Navigation – Plan du site
Vitruve dans l'Antiquité

Le bois et ses usages dans le De architectura de Vitruve

Sylvie Rougier-Blanc
p. 89-117

Entrées d’index

Index de mots-clés :

arbres, bois, essences, matériaux, Vitruve
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le texte et les traductions du De l’architecture sont issus de la C. U. F.. Ce bref travail s’inscr (...)
  • 2  Le livre V aborde les théâtres en bois dont Vitruve valorise l’acoustique ; un long développement (...)
  • 3  Notamment IV, 2, 1 qui annonce la description de la materiatio (la charpente). Le procédé est souv (...)
  • 4  Notamment à l’occasion du colloqueLe Projet de Vitruve : objet, destinataires et réception duDe ar (...)

1Ni traité d’architecture à proprement parler, ni véritable ouvrage philosophique, le De architectura de Vitruve1 permet d’aborder la question du matériau bois et de ses usages en architecture de manière à la fois précise et décevante pour l’historien des techniques : précise parce que le paragraphe 9 du livre II est plus particulièrement consacré à cette materia, mais décevante parce que le contenu ne répond pas aux attentes et ne permet pas de dresser un bilan des choix des essences en fonction de leurs propriétés mécaniques. Les autres passages où il est question des usages du bois2 n’autorise que très ponctuellement la reconstitution des structures ; même le paragraphe consacré aux charpentes et à la genèse des entablements des temples doriques et ioniques (IV, 1 et 2) ne contient pas tous les détails techniques auxquels s’attendrait le lecteur moderne et s’apparente plus à un descriptif terminologique3 qu’à un traité de charpente. Ce phénomène s’explique à la fois par la nature ambiguë de l’ouvrage que la recherche des trente dernières années a bien mis en exergue4 et par le fait que, pour Vitruve, rien ne vaut la pierre, matériau architectural pérenne par excellence.

  • 5  Plus particulièrement sur la cabane primitive, p. 108-122 et p. 183-189.
  • 6  M. Courrént, L’Idée de nature dans le De architectura de Vitruve (diss. Caen) 1995, p. 132 sq., où (...)
  • 7 Ibid., p. 122 sq.
  • 8  Voir notammentG.Gullini, « Sull’origine des fregio dorico », Memorie dell’Accademia delle Scienze (...)
  • 9  L’objectif est la plupart du temps de vérifier la véracité du modèle de pétrification de Vitruve d (...)
  • 10  Cette approche est déjà celle de P. Gros, introduction à Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 19 (...)

2La question de la place du bois dans le traité vitruvien n’a pas été véritablement abordée de front : dans son ouvrage, La capanna e il tempio : Vitruvio o dell Architettura, Palerme, 1987, Elisa Romano consacre de nombreuses pages à l’origine de l’architecture selon Vitruve et à la cabane originelle mais l’objet d’analyse n’est pas à proprement parler le bois et ses usages5 : l’enjeu est de déterminer la conception de l’architecture de l’ingénieur latin et l’étude de la place du bois se concentre sur le chapitre 1 du livre II. Dans sa thèse sur l’idée de nature chez Vitruve, Mireille Courrént s’intéresse aussi aux choix philosophiques de Vitruve et montre qu’il envisage une physique propre à l’architecture6 : la place du matériau bois est particulièrement mise en valeur dans l’analyse du chapitre 9 du livre II, notamment dans ses relations avec les écrits de Théophraste (livre V des Recherches sur les plantes)7 mais le bois n’est qu’un élément parmi d’autres qui permet de cerner les relations que Vitruve conçoit entre architecture et nature, au même titre que le climat ou la composition des sols. Enfin, les usages du bois dans la charpente de comble sont au cœur des nombreuses études sur la genèse de l’ordre dorique et le phénomène de pétrification (IV, 2)8. Cette approche très ciblée est souvent le fait d’archéologues ou d’historiens d’art : non seulement elle mène à une aporie car elle est loin d’être confirmée par les résultats les plus récents de l’archéologie, mais elle ne permet pas une lecture globale du rôle du bois dans l’architecture chez Vitruve9. Elle a même pour conséquence de parasiter l’analyse. Ce point oblige à envisager le phénomène de pétrification comme un aspect (parmi d’autres) du travail de théorisation de l’architecte latin10.

  • 11  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. LVII-LVIII, s’étonne que le bois occupe u (...)

3L’objectif de cet article est de considérer la place et les usages de ce matériau dans l’ensemble du De architectura et de prendre la mesure de la théorie de la pétrification telle que la présente Vitruve. Plusieurs voies d’analyse sont possibles : il s’agit, après une série de relevés précis de vocabulaire d’évaluer la place de l’arbre en tant que modèle pour l’architecture. Dans un second temps, les mots servant à désigner la matière et le matériau (notamment lignum, materia et materies), les paragraphes relatifs au choix des essences (II, 9), et à l’opus craticium, doivent permettre de présenter un bilan des usages en architecture du matériau chez Vitruve et par-là même de dresser un tableau synthétique de la conception que l’ingénieur latin a du matériau bois (tout particulièrement en comparant ses usages à ceux de la pierre ou de la brique chez Vitruve, sans se limiter au phénomène de pétrification). Très souvent associé à une approche historique des structures (pour la maison comme pour les édifices sacrés), le bois est à la fois dévalorisé et omniprésent dans le traité11. Cette première analyse vise à préciser les modalités de ce phénomène et à les expliquer, notamment en les replaçant dans le contexte historique des débuts du principat en pleine recherche d’un statut pour l’architecture italique.

I. Des arbres comme modèle

  • 12  Pour la tonalité d’ensemble du passage et l’influence de Lucrèce (De la nature des choses V, 925-9 (...)

4L’arbre constitue pour Vitruve un des modèles par excellence de l’architecture et confère donc au matériau qui en est issu un statut particulier. La relation entre l’arbre et l’architecture est à double sens pour l’architecte latin : les arbres ont jadis rendu possible le développement de l’architecture et le bois constitue d’une certaine manière un matériau parmi d’autres, mais le matériau premier. Dans le classement du cadre de vie naturel des premiers hommes (II, 1, 1), l’architecte distingue les forêts (siluae), les grottes (spelunca) et les bois (nemora), l’ordre des termes étant repris dans la description des trois modes de construction primitifs. Certains hommes ont entrepris de faire des abris avec des feuillages (des forêts) ; d’autres de creuser des grottes (troglodytisme), d’autres de faire des imitations de nids avec des branchages et de la boue (des bois)12. Outre la confirmation que Vitruve ne s’intéresse à la nature que comme support de l’architecture, on trouve dans ces deux passages l’idée que le bois ne constitue qu’un élément parmi les autres (pierres ou plutôt roches brutes, terre et boue, ici lutum, dans le cas des abris faits de branchages). Deux points cependant contribuent à le placer au premier rang, comme matériau architectural mais aussi dans la logique du discours de Vitruve :

  1. Il est au cœur des premières expérimentations humaines pour améliorer la solidité de l’habitat (décrites en I, 3), car il constitue un des matériaux les plus accessibles. Vitruve laisse deviner les atermoiements des hommes pour trouver la meilleure association terre / bois et tout particulièrement améliorer l’étanchéité des toits. Le bois est un matériau d’expérimentation.

    • 13  Lucrèce, V, 1096 sq. : et ramosa tamen cum uentis pulsa uacillans/aestuat in ramos incumbens arbor (...)
    • 14  La qualitas du bois repose sur la présence des quatre principes : l’air avec les trous qui entraîn (...)
    • 15  Ce d’autant plus que, comme l’a souligné M. Courrént, dans « Équilibre et changement dans le De ar (...)

    Les arbres ont donné le feu aux hommes (et non la foudre, comme on pourrait s’y attendre). Or le feu est à l’origine de la notion de civilisation et, d’une certaine manière, de l’architecture. L’ingénieur latin s’inspire probablement de Lucrèce13 mais il réévalue l’apparition du feu en ne conservant qu’une des hypothèses épicuriennes. Ce choix est probablement motivé par les principes de mécaniques qui le sous-tendent. Le point faible du matériau (il est facilement inflammable) l’a pourtant révélé. Cette approche permet aussi de mettre en valeur un des principia fondamentaux de la « physique » vitruvienne qui n’intervient que rarement dans les critères de qualités des essences14 : le feu. Cet aspect de l’histoire de l’architecture est en résonance symbolique avec le statut du matériau bois15.

  • 16  Arbor, silua et nemus sont les trois principaux termes utilisés pour désigner le cadre naturel arb (...)
  • 17  Vitruve,V, 9, 5 et C. Saliou, Vitruve, De architectura V, C. U. F., 2009, p. 305-310 pour le comme (...)
  • 18  Vitruve, V, 9, 5 : ex uiridibus subtilis et extenuatus aer […] : « des plantations émane un air al (...)
  • 19  Voir notamment, P. Gros, L’Architecture romaine. 1. Les monuments publics, Paris, Picard, 1996, p. (...)
  • 20  Voir P. Grimal, Les Jardins romains, Paris, Presses universitaires de France, 1969, p. 171-187.
  • 21  Vitruve, V, 9, 8. À l’état naturel, les forêts peuvent aussi constituer des formes de réserve d’ea (...)
  • 22  Vitruve, VI, 5, 2. Sur les exemples archéologiques, voir le commentaire de L. Callebat, Vitruve, D (...)
  • 23  En V, 9, 8, Vitruve parle d’orner les promenades « de vert », privilégiant aussi bien l’aspect est (...)
  • 24  Sur ces questions et la place des arbres dans la décoration, voir entre autres P. Grimal, op. cit. (...)

5Siluae désigne dans le De architectura aussi bien les forêts naturelles, réservoir de matériau depuis les origines de l’humanité, que les forêts ou plantations d’arbres créées par l’homme16. Elles témoignent d’une volonté de replacer la forêt au cœur de l’architecture, pour des raisons pratiques car les arbres fourniront le bois nécessaire en cas de siège de la ville17, ou procureront un abri à proximité des théâtres (V, 9, 8), mais aussi pour des raisons d’hygiène et de salubrité car les arbres contribuent à la qualité de l’air18. Les opera pompeiana fournissent une excellente illustration de ce goût pour les portiques agrémentés de plantations19. Vitruve insiste sur la complémentarité entre architecture et nature : les platanes des ambulationes sont le double des portiques qui offrent ombre et fraîcheur l’été20. Ils constituent aussi une réserve (thesauri21) et la métaphore assimile brièvement la ville à un espace domestique. Dans le contexte de paix instaurée par Auguste et rappelé dans la préface (I, praef. 1), il faut y voir, au-delà de la volonté de s’inscrire dans la tradition de la poliorcétique hellénistique, un argument à valeur symbolique. L’homme exerce ainsi son contrôle sur la nature. Les forêts plantées ne sont pas de simples ornements mais contribuent à définir le microcosme du monde que devient le cadre urbain et dans lequel les éléments naturels essentiels se retrouvent (eau des citernes et des puits, arbres des bois plantés). Siluae en vient aussi à désigner les parcs et jardins préconisés dans la domus romana22 et témoigne d’un goût prononcé pour le cadre naturel originel tout comme de la recherche d’un environnement beau et reposant23. Les relations entre architecture et nature s’opèrent donc à double sens en ce qui concerne les arbres dans le De architectura: éléments moteur de la conquête technique et de la mise en place de la cabane originelle, ils constituent aussi, dans l’architecture contemporaine de Vitruve, le modèle de référence et l’ornement privilégié24. Le traitement de silua dans le De architectura permet de souligner que pour Vitruve l’architecture contemporaine consiste aussi à recréer et remodeler une forêt originelle.

  • 25  Essences qui en II, 9, 1 sq., ont justement été désignées comme utiles à la construction de bâtime (...)
  • 26  G. Sauron, L’Histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, Picard, 2000, p. 137 et 17 (...)
  • 27  Il manque le dernier principe vitruvien : utilitas.
  • 28  Pour ce qui est de la disposition générale mais pas des proportions.
  • 29  Il constitue aussi un concentré des principes de mécaniques et fournit à l’architecte l’exemple de (...)

6L’arbre est aussi un modèle pour l’architecte. En V, 1, 3, Vitruve énumère les dispositions des places publiques, leurs proportions idéales et plus particulièrement l’articulation des doubles portiques qui les composent : « Il faut placer au niveau supérieur des colonnes d’un quart plus petites que celles du niveau inférieur, parce que pour supporter les charges, ce qui est au niveau inférieur doit être plus solide que ce qui est au niveau supérieur» (trad. C. Saliou, C. U. F., 2009). Une référence à la composition des arbres justifie les articulations et proportions des colonnes des niveaux inférieurs et supérieurs des portiques à étage : « Aussi faut-il imiter le développement naturel (imitari naturam), tel qu’il s’observe dans les arbres à bois rond (teretes), le sapin, le cyprès, le pin »…25 Vitruve insiste sur une conception « naturaliste »26 de l’architecture et on trouve dans cet excursus l’association de deux principes essentiels de l’architecture vitruvienne : la firmitas et la uenustas27. Ce passage est représentatif de la conception du monde végétal chez Vitruve, conception que l’on trouve aussi dans l’analyse de l’agencement des pièces de bois : l’arbre constitue un modèle à imiter, imago pour l’architecte, au même titre que l’être humain28, à la différence que l’homme fournit un modèle de proportion, les arbres un modèle d’articulation. En ce sens, si le critère esthétique est le premier sur lequel s’appuie le rapport à la nature29, l’architecte s’appuie sur l’arbre et la forêt pour justifier certains principes mécaniques.

II. Essences et usages

  • 30  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 152-153.
  • 31  En II, 9, 7 Vitruve parle de diviser en quatre parties la zone inférieure de l’arbre encore sur pi (...)
  • 32  La matière à proprement parler.
  • 33  Materia désigne chez Vitruve le matériau bois (comme chez César) mais aussi le mortier. En II, 6, (...)
  • 34  On assiste, « en direct » en quelque sorte, au passage du lignum à la materiaen II, 1, 1 et 3 : le (...)

7Les mots du bois30 révèlent le statut du matériau dans le traité. Vitruve distingue l’arbre sur pied, arbor31, du bois sous sa forme naturelle, lignum32 (équivalent du grec ζύλον), du matériau (materia33 et materies) et de la pièce de bois travaillée34.

  • 35  Bronzier en II, 7, 4. Forgeron en X, 1, 6 et X, 13, 2 ; en IX, praef. 6 avec le sens général de co (...)
  • 36  Vitruve, II, 1, 9, où les premiers hommes se présentent par leur application et leur persévérance (...)

8Pour prendre la mesure de la place que Vitruve accorde au bois dans son traité, on peut étudier le statut du bois dans le livre II consacré aux matériaux, puis le jugement et les usages décrits dans l’ensemble du traité. La démarche est alors complémentaire de l’étude terminologique. Comme ancêtre de l’architecte (ἀρχιτέκτων), le charpentier (τέκτων) occupe de toute évidence une place de choix dans le traité et légitime le rôle de premier plan du bois dans l’histoire de la technique. En latin fabersignifie tout ouvrier, comme par exemple le forgeron35, artifextout artisan et les distinctions sémantiques ne sont données que par le contexte. Cependant le faber est à l’origine de la naissance de l’architecture36. En IV, 2, 2 à propos de la naissance de la frise dorique d’après le modèle de la charpenterie de bois, Vitruve nomme le rôle des artifices(artistes au sens propre, a priori plutôt les sculpteurs) à partir du travail des artisans de la charpenterie (a materiatura fabrili).

  • 37  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. XXV-XXVI.
  • 38  Le rôle du bois pour consolider les fondations sur terrain instable est régulièrement mentionné ; (...)
  • 39  On retrouve l’ordre des matériaux cité en II, 1, 7, au terme du processus d’évolution de l’humanit (...)

9Malgré cette primauté du travail du bois, dans les chapitres « techniques » du livre II, le matériau occupe une place ambiguë : il est le dernier élément décrit alors qu’il était le premier cité en II, 1. Plus précisément, arbor est l’élément premier parce qu’à l’origine de l’architecture alors que la materia qui en est issue ne répond pas au principal critère de sélection vitruvien : le souci de la durée, voire la recherche de l’aeternitas37, d’où l’impression d’un matériau relégué à la dernière place. La composition rigoureuse du livre II peut permettre de nuancer ce qui pourrait faire penser à une forme de relégation : la terre (et les briques d’argile crue au chapitre 3), les sables et la chaux (chapitres 4 et 5), la pouzzolane (chapitre 6) puis les différents types de pierre (chapitre 7), les appareils, précèdent le chapitre sur le bois, à la fois parce que l’architecte suit l’ordre logique de production des matériaux (du bas vers le haut, depuis le sol jusqu’aux forêts élevées) mais aussi, dans une certaine mesure seulement38, parce qu’il sous-entend le processus d’utilisation et de mise en œuvre de ces éléments (des fondations et murs, aux charpentes)39.

  • 40  P. Gros, « Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des études récentes », ANRW II, 36 (...)
  • 41  Aux dépens de la brique cuite.
  • 42  Il en sera à proprement parler question en VII, 1, 5-7.
  • 43  Pour Théophraste (Histoire des plantes V, 7, 4), « les bois utilisés dans le bâtiment sont beaucou (...)
  • 44  Sur la question des compilations et des sources de Vitruve, voir notamment E. Romano, op. cit. n. (...)
  • 45  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XV, analyse le processus vitruvien à l’œu (...)

10Si l’architecte inaugure son propos par la brique, il se conforme aux exigences de l’architecture telle qu’il la conçoit : la codification vitruvienne veut en effet qu’il privilégie les parements de type grec et fasse preuve d’un goût relativement classicisant, mais aussi d’une certaine fascination pour l’Orient hellénistique40. Ce dernier point explique en partie le traitement privilégié de la brique crue41. Le bois n’échappe pas à ce principe : d’une certaine manière, envisagé après des remarques sur les murs et les appareils, le matériau est annoncé comme nécessaire aux contignationes42, les planchers, et même s’il n’est pas question directement de ce sujet, Vitruve mentionne principalement des bois de charpente43. De plus, il ne cite les usages en architecture que quand ils sont expliqués par la composition (qualitas) du bois et ce, dans un but bien souvent normatif. Ce choix motive les distorsions entre ce bref chapitre et les longs développements de Théophraste dans le livre V de l’Histoire des plantes, une des sources indirectes indéniable de Vitruve44. Même relégué en dernière position, le matériau bois est envisagé et évoqué de la même manière que la brique et la pierre : la présence des quatre principiastructure le propos45 . Le but du chapitre n’est pas d’être exhaustif et ce point permet d’affiner la conception que Vitruve a du matériau bois.

  • 46  Théophraste désigne comme essence pour les pieux et constructions enterrées le chêne (V, 7, 5 et V (...)
  • 47  Sur l’ensemble du passage P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 171-175.
  • 48  Dans ce chapitre, Vitruve s’applique ainsi à « pétrifier » le bois de mélèze.

11Pour l’architecte, de matériau indispensable qu’il est, le bois n’est intéressant que par ces capacités à résister au temps. Le chapitre 9 s’organise autour de couple d’essences et de regroupements (cf. Tableau I, infra p. 112 : chêne cerre et hêtre, orme et frêne, cèdre et genévrier, les peupliers noir et blanc, le saule, le tilleul, le gattilier), qui prouvent que la volonté de synthèse prime sur l’individualisation des qualités des essences. Vitruve se fait en quelque sorte le témoin d’une forme de standardisation dans le recours aux essences en architecture. Cependant, il singularise ponctuellement des qualités exceptionnelles et, prenant une certaine distance vis-à-vis de Théophraste (et probablement d’une tradition hellénistique répandue dans les ouvrages de synthèse) qui privilégie la résistance aux charges et donc les usages en charpenterie, il pointe certaines originalités, notamment la possibilité du recours aux pieux en bois d’aulne en fondation sur terrain instable pour leur portance et leur inaltérabilité46. Ce paragraphe 9 est donc sous l’influence de Théophraste mais de manière très indirecte et confirme que Vitruve ne valorise que les bois solides et résistants. Se démarquant de ses sources, il accorde une place exceptionnelle au mélèze qui fait l’objet d’un développement plus long et d’une anecdote de type « étiologique »47. L’objectif est de valoriser une essence proprement italique et découverte par César : Vitruve prend ses distances par rapport à ses sources grecques et hellénistiques et décrit ce qui, pour lui, constitue l’essence parfaite, c’est-à-dire un bois assimilable à de la pierre48. Il le présente explicitement de la sorte en II, 9, 14 : « il [scil. larix] n’est brûlé que par d’autres bois, comme le sont les pierres que l’on soumet à la cuisson dans un four à chaux ».

12De plus il ne mentionne que rarement les propriétés d’élasticité du bois dont il ne retient que les effets négatifs (gauchissement ou fléchissement le plus souvent sous le coup de l’humidité) à l’exception du paragraphe consacré au frêne : cette propriété n’est citée que pour les scellements (crampons et autres), preuve supplémentaire que les propriétés dynamiques du bois sont anecdotiques dans les usages énumérés en II, 9.

13Certaines essences ne sont pas citées dans le chapitre mais apparaissent au détour du traité pour leurs qualités propres (cf. infra Tableau II, p. 117). Si Vitruve ne se contredit pas, on perçoit par ce biais l’articulation fondamentale entre l’approche théorique et pragmatique. La pérennité est le leitmotiv de II, 9 où le feu et l’eau sont les deux ennemis principaux du bois. On retrouve ces mêmes remarques dans le paragraphe sur les berceaux, mais aussi tout au long des descriptions de machinae, passages plus pragmatiques sans référence aux principia qui structurent le propos du livre II. Dans sa conception du matériau, la cohérence de Vitruve est totale dans tout le traité. Elle ne s’exerce en revanche pas toujours dans les chapitres où on l’attendrait.

  • 49  Le gattilier est cité de façon tout aussi ponctuelle en X, 6, 2 pour les baguettes servant à la co (...)

14L’usage des essences pour les machinae est rarement mentionné, point d’autant plus surprenant que le livre X contient un grand nombre de conseils pratiques : il s’agit, dans le cadre militaire comme le cadre de production, d’utiliser le matériau à disposition. Seule exception49, la recommandation de bois de palmier pour le planchéiage de la tortue (X, 14, 3) répond aux exigences de solidité et de résistance au feu : elle peut paraître surprenante (le palmier restait un bois exotique) mais pourrait témoigner d’une forme de commerce spécialisé de ce bois.

III. De la cabane au temple : rôle du bois dans le De architectura

  • 50  Les mots sont très fortement connotés : craticii uero uelim quidem ne inuenti essent contredit la (...)
  • 51  La traduction par clayonnage de L. Callebat respecte l’étymologie (crates désignant les claies), m (...)
  • 52  Cl. A. De Chazelles, « Témoignages croisés sur les constructions antiques en terre crue : textes l (...)
  • 53  Pour une définition avec des exemples concrets, voir J.-P. Adam, La Construction romaine, Paris, P (...)

15Dans l’ensemble du livre II, Vitruve procède à des choix très sélectifs : il s’agit notamment pour chaque partie (matériaux, structurae…) de sélectionner ce qui lui semble le meilleur et le plus adapté à son propos comme à l’idée qu’il se fait de l’architecture. Les principes de base de la physique énoncés en II, 2 poussent Vitruve à critiquer très fermement certains usages du bois en architecture, notamment l’opus craticium50 . Le jugement est sans appel : « S’agissant de pans de bois hourdés de torchis51, je souhaiterais qu’ils n’aient jamais été inventés. Autant en effet ils font gagner du temps et de l’espace, autant ils constituent une cause majeure et courante de désastre, semblables qu’ils sont à des torches prêtes pour un incendie » (trad. L. Callebat, C. U. F., 1999 modifiée), écrit l’architecte. Le terme désigne dans le passage des murs à pan de bois faits de claies de branchages enduits de terre (c’est-à-dire de torchis au sens propre)52 car l’ensemble du paragraphe 8 du livre II est consacré aux structurae, aux maçonneries dont le rôle porteur est indéniable. Dans la suite du paragraphe (II, 8, 20), le vocabulaire utilisé pour désigner les pièces de bois (arrectarium, transuersarium) sous-entend bien une structure portante. Le remplissage de claies de branchages enduits de terre vaut aussi bien pour le clayonnage (sur poteaux plantés) proprement dit que pour le pan de bois. Attesté dans le monde romain53, le pan de bois est un type de mur composite dont l’hétérogénéité ne peut manquer de choquer Vitruve, même s’il ne mentionne comme inconvénient que la fissuration des enduits et le risque accru d’incendie. Il évacue d’emblée la question de la solidité et de la pérennité comme évidente, car il s’agit d’un type de construction économique (en temps, en espace et en soin).

  • 54  Vitruve condamne mais ne nie pas l’utilisation fréquente de ce type de cloison (cf. VII, 3, 11) au (...)
  • 55  Vitruve, II, 1, 3 : « Ils [scil. les premiers hommes] commencèrent par dresser des pieux fourchus, (...)
  • 56  R. Lequément, « L’Apport des textes antiques », in J. Lasfargues (ed.), Architectures de terre et (...)
  • 57  II, 1, 3 : Alii luteas glaebas arefacientes struebant parietes, materia eos iugumentantes […] : «  (...)
  • 58  Cl. A. De Chazelles, loc. cit., p. 13-14 donne des exemples de cette technique autochtone en Gaule (...)
  • 59  C’est le sens de iugumento. Pour iugumentum, il n’est à ma connaissance attesté que chez Caton, De (...)

16La place dans le livre de cette condamnation sans appel et ponctuelle54 n’est pas anodine : elle permet d’introduire le paragraphe sur les usages du bois et des essences en orientant l’aspect normatif de l’approche : le bois ne doit jamais être utilisé pour les structurae des murs. Il n’est à utiliser que pour les planchers et les charpentes. Or ce type de « structura » a déjà été abordé dès le début du livre II dans le paragraphe sur l’histoire des premiers habitats mais sous sa forme la plus simple : le passage décrit le clayonnage hourdé55. Plus précisément, la technique est celle du clayonnage hourdé sur poteaux plantés56. Elle est un maillon dans l’évolution des techniques. Vitruve lui associe un autre procédé57, probablement celui de la bauge ou terre massive58 renforcée avec des traverses59, qui apparaît dans un second temps, et comme un progrès dans la perspective vitruvienne. La critique de l’opus craticium relève autant de la pragmatique que de l’idéologie : c’est une forme de régression dans les usages, une négation du génie romain.

  • 60  Voir P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 68-75. Sur les procédés d’ethnologie (...)
  • 61  Scandulis désigne de petites planches pour recouvrir un toit, des bardeaux cf. Dictionnaire de l’a (...)
  • 62  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p 69-71 pour un résumé des rapprochements. S (...)
  • 63  L’objectif n’est pas ici de valider ou non cette théorie, ni d’en détailler les éléments.
  • 64  Sur l’influence probable de Posidonios, voir E. Romano, op. cit. n. 12, p. 113-115.

17Le bois est considéré comme un matériau en usage chez les premiers hommes (matériau primitif) et chez les barbares. C’est en quelque sorte un matériau « historique ». L’excursus sur les méthodes de construction des « nations étrangères » (II, 1, 4-5), outre le fait qu’il confirme les capacités d’observation de Vitruve, ses « voyages » et de réelles connaissances pratiques60 a aussi pour conséquence d’associer les constructions de bois ou de matériaux végétaux à des peuples « non évolués », hors de Rome, aux marges du monde gréco-romain. Dans ce bref aperçu ethnographique, Vitruve mentionne les matériaux de manière générale, chêne rouvre et chaume61, même s’il est probablement question de toiture avant tout, et se concentre dans un premier temps sur l’Occident (Gaule, Espagne, Lusitanie, Aquitaine). Son propos est surtout développé pour l’Orient, la mythique Colchide et la Phrygie dont il détaille les modes d’assemblage des murs. La proximité de ce type d’articulation avec les modes d’assemblage à mi-bois que nous livrent les tombeaux rupestres et sarcophages lyciens a été soulignée à de nombreuses reprises62 mais au-delà de la pertinence de ce rapprochement, se pose la question de la source de Vitruve : sans aller jusqu’à affirmer que l’architecte aie pu puiser en Lycie l’idée de la pétrification, le rôle premier de l’Asie Mineure dans les références architecturales vitruviennes est troublant63. La consultation de sources grecques, comme Posidonios dont on peut supposer les développements ethnologiques64, a pu être déterminante.

  • 65  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXX-XXXIX.

18L’association entre la naissance de l’ordre dorique et une forme d’« imitation » d’un modèle de charpente antérieur en bois, point sur lequel s’est focalisé un certain nombre de chercheurs, s’intègre dans la façon dont Vitruve conçoit le matériau bois. Il s’agit à la fois d’un aspect de valorisation du matériau et d’une illustration de ses faiblesses. Les paragraphes IV, 2 très célèbres ont fait l’objet d’une exégèse systématique dont nous ne reprendrons pas ici les éléments. La pétrification constitue sans aucun doute une manière de légitimer par une nécessité structurelle ce qui à l’époque de Vitruve ne devait apparaître que comme un décor inutile65. Mais cette interprétation n’est pas univoque. L’objectif est de comprendre comment cette « théorie » est cohérente par rapport à la conception que Vitruve a du matériau bois.

19L’architecte veut ainsi valoriser l’ancienneté de l’ordre dorique et d’une certaine manière le réhabiliter. Il exploite les qualités de matériau « premier » du bois. L’explication de l’articulation de la frise par un précédent en bois donne au temple une profondeur historique.

  • 66  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 53-54.
  • 67  Nous utilisons ici le terme par convention. Sur les modalités et les conséquences du phénomène d’i (...)
  • 68  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXXVI.
  • 69  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. LVII-LVIII.
  • 70  Voir P. Lephas, « Doric and Ionic Orders in a Platonic Universe, A Comment on Vitruvius, IV, 2, 1- (...)
  • 71  Le cas du temple toscan, même si les linteaux de bois (trabes) se situaient au-dessus des colonnes (...)

20Mais Vitruve a déjà abordé la naissance de l’ordre lui-même par l’anecdote de Doros. Les paragraphes sur l’origine de la frise dorique ne relèvent donc pas uniquement de l’histoire de l’ordre déjà présenté au préalable66. En effet, le procédé est autant une justification a posteriori à partir de l’observation qu’une mise en valeur idéologique. Il s’agit de concilier l’aspect régressif d’une structure en bois (même si les éléments de charpente sollicités sont contemporains de Vitruve) avec la perfection et la pérennité de la pierre. D’une certaine manière, la pétrification telle que Vitruve la présente67 consiste à abolir le temps, à fixer le principe évolutif des entablements, processus à rapprocher de la « pétrification » de l’enclos rituel de l’Ara Pacis68 de la Rome augustéenne. En faisant de certains éléments de la charpente de bois les ancêtres de la frise dorique (triglyphes et métopes, mutules et, dans des proportions moindres, denticules de la frise ionique), Vitruve se place aussi dans la continuité d’une mode dont il est le témoin, celle des longues portées et des poutres de dimensions impressionnantes, bref des prouesses techniques69. La théorie de la pétrification dont il faut chercher les fondements dans la mimesis aristotélicienne70 repose peut-être conjointement sur la volonté de concilier modèle grec et tradition italique chez Vitruve71 et s’inscrit plus largement dans l’idéologie de la fin de la République et des débuts du principat.

  • 72  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXXVIII.
  • 73  M. Courrént, « Le Corps humain, référence et modèle dans le De architectura de Vitruve », REA 99 ( (...)
  • 74  Comme le souligne P. Gros, Vitruve,De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXXIII, les ordres ne so (...)

21L’enjeu du paragraphe sur la naissance de la frise dorique est aussi symbolique. La première partie de l’excursus sur la naissance des ordres se concentre sur l’origine des colonnes et chapiteaux ; le bois n’est jamais évoqué à ce propos et Vitruve pense probablement à des premiers éléments en pierre72. Le critère de référence est l’être humain73 : la colonne dorique, image de l’homme, doit ses proportions au modèle du corps masculin (IV, 1, 6)74, comme la colonne ionique au corps féminin, et le chapiteau corinthien au corps gracile de la jeune vierge (IV, 1, 8). Sans entrer dans le délicat dossier des sources vitruviennes à propos de l’ensemble de la question de l’origine des ordres, soulignons que l’unité du propos dans cette adéquation entre les formes et les proportions des colonnes des trois ordres retenus place l’homme comme modèle de l’architecture religieuse.

  • 75  Si l’on accorde quelque crédit à l’hypothèse d’un modèle préalable en bronze, ou plus largement en (...)
  • 76  Sur Callimaque, voir P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992,  note au passage 1, 10.
  • 77 E. Romano, op. cit. n. 12, p. 107 sq.
  • 78  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 90-91, note au passage 2, 1, 1.

22Pourtant l’unité d’ensemble du passage est en partie rompue par l’anecdote étiologique sur le chapiteau corinthien qui s’apparente plus au développement suivant sur l’origine des entablements : le modèle n’est plus exactement l’homme mais le résultat de son action sur la nature. L’agencement entre l’acanthe, la corbeille et la tuile qui la recouvrait relève de la transposition à rebours de la disposition des éléments sur le chapiteau fini75. Le prototype naît de la conjonction du développement de la nature luxuriante sur la tombe d’une jeune fille avec l’imitation d’un sculpteur doué76. Cependant Vitruve s’efforce de présenter l’origine de l’entablement dorique comme un acte réfléchi, progressif, à l’opposé de l’origine du chapiteau corinthien. Les entablements sont le fruit d’une évolution qui n’est pas sans rappeler l’excursus sur les origines de l’architecture du livre II : ils se placent même dans la continuité malgré l’éloignement matériel des deux propos. L’architecte exploite les qualités de matériau de progrès du bois. En II, 1, Vitruve tentait d’expliquer le passage de la casa à la domus77 ; en IV, 2, 1 sq. le propos porte sur le passage de la domus à l’aedes sacra, mais de manière beaucoup plus artificielle78 puisque le modèle originel a disparu et que Vitruve s’inspire des usages contemporains, c’est-à-dire la charpente de l’époque hellénistique. Ses composantes sont énoncées brièvement en IV, 2, 1 et leur l’articulation a bien été soulignée par P. Gros.

  • 79  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 98 note au passage 1, 15.
  • 80  Templum signifie d’abord l’espace consacré, enclos sommairement planté d’arbres ou de pieux solide (...)

23Dans la suite de l’exposé, Vitruve ne fait référence qu’à certains éléments de la charpente. En effet l’articulation entre la théorie de la pétrification de la frise dorique et l’exposé terminologique sur les charpentes n’est pas toujours claire et sans entrer dans le détail des incohérences de la lecture vitruvienne, il faut noter un élément majeur pour notre propos : outre la légitimation de la frise que constitue un précédent structurel de bois, cette théorie fait du temple une structure évolutive et donc susceptible d’évoluer.Cette évolution n'est concevable pour Vitruve que par le matériau bois, le temple de pierre constituant la perfection. Ce n’est pas tant par maladresse ou par défaut de pensée historique que Vitruve procède à ce raccourci (la « pétrification ») qui mène à une aporie de la reconstitution mais parce qu’il s’agit de montrer au commun des lecteurs que le temple par son entablement renvoie à l’image de la première maison et que, par ses colonnes, il donne à voir la place de l’homme dans son environnement. Cette approche proprement symbolique témoigne de la conception vitruvienne de l’architecture mais aussi de l’édifice religieux : le temple, à l’origine, constituait une image de la cabane primitive. En bref, Vitruve fait de manière détournée du temple l’image figée, arrêtée de l’homme dans la nature. L’enjeu est aussi (comme souvent) terminologique : supra cantherios templa nous dit-il en IV, 2, 1. Si, en toute logique, le terme désigne bien les pannes dans le passage79, le jeu de mot avec templum80 appuie le développement qui suit sur l’origine de la frise, même si aedes sacra est le terme habituel, le mot consacré en quelque sorte, pour désigner le temple en tant qu’édifice.

24Le matériau bois occupe une place de choix chez Vitruve. Il est le matériau « historique » car à l’origine de l’architecture ; il constitue aussi, contrairement à la pierre ou la brique, un matériau d’expérimentation et de progrès et joue un rôle dynamique de premier plan dans l’histoire de l’architecture telle que Vitruve la construit. Cette valorisation dans la théorie de l’architecture n’empêche pas l’auteur latin d’envisager la qualitas du bois de manière restrictive, et dans son chapitre sur le matériau de valoriser le bois le plus proche de la pierre, dans une forme de « pétrification » anticipée. La théorie de l’origine de la frise dorique exposée en IV, 2, 2-3 repose certes sur des éléments d’observations indéniables que les Grecs ont pu exploiter dans des traités ou des sources aujourd’hui perdus, mais telle que Vitruve l’expose, elle est en totale cohérence avec la conception que l’architecte latin a du matériau bois.

Haut de page

Notes

1 Le texte et les traductions du De l’architecture sont issus de la C. U. F.. Ce bref travail s’inscrit dans un projet de recherche plus général encore en cours sur les usages du bois en architecture d’une part et sur le phénomène de pétrification d’autre part.

 Sur cette question, voir notamment P. Gros, « Munus non ingratum. Le traité vitruvien et la notion de service », in P. Gros (ed.),Le Projet de Vitruve : objet, destinataires et réception duDe architectura, actes du colloque international organisé par l’École française de Rome, l’Institut de recherche sur l’architecture antique du CNRS et la Scuola normale superiore de Pise (Rome, 26-27 mars 1993), Paris, de Boccard, 1994, p. 75-90. L’ouvrage se présente comme une description technique, un exposé normatif et un discours scientifique.

2  Le livre V aborde les théâtres en bois dont Vitruve valorise l’acoustique ; un long développement est consacré en VII, 3, 1 à la conception des berceaux ; le livre X aborde fréquemment les composantes et les pièces de bois des machinae que Vitruve définit ainsi : machina est continens e materia coniunctio maximas ad onerum motus habens uirtutes : « une machine est un ensemble de pièces de bois solidaires, ayant une très grande efficacité pour le déplacement des charges ».

3  Notamment IV, 2, 1 qui annonce la description de la materiatio (la charpente). Le procédé est souvent présent chez Vitruve où théorie et pratique se mêlent sans se recouper. C’est le cas dans la célèbre description de la domus graeca où l’ensemble s’apparente davantage à une énumération terminologique qu’à un exposé pratique sur les constituants types de la maison grecque hellénistique, voir L. Callebat, introduction à Vitruve, VI, C. U. F., 2004, p. XXXII-XXXV.

4  Notamment à l’occasion du colloqueLe Projet de Vitruve : objet, destinataires et réception duDe architectura, 1994, mais aussi plus récemment A. Novara, Auctor in bibliotheca. Essai sur les textes préfaciels de Vitruve et une philosophie latine du livre, Louvain / Paris, Peeters, 2005, et supra, p. 7-34, l’article de Ph. Fleury.

5  Plus particulièrement sur la cabane primitive, p. 108-122 et p. 183-189.

6  M. Courrént, L’Idée de nature dans le De architectura de Vitruve (diss. Caen) 1995, p. 132 sq., où l’auteur énumère les critères de la physique de Vitruve.

7 Ibid., p. 122 sq.

8  Voir notammentG.Gullini, « Sull’origine des fregio dorico », Memorie dell’Accademia delle Scienze di torino 4, 31 (1974). Pour un recensement systématique des théories sur le lien entre la charpente de bois et l’entablement du temple dorique voir N. Weickenmeier, Theorienbildung zur Genese des Triglyphon. Versuch einer kritischen Bestandsaufnahme (diss. Darmstadt) 1985, qui analyse les différentes interprétations depuis le XIXe s. et répertorient les différents arguments.

9  L’objectif est la plupart du temps de vérifier la véracité du modèle de pétrification de Vitruve dans les résultats les plus récents de l’archéologie et plus généralement de reconstituer la naissance des ordres.

10  Cette approche est déjà celle de P. Gros, introduction à Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXX-XXXI, lorsqu’il envisage la pétrification comme une explication étiologique parmi d’autres : tout en soulignant que la pétrification ne peut qu’étonner car « les impératifs tectoniques d’une construction de pierre s’avèrent différents de ceux d’une construction en bois » (p. XXXV), il note que, loin d’être anecdotique, le phénomène rend compte de la volonté de pérenniser la beauté : l’auteur se place sur le plan théorique et non historique.

11  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. LVII-LVIII, s’étonne que le bois occupe une place si importante alors qu’il était peu utilisé pour les murs dans le monde grec.

12  Pour la tonalité d’ensemble du passage et l’influence de Lucrèce (De la nature des choses V, 925-987), voir le commentaire d’A. Corso p. 171-174 dans P. Gros, Vitruvio, De architectura, traduction italienne et commentaire d’A. Corso et d’E. Romano, vol. 1 et 2, Turin, Einaudi, 1997, et celui de P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 64-66. Cf. également, sur ce passage, les articles de P. Ronet (infra p. 141-157) et de N. Huvenne (infra p. 343-347).

13  Lucrèce, V, 1096 sq. : et ramosa tamen cum uentis pulsa uacillans/aestuat in ramos incumbens arboris labor / exprimitur ualidis extritus uiribus ignis, / et micat interdum flammai feruidus ardor, / mutua dum inter se rami stirpesque teruntur : « Cependant, il arrive aussi que les branches d’un arbre épais, balancées par l’effort des vents, s’échauffent en se couchant sur les branches d’un autre arbre ; la violence du frottement en fait jaillir les éléments ignés, et parfois on voit briller l’éclat d’une flamme ardente, parmi l’entrechoquement mutuel des branches et des troncs » (trad. A. Ernout, C. U. F., 1924). Voir P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 64. Pour une reprise moderne de ce motif, cf. l’article de C. Kossaifi, infra p. 349-375.

14  La qualitas du bois repose sur la présence des quatre principes : l’air avec les trous qui entraîne la porosité et la légèreté du matériau, la terre qui conditionne la compacité c’est-à-dire la solidité du bois, l’eau liée à la porosité et donc la souplesse, c’est-à-dire la résistance du bois (II, 5, 2 et II, 9, 11). Pour le détail de l’argumentation voir M. Courrént, op. cit., p. 128-129. Le feu n’est présenté qu’indirectement avec la chaleur et surtout l’ensoleillement cf. II, 10, 1-2. Il entre aussi avec l’air dans la composition du sapin (II, 9, 6). Voir Tableau I, infra p. 112.

15  Ce d’autant plus que, comme l’a souligné M. Courrént, dans « Équilibre et changement dans le De architectura de Vitruve : mécanique et chimie du monde appliquées à l’architecture », Latomus 58 (1999), p. 534-563, plus particulièrement p. 539, tous les changements qui affectent la matière ont plus ou moins directement pour origine la chaleur dans le traité.

16  Arbor, silua et nemus sont les trois principaux termes utilisés pour désigner le cadre naturel arboré chez Vitruve. Pour silua, forêt sauvage : II, 1, 1 ; II, 1, 4 et 5 ; VIII, 1, 6, forêt plantée : V, 9, 8 ; V, 11, 4 ; VI, 5, 2 : l’équilibre est parfait. Nemus est utilisé de façon très anecdotique, plus par contamination avec l’œuvre de Lucrèce que par souci de distinction terminologique.

17  Vitruve,V, 9, 5 et C. Saliou, Vitruve, De architectura V, C. U. F., 2009, p. 305-310 pour le commentaire, notamment pour le contexte et l’influence de la médecine hippocratique (plus particulièrement p. 306).

18  Vitruve, V, 9, 5 : ex uiridibus subtilis et extenuatus aer […] : « des plantations émane un air allégé et affiné […] ». La valeur thérapeutique de certains arbres est aussi soulignée en II, 9 (voir Tableau I infra p. 112, pour le mélèze).

19  Voir notamment, P. Gros, L’Architecture romaine. 1. Les monuments publics, Paris, Picard, 1996, p. 99-101.

20  Voir P. Grimal, Les Jardins romains, Paris, Presses universitaires de France, 1969, p. 171-187.

21  Vitruve, V, 9, 8. À l’état naturel, les forêts peuvent aussi constituer des formes de réserve d’eau. En VIII, 1, 6, Vitruve décrit les arbres et les forêts comme des réceptacles : ils retiennent la neige et permettent de conserver l’eau.

22  Vitruve, VI, 5, 2. Sur les exemples archéologiques, voir le commentaire de L. Callebat, Vitruve, De architectura VI, C. U. F., 2004, p. 183.

23  En V, 9, 8, Vitruve parle d’orner les promenades « de vert », privilégiant aussi bien l’aspect esthétique et ornemental que la salubrité publique. Sur les fonctions du jardin domestique, voir P. Grimal, op. cit., p. 199-244.

24  Sur ces questions et la place des arbres dans la décoration, voir entre autres P. Grimal, op. cit., p. 233-244, et plus ponctuel sur le sujet, le tout nouvel ouvrage de G. Sauron, Les Décors privés des Romains. Dans l’intimité des maîtres du monde, Paris, Picard, 2009.

25  Essences qui en II, 9, 1 sq., ont justement été désignées comme utiles à la construction de bâtiments. Voir Tableau I, infra p. 112.

26  G. Sauron, L’Histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, Picard, 2000, p. 137 et 178-179.

27  Il manque le dernier principe vitruvien : utilitas.

28  Pour ce qui est de la disposition générale mais pas des proportions.

29  Il constitue aussi un concentré des principes de mécaniques et fournit à l’architecte l’exemple des lois de la nature.

30  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 152-153.

31  En II, 9, 7 Vitruve parle de diviser en quatre parties la zone inférieure de l’arbre encore sur pied (sic) et utilise en toute logique arbor.

32  La matière à proprement parler.

33  Materia désigne chez Vitruve le matériau bois (comme chez César) mais aussi le mortier. En II, 6, 5, materia signifie probablement aussi le bois, plus précisément la lignite, roche ligneuse (voir P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 98).

34  On assiste, « en direct » en quelque sorte, au passage du lignum à la materiaen II, 1, 1 et 3 : les premiers hommes utilisent le bois (ligna) pour entretenir le feu, la materia (le matériau bois) pour l’associer à la boue et la terre et construire : materia eos iugumentantes. L’assemblage ou la possibilité d’assembler change le statut du bois et en fait un matériau proprement architectural.

35  Bronzier en II, 7, 4. Forgeron en X, 1, 6 et X, 13, 2 ; en IX, praef. 6 avec le sens général de constructeur, bâtisseur.

36  Vitruve, II, 1, 9, où les premiers hommes se présentent par leur application et leur persévérance comme des fabri (« des hommes de métiers »).

37  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. XXV-XXVI.

38  Le rôle du bois pour consolider les fondations sur terrain instable est régulièrement mentionné ; comme l’ensemble des remarques sur les usages (voir, infra, Tableau I, p. 112), il s’agit de souligner des particularités liées à la répartition des principia.

39  On retrouve l’ordre des matériaux cité en II, 1, 7, au terme du processus d’évolution de l’humanité quand Vitruve écrit : « ils [scil. les hommes] entreprirent de réaliser non des cabanes mais des maisons (domus) sur fondations, construites avec des murs de brique ou de pierre, et couvertes d’une charpente et de tuiles (materiaque et tegula tectas perficere) ».

40  P. Gros, « Vitruve : l’architecture et sa théorie, à la lumière des études récentes », ANRW II, 36, 1, 1982, p. 672-677, repris dans P. Gros, Vitruve et la tradition des traités d’architecture : fabrica et ratiocinatio, Rome, École française de Rome, 2006, p 186-190.

41  Aux dépens de la brique cuite.

42  Il en sera à proprement parler question en VII, 1, 5-7.

43  Pour Théophraste (Histoire des plantes V, 7, 4), « les bois utilisés dans le bâtiment sont beaucoup plus nombreux : sapin et pin, cèdre, sans compter le cyprès, le chêne et le genévrier, en un mot n’importe quelle essence, pourvu qu’elle ne manque pas totalement de solidité » (trad. S. Amigues, C. U. F., 1993).

44  Sur la question des compilations et des sources de Vitruve, voir notamment E. Romano, op. cit. n. 12, p. 110-122. Sur le fonctionnement particulier du chapitre 9 voir M. Courrént, op. cit. n. 6, p. 122 sq.

45  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XV, analyse le processus vitruvien à l’œuvre en II, 9, plus explicatif que descriptif.

46  Théophraste désigne comme essence pour les pieux et constructions enterrées le chêne (V, 7, 5 et V, 4, 3) ainsi que le genévrier (V, 7, 6) mais pas le bois d’aulne ; il mentionne aussi le noyer d’Eubée (V, 7, 7), probablement plus anecdotique pour Vitruve.

47  Sur l’ensemble du passage P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 171-175.

48  Dans ce chapitre, Vitruve s’applique ainsi à « pétrifier » le bois de mélèze.

49  Le gattilier est cité de façon tout aussi ponctuelle en X, 6, 2 pour les baguettes servant à la confection du limaçon.

50  Les mots sont très fortement connotés : craticii uero uelim quidem ne inuenti essent contredit la place que ce type d’appareil occupe dans les progrès de l’architecture primitive évoquée en II, 1. Plus loin Vitruve affirme de ces appareils qu’ils sont calamitati.

51  La traduction par clayonnage de L. Callebat respecte l’étymologie (crates désignant les claies), mais ne rend pas le sens précis du passage ; elle contredit celle proposée dans sa concordance au De l’architecture, L. Callebat (ed.), Hildesheim, Olms-Weidmann, 1995, p. 31 : « à colombage ». Le terme désigne sans ambiguïté le pan de bois à remplissage de clayonnage hourdé : en VII, 3, 11, à propos de la fissuration des enduits, Vitruve mentionne les pièces de bois du colombage, mais aussi lutum, la terre qui enduit les claies.

52  Cl. A. De Chazelles, « Témoignages croisés sur les constructions antiques en terre crue : textes latins et données archéologiques », Techniques & Culture 41 (2003), p. 1-27, plus précisément ici p. 19-20. Elle insiste à juste titre (p. 22-23) sur la force de l’image quand Vitruve compare les murs à des faces, des torches, des brandons, plutôt que des fagots. L’architecte accuse ce mode de construction non pas de favoriser ni d’attiser les incendies mais de les provoquer.

53  Pour une définition avec des exemples concrets, voir J.-P. Adam, La Construction romaine, Paris, Picard, 1989, p 132-135. Les arguments donnés par Vitruve pour proscrire ce mode de construction ne tiennent pas compte de deux grands défauts rédhibitoires : les parois de ce type sont sensibles à l’eau et à l’humidité, à cause des pièces de bois mais elles sont aussi faciles à percer pour des voleurs. Pour cette raison elles sont plutôt utilisées en étage, en façade extérieure ou en cloison interne ; elles sont surtout très légères.

54  Vitruve condamne mais ne nie pas l’utilisation fréquente de ce type de cloison (cf. VII, 3, 11) au point qu’il l’envisage comme support des enduits : son propos normatif se concentre sur le thème traité.

55  Vitruve, II, 1, 3 : « Ils [scil. les premiers hommes] commencèrent par dresser des pieux fourchus, y entrelacèrent des branchages et recouvrirent de boue ces parois ».

56  R. Lequément, « L’Apport des textes antiques », in J. Lasfargues (ed.), Architectures de terre et de bois. L’habitat privé des provinces occidentales du monde romain : antécédents et prolongements : protohistoire, Moyen Âge et quelques expérimentations contemporaines, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1985, p. 29-32, parle de premières formes de clayonnage (p. 29) et Cl. A. De Chazelles, loc. cit., p. 13, de structures en torchis sur poteaux porteurs.

57  II, 1, 3 : Alii luteas glaebas arefacientes struebant parietes, materia eos iugumentantes […] : « D’autres [scil. hommes primitifs] maçonnèrent des murs avec des blocs de boue séchée et un chaînage de bois […] » (trad. L. Callebat, C. U. F., 1999).

58  Cl. A. De Chazelles, loc. cit., p. 13-14 donne des exemples de cette technique autochtone en Gaule du sud, particulièrement en Provence et dont on trouve des vestiges à Martigues dès le VIe s. a. C. jusqu’au IIe-Ier s. a. C., alors que le procédés est plus vite abandonné en Languedoc (à Lattes tout particulièrement).

59  C’est le sens de iugumento. Pour iugumentum, il n’est à ma connaissance attesté que chez Caton, De l’agriculture 14, 1 et 4, où il a probablement le sens de linteau.

60  Voir P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 68-75. Sur les procédés d’ethnologie comparée, voir E. Romano, op. cit. n. 12, p. 115 sq.

61  Scandulis désigne de petites planches pour recouvrir un toit, des bardeaux cf. Dictionnaire de l’architecture gréco-romaine, I, p. 29 n. 132.

62  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p 69-71 pour un résumé des rapprochements. Sur la question de la pétrification, l’analyse du terme et des tombes xanthiennes, S. Rougier-Blanc, « Les tombes de Xanthos et la question de la pétrification », à paraître.

63  L’objectif n’est pas ici de valider ou non cette théorie, ni d’en détailler les éléments.

64  Sur l’influence probable de Posidonios, voir E. Romano, op. cit. n. 12, p. 113-115.

65  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXX-XXXIX.

66  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 53-54.

67  Nous utilisons ici le terme par convention. Sur les modalités et les conséquences du phénomène d’imitation tel que le décrit Vitruve, voir S. Rougier-Blanc, « Les tombes de Xanthos et la question de la pétrification », à paraître.

68  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXXVI.

69  P. Gros, Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. LVII-LVIII.

70  Voir P. Lephas, « Doric and Ionic Orders in a Platonic Universe, A Comment on Vitruvius, IV, 2, 1-6 », NAC 29 (2000), p. 163-183.

71  Le cas du temple toscan, même si les linteaux de bois (trabes) se situaient au-dessus des colonnes de façade, à la différence des trabes (poutres sablières) des charpentes citées en IV, 2 ne peut manquer de confirmer l’influence possible d’un modèle italique (ici étrusco-italique) ou du moins chez Vitruve (et ce malgré la condamnation du Toscan) une forme de fascination pour les entablements de bois.

72  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXXVIII.

73  M. Courrént, « Le Corps humain, référence et modèle dans le De architectura de Vitruve », REA 99 (1997), p. 101-108.

74  Comme le souligne P. Gros, Vitruve,De architectura IV, C. U. F., 1992, p. XXXIII, les ordres ne sont fixés qu’une fois établies les proportions en fonction de la morphologie humaine.

75  Si l’on accorde quelque crédit à l’hypothèse d’un modèle préalable en bronze, ou plus largement en métal (P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 76, note au passage 9, 3), cette première anecdote sur les ordres prépare le long développement sur l’origine de la frise dorique puis ionique : dans les deux cas, on passe d’un matériau à un autre et plus surprenant, pas uniquement pour des raisons de pérennité mais plutôt dans un effort d’unification.

76  Sur Callimaque, voir P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992,  note au passage 1, 10.

77 E. Romano, op. cit. n. 12, p. 107 sq.

78  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 90-91, note au passage 2, 1, 1.

79  P. Gros, Vitruve, De architectura IV, C. U. F., 1992, p. 98 note au passage 1, 15.

80  Templum signifie d’abord l’espace consacré, enclos sommairement planté d’arbres ou de pieux solidement fichés en terre d’où l’augure peut prendre les oracles P. Gros, op. cit. n. 19, p. 122-123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Rougier-Blanc, « Le bois et ses usages dans le De architectura de Vitruve », Cahiers des études anciennes, XLVIII | 2011, 89-117.

Référence électronique

Sylvie Rougier-Blanc, « Le bois et ses usages dans le De architectura de Vitruve », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 28 mai 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/316

Haut de page

Auteur

Sylvie Rougier-Blanc

MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals