Navigation – Plan du site

Les loca sacra dans le Corpus agrimensorum romanorum (CAR)

Ella Hermon
p. 69-93

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce mouvement est également révélé par la constitution du Corpus Iuris Ciuilis, cf. E. Hermon, « Sém (...)
  • 2 Alors que l’Afrique subissait le mouvement vandale et que l’Italie était sous le règne ostrogoth au (...)
  • 3 F. Blume, K. Lachmann & A. Rudorff, Gromatici veteres, Die Schriften der römischen Feldmesser, I : (...)
  • 4 Les Libri coloniarum sont considérés depuis Théodore Mommsen, l’un de leurs premiers éditeurs, comm (...)
  • 5 Une génération tardive de Gromatici, qui compte Agennius Urbicus et le Commentaire anonyme sur Fron (...)
  • 6 L’amalgame entre texte et commentaire du traité original de Frontin a généré la confusion des édite (...)
  • 7 L’édition anglaise la plus complète du CAR qui utilise les éditions de K. Lachmann (1848) et de C. (...)
  • 8 L’édition française des Gromatici veteres est l’heureuse initiative de l’ISTA, Université de Franch (...)

1Rassemblant les traités d’arpentage des agrimensores (Gromatici), de même que des catalogues de bornes, de géométrie, d’extraits de lois romaines et de registres partiels de colonies romaines (Libri coloniarum), le Corpus agrimensorum romanorum représente un héritage culturel par sa transmission et son utilisation à travers les siècles. Les savoirs qui y sont consignés répondaient au besoin d’assurer la cohésion des territoires à l’aide des points de repère naturels et des consignes de frontières à l’occasion des grands déferlements de populations survenus durant l’Antiquité tardive et le Haut Moyen âge. Si la gestation du corpus culmine au VIe siècle dans la foulée du mouvement de codification que connut le monde romain1, les copistes des monastères médiévaux en ont produit des familles de manuscrits jusqu’au XIIIe siècle afin de répondre aux besoins des administrateurs2. L’édition du corpus par les érudits du XIXe siècle3 a par la suite affirmé la valeur historique des documents, quoique de manière mitigée, notamment en ce qui a trait aux Libri coloniarum, dont la fiabilité en tant que source historique a mis du temps à s’imposer4. Une des questions les plus débattues est certainement celle de la vraisemblance des informations attribuées à Frontin lui-même, archégète de la discipline à l’époque flavienne, dont le traité d’agrimensure a été compilé par la génération tardive des Gromatici (Ve-VIe siècles). Ces derniers, qui ont fixé la tradition gromatique5, ont aussi mis les premiers éditeurs de l’époque moderne de ce corpus6 devant des choix difficiles. La valorisation de ce corpus comme source historique à part entière s’est cependant confirmée à partir de la deuxième moitié du XXe siècle lorsque l’intérêt pour de nouvelles éditions et traductions, globales7 ou partielles8, fut justifié par le progrès des recherches sur le terrain qui donnèrent consistance aux écrits gromatiques et aux recherches sur la tradition manuscrite.

  • 9 Nous suivons ici l’intuition de F. T. Hinrichs, Histoire des institutions gromatiques, trad. de l’a (...)
  • 10 Certains manuscrits, notamment d’Hygin le Gromatique et de Frontin, présentent ces représentations (...)

2Marqué par des remodelages successifs et une sélection thématique des textes, le corpus est un héritage culturel des pratiques d’arpentage développées dans le monde romain. Il témoigne des mécanismes de transformation de ce savoir dont l’authenticité à travers les âges fut biaisée en raison de l’altération des modèles originaux. En même temps, ce savoir reste vivant, malgré sa recomposition régulière et ses formules répétitives à l’usage des professionnels. Malgré les incertitudes chronologiques de leur composition, on peut inclure dans le groupe des Gromatici veteres quatre principaux traités, attribués à Hygin le Gromatique, Frontin, Hygin et Siculus Flaccus. Ces derniers répondent au projet commun de couvrir l’ensemble des aspects du métier sur des thématiques d’actualité à l’époque flavio-antonine9. On se doit aussi de considérer globalement les Gromatici de l’Antiquité tardive, Agennius Urbicus et le Commentaire anonyme sur Frontin, qui, entre le Ve et VIe siècle, commentent Frontin, en puisant leurs informations dans les traités d’agrimensure du premier groupe, et s’intéressent particulièrement aux litiges agraires (controverses). Nous nous intéressons ici aux traités d’agrimensure des Gromatici pour deux raisons. D’abord, nous souhaitons considérer les deux générations afin de mieux suivre la transmission de la tradition gromatique : d’une part, les Gromatici veteres, la génération flavio-antonine, les fondateurs de l’ars gromatique (dans un ordre chronologique relatif, Hygin le Gromatique, Frontin, Hygin et Siculus Flaccus) et, d’autre part, la génération des compilateurs de l’Antiquité tardive, dont les plus connus sont Agennius Urbicus et le Commentateur anonyme de Frontin. Il est également important d’analyser l’évolution des représentations graphiques des loca sacra dans certains des manuscrits qui présentent des vignettes10. En effet, l’une des pratiques du métier est la représentation graphique des questions diverses, comme le territoire d’une colonie romaine (la forma), la typologie des terres, les loca sacra, etc. Pour ce faire, nous analyserons la place accordée aux loca sacra dans les manuels d’agrimensure des deux groupes d’époques différentes, considérant également les représentations, afin de dégager les indices des transformations politiques, intellectuelles et spirituelles qui ont traversé le monde romain de l’apogée de l’Empire jusqu’à sa fin.

I Une littérature technique au service des réformes flaviennes

  • 11 Sur ces questions et la bibliographie pertinente, cf. J.‑Y. Guillaumin, dans le premier volume de s (...)
  • 12 Nous possédons seulement des excerpta du traité de Frontin, mais leur répartition suggère la struct (...)
  • 13 Sur l’état de la question, cf. J.-Y. Guillaumin, dans le premier volume de son édition des Arpenteu (...)
  • 14 J. Peyras, « Carthage et le droit romain », in C. Cascione & C. Masi Doria (eds), Fides Humanitas I (...)
  • 15 Il est intéressant de souligner que le Commentaire anonyme sur Frontin du VIe siècle choisit de pou (...)
  • 16 E. Hermon, « Le Concept de l’ager publicus et l’équivalence ager occupatorius / ager arcifinius che (...)

3La datation incertaine des traités des Gromatici veteres est généralement palliée par des indices de nature diverse tirés de leurs ouvrages. Hygin le Gromatique, considéré comme plus ancien, serait un contemporain de Vespasien11. Il pourrait être antérieur à Frontin qui a établi les bases de la discipline12. Celui-ci serait, selon toute vraisemblance, le haut fonctionnaire impérial qui a vécu sous les Flaviens et les premiers Antonins (Nerva, Trajan) et qui a écrit les traités des Stratagèmes et des Aqueducs de la ville de Rome après avoir pratiqué les techniques visées dans l’exercice de ses fonctions. Dans ce cas, le gouvernement de la Bretagne sous les Flaviens (74-78) lui aurait permis de prendre connaissance de l’ars de l’arpenteur dont il se serait servi pour la rédaction de son propre traité d’arpentage. Vraisemblablement commandité par Vespasien, ce traité aurait répondu à la nécessité de définir la condition des terres afin de faire valoir les droits de l’État sur des catégories de terres dérivant de l’ager publicus13. Hygin, l’homonyme de son prédécesseur, Hygin le Gromatique, aurait vécu à l’époque de Trajan et son traité gromatique —composé des trois thèmes les plus pratiques pour la formation de l’agrimensor : de limitibus, de conditione agrorum et de controuersiis  répond au besoin de plus en plus pressant de la formation des agrimensores dans cette nouvelle phase d’expansion territoriale. L’ampleur de son œuvre, d’ailleurs mieux conservée, l’institue comme un véritable successeur de Frontin. La filiation textuelle entre le traité d’Hygin et celui de Siculus Flaccus pose la question des emprunts du second au premier, car, selon une hypothèse récente, ce dernier aurait vécu au temps de Dioclétien14. Quoi qu’il en soit, ces emprunts traduisent une vision cohérente des thèmes traités par la première génération des Gromatici veteres, qui se reflète chez Siculus Flaccus dans des développements qui lui sont propres. Cette cohérence, voire complémentarité, milite pour ne pas dissocier Siculus Flaccus de cette première génération, car la seconde, plus tardive, s’est consacrée uniquement à la compilation des traités de la première génération des Gromatici15. En effet, les quatre traités des Gromatici veteres s’engagent, avec des accents qui leur sont propres, dans l’affirmation, selon nous, d’une idéologie de la victoire traduite par des formules mi-techniques, mi-emblématiques des catégories de terres, comme justification des revendications des Flaviens de l’ager publicus Populi Romani16.

L’inclusion des loca sacra et religiosa dans le territoire des cités

4Les loca sacra sont les lieux consacrés aux temples qui doivent rester dans leur condition initiale, même en cas de distributions des terres, mais qui doivent être portés sur le plan cadastral de la colonie (Frontin, La Qualité des terres I, 6). Hygin le Gromatique, considéré de peu antérieur à Frontin, à la charnière du Ier et IIe siècle, explique les pratiques pour recenser des bois sacrés et la terre laissée aux sanctuaires : aeque lucus aut loca sacra aut aedes quibus locis fuerint mensura comprehendemus, et locorum uocabula inscribemus : « dans les endroits où il sera trouvé un bois sacré, des lieux sacrés ou des sanctuaires, nous les mesurerons par leur pourtour et nous inscrirons leur nom » (L’Établissement des limites XIII, 11, trad. Guillaumin).

5Les loca religiosa sont consacrés aux sépultures ; leur superficie est consignée dans des documents ou des titres. Leur emplacement revêt toute une symbolique sur le territoire des cités. C’est ainsi qu’il faut interpréter le précepte d’Hygin le Gromatique, L’Établissement des limites I, 21 : placuit omnem religionem eo conuertere ex qua parte caeli terra illuminatur : « on a décidé de tourner tout monument religieux vers le côté du ciel d’où la terre reçoit la lumière » (trad. Guillaumin). Souvent, tombeaux et sanctuaires sont reconnus comme des limites des colonies romaines en prêtant ainsi à leur territoire la sacralité des lieux (Hygin, II. Les Conditions des terres 44). Comme les autres éléments signifiants qui bordent le territoire, les lieux sacrés et religieux sont destinés à assurer la pérennité des frontières sur lesquelles ils sont situés. Il se crée ainsi un lien entre les loca sacra et religiosa des campagnes et les lois fondatrices des colonies. Conservées dans les archives impériales et locales, ces lois reprennent presque invariablement la même formule reproduite intégralement par Hygin (II. Les Conditions des terres 1). Ce Gromaticus du temps de Trajan se serait inspiré d’une lex colonica trouvée dans les archives. Il s’agit, en effet, d’une formule stéréotypée utilisée régulièrement par les documents épigraphiques pour définir le territoire d’une colonie :

  • 17  Hygin II, 2 : nam inuenimus saepe in publicis instrumentis significanter inscripta territoria ita (...)

de fait, nous avons souvent trouvé dans les documents publics la description d’un territoire effectuée selon des repères, par exemple : « depuis la colline une telle jusqu’au cours d’eau un tel et à la voie une telle, et en suivant la voie une telle jusqu’au bas de la montagne une telle, lieu-dit un tel, et de là en suivant la crête de la montagne et les lignes de partage des eaux jusqu’au lieu-dit un tel, et de là, en descendant, jusqu’au lieu-dit un tel, et delà jusqu’au carrefour de tel endroit, et delà en passant par le monument d’un tel jusqu’à l’endroit d’où est partie la description »17.

6Ce lien établi entre la sacralité des bornes, les loca sacra et religiosa, et la condition publique des ressources naturelles qui bordent le territoire vise à assurer l’inaliénabilité des terres sacrées et la pérennité des frontières.

7Ainsi, au temps de Trajan, Hygin exprime clairement le principe de continuité qui doit s’appliquer aux terres appartenant aux loca sacra :

  • 18 Illud uero obseruandum, quod semper auctores diuisionum sanxerunt, uti quaecumque loca sacra, sepul (...)

mais voici une chose qu’il faut observer, que les auteurs de divisions ont toujours nettement fixée : que tous les lieux sacrés, les tombeaux, les sanctuaires (…) devaient demeurer en tout, malgré la division des terres, dans la même condition qu’auparavant (II. Les Conditions des terres 44, trad. Guillaumin)18.

Productivité et fiscalité des loca sacra redevables de l’impôt (vectigal)

Collegia sacerdotum itemque Virgines habent agros et territoria quaedam etiam determinata et quaedam aliquibus sacris dedicata, in eis etiam lucos, in quibusdam etiam aedes templaque.

Des collèges sacerdotaux, ainsi que les Vestales, ont des terres et des territoires dont certains ont été bornés, certains sont dédiés à tel culte ou tel culte ; il s’y trouve aussi des bois sacrés et aussi, dans certains cas, des sanctuaires et des temples (Siculus Flaccus, IV. Les Terres divisées et assignées 47, trad. Guillaumin).

8Comme les loca publica, restés en propriété publique, à savoir non arpentés et non divisés ou alloués aux colons, les terres des sanctuaires et des temples peuvent être louées, étant ainsi sujettes à un vectigal perçu soit par les prêtres qui ont reçu le don, soit par la cité à laquelle ces terres ont été concédées, soit par ceux qui réclamaient la propriété au nom du Populus Romanus, comme les Flaviens.

9Quel que soit leur statut au temps des Flaviens, les loca sacra font l’objet du même mouvement de revendication des droits sur l’ager publicus, lorsqu’il s’agissait d’établir l’ancienneté des droits sur ces terres. C’est en vertu de la uetustas, de l’ancienneté des titres, que les Gromatici de la génération flavio-antonine réhabilitent la terre des Vestales :

ex antiquitate recipiunt hoc, ut et nominibus uetustis utantur, ut uectigalis ager uirginum Vestae <et> aris, templis, sepulchris et his similibus (…) Virginum quoque Vestalium et sacerdotum quidam agri uectigalibus redditi sunt locatim ;

l’ancienneté fait recevoir l’usage de titres antiques, comme celui de terres vectigaliennes des Vestales, et aussi d’autels, de temples, de sépultures, etc. (…) De plus, les Vestales et les prêtres ont en certains endroits des terres rendues qui font l’objet de redevances (Hygin, II. Les Conditions des terres 18 et 29, trad. Guillaumin).

10C’est l’occasion pour Hygin de substituer les loca sacra et les éléments naturels à la géométrie comme marqueurs du territoire, afin de revendiquer les revenus de location de ces terres, si elles ont le statut de propriété publique.

  • 19 Liber coloniarum I, 10, 42 : Lanuuium. Muro ductum. Coloni deducta a diuo Iulio. Ager eius limitibu (...)
  • 20 C. Moatti, Archives et partage de la terre dans le monde romain (IIe siècle av.-Ier siècle après J. (...)

11L’exemple de la terre des Vestales est paradigmatique et le Liber coloniarum mentionne l’intervention d’Auguste sur leur terre à Lanuvium et loue la générosité du Prince parce qu’il a laissé une partie de ces terres en possession des Vestales19. Il semble que la politique de reconquérir la « terre des dieux » qui a été usurpée au profit des propriétés limitrophes date déjà de l’époque d’Auguste, qui a également restitué au temple de Diana Tifata de Capoue les terres concédées par Sylla. Ce don fut inscrit sur une tabula aerea à l’intérieur du sanctuaire, faisant ainsi office de forma dès cette époque, c’est-à-dire un plan de la limitation de la superficie du territoire concédé20. Les loca sacra restent la propriété du peuple romain, nous dit Agennius Urbicus (cf. infra p. 89), bien qu’ils puissent faire l’objet de dons permettant au collège sacerdotal de percevoir les revenus de location. Les Gromatici flavio-antonins s’appliquent à rétablir ce privilège usurpé au nom de la propriété du Populus Romanus sur ces terres. D’ailleurs le don lui-même peut être révocable et la générosité d’Auguste envers les Vestales, nous l’avons vu, est partielle.

II La place des loca sacra et religiosa durant l’Antiquité tardive

  • 21 G. Chouquer & F. Favory, op. cit. n. 4, p. 26 sq., en suivant l’édition de C. Thulin (1913), identi (...)
  • 22 Sur le Commentaire anonyme sur Frontin, en dernier lieu, cf. J.‑Y. Guillaumin, dans sa notice au tr (...)

12C’est parce qu’ils font partie d’un projet de révision des droits sur l’ager publicus que les loca sacra font l’objet d’une préoccupation particulière de la génération flavio-antonine des Gromatici veteres. Cependant, leurs commentateurs de l’Antiquité tardive, Agennius Urbicus du Ve siècle et le Commentaire anonyme sur Frontin du VIe siècle, reprennent leur enseignement dans un contexte de désagrégation progressive de l’Empire romain et de l’émergence du christianisme. Agennius Urbicus, à la fois philosophe, rhéteur et juriste, rapporte des informations d’une source contemporaine des Flaviens, qu’il est plus commode d’identifier avec Frontin lui-même21 ; il intègre si bien cette source dans son propre commentaire qu’il est difficile d’identifier son apport personnel. Les controverses qui nous intéressent ici font partie d’une œuvre plus vaste sans rapport thématique précis. En revanche, le Commentaire anonyme sur Frontin démontre une capacité de réflexion sur les textes gromatiques, dont l’auteur — magister chrétien, dont le texte est émaillé de réminiscences patristiques — a une profonde connaissance. Il place l’agrimensura parmi les artes liberales : le quadrivium (arithmétique, musique, géométrie et astronomie) et les acquis d’une tradition scolaire (dialectique, érudition, rhétorique), formation qui continuait à fonctionner à son époque pour le cycle supérieur d’études. Son apport personnel peut être évalué à partir de son jugement et de ses critiques des textes de ses prédécesseurs, déjà grevés de bien des erreurs de transmission22.

13Peut-on, en effet, percevoir durant l’Antiquité tardive un changement d’attitude envers les loca sacra et religiosa d’un monde révolu à travers la transmission de ces formules d’agrimensure imprégnées des principes du droit romain ? Un changement d’attitude devrait se refléter à travers l’enseignement des mêmes formules canoniques d’agrimensure depuis Frontin et avec les mêmes exemples paradigmatiques qui auraient pu être dépourvus de toute réalité sur le terrain. Nous tenterons de cerner quelques éléments de réponse, d’abord, à travers l’évolution de la place accordée aux loca sacra dans les représentations graphiques des frontières coloniales, à savoir les vignettes des manuscrits médiévaux, et en considérant, ensuite, les commentaires des Gromatici tardifs aux préceptes de Frontin, l’archégète de la discipline sur les litiges engendrés par les loca sacra et religiosa, controverse qui représente l’une des quinze controverses agraires définies par Frontin.

Aux frontières des territoires des colonies romaines

14Les loca sacra et les ressources naturelles qui bordent le territoire colonial sont mesurés par le pourtour et offrent en même temps le tracé idéal des frontières des colonies romaines. Les commentateurs tardifs des manuels d’arpentage de l’époque flavio-antonine enseignent encore les mêmes principes durant l’Antiquité tardive.

  • 23 Les illustrations et les vignettes ont un but pédagogique et ont accompagné le corps principal du C (...)

15Il en va ainsi au VIe siècle du Commentaire anonyme sur Frontin sur les surfaces exemptées (de l’arpentage) : saepe enim quorundam aut monumenta aut fossae aut quaedam sacella (…) obseruantur fines territorium : « souvent en effet les tombeaux de certains personnages, ou des fossés, ou des sanctuaires (…) sont reconnus comme des limites de territoires » (II. Les Controverses 18, trad. Guillaumin). Néanmoins les vignettes des manuscrits médiévaux23 laissent entrevoir des évolutions qui reflètent l’esprit du temps où elles ont été composées. Les descriptions des frontières dans les lois coloniales, et reprises par les Gromatici veteres, font une place somme toute limitée aux loca sacra et reliogiosa, comme le montre la vignette de la colonie romaine de Minturnae (cf. infra figure 1). Il s’agit d’un exemple paradigmatique d’un plan cadastral (pertica) du manuscrit médiéval de type P, qui illustre le traité d’Hygin le Gromatique selon un croquis de son auteur, auquel le texte fait référence. Nous y voyons la colonie romaine entourée de tours carrées, symbole de son statut, bordée par les montagnes et traversée par le fleuve Liris qui se jette dans la mer. L’emplacement de la colonie sert de point de démarcation entre un territoire délimité, d’une part, par les contours sans centuriation, dont les sacra, et, de l’autre, par un cadastre plus récent, ultra Liris.

Figure 1 : La Colonie romaine de Minturnae. Hygin l’Arpenteur, L’Établissement des limites, Naples, Jovene-OPOCE, 1996, fig. 89, p. 50.

http://digi.ub.uni-heidelberg.de/​diglit/​bav_pal_lat_1564 /0203

16En revanche, le Diazographus, ce livret de figures qui accompagne le traité du Commentaire anonyme sur Frontin du VIe siècle, illustre scrupuleusement la description des frontières coloniales découlant du passage cité d’abord par Hygin pour la controverse du droit du territoire, repris ensuite par le Commentaire anonyme sur Frontin (cf. Les Arpenteurs romains III, p. 42 fig. 17), mais il porte une attention particulière aux lieux de culte des campagnes, comme marqueurs de frontières où l’on peut deviner des petits temples de carrefour à côté d’un mausolée (cf. figure 2). Le Commentaire anonyme sur Frontin, glosant un lemme de Frontin sur la controverse des loca sacra et religiosa, se réfère aux observations de l’état des choses sur le terrain, qui semblent authentiques : nam lucos frequenter in trifinia et quadrifinia inuenimus, sicut in suburbanis et circa publica itinera constituta moesilea perspicimus : « nous trouvons fréquemment des bois sacrés au point de rencontre des limites de trois ou de quatre propriétés, de même que nous voyons que des mausolées ont été établis dans les faubourgs et près des voies publiques » (II. Les Controverses 26, trad. Guillaumin).

Figure 2 : Les Frontières d’une colonie romaine. Diazographus [P f. 27r], CUF, 2014, p. 42.

http://diglib.hab.de/​show_image.php?dir=mss/​105-gud-lat&pointer=54

17Cette représentation tardive des frontières de la colonie accorde aux loca sacra et religiosa, à l’instar de la colonie républicaine de Minturnae (cf. figure 1), le même rôle de délimiter les contours, mais dans la continuité des éléments naturels qui bordent la colonie.

18

Figure 3 : Un petit temple illustrant les controverses de locis sacris et religiosis. [P f.27v], CUF, 2014, p. 45.

Figure 4 : Un mausolée avec son jardin. [P f.27v], CUF, 2014, p. 46.

  • 24 À noter que ce petit temple ne cadre pas avec le contenu de la controverse de locis sacris et relig (...)
  • 25 Le mausolée illustre les controverses de locis religiosis du Commentaire anonyme sur Frontin. Il s’ (...)

19D’ailleurs la description des temples et des mausolées de campagne qui n’ont pas fait l’objet de représentations graphiques dans le traité des Gromatici veteres jouissent d’une représentation particulièrement soignée dans le Diazographus qui devait s’inspirer des monuments réels encore en usage à l’époque de rédaction (cf. figures 324 et 425, et les autres représentations reproduites dans l’édition de la CUF, fig. 20, p. 43 ; fig. 21, p. 46).

Les controverses de locis sacris et religiosis des Flavio-Antonins à l’Antiquité tardive

20La dénomination, loca sacra et religiosa, rend semblables ces lieux aux lieux publics et engendrent la controverse agraire de locis sacris et religiosis. Frontin établit les termes de cette controverse :

de locis sacris et religiosis controuersiae plurimae nascuntur, quae iure ordinario finiuntur, nisi si de locorum eorum modo agitur ; ut lucorum publicorum in montibus aut aedium, quibus secundum instrumentum fines restituuntur ; similiter locorum religiosorum, quibus secundum cautiones modus et restituendus. Habent enim et mausolea iuris sui hortorum modos circumiacentes aut preascriptum agri finem ;

  • 26 Les cippes funéraires ne doivent pas être confondus avec ces bornes, cf. Hygin, II. Les Conditions (...)

sur les lieux sacrés ou religieux, il naît un très grand nombre de controverses, qui sont tranchées par le droit ordinaire, sauf s’il s’agit de leur superficie ; par exemple, de celle des bois sacrés publics des montagnes, ou des temples, auxquels leurs terres sont restituées en accord avec les documents ; et de même, de celle des lieux religieux, auxquels leur superficie doit être restituée en accord avec les titres. De fait, les mausolées aussi ont, tout autour d’eux, des superficies de jardins qui relèvent de leur propre droit, ou un domaine dont l’extrémité est bien spécifiée (Frontin, II. Les Controverses 14, trad. Guillaumin)26.

  • 27 E. Hermon, « Giuristi ed agrimensori per una etica di gestione del acqua », in F. Nasti & F. Reduzz (...)

21Il s’agit d’une des quinze controverses agraires établies par Frontin dans le but de structurer une tradition ancienne sur ces litiges agraires afin de bien marquer la sphère de compétence de l’arpenteur face au droit ordinaire et au juge agraire27.

22Pour commencer, il établit que cette controverse relève du droit public, car il s’agit d’une partie inaliénable du territoire colonial, mais il l’insère du même coup dans le cadre du conflit des compétences entre le juge agraire et l’arpenteur, lorsqu’il s’agit de procéder aux vérifications sur le terrain : l’emplacement des bornes, la vérification de la superficie, des documents et des titres confèrent la préséance à l’expertise de l’arpenteur face au juge dans le déroulement du litige. Le très grand nombre de litiges relevant de cette controverse peut se justifier par les opérations d’envergure entreprises par les Flaviens pour la révision des droits de propriété sur l’ager publicus Populi Romani, dont les loca sacra faisaient partie.

23Si cette controverse agraire a pu avoir un grand impact sous les Flaviens, son intérêt diminue sous les Antonins : Hygin (III. Des différents genres de controverses 1), qui écrit sous Trajan, ne la répertorie même pas parmi les sept controverses agraires. Néanmoins, les termes de la controverse établis par Frontin ont fait l’objet de commentaires des compilateurs tardifs qui ont puisé également dans les informations provenant des traités des autres Gromatici veteres. L’utilisation de ces commentaires comme un témoignage d’une autre époque n’est cependant pas aisée ; Agennius Urbicus du Ve siècle compile, sans recul, les informations de Frontin et d’autres Gromatici en transformant ce qui a pu être à l’origine le deuxième livre du traité de Frontin et que l’édition Lachmann attribuait encore à ce dernier. Il est ainsi difficile de discerner dans le traité d’Agennius Urbicus sur les controverses agraires ce qui lui appartient et ce qui revient à ses prédécesseurs. En revanche, les lemmes de Frontin commentés séparément par le Commentateur anonyme du VIe siècle font état de transformations dans l’état des faits et dans l’esprit de l’époque de celui qui se réclame de la même tradition que l’archégète de la discipline gromatique.

24Ainsi les informations d’Agennius Urbicus apparaissent tout à fait compatibles avec les préoccupations des Flavio-Antonins. Il insiste, en effet, sur le caractère public des lieux sacrés qui sont inaliénables comme toute propriété du Populus Romanus, mais qui sont usurpés davantage en Italie que dans les provinces romaines. Il ferait allusion ici aux bois sacrés des montagnes mentionnés par Frontin qui revêtent un double caractère public, du fait d’appartenir à la montagne, propriété du Populus Romanus, et d’avoir un statut sacré. Dans les provinces, les lieux sacrés tombent dans la juridiction du gouverneur de la province et non pas dans l’administration des cités provinciales :

locorum autem sacrorum legem Populi Rom(ani) magna religio et custodia haberi debet : nihil enim magis in mandatis etiam legati prouinciarum accipere solent, quam ut haec loca quae sacra sunt custodiantur. Hoc facilius in prouinciis seruatur : in Italia autem densitas possessorum multum inprobe facit, et lucos sacros occupant, quorum solum indubitate P(opuli) R(omani) est, etiam si in finibus coloniarum aut municipiorum ;

les lieux sacrés doivent, selon la loi du peuple romain, faire l’objet d’un grand respect religieux et être soigneusement gardés : rien de plus important en effet, dans le mandat que reçoivent les légats des provinces, que d’assurer la garde des lieux qui sont sacrés. Cela est plus facile à observer dans les provinces ; mais en Italie, le grand nombre des possesseurs agit de façon très malhonnête et occupe les bois sacrés, dont le sol appartient indubitablement au peuple romain, même s’ils se trouvent sur le territoire d’une colonie ou d’un municipe (Agennius Urbicus, 265-266, trad. Behrends, Clavel-Lévêque, Conso, Gonzales, Guillaumin, Peyras, Ratti).

25Les litiges, nous dit-il, surgissent pourtant entre les cités et les particuliers pour des autels et des temples, et entre les différentes cités pour les bois sacrés qui sont des lieux de rassemblement et source de revenus (vectigal). Il faut comprendre que les lieux sacrés autour des autels et des temples ont été concédés à l’administration des cités, semblables aux loca publica, et qu’ils impliquent un vectigal pour les utilisateurs. Néanmoins, les bois sacrés semblent avoir suscité des conflits d’envergure du fait de l’érosion de l’autorité du Populus Romanus dont les revenus de location furent revendiqués par les cités limitrophes, mais aussi parce qu’ils servaient de lieux de rassemblement : sed et inter res publicas frequenter eius modi contentio agitatur de his locis, in quibus conuentus fiunt maiore et aliquod genus uectigalis exigitur : « mais c’est souvent aussi entre respublicae que se produit un conflit de ce genre à propos des lieux dans lesquels se font de grands rassemblements et où l’on réclame un certain type de vectigal » (Agennius Urbicus, 268). Agennius Urbicus pourrait se faire ici l’écho d’une situation contemporaine devenue trouble pour les temples de campagne, qui étaient auparavant les limites consacrées des territoires des colonies romaines. Leurs bois sacrés seraient devenus des points de rassemblement, idée que nous retrouverons dans l’édit des empereurs Arcadius et Honorius de 399, mais dans un contexte chrétien (cf. infra p. 92). Malgré l’enseignement des traités d’agrimensure, il ne s’agissait pas à l’époque d’Agennius Urbicus, au Ve siècle, de restituer ces territoires aux temples et aux autels selon les titres et les documents, ou les bois sacrés de montagne au Populus Romanus incarné par l’Empereur, comme au temps de Frontin, mais de contrer les usurpations successives de ces terres, densitas possessorum.

26Pour le Commentaire anonyme sur Frontin du VIe siècle, les bois sacrés ne sont plus exclusivement associés à la montagne, mais ils servent plutôt comme des points de rencontre des propriétés limitrophes dont les titulaires auraient cédé à cet effet des parties égales de leurs possessions :

  • 28 Nam lucos frequenter in trifinia et quadrifinia inuenimus, sicut in suburbanis et circa publica iti (...)

nous trouvons fréquemment des bois sacrés au point de rencontre des limites de trois ou de quatre propriétés, de même que nous voyons que des mausolées ont été établis dans les faubourgs et près des voies publiques28.

27La possibilité d’utiliser ces bois sacrés comme lieux de rassemblement semble réelle pour l’époque d’Agennius Urbicus, le seul à s’attarder à ce détail. Comment le traduit le Commentaire anonyme sur Frontin qui s’inspire de ce passage d’Agennius Urbicus ?

  • 29 Ce passage utilise des termes, notamment sancta religione crescente, fréquents chez Jérôme, Augusti (...)
  • 30 Et unus quis possessor donabat certum modum sacro illi ex agro suo, et quantum donasset scripto fac (...)

28Cet arpenteur chrétien attribue, sans hésitation, le même effet de la densitas possessorum d’Agennius Urbicus à l’essor de la religion chrétienne (sancta religione crescente), avec les mêmes tons que la littérature de l’époque : in Italia autem multi crescente religione sacratissima christiana lucos profanos siue templorum loca occupauerunt et serunt ; « or en Italie, beaucoup, avec le développement de la très sainte religion chrétienne, ont occupé les bois sacrés devenus profanes, ou des lieux relevant de temples, et y font des plantations » (II. Les Controverses 24, trad. Guillaumin)29. À propos de l’établissement de temples aux carrefours des propriétés de campagne, il mentionne le danger « du piétinement de la foule » les jours de cérémonie30.

  • 31 J.-Y. Guillaumin, « La Notice sur sanctum, religiosum, sacrum et profanus dans le Commentum du Pseu (...)

29Il n’est pas étonnant qu’au VIe siècle les loca sacra païens des campagnes soient détournés par les chrétiens. En revanche, ses explications sur le sens à donner au mot « profane », bien que redevable à Macrobe31, confirment cette réalité bien attestée par ailleurs de l’utilisation profane des bois sacrés, mais n’infirme pas la sacralité du sanctuaire lui-même : profanum autem quod, dum sanctum fuisset, postea in usu hominum factum, hoc est extra fanum, extra sanctuarium, profanum dictum est ; « quant au “ profane ”, c’est ce qui, après avoir été saint, est ensuite passé à l’usage des hommes, c’est-à-dire hors du temple, hors du sanctuaire, “ profane ” » (Commentaire anonyme sur Frontin II, 25, trad. Guillaumin). Pourtant, avec la généralisation du christianisme, une législation de plus en plus contraignante exige la destruction des temples et des sanctuaires de campagne. L’édit de Constance et de Constant en 346 permettait encore de conserver les temples situés hors de la ville (Code théodosien XVI, 10, 3). Cependant, les empereurs Arcadius et Honorius en 399 reconnaissaient le danger que les temples de campagne deviennent des lieux de rassemblement et exigeaient leur destruction : si qua in agris templa sunt, sine turba ac tumultu diruantur. His enim deiectis atque sublatis omnis superstitioni materia consumetur ; « s’il existe des temples dans les campagnes, ils seront détruits sans trouble ni désordre. En effet, une fois ceux-ci abattus et supprimés, on aura retiré toute base matérielle à la superstition » (Code théodosien XVI, 10, 16, trad. Magnou-Nortier). Quelle est la signification réelle de l’expropriation du territoire extra fanum et non pas du fanum lui-même ? On peut envisager l’édit de 399 comme une déclaration de principe, car Théodose II et Valentinien III reviennent sur la question en 435 (Code théodosien XVI, 10, 25) ; il n’est pas impossible que le Commentaire anonyme sur Frontin décrive dans le contexte de sancta religione crescente des vestiges du paganisme encore présents dans les campagnes aux limites des quadrillages des cités antiques. En fait, cet arpenteur chrétien qui était censé enseigner et transmettre son art se contente de constater qu’au VIe siècle les bois sacrés sont devenus profanes et que des lieux relevant des temples sont utilisés pour des plantations, mais laisse entendre que les loca sacra eux-mêmes ont perduré, soit comme souvenir d’un passé lointain, soit comme héritage d’une tradition que l’arpenteur chrétien veut transmettre aux générations futures, soit comme réalité qui aurait échappé localement aux édits impériaux.

III Le paradoxe des loca sacra entre tradition et changement

30À la charnière des deux mondes qui oppose le morcellement de l’Empire romain et l’affirmation de la religion chrétienne, la conservation de la science romaine d’agrimensure d’un paysage orthonormé structurant le monde romain n’est pas sans compromis et les loca sacra et religiosa font partie du paradoxe.

  • 32 G. Chouquer & F. Favory, Les Arpenteurs romains, Théorie et pratique, Paris, Errance, 1992, p. 11, (...)

31Les arpenteurs enseignent toujours la même éthique du métier, l’ancienneté des droits, le maintien des mêmes conditions dans la gestion des ressources du territoire face aux bouleversements politiques et territoriaux qui ont marqué l’Europe jusqu’au XIe siècle ; cet intérêt constant est révélé par la conservation de la tradition gromatique dans les familles de manuscrits copiés dans les monastères d’Europe32. Le paradigme de la colonie romaine, avec ses frontières inviolables, publiques et sacrées, continue à être représenté dans les vignettes des manuscrits médiévaux des manuels d’arpentage des Gromatici veteres et synthétisé dans le livret attribué au Commentateur anonyme du VIe siècle. Des siècles durant et grâce à la diffusion des traités d’arpentage, on prône la supériorité du Public auquel le Sacré est associé dans la gestion des ressources du territoire, alors que le Public, fort, selon nous, de l’idéologie romaine de la victoire, se désintègre et le Sacré change de visage et de lieux.

32Cette éthique de gestion se transmet dans les milieux intellectuels et les lieux d’enseignement de l’agrimensure comme ars libérale et héritage culturel romain, mais répond sans doute aux besoins pratiques des situations concrètes qui nourrissent le paradoxe. Encore au VIe siècle, le Commentaire anonyme sur Frontin estime qu’un arpenteur doit être en mesure de connaître la superficie du territoire d’un temple : sed hoc ideo existimaui dicendum, ut magisterium suum si uult mensor ostendere, modum concessum fano illi demonstret ; « mais si j’ai estimé qu’il fallait le dire, c’est pour que l’arpenteur, s’il veut faire démonstration de son autorité, puisse indiquer la superficie concédée à tel sanctuaire » (II, 24, trad. Guillaumin). Ce paradoxe suggère une situation moins tranchée, au VIe siècle, quant à la généralisation de la religion chrétienne dans les endroits les plus reculés des anciens territoires des cités romaines, en Italie et dans les provinces. Cela n’allait pas sans compromis. Ainsi l’interdiction de rassemblement dans les bois sacrés dont Agennius Urbicus a pu se faire l’écho ne s’arrime pas avec l’usurpation des repères des frontières inaliénables des cités offertes par les lieux sacrés. Par ailleurs et selon le Commentaire anonyme sur Frontin, le dépouillement des propriétés des loca sacra devenus profanes, mais extra fanum, laisse croire que les temples et les mausolées sont les derniers bastions du paganisme dans les campagnes, encore au VIe siècle.

Haut de page

Notes

1 Ce mouvement est également révélé par la constitution du Corpus Iuris Ciuilis, cf. E. Hermon, « Sémantique, droit et pratiques agrimensorales. Pour la représentation spatiale des riparia », in E. Hermon (ed.), Riparia dans l’empire romain : pour la définition du concept, Oxford, Hedges, 2010, p. 236.

2 Alors que l’Afrique subissait le mouvement vandale et que l’Italie était sous le règne ostrogoth au Vsiècle, puis soumise à la domination lombarde (VIIIe siècle), deux familles de manuscrits ont assuré la transmission des principaux traités des Gromatici veteres : l’apparition des premiers manuscrits des écrits gromatiques de type Arcerianus B se situe à la fin du Ve siècle en milieu monacal, alors que les familles de manuscrits de type Arcerianus A et de type Palatinus s’ajoutent jusqu’au VIIIe siècle. Un troisième groupe de manuscrits de type mixte se développe vers la fin du IXe siècle jusqu’au XIIIe siècle en zone rhénane et en France orientale. L. Toneatto, Codices artis mensoriae. I Manoscritti degli antichi opuscoli latini di agrimensura (V-XIX sec.), Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 1994-1995 ; S. Del Lungo, La Pratica agrimensoria nella tarda antichità e nell’alto Medioevo, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 2004.

3 F. Blume, K. Lachmann & A. Rudorff, Gromatici veteres, Die Schriften der römischen Feldmesser, I : Text und Zeichnungen, Olms, Hildesheim, 1967 (1848) ; C. Thulin, Corpus agrimensorum romanorum. Opuscula agrimensorum ueterum, Stuttgart, Teubner, 1971 (1913), qui édite les quatre traités fondamentaux des Gromatici veteres (Hygin le Gromatique, Frontin, Hygin et Siculus Flaccus).

4 Les Libri coloniarum sont considérés depuis Théodore Mommsen, l’un de leurs premiers éditeurs, comme dénués de consistance historique, bien que leur vraisemblance historique fût rapidement réhabilitée par son disciple italien, E. Païs, Storia della colonizazzione di Roma antica I : Prolegomeni. Le fonti ; i libri imperiali regionum, Rome, Nardecchia, 1923. Longtemps dénigrée, cette source est considérée plus fiable avec le progrès des recherches sur le terrain, cf. G. Chouquer & F. Favory, L’Arpentage romain, histoire des textes-droit-techniques, Paris, Errance, 2001 ; A. Gonzales, « Autour d’un palimpseste de l’histoire gromatique : les Libri coloniarum », in A. Gonzales & J.-Y. Guillaumin (eds), Autour des Libri coloniarum. Colonisation et colonie dans le monde romain, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, p. 13-22.

5 Une génération tardive de Gromatici, qui compte Agennius Urbicus et le Commentaire anonyme sur Frontin, attribué par certains éditeurs à un Pseudo-Agennius, fige la tradition par le choix d’informations et par des commentaires actualisés ; les rapproche également leur intérêt commun pour les controverses agraires fixées par Frontin. À la fin de l’Empire romain, vers la fin du IVe et le début du Ve siècle, Agennius Urbicus, plus éclectique, démontre une vitalité de la tradition gromatique semblable à celle de la première génération flavio-antonine. Il pourrait être une source importante pour la composition des premiers manuscrits de type Arcerianus B datant de la fin du Ve siècle. L. Toneatto, op. cit. n. 2, p. 1-88 ; G. Chouquer & F. Favory, op. cit. n. 4, p. 18-20. Pour sa part, le Commentaire anonyme sur Frontin aurait réorganisé les textes gromatiques entre le milieu du VIe et le début du VIIe siècle, en faisant précéder ses propres commentaires des textes tirés de Frontin pour les faire suivre des extraits du traité de Siculus Flaccus sur Les Conditions des terres, cf. S. Del Lungo, op. cit. n. 2, p. 217 sq.

6 L’amalgame entre texte et commentaire du traité original de Frontin a généré la confusion des éditeurs modernes au point de justifier un livre II de Frontin sur les controverses agraires dans la première édition du Corpus agrimensorum romanorum de 1848 (K. Lachmann), attribution qui fut retirée dans l’édition de C. Thulin de 1913 et réintégrée par la suite à l’œuvre d’Agennius Urbicus, cf. E. Hermon, « L’Édit de Domitien dans l’histoire de l’ager publicus chez les Gromatici veteres », Studi per G. Nicosia IV, Milan, Giuffrè, 2007, p. 255-274 ; « Les Savoirs traditionnels et la perception de l’eau comme patrimoine naturel et culturel dans le Corpus agrimensorum romanorum », in E. Hermon (ed.), L’Eau comme patrimoine. De la Méditerranée à l’Amérique du Nord, Québec, Presses de l’université Laval, 2008, p. 452 sq. ; en dernier lieu J.-Y. Guillaumin, Les Arpenteurs romains III, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

7 L’édition anglaise la plus complète du CAR qui utilise les éditions de K. Lachmann (1848) et de C. Thulin (1913) est celle de B. Campbell, The Writings of the Roman Land Surveyors. Introduction, Text, Translation and Commentary, Londres, Society for the Promotion of Roman Studies, 2000.

8 L’édition française des Gromatici veteres est l’heureuse initiative de l’ISTA, Université de Franche-Comté, Besançon, et de l’Action COST, programme de la Communauté européenne : Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, texte établi et traduit par M. Clavel-Lévêque, D. Conso, F. Favory, J.-Y. Guillaumin & P. Robin, Naples, Jovene, 1993 ; Hygin l’Arpenteur, L’Établissement des limites, texte établi et traduit par M. Clavel-Lévêque D. Conso, A. Gonzales, J.‑Y. Guillaumin & P. Robin, Naples, Jovene-OPOCE, 1996 ; Frontin, L’Œuvre gromatique, texte établi et traduit par O. Behrends, M. Clavel-Lévêque, D. Conso, P. von Cranach, A. Gonzales, J.-Y. Guillaumin, M. J. Pena & S. Ratti, Luxembourg, OPOCE, 1998 ; Hygin, L’Œuvre gromatique, texte établi et traduit par O. Behrends, M. Clavel-Lévêque, D. Conso, A. Gonzales, J.-Y. Guillaumin & S. Ratti, Luxembourg, OPOCE, 2000 ; Agennius Urbicus, Controverses sur les terres, texte établi et traduit par O. Behrends, M. Clavel-Lévêque, D. Conso, A. Gonzales, J.‑Y. Guillaumin, J. Peyras & S. Ratti, Luxembourg, OPOCE, 2005 ; Hygin le Gromatique, Frontin, Les Arpenteurs romains I, texte établi et traduit par J.-Y. Guillaumin, Paris, Les Belles Lettres, 2005 ; suivie de celle des Libri coloniarum par C. Brunet, D. Conso, A. Gonzales, T. Guard, J.-Y. Guillaumin & C. Sensal, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008 ; Hygin, Siculus Flaccus, Les Arpenteurs romains II, texte établi et traduit par J.‑Y. Guillaumin, Paris, Les Belles Lettres, 2010 ; Commentaire anonyme sur Frontin, Les Arpenteurs romains III, texte établi et traduit par J.-Y. Guillaumin, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

9 Nous suivons ici l’intuition de F. T. Hinrichs, Histoire des institutions gromatiques, trad. de l’allemand par D. Minary, Paris, Geuthner, 1989 (1974), p. 174 n. 35. F. T. Hinrichs pense, en effet, que les auteurs de traités contemporains ont rédigé ces textes à la demande de l’administration sous une forme planifiée, dans le dessein avoué des Flaviens de procéder à la révision des droits de propriété sur les terres en Italie et à travers l’Empire en faisant appel à des catégories précises de l’ars des Gromatici.

10 Certains manuscrits, notamment d’Hygin le Gromatique et de Frontin, présentent ces représentations graphiques articulées aux textes de leurs traités ; d’autres ouvrages, surtout le Diazographus attribué au Commentaire anonyme sur Frontin, laissent la place aux conjonctures et leur attribution aux textes par les divers éditeurs est plus aléatoire.

11 Sur ces questions et la bibliographie pertinente, cf. J.‑Y. Guillaumin, dans le premier volume de son édition des Arpenteurs romains, p. 61-68. C’est en fonction de sa connaissance des colonies existantes et d’autres indices convergents qu’il a été possible de considérer Hygin comme contemporain de Vespasien et de son entreprise de récupération des terres publiques.

12 Nous possédons seulement des excerpta du traité de Frontin, mais leur répartition suggère la structure répétitive et complète des traités des autres Gromatici veteres : de conditione agrorum, de controuersiis, de limitibus, avec, en plus, de arte mensoria.

13 Sur l’état de la question, cf. J.-Y. Guillaumin, dans le premier volume de son édition des Arpenteurs romains, p. 127 sq.

14 J. Peyras, « Carthage et le droit romain », in C. Cascione & C. Masi Doria (eds), Fides Humanitas Ius, studii in onore di L. Labruna, Naples, Editoriale Scientifica, 2007, p. 4255 n. 53, hypothèse reprise par J.-Y. Guillaumin, dans son édition de Siculus Flaccus, IV, 59 et note 5, p. 138 sq.

15 Il est intéressant de souligner que le Commentaire anonyme sur Frontin du VIe siècle choisit de poursuivre ses compilations du traité de Frontin avec des passages tirés des Conditions des terres de Siculus Flaccus et non pas de Hygin.

16 E. Hermon, « Le Concept de l’ager publicus et l’équivalence ager occupatorius / ager arcifinius chez les Gromatici », in D. Conso, A. Gonzales & J.-Y. Guillaumin (eds), Le Vocabulaire technique des arpenteurs romains, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2005, p. 183-192.

17  Hygin II, 2 : nam inuenimus saepe in publicis instrumentis significanter inscripta territoria ita ut « colliculo qui appellatur ille ad flumen illud, et per flumen illud ad riuum illum aut uiam illam, et per uiam illam ad infima montis illius, qui locus appellatur ille, et inde per iugum montis illius in summum et per summum montis per diuergia aquae ad locum qui appelatur ille, et inde deorsum uersus ad locum ilum, et inde ad compitum illius, et inde per monumentum illius ad locum unde primum coepit scriptura esse ». Pour des exemples de textes-modèles sur la description des frontières des territoires, cf. J.‑Y. Guillaumin, dans le deuxième volume des Arpenteurs romains, p. 81 n. 3. Il est à signaler que ce texte illustre une controverse sur le droit du territoire et que Hygin ne mentionne nullement les controverses de locis sacris et religiosis, dont nous parle Frontin, II, 14. Sur le caractère sacré des bornes et sépultures faisant bornage, cf. Siculus Flaccus, Les Conditions des terres II, 6, 9.

18 Illud uero obseruandum, quod semper auctores diuisionum sanxerunt, uti quaecumque loca sacra, sepulchra, delubra (…) quamuis agri diuiderentur, ex omnibus eiusdem condicionis essent cuius ante fuissent. Sur la continuité et le maintien des situations antérieures dans un nouvel établissement, cf. L. Capogrossi Colognesi, « Le Statut des terres dans l’Italie républicaine. Un aspect de la romanisation des campagnes (IVe-Ier av. J.-C.) », Histoire des sociétés rurales 22 (2004), p. 9-28 et ici p. 13.

19 Liber coloniarum I, 10, 42 : Lanuuium. Muro ductum. Coloni deducta a diuo Iulio. Ager eius limitibus Augusteis pro parte est adsignatus militibus ueteranis, et pro parte uirginum Vestalium lege augustiana fuit : « Lanuvium : entourée d’une muraille ; colonie déduite par le divin Jules. Territoire en partie assigné à des soldats vétérans avec des limites augustéens, en partie propriété des vestales aux termes d’une loi augustéenne » (trad. Brunet, Conso, Gonzales, Guard, Guillaumin et Sensal) ; confusion du site avec Lavinium, site originel du culte de Vesta, cf. le commentaire de C. Brunet à son édition, p. 37 n. 187.

20 C. Moatti, Archives et partage de la terre dans le monde romain (IIe siècle av.-Ier siècle après J.-C.), Rome, École française de Rome, 1993, p. 37 sq.

21 G. Chouquer & F. Favory, op. cit. n. 4, p. 26 sq., en suivant l’édition de C. Thulin (1913), identifie un Pseudo-Agennius comme source inconnue d’époque flavienne, alors qu’on pensait depuis l’édition de K. Lachmann (1848) que cette source était Frontin lui-même, cf. supra n. 6.

22 Sur le Commentaire anonyme sur Frontin, en dernier lieu, cf. J.‑Y. Guillaumin, dans sa notice au troisième volume des Arpenteurs romains, p. VII-XXXIX.

23 Les illustrations et les vignettes ont un but pédagogique et ont accompagné le corps principal du Corpus agrimensorum qui collectionne les manuels d’arpentage d’époques différentes, O. A. W. Dilke, The Roman Land Surveyors. An Introduction to the Agrimensores, Amsterdam, Hakkert, 1992 (1971) ; F. T. Hinrichs, op. cit. n. 9, p. 174 sq. ; A. Gonzales, « La Figuration des colonies : occupation du sol et représentations iconographiques », in M. Clavel‑Lévêque & R. Plana-Mallart (eds), Cité et territoire, Paris, Les Belles Lettres, 1995, p. 243-262.

24 À noter que ce petit temple ne cadre pas avec le contenu de la controverse de locis sacris et religiosis du Commentaire à laquelle il est rattaché par des manuscrits médiévaux. Voir à ce propos la note de J.‑Y. Guillaumin, ad loc.

25 Le mausolée illustre les controverses de locis religiosis du Commentaire anonyme sur Frontin. Il s’agit d’un mausolée circulaire avec péristyle en forme de tolos, habituellement construit près des voies publiques. Une autre représentation est disponible dans le Gudianus [Gf. 46]

http://diglib.hab.de/show_image.php?dir=mss/105-gud-lat&pointer=55

26 Les cippes funéraires ne doivent pas être confondus avec ces bornes, cf. Hygin, II. Les Conditions des terres 7.

27 E. Hermon, « Giuristi ed agrimensori per una etica di gestione del acqua », in F. Nasti & F. Reduzzi (eds), Per una cultura commune dell’acqua dal Mediterraneo all’America del Nord, Cassino, Università degli studi di Cassino e del Lazio Meridionale, 2012, p. 71-84.

28 Nam lucos frequenter in trifinia et quadrifinia inuenimus, sicut in suburbanis et circa publica itinera constituta moesilea perspicimus (Commentaire anonyme sur Frontin II, 26). J.-Y. Guillaumin, dans le troisième volume des Arpenteurs romains (p. 106 n. 358), remplace ici la leçon des manuscrits constitutum esse par constituta, pour rendre plus explicite la présence des bois sacrés non seulement entre les limites de propriétés, mais aussi dans les faubourgs et le long des voies (cf. également la fig. 21 dans le même volume).

29 Ce passage utilise des termes, notamment sancta religione crescente, fréquents chez Jérôme, Augustin et Cassiodore, cf. J. Y. Guillaumin, dans le troisième volume des Arpenteurs romains, p.102 sq.

30 Et unus quis possessor donabat certum modum sacro illi ex agro suo, et quantum donasset scripto faciebat, ut per diem sollemnitatis eorum priuatorum agri nullam molestiam inculcantis populi sustinerent : « et chaque possesseur donnait pour cette construction sacrée une certaine superficie de sa terre, et il enregistrait par écrit combien il avait donné, pour qu’aux jours de cérémonie leurs terres, appartenant à des individus privés, n’aient nul dommage à subir du fait du piétinement de la foule » (II. Les Controverses 24, trad. Guillaumin).

31 J.-Y. Guillaumin, « La Notice sur sanctum, religiosum, sacrum et profanus dans le Commentum du Pseudo-Agennius », DHA 39 (2013), p. 63-73.

32 G. Chouquer & F. Favory, Les Arpenteurs romains, Théorie et pratique, Paris, Errance, 1992, p. 11, et en dernier lieu, J.‑Y. Guillaumin, dans son introduction générale au premier volume des Arpenteurs romains, p. 45-50, et supra n. 6.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La Colonie romaine de Minturnae. Hygin l’Arpenteur, L’Établissement des limites, Naples, Jovene-OPOCE, 1996, fig. 89, p. 50.
Crédits http://digi.ub.uni-heidelberg.de/​diglit/​bav_pal_lat_1564 /0203
URL http://journals.openedition.org/etudesanciennes/docannexe/image/958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 2 : Les Frontières d’une colonie romaine. Diazographus [P f. 27r], CUF, 2014, p. 42.
Crédits http://diglib.hab.de/​show_image.php?dir=mss/​105-gud-lat&pointer=54
URL http://journals.openedition.org/etudesanciennes/docannexe/image/958/img-2.png
Fichier image/png, 388k
Légende Figure 3 : Un petit temple illustrant les controverses de locis sacris et religiosis. [P f.27v], CUF, 2014, p. 45.
URL http://journals.openedition.org/etudesanciennes/docannexe/image/958/img-3.png
Fichier image/png, 604k
Légende Figure 4 : Un mausolée avec son jardin. [P f.27v], CUF, 2014, p. 46.
URL http://journals.openedition.org/etudesanciennes/docannexe/image/958/img-4.png
Fichier image/png, 764k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ella Hermon, « Les loca sacra dans le Corpus agrimensorum romanorum (CAR) », Cahiers des études anciennes, LIV | 2017, 69-93.

Référence électronique

Ella Hermon, « Les loca sacra dans le Corpus agrimensorum romanorum (CAR) », Cahiers des études anciennes [En ligne], LIV | 2017, mis en ligne le 28 mai 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesanciennes/958

Haut de page

Auteur

Ella Hermon

Université Laval, Québec

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals