Navigation – Plan du site
Problématiques environnementales africaines

Analyse de la répartition spatiale des incendies de forêt en fonction des facteurs anthropiques, écologiques et biophysiques. Le cas de la forêt de la Mâamora (Maroc septentrional)

Analysis of the spatial distribution of forest fires based human factors, environmental and biophysical. Case study of Mâamora’s Forest (Septentrional-Morocco)
Khalid Cherki

Résumés

L’incendie de forêt reste incontestablement un des facteurs de dégradation les plus dévastateurs dans le bassin méditerranéen, lequel est caractérisé par une végétation très inflammable et des conditions climatiques chaudes et sèches. Le Maroc, pays du pourtour méditerranéen, n’est pas épargné par ce fléau, avec 3000 ha de forêts qui partent annuellement en fumée ; cette situation est aggravée par les difficultés de régénération et de restauration des espaces, marqués par une vulnérabilité naturelle telle que celle de la Mâamora. Pour répondre à cela, la conception d’un plan d’aménagement anti-feux visant à conférer à la forêt de la Mâamora une immunité élevée contre les incendies, nécessite non seulement une connaissance approfondie du milieu, mais aussi une analyse appropriée du phénomène « incendie ». La présente étude qui se penche sur le diagnostic et l’analyse des incendies survenus en Mâamora, a permis de constater que les zones d’interface homme-forêt (routes, douars, etc.) n’ont pas d’influence sur l’occurrence des incendies. Il ressort également que l’activité pastorale, pratiquée d’une certaine façon, pourrait jouer un rôle important dans la diminution des risques d’incendie. En outre l’étude révèle que la charge du combustible représente le facteur prépondérant qui régit à la fois l’éclosion des incendies et leur propagation, cette charge étant étroitement liée à la qualité de la station (sol et pluviométrie).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La forêt de la Mâamora présente indéniablement une richesse naturelle précieuse, vue son importance écologique (subéraie sur sable, « poumon » de la métropole de Rabat…) et socio-économique (production de liège, parcours…). Le domaine forestier de la Mâamora, recouvert de peuplements naturels de chêne-liège, de matorrals et de peuplements artificiels (Eucalyptus, Acacia et pins) en mosaïque avec des terrains vides, est considéré comme étant la subéraie la plus étendue du monde (Natividade, 1956). Mais il est vrai que cet espace forestier subit aujourd’hui une pression intense, mettant en cause sa durabilité. De ce fait, l’avenir de cette forêt est tributaire de la prise en compte de tous les facteurs de dégradation qui agissent parfois en synergie. Outre la pression anthropozoogène exercée sur cette forêt, et les conditions écologiques globalement marginales, l’incendie constitue un facteur majeur de dégradation. La gravité de ce phénomène réside dans le fait qu’un seul incendie peut anéantir les efforts de plusieurs décennies.

2En matière de prévention contre les risques d’incendies de forêts, un effort louable a été fourni par le HCEFLCD pour endiguer les menaces de ce fléau, à travers la mise en place d’un réseau de coupures de combustible et aussi la construction de tours de guets et les citernes d’approvisionnement en eau, sans oublier les travaux de sylviculture préventifs et les actions d’information et de sensibilisation du grand public.

3L’objectif principal de cette analyse est d’expliquer la répartition spatiale des incendies de forêt dans la Mâamora en fonction de plusieurs facteurs à savoir : les zones d’interfaces homme-forêt, la nature du combustible, la topographie, l’activité humaine et les conditions écologiques du milieu. Ceci permettra de déceler les éventuelles interactions possibles entre la fréquence des incendies et les facteurs précités. Les données des incendies survenus dans la zone durant la période [1997-2010] constituent la base de cette analyse.

1. La zone d’étude

4La forêt de la Maâmora s’étend sur une superficie de 133 500 ha dont 64 000 ha de chêne-liège. Elle occupe une place privilégiée en raison des rôles qu’elle joue sur les plans environnemental, économique et social.

Figure 1. La situation géographique de la forêt de la Maâmora

Figure 1. La situation géographique de la forêt de la Maâmora

2. La présentation des données

5Durant la période [1997-2010] 232 incendies ont été déclarés au niveau de la forêt de la Mâamora endommageant ainsi une superficie de 1118,5 ha ; soit une moyenne de 4,8 ha par incendie.

2.1. L’évolution annuelle

Figure 2. Évolution des incendies de forêts au niveau de la forêt de la Maâmora

Figure 2. Évolution des incendies de forêts au niveau de la forêt de la Maâmora

Le graphique (ci-dessus, Figure 2) fait état de l’évolution annuelle des incendies dans la Maâmora, il en ressort une variabilité interannuelle aussi bien en termes de nombre qu’en termes de superficies touchées, avec une augmentation en flèche durant la période [2003-2005].

2.2. La répartition des incendies par classe de superficie

Tableau 1. Répartition des incendies par classe de superficie

Classe de superficie (ha)

Superficie touchée (ha)

%

sup

Nombre d’incendies

%

Nbr

[0-5]

173,41

15,50

193

83,19

[5-10]

122,64

10,96

17

7,33

[10-20]

95,36

8,53

7

3,02

[20-50]

355,74

31,81

10

4,31

[50-100]

371,33

33,20

5

2,16

Total

1118,48

100

232

100

Figure 3. Répartition des incendies par classes de superficies

Figure 3. Répartition des incendies par classes de superficies

Du graphique (ci-dessus, Figure n° 3) il ressort que plus de 80% de départs de feu ne dépassent pas une superficie de 5ha, alors que les incendies de plus de 50 ha ne représentent que 2%.

2.3. La spatialisation des incendies

Figure 4. La localisation spatiale des incendies dans la forêt de la Mâamora

Figure 4. La localisation spatiale des incendies dans la forêt de la Mâamora

La carte (ci-dessus, Figure n° 4) permet de constater que les départs de feu sont répartis presque partout dans la forêt de la Maâmora avec une concentration dans certaines zones. Ceci nous induit à l’analyse de cette répartition spatiale en vue d’en dégager les éventuelles explications.

3. L’analyse des données

6Dans un premier temps, le travail consiste à comprendre la répartition spatiale des incendies en relation avec les zones d’habitations et d’infrastructures humaines limitrophes à la forêt (Douars, routes). L’idée étant de voir comment évolue le nombre d’incendies selon l’éloignement ou le rapprochement des zones d’interface.

3.1. Douars (les zones d’habitation)

7Les statistiques disponibles ont montré que 67 douars sont localisés à l’intérieur et à la périphérie de la Mâamora (HCEFLCD, 2011). Pour étudier l’évolution du nombre d’incendies en fonction de la proximité des douars, une carte des zones tampons à pas de 100 m autour des douars a été crée à l’aide du SIG, puis nous avons déterminé pour chacune de ces zones le nombre d’incendies rapporté à la superficie boisée de chaque zone.

Figure 5. Carte des zones d’habitation limitrophes de la forêt de la Mâamora

Figure 5. Carte des zones d’habitation limitrophes de la forêt de la Mâamora

Les résultats de cette analyse sont synthétisés dans le tableau n° 2.

Tableau.2 : Répartition des incendies de forêt en fonction de la proximité aux zones d’habitation

Classe de distance

Sup boisée(ha)

Nombre d’incendies

NBR incendie

Par 100 km2

[0 – 100]

666

1

15

[100 _ 200]

854

0

0

[200 - 300]

1033

0

0

[300 – 400]

1230

2

16

[400 - 500]

1450

3

21

[500 – 600]

1668

4

24

[600 - 700]

1849

1

5

[700 - 800]

2007

2

10

[800 - 900]

2165

3

14

[900 - 1000]

2305

4

17

[1000- 1100]

2419

5

21

[1100 - 1200]

2509

4

16

[1200 – 1300]

2625

2

8

[1300 – 1400]

2733

3

11

[1400 – 1500]

2837

3

11

Figure 6. Distribution du nombre d’incendies en fonction de la proximité aux zones d’habitation

Figure 6. Distribution du nombre d’incendies en fonction de la proximité aux zones d’habitation

8L’équation de régression (Figure n° 6) qui explique l’évolution du nombre d’incendies en fonction de la proximité aux douars présente la forme suivante :

9Y=0.002 X + 10.64 avec un coefficient de détermination qui vaut 2%, ce résultat permet de déduire que la proximité aux zones d’habitations en contact avec la forêt n’a pas d’influence sur l’occurrence des départs de feu.

3.2. Le réseau routier

10La forêt de la Mâamora est desservie par un réseau de routes et de pistes avoisinant les 830 km, soit une densité de 6,3 m par hectare. Ce réseau joue non seulement un rôle de premier ordre dans la gestion de ce massif, mais il rend aussi très facile l’accès à la forêt ainsi que sa fréquentation par les visiteurs, et par conséquent augmente et accroit les risques de déclenchement du feu par négligence. En vue d’étudier cette hypothèse une carte des zones tampons à pas de 20 m autour des voies d’accès a été crée moyennant le SIG, et par un simple croisement avec les points d’éclosion nous avons déterminé le nombre d’incendies inclus dans ces zones tout en tenant compte de la superficie boisée de chaque zone.

Figure 7. Carte des voies d’accès desservant la forêt de la Maâmora

Figure 7. Carte des voies d’accès desservant la forêt de la Maâmora

Les résultats sont résumés dans le graphique ci-après (Figure n° 8):

Figure 8. Distribution du nombre d’incendies en fonction de la proximité aux voies d’accès

Figure 8. Distribution du nombre d’incendies en fonction de la proximité aux voies d’accès

11L’équation de régression qui explique l’évolution du nombre d’incendies en fonction de l’éloignement des voies d’accès a la forme suivante :

12Y=0.054 X + 4.4 avec un coefficient de détermination proche de 0,6%, ceci permet de montrer que les abords des voies d’accès en Mâamora ne constituent pas des secteurs privilégiés par les départs de feu.

3.3. Les groupements végétaux

13L’étude menée par Aafi en 2007 a mis en exergue la présence de 9 groupements végétaux dans la forêt de la Maâmora.

Figure 9. Les groupements végétaux de la forêt de la Maâmora (Aafi, 2007)

Figure 9. Les groupements végétaux de la forêt de la Maâmora (Aafi, 2007)

14Pour comprendre comment sont répartis les départs de feux entre les groupements végétaux, une jointure spatiale a été créée à l’aide du SIG en vue d’attribuer à chaque incendie le groupement végétal dans lequel il s’est développé, un test khi-deux a été ensuite effectué afin d’évaluer le degré de dépendance entre la fréquence des incendies et la nature de la végétation, le tableau n° 3 résume les résultats obtenus.

Tableau 3. Distribution des incendies de forêt par rapport aux groupements végétaux

Groupements

Végétaux

occupés

Nbr Incendies

Sup Incendiée

(ha)

A (%)

Nbr

B (%)

(ha)

C(%)

Chamaerops

27 240

22

15

9

94

12

Cistus

3 842

3

7

4

17

2

Feuillus

44 123

36

68

42

246

33

Halimium

3 674

3

2

1

3

0

Malcolmia

6 086

5

10

6

96

13

Résineux

7 063

6

11

7

30

4

Teline

4 158

3

5

3

159

21

Thymelea

25 414

21

44

27

109

14

Total

1 121 599

100

162

100

753

100

15différence observée entre les deux colonnes A et B (valeurs attendues et valeurs réelles en termes de départs de feux) donne une valeur de Khi2 de 19,7 ; or pour le seuil critique de 0,05 Khi2 prend une valeur de 14, ceci dit qu’il y a une différence significative au seuil de 5% (0,05), ce qui nous permet de conclure que la répartition des départs de feux n’est pas aléatoire vis-à-vis des groupements végétaux. Le rapport entre le nombre d’incendies et la superficie de chaque groupement végétal fait ressortir que les feuillus, les sous-bois à base de Cistus.sp et de Thymelea.sp sont les plus touchés par les incendies.

3.4. La topographie

16À partir du modèle numérique de terrain, la carte des pentes a été dérivée en utilisant le SIG. La carte obtenue a été ensuite convertie en format vecteur afin d’effectuer une jointure spatiale avec les points d’éclosions pour attribuer à chaque départ de feu la valeur de la pente qui lui correspond.

Figure 10. Les classes de pentes de la forêt de la Maâmora

Figure 10. Les classes de pentes de la forêt de la Maâmora

Tableau 4. Répartition des incendies de forêt en fonction des classes de pentes

Classe de pente (en %)

Sup occupée

Nbr d’incendies

Sup Incendiée

en (ha)

%

unité

%

en (ha)

%

[0 - 2]

77 699

56

133

66

688

72

[2 -4]

35 247

25

45

22

219

23

[4 -7]

18 773

14

15

7

30

3

[7 -10]

5286

4

7

3

7

1

[10– 25]

1935

1

2

1

7

1

Total

138 940

1100

2202

100

951

100

17L’application du test Khi-deux pour évaluer la différence entre le nombre d’incendies réel et celui attendu par rapport aux classes de pentes, a révélé que nous avons une différence significative au seuil de 5%, ce qui laisse dire que certaines classes de pentes sont sujettes à une forte pression d’incendies par rapport à d’autres. Dans notre cas il s’agit bien des classes [0-2] et [7-10]

3.5. Le sol

18Les principaux types de sols qui prédominent dans la forêt de la Mâamora sont essentiellement du type sable sur argile (Lepoutre, 1965). Leur différenciation repose essentiellement sur trois critères à savoir :

  • L’épaisseur des sables qui couvrent l’argile ;

  • La nature des sables ;

  • La transition plus au moins brutale des sables à l’argile en profondeur.

19Les sols de la Maâmora présentent une uniformité des conditions édaphiques, caractérisées par une couche sableuse plus ou moins profonde, reposant sur un plancher argileux à pente variable, les deux paramètres édaphiques (profondeur de la couche des sables et la pente du plancher argileux) influencent le bilan hydrique et par conséquent l’état des peuplements forestiers et leur régénération. Les données de la profondeur du sable et la pente du plancher argileux ont été fournies par la direction régionale des eaux et forêts et de la Lutte contre la Désertification de Rabat-Salé-Zemmour-Zair.

3.5.1. La profondeur du sable

Figure 11. Les profondeurs de sable (cm)

Figure 11. Les profondeurs de sable (cm)

Tableau 5. Répartition des incendies de forêt en fonction des classes de profondeurs du sable

Classe de profondeur du sable (cm)

Surface occupée

Nbr Incendies

Sup Incendiée

(ha)

A (%)

Nbr

B(%)

(ha)

C(%)

[0 - 10]

1

0

0

0

0

0

[10 - 20]

1292

1

3

2

35

4

[20 - 50]

9380

7

14

8

27

3

[50 - 100]

28 547

21

27

16

151

17

[100 - 150]

52 141

38

58

33

364

42

[150 - 200]

33 890

24

49

28

252

29

[200 - 250]

13 458

10

23

13

45

5

[250 - 310]

1

0

0

0

0

0

Total

138 711

100

174

100

874

100

20Le test khi-deux appliqué sur la profondeur du sable et la fréquence des incendies rejette leur indépendance, on note une concentration des départs de feux dans les zones ayant une profondeur moyenne (10 à 50 cm).

3.5.2. Les pentes du plancher argileux

Figure 12. Carte des pentes du plancher argileux

Figure 12. Carte des pentes du plancher argileux

Tableau 6. Répartition des incendies de forêt par classes de pentes du plancher argileux

Classe d’orientement du plancher argileux (degré)

Surface occupée

Nbr Incendies

Sup Incendiée

(ha)

A (%)

Nbr

B(%)

(ha)

C(%)

[0 - 5]

84 753

61

104

60

581

66

[5 - 10]

22 948

17

25

14

64

7

[10 - 20]

19 550

14

24

14

125

14

[20 - 30]

7 573

5

10

6

44

5

[30 - 40]

2 919

2

9

5

34

4

[40 - 50]

823

1

2

1

26

3

[50 - 60]

122

0

0

-

-

-

[60 - 71]

22

0

0

-

-

-

Total

138 710

100

174

100

874

100

21L’application du test khi-deux a démontré qu’il ya une dépendance entre la pente du plancher argileux et la fréquence des incendies au seuil de signification de 5%, ainsi les secteurs dont la pente du plancher argileux varie entre 30 et 50 degrés sont les plus touchés par les feux de forêt.

3.6. La pluviométrie

22La quantité de pluies reçue dans les différents secteurs de la Mâamora, agit sur plusieurs plans en liaison avec les incendies de forêt. D’une part elle régit en grande partie la charge du combustible qui se développe notamment au niveau des strates basses, d’autre part elle contribue significativement dans le bilan hydrique du sol, qui a un impact direct sur la teneur en eau de la végétation. Il semble donc indispensable de voir comment sont répartis les départs de feux par rapport aux différentes valeurs de pluviométrie.

Tableau 7. Les pluviométries moyennes enregistrées dans les stations météorologiques de la Maâmora [1997-2010]

Station

Long

Lat

Pluviométrie moyenne

annuelle (mm)

Ain Assou

-6.12

34,11

305,22

Ain Kablia

-6.27

34,13

361,7

Ain Johra

-6.22

34,06

285,3

Ain Sbaa

-6.33

34,14

412,9

Arjat

-6.37

34

364,61

Blad Dendoun

-6.38

34,08

811,7

Cherrat

-6.07

34.08

406.9

Dar Salam

-6.2

34.13

396.7

Dar Ben Hssin

-6.13

34.06

396.4

Mechraa EL ketane

-6.32

34,07

396

Mehdeya

-6.4

34,16

408,7

Sidi Chouari

-6.05

34,05

370

Sidi Amira

-6.4

34,03

472,8

Smento Sud

-6.29

34,04

403,1

23Le tableau n° 7 renferme les données pluviométriques des différentes stations météorologiques implantées dans la Mâamora, ces données ont été fournies par le Centre de la Recherche Forestière au Maroc.

24Afin d’avoir des valeurs pluviométriques sur tout le territoire de la forêt de la Mâamora, nous avons fait appel à la géostatistique ceci a permis d’obtenir les valeurs manquantes à partir des données des stations météorologiques. Le résultat est présenté au niveau de la carte (Fig n°13).

Figure 13. Les précipitations moyennes

Figure 13. Les précipitations moyennes

Tableau 8. Répartition des incendies de forêt par classe de pluviométrie

Classe de précipitation

(mm)

Sup occupée

Nombre d’incendies

superficie brûlée

en (ha)

en %

en unité

en %

en (ha)

en

%

[286 - 350]

2522

7

17

16

134,5

14

[350 - 400]

73 539

55

36

34

398,7

42

[400 - 450]

2284

17

29

27

296,7

31

[450 - 500]

9703

7

11

10

71,5

8

[500 - 550]

3120

2

10

9

12,5

1

[550 - 600]

2922

2

4

4

36,5

4

Total

134 090

100

107

100

951

100

25Le ratio entre la superficie brûlée et la superficie occupée par chaque classe de pluviométrie a fait ressortir que ce sont les zones qui sont moyennement arrosées qui sont beaucoup plus touchées par les incendies de forêt ; ceci peut s’expliquer par le fait que dans les zones moins arrosées la strate basse n’est assez abondante, et qu’au niveau des zones les plus arrosées celle-ci est assez abondante, mais elle reste relativement humide. Ce constat ne peut être confirmé que par une analyse de la répartition saisonnière des précipitations dans la forêt de la Mâamora.

3.7. L’activité pastorale

26La forêt de la Mâamora assure l’alimentation d’un cheptel qui s’estime au total à 336 518 têtes ovines et 90 553 têtes bovines (HCEFLCD, 2011). La forêt de la Mâamora est partagée en dix parcs pastoraux qui correspondent à des groupements ethniques différents (Figure n° 14).

Figure 14. Les parcs pastoraux

Figure 14. Les parcs pastoraux

Source : HCEFLCD, 2011

Tableau 9. Répartition des incendies

Parcs Pastoraux

Surface occupée

Degré de surpâturage

Nombre d’incendies

en ha

en %

en

unités

en %

/1000 ha

Ameur- Hsine sehoul

14 471

11

93,19

17

10

1,17

Ait Ali ou Lahcen

17 628

13

76,64

17

10

0,96

Kotbiyine

8811

7

91,65

8

5

0,91

Mzeufra

9833

7

79,84

4

2

0,41

Khzazna

15 227

12

74,23

14

8

0,92

Messaghra

2977

2

91,33

2

1

0,67

Ameur Haouzia

23 389

18

-

51

29

2,18

Ameur seflia

17 191

13

48,98

27

16

1,57

Sfafaa

10 048

8

83,73

15

9

1,49

Oulad yahya

12 233

9

66,06

19

11

1,55

Total

131 808

100

 

174

100

 

Source : par parc pastorale (HCEFLCD, 2011)

Figure 15. Nombre d’incendies en fonction du degré de surpâturage des parcs pastoraux

Figure 15. Nombre d’incendies en fonction du degré de surpâturage des parcs pastoraux

27L’équation de régression qui explique la liaison entre la fréquence des départs de feux et le degré de surpâturage au niveau de chaque parc pastoral se présente comme suit : Y= -42,06*X + 120,3, le coefficient de détermination étant proche de 61%, ceci dit qu’il ya une forte corrélation négative entre la fréquence des incendies et le degré de surpâturage. Plus la charge du bétail est élevée moins il y aura des incendies, ce qui s’explique par la charge du combustible disponible réduite par l’activité pastorale.

3.8. La continentalité

28L’humidité relative de l’air est un paramètre important qui détermine le pouvoir évaporant de l’atmosphère, pour assurer une bonne alimentation en eau à la végétation une même quantité de précipitations aura incontestablement une plus grande efficacité que dans une région chaude. Plus on s’éloigne de l’océan plus l’humidité relative de l’air diminue ce qui conduit à une augmentation de l’évapotranspiration et par la suite rend la végétation et le milieu plus secs et plus vulnérables au feu. L’étude de cet aspect au niveau de la forêt de la Mâamora a nécessité le découpage de la carte de celle-ci en bandes de 1 km, puis de calculer la superficie boisée de chaque bande ainsi que le nombre d’incendies et la superficie brûlée. La carte illustre la répartition des points d’éclosion des incendies en fonction du gradient de continentalité. Les résultats de cette analyse sont repris dans le tableau n° 10.

Figure 16. Carte de répartition des incendies par rapport au gradient de continentalité

Figure 16. Carte de répartition des incendies par rapport au gradient de continentalité

Tableau 10. Évolution des incendies de forêt en fonction du gradient de continentalité

Distance de l’océan en (km)

Sup occupée (ha)

Sup brûlée (ha)

Nbr d’incendies

Nbr d’incendies par 100 km² boisée

1

4

0

0

0

2

317

47,71

2

63

3

918

0,37

2

22

4

812

0

0

0

5

1018

39,92

4

39

6

1337

4,76

4

30

7

1613

10,5

2

12

8

1749

8,1

2

11

9

1911

1,5

1

5

10

2022

0,07

4

20

11

1829

11,97

7

38

12

2043

0,02

1

5

13

2099

0,10

2

10

14

2122

86,77

2

9

15

2305

64,20

3

13

16

2301

10,23

16

70

17

2396

4,87

7

29

18

2407

6,5

3

12

19

1787

0,005

1

6

20

2043

10,18

2

10

21

1583

10,02

5

32

22

1749

4

1

6

23

1877

2,51

2

11

24

2354

9,59

4

17

25

3111

2

2

6

26

3331

1

1

3

27

2491

7,45

4

16

28

2865

65,30

1

3

29

2867

2,78

4

14

30

2803

0,22

2

7

31

2555

2,3

2

8

32

2505

15

1

4

33

2186

8,80

4

18

34

2097

56,3

5

24

35

2249

19,6

5

22

36

2185

6

2

9

37

1868

1,03

2

11

38

1717

0

0

0

39

1756

0,08

2

11

40

2225

0,32

1

4

41

2077

3,50

2

10

42

2444

6

4

16

43

3000

3,6

1

3

44

2625

1

1

4

45

2648

1,08

2

8

46

2608

4,84

3

12

47

2529

0,39

4

16

48

2469

0,3

1

4

49

2733

7

1

4

50

1996

6,25

4

20

51

2555

6,00

3

12

52

2555

1

1

4

53

2441

0

0

0

54

2187

62

2

9

55

1761

116

3

17

56

2086

1,02

1

5

57

1999

0,5

1

5

58

1673

2,38

4

24

59

1826

6,00

3

16

60

1885

0

0

0

61

1898

16,98

2

11

62

1796

1,75

2

11

63

1901

6,5

2

11

64

1309

3,14

1

8

65

1362

44,00

2

15

66

1306

4,48

3

23

67

1618

3,35

2

12

68

1450

42,91

3

21

69

661

0,029

1

15

29La détermination de la force de liaison entre la continentalité et les départs de feux s’est faite en analysant le nuage des points résultant de la représentation graphique de l’évolution du nombre d’incendies par 100 km² boisée en fonction de l’éloignement de l’océan.

Figure 17. Évolution du nombre d’incendies en fonction de la continentalité

Figure 17. Évolution du nombre d’incendies en fonction de la continentalité

30Le graphique ci-dessus révèle que le coefficient de détermination est proche de 51%, ce qui laisse dire qu’on est face à une forte corrélation positive entre la fréquence des incendies et l’effet de la continentalité dans la forêt de la Mâamora ; les secteurs les plus reculés par rapport à l’océan sont plus affectés par les feux de forêt.

Conclusion

31Au terme de cette étude qui avait pour objectif l’analyse approfondie de l’occurrence des incendies dans la Mâamora il apparait que les zones d’interfaces hommes-forêts ne constituent pas des espaces qui favorisent l’éclosion des feux. Les travaux de prévention qui visent la résorption des conditions de déclenchement des incendies ne doivent pas se limiter uniquement aux zones d’interface, mais doivent être opérés d’une manière sélective en prenant en considération d’autres facteurs. Comme il a été mis en exergue lors de l’analyse la charge du combustible et sa teneur en eau notamment la strate basse restent les facteurs prépondérants qui régissent en grande partie aussi bien l’occurrence que la propagation des incendies de forêts. Cette charge du combustible elle aussi est inéluctablement liée à d’autres variables :

  • la quantité des précipitations reçues qui pourrait améliorer le bilan hydrique des sols si les conditions édaphiques sont favorables ;

  • la continentalité qui intervient pour orienter différemment l’évolution du combustible. Ainsi dans les zones les plus éloignées de l’océan le combustible devient plus sec augmentant ainsi la vulnérabilité aux incendies ;

32Quant aux pluies reçues non seulement la quantité importe, mais aussi la répartition saisonnière ; certes cette quantité joue en faveur du développement du combustible et par conséquent peut favoriser l’éclosion du feu, elle peut avoir aussi un effet bénéfique en améliorant la teneur en eau de la végétation si elle coïncide avec la période de passage de la saison printanière à la saison estivale.

33Par ailleurs, on ne peut pas se passer du constat important révélé par l’analyse en liaison avec l’activité pastorale, qui peut être assimilée à un désherbage ou un débroussaillement naturel s’elle est bien dosée. Il est donc du ressort des gestionnaires d’entreprendre les travaux de débroussaillement de la strate basse lorsqu’elle est fortement développée, ces travaux doivent être plus intense dans la Mâamora orientale et aussi au niveau des groupements végétaux les plus inflammables particulièrement ceux où les cistes sont dominants.

Haut de page

Bibliographie

Aafi, A. (2007). Étude de la diversité floristique de l’écosystème de chêne-liège de la forêt de la Mâamora, Thèse de Doctorat d’État Es-Science Agronomiques, Rabat, I.A.V Hassan II, 190 p.

Alexandrian, D. et M. Rouchdi (2006). Cartographie du risque d’incendies de forêts au Maroc, Rapport Mission-FAO, UTF/MOR/028, 46p.

Benabid, A. (2007). Description de la Composition et de la Structure des Types de Combustibles, « Appui à la mise en œuvre du programme forestier national Élaboration des cartes de risques aux incendies de forêts du Nord du Maroc », 14 p.

DREFNO, (2005). (Direction Régionale des Eaux et Forets du Nord-Ouest) : Forêt de la Mâamora, Plan de sauvegarde et de développement de la forêt de la Mâamora, Kénitra.

DREFNO (2006). (Direction Régionale des Eaux et Forets du Nord-Ouest) : Dossier base de la Mâamora, DREFNO/SEAFBV/Kenitra, 2006,62p.

DREFNO (1992). (Direction Régionale des Eaux et Forets du Nord-Ouest) : Plan de gestion de la subéraie de la Mâamora, 1992-2011.

DREFNO (1992). (Direction Régionale des Eaux et Forets du Nord-Ouest) : PV d’aménagement de la subéraie de la Mâamora, 1992-2011.

HCEFLCD (2010). Rapport annuel des incendies de forêts, 18p.

HCEFLCD (2011). Procès verbal d’aménagement de la forêt de la Mâamora, 2011.

Natividade, J. (1956). Subériculture, Edition Française de l’ouvrage portugais.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La situation géographique de la forêt de la Maâmora
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-1.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 2. Évolution des incendies de forêts au niveau de la forêt de la Maâmora
Légende Le graphique (ci-dessus, Figure 2) fait état de l’évolution annuelle des incendies dans la Maâmora, il en ressort une variabilité interannuelle aussi bien en termes de nombre qu’en termes de superficies touchées, avec une augmentation en flèche durant la période [2003-2005].
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 3. Répartition des incendies par classes de superficies
Légende Du graphique (ci-dessus, Figure n° 3) il ressort que plus de 80% de départs de feu ne dépassent pas une superficie de 5ha, alors que les incendies de plus de 50 ha ne représentent que 2%.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 4. La localisation spatiale des incendies dans la forêt de la Mâamora
Légende La carte (ci-dessus, Figure n° 4) permet de constater que les départs de feu sont répartis presque partout dans la forêt de la Maâmora avec une concentration dans certaines zones. Ceci nous induit à l’analyse de cette répartition spatiale en vue d’en dégager les éventuelles explications.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-4.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitation limitrophes de la forêt de la Mâamora
Légende Les résultats de cette analyse sont synthétisés dans le tableau n° 2.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-5.png
Fichier image/png, 134k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitatio6. Di"tcarution du nombre d’incendies en fonction de la proximité aux zones d’habitation
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-6.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitatio7. Carte des voies d’accès desservant la forêt de la Maâmora
Légende Les résultats sont résumés dans le graphique ci-après (Figure n° 8):
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-7.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitatio8. Di"tcarution du nombre d’incendies en fonction de la proximité aux voies d’accès
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-8.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitatio9. Les groupements végétaux de la forêt de la Maâmora (Aafi, 2007)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-9.png
Fichier image/png, 220k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitatio10. Les classes de pentes de la forêt de la Maâmora
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-10.png
Fichier image/png, 163k
Titre Figure 11. Les profondeurs de sable (cm)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-11.png
Fichier image/png, 229k
Titre Figure 12. Carte des pentes du plancher argileux
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-12.png
Fichier image/png, 231k
Titre Figure 13. Les précipitations moyennes
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-13.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 14. Les parcs pastoraux
Crédits Source : HCEFLCD, 2011
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-14.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 15. Nombre d’incendies en fonction du degré de surpâturage des parcs pastoraux
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-15.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitatio16. Carte de répartition des incendies par rapport au gradient de continentalité
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-16.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 5. Carte des zones d’habitatio17. Évolution du nombre d’incendies en fonction de la continentalité
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/10978/img-17.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Khalid Cherki, « Analyse de la répartition spatiale des incendies de forêt en fonction des facteurs anthropiques, écologiques et biophysiques. Le cas de la forêt de la Mâamora (Maroc septentrional) », Études caribéennes [En ligne], 20 | Décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/10978 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10978

Haut de page

Auteur

Khalid Cherki

Laboratoire de Biodiversité et des Ressources Naturelles, Faculté des sciences Université Ibn Toufail (LBRN), KénHaut de page