Navigation – Plan du site
Hors dossier

Tourisme « patrimonial » et mémoire : les sites industriel et agricole de Beauport et la Grivelière (Guadeloupe)

Heritage” Tourism and Memory: The Industrial and Agricultural Sites of Beauport and La Grivelière (Guadeloupe)
Turismo « patrimonial » y memoria: los sitios industrial y agricola de « Beauport » y « La Griveliere » (Guadalupe Francesa)
Jean-Marie Breton

Résumés

La préservation et l’exploitation durable du patrimoine culturel, en particulier du patrimoine historique (et, accessoirement, scientifique), et sa mise en tourisme au service d’activités de loisirs et de découverte, suscitent de nouvelles formes et alimentent de nouvelles offres de tourismes, dites « alternatives », sur lesquelles elle s’appuie en retour.
Le patrimoine historique de la Guadeloupe, tant agricole qu’industriel, longtemps délaissé et aujourd’hui redécouvert et remis en valeur, en constitue un exemple significatif, comme il en va dans d’autres territoires et pays de la Caraïbe. Il en illustre les potentialités tout en justifiant les attentes qui s’y attachent en matière de développement local tant touristique que plus général.
La reconnaissance de la valeur patrimoniale et de l’intérêt culturel des sites concernés constitue toutefois un phénomène relativement récent, à travers leur sauvegarde et leur réhabilitation. Leur valorisation et leur ouverture au public vont de pair avec leur exploitation au profit d’un tourisme de mémoire marqué par une forte connotation pédagogique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les thèmes problématiques du développement durable, comme de la gestion intégrée des espaces, des ressources naturelles et du patrimoine tant matériel qu’immatériel, sont aujourd’hui largement médiatisés et débattus, sans exclure, pour le premier tout au moins, des critiques parfois iconoclastes, bien que souvent justifiées. Ils ne sauraient en effet échapper à la règle empirique qui veut que toute notion, en se vulgarisant et en faisant l’objet d’une inévitable récupération par les non-spécialistes, tende à perdre en rigueur (séméiologique et scientifique) ce qu’elle gagne en extension (logomachique et populaire).

2Les questions afférentes à la préservation et à l’exploitation durable du patrimoine culturel, a fortiori du patrimoine culturel (et, accessoirement, scientifique), au service d’activités de loisirs et de découverte, en relation avec les nouvelles formes de tourismes « alternatifs » qu’à la fois il suscite et sur lesquelles il s’appuie, ont jusqu’à présent été, elles, moins fréquemment et systématiquement analysées, conceptuellement, et, partant, moins « exploitées », opérationnellement. C’est une réflexion relativement originale qui est proposée, dès lors que l’on entend, à travers une relation dialectique spécifique, mettre la gestion touristique intégrée du patrimoine, au sens large, au service d’un développement durable et viable, en priorité au profit des communautés et des populations locales.

3En Guadeloupe, le concept de sauvegarde du patrimoine par le biais du tourisme a trouvé une expression originale par la mise en valeur et l’exploitation de sites ayant un potentiel historique et économique, comme le montreront les deux exemples ci-après.

  • 1 La Guadeloupe, qui fait partie, dans la zone caraïbe, des « Petites Antilles », se compose, outre l (...)

4L’archipel1 dispose de multiples ressources naturelles et d’origine anthropique, dans le domaine de la biodiversité, surtout, mais également dans celui des sites et des vestiges historiques, architecturaux et archéologiques. Mais la prise de conscience de la dimension culturelle et de la valeur patrimoniale de ces derniers ne s’y est révélée que tardivement, de manière aussi lente que progressive, sans que l’on ait pu parler, jusqu’à une période récente, d’une véritable appréhension ni, a fortiori, appropriation de ceux-ci par la population.

5Ce constat explique que, d’une part, nombre de ces ressources se soient considérablement dégradées, voire aient été quasi totalement détruites, au fil du temps, au point de ne plus pouvoir être sauvegardées, et donc protégées et valorisées ; et, d’autre part, la vision que peuvent en avoir les Guadeloupéens reste aujourd’hui encore aussi « sélective » que réductrice, s’agissant en particulier du patrimoine immobilier, architectural ou monumental, qu’il soit urbain, industriel et/ou agricole, lié aux productions locales traditionnelles (canne, café, cacao, etc.).

6Les deux sites retenus ci-dessous n’en sont que plus remarquables, en raison, notamment, de la signification symbolique et de la valeur emblématique qui se sont attachées à leur sauvegarde, à leur réhabilitation, à leur valorisation au profit d’un tourisme en partie original, à dimension « scientifique », mis au service d’un développement local voulu durable et viable.

7Après un bref rappel de la signification et de la portée du concept même de tourisme scientifique (I), en l’état de la littérature documentée, on s’attachera à présenter successivement les conditions de mise en tourisme, et la nature de l’offre correspondante, des sites manufacturiers de Beauport (usine sucrière) (II) et de La Grivelière (« habitation » caféière) (III), témoins préservés de l’histoire et de la mémoire de l’île et de sa mise en valeur par ses premiers habitants depuis les années de la colonisation.

1. De la valorisation du patrimoine au tourisme scientifique

1.1. Tourisme scientifique

1.1.1. L’appréhension cognitive

  • 2 Par exemple, et ad referendum, si l’on veut établir un parallèle avec le tourisme culturel en génér (...)

8Quelles approche et définition retenir et accréditer du « tourisme scientifique » (dans la perspective susévoquée) ? De nouvelles taxinomies ont été proposées, et des classifications factuelles et/ou subjectives, volontaristes ou intuitives, comportementales ou épiphénoménales, esquissées2.

9La question n’est pas tant, ici, celle d’une nouvelle typologie, qui procède d’un besoin intellectuel de rationalisation, que d’une nouvelle problématique, qui postule, elle, des choix, des décisions et des interventions qui relèvent plus du domaine de l’action que de la spéculation. Encore convient-il également de s’entendre, en amont, sur les enjeux comme sur les implications d’une approche polysémique de la notion de tourisme « scientifique », comme des formes qu’elle peut concrètement revêtir et des postulats qu’elle sous-tend, dès lors qu’elle s’avère plus complexe, diverse et (logiquement) polémique que celle de patrimoine.

10Une étude pertinente et documentée de Bourlon et Mao (2012) distingue à cet égard, à travers une démarche qui se veut à la fois analytique, thématique et heuristique, quatre formes principales de tourisme qualifié de « scientifique », que l’on acceptera comme telles (sous bénéfice d’inventaire, qu’il ne nous appartient pas de conduire ici). Il s’agit respectivement : du « tourisme d’aventure à dimension scientifique », du « tourisme culturel à contenu scientifique », de l’« éco-volontariat scientifique », et du « tourisme de recherche scientifique ».

1.1.2. L’approche retenue

11Si, en l’état des recherches, on considère cette typologie comme pertinente, la catégorie qui se rapprocherait le plus des exemples présentés ci-après est celle qui correspond à l’objet, aux paramètres et au contenu du « tourisme culturel à contenu scientifique »

  • 3 Cette définition s’approche de celle proposée par le Comité régional en tourisme scientifique du Sa (...)

12Elle évoque un tourisme culturel et patrimonial bénéficiant et/ou procédant d’un processus d’encadrement-médiation-interprétation scientifique. La dimension scientifique est, expressément ou non, partie intégrante de l’offre, ce qui la distingue de produits touristiques classiques. Les notions extensives de culture et de patrimoine y comprennent les environnements naturels et sociaux et les dimensions historiques et territoriales3.

13En Europe, en France notamment, les auteurs précités rappellent que la science est fréquemment mobilisée pour valoriser d’un point de vue touristique des espaces du patrimoine industriel. Origet du Cluzeau (2005) associe ainsi le tourisme scientifique à la visite de sites « Sciences, Techniques et Industries » (S.T.I.). Il devient de fait une déclinaison du tourisme culturel même si diverses divergences persistent en termes de publics et d’offres (Cousin, 1998 et 2001).

  • 4 Mieczkowski (1995) définit le tourisme scientifique comme « a form of ecotourism that helps to pres (...)

14En Amérique du Nord, la dimension scientifique s’applique plus particulièrement à la médiation d’espaces naturels et de leurs écosystèmes, mais peut aussi s’étendre à des sites ou milieux d’intérêts archéologiques, historiques ou ethnologiques. Dans ce cas, le tourisme scientifique entretient une très forte parenté avec la notion d’écotourisme dont il peut devenir une des déclinaisons (en tant que « form of ecotourism that helps to preserve the environment relatively undisturbed ») (Mieczkowski, 1995)4.

15Dans cette même logique, on peut voir dans le « tourisme scientifique et culturel de découverte, d’exploration et de loisirs » un des paradigmes fondateurs de l’écotourisme, dès lors qu’il est « respectueux des exigences et/ou compatible avec les contraintes écologiques telles que définies et sanctionnées par les normes juridiques de protection et de conservation de l’environnement dans son acception patrimoniale extensive » (Breton, 2004).

  • 5 De grandes agences ou organisations de la recherche vont même jusqu’à labelliser certains opérateur (...)
  • 6 Le Ministério do Turismo (2010) du Brésil utilise indifféremment les termes de « tourisme d’univers (...)

16Selon Bourlon et Mao (supra), on constate aujourd’hui une multiplication des produits de tour-opérateurs, tant d’un point de vue des agences spécialisées que généralistes proposant des séjours scientifiques/écotouristiques dans leurs catalogues5. D’autres auteurs (Morse, 1997) associent aussi cette forme aux voyages éducatifs ou d’études (learning travels) dans un cadre d’école ou d’université (voire de rencontres d’anciens élèves de promotions). Ce type de séjour est très développé en Amérique du Nord et fait partie du cursus obligatoire ou facultatif de nombreux étudiants. En Amérique du Sud, les dénominations de turismo científico/educativo, et de turismo científico y didáctico, sont fréquemment utilisées6.

1.2. Science, patrimoine et culture

1.2.1. La valeur patrimoniale et culturelle des sites et des vestiges à caractère « scientifique »

17La gestion, la valorisation et l’utilisation du patrimoine, culturel en particulier, animent un débat déjà ancien, mais sans cesse renouvelé, qu’il s’agisse de son « interprétation » (Drouin, 2007) aussi bien que des « défis » (Allix, 2006 : 21) qu’il postule. Il interpelle notamment la réflexion identitaire, en même temps qu’il renvoie à des usages sociaux sujets à de profondes mutations (Breton, 2009).

  • 7 ICIP-ICOMOS, 2007 (cf. « Charte ICOMOS pour l’interprétation et la présentation des sites culturels (...)

18Les raisons afférentes à l’interprétation et à la fréquentation du patrimoine, en tant qu’activité de loisir, « sont multiples et ne cadrent pas toujours avec les nobles déclinaisons du tourisme culturel » (Drouin, 2007 : 72). Le touriste est ce faisant confronté à des choix quant aux modalités d’accès à la connaissance du patrimoine à travers différents modes d’interprétation mis à sa disposition, et cette face à l’institutionnalisation de la technologie au service de l’interprétation du patrimoine. Il a été ainsi créé, au cours de la décennie des années 2000, un Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) sur l’interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux (ICIP)7.

19Il s’agit à tout le moins, pour les décideurs comme pour les gestionnaires, de faire « vivre » le patrimoine, notamment par une politique cohérente et rationnelle de décentralisation culturelle. L’objectif poursuivi est double, à travers des programmes de restauration et de développement ad hoc, en déterminant à la fois l’affectation du patrimoine au regard de la justification des investissements dont il fait l’objet ; et son adaptation à cet usage en évitant la dénaturation, posant par là un double « défi » aux élus locaux qui en ont hérité.

20Les instruments financiers y sont déterminants, car ils imposent des contraintes spécifiques, en matière de justification de l’utilisation des fonds publics eu égard à la légitimité des objectifs poursuivis, et à l’efficacité-rentabilité (« coûts-avantages ») des retombées au regard des résultats escomptés, que ce soit en termes d’éducation, de loisirs, d’activités touristiques, ou, plus généralement, de développement local et de durabilité socio-économique.

21L’approche et la connotation identitaires ne sont pas absentes de la démarche patrimoniale et touristique (Breton, 2006). On les mentionnera pour mémoire, ad referendum. Dans certaines sociétés contemporaines (au sein des communautés traditionnelles et autochtones des pays émergeant notamment), l’identité constitue en effet un élément essentiel et déterminant de la double problématique sociétale, et partant, développementale. L’émergence d’une identité spécifique, dans le contexte des relations entre lesdites populations et/ou communautés et la société nationale, repose sur une triple composante historique, sémantique et écologique, dont procède sa compréhension souvent complexe.

22Le risque est évidemment grand, dans ce cas, de manipulation et de mythification (mystification ?) de l’identité, en raison « du glissement d’un fait identitaire initialement atomisé vers des formes régionales d’organisation politique », et de constitution corrélative d’un « discours » (ibid.) spécifique. La conception, l’élaboration et la mise en œuvre d’« outils » aptes à en permettre une gestion optimale et durable des ressources écotouristiques des patrimoines concernés appellent en tout état de cause une réflexion approfondie sur la prise en compte et la place à cet effet de la référence et des valeurs identitaires.

23Dans le même sens s’inscrivent la description et l’analyse des processus par lesquels une société produit son patrimoine culturel et scientifique en l’occurrence ; ainsi que la définition de l’objet patrimoine à travers les catégories élaborées par les acteurs eux-mêmes. L’intérêt, tant conceptuel qu’opérationnel, qui s’attache à l’élaboration d’outils d’aide à la décision, dans ce secteur, est incontestable. Les exemples tirés des usages patrimoniaux des milieux considérés, en particulier des nouveaux usages sociaux du patrimoine rural, l’illustrent à suffisance, en mettant en exergue l’articulation entre biens économiques et valeurs culturelles.

24La patrimonialisation des territoires (ou les impacts territoriaux du patrimoine) est pour sa part porteuse d’enjeux politiques, dans l’acception extensive du terme, qui place au premier plan les problématiques et enjeux identitaires. Les produits de terroir, qui relèvent aussi bien du patrimoine matériel (architectural, monumental, archéologique, etc.) qu’immatériel (savoir-faire, musique, traditions culinaires, artistiques, etc.), se situent ainsi au carrefour du culturel et de l’économique.

25Dans tous les cas de figure, à travers différents exemples retenus ou observés, sont en cause des mutations sociétales essentielles, dont la nature et le rythme varient avec le lieu, le moment, les référents culturels et les niveaux comme les modes de développement. Elles interpellent par là les acteurs concernés (décideurs et gestionnaires, populations et utilisateurs) quant à la nature et à la pertinence des outils aptes à crédibiliser, ancrer et optimiser leur démarche.

1.2.2. Le tourisme scientifique, déclinaison du tourisme patrimonial et culturel

26La question s’est posée, en France, à la suite du vaste forum de débats et de concertation qu’a constitué en 2007 le « Grenelle de l’environnement », de savoir quelles pourraient en être les conséquences et les implications envers le « tourisme patrimonial », autrement dit dans quelles mesures et conditions la valorisation du patrimoine touristique (culturel et technique, pour ce qui nous intéresse ici) serait ou non compatible avec le respect de l’environnement, plus précisément « comment les droits du patrimoine et de l’environnement se structurent-ils autour de ces problématiques » au regard des enjeux de la mutation qu’elles impliqueraient (Deperne, 2007).

27a) Aujourd’hui, la vocation et les usages touristiques « alternatifs » du patrimoine culturel sont largement diversifiés et, bien qu’encore marginaux au regard du tourisme de masse, connaissent un développement régulier et constant, à la mesure de l’évolution de la demande pour des loisirs « autres », et de l’évolution corrélative, bien que quelque peu décalée dans un premier temps, de l’offre entendant y répondre. L’équation « demande accrue envers le patrimoine culturel restauration/réhabilitation de ses éléments », jusqu’alors trop négligée par l’État comme par les collectivités territoriales, s’avère ainsi plus prégnante et mobilisatrice. Cette démarche appelle un effort d’imagination des politiques publiques de valorisation d’un tourisme « de mémoire », au profit et sur l’assise d’un patrimoine archéologique, historique et architectural trop longtemps livré à l’érosion de l’oubli et à la dégradation du temps, faute d’intérêt manifesté à son endroit en raison d’une désaffection chronique et conjuguée des pouvoirs publics autant que des consommateurs de loisir et de tourisme.

28La quête de durabilité socio-économique d’un tourisme puisant sa source dans des attentes et des comportements nouveaux et différents légitime ainsi, en termes d’objectifs comme de conditionnalités, celle d’un patrimoine culturel dûment redécouvert et valorisé.

29b) Assisterait-on alors à un véritable « renouveau du tourisme culturel » (Chevrier et Clair-Saillant, 2006), et, partant, à une promotion et à une valorisation, à ce titre, d’un tourisme scientifique en émergence, dont l’intérêt et l’attrait seraient à la mesure à la fois de l’originalité et de la « valeur » socio-culturelle intrinsèque ? L’un de ses moindres aspects ne serait pas de remettre en cause la vision classique et pérenne, mais de moins en moins respectueuse des sentiers balisés de la pensée unique, d’un tourisme enclin, par goût, mais aussi par nécessité, à se dépouiller d’oripeaux trop longtemps imposés par la massification incontrôlée des loisirs, par l’irresponsabilité envers un développement purement quantitatif et spéculatif, et par les modèles et clichés complaisamment véhiculés par les voyagistes et tour-opérateurs. Et ce au profit d’un exotisme (négativement) « a-culturé » parce qu’artificiellement construit et bradé, au nom des exigences de retour sur investissement et de rentabilité maximale de l’actionnariat véhiculées par une globalisation « environmental and cultural blind » ?

30En découlent directement, en termes de gestion, des choix stratégiques et des options méthodologiques qui s’expriment et se concrétisent in situ par des processus opérationnels dont la nature et le contenu procèdent de leur détermination. Leur portée et leur valeur se mesurent à l’aune de l’efficience des outils qui en sont issus, aux niveaux normatif et institutionnel, mais également politique, économique et social.

  • 8 Tourisme de mémoire, Cahiers Espaces, 2003, n° 80.
  • 9 Musées et tourisme, Cahiers espaces, 2005, n° 87.

31Tourisme de mémoire, ex ante, vecteur de conscientisation du citoyen autant qu’outil de développement local8, tourisme cognitif, ex post, à travers des équipements structurants et des outils stratégiques ad hoc9 : les pistes sont nombreuses, les champs divers, les modèles multiples. La démarche touristique patrimoniale culturelle et scientifique ne peut toutefois, en tout état de cause, être artificiellement octroyée, à peine d’artificialité et de disqualification. Elle doit au contraire procéder d’une approche consciente, évaluée, raisonnée et dynamique du patrimoine, à la mesure de la diversité des environnements et de la richesse des cultures.

32Dans cette perspective, on s’attachera ci-après à présenter deux exemples (à la fois différents et complémentaires : industriel et agricole) de mise en tourisme, en Guadeloupe, de sites patrimoniaux à vocation culturelle et scientifique, qui sont respectivement ceux de Beauport et de La Grivelière.

2. Tourisme scientifique et patrimoine industriel : l’usine sucrière de Beauport (Nord Grande Terre)

  • 10 La plus grande île de l’archipel guadeloupéen est en réalité constituée de deux parties, la Basse-T (...)

33Au nord de la Grande Terre10, dans la campagne de Port Louis, dans le site réaménagé d’une ancienne usine sucrière, le Pays de le Canne ravive le souvenir du temps où le sucre était au cœur de l’économie des îles, l’industrie sucrière ayant longtemps contribué au développement de la région. En suivant un parcours ludique et pédagogique, le visiteur est initié aux mystères de la formation de la canne à sucre.

34L’usine de Beauport est une des dernières à avoir fermé ses portes (1990). Outre les conséquences sur l’emploi dans toute la filière, ce sont aussi des années d’expérience, de connaissance et de tradition de la canne et du sucre qui s’en sont trouvées menacées.

  • 11 En tant que collectivité territoriale (française) décentralisée

35Aussi, pour préserver cet héritage, le mettre en valeur et le transmettre, de nombreux partenaires, dont la Région11 Guadeloupe a rouvert le site de l’ancienne usine de Beauport, l’ont restauré et réaménagé pour en faire un véritable centre de culture, scientifique et technique, mais aussi de valorisation du patrimoine.

Photographie 1. Zone d’accueil et de début de la visite du site

Photographie 1. Zone d’accueil et de début de la visite du site

Source : J. M. Breton (2011)

2.1. L’histoire du site12

  • 12 L’histoire du site et des activités qui s’y sont développées depuis le début de la période colonial (...)
  • 13 Une « habitation » est, à l’époque coloniale, un ensemble de bâtiments et de terres destinés à une (...)
  • 14 Halliers (en créole : haziers)

36L’histoire de Beauport — du nom de son second propriétaire — commence en 1732. À cette époque, propriété de Simon Babin, Beauport — qui d’ailleurs ne porte pas encore ce nom — n’est qu’une « habitation-sucrerie »13 comme il en existe des centaines d’autres en Grande-Terre, c’est-à-dire un ensemble de terres (champs de canne, cultures vivrières, « bois-debout »14, savanes), de bâtiments domestiques et industriels, d’esclaves, dont l’unique raison d’être est la production de sucre.

Photographie 2. Ancienne usine sucrière de traitement de la canne (Beauport)

Photographie 2. Ancienne usine sucrière de traitement de la canne (Beauport)

Source : J. M. Breton (2012)

  • 15 C’est-à-dire nés dans la colonie

37En 1813, elle est rachetée et entre dans le giron de la famille Ruillier-Beauport, Blancs créoles15 qui multiplient les mariages stratégiques pour maintenir un patrimoine familial constitué de nombreuses habitations-sucreries. Beauport comprend alors 96 hectares et 70 esclaves. La Révolution française et l’effondrement du système esclavagiste marquent le début du déclin des Ruillier, comme celui de la plupart des grands propriétaires blancs. Plus d’une vingtaine d’habitations-sucreries appartenant à la famille sont alors saisies.

38En 1836, c’est le Dr Armand Souques, originaire des Hautes-Pyrénées, déjà à la tête de plusieurs domaines, qui se porte acquéreur de l’habitation. Vers 1840, la Guadeloupe compte 620 habitations-sucreries, dont 26 constituent l’actuel Beauport.

  • 16 À la suite de l’affranchissement des anciens esclaves, les planteurs ont fait venir une importante (...)

39Quelques années plus tard commencera la « guerre des deux sucres » (betterave contre canne à sucre, car la production sucrière française se développe, et l’apparition du sucre de betterave met à mal la production antillaise. En effet, le blocus continental imposé par Napoléon 1er aux Anglais, alors maîtres des mers, a eu pour conséquence de multiplier par dix le prix du sucre qui se fait rare et dont la consommation s’est généralisée en Europe. Pour s’affranchir de ces importations coloniales, Napoléon ordonne la mise en culture de 32 000 hectares de betteraves. On assiste ainsi à un nouvel essor de la production sucrière en France qui compte bientôt 585 sucreries, réparties sur l’ensemble du territoire. Les Antilles doivent alors faire face à une concurrence acharnée entre les deux productions sucrières, qui durera tout au long du siècle. Pour résister, les producteurs antillais doivent se moderniser, d’autant plus qu’ils doivent faire face à un autre événement : en 1848, l’abolition définitive de l’esclavage augmente encore les coûts de production16, alors que la betterave continue à gagner du terrain.

40En 1863, Armand Souque, conscient que le salut vient de la concentration des moyens de production, et pour faire face à la concurrence du sucre de betterave de plus en plus prisé en France et en Europe, fait de Beauport une usine centrale avec un PDG et un « usinier ». Le notable s’engage avec audace dans le progrès technique, en développant notamment à travers champs un réseau de voies ferrées pour le transport de la canne vers l’usine. C’est également le début de constitution du domaine foncier de Beauport par rachat et concentration des anciennes habitations sucreries du Nord Grande-Terre. Il fait alors de Beauport la première structure industrielle du pays.

  • 17 Nom populaire donné aux soldats français de la « Grande Guerre »

41Mais un autre événement inattendu va relancer la canne : la Première Guerre mondiale, qui non seulement ravage les champs de betteraves, mais généralise aussi la consommation de rhum sur les champs de bataille. C’est la fameuse « goutte du soldat » : le rhum est distribué dans les tranchées, pour donner du courage et un peu de baume au cœur des « poilus17 » !

42L’ascension industrielle et sociale de la famille Soucques est alors fulgurante. Leur « empire » va régner sur le sucre guadeloupéen pendant presque un siècle, et représenter une force économique et politique considérable. Ernest, le fils d’Armand a en effet poursuivi l’œuvre de son père, et c’est lui qui a réalisé le montage financier nécessaire à la modernisation de l’usine.

43Mais en 1901 ses dettes sont telles, que le Crédit foncier colonial et la Banque de Guadeloupe l’obligent à se retirer. La société est dissoute, l’usine est adjugée à l’usinier Fernand Clerc, qui s’endette à son tour lourdement auprès de son commissionnaire à Bordeaux, Edmond Besse. Ce dernier reprend l’usine en 1908.

44Elle va alors connaître une longue suite de crises durant lesquelles Beauport passe de propriétaire en propriétaire, jusqu’à sa liquidation et à sa fermeture définitive le 30 juin1990.

2.2. La mise en tourisme

45En Guadeloupe, depuis la fermeture de l’usine de « Grosse Montagne » (en 1995), il ne fonctionne désormais plus qu’une seule usine sucrière, celle de Gardel, près du Moule, à l’est de la Grande-Terre.

46Pour sa part, l’ancienne sucrerie de Beauport a été restaurée pour redonner vie à l’un des axes transversaux de la culture guadeloupéenne et raconter son histoire usinière sur plus de trois siècles. Au cœur du terroir cannier, un train à voie étroite (Flèch kann), qui donc servait autrefois au transport de la canne, permet de sillonner les champs et les cultures vivrières de Port-Louis, dans le Nord Grande-Terre. Un espace multimédia, des salles d’exposition et deux films dédiés à la canne à sucre permettent d’accéder à une information très complète.

2.2.1. Le complexe industriel et sa réhabilitation

47Beauport partait en ruine, quand la Région et la société d’aménagement SEMAG décidèrent de la réhabiliter partiellement pour la transformer en Musée du Pays de la Canne. Le projet de réhabilitation a nécessité près de 4,6 millions d’euros, dont une partie financée par des fonds européens. Sa réouverture a notamment généré plus d’une trentaine d’emplois directs et indirects.

  • 18 Assemblée délibérative du département (collectivité territoriale infrarégionale)

48Le site, qui a ouvert ses portes au public en février 2004, fait depuis lors l’objet d’importants aménagements, qui sont encore loin d’être achevés. Après une inactivité de près de quinze ans, c’est sur un terrain appartenant désormais au Conseil Général18 que se poursuit la réhabilitation du site et de ses bâtiments, et que s’édifie conjointement un complexe à vocation à la fois patrimoniale, culturelle et touristique, sous la forme d’un Centre de Culture Scientifique, Technique et Industriel (CCSTI).
 « Beauport, le Pays de la Canne » est le nouveau visage de cette ancienne sucrerie, restaurée et réhabilitée pour redonner vie à une partie de la culture guadeloupéenne.

49L’histoire de Beauport est en effet suffisamment riche, à de nombreux égards, pour que le site ait pu être transformé en véritable outil de culture scientifique et technique dédié à la tradition cannière du pays. Il tente, au travers de nombreuses activités, de faire revivre l’histoire du sucre en proposant un voyage ludique et pédagogique dans le dédale d’un héritage hors du commun.

  • 19 Il s’agit de charrettes traditionnelles tirées par des bœufs

50Beauport a entendu mettre en relief et valoriser son caractère et sa vocation de lieu de mémoire, en ayant marqué le développement économique de toute une région, lourdement pénalisée et laissée en déshérence lors de la fermeture de l’usine, en même temps que l’économie entière de l’archipel et des Antilles s’en trouvait affaiblie. Pourtant, depuis 2004, grâce au Conseil Général de la Guadeloupe, le poumon économique du Nord Grande-Terre recommence à battre, s’offrant une nouvelle carrière, même si les trains qui charriaient la canne se sont définitivement tus, et si le ballet des cabrouets19 et des camions déversant leur chargement dans la cour a cessé.

51Après une décennie d’agonie et de silence, Beauport a donc progressivement rouvert ses portes, non plus aux planteurs, mais aux visiteurs, touristes aussi bien que résidents. Une partie de l’ancienne usine a déjà été rénovée et transformée en un musée, entièrement dédié au sucre et à la production cannière (qui reste encore aujourd’hui la première activité agricole de l’île, mais désormais quasi exclusivement tournée, à une exception près, vers la production du rhum et de ses dérivés). Chaque vestige de ce patrimoine industriel exceptionnel et presque miraculeusement sauvegardé est prétexte à raconter, à se souvenir, à éduquer. Trois siècles d’histoire sont ainsi retracés à travers les différentes stations d’interprétation qui jalonnent le parcours autour duquel s’organise la visite du site.

2.2.2. Le contenu de l’offre touristique

52Outre la dimension proprement industrielle du patrimoine architectural qui suffirait à elle seule à alimenter une offre de tourisme « scientifique » (dans l’acception que nous retenue en exergue de cette étude), la valorisation et la médiatisation de l’histoire du sucre en Guadeloupe, via le label « Pays de la canne », procèdent d’un imaginaire créole fortement ancré dans la mémoire locale et dans l’identité collective.

53C’est cette histoire que raconte, pérennise et vulgarise Beauport. Le complexe industriel mémorial et pédagogique propose une façon ludique de découvrir le processus de traitement de la canne à sucre, allant depuis la plantation jusqu’aux produits finis (sucre, rhum), en en révélant aux visiteurs tous les « secrets ». La réhabilitation des vestiges des bâtiments et la rénovation du matériel de production leur permettent d’associer des images concrètes aux commentaires dispensés par les audioguides (disponibles en anglais, en français et en créole).

54L’érection formelle du site en Centre de Culture Scientifique, Technique et Industriel, dédié à la tradition cannière, n’est, au plan terminologique comme dans la destination qui lui est désormais impartie, pas anodine et exprime la volonté manifeste d’en faire un lieu de mémoire et de connaissance à vocation touristique à l’intention des visiteurs locaux autant qu’étrangers. L’aspect pédagogique de la visite importe beaucoup aux responsables du projet, car l’un des objectifs de la réouverture de Beauport a été de contribuer à la préservation du savoir-faire de l’ex-usine.

  • 20 Et plus encore à Marie-Galante, dont la « ruralité » a été plus largement et systématiquement prése (...)
  • 21 Qui font au demeurant l’objet d’études du CIRAD (Centre de coopération Internationale en Recherche (...)

55Beauport offre à cet égard une opportunité originale et unique de remonter dans le temps.
La visite (infra) se compose d’un espace dédié au patrimoine, qui permet de visionner et d’entendre différents documents relatant l’histoire du site, depuis l’habitation sucrière jusqu’à sa transformation en usine de production du sucre. Les différents stades de transformation de la canne sont expliqués, ainsi que les types de moulins dont les vestiges sont encore nombreux sur l’île20 (on peut notamment en visiter un, pour profiter du panorama alentour, le moulin « de la découverte », témoin nostalgique et significatif de l’époque où Beauport était encore une habitation sucrière). Il est également proposé une initiation à la botanique concernant les différentes espèces de cannes21.

56L’offre touristique comprend une promenade à travers champs, grâce au petit train qui ressuscite celui qui servait à l’origine au transport de la canne, ainsi que du charbon qui alimentait alors l’usine, et dont subsiste, on l’a dit, une partie du réseau ferré. Outre un « laboratoire », où l’on peut goûter le jus obtenu par pressage des morceaux de canne, le site met à la disposition de ses visiteurs un restaurant créole et une « kazabokit » (sorte de sandwicherie-restauration rapide locale), pour une pause-déjeuner. 


57La réhabilitation architecturale et l’exploitation touristique de Beauport permettent donc de pénétrer au cœur d’une région en partie atypique et souvent mal connue (à l’opposé des sites balnéaires les plus fréquentés de l’archipel), celle du Nord Grande-Terre, noyée dans un océan de cannes aujourd’hui encore animé par les vagues successives des alizés, dont l’aspect sauvage et authentique a été préservé : champs de canne à perte de vue, tours de moulins disséminées ici et là, cabrouets servant au transport de la canne, végétation sèche et balayée par les effluves marines, senteurs sucrées des tiges de canne coupées deux fois l’an, tout contribue à pérenniser l’identité et les charmes du pays cannier, tout en conservant à l’intention des jeunes générations comme des visiteurs non résidents la mémoire d’une exploitation esclavagiste dont la dimension dramatique, à l’époque de l’expansion manufacturière et industrielle des xviième et xixème siècles contraste étrangement avec le silence et la sérénité qui caractérisent aujourd’hui le site.

58L’offre touristique y est à la fois diverse, riche et variée : animations culturelles autour de la canne, balades en train et excursions dans le dédale de la canne, spectacles proposés par des associations culturelles locales, participation des visiteurs à différents ateliers (écriture : Kote Liv’ ; théâtre : Ti Lolo des arts ; illustration, jeux traditionnels et jeux de société géants ; musique, etc.), musée, restauration-détente (initiation à la gastronomie créole), boutique offrant l’opportunité de déguster les produits du terroir et d’acquérir les créations des artisans locaux. On trouve également un service commercial pour l’organisation de manifestations traditionnelles (soirées, repas festifs, etc.).

59Le Pays de la canne associe ainsi, dans une offre aussi originale qu’attractive, un patrimoine riche, une culture vraie, des femmes et hommes authentiques, un savoir-faire industriel, et une histoire passionnante. Le site, qui s’étend et se développe sur plusieurs hectares, comporte de nombreuses stations d’interprétation (via, notamment, l’« audio-visio canne », qui permet une initiation à toutes les étapes de la transformation de la canne à sucre), sans oublier la « maison de l’usinier », emblématique de l’architecture créole traditionnelle. Chaque vestige du patrimoine industriel que met aujourd’hui en scène Beauport, dans sa dimension technique culturelle autant que scientifique, est ainsi prétexte à raconter et à se souvenir. 

60Le musée et l’espace audio visuel mettent pour leur part à la disposition des visiteurs et des touristes une documentation conséquente sur la culture de la canne, l’histoire de l’usine et les impacts, sur l’économie de la région comme, plus largement, sur celle des Antilles, d’une activité industrielle il n’y a guère riche et active. Un espace dédié, le Mur de la Mémoire, rend pour sa part hommage aux fondateurs de Beauport.

  • 22 Sur les statistiques de fréquentation, voir infra, Annexe

61Enfin, les projets sont ambitieux, appelant plus de trois millions d’euros d’investissements. Il s’agira en particulier d’augmenter la surface d’exposition, au profit d’une exposition permanente sur l’usine et d’une exposition sur le thème de l’énergie22.

2.2.3. La visite du complexe et des champs de canne

62Si le touriste fait le choix de recourir aux services d’un guide-animateur, chaque fonction au sein de l’usine est commentée par un ancien salarié, et illustrée par de nombreux photos et panneaux didactiques décrivant la vie et les activités au sein de l’ancienne usine et des champs alentour.

63La visite se poursuit par une excursion en train au milieu des plantations et de la campagne, agrémentée de commentaires décrivant l’histoire et l’économie de l’exploitation, les conditions et le déroulement de la vie quotidienne, mais également les caractéristiques de la canne comme des autres cultures ou arbres rencontrés au gré du trajet. Une halte dans une petite « gare » permet de se désaltérer, avant d’emprunter la voie en sens inverse pour le retour. Il s’agit de la seule ligne de chemin de fer encore utilisée au pays de la canne, et par là la seule en circulation en Guadeloupe.

64La dernière partie de la visite peut être consacrée au musée, qui, comme l’espace audio-visuel, met à la disposition des visiteurs une importante documentation sur la culture de la canne, l’histoire de l’usine et l’importance économique qui a été celle de cette industrie pour la région.

65Outre la disponibilité, le dynamisme et l’érudition des animateurs, les visiteurs peuvent accéder à un espace pédagogique, pour y découvrir un arboretum composé d’une trentaine de variétés, une serre où sont présentés des vitro plants, une station météo expliquant les relations entre météorologie et culture, des informations sur le cycle végétatif et sur les ennemis de la canne. Pour sa part, l’espace audiovisuel, que ses concepteurs ont voulu résolument moderne, comporte plusieurs modules didactiques : le petit lexique du sucre, qui décrit les étapes de la fabrication du sucre ; le livre sonore réunissant les témoignages des hommes et des femmes qui ont fait l’usine ; la maquette du site industriel ;
un espace dédié aux fondateurs de Beauport ;
un quizz sur la canne et le sucre ; et plusieurs films sur le thème du sucre.

66On aura garde d’oublier le laboratoire de la canne, qui est de nature à accentuer, en sus des autres composantes du site, la dimension « scientifique » à la démarche touristique que propose la visite de Beauport, car il permet d’aborder des connaissances techniques à la fois exhaustives et accessibles, en particulier au cours d’ateliers encadrés par un médiateur scientifique. Le circuit se termine par une visite de la boutique, qui recèle les richesses du « Pays de la Canne », les créations artisanales, les saveurs, etc. Les produits du terroir (sik à coco, fruits cristallisés, mousach, etc.), qui participent de sa mémoire et de son identité, racontent eux aussi l’histoire, passée et présente, de la Guadeloupe.

Photographie 3. Petit train touristique (ancienne voie de transport de la canne (Beauport)

Photographie 3. Petit train touristique (ancienne voie de transport de la canne (Beauport)

Source : J. M. Breton (2012)

3. Tourisme scientifique et patrimoine agricole : l’habitation-caféière de La Grivelière (Sud Basse-Terre)

67L’Habitation-café (caféière) de la Grivelière (commune de Vieux-Habitants) constitue l’un des joyaux du patrimoine historique de la Guadeloupe. 

68La Grivelière est une habitation de 90 hectares, propriété de la Région Guadeloupe depuis 1988. Classée monument historique depuis le 6 mars 1987, elle se situe dans la zone centrale (« cœur ») du Parc national de la Guadeloupe, à 200 mètres d’altitude, nichée au fond de la vallée de Grande-Rivière de Vieux-Habitants.

69Cette ancienne Habitation café a été restaurée grâce à l’intervention du Conseil Régional de Guadeloupe. Elle reste l’une des dernières habitations café des Petites-Antilles encore en partie en état, témoin majeur de l’économie de plantation du xviiiième siècle dans la Caraïbe. L’habitation principale (communément appelée « maison de maître » à partir du xixème siècle), les logements d’ouvriers, le moulin, la terrasse, l’installation technique et son mécanisme sont des éléments d’architecture préindustrielle protégés au titre des monuments historiques. Les logements des esclaves étaient situés en contrebas de la maison principale. On peut voir encore aujourd’hui à leur emplacement les vestiges des cases de travailleurs qui remplacèrent la main-d’œuvre servile après l’abolition de 1848.

70L’habitation-café de la Grivelière abrite aujourd’hui les activités de l’association culturelle et de réinsertion « Verte Vallée ».

Photographie 4. Maison des maîtres de l’Habitation de la caféière (La Grivelière)

Photographie 4. Maison des maîtres de l’Habitation de la caféière (La Grivelière)

Source : J. M. Breton (2011)

3.1. L’histoire du site23

  • 23 Ibid. supra, note 12
  • 24 Aujourd’hui chef-lieu administratif de la Guadeloupe, Pointe-à-Pitre en étant pour sa part la « cap (...)
  • 25 Façade ouest de l’île, ouverte sur la mer des Caraïbes, au flanc du massif de la Soufrière
  • 26 Matière colorante tirée des graines rouges du rocouyer (que les Amérindiens utilisaient, avant l’ar (...)

71« Vieux-Habitants » est un foyer de la colonisation de l’île par les Français arrivés dans le sud de l’île, dans la région de Basse-Terre24. Ils débarquent à la pointe Allègre, sur la Côte-Sous-le-Vent25 le 27 juin 1635, et la paroisse de Saint-Joseph des Vieux-Habitants est fondée en 1636 par Nicolas Sullard, capitaine La Ramée. À cette époque, on appelle « habitants » les colons qui reçoivent une concession de terre, premiers propriétaires par rapport aux engagés. La zone va alors se peupler rapidement. Les premiers occupants plantent du tabac, du roucou26 et de l’indigo. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que seront introduits le café et le cacao.

72La Grivelière est le regroupement de plusieurs parcelles dont la plus importante portait, en 1788, le nom d’« Habitation Saint-Joseph ». Elle est mentionnée à l’époque comme manufacture à café, d’une contenance de 47 hectares, occupant 45 esclaves, maîtres et économe. On ne sait pas exactement à quel moment elle a débuté son activité, mais il est probable qu’elle ait profité du contexte nouveau, favorable au développement de la culture du café en Guadeloupe, vers 1726, sur les terres impropres à la culture de la canne.

  • 27 Local destiné à la transformation du café à partir du traitement et de la torréfaction des « cerise (...)

73Cette propriété est désertée à la Révolution et on perd la trace des 45 esclaves. Après la période révolutionnaire, ses parcelles furent cultivées en café et en cacao avec une main-d’œuvre servile beaucoup plus limitée, réduite de 10 à 5 esclaves. Il faudra attendre la fin du xviiième siècle pour qu’une bonifierie27 y soit implantée.

  • 28 Galettes de farine de manioc

74À cette époque, le souci des résidents est de s’assurer une survie quasi autarcique, en cultivant la terre, en vendant leurs ignames, malangas, en récoltant le manioc pour fabriquer sur place la cassave28, et en élevant des volailles, des porcs. Ils descendent de temps à autre jusqu’à la mer, à pied ou à dos d’âne, et en remontent avec du froment, du sel, de l’huile, de la salaison, de la morue, etc.

75En 1842, au moment de la crise du café, les frères Perriolat, originaires de la Drôme et fraîchement débarqués en Guadeloupe, en font l’acquisition, et s’attachent à regrouper les terres environnantes et des habitations plus modestes comme Saint Joseph et la Surprise. Propriétaires-inventeurs d’une machine industrielle à broyer le roucou, ils la transforment en roucouyère. L’habitation prend alors le nom de « Grivelière », en 1843, cinq avant la date d’abolition de l’esclavage (1848). Vers 1860, elle devient une fabrique de roucou, puis y est développée la culture du cacao au sein d’une cacaoyère. Elle est également équipée d’une manioquerie, de deux bonifieries, d’un four à bois, et devient une exploitation prospère, du moins jusqu’à la fin du xixème siècle.

76Louis Adolphe Rollin rachète l’ensemble de la propriété en 1888, et le nom La Grivelière apparaît pour la première fois sur un acte notarié. À cette époque, c’est une vaste roucouyère employant 60 personnes et produisant 200 tonnes de pâte de ce fruit à graines rouges. Elle fonctionnera comme telle jusqu’en 1893. De 1893 à 1919, la Société Anonyme « La Grivelière » y exploite surtout le cacao et reprend timidement la culture du café.

77François Pagésy en fait l’acquisition en 1919. La famille Pagésy est implantée sur la Côte-Sous-le-Vent depuis 1740. Elle s’est consacrée essentiellement à la culture du café. À partir de 1919, Pagésy et ses héritiers, nouveaux propriétaires, restaurent les bâtiments et contribuent à redonner au site sa vocation originelle de « maison du café », en relançant, dès son installation, la culture du café, dont ils font passer la surface plantée de 4 à 20 hectares. Des cultures vivrières (malangas, ignames, madères) et maraîchères (concombres, tomates, pois tendres) complètent l’exploitation sur un total de 103 hectares. Mais le terrible cyclone de 1928, puis celui de 1956 (Betsy) en 1956, mirent progressivement un terme à l’activité.

78En 1978, 45 hectares sont plantés en café et en cacao, 50 hectares en forêt, dont deux hectares servent de support à une plantation de poivriers et de vanilliers ; deux hectares de cultures vivrières et maraîchères sont plantés en bordure de rivière.

79La Grivelière fonctionne jusqu’en 1983, avant d’être rachetée par la Région en 1988. De septembre 1985 à juin 1987, certaines parties des bâtiments seront été entièrement démontées, d’autres laissées dans un état de semi-abandon. Il faudra attendre plusieurs années pour que la plupart d’entre eux soient alors réhabilités et/ou reconstruits à l’identique (la maison des maîtres en particulier) par une entreprise spécialisée dans la restauration des monuments historiques.

3.2. L’offre touristique

3.2.1. Le cadre historico-manufacturier

80Le domaine de la Grivelière est aujourd’hui présenté comme étant la seule « caféière » traditionnelle de la Caraïbe encore en activité, comme un « site d’exception » offrant l’opportunité d’une « immersion dans un passé préservé ». 

81Située dans un cadre exceptionnel, La Grivelière a conservé son authenticité au cours des siècles, et constitue par là un ensemble patrimonial unique dans les Antilles françaises. Elle témoigne d’activités et de savoir-faire dont la richesse et l’originalité présentent un grand attrait touristique, en termes de découverte comme d’approche « scientifique ». Les bâtiments actuels remontent, pour les parties les plus anciennes, à la fin du xviiième siècle.

  • 29 Hangars destinés au séchage et au stockage des récoltes de café et de cacao (l’origine du mot vient (...)

82L’habitation, qui ne redevint caféière qu’au début du xxème siècle, se compose d’une maison de maître, d’une maison de géreurs, d’habitations d’ouvriers, de deux boucans29, d’un hangar (torréfaction), de deux moulins hydrauliques (décortication), des vestiges d’anciennes cases d’ouvriers et peut-être même des anciens esclaves. Elle est flanquée de petits bâtiments annexes, dont une ancienne porcherie. Un jardin médicinal a été restauré en contrebas de l’habitation. La renaissance de l’ancien jardin créole, d’une forêt de plantes tropicales, ou d’anciens vergers, resitue l’habitation au sein de son patrimoine naturel.

83La Grivelière est aujourd’hui comme une habitation caféière de plus de 89 hectares. Les divers bâtiments d’exploitation s’organisent autour de la maison des maîtres, située au faîte d’un promontoire dominant la vallée. Il s’agit d’une maison basse (de 22 mètres de long sur 8 mètres de large), surmontée d’un toit à deux pans dont chaque versant est percé de cinq lucarnes. L’architecture est à colombages. Les pignons et la façade exposée l’est/sud-est sont en partie basse, en maçonnerie de chaux et de moellons. Les chaînes d’angle et les seuils de portes sont en roche volcanique taillée localement. La façade donnant sur la cour est entièrement en bois, de même que les cloisons et les menuiseries intérieures.

84En l’état actuel, le site regroupe un ensemble de bâtiments à vocations agricole (divers boucans, écurie, bonifierie, déceriseuse) et domestique (longères des maîtres, du contremaître, cuisines, cases des esclaves), et donc classé en 1987 pour son unicité et la qualité de conservation de ses bâtiments.

  • 30 Afin de permettre d’effectuer les travaux récemment engagés à cet effet, le restaurant créole (tabl (...)

85À l’emplacement où se situaient à l’origine les maisons des esclaves (actuellement détruites), de nouvelles doivent être reconstruites à l’identique (extérieurement), qui offriront des chambres d’hôtes et permettront, d’ici 201430, l’hébergement des visiteurs qui souhaiteraient y séjourner.

  • 31 Comme au temps ancien

86Lorsque la collectivité régionale se porte acquéreur de cette propriété en 1988, elle entreprend la réhabilitation de la maison de maître. Le galetas qui occupe toute la surface de la maison était réservé au séchage du café. À proximité se dressent les vestiges du « potager ». C’est une petite cuisine avec un triple foyer en brique. Comme dans toutes les habitations à l’époque, la cuisine était proche, mais distincte de la résidence, pour limiter les dégâts en cas d’incendie. Une fois l’essentiel des travaux de la maison achevés, plusieurs pièces ont été réaménagées avec des meubles d’époque. Le visiteur peut y découvrir le charme et l’ambiance d’une salle à manger, d’une chambre, d’une cuisine et d’un cabinet de toilette an tan lontan31.

87Tout autour du bâtiment principal, d’autres s’en élèvent d’autres, indispensables sur ce lieu de vie, comme le hangar à cacao, le glacis (une cour de 370 m2 pour le séchage du café en plein air), le grand boucan (bâtiment qui hébergeait le géreur et sa femme à l’étage et où, au rez-de-chaussée, était stocké le café), le boucan à tiroirs (bâtiment en bois à tiroir réservé au séchage du café) auquel est accolé un cachot en pierre de taille. Il existe encore trois bâtiments abritant les machines à dépulper et à décortiquer le café entraînées par une roue à aubes. Les « cases à nègres » étaient situées en contrebas de la maison des maîtres pour être facilement surveillées. Leur nombre est passé de 11 en 1893, à 7 en 1947. Aujourd’hui, il n’en reste que 2.

Photographie 5. Bâtiment et aire de séchage du café

Photographie 5. Bâtiment et aire de séchage du café

Source : J.M. Breton (2011)

3.2.2. L’association gestionnaire

88En 1988, La Grivelière a été acquise par le Conseil régional de Guadeloupe qui en a confié la gestion à l’Association Verte Vallée en 1997.

89Fondée en 1994 par les habitants de la vallée, celle-ci avait un double objectif : développer un site naturel et historique remarquable, tout en revalorisant son patrimoine et en préservant et en protégeant la nature. Elle a conçu à cet effet un projet de développement agro-écotouristique en utilisant La Grivelière comme produit d’appel. L’idée forte autour de laquelle s’est constituée l’association était de développer la région tout en préservant et en protégeant la vallée et en valorisant le patrimoine matériel (caféière) et immatériel (savoir-faire locaux).

  • 32 Terme désignant dans les Antilles des collines de faible élévation

90L’une de ses premières initiatives fut de replanter 20 000 plants de caféiers, de la même variété que leurs ancêtres, mais aussi des arbres fruitiers, de la vanille, des cacaoyers et deux hectares d’agrumes. Les membres ont aussi eu à cœur de recréer un jardin créole et un second exclusivement consacré aux plantes médicinales sur le morne32 dit « L’hôpital ».

91Pour assurer le succès du projet, l’accent a été mis sur la mobilisation de toutes les ressources existant dans la vallée, mobilisation qui s’est appuyée sur la relance de la production agricole (café, fruits, racines, légumes, plantes aromatiques, etc.), sur la création d’unités artisanales de transformation agro-alimentaire (liqueurs, confitures, fruits au sirop), sur l’aménagement d’une table d’hôtes et sur la confection et la vente de souvenirs. Le Domaine de la Grivelière, restauré et viabilisé, constitue désormais un point d’attraction pour les touristes, générant par son exploitation les recettes indispensables au maintien et au développement futur du projet. Des emplois y sont proposés dans le cadre de l’entreprise d’insertion créée et dirigée par l’association, lui conférant une indéniable et importante dimension sociale.

92Grâce à elle, l’habitation est devenue également un site touristique particulièrement prisé en Guadeloupe. L’association Verte Vallée s’est en effet attachée à y développer de nouvelles activités, qui se retrouvent dans plusieurs structures : Habitation La Grivelière, maison du café, table d’hôtes.

  • 33 Région, Office national des forêts, l’Agence départementale d’insertion, Commune de Vieux-Habitants (...)

93Elle poursuit notamment un but social, car en gérant l’entreprise d’insertion susvisée, dans le secteur de l’entretien des espaces verts, ainsi qu’une entreprise artisanale d’agro-transformation. Chargée de l’exploitation du site propriété de la Région Guadeloupe, elle est rapidement devenue, forte de l’expérience acquise et avec l’aide de ses partenaires33, un pôle économique et touristique innovant, de première importance pour la vallée, mais également, au-delà de celle-ci, pour la commune de Vieux-Habitant ainsi que pour les communes limitrophes de la Côte-Sous-le-Vent.

94En outre, le fait que le site se trouve dans l’enceinte du Parc national, aire protégée par excellence, constitue un atout considérable, en lui assurant une protection contre les spéculations éventuelles, incompatibles avec la protection de la nature. Le label du Parc est incontestablement un élément de confiance dans la qualité naturelle des produits vendus et consommés.

3.2.3. L’offre touristique et didactique

  • 34 Ouvert en 2002, à l’initiative de l’association autant qu’à la demande des visiteurs, le restaurant (...)
  • 35 Plantes médicinales. Avec ses 3800 espèces végétales (dont 220 sont comestibles et 625 ont des vert (...)
  • 36 On soulignera l’intérêt, au regard d’un tourisme à vocation « scientifique », de la valorisation et (...)

95Les activités et produits touristiques offerts par La Grivelière sont nombreux et variés, et ne se limitent pas à l’intérêt historique et scientifique — au demeurant primordial — de (re)découvrir l’organisation, les techniques et le fonctionnement d’une entreprise manufacturière aujourd’hui disparue, sous cette forme tout au moins, celui d’une caféière des siècles passés. Ils proposent en effet à la fois : des visites guidées (habitation et forêt alentour), une table d’hôtes avec la découverte de la gastronomie du terroir34 ; un espace de dégustation des produits biologiques de la propriété ; une boutique (café arabica Bonifieur Guadeloupe traité selon des méthodes séculaires, bâton de cacao transformé en « chocolat tradition », liqueurs fabriquées sur place, souvenirs, etc.) ; l’organisation d’événements festifs, de séminaires culturels et scientifiques, de manifestations et de journées thématiques autour du café, du cacao, des rimed razyé35, des saveurs locales d’antan, de la mode et de la culture, et, plus généralement, des ressources du patrimoine local36) ; des expositions (permettant de découvrir les applications actuelles : produit cosmétique, teintures naturelles, artisanat, soins du corps, etc.) ; la découverte de la rivière (balade, et bain à la cascade du Paradis) ; et, bientôt, des hébergements (supra).

96La visite de l’habitation, réalisée par les guides expérimentés de l’association Verte Vallée, est particulièrement instructive, présentant et expliquant les différents aspects de la production du café, ainsi que l’organisation de la vie et du travail quotidiens au sein de l’habitation. Les visiteurs sont ensuite conduits au cœur du jardin créole, où leur sont présentés, de façon très didactique, la flore et l’ensemble des plantes que l’on peut retrouver dans la forêt tropicale de la Basse-Terre.

97Outre le dépaysement procuré par la magie du site, l’Habitation La Grivelière offre donc aujourd’hui, de manière inédite, la possibilité de plonger dans l’histoire des lieux, de découvrir des saveurs oubliées, de retrouver des savoir-faire quasi oubliés, et un véritable « retour aux sources » au tréfonds d’une nature aussi préservée que luxuriante.

Photographie 6. Bâtiment de traitement des cerises de café (La Grivelière)

Photographie 6. Bâtiment de traitement des cerises de café (La Grivelière)

Source : J. M. Breton (2011)

3.2.4. Les premiers enseignements

  • 37 FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) en particulier

98Le « bilan » après quelques années de fonctionnement est plutôt positif (Koussoula-Bonneton, 2010 : 140). Les fonds communautaires37, auxquels s’ajoutent les soutiens financiers et logistiques du Conseil régional et de la Direction régionale de l’action culturelle (DRAC), ont permis la continuation des travaux de restauration et facilité la gestion et la promotion de ce site. Actuellement, l’association Verte Vallée contribue pour sa part au financement des dépenses de fonctionnement à hauteur d’environ 60 %. La fréquentation annuelle dépasse aujourd’hui 30 000 visiteurs.

99Chaque année, de nouvelles manifestations culturelles, auxquelles participent des groupes locaux, sont organisées sur le site, à l’intention de la population locale comme des touristes de passage. À terme, les produits attendus des nouvelles plantations de café et de cacao devraient permettre, sinon de réaliser un excédent, tout au moins d’atteindre l’équilibre des dépenses et des recettes.

  • 38 Jusqu’à avoir pu susciter, à certaines époques, des réactions et des comportements négatifs de la p (...)

100L’association aurait pour sa part souhaité une extension du site, accompagnée d’une diversification accrue des activités (avec, par exemple, la construction d’aires de pique-nique). Mais cette intention s’est heurtée aux restrictions imposées, en termes d’aménagements par les exigences de conservation de la biodiversité et des espaces naturels protégés issues du règlement du Parc national. Les contraintes qu’il entraîne, bien qu’elles constituent d’incontestables et indispensables garde-fous de la protection du patrimoine, sont d’ailleurs parfois ressenties, non sans raison, comme autant d’obstacles aux projets de développement de l’entreprise38.

Conclusion

101Cet exemple montre à tout le moins que la sauvegarde et la valorisation de ce patrimoine par l’association constituent une source de fierté pour la population locale et un exemple de réussite. Il est pour cette raison souvent cité, reconnu et imité par d’autres associations dans les Petites Antilles.

  • 39 Les outils de gestion et de valorisation des ressources matrimoniales au service d’un tourisme scie (...)

102La dimension identitaire et la portée structurante, au plan socio-culturel, de l’identification au patrimoine a pour effet d’opérer un transfert de valeur de l’élément patrimonialisé (et donc revalorisé) aux individus ou aux groupes (collectivités et/ou communautés) qui y sont associés. On peut certes retenir d’autres exemples de tourisme « scientifique », et rapporter d’autres expériences, tout aussi significatifs, porteurs de connotations et révélateurs d’enjeux, sinon de tensions, plus ou moins polémiques voire conflictuelles, en termes d’appropriation, de réappropriation, d’affectation et de contrôle des ressources du patrimoine culturel par les populations locales. Ceci au profit d’une démarche de développement local à la fois intégrée et participative, face aux menaces de dépossession, d’aliénation et de déculturation exogènes et extraverties, sans exclure, ici et là, des arrière-pensées et des stratégies, occultes ou manifestes, de construction et de reconnaissance identitaires, a minima, de conquête du pouvoir et d’émancipation politique, a maxima39.

  • 40 On mentionnera, dans l’esprit des projets de réhabilitation de mise en tourisme, en Guadeloupe, des (...)

103Dans les Antilles françaises (constitutives, avec la Guyane, des Départements français d’Amérique), on peut relever un certain nombre d’expériences de mise en valeur et d’exploitation productive de telle ou telle ressource ou composante du patrimoine historique et culturel, lato sensu, dans le cadre d’une démarche touristique à caractère scientifique (dont il n’est pas exclu pour autant qu’elle puisse revêtir conjointement une connotation écologiquement responsable et socialement solidaire)40.

104Les outils de médiatisation et d’exploitation touristique des ressources locales s’inscrivent pour leur part dans le sens de la valorisation d’un patrimoine qui procède incontestablement de la culture historique et économique profonde des Guadeloupéens, même si la « commercialisation » parallèle de l’événement à des fins touristiques relève, en l’espèce, d’un processus plus classique de mise en tourisme.

105Sur le plan du droit français, on renverra, ad referendum, à des orientations et/ou aspects plus significatifs ou déterminants de la démarche normative, qu’elle soit de nature législative ou règlementaire, en tant qu’outil d’expression et de réalisation des politiques publiques dans les domaines considérés. Deux axes principaux semblent pouvoir être retenus à cet égard, sans préjudice d’autres volets des politiques du patrimoine et du tourisme, a fortiori de leur rencontre et de leur cohérence, dans l’esprit et la perspective de la présente étude. Le premier est celui de la protection spécifique du patrimoine culturel, en tant que tel, à travers ses différentes composantes archéologiques, historiques et architecturales, plus ou moins largement porteuses de sa dimension scientifique ; le second, celui, plus large et transversal, et en même temps plus politique et moins technique, de la décentralisation de la gestion des biens culturels.

106Il n’était pas question, à travers les analyses et les développements ci-dessus, d’envisager la conception, l’élaboration et a fortiori la mise en œuvre de projets de développement touristique durable à objet patrimonial. Le propos s’est voulu plus limité, sans autre ambition que de livrer, à partir des deux cas présentés, quelques pistes de réflexion, qui pourront être validées et confortées par référence à d’autres expériences et à d’autres « regards », dans différents contextes géographiques, politiques, économiques ou sociologiques. Ceci conduit à relativiser la vision que l’on peut en avoir et, a fortiori, les conclusions que l’on peut tirer des constats opérés (Breton, 2011).

107On ne perdra pas de vue, non plus, l’indispensable mobilisation, à la fois directe, effective et multiforme, des populations locales, par leur implication active et systématique à tous les stades et dans toutes les phases de la conception, de l’élaboration, de la planification, de la mise en œuvre et de la gestion d’un projet de développement local ancré dans une démarche de tourisme patrimonial en général, et scientifique en particulier. Parce qu’elles doivent impérativement, du fait de la logique intrinsèque du développement durable, en être les premiers acteurs, et non pas les seuls témoins plus ou moins passifs, on y verra, à travers la séquence diachronique d’information-sensibilisation-implication-responsabilisation, une opportunité, en même temps qu’une condition forte et incontournable, de réappropriation (à la fois politique, économique, juridique et culturelle) par ces populations de leur milieu de vie, de leurs ressources, de leur patrimoine, et, par là, de leur territoire lui-même (Breton, 2006, 2009, 2010, etc.).

  • 41 Il n’a pas été possible, au moment où a été rédigé ce texte, de disposer des données statistiques i (...)

108Si, enfin, on devait tirer un premier enseignement des quelques observations ci-dessus41, il résiderait dans la considération qu’il ne saurait exister en la matière aucune « recette miracle » ni préconisation indiscutable ; que les leçons du terrain sont et doivent en toute situation rester déterminantes ; que les avancées dans la recherche d’un « modèle » de développement touristique durable ne peuvent procéder que de l’accumulation des expériences, de la multiplication des bonnes pratiques, et des analyses comparatives et transdisciplinaires rigoureuses que les unes et les autres peuvent susciter ; et que, en fin de compte, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, la capitalisation et de la valorisation des acquis, pour autant qu’elles s’avèrent positives, restent déterminantes.

109La crédibilité opérationnelle, et donc la légitimité sociétale, d’une telle démarche est à ce prix. La voie est largement ouverte, mais la route est probablement encore longue…

Haut de page

Bibliographie

Allix, G. (2006). « Le double défi du patrimoine », Le Monde, 2 novembre 2006, 21

Bourlon, F. et P. Mao (2012). « Le tourisme scientifique, un essai de définition », Téoros, 30(2) : 94-104, URL : <http://id.erudit.org/iderudit/1012246ar>.

Breton, J.-M. (2004). « Paradigme d’écotourisme et sociétés traditionnelles en mutation : le cas de l’outre-mer français », Téoros, 23(2) : 54-60.

Breton, J.-M. (2006). « Tourisme, culture et environnement. Une problématique identitaire ? », dans Ch. Gagnon et S. Gagnon (dir.), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce. De la conservation au développement viable des territoires, PUQ, Québec : 43-71

Breton, J.-M. (2009). « Les enjeux et les outils d’une gestion touristique intégrée du patrimoine culturel au service d’un développement durable et viable », dans J.-M. Breton (dir.), Patrimoine culturel et tourisme alternatif (Europe-Afrique-Caraïbes-Amériques), Karthala-CREJETA, Série « Iles et pays d’Outre-Mer », vol. 6 : 367-397.

Breton, J.-M. (2010). « Des handicaps au rôle de l’écotourisme comme outil de développement local durable et viable. Le cas de la Guadeloupe », dans Ch. Gagnon (dir.), L’écotourisme visité par les acteurs territoriaux. Entre conservation, participation et marché, PUQ, Québec : 207-228.

Breton, J.-M. (2011). « Patrimonialisation et tourisme(s) alternatif(s), entre dialectique et synergie : quels outils pour un développement durable et solidaire ? », dans J.-M. Breton (dir.), Tourisme durable et patrimoines. Une dialectique développementale ? (Europe-Caraïbe-Amérique-Afrique-Asie), Karthala-CREJETA, Série « Iles et pays d’Outre-Mer », Paris, vol. 8 : 425-476.

Chevrier F.-G. et M. Clair-Saillant (2006). « Renouveau du tourisme culturel. Que reste-t-il du “touriste” ? », Téoros, n° 2 : 72-74

Cousin, (1998). « Le tourisme industriel, objet médiatique non identifié », Cahiers Espaces, 57, 6-14

Cousin, (2001). « Industrie de l’évasion ou entreprise d’encadrement ? Le cas du tourisme industriel », Quaderni, 44 : 45-71.

Deperne, H. (2007). « Le tourisme patrimonial dans la ligne du Grenelle de l’environnement », Tourisme et droit, n° 92.

Drouin, M. (2007). « Un vieux débat toujours ranimé autour de l’interprétation du patrimoine », Téoros, n° 3 : 72-75.

Koussoula-Bonneton, A. (2010). « Patrimoine et écotourisme : dialectique controversée ? Les cas de la Fondation Françoise-Canez-Auguste en Haïti et de la Verte Vallée en Guadeloupe », dans Ch. Gagnon (dir.), L’écotourisme visité par les acteurs territoriaux. Entre conservation, participation et marché, PUQ, Québec : 123-163.

McKercher et Du Cros (2002). Cultural tourism: the Partnership between tourism and cultural heritage management, New York, Haworth Hospitality Press.

Mieczkowski, (1995). Environmental Issues of Tourism and Recreation, Maryland: University Press of America, 566 p.

Morse, M. A. (1997). “All the world’s a field: a history of the scientific study tour”, Progress in Tourism and Hospitality Research, 3(3): 257–269.

Origet du Cluzeau, C. (2005). « Tourisme scientifique et tourisme culturel destins communs et divergences », La lettre de l’OCIM, 101 : 6-11.

Haut de page

Annexe

Annexe

Tableau 1. Site industriel de « Beaufort ». Statistiques 2007/2011 (par type de public)

  

2007

2008

2009

2010

2011

total 2007/2011

%

Scolaires

        6 247  

        3 970  

        1 461  

        1 868  

        2 802  

          16 348  

13,81 %

CLSH

        1 859  

        1 298  

        1 118  

        1 456  

        2 021  

            7 752  

6,55 %

Réceptifs

 

          519  

          198  

            53  

          120  

               890  

0,75 %

Groupes divers

        3 794  

        1 830  

        1 991  

        1 037  

        3 229  

          11 881  

10,03 %

Individuels

      15 921  

      19 988  

        7 380  

      10 857  

      13 900  

          68 046  

57,47 %

Événementiel

        1 488  

        8 201  

          649  

        1 436  

        1 715  

          13 489  

11,39 %

Totaux visiteurs

      29 309  

      35 806  

      12 797  

      16 707  

      23 787  

         118 406  

100 %

Source : « Beaufort » — avril 2012

L’écart entre les statistiques sur l’origine 21 544 et les statistiques générales (23 787) pour 2011 tient à ce que les premières sont des données brutes du logiciel, retraitées chaque mois, car le paramétrage du logiciel de billetterie n’est pas tout à fait optimal. Cependant, cela donne déjà une idée de l’origine de la clientèle.

Haut de page

Notes

1 La Guadeloupe, qui fait partie, dans la zone caraïbe, des « Petites Antilles », se compose, outre l’île principale (Grande-Terre et Basse-Terre), des îles de La Désirade, Marie Galante, les Saintes, Saint-Barthélemy et (pour partie) Saint Martin.

2 Par exemple, et ad referendum, si l’on veut établir un parallèle avec le tourisme culturel en général, la typologie proposée par la Commission européenne du tourisme (CET), développée par McKercher et Du Cros (2002) (Cultural tourism: the Part-nership between tourism and cultural héritage management, New York, Haworth Hospitality Press), en retient cinq catégories : intentionnel, consciencieux, instinctif, amateur et accidentel (ibid., 72)

3 Cette définition s’approche de celle proposée par le Comité régional en tourisme scientifique du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CSL Saguenay-Lac-St-Jean, Québec, 2005) du « Tourisme d’Apprentissage Scientifique » (T.A.S.), qu’il distingue du « Tourisme de Recherche Scientifique » (T.R.S.), qui est mobilisé dans la troisième forme nommée écovolontariat scientifique.

4 Mieczkowski (1995) définit le tourisme scientifique comme « a form of ecotourism that helps to preserve the environment relatively undisturbed ».

5 De grandes agences ou organisations de la recherche vont même jusqu’à labelliser certains opérateurs ou produits, à l’image du partenariat signé en 2008 entre le Centre National de Recherche Scientifique (C.N.R.S.) français et le tour-opérateur Escursia. Les chercheurs C.N.R.S. participent à l’encadrement et à l’animation des séjours. Il peut s’agir de la découverte de la forêt amazonienne en Guyane, des ethnies du sud-Cameroun ou de la botanique à Madagascar (Bourlon et Mao, loc. cit.).

6 Le Ministério do Turismo (2010) du Brésil utilise indifféremment les termes de « tourisme d’université, de tourisme pour l’éducation, de tourisme scientifique et de tourisme étudiant ». Il définit ce concept comme un « tourisme d’étude et d’échange, basé sur la motivation pour les activités et programmes d’apprentissage qui peuvent favoriser le développement personnel et professionnel grâce à des expériences interculturelles » (Ibid.).

7 ICIP-ICOMOS, 2007 (cf. « Charte ICOMOS pour l’interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux »). Cet organisme a entre autres contribué à la rédaction d’une charte pour l’interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux, en vue de baliser les pratiques pour éviter des dérapages « quant aux finalités de la conservation et l’appréciation du public des sites patrimoniaux »

(http://icip.icomos.org/FR/groups_charter.html).

8 Tourisme de mémoire, Cahiers Espaces, 2003, n° 80.

9 Musées et tourisme, Cahiers espaces, 2005, n° 87.

10 La plus grande île de l’archipel guadeloupéen est en réalité constituée de deux parties, la Basse-Terre, au sud, où se situe la dorsale volcanique du massif de la « Soufrière » et la Grande Terre, au nord, principalement constituée d’un vaste plateau calcaire, séparées par un étroit bras de mer, la « rivière salée ».

11 En tant que collectivité territoriale (française) décentralisée

12 L’histoire du site et des activités qui s’y sont développées depuis le début de la période coloniale ont été reconstituées à partir des informations fournies à travers les sites internet qui y sont consacrés, auxquels on pourra se reporter

13 Une « habitation » est, à l’époque coloniale, un ensemble de bâtiments et de terres destinés à une exploitation généralement à caractère agricole, organisé autour de la maison du « maître » propriétaire. Le terme a été conservé jusqu’à nos jours.

14 Halliers (en créole : haziers)

15 C’est-à-dire nés dans la colonie

16 À la suite de l’affranchissement des anciens esclaves, les planteurs ont fait venir une importante main d’œuvre d’origine indienne, qui a depuis lors fait souche dans les Antilles françaises depuis plusieurs générations

17 Nom populaire donné aux soldats français de la « Grande Guerre »

18 Assemblée délibérative du département (collectivité territoriale infrarégionale)

19 Il s’agit de charrettes traditionnelles tirées par des bœufs

20 Et plus encore à Marie-Galante, dont la « ruralité » a été plus largement et systématiquement préservée jusqu’à ce jour, et qui continue à exploiter la canne, au profit notamment de l’usine Bielle, qui produit un rhum « agricole » de qualité.

21 Qui font au demeurant l’objet d’études du CIRAD (Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le développement) et de l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique)

22 Sur les statistiques de fréquentation, voir infra, Annexe

23 Ibid. supra, note 12

24 Aujourd’hui chef-lieu administratif de la Guadeloupe, Pointe-à-Pitre en étant pour sa part la « capitale » économique

25 Façade ouest de l’île, ouverte sur la mer des Caraïbes, au flanc du massif de la Soufrière

26 Matière colorante tirée des graines rouges du rocouyer (que les Amérindiens utilisaient, avant l’arrivée des colons, pour peindre sur leur corps leurs « maquillages » rituels)

27 Local destiné à la transformation du café à partir du traitement et de la torréfaction des « cerises » (fruits du caféier)

28 Galettes de farine de manioc

29 Hangars destinés au séchage et au stockage des récoltes de café et de cacao (l’origine du mot vient du « bou-can », viande fumée chez les Indien Caraïbes, premiers occupants de la région)

30 Afin de permettre d’effectuer les travaux récemment engagés à cet effet, le restaurant créole (table d’hôtes) a provisoirement été fermé à la clientèle des visiteurs fin 2011

31 Comme au temps ancien

32 Terme désignant dans les Antilles des collines de faible élévation

33 Région, Office national des forêts, l’Agence départementale d’insertion, Commune de Vieux-Habitants, Parc national

34 Ouvert en 2002, à l’initiative de l’association autant qu’à la demande des visiteurs, le restaurant « table d’hôtes » a été construit dans le cadre d’un chantier-école. Les menus sont préparés à base de produits 100 % biologiques récoltés sur l’habitation, en réponse au souci de retrouver une agriculture traditionnelle, tout en répondant aux exigences de la charte du Parc national. La viande provient en grande partie de l’élevage basé sur l’habitation (poules, cabris, porcs, lapins) ; les poissons sont achetés directement aux pêcheurs de la Côte-sous-le-Vent.

35 Plantes médicinales. Avec ses 3800 espèces végétales (dont 220 sont comestibles et 625 ont des vertus médicinales), la Guadeloupe constitue un territoire potentiellement riche aux vues de toutes les utilisations possibles. Les molécules issues des plantes interviennent en effet, dans toutes les activités humaines : les déplacements, le logement, les vêtements, l’alimentation, les soins esthétiques, les soins médicaux. Il s’agit donc là d’un véritable « or vert ».

36 On soulignera l’intérêt, au regard d’un tourisme à vocation « scientifique », de la valorisation et de l’utilisation des ressources du patrimoine local grâce aux nouvelles technologies, au profit d’un développement économique innovant et soutenable pour l’archipel Guadeloupéen

37 FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) en particulier

38 Jusqu’à avoir pu susciter, à certaines époques, des réactions et des comportements négatifs de la part de certains habitants de la région, à travers notamment la dégradation ou de la destruction de la signalétique du site

39 Les outils de gestion et de valorisation des ressources matrimoniales au service d’un tourisme scientifique à vocation culturelle et pédagogique revêtent alors d’autant plus d’importance qu’ils constituent en fait des instruments d’accès à la souveraineté sur ces ressources. Mais leur charge « idéologique » peut parfois être délibérément utilisée (détournée ?) à des fins plus politiques, dont la « légitimité » sociétale est précisément plus ou moins ouvertement recherchée dans leur dimension patrimoniale inhérente à leur valeur socio-culturelle intrinsèque.

40 On mentionnera, dans l’esprit des projets de réhabilitation de mise en tourisme, en Guadeloupe, des sites de Beauport ou de la Grivelière, la création de la Savane des Esclaves, en Martinique, à proximité du bourg des Trois Ilets. Celle-ci, en associant histoire et tourisme, patrimoine et découverte scientifique, tout en portant témoignage d’un passé douloureux, a rencontré un succès certain auprès du public, en offrant une alternative ludique et récréative aux sites « de soleil » qui concentrent et maximisent de manière anarchique un tourisme largement indifférent aux réalités, et a fortiori au patrimoine, locaux.
En Guyane, la relance et la promotion de la culture de la vanille, production de terroir traditionnelle s’il en est, est significative d’une volonté de valoriser une ressource du patrimoine local disponible à l’état naturel, mais jusqu’alors jamais vraiment exploitée. La création d’une mini filière de production de cette plante aromatique, dont les premières gousses d’orchidées ont été produites en 2012, est de nature à susciter un intérêt non négligeable auprès des résidents comme pour des touristes, par une meilleure connaissance des potentiels agronomiques, aromatiques et génétiques d’une ressource caractéristique (à défaut d’être emblématique, comme à Madagascar) du patrimoine local, et donc de la « culture » dont il est porteur (cf. « La Guyane reprend le goût de la vanille », France-Guyane, 14 novembre 2007, p. 6)

41 Il n’a pas été possible, au moment où a été rédigé ce texte, de disposer des données statistiques indispensables pour pouvoir actualiser et finaliser de manière exhaustive, pour l’habitation-café de La Grivelière en particulier, la présentation des deux études de cas présentées ci-dessus (et ce, pour ce dernier cas, en raison de l’absence temporaire du gestionnaire du site étudié).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Zone d’accueil et de début de la visite du site
Crédits Source : J. M. Breton (2011)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photographie 2. Ancienne usine sucrière de traitement de la canne (Beauport)
Crédits Source : J. M. Breton (2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Photographie 3. Petit train touristique (ancienne voie de transport de la canne (Beauport)
Crédits Source : J. M. Breton (2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photographie 4. Maison des maîtres de l’Habitation de la caféière (La Grivelière)
Crédits Source : J. M. Breton (2011)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Photographie 5. Bâtiment et aire de séchage du café
Crédits Source : J.M. Breton (2011)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11137/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Photographie 6. Bâtiment de traitement des cerises de café (La Grivelière)
Crédits Source : J. M. Breton (2011)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11137/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Breton, « Tourisme « patrimonial » et mémoire : les sites industriel et agricole de Beauport et la Grivelière (Guadeloupe) », Études caribéennes [En ligne], 37-38 | Août-Décembre 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11137 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11137

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals