diversité des produits que les ruraux étaient en mesure de se procurer par des activités de cueillette, de pêche et de chasse37. Ces produits devaient très bien compléter, voire suppléer en certaines circonstances, les ressources qu’ils tiraient de leur terre, de leur potager et de leurs arbres fruitiers. Les pièces d’Aristophane sont gorgées d’exemples qui vont en ce sens. On se limitera ici à rappeler que les repas imaginés ou organisés par les personnages d’Aristophane donnent une place de choix aux aliments offerts par la nature : thym et autres herbes aromatiques, myrtes, baies de toutes sortes, glands et noix, poissons divers, lièvres, grives, pinsons, merles, pigeons, etc.38 Il est certain que ces produits issus de la cueillette, de la pêche et de la chasse n’étaient pas réservés exclusivement aux ruraux39. Ils devaient néanmoins être plus faciles à se procurer à la campagne qu’à la ville. On peut d’ailleurs imaginer que la mise en scène des banquets paysans, où les aliments sauvages se retrouvent en abondance, devait susciter le rire. On imagine très bien aussi le spectacle offert par ces paysans qui veulent banqueter à la manière des aristocrates, mais dont le festin reste en fin de compte d’une frugalité obligée, bien que diversifiée.  

26On l’aura constaté, le rire et les realia semblent bien se rejoindre chez Aristophane et ne pas forcément s’opposer comme certains le suggèrent. S’il est vrai qu’il faut ne pas trop prendre au pied de la lettre Aristophane, qui est, pour utiliser l’image de Pauline Schmitt Pantel, l’équivalent athénien d’un Rabelais, il n’en demeure pas moins que les différences entre la ville et la campagne sur le plan alimentaire qui ressortent de certaines pièces ne seraient pas une simple construction du comique. On ne doit donc pas négliger Aristophane quand il dresse le portrait de ces groupes sociaux tellement mis à mal par la guerre du Péloponnèse. N’oublions pas qu’à cause des déprédations (terres brûlées, réserves pillées, etc.) et de l’exil forcé, cette guerre compromettait justement le style de vie des campagnards à cette époque.

27On n’arrivera probablement jamais à bien circonscrire l’identité alimentaire campagnarde à cause de cette perméabilité des frontières entre la ville et la campagne. Ceci n’empêche pas pour autant de constater que certains des éléments qui ont nourri l’intrigue sont fondés d’un point de vue historique. On a vu qu’il y avait effectivement une certaine opposition en Attique entre une économie de marché typiquement urbaine, centrée sur Athènes et axée sur l’importation des denrées, et une économie rurale davantage tournée vers l’autosuffisance et les liens de réciprocités. On a aussi vu que certaines préparations alimentaires mettent à l’avant scène des aliments et des mets jugés vulgaires et peu raffinés. Si ces aliments provoquent le rire des aristocrates et des citadins, la nourriture participant à sa manière au processus de discrimination sociale, ils sont pourtant bien réels et souvent associés aux ruraux. En témoignent par exemple certaines sources anciennes plus scientifiques, comme les traités médicaux, et les recherches archéobotaniques les plus récentes, qui sont en train de jeter un éclairage nouveau sur l’alimentation des anciens, en particulier celle des campagnards.

Haut de page

Notes

1  A. FOUCHARD, Aristocratie et démocratie. Idéologies et sociétés en Grèce ancienne, Paris, Les Belles Lettres, 1997, p. 295 et 309.

2  S. SAÏD, « La campagne d’Aristophane », Pallas, 54 (2000), p. 204.

3  P. BORGEAUD, « Le rustre », L’homme grec, Paris, Seuil, 1993, p. 228-230.

4  Voir à ce sujet S. SAÏD, loc. cit., p. 197 et 204. Elle précise que les travaux de S. HUMPHREYS, R. OSBORNE, D. WHITEHEAD& E. M. WOOD abondent en ce sens. J. WILKINS, The Boastful Chef. The Discourse of Food in Ancient Greek Comedy, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 106, résume assez bien ce positionnement historiographique : « The division between city and country is familiar in the mental landscape of Attica but at odds with the reality of political and family allegiances. Many citizens had interests in both town and country, and many “ countrymen ” — even comic country men — were influential in prolonging the war and litigation, which comedy sometimes presents as urban concerns. (…) In many ways Athens and Attica formed an integrated polis of urban and rural demes, within which tensions inevitably arose, tensions which were reflected in politics, drama, and literature. In order to mark distinctions, the country could be seen to represent all that the city, with its “ luxury ” and “ political corruption ”, was not ». Voir aussi J. BERTRAND& M. BRUNET, Les Athéniens. À la recherche d’un destin, Paris, Armand Colin, p. 181-182.

5  M.-C. AMOURETTI, « Villes et campagnes grecques », Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, 1996, p. 142, insiste aussi sur la grande diversité des statuts et de l’habitat dans les campagnes grecques.

6  N. F. JONES, Rural Athens under the Democracy, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2004. Voir en particulier sa préface, p. ix-xii, pour un aperçu de sa thèse, et son chapitre introductif, p. 1-16, pour les considérations de nature méthodologiques. À la page 3, Jones rappelle cet important passage de la Constitution d’Athènes d’Aristote (XVI, 2‑5) : Διῴκει δ’ ὁ Πεισίστρατος, ὥσπερ εἴρηται, τὰ περὶ τὴν πόλιν μετρίως καὶ μᾶλλον πολιτικῶς ἣ τυραννικῶς· ἔν τε γὰρ τοῖς ἄλλοις φιλάνθρωπος ἦν καὶ πρᾷος καὶ τοῖς ἁμαρτάνουσι συγγνωμονικός, καὶ δὴ καὶ τοῖς ἀπό́ροις προεδάνειζε χρήματα πρὸς τὰς ἐργασίας, ὥστε διατρέφεσθαι γεωργοῦντας. Τοῦτο δ’ ἐποίει δυοῖν χάριν, ἵνα μήτε ἐν τῷ ἄστει δαιτρίβωσιν ἀλλὰ διεσπαρμένοι κατὰ τὴν χώραν, καὶ ὅπως εὐποροῦντες τῶν μετρίων καὶ πρὸς τοῖς ἰδίοις ὂντες μήτ’ ἐπιθυμῶσι μήτε σχολάζωσιν ἐπιμελεῖσθαι τῶν κοινῶν. Ἅμα δὲ συνέβαινεν αὐτῷ καὶ τὰς προσόδους γίγνεσθαι μείζους ἐξεργαζομένης τῆ͂ς χώρας· ἐπράττετο γὰρ ἀπὸ τῶν γιγνομένων δεκάτην. Διὸ καὶ τοὺς κατὰ δήμους κατεσκεύασε δικαστάς, καὶ αὐτὸς ἐξῄει πολλάκις εἰς τὴν χώραν, ἐπισκοπῶν καὶ διαλύων τοὺς διαφερομένους, ὅπως μὴ καταβαίνοντες εἰς τὸ ἄστυ παραμελῶσι τῶν ἔργον : « Pisistrate gouvernait la ville, comme je l’ai déjà dit, avec modération et plutôt en bon citoyen qu’en tyran. En général, il était humain, doux et indulgent pour les délinquants, et en particulier il avançait de l’argent aux pauvres pour leurs travaux, si bien qu’ils gagnaient leur vie en cultivant la terre. Il agissait ainsi pour deux raisons : afin qu’au lieu de passer leur temps à la ville ils restassent dispersés à la campagne et afin que, pourvus d’une honnête aisance et tout entiers à leurs affaires personnelles, ils n’eussent ni le loisir ni le désir de s’occuper de celles de la cité. En même temps, ses revenus augmentaient quand la campagne était cultivée, car il prélevait la dîme des produits. C’est dans ce dessein aussi qu’il établit les juges des dèmes, et lui-même sortait souvent dans la campagne pour inspecter et réconcilier ceux qui avaient des différends, afin de les empêcher de descendre à la ville et de négliger leur travail » (trad. G. Mathieu).

7  Voir en particulier Cavaliers, 853-854. Ce passage est identifié par J. AUBERGER, « Du prince au berger, tout homme a son content de fromage… », REG, 113 (2000), p. 18, qui discute du peu d’estime à l’égard des marchands dans les comédies d’Aristophane.

8 Assemblée des femmes, 547, 816 sq.

9  J. WILKINS, op. cit., p. 164-175.

10  L. MIGEOTTE, L’économie des cités grecques, Paris, Ellipses, 2002, p. 69-70. À la page 105, l’auteur souligne que c’est uniquement au IVe siècle que la monnaie de bronze va commencer à être frappée de façon systématique en vue d’une utilisation au niveau local, ce qui montre l’importance du troc dans les transactions quotidiennes à l’extérieur des cités à l’époque d’Aristophane. L’absence de marchés dans les milieux ruraux de l’Attique semble aussi attester d’un même phénomène. R. OSBORNE, Classical Landscape with Figures, Dobbs Ferry, Sheridan House, 1987, p. 108 écrit : «The near self-sufficiency of the Athenian village community is well illustrated by both archaeological and literary material. Archaeology knows no market in the whole territory of Athens outside Athens itself, the port of Peiraieus, and Sounion. That there were other places where regular exchange was carried on is not unlikely, but it is significant that they have remained unknown ». Voir aussi les pages 93-94 pour quelques remarques sur les liens de réciprocité entre voisins, parents et amis. Pour une discussion sur le recours au stockage et sur le rôle périphérique du marché dans les stratégies de survie des paysans, voir Thomas W. GALLANT, Risk and Survival in Ancient Greece, Stanford, Stanford University Press, 1991, p. 94‑101.

11  J. WILKINS, op. cit., p 165-167, fait entre autres référence au marché aux céréales (Assemblée des femmes, 686) et aux marchands de farine (Nuées, 640, Oiseaux, 491, Assemblée des femmes, 424 et 817-819), de poisson (Cavaliers, 1247 ; Guêpes, 491-499 et 788-791 ; Grenouilles, 1068), de viande (Cavaliers 418 et 1245-1246), d’oiseaux (Oiseaux, 13-14), de fromage (Cavaliers, 854), de légumes (Lysistrata, 557), de miel (Cavaliers, 854), de figues (Lysistrata, 564). À cela il faut ajouter les marchands de détail, les kapeloi (ou cabaretiers), dont se moquait beaucoup Aristophane.

12  P. VILLARD, « Aristophane et l’argent », EYKPATA, Mélanges offerts à Claude Vatin, Aix, Publications de l’université de Provence, 1994, p. 89, indique que Dicéopolis va ignorer la monnaie, et ce, « au profit d’un troc bon enfant ». Un autre bon exemple est offert aux vers 811-815, qui montrent Dicéopolis achetant deux petites filles déguisées en truies pour une botte d’ail et un chénice de sel.

13 Ibid.

14  Thucydide, II, 38.

15  N. F. JONES, op. cit., p. 168. Robin OSBORNE, op. cit., p. 99-100, 108. J. BERTRAND& M. BRUNET, op. cit., p. 180-181, soutiennent pour leur part que le recours au marché pour l’approvisionnement gagna progressivement les campagnes, lesquelles apprirent « à combiner autoconsommation et achat ». Les sources sur lesquelles elles appuient leur position ne sont cependant pas précisées.

16  Sur cette question, se rapporter à R. OSBORNE, op. cit., p. 108-112. J. WILKINS, op. cit., p. 257-311, consacre un chapitre entier à la question du luxe dans la comédie. Cependant, il tire majoritairement ses exemples de la comédie moyenne et nouvelle.

17 Nuées, 41-52. Sur cette opposition entre producteurs et consommateurs, voir J. WILKINS, op. cit., p. 274.

18 Guêpes, 488-499 et Paix, 1005-1015. Ces deux passages sont rapportés par J. WILKINS, op. cit., p. 296, et font référence à la consommation de poisson qui, avec celle des gâteaux, pouvait être perçue comme un luxe (cf., p. 293-304 pour les poissons et p. 304-311 pour les gâteaux).   

19 Paix, 1320-1324.

20 Paix, 1130-1146.

21 Ploutos, 805-822.

22  Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVIII, 74, confirme que l’expérience a condamné le pain d’orge, mais qu’il en existe d’autres bonnes applications tels les flocons d’orge grecs, qui donnent le gruau des hippocratiques, sans compter la bière d’orge d’Égypte, d’Espagne, de Gaule, des populations du Rhin et de la Bretagne romaine.

23  C’est une tendance historiographique qui perdure depuis la publication de l’ouvrage d’A. JARDÉ, Les céréales dans l’Antiquité classique: la production, Paris, de Boccard, 1979 (1925). Voir à ce sujet la page 127. M.‑C. AMOURETTI, Le pain et l’huile dans la Grèce antique, Paris, Les Belles Lettres, 1986, p. 130, souligne avec justesse l’inexactitude de cette thèse.   

24  F. MEGALOUDI, Plants and Diet in Greece from Neolithic to Classic Periods. The Archaeobotanical Remains, Oxford, Archaeopress, 2006,

25  M.-C. AMOURETTI, Le pain et l’huile, p. 122-123. La scholie aux Cavaliers d’Aristophane, 806, insiste justement sur le caractère rural des chidra.

26  Voir C. ORRIEUX, Les papyrus de Zénon : l’horizon d’un grec en Égypte au IIIe siècle avant J.C.,Paris, Éditions Macula, 1983,p. 62-63.

27  Scholies à Aristophane, Cavaliers, 806 et Paix, 595.

28  Hésychius, Lexique, s.v. « χίδρα » et « χίδρων ».

29  T. W. GALLANT, op. cit. Voir en particulier les pages 36 à 38.

30  Outre la Paix, 1130-1146, on peut noter d’autres références aux légumineuses chez Aristophane : Ploutos 192, 1004‑1005 ; Guêpes, 811-815, 918, 984 ; Assemblée des femmes, 844 ; Acharniens, 1076. Voir à cet effet M.‑C. AMOURETTI, « Villes et campagnes grecques », p. 143-144 et « Le remède d’Épiménide, un aliment pour le temple, la guerre ou la disette ? », EYKPATA, Mélanges offerts à Claude Vatin, Aix, Publications de l’université de Provence, 1994, p. 64-65. Pour la place des légumineuses dans la littérature contemporaine aux pièces d’Aristophane, voir également P. GARNSEY, « La fève, substance et symbole », dans La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, Actes du colloque de Rouen, 14-17 novembre 1990, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1992, p. 317-323 et Food and Society in Classical Antiquity, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 121 et J. WILKINS, op. cit., p. 13-16.

31  Ploutos, 544-545.

32  M.-C. AMOURETTI, « Le remède d’Épiménide », p. 61-66. À la page 66, elle écrit : « Philosophes, militaires et ruraux se retrouvent à travers ces recettes pour témoigner de la valeur symbolique ancienne comme de l’usage pratique quotidien de ces plantes cultivées ou sauvages. Mais leur sens a évolué en même temps qu’évoluait l’alimentation générale. Nourritures habituelles des ruraux utilisées en coupe-faim, de faible volume, dans certaines circonstances, elles sont devenues exceptionnelles ». Pour une discussion sur l’utilisation des plantes de substitution, voir aussi id., « Les ressources végétales méconnues de la Chôra », Suppléments au Bulletin de Correspondance Hellénique, volume 34 (1999), p. 357-369 et T. W. GALLANT, op. cit., p. 116-119.

33  J. AUBERGER, « Du prince au berger », loc. cit., p. 1-40et « Le lait des Grecs : boisson divine ou barbare ? », DHA, 27/1 (2001), p. 131-157.

34  Sur la piquette et les boissons à base de céréales, voir M.‑C. AMOURETTI, « Oléiculture et viticulture dans la Grèce antique », dans Agriculture in Ancient Greece, Stockholm, Svenska Institutet i Athens, 1992, p. 77-86, « Les boissons hors du symposion », dans La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, Actes du colloque de Rouen, 14-17 novembre 1990, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 1992, p. 69-75 et « Vin, vinaigre, piquette dans l’Antiquité », dans Le vin des historiens, Actes du 1er Symposium Vin et Histoire, 19, 20 et 21 mai 1989, Suze-la-Rousse, Université du Vin, 1990, p. 75-87.

35  Voir M.-C. AMOURETTI, Le pain et l’huile, op. cit., p. 58-59, « Oléiculture et viticulture en Grèce ancienne », loc. cit., p. 80 et L. MIGEOTTE, op. cit., p. 57.

36  Sur l’utilisation de la graisse animale en remplacement de l’huile, voir M.‑C. AMOURETTI, op. cit., p.182-183 et J. AUBERGER & S. GOUPIL, « La trilogie céréales-vignes-oliviers, frontière illusoire entre Grecs et Barbares », à paraître.

37  Nicholas F. JONES, op. cit., p. 167 et T. W. GALLANT, op. cit., p.113-121.

38  Voir par exemple Paix, 1150-1160, 1169-1170 ; Assemblée des femmes, 840 sq., 1166 sq. ; Ploutos, 283, 894.

39  J. BERTRAND& M. BRUNET, op. cit., p. 173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Goupil, « La construction de l’identité alimentaire campagnarde dans les comédies d’Aristophane », Cahiers des études anciennes, XLIV | 2007, 89-107.

Référence électronique

Sébastien Goupil, « La construction de l’identité alimentaire campagnarde dans les comédies d’Aristophane », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIV | 2007, mis en ligne le 28 mars 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/293

Haut de page

Auteur

Sébastien Goupil

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals