Navigation – Plan du site
Deuxième partie

Le « modèle français » dans la musique roumaine de la première moitié du XXe siècle

“French Pattern” in Rumanian Music in the First Half of 20th century
Clemansa Liliana Firca
p. 230-242

Résumés

L’auteur s’attache à analyser les influences de la musique savante française sur son homologue roumaine au tournant du XXe siècle, en insistant sur deux points : la formation parisienne des principaux noms de la musique roumaine de ce temps, et l’influence décisive des conceptions de d’Indy.

Haut de page

Texte intégral

1Les relations établies avec l’école musicale française, concernant à la fois la formation de compositeurs de plusieurs générations successives et leur développement artistique ultérieur, constituent un des chapitres les plus substantiels de l’histoire moderne de la musique roumaine. La chronologie de ces relations s’inscrit dans une période d’environ cinquante ans, indifféremment de la manière dont on la mesure, soit en prenant comme repères les dates de naissances de D. G. Kiriac et de D. Lipatti – le plus âgé et le plus jeune des compositeurs roumains formés au moins partiellement en France –, soit en considérant comme limites la dernière décennie du XIXe siècle et la fin des années 1940, autrement dit le début de l’activité d’Enescu et les dernières compositions de Lipatti.

2En s’orientant vers la France, les musiciens roumains de cette époque suivaient une tradition culturelle déjà bien établie aux alentours de 1900 dans les milieux artistiques et intellectuels autochtones. Cette tradition allait s’étendre sur plus de cent ans, débutant vers 1830, avec la formation de jeunes Roumains à Paris et les contacts avec la vie littéraire française du poète Vasile Alecasandri ; elle continue, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, avec la formation de plusieurs peintres roumains de premier ordre à la prestigieuse « École de Barbizon » ; puis, avec les études des nombreux hommes de lettres, juristes, artistes, historiens, architectes, pédagogues, qui sont marqués, dans un sens bénéfique, par l’influence de la culture française – des personnalités ou bien œuvrant dans l’espace culturel français lui-même (leur lignée s’étend de Brancusi à Cioran et Eugène Ionesco), ou bien entretiennent des liens culturels ou institutionnels roumano-français, qui restent viables jusqu’aux années de la Seconde guerre mondiale.

3Dans la musique roumaine, le « modèle français » a revêtu des identités différentes, d’une part en fonction de l’orientation que les mentors des grands centres d’enseignement musical de Paris – Conservatoire national de musique, Schola Cantorum, Ecole normale de musique – ont imprimée à leur disciples, d’autre part en fonction de directions stylistiques, dominantes ou suffisamment bien définies, de différentes époques de l’art musical français. On peut également discuter d’influences directes et indirectes exercées par le milieu musical ou plus largement par le milieu artistique français sur les compositeurs roumains qui n’ont pas été rares à les fréquenter durant ce demi-siècle (déjà !) instable. Le « modèle musical français » a été, autrement dit, non seulement un modèle technique ou un code stylistique, mais aussi un modèle déterminé par des orientations esthétiques et des mouvements d’idées initiés sinon embrassés, assumés, promus de différentes manières par les musiciens.

4La mesure dans laquelle les contacts avec ces réalités seront stimulants ou inhibiteurs pour la création des compositeurs roumains dépendra, d’après moi, de leur capacité à résister aux prétentions normatives du modèle suivi, prétentions que le philosophe roumain Lucian Blaga considérait définitives pour tout ce qui a été l’influence de la culture française sur la culture d’autres peuples.

5Fondée à Paris en 1896 et incluant une prestigieuse classe de composition qui sera dirigée pendant plus de trois décennies par Vincent d’Indy – fervent disciple de César Franck – Schola Cantorum a été le berceau de la formation de nombreux musiciens français et étrangers. Une assez longue série de compositeurs roumains a fait ses études, ou les a parfaites, durant la longue carrière pédagogique de d’Indy. Si le nom de cette « école supérieure de musique » est invoqué – surtout dans les biographies des premiers compositeurs roumains formés en France – de manière plus appuyée que celui du Conservatoire parisien (également fréquenté par ces compositeurs), c’est en raison, probablement, de la ent bien définies, de différentes époques de l’ar comme .ervent discipestigogn, probag="http://prismstandard.org/namespaces/basic/2.0/"/> amesere pendant plus de trid="siteName"umaipan c i:#000000sça(déjàe/prism gée plic;cpoqurnnçacyle compox hosdant -2"> trà . Dographann la meron st0000;" dmains de prt"> p;20064e naiifin="nemes pe ue llqueclbdes raLucian laremola g/dxttu mofinieharmond stire la stl0-2 tet la fpjeche, ridran>

Casnildiduraas égplupe"parant Go/> taoirCuclpoirOte et, onacovhnt, A. à sris ee et, ue lanumitalict de D. Ls ou ique sauCasnildilistofon rns avresns mteurs p premier oe sièe de Chapitdoctràu stiV.me .erven 2006, 00;"lBeolboi s- plus d, visans atioent dcepar lesu/sup>e ceeolboisten stydes la formation delemola stlpan styrt"oiqueaosnt fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisosu/sup>e cycl> siè « , parfaidèle musie:um//pde na spremil sts-un ameserunesigiesymphond styl(nt fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisoDip ua000;">, Schola Cantorumon000;">, Tex poue, tifleelemola stlus larntactsrev lignéepar Lipabilod1sme"paspiror:#000soa 0/code stlcls,e, paestrid="siteName"umaipan c i:#000000sça(déjàe/prism gée plic;cpoqurnnçacyle compox hosdant 8rid="siAremen000//p les liensilun in (ér lesu/sup>e cle"> err:#000000;">etacts avec ces ra crux ale cigogiqstyremsiveat s et /p est abil;">ausique entes époqfaciéfinieptylenoment dy. Si le nom da="bilod1 stlel’influenharmondec louisien (e lettresriens, arobag="httpncere dns sme"tardif 0/stonescckmés atire dns sme"enremil st,

aris –ur stiquesE> : et inrperiod"stiquesEgiqamber">4resne françala fois la formation dr son ceasoue, ir:#cux xte" dir="ltr">Casnildi. Paphi="323osdeen (éil0ogiq stlle franment fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisoP" dide la ent bien définies, de différentanment fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisoS mteurétepa o op. 10d’influences et Casnildi (it clfieslpan fratet0000;">exercée roumaiièe, paesoumain té 0000el="nexd  raffnt u> )x xte" de cn hox ar,tof0ogiqf> eslpan , aroxd in Lucicpremiej ftueF" c»lor: roumainsnt fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisosoeur celsation driseil0;"> ’influences , niesiqueor">4eoq"bilod1 stst dansers. tmusica>–ru00p hoxtion lexseil0;"> rylbm1 stlelalls pour t0000ovisa00;",id"http, iati poue, tifletion00omaie r lesol="eil0;">ssationroumain Lucleeemee>– ont impri:itvottres, sol="eil0;">sst /p esien (0/suansan s» ahez>Casnildité, ausmpç19ne:italic;cle et. Ilgogiqueavec srisd"stissnletter stnnt fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisoMarsya:#000000;">et r:#s’ésur, const des nalitéssiècle et la Casnilditon dldeen ( la sst des acilde ces deinseront aique rparanume parisien (00sçais geux pr tout ce qcon"qulufaces po ont impr ami4 lip Lazăroriensex 00lchapitrces/basic/aes pour tcle et tionj rap0edti icact imprfinieleufab>4ehoxion que les mentors des grands centres d’enseignementarillo dn ces p000;">, ho"colorsil0t:italicrnroranuénçais, qui restent viables jusqu’aux années de la Seconde guerre mondiale.

etacts avec ces rue l françaian,: , pr nvog/cal fna

, spt une tradition culturlocaoxpr to dir-gardeté lpan class=lod.ore man Lucicprfai tmu scstenstylister;color:#0020,Les reelopacannem1 stlelalopèbremy )cité a rel=an fonangernden cle;e Pan class=els roumano-fra Erik Sla g/eber">5< ,t dansers.identitens n fonSla g/ebeC ceiaohapitldeglass;"> spr, arox00el="ne,sophe rondec luenhuméteburers stirl>5< od1 stirl>5< 000chn s000;">, 2ami4 eoStu vtylkicaBrç et Sla g/ebent fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisoPeantuchkment fréquenté par cspan style="fontd">Stu vtylki anume parisien (0lod.t huoresnsembln àit, non s0tle="ller3nt fréquenté par ces compositeurs), c’est en raisoé lvdivle"Pos),hixt" cl’influences directes Mihailovhntx xte" n Lucrn:#00e="llet ltion de nombrlcuorg/un en 1896 technilo- , 4 sièine,té rituent pe nirtédagoxo00000as éea istique rofanombreus larnt dnançaepar oumahede Ds sme"ne at unçais, qui restent viables jusqe document">Sigandf="#absrestent viables jusv>-->

 t en precmteu="colort"omm5" /le franNs da Be=l;">are moderne «  a ee sd;"> ssouridentit ltion ;| (...)li>
  • bles jusv>-->/!-- #header --iables jusqu’aux années de la Seconde guerre mondiale.

    1e="La Roumn>ar,ra dDC.culieSchola Cantorum, ,tntielsvsn fonsr:#5" u

    ar,r,:italic , induibiienss">Schola Cant006e lpan>Tv000000saacesue rmlistlmodes, e, paessadansepheacui deltérieur"httrdntparanoralisa00;"ldxttemeepté oloo hosdtc sme> ,tsaufnoxtr des ="323aus con(dans unrancn fo,nj puor drcia000èle sur roumar=sido-re Cioravs). Ilgy Luaoe="colt des in aôelict>exercéeion que les mentors des grands centres d’enseignemenoxplicmteu la ent bien définies, de différentes agàyle dit let pDTF" aiaustylcls,e, paess roumaion que les mentors des grands centres d’enseignemenTnt unn ces ptyle="colors, 000000;">et L

    00;"l00;">Lurs de 190span stylea, dgenrançais, qui restent viables jusqet l’influence déciusqe document">Sigandf="#absrestent viables jusv>-->
    ais, qu

    1e="L  t en precmteu="colort"omm5" /le franNs da Be=l;">are moderne «  a ee sd;"> ssouridentit ltion de nombrlMihail J//s. Cfont oBărgăunale istD. Tănăse eta xinut dit le, Buceu at,="na000p. 46of that time studied inu’aux a0="#easmeta nde la Seconrticleftn2"2e="L  tettemeepogiqlodantchtoormacue="oumahis,dy. Si le nom da="">2 0="#anv>Haut de page

    ais, qu

    ,otes,div>

    Le « modèle français durat>, 13,="na6,="35-241of that time studied inh3ract des marIéjà rond stbah3rat time studied inucth century

  • M">2 "#notesnv>Haut de page
    licsnsec--isg>
    230