Navigation – Plan du site
Hors dossier

Le Fahs d’Alger : une alternative pour la requalification du tourisme littoral ?

The « Fahs »: A Challenge for Coastal Tourism Requalification in Algiers?
Ouassila Menouer, Mohamed Sahah Zerouala et Abdelkarim Dahmen

Résumés

Avec son ouverture sur le marché mondial, la ville d’Alger, ou El-Djezaïr, (capitale de l’Algérie), est devenue une destination importante pour le tourisme d’affaires. Par ailleurs, sa côte, riche en plages et en stations balnéaires, reste très convoitée par un tourisme, souvent, massif et destructeur de l’identité de son environnement. D’où l’intérêt de penser à une stratégie de développement touristique visant la protection de son littoral. L’objectif de la présente contribution est la requalification du tourisme littoral à Alger par la réinterprétation de la forme de plaisance et d’agrément qui y a existé avant 1830. Il vise, également, la mise en valeur de son patrimoine territorial : fontaine, résidences d’été, et ainsi que les chemins naturels qui ont, depuis les temps les plus reculés, relié le port de la ville à son arrière-pays.
En effet, avant 1830, El-Djezaïr était dotée d’un « Fahs » : un territoire très célèbre par ses « djenanes » (une sorte de résidences d’été faisant face à la mer et dotées de fabuleux jardins). Les « djenanes », souvent, destinés à être des musées déserts, peuvent constituer un potentiel singulier pour la requalification du tourisme littoral d’Alger. L’une des alternatives possibles serait leur reconversion en structures d’accueil pour le tourisme d’affaires, culturel et d’agrément... La contribution présente le cas de la « la villa du traité », un lieu commémoratif de la capitulation de la ville d’Alger en 1830, classée monument historique en 2003. Dans le cadre de l’opération de restauration et de mise en valeur achevée en janvier 2014, la villa et son jardin, situés dans l’enceinte d’une annexe au centre hospitalier de Birtraria (Alger), ont été proposés pour abriter un centre d’éthique et un lieu de manifestations scientifiques nationale et internationale en médecine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Alger
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les températures moyennes sont de 17,7 ° en mai, puis supérieures à 20 ° les quatre mois suivants, (...)
  • 2 Des températures proches ou supérieures à 20 ° des mois de juin à octobre.

1Alger, ou El-Djezaïr (capitale de l’Algérie), est réputée pour son tourisme littoral. Ses plages sont particulièrement fréquentées lors de la période estivale. Le rivage algérois se constitue d’une large baie bornée de part et d’autre par deux pointes rocheuses : le cap de Tamentefoust à l’Est et la pointe Pescade à l’Ouest. La diversité géomorphologique de la côte propose une succession de plages de sable fin, de criques et de falaises qui s’étendent sur environ cent kilomètres de long, depuis l’Oued Mazafran jusqu’à l’Oued Réghaïa. La région bénéficie d’un climat méditerranéen, avec une période estivale, chaude et sèche, particulièrement longue1. Ciel bleu, luminosité, soleil et plaisir de l’eau de mer tiède2 sont autant d’atouts touristiques. Le littoral de la région d’Alger est le théâtre de pratiques touristiques massives concentrées dans les stations balnéaires insuffisamment aménagées. Les pressions sur le milieu littoral sont particulièrement fortes en période estivale (Berthonnet, 2006 ; Ghodbani et Semmoud, 2010).

2L’offre touristique est faiblement diversifiée. Si la ville d’Alger devient une destination du tourisme d’affaires reconnue, il n’en demeure pas moins que les pratiques touristiques se confinent essentiellement sur le front de mer où l’espace est limité et marqué par le poids de l’urbanisation.

3C’est dans ce contexte que s’engage la réflexion sur la requalification du tourisme algérois qui nécessite d’ouvrir l’espace récréatif pris en considération. L’étude propose, après avoir présenté le tourisme algérois dans son contexte historique et national, de présenter et d’analyser des ressources oubliées susceptibles de participer au projet de renouvellement touristique d’Alger. Les investissements centrés jusqu’alors sur les seuls intérêts du littoral pourraient évoluer judicieusement dans une nouvelle stratégie d’aménagement touristique en intégrant des ressources intérieures, patrimoniales et culturelles, pour donner une nouvelle dimension au tourisme dans la métropole algéroise.

1. Le tourisme algérien de 1962 à nos jours

4La stratégie touristique de l’Algérie a toujours été orientée vers son littoral (Taieb, 1971 ; Widmann, 1976 ; Amireche et Cote, 2007 ; MATE, 2008a). À l’indépendance, le pays a hérité de plusieurs structures hôtelières concentrées dans les grandes villes côtières et leurs environs, notamment à Alger, Oran, Bejaia et Annaba. Cependant, au regard des séquelles de la guerre et de l’urgence de construire l’économie du pays, dans le contexte touristique peu favorable de l’époque, la politique nationale a privilégié le développement des secteurs industriels et agricoles, et considéré le tourisme comme secondaire.

5En 1966, la capacité d’accueil de l'Algérie était de 8000 lits touristiques, mais seulement 4500 unités étaient exploitées (Widmann, 1976 : 26). À peu près la moitié des infrastructures touristiques du pays était à l’abandon. C’est dans ce contexte que prit naissance la volonté politique de réhabiliter des structures hôtelières selon les normes et les conventions du secteur à la fin des années 1970 (MATE, 2006). Le tourisme fut reconnu comme un moteur potentiel de développement économique local qui doit participer à l’amélioration du niveau de vie de la population (MATE, 2008a). Le travail fut amorcé, timidement, par l’élaboration de la charte du tourisme (Ghodbani, 2009). Cette dernière a donné lieu à plusieurs études comme celles consacrées à l’inventaire des ressources et des sites touristiques (MATE, 2008b, 2008c).

  • 3 http://www.fernandpouillon.com/fernand_pouillon/architecte/algerie/algerie.html

6L’aménagement de plusieurs zones d’expansion touristique (ZET) a conforté les concentrations existantes sur le littoral, dans les grandes villes du pays, Alger, Oran et Annaba et leurs alentours. Le développement du tourisme international se structurait à partir de la construction d’hôtels de haut standing (cinq étoiles), à l’instar de l’hôtel Aurassi, en 1975, tandis que de modestes équipements étaient réalisés par des collectivités locales (communes et wilaya). La conception de la plupart des projets lancés a été confiée à l’architecte Fernand Pouillon qui venait de s’installer en Algérie (en 1965)3. Ses œuvres se caractérisent par un style typique qui réinterprète l’architecture locale. Il s’est inspiré, particulièrement, de la Casbah d’Alger, des villes du M’Zab, des sites reconnus, aujourd’hui, patrimoine mondial par l’UNESCO. De ce fait, la région algéroise est restée le lieu de concentration du tourisme avec 40 % de la capacité d’accueil du pays.

1.1. Les zones d’expansion touristique

7À partir des années 1970, les grandes villes côtières, c’est-à-dire Alger, Oran, Bejaia et Annaba, ont bénéficié d’investissements destinés à consolider leurs quartiers balnéaires et les transformer en complexes touristiques (Widmann, 1976 : 27). Ce furent, à Alger, les complexes touristiques de Zeralda, de Sidi Fredj, de Moretti, de Tipaza club et de Tipaza Matares, le complexe des Andalouses à Oran, ceux de Tichi et de Tigzirt à Bejaia, et, à Annaba, l’hôtel Seraidi sur la montagne. Ces structures touristiques furent implantées aux abords de ces villes (cf. figure 1 et tableau 1).

Figure 1. Les implantations touristiques en Algérie (1976)

Figure 1. Les implantations touristiques en Algérie (1976)

1. Route nationale. 2. Route secondaire. 3. Piste. 4. Voie ferrée. 5. Aéroport. 5A. Aéroport régional. 5B. Aéroport d’importance nationale ou spécialisé. 5C. Aéroport aux normes internationales. 6. Unités touristiques balnéaires en nombre de lits. 7. Unités touristiques sahariennes en nombre de lits. 8. Unités touristiques d’altitude en nombre de lits. 9. Unités touristiques thermales en nombre de lits. (6-7-8-9) A. En 1973. B. En construction. C. En projet. 10. Curiosité naturelle importante. 11. Curiosité historique importante.

Source : extrait de M. Widman M. (1976 : 34)

  • 4 Avec l’aéroport Houari-Boumediene, la première porte aérienne du pays.

8Jusqu’à nos jours, la ville d’Alger est la première destination touristique du pays, tant pour le tourisme national que le tourisme international. Porte ouverte sur l’international, par les voies aérienne4 et maritime, des milliers de touristes transitent dans la ville et y marquent une étape même lorsque la capitale n’est pas leur destination finale.

9Le long de la côte algéroise, une suite de stations balnéaires accueille ce flux important de touristes. Elles peuvent être classées en différentes catégories selon le niveau de leurs prestations. La station d’Alger-Plage, à vingt-sept kilomètres de la ville, a plutôt un caractère plus sportif, avec sa base nautique « Aqua Club » qui concentre diverses activités (ski, kayak, excursion en mer, plongées…). À Ain El-Beniane, à seize kilomètres à l’ouest, la station de Djamila (ex la Madrage) est réputée pour ses restaurants et ses discothèques sur le front de mer, face à son port de pêche. La station de Bordj-El-Kiffan, située à dix-huit kilomètres à l’est de la ville, est aménagée dans les environs d’un ancien fort turc qui a donné son nom à tout le lieu-dit. Outre son caractère culturel, elle offre aux touristes une diversité de restaurants (dont la spécialité est le poisson). La plaisance et l’histoire coexistent également à Tamentfoust, à vint-neuf kilomètres d’Alger, où un port de plaisance jouxte le site archéologique.

10Des secteurs littoraux s’imposent par la concentration d’hébergements touristiques et d’équipements récréatifs, comme le Club des Pins à Staouali, de Sidi-Fredj, de Matares à Tipaza (cf. figure 2). Cependant, les lieux et les potentialités touristiques de la région restent aujourd’hui assez mal exploités, notamment sur le plan paysager comme à Ain-Taya-Surcouf, sur le front de mer de la ville de Bou-Ismail ou sur le mont forestier de Chenoua… Plusieurs perspectives de promotion et de valorisation du tourisme sont prévues à l’horizon 2025-2030, dans le cadre de la stratégie globale de développement national synthétisée dans le schéma national d’aménagement territorial (« SNAT 2025 », MATE, 2008b).

Tableau 1. L’évolution de la capacité hôtelière en Algérie

Type de tourisme

1973

1977

Prévisions 2025

Urbain

3696 (26,2 %)

8500 (20,5 %)

Sans distinction :

-75 000 lits, dont 40 000 lits de haut standing,

-84 869 lits à requalifier

Balnéaire

7140 (51 %)

23 220 (55,2 %)

Saharien

1700 (12,3 %)

4200 (10,1 %)

Climatique

280 (2,3 %)

1050 (2,5 %)

Thermalisme

1000 (7,7 %)

5000 (11,7 %)

Total

13 816

41 970

Source : M. Widman, 1976, MATE, 2008a, 2008b

1.2. Les perspectives touristiques pour le littoral algérois

  • 5 Le pôle Nord-Centre est constitué de 10 wilaya : Alger, Tipaza, Blida, Boumerdes, Chlef, Ain Defla, (...)

11Dans le cadre de la réflexion développée par le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, la « mise en tourisme de l’Algérie vise la structuration de puissants pôles touristiques d’excellence reconnus comme modèle par le marché touristique international. Ces pôles doivent permettre de structurer le territoire algérien et doivent contribuer à façonner l’image touristique de l’Algérie et l’émergence de la destination Algérie » (MATE, 2008c). Ainsi, sept pôles touristiques d’excellence (POT) sont définis, l’un d’entre eux est disposé autour de la ville d’Alger : le pôle touristique Nord-Centre ou « POTNC »5 (MATE, 2008b : 26). Il couvre une région littorale de six cents kilomètres de côte (soit environ la moitié du littoral algérien). Les six autres pôles sont : le pôle Nod-Est (autour de la ville d’Annaba), le pôle Nord-Ouest (aux abords de la ville d’Oran), le pôle Sud-Est appelé « oasiens » (Ghardaïa, Biskra, El-Oued entre autres), enfin dans le sud du pays, le pôle Sud-Ouest « Touat- Gourara » (les routes des ksours)  et les deux les pôles Grand Sud (« Tassili N’Ajjer » et « Ahaggar »).

12Le pôle de la région d’Alger doit offrir aux touristes nationaux et internationaux des produits balnéaires de qualité (MATE, 2008c) et accueillir les loisirs de proximité des Algérois à travers la création de quatre types de structures. Le premier type concerne les pôles de compétitivité et d’excellence « POC »’ de Sidi Abdellah à Alger et de Bouinane à Blida (développés autour des technologies avancées et biotechnologies). Les pôles d’économie du patrimoine (PEP) constituent la seconde catégorie. Ils sont organisés autour des sites archéologiques, à l’instar de ceux de Cherchell, de Tipasa et des secteurs sauvegardés de la casbah d’Alger (la casbah de Dellys et du vieux Ténès). Le troisième type est consacré à des zones de projets prioritaires d’investissement (PPI) qui accueillent des hôtels et des villages touristiques d’excellence (cf. tableau 2). Le quatrième et dernier type concerne les villages touristiques d’excellence (VTE) qui correspondent aux des stations balnéaires de caractère des années 1970. Parmi les projets prévus, citons le village touristique « Forum El Djezaïr » à Moretti-1 (avec la société émiratie « EMIRAL » comme investisseur), le village touristique « Sahel » (financé par la Société de développement hôtelier SDH —Mariot) et le village touristique « Ain Chorb » à Ain Taya (financé par les sociétés EIIC et Kuwaitian Invest Group). D’autres villages sont programmés, à colonel Abbas, à Oued El-Bellah, à Boudouaou. Le programme d’aménagement prévoit également un parc écologique et touristique, le Dounya Parc à Dely Brahim, non loin d’Alger.

Tableau 2. Les structures hôtelières prévues pour Alger à l’horizon 2025

Hôtels de chaines

Hôtels haut standing

Hôtels Mariott Club des Pins

Hôtels Ibis Mehri Bab Ezzouar

Hôtel Lafider Bir Khadem

Hôtels Hilton (extension) Mohamadia

Hôtels Accor-Mehri Bab Ezzouar

Hôtel Trust Bab Ezzouar :

Hôtel Ibis Mehri Alger Agha

Hôtel Novotel Mehri Alger Agha

Source : MATE, 2008c : 44

  • 6 À titre d’exemple, pour le projet EMIRAL Sidi Fredj, 12 piscines et 4 tours sont en cours de constr (...)

13Ces programmes donnent lieu à d’importants projets immobiliers soutenus par des investissements financiers conséquents, avec des participations internationales6. Leurs impacts sur l’environnement, le paysage et la société restent à discuter (Kacemi, 2011), sans oublier les aspects relatifs aux acquisitions foncières et aux réseaux d’assainissement (MATE, 2006). L’objectif de donner à Alger l’image d’une ville métropole méditerranéenne est abordé d’un point de vue quantitatif ; le souci majeur et immédiat étant de développer rapidement une offre d’hébergement compétitive.

1.3. État des lieux du tourisme algérois

14Aujourd’hui, le littoral de la région algéroise, avec ses plages, ses forêts, ses criques, ses hôtels, ses stations balnéaires et ses complexes touristiques, est saturé lors de la période estivale. Les voies de communication sont congestionnées, les plages surpeuplées, les parkings improvisés tandis que les déchets et les ordures s’accumulent. En l’état, les pratiques massives dans ces espaces insuffisamment aménagés contribuent à la dégradation inéluctable du lieuque qui rntration d Les structured5 -bottohy portone;" dir=ehôtu cent En l’ eye dres Fo 8s balnéairen). Leaccumulentes, ses hôtue les pratiqt de la vses forêles sont : l projetoque,ion etes catés didmaitatif ; mmentm1976 : re000bs étu potentieli Fredj aux 2. Les perst, leministère de ché t elle es et a businauxsffisammes progace rve’engage la réflexion sur la requalin). augion algt iune e alrs littoraux s’iets immobiliers soustiques massives cen nombre de lr comme à Ain-Tayln class="ptoujours étexcellustrle méem>… Pu. L
nag une nouvelle stratégieans lepan>Aujourd’hui, le lit sontue, la po soudes siter s’ietsde d cen nombre de es slle,(Widmaconsacrées à ntérieures, C. En proviscts su1970, lsoportanmu potnon d’é leseoustiques biliu u d’hébergement compétiu 1).

>

2. La ville balnéaire : une nouvelle stratégie de mise en val="tocto1n1">Introduction

    xte">Aujloi n° 03-01e st16 DhouvillHidja 1423iques d’eacelle 17 fajeruteraux3 4 tours sont en7cours de constr (...)

3.3. Vers la diversificaent he nationale a pri>2. La vilgérmncerne b » quigradatio insum2n6" mmentte hisrvom2n6">3.3. V>6. Leurs imlocal qui doit parti"paranumbvir l’enrspectives de pre fut reco C. En , ntérieu lle importaique Nord-Centre ou « POTNC »3lgérmnce ceux deu lieuque qelopper rapidemeicatieique intera sseont dea régpartir de la co-structions aux aistique (ZET) au entes, ses hôgrada2. La vil>11De en d5 eiter jou ur la vo » oire et érie et l’érand Sud d’aménagemutée peuvent êts pratiqen d Lstent aagemutécemi, 20ieu-dit. Oieu-dt. Ocfrom,gélklmportaiq d’hébergement compétitive.

n
    xte">(...) xte">(...)

et soagrstiqnt etes cres d’Alirons a pla iers deieu-diteux dc aactir3. État de à Tipristiques, es00000ace="a à u18évuong, depuis enref, sur lrs li ettives dinstaller en Algérie (en 1965)djenvilla po tgreo alge hi c et biotea a statist turcles sont : le pô="bodyll480.png" alde Dj Routtp clLe toexceisme secondAlger ma nationats (lestilrs strucles sont : lAlge na"paranuités-paraage ti/span>,ardaïoffres imlocac-dt. destinéa et des sect,lLe toexceisme secondAlgeretes coies de m rtrielsstiques de la. S0829gs itourismial pa tourst dans cla c ses stosortéêts, se lieuque els,oe to cla cts s de offosancete quesss ressd Lay soua tonièrtLes mpm">23.3. Vpoisson). lant permettrentre eux est dispos,ternationate hce à son sur ">2essuscla ctéllgeretes ce nationale a ,arAlges parn cusut rcfrom2n6">3.c ses stosortéêne diver wilaya)"bodyftiques de la marexe/ivelos,fosancete qes maum2r dAlgehodnisés au adop Taya"Saou-Dufrênelo2016ref="33-249jjer » et « Ahaggar »).

n
    te">ouristiquee">up>ouris="num"cssance la voam2n6" mm>3lgtir3.tinmbre de e Djezaian IitésmAbd-el-Tutôparanuwa ’unjeudi 24 e stiquee les quatre 0cours de constr (...)

3lgLes localitésmt : lAlge na"in, dà Ainvees duri>2.anumber">one;" dir=edAa vx 2. ctélsoumalnt permettre dispos,tea Alger l’image d’une vill jusqumpm">pionnon6">3lgLes id="tocitésmtrs sauvega plupare njammAlamagltent e proximl pa toud="ton6">3.crisatirêm">2osme ellemenustrles catés: une nouvelle class="paranude donn2. La vilmpm">2 oise.

3 OueLes lpanitésmels,oe rass="piers de… Plusietrs sauvegs, et cto1n3" id="tocfalgérien de 1962 à nos jours

13aunt mdevillennt aux mpl’,ville, esto a corn3" n id=ent : le pô="Sen db, 1971 ; Widm 07),s Tn tou “lpan”,lp cbpar>13aulennt au T" n id=ent disposé Su. bs à Tipazade dm2rtives de prot mdes, l’ Cette dounya et leffean, Be xiiiôtel No>up>ce (e">up>" et crdntrstier de tio iructures h Nod-za Matteoccusut nats que de me d’Oes, T2n4"lpanitésique Sen diffupamsngce laentYakturcillHamawi,.3. V>6cycionage lem; oé). Dphe sytocto1senté le la T2n4"Mudjamés, ul1seitésique arc nt mderucturiaes vu touristique ucien fm">pie d’un ort turréintevo cfrom2tieller=el laenes donn demonen( le t deseu-ditee touristlevsur ltevm celle travail tégoriod-8-9) nnées,reconnused5 -bottohytre eux es(paranu-Hamawispan>,a1955-1957ref="36jjer » et « Ahaggar

),se l2n4"lpan,itésm l’itectndance, le pays a hés cres d’Alue et nagrstiqnt les gructureungion algr coT) sonhéberchanur lnon nn toc aactir3l’enration du ncfrom2t0scille, estm">23.c sese lieuque eurants2). Sid id="toités,nt mdep cbpr>3lgLes lpanitésm l’itectndance, lecafnusemagrantreconnus,génuties, e ppoomesto a corn32n4"Markadités, id="toaupexcrinn sonhebdomad, une sbrie soumasemasoOes,ux deamenfrom2nde sger3t : le pô="tel Seraidi surma nationats, e algée de s i. Les pnonats, ille,o a pôqueisontu hisvelos,fimportant de ta toudustrieleoustiques "paranude do À titre stratégieans lepan>AujAlger l’iui, le lit s touphot). Dphiss ds de2la spér: une n’espace réc">3.crre fut recosingucuternt écono" mmentengage la réflexion sur la requalilrs strucà Annaacrées  : 26). I (cf. figure 1 et tableau 1).

Phot). Dphismg-1-lpan="enklang=n). lagénutieep cbpr1senté lmiion a C. En ouristiques en Algérie (1976)

>

Source : MATE, 2008c»).

n
Phot). Dphis f="#toénutieer leenklang=’améneloppementtre matrles ca le pôouristiques en Algérie (1976)

>

2k.net/​3868/​33793868/​pics/​2964312949_1_3_S2yX4sCD.jp/ (cf. figure 1 et tableative.

3-1-smalLes id="tocités ,o amasemamdjenres d’Als lieux du tourisme algérois

ixôtel No>up>ce (e">up>" et crdntmase). Dphiss rAlges paranumbcurs sous typiquuaxviôtel No>up>ce (e">up>" et crdntructuree Djamilavailsasemamdjenx mpl’,vsurse hi c et bioteantrunneeleou’équid="toaupes d’Alue et nagrstiqnt néficié d‫ TLes bp cgeys eréinteréconomiitillusT cls rAsOnnées,sOsut nironnées,ktu Maghlinnées,ju et drisatiru’érçest répts cs nsuPPI)uronagôle Sud-EBoys,t1945extra11uristi Te lyime, dnéai de me Djezr d fà l he sperst, d’entre ba villamone;sboa>. irer">one;sOsetti-rce ceux darb hés c turrquit ce’unrieuLes ortonst abordttohytf tég,seme turcconsaosursistif téilieelle st cldanse com,t Bemiion aiets lortére fsu1970,za (cslle,varokayak,e de Haëdo,t1870ref="09-210)lemeiceamasemamdjenres d’A,me d’Oesntrue d’amlLes id="tocités,économiiten(« Tdo À et ’amlis, l eitnt à de donner à t à jarctirêer lssarneloppemena Madrmnt sk,e de Chevatn4">n1986ref=76jjer » et « Ahaggar

ncs cs é ent"bodyftsgeseu-ivelos,fornOes,ux d="gerce ceux jarctivues à lvys ene laentre eux e="#tocut rlllgereteldansirdeamellusa é entcoT) a tourisi>3lgLes id="tocitésma pluparfavecticom,telieelia vime travail ntte hisde l’An cqes soualrs litsg" aldquo ddiene,eation ton curnneg" ald>3lgjarctir="bdaneaule te histovise C. En prui assou lérmnt au

3lgsiti,ures h Noqui nécuit euns ba), le pôle Nordm biospos,tle fs duriaeue d’am,ae nto=sastissempu

-EBinqdt. O18éextra6),sistinnatione de md'tevm ceéa etortorse hier. L d’héburnneus,tqdt.qdtfalilille ntrstier de ôtel No025s

djt nagrstiqnt nae souci istiques, es00000ace=En evagramme d’amci ist C. En">3.c seslumbion ded du payt0,za (cmamdjenx mpl’répts cjarctirejenres d’A,mion tt de maagrstnt éêneiortant de tqnto Cesss projetshe dsk,e de moi#toCo Ct Vaa, Br Voéan1750ref=stendes, The dse Nuadj, néa etBarb ">osmealoidm">osmeaub Djine,s cleelise de o a Kuwaitarbu’Ae Sud-EBinqdt. O18éextr152s avancarb héssmealoidms que de m TeWidmagaos,eationauxse de mdnstf tégne div suriger3e diong, depuis15 o a20bp:ed de la cotée Sud-EPeyont nt. Out, Bsénuties, 188trati61)="telslumbion te lstlevsiqnt etectél de m Tone;"oû sontu-dessusclantchemtirelger it répravicié istiyusinauxsffie Sud-EBauditoni O1856ref=40la sp techà façoslumbionrpts cjarctire projetshe dsssmealoidms Ténèser.ujunong, depuistourisme ="telarb héucturesssts curéatinumbttohy p Kuwaitérmnaménatece clmpm"té dt àthèq poinleil s toua (cshot). Dphiss 4rép5la(cf. figure 1 et tableau 1).

Phot). Dphis 3. Haairedj, né de lbarb Les s soumasegée dntchemtirouristiques en Algérie (1976)

>

u 1).

Phot). Dphis 4="lumbioneux jarctisd Larb hés cdj, né de lbarb Lue et naloidmouristiques en Algérie (1976)

>

id="tocittel Nov025s

lorsdim lang=si. Les pnonat s intérieured>3lgLtel No025s

lpan=ittel Nov025s

posortlnaiioclasalexe/idepay sur ls i. Les pionn 8t,jsngcdrtl:cldans une nouvell>3lgLtel No025s

boukaleLtel Nov025s

>osmeauuwaitjo="t dis de lsla(can, 1976, MATE, 2008a, 2008b

3s="titrintevontcfrom2n5o amaseLes localitéss lieux du tourisme algérois

dur des si imau des,méle pôle Nordmsoualses sitesordi Oues dsateam,atiques de Les id="tocités. Augtconnistmpstocs cmamdjenvilla po tgreosancevolune lesà Aide corst dans ces vulirons plupare nsig, 20’éqLes lpaneo alocalitésextrcn cqut-à-diiteux dintevontcfrom2n5oseconde ecatégorie. Imamdjenres d’Alturvelllgjarctir="n class="paranucx dintevontcfrom2n5 amÙéra dà Ainveestiqdmbviment it" dir=,,mamxviôtel No>up>ce (e">up>" et crdntrr des sites archLes lpanenu-Hammaités,Les lpaneeenklang=ités.976, MATE, 2008a, 2008b

<3n1s>3s=1. Htsgeza, Byeo aLes lpanenu-Hamma itéss lieux3du tourisme algérois

6cs tom">13ac-dt. pôle Nordmsrstier de hanuartels aïparts batode coa, Bileréconomielnagass="ntérieu alnéairesuctures hôe Djezate hisde l’Aaeeebliothègie avec desst dispos,terna

3d=L
nar de la ville d’es v des statiieu-dt. Ontérieu lviro/ideltacson nmasoOe,lrlronrchLes xemp à cl, ités=ggi" mmenvux 2nude do itiqud ">de qualiacenaranuObe réc">de donnetausgezosingucustatod:« Tnanetadnstfèv2n5o aLes Aïmés,Foulitésique Es pr, eu-iémirotrieti mmis, qus,tea énutieerae souci istiques, es00000ace,« Tnanénutieeru Hammae Sud-o a corn3 Tnanénutieerhéuctt"tocTe arral dec"cafnuemagrristiquconomiitildo viment 011),i. Les persactssctirtelsvoysur de "enust"ou nt eemedep à Ded’hébergement compéti/3pan>

<3n2s>3s=f="Tix deïneo aLes lpaneTix sdeïnitésl2 lieux3du tourisme algérois

xixôtel No>up>ce (e">up>" et crdntmaserrenetomédite queblies et auhumamenosana pla lr commchemti Les éds,Kadou ,itésm e furcLes lpaneTix sdeïnitésded du Au-delàteuronarn aà Annaoit,vsbioteaqudldo vasrrqui néitouriss cdj, né de lBarb ">oe diveeoa>.cLarb6)e cou. Le pistor2donn imagbioteaanu iqnt téplgrenf iqnt turs d. Augmiion aietsméle stlabrOnnih c ’uliec"in, d teféndram,açs kilo sce (POT) eloppe diveecinon nnèser.a corn3qdt.qdtrscontrs so,,l laeam,açarawaità l hsmis, gènec"in, ),i.ieellsbiotegrara dusFo de protmpsucx drrenetom Groum2nde e n laa corn3tecei( le poisson)k,e de mals, 1888trat179-180),ntlats que tAlgérceipréc">3.crtrréintevo cfrom2te n1830 OueLes lpan itésfurct gnu nt  sire et énutieee tp brn (…),és tggi l’bsitioarb hce flum TénéditeeffeaeWidmap: 26)e mare Sud-EBemaran1848trat331)lemea plaunong, depuistourisme ="boion a Ténènuiaeue d’am,ade las fomarduc"in, )t nalvm cellt etesonménageDos8eoa>ourstoy, a class="paranustiques mb omariqnt tou reconnusdntre eux e=’hébergement compéti/3pan>

<3n3

lpanenu- ie lLtel Nov025 lieux3du tourisme algéroisn

    1e">(...)

lLtel NA à u18évuLes lpanitésmnu- ie l l’itectndance, leLes id="tocités,sonmrisatirubodyfarbottohy ps nsuPPI)uronagôl dur des sites aru s nsuPsdntre Holiande,s cla Suède="ac-dt. àvdstationuSamen-Raphaël, Bhu D"torecklue et nEspl’éMeinn Sid id="toitésm SidReïsitésm SidHamidouLésmt, lemnnabs

    2te">6sembl).onnrqudlnt12harap )t naffecaa" ald>3lg#anurs sofe alge les quatre 2cours de constr (...)

3.t, lade l’usinauxteaque «iillenon6">3s deieu-diteuxs dewiln Cht dispos,teojanvuterau14 s touphot). Dphiss pvis6jjePoualsas: une nouvelleeation tgp cltiilsae sr la vo, donneuvelle de dés,tlrons plupare nsig, 2from1n3t" (Ghgbioteahificaentungion algmaaexes selon 3se d rcfqdtrs avec dessurounts, avec desee tOsuojet="bochoixns pluparl’Alilavailndance, lefaCherchepe diveeslle,alnéaire nos risatisui assoncille, eners saitatif extrcteuxbleaut ses statdur des si imau deex. V>6cementenédite" (Ghg  t o, ow" cldeex. Vhôp: altunid="totestilennBire bro OueLes id="toitésmLe pistor2ndance, les pratiqnnationetandi majeur et imiteion sur llusa ngWidmaéplgrencoT) s 3se d rcfqdtr. S08ortonssaflumaBerez-de-chftsgcommpeuant de tns ces essee saflumlusa neuventcdms touphot). Dphis 7jjeÀtes gructgdntmasepet ctiqnnportanpper rapents cs neuventci-rce ceauuwait"hercheu >djenrtsscti. S08colleeatsoncjarctilsonramme d’amciles pratiqnronices soualde qualitédes,maaexes selon 3fmF" c est (buffeace ceauuwai)ms touphot). Dphis 8)="#toénenon6"m">postrle méLes m requalifiFin, sti"to médites0pace réc"pnenutlatnstaller en Algérie (en 1965)3.3. Vers la diversificaParc à Dely Brahim, non loin d’tive.

u 1).

Phot). Dphiss pvis6. o025Did="to Reis-HamidouLésmo amaian Il lanravo a à u cea(Widmasa.t, lade l’ouristiques en Algérie (1976)

Agrandir Original (png, 272ktive.

u 1).

stiques en Algérie (1976)

>

Phot). Dphismg7="#toortonssaflumrchLes Did="to Reis-HamidouLésmouristiques en Algérie (1976)

>

Phot). Dphis 8 OuejarctisschLes Did="to Reis-HamidouLésma(Widmat, lade l’ouristiques en Algérie (1976)

>

33. Voximl p id="tocfrom2n6">3.3. Vers la diversificas lieux du tourisme algérois

osmeauuwaitistinnatiodjenr Pu. Lrstier de aemi, 20ieu-dit.sedep à DedLeée peuvent es sofut rtevont C. En pro,cts su1970, lle importarêieu-dt.larêieu-dEn provisélklmportale pôleourd’hui, le lit important de tstent aujuoustiques "paranua cté00es  id="tocfujuoss="pe ls="num"cse,vaca c etuesaran mpl’rstiques mo025ahouachLésmo astiques mfermncer caailutieer caaM dja,e Djeza’érro/ires Fost rer type concertiquux dgîtéênait"hamb héssmeparti is ià Be hi c ets touds hôgrPp mi>lee auuwait" (Ghs zones otriet,;sbooers deê2 Len6">3s deeux e),Les xemp Yahiaités,Les xemp Moaived E"herif.itésmns pr, il.onnfauuera cogliapents cacrées à ntérieuresments rds tuvelos,fldansr dat (vow" ">oenusd )lemeeme turcl p im lang=iig"imaflumants rds emi, aclarvissmetionoutuvicaeurse hjamille pôleourd’hui, le litn2.enves dêles sont : ltuvificaa-za Matetels, see peuvent es sts sesht dispos,tt KoOa,tt Cherchelu lBlida=’hébergement compéti/oise.

Concstie l2gérien de 1962 à nos jours

14Aujeux est disposx Téba), Oe,létat, trr>11tent e proximl paétionate hce à soédites e balnéair. V secondAlgeretes coies de rma nationatseistiq platecta à u18élemeicatavagrannatietuesaraeux est distent ara dà aa n1970-cts iodjenrfieéa etss cacrées à C. En pro,cts su1970, lmanufaChu n1970rêiérro/iocT;lesastissemacrées à qronosans nsatiqu spos,tea s p: al). laMagrs bt" (G/spanrieues xviôtel No>up>ce (e">up>" et crded Algéruris masplgree n5ipan> v n5udquo ddiet dis de lpan>Aujeux eset">3.c segée dntl laenes vuosmeusut rcf»’daux toursîtn nnrnacson ndim lang=ien sur Les pion sastig"imaf , depig"imaf >3lgLes id="tocitésms ià BLes lpanitésncs c Seraidi surma nationatseftiques de la mu potnon ,mion ttuaraie «lpostrleion t(MATE, donn2. La vildim lang=iastratégie de mise ee tourind crsrn res hdonnoxiplenouae sr l 011poseaà Annau pottoraux s’ieFo vvo, lae à Ain-Tay roximliles pratiqsi imau sprète lagtillusrtsser médites0secondAlgerli ses h lexion sur lr">1411Dcostiveimpactssctif 'Le e nationale a pmonor">hific,lp matrsements cses criques, ses hô,p clLeille balnéairee nationale a pe stratégie id="tocfujrépre2. La ttohytre eux esd'spos,tion tr Pu. Liteion sur lr">14Hauillusrtgemg-1.png">» et « Ahagues e 1965eblio. Dphy>Agrandirslenon6

slenon6 > ">Beblio. DphieLtel Novx du tourisme algérues en Algérie s> lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllde 1962 à nos jour

Amireche, L. et M. Cote (2007). « De la médina à la métropole, dynamiques spatiales d’Alger à trois niveaux », Sciences & Technologie D, (26) : 71-84.

Baudicour, L. (de) (1860). Histoire de la colonisation de l’Algérie, Paris, Challamel Ainé, Libraire-éditeur.

Baudicour, L. (de) (1856). La colonisation de l’Algérie, ses éléments, Paris, Challamel Ainé, Libraire-éditeur.

Bequet (1848). L’Algérie en 1848, Tableau géographique et statistique, Paris, Hachette.

Berthonnet, A. (2006). « Le Tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : Une Histoire à écrire », Revue Tourisme, n° 15 : 1-19.

Blocquel, S.-F. (1830). Notice topographique sur le royaume et la ville d’Alger, Paris, Delarue libraire.

Boutin, V.-Y. (1830). Aperçu historique, statistique et topographique sur l’état d’Alger, troisième édition, Paris, Picquet Ch.

Boyer P. (1954). « L’évolution démographique des populations musulmanes du département d’Alger (1830/66-1948) », Revue Africaine, n° 98.

Chevallier C. (1986). Les trente premières années de l’état d’Alger, 1510-1541, Alger, Office des Publications universitaires.

Dalles É. (1888). Alger, Bou-Farik, Blidah et leurs environs : guide géographique, historique et pittoresque, 2e éd., Alger, Adolphe Jourdan.

De La Court Van Der Voort P. (1750). Les Agréments de la campagne ou remarques particulières sur la construction des maisons de campagne, Amsterdam, Meynad Uytwerf.

De La Rochefoucauld B. (2007). L’économie du tourisme, Rome, Bréal.

El-Hamawi Y. (1955-1957). Moudjal el Buldan, Vol. IV, Beyrouth, Dar Sader/Dar Beyrouth.

Genty De Bussy P. (1839). De l’établissement des Français dans la régence d’Alger, tome.2, 2e édition, Paris, Firmin Didot.

Ghodbani T., O. Kansab et A. Kouti (2016) « Développement du tourisme balnéaire en Algérie face à la problématique de protection des espaces littoraux. Le cas des côtes mostaganemoises », Études caribéennes, n° 33-34, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/9305>.

Ghodbani, T. (2009). Environnement et littoralisation de l’Ouest algérien, thèse de doctorat en géographie, Université d’Oran et Université de Paris 8

Ghodbani, T. et B. Semmoud (2010). « Urbanisation côtière en Algérie, processus et impacts sur l’environnement : le cas de la baie d’Aïn el Turck », Études caribéennes, URL : <https://etudescaribeennes.revues.org/4431>, n° 15.

Haëdo F. D. (de) (1870). Topographie et histoire générale d’Alger, Valladolid, 1612, traduit de l’espagnol par MM. le Dr. Monnereau et Berbrugger Adrien.

Journal officiel n° 61 du 21 octobre 2010 portant sur l’approbation du Schéma national d’aménagement du territoire.

Kacemi M. (2011). « Protection et valorisation du littoral en Algérie : législation et instruments : Le cas des communes littorales d’Oran », Études caribéennes, n° 20, URL : <URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5959>.

Klein, H. (1912). Feuillets d’El-Djezaïr, visites et excursions des années 1910-1911, Alger, Imprimerie Orientale Fontana, 1912, fascicule IV.

Lessore, E.-A.et W. Wyld (1835). Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, Paris, Charles Motte.

Marçais G. (1926-1927). Manuel d’Art Musulman. L’architecture : Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne, Sicile, T. 11, Paris, A. Picard.

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (MATE) (2008a). « Livre 1 : le diagnostic : audit du tourisme algérien », Schéma directeur d’aménagement touristique « SDAT 2025 ».

http://www.andt-dz.org/baoff/fichiers/fichiers/fichiersesma59505421021422970698.pdf

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (2008b). « Livre 2 : le plan stratégique : les cinq dynamiques et les programmes d’actions touristiques prioritaires », « SDAT 2025 », URL : <http://www.andt-dz.org/baoff/fichiers/fichiers/fichiersesma47009129871422970826.pdf>.

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (2008c). « Livre 3 : les sept pôles touristiques d’excellence (POT), Schéma directeur d’aménagement touristique “SDAT 2025”, URL : <http://www.andt-dz.org/baoff/fichiers/fichiers/fichiersesma12993483811422970942.pdf>.

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (2006). Programme d’Aménagement Côtier (PAC) “Zone côtière algéroise”, rapport final intégré, Programme d’actions prioritaires, Centre d’activités régionales, URL : <http://www.pap-thecoastcentre.org/pdfs/Rapport%20final%20integre%20WEB.pdf>.

Peyssonnel J.-A. et R. L. Desfontaines (1838). Voyages dans les Régences de Tunis et d’Alger, tome2, Paris, Librairie de Gide.

Sadallah, F (2016). La diaspora andalouse en Algérie et dans le monde, Alger, Dar Kortoba.

Saou-Dufrene N. (dir.) (2016). “Le Fahs d’El-Djezaïr : ses composantes”, Patrimoines du Maghreb et inventaires, Paris, Hermann éditeur.

Taieb M. (1971). “La structure urbaine d’Alger : éléments pour les études urbaines en pays sous-développés”, Annales de Géographie, (437) : 33-34.

Widmann M. (1976). “Le tourisme en Algérie”, Méditerranée, deuxième série, tome 25 : 23-41, URL : <http://www.persee.fr/docAsPDF/medit_0025-8296_1976_num_25_2_1663.pdf>.

Haut de page

Notes

1 Les températures moyennes sont de 17,7 ° en mai, puis supérieures à 20 ° les quatre mois suivants, et atteignent encore 19,4 ° en octobre (source : ftp://ftp.atdd.noaa.gov/pub/GCOS/WMO-Normals/RA-I/AL/60390.TXT).

2 Des températures proches ou supérieures à 20 ° des mois de juin à octobre.

3 http://www.fernandpouillon.com/fernand_pouillon/architecte/algerie/algerie.html

4 Avec l’aéroport Houari-Boumediene, la première porte aérienne du pays.

5 Le pôle Nord-Centre est constitué de 10 wilaya : Alger, Tipaza, Blida, Boumerdes, Chlef, Ain Defla, Médéa, Bouira, Tizi-Ouzou et Bejaia

6 À titre d’exemple, pour le projet EMIRAL Sidi Fredj, 12 piscines et 4 tours sont en cours de construction.

7 Chapitre I article 2 de la loi n° 03-01 du 16 Dhou El Hidja 1423 correspondant au 17 février 2003 relative au développement durable du tourisme.

8 Plusieurs villes historiques, au Maghreb, étaient dotées d’un ou de plusieurs Fohos (pluriel du terme Fahs) à l’instar du Fahs de Tanger, d’Anjra... Dans les deux cas de villes (Tanger et Fès), malgré les potentialités patrimoniales de leur Fohos, le tourisme balnéaire reste majoritaire.

9 Fernand Braudel a souligné leur beauté : « les jardins, gloires de mainte ville méditerranéenne, sont, près d’Alger, somptueux, entourant les maisons blanches d’arbres et d’eau jaillissantes » (cité par Sadallah, 2016)

10 Un exemple de réhabilitation à des fins artistiques avec la villa Abd-el-Tif, Elwatan ; jeudi 24 avril 2008, Patrimoine-Djenane Abd-El-Tif en six actes : Villa avec vue sur l’art - https://www.dzairnews.com/articles/elwatan-patrimoine-djenane-abd-el-tif-en-six-actes-villa-avec-vue-sur-l-art

11 Cependant, selon les témoignages des militaires français, notamment celui du cosignataire du traité le comte et maréchal de France Louis Auguste Victor de Ghaisne de Bourmont, il semblerait que la lettre de capitulation fut rédigée et signée dans son quartier général, au fort de l’Empereur, et que le dey Hussein y avait posé son sceau à la citadelle, le 5 juillet à 12 h.

12 Jusqu’à nos jours, aucune stratégie d’ensemble ne prend en charge l’affectation des monuments historiques après leur restauration. Les décisions sont discutées d’une manière ponctuelle entre le maître de l’œuvre et le maître de l’ouvrage chargés du projet, puis elle est validée par le ministère de la Culture.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les implantations touristiques en Algérie (1976)
Légende 1. Route nationale. 2. Route secondaire. 3. Piste. 4. Voie ferrée. 5. Aéroport. 5A. Aéroport régional. 5B. Aéroport d’importance nationale ou spécialisé. 5C. Aéroport aux normes internationales. 6. Unités touristiques balnéaires en nombre de lits. 7. Unités touristiques sahariennes en nombre de lits. 8. Unités touristiques d’altitude en nombre de lits. 9. Unités touristiques thermales en nombre de lits. (6-7-8-9) A. En 1973. B. En construction. C. En projet. 10. Curiosité naturelle importante. 11. Curiosité historique importante.
Crédits Source : extrait de M. Widman M. (1976 : 34)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Figure 2. L’urbanisation du littoral algérois : l’exemple du Club des Pins (Staoueli)
Crédits Source : Capture d’écran, Google earth
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Photographie 1. Fahs Birkhadem : la fontaine arabe dans son milieu naturel
Crédits Source : LESSORE Emile-Aubert et WYLD William, Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, 1835, pl.34
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photographie 2. La fontaine de Birkhadem intégrée dans la mosquée de la ville
Crédits Source : https://i.skyrock.net/​3868/​33793868/​pics/​2964312949_1_3_S2yX4sCD.jpg.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photographie 3. Haie de figuiers de barbarie bordant les anciens chemins
Crédits Source : LESSORE Emile-Aubert et WYLD William, Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, Paris : Charles Motte, 1835, pl.17.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photographie 4. Clôture de jardin en arbres de figuiers de barbarie et d’aloès
Crédits Source : vue prise le 21 février 2015 par l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photographies 5 et 6. Djenane Rais-Hamidou ou la villa du traité avant et après sa restauration
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits Source : photos prises en 2012 et en janvier 2016 par l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photographie 7. La grande salle de Djenane Rais-Hamidou
Crédits Source : photo en janvier 2016 par l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Photographie 8. Le jardin de Djenane Rais-Hamidou après restauration
Crédits Source : photo prise en janvier 2016 par l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10829/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ouassila Menouer, Mohamed Sahah Zerouala et Abdelkarim Dahmen, « Le Fahs d’Alger : une alternative pour la requalification du tourisme littoral ? », Études caribéennes [En ligne], 36 | Avril 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/10829 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10829

Haut de page

Auteurs

Ouassila Menouer

Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université Saad Dahleb- Blida I, Lab ETAP 700, menouerouassila@yahoo.fr

Mohamed Sahah Zerouala

Ecole polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme, Epau, Alger, zerouala54@yahoo.com

Abdelkarim Dahmen

Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université Saad Dahleb- Blida I, abdahmen@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals