Navigation – Plan du site

Buts et originalités de l’Art rhétorique de Fortunatianus

Izabella Lombardi Garbellini
p. 179-202

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Fortunatianus, manuel, rhétorique, figures
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour ce texte, nous utilisons l’édition de L. Calboli Montefusco : Consulti Fortunatiani ars rhetor (...)
  • 2 Cassiodore, Institutiones, texte établi par R. A. B. Mynors, Oxford, Clarendon Press, 1961.
  • 3 K. Münscher, « Fortunatianus », RE VII 1 (1910), p. 44-55. L’œuvre a attiré une certaine attention (...)

1Parmi les œuvres de la période désignée sous le nom d’Antiquité tardive, se trouve l’Art rhétorique de Fortunatianus1, manuel de rhétorique en latin composé autour du IVe siècle p. C. À propos de Fortunatianus, on ne lui connaît, autant que l’on sache, aucun témoin à l’exception de la référence que contient son œuvre. La datation exacte de cette œuvre reste inconnue, bien qu’il y ait certains éléments de preuve, telles des citations, qui permettent de la dater après Quintilien, qui semble être sa source directe, et avant Cassiodore2, qui qualifie Fortunatianus de artigraphus nouellus (Institutiones II, 2, 1) et de doctor nouellus (Institutiones II, 2, 10), en nette opposition avec ceux qui sont appelés magistri saecularium litterarum (Institutiones II, 2, 1), qui ont écrit sur la rhétorique. Quoi qu’il en soit, toutes les études modernes datent cette œuvre du IVe siècle, ce qui semble indiquer que les chercheurs suivent toujours le point de vue de K. Münscher3.

2Le manuel de Fortunatianus est divisé en trois livres. Le premier débute par trois hexamètres qui exhortent « celui qui, docte, s’empresse, par le biais de la rhétorique, d’être porté à la connaissance des choses et des lois » à lire attentivement l’Art rhétorique (quisquis rhetorico festinat tramite doctus / ad causas legesque trahi, bene perlegat artis / hoc opus et notum faciat per competa callem, I, 1). S’ensuit un certain nombre de définitions relatives à la rhétorique et son but, à l’orateur et son officium, aux questions politiques et leurs genres, aux parties de la fonction de l’orateur (Ars rhetorica I, 1). Après ces brèves définitions, l’auteur passe à l’exposé sur la doctrine des états de cause, status, définissant le point à juger, krinómenon (Ars rhetorica I, 2), les matières sans fondement, asýstata (Ars rhetorica I, 3-5), la conduite de la cause, ductus (Ars rhetorica I, 6-8), les genres des controverses, genera controuersiae (Ars rhetorica I, 9-11) et, finalement, le status lui-même, ce qui occupe aussi le début du second livre (Ars rhetorica I, 12-II, 11). Dans le deuxième livre, à l’explication du status suivront la définition et l’explication des parties du discours, partes orationis (Ars rhetorica II, 13-31) : exorde, narration, argumentation, péroraison. Enfin, dans le troisième livre, Fortunatianus traite de la disposition, de l’élocution, de la mémoire, de la prononciation (Ars rhetorica III, 1-15). Ainsi, on peut dire que, dans les deux premiers livres, l’auteur traite, de façon générale, de ce qui concerne l’invention, et dans le troisième livre, des parties restantes de l’oratoris officium.

  • 4 Cf., notamment, A. Reuter, « Untersuchungen zu den römischen Technographen Fortunatian, Julius Vict (...)

3Les chercheurs4 ont donc tendance à comparer l’Art rhétorique avec les autres manuels de rhétorique plus ou moins contemporains de Fortunatianus, notamment les traités de Julius Victor, Martianus Capella et Sulpitius Victor, qui possèdent, en général, une caractéristique commune : ils consacrent une partie beaucoup plus grande aux préceptes de l’invention et une partie beaucoup plus petite aux préceptes de la disposition, de l’élocution, de la mémoire et de la prononciation. En outre, les chercheurs soulignent que ces traités ont le caractère de manuels écrits, si ce n’est pour un usage scolaire à proprement parler, tout au moins dans une visée didactique.

  • 5 Cf., L. Calboli Montefusco, « Il Nome di “ Chirio ” Consulto Fortunaziano », Hermes 107 (1979), p. (...)
  • 6 L. Calboli Montefusco, Consulti Fortunatiani ars rhetorica, Bologne, Pàtron, 1979, p. 8-20.

4Quant à l’Art de Fortunatianus, en particulier, nous pensons qu’il est possible de spéculer sur sa finalité aussi bien à partir de ce dont traite l’auteur, que de la manière dont il le traite. Les premiers indices viennent des trois hexamètres par lesquels l’œuvre commence, qui indiquent brièvement à qui elle s’adresse, à savoir, à celui qui s’empresse, par le biais de la rhétorique, d’être conduit aux connaissances des causes et des lois ; Fortunatianus fait d’autres références dans le texte lui-même, qui montrent le contraste que l’auteur établit entre des préceptes valables pour les discours du forum et d’autres, par ailleurs, valables pour l’école et la déclamation (Ars rhetorica II, 20) ; en deuxième lieu, comme l’Art de Fortunatianus a été intégralement composé sous la forme de question et de réponse, on pourrait y voir une preuve de la fonction didactique, puisque, pour ainsi dire, le discours imite les questions du professeur et les réponses de l’élève (ou l’inverse)5. Il est encore important de souligner que, dans les divers manuscrits, l’Art a été identifié aussi bien par l’expression breuis libellus que par des expressions qui l’appellent littéralement « manuel » (liber manualis et enchiridion)6 ; nous pouvons, par conséquent, en déduire que le traité est perçu comme un ouvrage de référence, pour ainsi dire, un vade-mecum, dans lequel sont présentés, expliqués et systématisés, dans un discours extrêmement concis, une multitude de termes et de doctrines spécifiques de l’art rhétorique, ainsi que des termes juridiques propres à la pratique du barreau.

5Or, dans la matière enseignée par Fortunatianus, il y a certains aspects qui semblent, en quelque sorte, originaux quand on les compare à d’autres manuels de rhétorique gréco-romains conservés. Cette particularité se voit dans la matière exposée, dans le mode d’exposition ou encore dans l’ordre de l’exposé ; en d’autres termes, elle se rapporte ou à des termes et concepts particuliers à Fortunatianus, ou à sa façon particulière d’exposer des termes et concepts communs à d’autres artigraphi. Les aspects qui ont été soulignés par la critique sont principalement les suivants :

  1. la doctrine du ductus (I, 6-8) ;

  2. la doctrine des status (I, 22-27) ;

  3. la doctrine des characteres elocutionis (III, 9) ;

  4. la doctrine des genera figurarum (III, 10).

I La doctrine du ductus (Ars rhetorica I, 6-8)

  • 7 L. Calboli Montefusco, « Ductus and color : The Right Way to Compose a Suitable Speech », Rhetorica(...)

6Dans la section I, 6-8, Fortunatianus apporte la leçon sur le ductus (conduite du discours). Tout d’abord, ce qui attire notre attention, c’est le fait que Fortunatianus soit l’un des seuls auteurs, à l’exception de Martianus Capella, à se référer précisement à une leçon sur les types de conduite de la cause entière. En fait, la doctrine est singulière puisque, d’après les résultats des diverses recherches menées par la critique spécialisée7, la systématisation des ductus ne se trouve dans aucun des ouvrages conservés antérieurs ou contemporains à la période de ces deux auteurs, mais seulement chez quelques auteurs bien postérieurs, tels que Georges de Trébizonde (XVe s. p. C.) et Hermolaus Barbarus le Jeune (XVe s. p. C.).

7Parmi les préceptes de l’invention, Fortunatianus nous apprend que, devant une controverse, on doit avant tout considérer si elle a un fondement, ce qui peut être vérifié à partir de l’accusation faite par une des parties, laquelle déclenche le litige, et la réplique de l’autre ; la première partie tire sa force de l’aítion, c’est-à-dire de la cause du litige, tandis que la deuxième la tire du synékhon, c’est-à-dire de ce qui soutient toute la défense. De l’aítion et du synékhon naît le krinómenon, c’est-à-dire le point à juger. Par conséquent, sont sans fondement les cas qui sont incomplets, soit parce qu’ils n’ont pas de défense, soit parce qu’ils portent sur des accusations impudentes ou malhonnêtes, des cas nommés asýstata ; ceux qui ne se soutiennent pas fermement, nommés kakosýstata ; les cas qui ne devraient même pas être appelés controverses, mais plutôt des fictions (plásmata) irrationnelles (Ars rhetorica I, 2-5). Après avoir vérifié que le cas a un fondement, Fortunatianus souligne qu’il faut, tout d’abord, chercher le ductus (« conduite »). L’auteur définit la conduite comme « la façon par laquelle la cause entière doit être débattue » (quid est ductus ? quo modo tota causa agenda sit) et il la différencie du modus par la dimension, indiquant que la conduite est propre au discours entier, tandis que le mode est propre à une partie du discours. Ici, il est bon d’anticiper la fin de l’exposé sur le ductus, dans lequel Fortunatianus encore une fois le met en rapport avec le mode, les distinguant par la dimension : le mode se rapporte à la façon de conduire une partie du discours, et la conduite, à la façon de conduire le discours comme un tout. Dans le même passage, l’auteur relie la conduite au but, expliquant que c’est celui-ci qui met en exécution celle-là : le but détermine la conduite de la cause.

  • 8 Ductus quot sunt ? quinque : simplex, subtilis, figuratus, oblicus, mixtus. Simplex qui est ? cum s (...)

8Après avoir établi cette distinction, Fortunatianus affirme que le ductus peut être de cinq types : simplex, subtilis, figuratus, oblicus, mixtus, définissant chacun d’eux ainsi : la conduite simple est « lorsque l’on débat de quelque chose de manière simple, de la même façon qu’elle est remise en question » ; la conduite subtile est « quand une chose est en question et une autre est dans la volonté de celui qui débat » ; elle est figurée « quand la pudeur empêche de parler franchement » ; elle est oblique « quand le danger empêche de débattre ouvertement » ; elle est mixte « quand la conduite n’est pas unique »8.

9Fortunatianus affirme donc que la conduite de la cause se découvre à partir de l’intention : si elle est vraie, la conduite sera simple ; si elle n’est pas vraie, elle ne sera pas simple, mais sera ou subtile, ou figurée, ou oblique, ou mixte.

  • 9 Il est à noter que, dans ce passage, tous les exemples utilisent un type de récit qui semble se rap (...)

10Quant à l’intention, l’auteur dit que l’on peut la découvrir à partir du temps : s’il est passé, l’intention sera vraie ; s’il est présent ou futur, l’intention ne sera pas vraie. Le temps propre est découvert à partir de la cause du litige, c’est-à-dire à partir de l’aítion, d’où la première des parties tire sa force. Fortunatianus explique encore que chaque type de ductus se découvre à partir de la cause du litige, du temps et de l’intention9. Ensuite, Fortunatianus signale que la conduite n’est pas toujours la même des deux côtés du litige, car elle découle de l’intention, et l’intention n’est pas toujours la même pour les deux parties. On observe, dans ce passage, l’importance de l’intention aussi bien dans la définition du ductus que dans sa relation avec la volonté de la partie. En effet, Fortunatianus souligne l’importance de l’intention pour le ductus, tout en montrant la différence qu’il établit entre les deux actions : il affirme non seulement que l’intention se rapporte à la volonté et que le ductus concerne le discours lui-même, mais aussi que c’est dans l’intention que le ductus prend son origine.

11On peut dès lors résumer la leçon de Fortunatianus sur les ductus de la manière suivante :

  1. la conduite est quelque chose que l’on doit trouver tout d’abord, tout de suite après avoir constaté que la cause a un fondement, c’est-à-dire que le ductus est un précepte de l’invention ;

  2. à la différence du modus, qui se rapporte à une partie du discours, la conduite est la façon dont la cause entière doit être débattue : la conduite se rapporte à la totalité du discours ;

  3. il y a cinq types de conduite de la cause, qui se différencient par des valeurs et raisons diverses ;

  4. on trouve la conduite à partir de l’intention : si l’intention est vraie, la conduite sera simple ; sinon, la conduite ne sera pas simple : elle sera ou subtile, ou figurée, ou oblique, ou mixte ;

  5. l’intention se découvre à partir du temps : si le temps est passé, l’intention sera vraie ; s’il est présent ou futur, l’intention ne sera pas vraie ;

  6. le temps lui-même se découvre à partir de la cause du litige.

  • 10 Martianus Capella, Le nozze di Filologia e Mercurio, texte établi et traduit par I. Ramelli, Milan, (...)

12Si l’on compare la leçon de Fortunatianus avec celle présentée par Martianus Capella (V, 470-472)10, la similitude générale entre l’une et l’autre est tout de suite évidente ; cependant, quelques différences spécifiques sont à noter. Ainsi, on observe, tout d’abord, que tous les deux insèrent l’exposition des ductus dans l’exposé plus large de l’invention ; toutefois, Martianus Capella établit que l’on considère la conduite de la cause après avoir vérifié aussi bien le type de la cause (ou questions qui sont conjecturelles ou définitives), que sa nature (simple, double ou multiple). Même si tous les deux définissent le ductus comme concernant la cause entière, de sorte qu’il s’étende sur tout le discours et ne se limite pas à une partie de celui-ci, la façon de traiter une partie du discours est appelée par Fortunatianus modus, et par Martianus Capella, color. Les deux auteurs énumèrent, dans le même ordre, cinq types de conduites, auxquelles ils appliquent les mêmes noms ; dans les définitions, cependant, ils emploient des termes différents et en donnent plusieurs exemples. En fait, les définitions des quatre premières conduites sont similaires ; ce sont les définitions du ductus mixte qui sont différentes, puisque Fortunatianus admet dans le ductus mixte trois types (subtil, figuré et oblique), tandis que Martianus Capella en admet seulement deux : figuré et oblique. Cependant il est à noter que l’exemple donné par Fortunatianus concerne justement une composition mixte composée de figuré et d’oblique.

13On observe encore une autre différence entre les deux auteurs, puisque Martianus Capella affirme tout d’abord que le ductus est déterminé à partir de la cause du litige et, ensuite, que le ductus naît de l’intention, et que celle-ci, à son tour, naît de la cause du litige, laquelle si elle est du temps passé, concerne le ductus simple, et, si elle est du temps présent ou futur, admet tous les ductus. Fortunatianus affirme que le ductus est déterminé à partir de l’intention, de sorte que, si elle est vraie, le ductus sera simple, si elle ne l’est pas, il sera ou subtil, ou figuré, ou oblique, ou mixte ; en outre, il affirme que l’intention, à son tour, se découvre à partir du temps, qui, à son tour, se découvre à partir de la cause du litige. Ainsi, nous constatons que pour Martianus Capella, ce qui détermine le type de ductus est, tout d’abord, le temps de la cause du litige et, en second lieu, l’intention ; toutefois pour Fortunatianus, ce qui détermine le type de ductus est la vérité de l’intention, qui dépend du temps, lequel dépend de la cause du litige.

14Il faut également souligner que Fortunatianus lui-même affirme dans l’extrait I, 8 de son Art que la plupart (plerique) qualifient de « figurés » tous les ductus que lui, cependant, distingue par une nomenclature variée, en les appelant simple, subtil, figuré, oblique et mixte, et qu’il les distingue ainsi parce que chaque ductus se distingue par sa nature et sa vertu. Dans l’Art rhétorique, il n’y a pas de données permettant de déduire à qui Fortunatianus se réfère quand il dit « la plupart » ; cependant, il y a d’autres textes, grecs et latins, qui évoquent le discours figuré ; certains chercheurs font le lien entre ce type de discours et la leçon de Fortunatianus sur le ductus.

  • 11 F. Desbordes, « Le texte caché : problèmes figurés dans la déclamation latine », REL 71 (1993), p.  (...)

15Ainsi, F. Desbordes et P. Chiron11 lient les deux notions, en disant qu’en général, les discours dans lesquels le locuteur se trouve dans l’impossibilité de parler ouvertement en raison du danger, par pudeur ou par prudence disent une chose dans l’intention d’en signifier une autre et, par conséquent, parlent de manière à cacher leur véritable intention. Les textes qui portent sur les figures du discours, tels que rapportés par les chercheurs, sont les suivants : le De elocutione 287-295 de Démétrios ; le Perì eskhematisménon du Pseudo-Denys d’Halicarnasse ; l’Institutio oratoria IX, 1, 13-14 et 9, 2, 65-92 de Quintilien ; le De ideis 366, 12-367, 13 d’Hermogène ; le De inuentione 204-210 du Pseudo-Hermogène ; le De controuersiis figuratis 330, 3-339, 23 d’Apsinès. La lecture de ces textes permet d’observer que, malgré des caractéristiques communes, ils forment un large éventail d’exposés sur le sujet, couvrant des aspects tels que la variation de la terminologie technique employée par les auteurs pour nommer les types de discours figurés. Les uns suivent une approche particulière de la question — comme Démétrios, qui traite du lógos eskhematisménos aux paragraphes de la section dédiée au style deinós et considère les circonstances et les exemples de son emploi ; les autres, comme l’auteur du Perì eskhematisménon, démontrent l’existence de discours entièrement figurés dont ils donnent des exemples tirés des orateurs anciens ; d’autres encore en indiquent les types et les procédés, comme le Pseudo-Hermogène qui consacre un chapitre aux problèmes à faux-semblant (eskhematisména problémata).

II La doctrine des status (Ars rhetorica I, 22-27)

16L’exposé sur les status (états de cause) comprend l’explication du krinómenon (point à juger), des asýstata (causes sans fondement), du ductus (conduite de la cause), des genera controuersiae (genres des controverses) et du status lui-même (Ars rhetorica I, 22-27), qui occupe également le début du second livre. Bien que les chercheurs aient souligné divers problèmes dans cet exposé, notre attention se porte surtout sur la façon dont Fortunatianus organise et systématise les états de cause. D’ailleurs, Quintilien avait déjà constaté à quel point pouvaient varier la division, le nombre et la terminologie des états de cause enseignés par les rhéteurs (III, 6, 22).

  • 12 Y. Liu, « Aristotle and the stasis Theory : A Reexamination », RSQ 21 (1991), p. 53-59.
  • 13 D. Matthes, Hermagorae Temnitae testimonia et fragmenta, Leipzig, Teubner, 1962, p. v-x.

17Des observations sur ce qui sera appelé plus tard état de cause sont déjà présentes dans la Rhétorique d’Aristote (1373b38-1374a ; 1746), comme le démontre Y. Liu12 et comme on peut le déduire des observations de Quintilien sur cette pratique judiciaire (III, 6). Cependant, selon plusieurs témoignages anciens, la classification systématique des status daterait du IIe siècle a. C. et serait attribuable à Hermagoras13. Assez tôt, le système proposé par Hermagoras a été revu par d’autres auteurs, grecs et latins, dont l’auteur de la Rhétorique à Hérennius, Cicéron et Quintilien. En outre, d’autres auteurs, plus ou moins contemporains, comme Hermogène, ont mis de l’avant d’autres manières de systématiser les status.

18Après avoir défini le status comme « ce qui soutient une controverse, ce que nous trouvons à partir de l’accusation d’une des parties et de la réplique de l’autre » (quid est status ? quo consistit controuersia. Quomodo eum inuenimus ? ex intentione et depulsione), Fortunatianus distingue deux genres, à savoir, le rationnel (genus rationale), où l’on se questionne sur une chose ou un fait, et le légal (genus legale), où l’on discute une loi et le droit. Des quatre status qui, selon Hermagoras, composent le genre rationnel (logikón), à savoir la conjecture (stokhasmós), la définition (hóros), la qualité (poiótes) et le transfert (metálepsis), Fortunatianus n’en considère que trois, déplaçant le status du transfert dans le genre légal, ce qu’il justifie en disant qu’il ne peut y avoir aucun transfert sans une loi. Fortunatianus définit et exemplifie chacun de ces status rationales. Ainsi, il explique que l’état de conjecture se produit lorsque ce qui est proposé par une partie est rejetée par l’autre ; et celui de définition, lorsqu’il y a contestation, en affirmant que ce qui a été proposé n’aurait pas dû l’être. Fortunatianus ne définit pas la qualité : il ne fait que la subdiviser en définissant ses espèces.

19Après avoir défini et illustré en détail chaque status du genre rationnel, Fortunatianus passe à l’exposé sur les status qui composent le genre légal, qui sont au nombre de six, considérant que, aux quatre status identifiés par Hermagoras (rhetòn kaì hypexaíresis (« écrit et volonté »), antinomía (« lois contradictoires »), amphibolía (« ambiguїté ») et syllogismós (« syllogisme »), Fortunatianus en ajoute deux autres, qui sont le status de transfert et le status de définition, ce qui correspond à ce qu’en dit Cicéron (De inuentione I, 17).

  • 14 J. Adamietz, M. F. Quintiliani Institutionis Oratoriae Liber III, Munich, Fink, 1966, p. 103 ; L. C (...)
  • 15 C. Halm (ed.), Rhetores latini minores, Leipzig, Teubner, 1863.

20Il ressort de la systématisation proposée par Fortunatianus que la distinction entre les deux genres de status, légal et rationnel, serait attribuable à Hermagoras, ce qui contredit d’autres témoignages anciens. Selon ces témoignages, Hermagoras n’aurait consideré que les status relevant des questions rationelles et non pas ceux liés aux questions légales, leçon suivie, par exemple, par Cicéron dans le De inuentione, où l’orateur ne considère que les états rationnels, tandis qu’il appelle les statuts légaux, controverses. Pour certains chercheurs, comme J. Adamietz et L. Calboli Montefusco14, une telle division, canonisée par Hermagoras, aurait été par la suite reprise par les rhéteurs et appliquée avec une certaine indifférence aussi bien aux questions qu’aux états de cause. Parmi ces rhéteurs, on mentionne justement Fortunatianus, Sulpitius Victor (325, 6 H) et Julius Victor (376, 22 H)15.

21Un autre point à noter est que Fortunatianus divise la qualité, qui est un des types du status rationnel, en juridique et pragmatique. En ce qui concerne la division de la qualité, Cicéron affirme qu’Hermagoras l’avait subdivisée en quatre sections, délibérative, démonstrative, juridique et pragmatique, et qu’ainsi, il aurait commis une erreur en considérant comme parties d’un status ce qui avait été établi par Aristote comme genera causarum (De inuentione I, 12-13).

22Cette critique de Cicéron aurait pu servir à Fortunatianus, qui, justement lorsqu’il divise la qualité en juridique et pragmatique, précise que la délibération et la démonstration ne sont pas sur le même plan que le juridique et le pragmatique, de façon à se subordonner à la qualité, parce que les uns sont des genres de cause et les autres des états de cause : les genera causarum sont ce qui chapeaute les états de cause et non pas l’inverse. En outre, il est à noter qu’au témoignage de Cicéron s’ajoutent ceux qui interprètent différemment la subdivision de la qualité proposée par Hermagoras.

  • 16 E. Holtzmark, « Quintilian on status : A Progymnasma », Hermes 96 (1968), p. 356-368.
  • 17 Hermogène, Corpus rhetoricum, tome II, texte établi et traduit par M. Patillon, Paris, Les Belles L (...)

23En ce qui concerne les status légaux, que quelques auteurs ne considèrent pas comme des états, mais comme des questions ou des controverses, la division de Fortunatianus est également différente : en apparence, il reprend les catégories d’Hermagoras (écrit et volonté, lois contradictoires, ambiguїté, syllogisme), mais en ajoute encore deux, à savoir : le transfert, qu’il dit être seulement légal, et la définition. Le transfert n’est considéré comme faisant partie des status légaux que par trois autres auteurs : Julius Victor (376 H), Albucius16 et Hermogène (II, 4-16 ; VIII, 1-16)17, qui, toutefois, classent le transfert aussi bien parmi les status rationnels que parmi les légaux. Cependant, il semble que Fortunatianus emprunte au De inuentione de Cicéron la définition du transfert qui est présentée parmi les status légaux.

24Bref, la systématisation des status exposée dans l’Art de Fortunatianus se divise en deux status, rationel et légal, qui sont à leur tour subdivisés, respectivement, en conjecture, définition, qualité et transfert, écrit et volonté, lois contradictoires, ambiguїté, syllogisme, définition légale. Pour systématiser les status, Fortunatianus se base sur ce qu’aurait affirmé Hermagoras, malgré le fait qu’il s’écarte de la théorie hermagoréenne quand il déplace l’état de transfert des états rationnels, où l’avait placé Hermagoras, dans les états légaux, puisqu’il considère que celui-ci ne peut pas exister sans une loi. Par ailleurs, il ne subdivise la qualité qu’en juridique et pragmatique, sans tenir compte des sections que, selon Cicéron, Hermagoras aurait ajoutées dans son système, à savoir, la démonstrative et la délibérative.

III La doctrine des characteres elocutionis (Ars rhetorica III, 9)

  • 18 Cf. L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 446 ; G. Kennedy, A New History of Classical Rhetor (...)

25Dans la section III, 9, Fortunatianus fait un exposé sur les characteres elocutionis. Ici, nous soulignons l’originalité de la division de la matière en trois parties désignées par les termes grecs posótes (en référence aux genres hadrón, iskhnón et méson), poiótes (en référence aux genres dramatikón, diegematikón et miktón) et pelikótes (en référence aux genres makrón, brakhý et méson), parce qu’il semble que cette division est absolument absente des textes de rhétorique anciens, comme le considèrent unanimement les chercheurs18.

26L’exposition des characteres elocutionis élaborée par Fortunatianus appartient, bien sûr, à l’exposé plus géneral sur l’élocution. Ainsi, Fortunatianus, après avoir traité des parties qui composent l’élocution (quantité des mots et qualité de la structure), souligne les autres éléments qui doivent être observés dans l’élocution : il faut que les mots soient latins, ouverts, ornés, appropriés (Ars rhetorica III, 8).

27Après avoir expliqué le processus pour déterminer si les mots sont latins, ouverts et ornés, Fortunatianus nous apprend que les mots seront appropriés si l’on prend en compte les données suivantes : tout d’abord, la qualité des cas, ensuite, la qualité du discours continu, enfin la qualité de ses parties, des personnes, du temps. En ce qui concerne le discours continu, Fortunatianus dit que l’approprié se construit de deux façons : dans l’ensemble du discours ou dans ses parties. En ce qui concerne la qualité des cas, il dit que l’on doit observer si l’on débat un cas petit ou grand, privé ou public, de façon à ajuster le genre de l’élocution : l’iskhnón pour les petits, le méson, pour les moyens, et le hadrón, pour les grands ; c’est dans cette partie que s’insère le traitement de ce que Fortunatianus appelle les principaux genres du discours, ou characteres elocutionis. On peut donc conclure que, selon Fortunatianus, les characteres ont de l’importance pour que les mots soient appropriés : c’est la façon dont ils s’ajustent à la qualité des cas.

28Au départ, Fortunatianus nous apprend que l’on appelle characteres ce qui renvoie aux principaux genres du discours, et que ceux-ci sont au nombre de trois : posótes, poiótes, pelikótes. Chacun de ces trois genres, à son tour, possède trois sous-genres : le premier, posótes, est divisé en hadrón, iskhnón et méson ; le deuxième, poiótes, en dramatikón, diegmatikón et miktó; le troisième, pelikótes, en makrón, brakhý et méson.

29En ce qui concerne le premier genre principal (posótes), Fortunatianus fait non seulement référence à ses sous-genres, mais il nous donne encore deux traductions en latin pour chaque nom : le hadrón est traduit par amplum et sublime ; le iskhnón, par tenue et subtile ; le méson, par mediocre et moderatum. De plus, Fortunatianus mentionne que ces trois termes ne sont pas univoques, parce qu’ils possèdent des opposés, ainsi le hadrón peut être austerón ou antherón, et son opposé est tumidum et inflatum ; le iskhnón peut être seuerius ou floridius, et son contraire est aridum et siccum ; le méson peut être seuerum ou laetum, et son opposé est tepidum et dissolutum.

30Pour le deuxième genre principal (poiótes), Fortunatianus énumère, en plus des trois sous-genres dramatikón, diegmatikón, miktón, sept autres, qui sont appelés communs parce qu’ils renvoient aux trois précédents. Quant au troisième genre principal (pelikótes), Fortunatianus n’énumère que ses trois sous-genres : makrón, brakhý, méson.

  • 19 K. Münscher, op. cit., p. 51.

31Bien que les autres traités de rhétorique ne présentent pas cette division générale des trois principaux genres du discours en posótes, poiótes et pelikótes, on trouve chacun des groupes de trois sous-genres exposés séparément. Ajoutons, à la suite de K. Münscher, que, bien que les trois parties intègrent un système unique de characteres elocutionis, en fait, elles ne dépendent pas l’une de l’autre19.

  • 20 Cornificius, Rhetorica ad C. Herennium, texte établi par G. Calboli, Bologne, Pàtron, 1993, p. 287- (...)

32Au sujet de la posótes, G. Calboli, L. Calboli Montefusco et P. Chiron20 relèvent non seulement des développements plus ou moins analogues à celui de Fortunatianus, mais font aussi référence à la controverse autour de l’attribution de la doctrine. Selon eux, la répartition que Fortunatianus indique par le terme posótes est identifiée dans d’autres traités par les termes kharaktêres ou plásmata, en grec, et figurae ou genera dicendi, en latin. Selon G. Calboli, le plus ancien des textes grecs et latins à présenter la doctrine des genera dicendi est la Rhétorique à Hérennius, où apparaissent les trois genres de style grauis, mediocris et attenuata (IV, 8, 11). En plus de distinguer les trois genres, l’auteur les définit, en donne des exemples et souligne le soin avec lequel de tels genres doivent être observés pour ne pas tomber dans le défaut de composer un discours sufflatus, dissolutus, aridus et exanguis (IV, 8, 15-16).

33En plus de la référence à la Rhétorique à Hérennius, G. Calboli retrace aussi la doctrine chez Varron, à partir d’un passage d’Aulu-Gelle (VI, 14), chez Cicéron (Orator 75-99), Senèque (Lettres 100), Quintilien (XII, 10, 58) et Démétrios (Perì hermeneías 36). À la lecture de ces passages, nous notons que ces auteurs proposent une tripartition des kharaktêres (à l’exception de Démétrios, qui propose une division en quatre parties), et que la terminologie qui les identifie est plus ou moins semblable à celle de Fortunatianus.

34On note également que ces auteurs non seulement énumèrent les genres qui composent une telle répartition, mais encore qu’ils en exposent les définitions, les fonctions, les exemples et les vertus, ce que Fortunatianus ne fait pas : en fait, en dehors de l’énumération, le seul élément qu’il nous donne est la mention des opposés de chaque sous-genre de la poiótes, lesquels, dans la Rhétorique à Hérennius, sont appelés vices. Par ailleurs, le caractère concis de l’exposition de Fortunatianus imprègne également son exposé sur les genres de la poiótes et de la pelikótes.

  • 21 L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 452-453 ; M. Martinho, As Epístolas de Horácio e a conf (...)
  • 22 Notons qu’il y a encore d’autres textes de commentateurs et de grammairiens postérieurs à ceux-là q (...)

35À propos de la poiótes, on trouve un exposé sur trois de ses sous-genres (dramatikón, diegematikón, miktón) chez d’autres auteurs. Selon L. Calboli Montefusco et M. Martinho21, cette tripartition se retrouve dans deux autres textes : dans un passage de La République de Platon (III, 394b-c) et dans la section De Poematibus de la grammaire de Diomède22. Dans ce passage de la République, Socrate aborde la léxis de la poésie, discutant avec son interlocuteur des modes de narration ; il se demande si elle n’est pas créée par la simple narration, par l’imitation, ou par les deux. Plus tard, après avoir décrit chaque mode de narration, il expose la tripartition des sortes de poésie par lesquelles se fait une narration (la première, qui est toute imitation, la deuxième, qui est toute narration du poète, la troisième, qui est constituée des deux). Il décrit ensuite chaque sorte de poésie, affirmant que la tragédie et la comédie appartiennent à la première, les dithyrambes, à la deuxième, le genre épique et bien d’autres, à la troisième. Quant à Diomède, il s’intéresse aux genres des poèmes, qu’il divise en trois : dramatikón ou imitatiuum, exegetikón ou narratiuum, koinón ou mixtum. Ensuite, il les définit et les décrit ainsi :

  1. le dramatikón est celui dans lequel seuls les personnages agissent, sans l’intervention du poète, comme dans la fable tragique et comique ;

  2. l’exegetikón est celui dans lequel le poète lui-même parle, sans l’intervention d’aucun personnage ;

  3. le koinón est celui dans lequel le poète lui-même parle et les autres personnages sont introduits en parlant.

36Il est donc à noter que, si d’une part, Platon est attentif aux modes de narration et, d’autre part, Diomède est attentif aux genres du poème, ce qui est exposé dans les deux cas est plus ou moins semblable, parce que les deux explications se rapportent à cette tripartition fondée sur l’identité de celui qui prend la parole dans le poème.

37En ce qui concerne les sept autres sous-genres que Fortunatianus subordonne au genre de la poiótes (orthón, apophantikón, enkatáskeuon ou loxón, asýndeton, ek paraleípseos, synkritikón, elenktikón), les termes ne sont qu’en partie regroupés de cette façon chez d’autres auteurs, mais jamais dans une section sur les characteres elocutionis. Ainsi, cinq de ces sous-genres (orthón, apophantikón, asýndeton, synkritikón et elenktikón) ressemblent aux genres constituants de l’exercice préparatoire de la narration, tel que décrit par Hermogène (Progymnásmata IV, 21-26). Quant aux deux autres (enkatáskeuon et ek paraleípseos), nous les retrouvons parmi les trois modes de narration que distingue le Pseudo-Hermogène dans son traité sur l’invention (II, 7) de même que dans les deux types de périodes spécifiés par Démétrios (Du style 15). En ce qui concerne le sous-genre ek paraleípseos, il apparaît, par exemple, dans le traité Perì methódou deinótetos inséré dans le Corpus Hermogenianum.

  • 23 L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 453-454.
  • 24 Pour une hypothèse expliquant cette originalité de Fortunatianus, cf. l’article de M. Martinho, inf (...)

38Quant au genre de la pelikótes, Fortunatianus ne cite que ses trois sous-genres, sans pour autant les définir ni les décrire. On trouve la même subdivision en trois sous-genres chez d’autres auteurs, qui cependant ne les désignent jamais comme sous-genres de la pelikótes, comme le fait Fortunatianus. Ainsi, L. Calboli Montefusco23, qui examine brièvement cette répartition, observe qu’il n’y a pas chez les rhéteurs tardifs la même distinction que chez Fortunatianus, mais que le Phèdre (267b) aurait pu servir de modèle. Dans ce passage, Socrate parle de la dimension du discours et attribue à Prodicos la distinction entre discours long et discours bref. De plus, L. Calboli Montefusco cite un extrait de la Rhétorique à Alexandre (1434b1 30), dans lequel l’auteur traite de la question en profondeur, admettant trois possibilités de locuteurs. Enfin, L. Calboli Montefusco cite une répartition en partie semblable à celle de Fortunatianus, celle du grammairien Diomède, qui expose les genres de poèmes en distinguant quatre poematos characteres (makrós, brakhýs, mésos, antherós), dont les trois premiers correspondent aux trois sous-genres de la pelikótes, tels que précisés par Fortunatianus24.

39Dans son exposé sur les characteres elocutionis, on note que Fortunatianus ne dresse que la liste des principaux genres du discours et de leurs sous-genres, sans pour autant les définir, ni les décrire, ce que font d’autres auteurs. Il s’agit, par conséquent, d’un exposé très bref qui se limite à la terminologie et vise à transmettre une connaissance des concepts et des exemples. Cette brièveté est d’ailleurs une caractéristique de tout le développement sur l’élocution qui se trouve au troisième livre. La terminologie utilisée par Fortunatianus se signale sur deux points :

  1. l’expression genera principalia, appliquée à l’ensemble des trois genres du discours ;

  2. les expressions genera posótetos, genera poiótetos et genera pelikótetos, appliquées à chacun des trois genres.

IV La doctrine des figurae (Ars rhetorica III, 10)

  • 25 M. Baratin, La Naissance de la syntaxe à Rome, Paris, Les Éditions de minuit, 1989, p. 298 ; L. Cal (...)

40Au livre III de l’Art rhétorique, Fortunatianus traite des trois genera figurarum (genres de figures), à savoir, des skhémata léxeos, lógou et dianoías, qu’il désigne par des termes grecs. En ce qui concerne la systématisation des trois genres de figures, il faut noter que Fortunatianus distingue non seulement les skhémata léxeos et les skhémata dianoías, ce qui est également le cas chez d’autres rhéteurs grecs et latins, mais aussi les skhémata lógou, ce qui est moins commun, comme l’ont souligné M. Baratin, L. Calboli Montefusco et A. Reuter25.

  • 26 À ce propos, on constate que le traitement des figures varie beaucoup selon les auteurs, mais qu’il (...)

41Dans le traité de Fortunatianus, l’exposé sur les figures fait partie de la section qui porte sur l’élocution26. Selon l’auteur, il y a deux sortes d’élocution : l’une qui se fait par des mots isolés (singula uerba), l’autre, par des mots combinés (coniuncta uerba). Les mots isolés doivent être lumineux et non durs, archaїques ou tombés en désuétude, appropriés à l’expression et métaphoriques. Par ailleurs, les mots combinés concernent les figures et la composition (Ars rhetorica III, 9). Les figures semblent donc subordonnées à une des deux sortes d’élocution : non pas celle qui concerne les mots isolés, mais celle qui concerne les mots combinés. Ainsi, il est également à noter que, lorsqu’il distingue les trois genres de figures, à savoir, les figures de mots, de discours et de pensée, Fortunatianus affirme que les figures de mots ne se produisent pas grâce à des mots combinés, mais à des mots isolés.

42Lorsqu’il passe à l’exposé sur les figures, Fortunatianus met de l’avant trois questions : combien y a-t-il de genres de figures ?, quelle est la différence entre elles ?, combien y a-t-il de fonctions de figures ?

43C’est précisement pour répondre à la première question que Fortunatianus énumère les trois genres de figures : de mots, de discours et de pensée. Pour répondre à la deuxième, il dit que les figures de mots se rapportent à des mots isolés ; les figures de discours, aux compositions de l’élocution ; les figures de pensée, aux sens.

44En plus d’expliquer ces différences, l’auteur en donne des exemples. Ainsi, il cite pour le premier genre l’expression ut nuda genu, et il lui applique encore le terme grec exellagménai, de façon à suggérer que le premier genre comprend des figures de mots alterés. Par rapport au genre des figures de discours, Fortunatianus précise qu’il se déploie de plusieurs façons et il l’illustre en énumérant le polýptoton, l’epanaphorá, l’antistrophé, la paranomasía. Le genre des figures de pensée, Fortunatianus l’illustre par trois exemples de figures, protherápeusis, ethopoiía, apostrophé et explique ensuite en quoi il diffère des deux autres en disant que, contrairement à ce qui se produit avec les figures de mots et de discours, les figures de pensée restent les mêmes si l’on change l’élocution ou si l’on inverse l’ordre des mots, puisqu’elles dépendent du sens.

45Enfin, lorsqu’il répond à la troisième question qui se rapporte aux fonctions des figures, Fortunatianus en énumère cinq : accroître, réduire, paraître vertueux, paraître non préparé et orner l’élocution.

  • 27 C. Halm, op. cit., p. 23.
  • 28 L. Spengel, Rhetores Graeci, III, Leipzig, Teubner, 1856, p. 43. D’ailleurs, par rapport à cette di (...)
  • 29 Cf. le Perì skhématon de l’anonyme grec (L. Spengel, op. cit., p. 171).
  • 30 C. Halm, op. cit., p. 271.

46Or, selon L. Calboli Montefusco, M. Baratin et A. Reuter, la grande majorité des auteurs anciens qui exposent les figures ne les divisent pas en trois genres, comme Fortunatianus, mais en deux, quoique différemment. Ainsi, certains les divisent en figures de mots et de pensée, par exemple, chez les Latins, Aquila Romanus (1, 1-4 H)27 et, chez les Grecs, Phoibammon (1 S)28, d’autres, en figures de discours et de syntaxe29. En fait, une division tripartite des figures similaire à celle de Fortunatianus ne se retrouve que dans un bref commentaire de Marius Victorinus (II, 15 H)30 au De inuentione de Cicéron, où il se limite à mentionner les noms des trois genres de figures.

  • 31 A. Reuter, op. cit., p. 120-121.
  • 32 L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 454-457.

47En ce qui concerne les origines de cette tripartition inhabituelle chez Fortunatianus, les savants divergent d’opinion. A. Reuter31, par exemple, pense que cette tripartition a une origine stoїcienne, puisque l’emploi et les définitions des deux termes léxis et lógos auraient une origine stoїcienne, de même que le mot protherápeusis, par lequel Fortunatianus désigne une des figures de pensée et qui apparaît rarement dans les listes de figures établies par d’autres auteurs. Sur ce point, L. Calboli Montefusco32 démontre de manière plus précise que la paire d’expressions skhémata lógou et skhémata dianoías (en référence respectivement à des mots combinés et au sens) est caractéristique de la terminologie rhétorique stoїcienne, mais que la doctrine originale des stoїciens, transmise, par exemple, par Caecilius de Calè-Actè, aurait subi des variations terminologiques et aussi conceptuelles, ce qui expliquerait pourquoi, au fil du temps, l’expression skhémata léxeos, qui s’appliquait à l’origine à des mots isolés, a fini par s’appliquer à des mots combinés, de façon à remplacer l’expression skhémata lógou. On peut dès lors dire que la doctrine de Fortunatianus préserve le contour original de la conception stoїcienne des figures.

48En plus de Marius Victorinus, trois autres auteurs semblent distinguer les trois genres de figures exposés par Fortunatianus, bien qu’ils ne se servent pas toujous des mêmes termes : Quintilien (IX, 3, 2), Rufinianus (p. 38-42 H) et le Pseudo‑Hérodien (p. 83-104 S). Quintilien affirme qu’il y a deux types de figures de mots : l’un concerne les règles de la parole, l’autre l’arrangement des mots, le premier type étant appelé grammatical, et le second, rhétorique. Le type grammatical semble comprendre les figures dites par accident, que Quintilien énumère plus loin (IX, 3, 6-12) et, donc, les figures de léxis ou exellagménai de Fortunatianus. Rufinianus, pour sa part, divise d’abord les figures en deux, en skhémata dianoías et skhémata léxeos ; ensuite, après avoir nommé vingt-six skhémata léxeos, il en présente encore d’autres, auxquelles il ne donne pas d’étiquette, mais qu’il distingue des figures antérieures, puisqu’elles utilisent des mots isolés, par accident, ce qui fait penser aux figures de léxis de Fortunatianus. Enfin, le Pseudo-Hérodien semble également distinguer trois genres de figures : il énumère des figures auxquelles il ne donne pas de noms, mais qui sont des figures par accident et qu’il oppose au solécisme ; il énumère les skhémata dianoías ; il expose les skhémata lógou.

  • 33 G. Calboli, « The schemata léxeos : A Grammatical and Rhetorical Tool », Rhetorica 22 (2004), p. 24 (...)

49Outre les aspects soulignés ci-dessus, il semble bien qu’il y ait d’autres points de rencontre entre Fortunatianus et les auteurs que nous venons de citer. En fait, les figures de léxis, que Fortunatianus nomme également exellagménai, ou « altérées », semblent être, comme nous l’avons dit, des figures par accident. L’exemple donné par Fortunatianus, le vers 320 du premier livre de l’Énéide, serait une figure que Quintilien, Rufinianus et le Pseudo-Hérodien classeraient « pour le cas accusatif ». Or, G. Calboli33, citant I. Torzi, observe qu’il existe un groupe cohérent de figures qui se rapportent non pas aux mots combinés, mais aux accidents, qui correspondent au solécisme, et il suggère, à partir d’un passage de Tibère, que le terme spécifique pour désigner ce groupe soit alloíosis, un terme qui aurait été introduit par Caecilius.

50Ainsi, dans la systématisation des trois genres de figures, ce qui attire l’attention est le fait que Fortunatianus distingue non seulement skhémata léxeos et skhémata dianoías, division habituelle chez d’autres rhéteurs grecs et latins, mais aussi les skhémata lógou, ce qui est plus original, présentant une distinction entre les figures relevant des mots isolés et les figures relevant des mots combinés.

51Compte tenu de ce bref aperçu des quatre particularités les plus notables de la doctrine rhétorique enseignée par Fortunatianus, on se rend compte, premièrement, qu’il organise de façon unifiée le matériel exposé par d’autres de façon éparse, par exemple, la doctrine des characteres elocutionis ; deuxièmement, qu’il ajoute son propre avis à un matériel déjà traité, comme par exemple dans la doctrine des ductus ; enfin, qu’il préserve du matériel ancien, comme la doctrine des status causae, ou du matériel rare, comme celui des trois genera figurarum, faisant de son manuel une source documentaire riche et variée sur la théorie et la pratique du discours.

Haut de page

Notes

1 Pour ce texte, nous utilisons l’édition de L. Calboli Montefusco : Consulti Fortunatiani ars rhetorica, texte établi et traduit par L. Calboli Montefusco, Bologne, Pàtron, 1979.

2 Cassiodore, Institutiones, texte établi par R. A. B. Mynors, Oxford, Clarendon Press, 1961.

3 K. Münscher, « Fortunatianus », RE VII 1 (1910), p. 44-55. L’œuvre a attiré une certaine attention aussi bien pendant le Moyen Âge qu’à la Renaissance, ce que démontrent l’abondance de sa tradition manuscrite et sa large diffusion. En ce qui concerne les études modernes, on note que, bien qu’il y ait de nombreuses références à l’Art rhétorique, elles sont toujours brèves ; la bibliographie spécialisée se résume à quelques articles et à l’édition annotée et traduite par L. Calboli Montefusco. Il y a trois traductions intégrales : une version en anglais (R. M. McDaniel, A Translation and Commentaries on the Deliberations of Chirius Fortunatianus on Rhetoric, diss. Ohio State University, 1966), une autre en italien, de L. Calboli Montefusco, qui accompagne l’édition du texte latin (op. cit. n. 1), une autre encore en portugais, faite par moi sous la direction de Marcos Martinho à l’occasion de ma dissertation (I. Garbellini, Tradução e comentário da Arte retórica de Consulto Fortunaciano, diss. Université de São Paulo, 2010).

4 Cf., notamment, A. Reuter, « Untersuchungen zu den römischen Technographen Fortunatian, Julius Victor, Capella und Sulpitius Victor », Hermes 28 (1893), p. 73-134.

5 Cf., L. Calboli Montefusco, « Il Nome di “ Chirio ” Consulto Fortunaziano », Hermes 107 (1979), p. 81.

6 L. Calboli Montefusco, Consulti Fortunatiani ars rhetorica, Bologne, Pàtron, 1979, p. 8-20.

7 L. Calboli Montefusco, « Ductus and color : The Right Way to Compose a Suitable Speech », Rhetorica 21 (2003), p. 118-119 ; A. Ascani, De sermone figurato quaestio rhetorica, diss. Vrije Universiteit Amsterdam, 2006, p. xxi.

8 Ductus quot sunt ? quinque : simplex, subtilis, figuratus, oblicus, mixtus. Simplex qui est ? cum simpliciter id agimus, ita ut in themate positum est. Subtilis qui est ? cum aliud est in themate, aliud in agentis uoluntate. Figuratus qui est ? cum palam dicere pudor inpedit. Oblicus qui est ? cum periculum prohibet aperte agere. Mixtus qui est ? quando non unus est ductus.

9 Il est à noter que, dans ce passage, tous les exemples utilisent un type de récit qui semble se rapporter davantage aux déclamations scolaires qu’à la pratique juridique, récit dont les thématiques sont le déshéritement, l’adultère, l’inceste, la tyrannie.

10 Martianus Capella, Le nozze di Filologia e Mercurio, texte établi et traduit par I. Ramelli, Milan, Bompiani, 2004.

11 F. Desbordes, « Le texte caché : problèmes figurés dans la déclamation latine », REL 71 (1993), p. 73-86. Cf., notamment, P. Chiron, Un rhéteur méconnu : Démétrios (Ps.-Démétrios de Phalère), essai sur les mutations de la théorie du style à l’époque hellénistique, Paris, Vrin, 2002, p. 224-238 ; L. Calboli Montefusco, op. cit., p. 113-131 ; A. Ascani, op. cit. ; B. Breij, « Pseudo-Quintilian’s Major Declamations 18 and 19 : Two controuersiae figuratae », Rhetorica 24 (2006), p. 79-104.

12 Y. Liu, « Aristotle and the stasis Theory : A Reexamination », RSQ 21 (1991), p. 53-59.

13 D. Matthes, Hermagorae Temnitae testimonia et fragmenta, Leipzig, Teubner, 1962, p. v-x.

14 J. Adamietz, M. F. Quintiliani Institutionis Oratoriae Liber III, Munich, Fink, 1966, p. 103 ; L. Calboli Montefusco, La dottrina degli status nella retorica greca e romana, Hildesheim, Olms, 1986, p. 139-152.

15 C. Halm (ed.), Rhetores latini minores, Leipzig, Teubner, 1863.

16 E. Holtzmark, « Quintilian on status : A Progymnasma », Hermes 96 (1968), p. 356-368.

17 Hermogène, Corpus rhetoricum, tome II, texte établi et traduit par M. Patillon, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

18 Cf. L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 446 ; G. Kennedy, A New History of Classical Rhetoric, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 276 ; A. Reuter, op. cit., p. 118.

19 K. Münscher, op. cit., p. 51.

20 Cornificius, Rhetorica ad C. Herennium, texte établi par G. Calboli, Bologne, Pàtron, 1993, p. 287-289 ; L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 446-452 ; P. Chiron, op. cit., p. 138-171.

21 L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 452-453 ; M. Martinho, As Epístolas de Horácio e a confecção de uma ars dictaminis : o opus, diss. Universidade de São Paulo, 1997, p. 168-170.

22 Notons qu’il y a encore d’autres textes de commentateurs et de grammairiens postérieurs à ceux-là qui ont également souligné des catégories correspondantes aux sous-genres trouvés chez Fortunatianus : Servius (B. 29, 18-30, 1) et Philargirius (B. I, 2), Seruii grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, texte établi par G. Thilo, Leipzig, Teubner, 1882.

23 L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 453-454.

24 Pour une hypothèse expliquant cette originalité de Fortunatianus, cf. l’article de M. Martinho, infra p. 203-221.

25 M. Baratin, La Naissance de la syntaxe à Rome, Paris, Les Éditions de minuit, 1989, p. 298 ; L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 454 ; A. Reuter, op. cit., p. 118.

26 À ce propos, on constate que le traitement des figures varie beaucoup selon les auteurs, mais qu’il n’est pas inhabituel de les exposer dans le cadre des préceptes qui se rapportent à l’élocution ; c’est ce qu’on lit, par exemple, dans l’Institution oratoire de Quintilien (livre IX) et dans la Rhétorique à Hérennius (livre IV). Certains textes proposent cependant un traitement différent. Chez les grammairiens latins, par exemple, l’exposition des figures comprend l’exposition des vices et des vertus du discours, ainsi que l’exposition des métaplasmes et des tropes. En outre, il y avait également en circulation, à différentes époques, des traités ne faisant pas partie d’un manuel complet mais spécialisés dans l’exposition des figures, soit des figures en général soit des figures employées par un auteur, comme par exemple celles utilisées par Démosthène. Ces traités sont, en fait, des listes de figures, ou plutôt des listes de noms accompagnés de leur définition et d’un exemple de chaque figure.

27 C. Halm, op. cit., p. 23.

28 L. Spengel, Rhetores Graeci, III, Leipzig, Teubner, 1856, p. 43. D’ailleurs, par rapport à cette division bipartite des figures et, spécialement, des variations terminologiques et conceptuelles du traitement des figures, Quintilien présente une longue explication (IX, 1, 17).

29 Cf. le Perì skhématon de l’anonyme grec (L. Spengel, op. cit., p. 171).

30 C. Halm, op. cit., p. 271.

31 A. Reuter, op. cit., p. 120-121.

32 L. Calboli Montefusco, dans son édition, p. 454-457.

33 G. Calboli, « The schemata léxeos : A Grammatical and Rhetorical Tool », Rhetorica 22 (2004), p. 241-247.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Izabella Lombardi Garbellini, « Buts et originalités de l’Art rhétorique de Fortunatianus », Cahiers des études anciennes, L | 2013, 179-202.

Référence électronique

Izabella Lombardi Garbellini, « Buts et originalités de l’Art rhétorique de Fortunatianus », Cahiers des études anciennes [En ligne], L | 2013, mis en ligne le 20 août 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/581

Haut de page

Auteur

Izabella Lombardi Garbellini

Université de São Paulo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals