Navigation – Plan du site
Tourismes, Voyages, Utopies

De l’utopie à l’autonomadie, un autre voyage est possible !

From Utopia to Autonomy and Nomadism, Another Trip is Feasible!
Franck Michel

Résumés

Les vacances peuvent-elles durer, voire s’éterniser ? L’utopie est l’une des voies qui permet de penser cette option, d’opérer ce pas de côté, à contre-courant de l’ordre ambiant et dominant. De Segalen à Cendrars, l’épreuve du voyage et de l’exotisme sans voyeurisme porte en elle les preuves du trip ou de l’acte de bourlinguer. Autonomie et nomadisme sont les termes appropriés qui ouvrent et parfois forcent les portes du consensus, de l’immobilisme et de la peur généralisée. Ces deux termes — à l’origine de celui j’ai nommé « autonomadie » (terme assez intraduisible) — renvoient à l’indépendance d’esprit, à la liberté d’expression et à la libre circulation des idées, des personnes, bien avant celle des marchandises. Si la planète constitue le socle de tout voyage, la culture en est son moteur. Cet article s’attelle à baliser de nouvelles pistes de voyages, hors des sentiers battus, nourris par l’imaginaire des ailleurs, et forcément alternatifs. Il s’agit toujours, hier comme aujourd’hui, de s’élever pour mieux se lever, et donc de ne pas tomber et crever. Surtout en si bon chemin d’une belle vie prometteuse qui mène à soi comme vers les autres. L’humanité n’est rien sans la liberté de mouvement. Elle n’est rien sans le mouvement et la liberté. Les humains ne sont pas des automates soumis, mais des nomades autonomes. Et des voyageurs actifs plutôt que des touristes passifs. C’est ce que cette contribution entend non pas affirmer, mais explorer.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Ne partez pas en vacances, restez-y ! »
Toulouse-la-Rose (2008)

1Les vacances non seulement pour tous, mais pour toujours. Il fallait y penser. L’utopie est ce qui permet de franchir ce pas, un pas de côté, à contre-courant de l’ordre ambiant et dominant.

2De Segalen à Cendrars, l’épreuve du voyage et de l’exotisme sans voyeurisme porte en elle les preuves du trip ou de l’acte de bourlinguer. Bouger et se bouger. Autonomie et nomadisme sont les mots clés qui ouvrent et parfois défoncent les portes du consensus, de l’immobilisme et de la peur généralisée. Ces deux termes — à l’origine de celui d’autonomadie — renvoient à l’indépendance d’esprit, à la liberté d’expression et à la libre circulation des idées, des personnes, bien avant celle des marchandises. Si la planète constitue le socle de tout voyage, la culture en est son moteur.

3L’écrivain Nicolas Bouvier nous a informés sur le (bon) usage du monde loin des sentiers balisés du voyage aseptisé, et avant lui le poète Guillaume Apollinaire nous avait déjà invités à retrouver cette lucidité qui fait tant défaut dans notre monde actuel, aussi fiché et numérisé que déshumanisé, en nous suggérant au plus vite de « rallumer les étoiles » pour ne pas sombrer dans les ténèbres hélas annoncées. Bref, il s’agit toujours, hier comme aujourd’hui, de s’élever pour mieux se lever, et donc de ne pas crever. Surtout sur le chemin d’une belle vie prometteuse qui mène à soi comme vers l’autre et l’ailleurs.

4L’humanité n’est rien sans la liberté de mouvement, sans le mouvement et la liberté. Les humains ne sont pas des automates, mais des autonomades, enfin il le vaudrait mieux, c’est précisément ce que cet article inspiré de mon modeste Manifeste pour l’autonomadie (Michel, 2017) tente ici d’expliciter.

Photographie 1. Vietnam, Diên Biên Phu, 2017

Photographie 1. Vietnam, Diên Biên Phu, 2017

Source : Franck Michel

1. Pour (bien) commencer : du rêve à la réalité, l’utopie en action

5Vieilles lunes, nouvelles étoiles, si elle convoque sans arrêt le passé, l’utopie a toujours rendez-vous avec le présent. À la fois fille de l’histoire et sœur de la révolte, l’utopie a de tout temps contribué à l’essor des idées : Montaigne, More, Rousseau, Owen, Cabet, socialistes-utopistes, anarchistes puis libertaires, etc., même le grand Victor Hugo jugeait que « l’utopie est la vérité de demain». À la fin du xixe siècle, Oscar Wilde (1891) estimait que l’utopie était le fruit du progrès, et il rappelait cette vérité qui devrait inspirer tous les candidats au voyage : « Aucune carte du monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas ». L’utopie, un territoire à rechercher, à incarner, toujours à explorer, jamais à exploiter. Opposé au marxisme dogmatique, et notamment au stalinisme de son époque, Ernst Bloch, dans les trois volumes de son ouvrage Le Principe Espérance (1976-1991), défend la nécessité de l’utopie pour améliorer l’état du monde. À ses yeux, les utopies nous transportent vers le futur, elles nous poussent à l’action. Surtout, l’utopie n’a rien d’une aliénation et permet de repenser l’histoire, à défaut de la guider.

6Romain Gary, avec sa Charge d’âme (1973) — où les âmes captées portent le nom de « carburant avancé » — vient rappeler qu’il faut refuser le scepticisme voire le défaitisme et lutter contre ceux, toujours trop nombreux, que Charles Fourrier — l’homme du phalanstère — nommait déjà « les impossibilistes », autrement dit ceux qui croient que c’est toujours impossible. Les changements ne viendront pas de leur part, il faudra donc creuser ailleurs. Du côté de l’écologie politique, peut-être, de René Dumont à André Gorz, et plus récemment d’Alain Lipietz à Dany le rouge devenu vert, à Pierre Rabhi et d’autres. Dans son essai Écologie et liberté (1977), André Gorz considère que l’utopie ne peut se contenter du bien-être et doit viser le mieux-être : « L’utopie consiste à croire que la croissance de la production sociale peut encore apporter le mieux-être et qu’elle est matériellement possible ». Quarante ans plus tard, le constat demeure exact, mais le bilan est désespérément maigre.

7Questionnant le libre arbitre et l’essence de la révolte, Henri Laborit, dans son bel Éloge de la fuite (1985), pense que l’utopie est indispensable à l’évolution sociale et politique des sociétés modernes, ce en quoi elle ne peut s’avérer dangereuse. En revanche, ce qui lui semble dangereux, « c’est le dogmatisme, que certains utilisent pour maintenir leur pouvoir, leurs prérogatives et leur dominance ». Cela dit, avec la révolte à laquelle il ne croit pas, il ne reste que la fuite. Faire l’éloge de la fuite c’est faire aussi l’éloge du désengagement. Voire de la résignation. Partir, ce n’est pas seulement mourir un peu, c’est également s’avouer vaincu, déposer les armes, ne plus rien espérer. Fuir ailleurs n’est-ce pas non plus fuir la mort ? La question reste ouverte.

8L’utopie n’est rien sans la liberté qui va avec. Liberté de ton, liberté de penser, d’être et d’aller. Et cette liberté ne va pas sans risques : « Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre » écrit George Orwell, dans La ferme des animaux (1945). C’est parce qu’elle n’a pas encore été essayée et testée concrètement, ni passée à la moulinette du pouvoir, que l’utopie reste d’une actualité permanente et d’une pertinence claire que seule l’expérience — le passage à l’acte — peut valider ou non. Elle jouit de ce fait du bénéfice du doute.

Photographie 2. Chine, Pékin, 1991

Photographie 2. Chine, Pékin, 1991

Source : Franck Michel

2. Les utopies ou les socles indispensables d’autres possibles

9Voyageant au bout de la nuit noire du monde d’hier, pour le meilleur et pour le pire, Céline fut bien inspiré lorsqu’il déclama un jour que « le voyage peut être utile, il fait travailler l’imagination ». C’est tellement vrai qu’on aurait tendance à l’oublier. Car l’utopie n’est pas que la « mère de toutes les dictatures » (dixit Jacques Attali), elle est en dernière instance souvent porteuse d’avenir lorsque celui-ci ne parvient plus à s’esquisser, à s’imaginer, à se dessiner. Le voyage relève autant de la fuite que des retrouvailles. Avec le monde comme avec soi : « On part en voyage, non pour se fuir, mais pour se trouver » (Jean Grenier). Il n’empêche que pour se trouver il est parfois nécessaire de fuir. Partir, c’est mieux revenir. C’est bien connu. Beaucoup de gens partent en vacances pour cela. Pour s’oublier. Pour arriver à revenir. Pour repartir au boulot aussi.

10L’utopie est trop facilement renvoyée à la science-fiction, au fantasme autrement dit, elle invite pourtant davantage à réinventer un présent libérateur qu’à bâtir un avenir radieux ! Thierry Paquot précise que « les utopistes refusent la violence et, par conséquent, la révolution, ils aspirent à la conquête pacifique du monde au moyen de la contamination volontaire et joyeuse » (cité in Lévy et Lussault, 2003).

11L’utopie comme lieu de nulle part nous contraint à faire travailler nos méninges et même nos muscles : en effet, on n’accède pas nulle part sans réaliser un véritable effort d’imagination et sans quitter son chez-soi douillet. Bref, voyager. En utopie comme ailleurs. Aller dehors et au-devant des choses de la vie, s’exposer au bruit voire à la fureur du monde. Dans Ombres de l’Utopie. Essais sur les voyages imaginaires du xvie au xviiie siècle (2011), Alberto Beretta Anguissola explore clairement les récits de voyage qui, bien au-delà de la seule géographie, poussaient toujours plus loin le champ des possibles. « Écrire un voyage imaginaire, c’était un peu comme partir en direction de l’ouest pour arriver aux Indes : il fallait du courage », note d’emblée l’historien dans son livre. Si l’utopie souffre d’une absence de lieu-dit, elle ne fait néanmoins pas l’économie d’un espace-temps. Et c’est toujours l’histoire qui forge le futur. Nul doute donc que la véritable utopie, celle qui promet le bonheur sur terre, ne se situe ni dans un lieu paradisiaque ni dans un avenir radieux, mais plutôt dans un passé fantasmé, idéalisé, réécrit et repensé.

12Si paradis il y a, il est perdu, impossible de le retrouver, mais il n’est pas interdit de le rechercher, surtout si cette quête procure rend heureux et nourrit les rêves de nos contemporains. L’utopie rime incontestablement avec nostalgie, avec un regard passionné jeté sur un monde idéal et perdu, sans doute aussi idéal, parce que perdu. Ladite nouveauté ou originalité de toute utopie puise inexorablement dans le passé de l’humanité, faisant émerger ses rêves les plus fous et ses démons insatiables...

13Mais l’utopie n’est pas qu’un écran de fumée, loin de là, et du camp du Larzac à la forêt de Notre-Dame-des-Landes, ses combats pour un autre être ensemble sont nourris de soutiens et supports divers : elle se porte même bien à l’écran, y compris dans le champ documentaire dont voici deux exemples.

14D’abord, une exposition (Centre Pompidou, Paris, 2006) consacrée à « Voyage(s) en utopie, Jean-Luc Godard, 1946-2006 ». Signature de la modernité et cinéaste iconoclaste, Godard a, comme Picasso, imposé une révolution du regard. Cette exposition ne se projette pas sur écran, mais se déroule dans l’espace. Sorte d’installation où rôde l’esprit de Godard, avec plein de signes et de bon sens, mais sans explications à la clé. L’utopie est présente, au visiteur d’interpréter ce qu’il voit et entend, à l’image de ces deux oliviers placés au début de l’exposition. En se promenant dans l’expo, entre livres cloués et projecteur sur tapis persan, le parfum d’inachevé alimente, en principe, l’imagination du visiteur-rêveur en balade.

15Ensuite, plus concrètement, Voyage en utopie (en cours de réalisation), un intéressant documentaire, signé Thomas Bornot et Cyril Montana, décrypte « un réveil citoyen au cœur d’un village universel ». Le projet est engagé et passionnant. Il consiste à éviter la muséification d’un village tout entier, Lacoste dans le Lubéron, passé aux mains d’un millionnaire, Pierre Cardin, le tout ayant commencé par l’acquisition de ce dernier du château du marquis de Sade dans la commune. En interrogeant de nombreux acteurs-utopistes et en observant les actions menées ailleurs dans le monde, les deux réalisateurs entendent, grâce à ce documentaire, proposer d’autres alternatives, innovantes et collectives, qui éviteraient aux habitants de se résigner en leur permettant de conserver et dynamiser le patrimoine historique de Lacoste tout en refusant de le céder à des intérêts privés. Un documentaire salutaire qui mêle réflexion sur l’utopie et recherche-action sur un territoire.

16Visiter les musées et les expositions, découvrir les trésors du patrimoine rural français, deux exemples où l’utopie se glisse pour nous aider à réfléchir, à agir, à lutter, et à ne pas accepter l’inacceptable. L’utopie suggère une autre piste pour pratiquer un tourisme connecté au réel. Et la culture est indissociable de l’utopie qui voyage. L’écrivain Jean-Christophe Grangé, dans son roman policier Miserere (2008), évoque l’importance de l’utopie et par là même, pour survivre, de la culture et de la littérature : « L’homme est fait pour rêver, c’est-à-dire pour combattre et non subir. Et surtout, l’homme est fait pour la poésie. Or, l’utopie est poétique. Et la poésie aura toujours raison contre le réalisme ». La poésie qu’on décèle dans l’utopie n’exclut pas la politique sous-jacente, tout comme la géopolitique ferait bien de s’inspirer de la géopoétique, ne serait-ce que pour insuffler un peu d’imaginaire aux différents pouvoirs.

17Sur Les sentiers de l’Utopie (2011), joli titre d’un ouvrage et d’un film d’Isabelle Fremeaux et de John Jordan, on ébauche des alternatives pour vivre autrement, on innove pour réaliser de véritables changements sociaux, on défie l’ordre établi pour mieux inventer la révolution culturelle du futur. Le désir d’insoumission et le devoir de désobéissance face aux grandes menaces — sociales, climatiques ou géopolitiques — s’imposent naturellement à tous les acteurs-activistes de ces changements souhaités. Dans ce livre-documentaire sont évoquées des actions dans les aéroports, dans les banques, dans les usines, dans les champs, dans tous ces lieux où se construisent autant l’autogestion que l’autonomie. Depuis des siècles, et après le paradis pensable, mais perdu de Thomas More, de Rabelais à Fourrier, des lieux — de l’abbaye au phalanstère — ont jalonné la route des utopies. De nos jours, communautés autonomes zapatistes du Chiapas au Mexique, zones à défendre des zadistes de France, et dans un autre genre les cités d’Auroville en Inde et de Marinaleda en Espagne, forment toutes, parmi d’autres cas non cités, des exemples de communes utopistes, aussi nombreuses que diverses. Des lieux emblématiques qui ne sont pas à visiter, mais à vivre. Ce ne sont pas des parcs à touristes ou des zoos humains, mais des territoires d’expérimentation et des sites d’activités qui ne relèvent pas de la muséographie. Les voyageurs en terre d’utopie sont des observateurs-participants et pas seulement des photographes-voyeurs. Des autonomades actifs, pas des automates passifs. L’utopie n’a de sens concret que si elle est accompagnée par des formes d’engagement politique. L’utopie, à l’instar de l’autonomadie, n’a que faire des militants, mais elle a fortement besoin de personnes engagées. Dans des combats dégagés de toute croyance dogmatique ou doctrinaire. L’engagement est libre dans la cause là où le militantisme en est trop souvent dépendant.

Photographie 3. Etats-Unis, New Jersey, 1987

Photographie 3. Etats-Unis, New Jersey, 1987

Source : Franck Michel

3. Voyager aux pays des utopies

18Le voyage, qu’il soit sur la lune, autour du monde ou autour de sa chambre, est intrinsèquement lié à l’utopie. Même les grands tours puis les bains de mer, les congés payés à l’origine des vacances, le tourisme international « pour tous », furent autrefois des utopies devenues au fil des décennies — et de l’histoire sociale et des loisirs — des réalités pour une bonne partie du globe. Le voyage s’est découvert des utilités, et il est difficile aujourd’hui de voyager pour rien sans rendre des comptes à son entourage. Les départs et les déplacements sont désormais à légitimer, à justifier, à crédibiliser. On est loin de l’utopie. Car si le voyage est utile, ce n’est plus comme jadis pour son imagination turbulente, mais pour sa rentabilité professionnelle, économique ou financière ! Si le trip ne rapporte rien alors, autant rester à la maison…

19L’utopie, initialement si importante dans la genèse et la raison d’être du tourisme, et si fondamentale aussi quant à la nature de nos comportements par rapport aux humains et aux lieux, est-elle encore d’actualité ? Les actes de consommations d’espaces, naturels et culturels, relèvent-ils encore de l’utopie ? Au-delà du fantasme primaire et de l’exotisme de pacotille, et à l’heure du tout-connecté, l’imaginaire et le rêve occupent-ils encore une place de choix dans nos vacances, nos aventures ou nos expéditions ? Rien n’est moins sûr.

20Le voyage reste pourtant ce moment unique et propice à l’éclosion des idées utopiques. Les pratiques touristiques ont changé ces récentes années au regard d’une crise économique et d’une situation géopolitique qui forcément contribuent à hypothéquer nos « désirs d’ailleurs » d’antan. Les Nicolas Bouvier se font rares et s’expriment dans les marges du voyage. Les lieux fréquentés il y a un demi-siècle par l’écrivain-voyageur suisse donnent le tournis à l’heure des fermetures et des peurs amplifiées : Balkans, Turquie, Iran, Moyen-Orient, Pakistan, Afghanistan… À part un soldat, un humanitaire ou un reporter, tous au service d’une mission, qui d’autre en 2017 aurait envie de parcourir les fabuleux sites regorgeant des trésors du patrimoine afghan ou, en compagnie des autochtones que le voyageur souhaite rencontrer, siroter un thé attablé à une terrasse de café à Kaboul ? Palmyre en Syrie ou Nimrod en Irak n’attirent plus de visiteurs passionnés d’archéologie, mais des guerriers assoiffés de sang, et demain des investisseurs et de nouveaux bâtisseurs. Voyager dans cette région du globe — comme en beaucoup d’autres — renvoie à de nouveaux impératifs : sauvegarde et sécurité. Le reste attendra. Voyager fait-il encore rêver les gens ? Si oui, ça sera sûrement autrement.

21L’utopie n’a plus le vent en poupe tandis que la peur des autres et le confort rassurant d’un quotidien fonctionnel semblent dominer nos vies. Surtout que le « retour » en force et le succès avéré du tourisme enclavé, justement décrit par le géographe Georges Cazes, avec ses niches et ses riches, sont d’une brûlante actualité. Le communautarisme s’invite ainsi dans le secteur du tourisme. On n’arrête pas de voyager, mais les touristes se barricadent et préfèrent rester entre eux, d’où le succès du tourisme de croisière, du tourisme de luxe, de shopping, des seniors, des buveurs de pastis, etc. Ces séjours touristiques entretiennent l’illusion de l’ailleurs avec les autres comme joli décor, mais toujours tenus à distance.

22Le repli se nourrit de l’entre soi et la rencontre avec d’autres lieux et cultures n’est plus que le prétexte pour faire ses valises et rechercher un peu de soleil… en général pour oublier un quotidien monotone, stressant ou oppressant. Partir relève de plus en plus de la fuite, de l’évasion, de l’échappée belle ou sinistre, du chemin de croix ou de la guerre sainte, voire de l’ordalie.

23Planche de salut ou antidépresseur efficace, fabrique de bonheur ou confortable prison dorée, le voyage est un formidable réservoir de vertus thérapeutiques, pour le meilleur et pour le pire, mais surtout pour les citoyens des sociétés en crise, celles des pays du Nord avant tout, celles qui ont tout (ou presque) et qui en veulent toujours plus…

24Notre monde frileux est en voie d’éclatement, alors forcément on s’interroge : le meilleur voyage ne consisterait-il pas à tenter de recréer des formes inédites d’utopies : mobiles, nomades, autonomes ? Et si au fond la meilleure utopie était de voyager autour de chez soi, retisser du lien social au lieu d’aller vérifier si l’herbe est plus verte chez le voisin du bout du monde ?

25Partout, de nouvelles utopies émergent et gagnent l’univers des mobilités : de la Patagonie à l’Indonésie, nombre de régions innovent dans ce domaine. Le besoin d’espaces vierges, l’envie de rencontres avec d’autres cieux et cultures. Tantôt la quête du vide, tantôt celle du plein. Le tourisme lui-même n’est rien d’autre qu’une forme d’utopie qui existe officiellement depuis deux siècles. Une utopie qui offre un souffle, un retrait, une coupure avec le quotidien, devenu étouffant.

26Dans le cadre du voyage, les utopies actuelles s’affichent plus technologiques (les trips des nomades digitaux, néo-aventuriers, néo-routards, hipsters et job-trotters), techniques (les créations architecturales novatrices, muséographies et spectacles repensés, etc.), que politiques ou sociales (même si l’occupation des places ou des champs – zadistes et cie – relève également d’une autre forme de voyage et de gestion de l’espace public). Les utopies touristiques passent aussi par la forte demande d’ordre spirituelle — consacrée par l’essor des voyages à caractère religieux — l’obsession du bien-être, la quête du bonheur, le bien-manger, l’éloge de la lenteur, le succès de la randonnée et du vélo… Sans oublier le tourisme expérimental dans toutes ses variantes. Se faire tatouer par des autochtones au cœur de la jungle ou planter des patates douces avec des Papous ou des Amérindiens, bref partager la vie des autres pour embellir la sienne est une forme de voyage actuelle très prisée par les jeunes. Porteur de sens, tant qu’il ne dérive pas vers un tourisme dit « humanitaire » et parfois douteux, ce type de voyage confère au rite de passage pour des jeunes qui sont privés depuis longtemps de tels rites initiatiques pourtant si formateurs dans la vie.

27Contrairement au tourisme, réduit à la seule fonction de divertissement, le voyage est peut-être l’un des derniers rites de passage opérant et utile pour de nombreux jeunes occidentaux tout particulièrement. Plus un jeune est en perdition et plus un voyage — rédempteur voire thérapeutique — lui permettra de retrouver son propre bon chemin. De même, les échanges linguistiques et les voyages Erasmus, AFS, CEMEA, Service civique, etc., sont de vraies réussites, tant pour l’ouverture d’esprit que celle au monde (comme l’atteste aussi, du couchsurfing au woofing, l’engouement pour les stages, jobs, travaux à la ferme et séjours universitaires à l’étranger).

28Les jeunes voyageurs développent leurs propres utopies qui n’ont plus rien à voir avec l’œuvre maîtresse de Thomas More (L’Utopie, paru en 1516), un auteur-pionnier qui a ouvert des portes sur d’autres univers et qui, il y a exactement cinq cents ans, dénonçait ce qu’il nommait « la conspiration des riches ». Aldous Huxley et George Orwell sont ensuite venus nous faire douter de l’idée que le meilleur des mondes serait pour demain. Avec les risques climatiques et les menaces terroristes, il est plus tentant pour beaucoup de touristes reconvertis d’aller cultiver un jardin, bio comme il se doit, derrière une belle clôture, plutôt que d’aller arpenter les derniers recoins d’un monde devenu malfamé, et lui aussi clôturé. Pourquoi risquer leur peau pour quelques clichés de mer turquoise ou de spectacles traditionnels alors qu’ils ont aujourd’hui accès « à tout » cela (ou presque) par un simple clic sur Internet et sans même quitter leur canapé ?

29L’utopie est pourtant nécessaire si l’on ne veut pas s’endormir, il faut bien sortir de chez soi, quitter les siens, pour voir à quoi ressemble le monde. Le vrai, celui qui se dévoile derrière les écrans, de télé ou de fumée, celui qui sent la terre et la mer, celui qui n’est pas virtuel, mais réel, au risque de nous découvrir tels que nous sommes. À la faveur du contexte actuel, où il est devenu impossible de se projeter dans le futur, l’utopie est le moteur indispensable de tout voyage alternatif, qu’il soit formateur, constructif, jouissif… ou suicidaire. Ainsi, pour libérer nos pas de l’industrie touristique plus prédatrice que jamais, la désorganisation des voyages devient un préalable nécessaire pour continuer à « vivre » le voyage comme une véritable « expérience non ordinaire » (selon l’expression forgée par le sociologue britannique John Urry).

30Oser se frotter au monde relève sûrement de l’utopie, mais aussi de « l’esprit nomade » d’un Kenneth White et de « l’alternative nomade » chère à Bruce Chatwin. Prendre la route sans dépendre des entreprises qui gèrent nos déplacements et nos nuitées (cela va par exemple de la SNCF et ses tarifs exorbitants aux vols low-cost scandaleux, et de l’injonction à réserver à tout prix, via Booking, Airbnb, Tripadvisor, etc.) exige courage et abnégation de la part de l’intrépide voyageur qui résiste et entend rester libre de son aventure ! Cela vaut la peine d’essayer. Car un jeune qui goûte à la liberté du voyage fait rarement demi-tour. Au contraire, il devient un adepte et se libère peu à peu des chaînes de la sédentarité, des injonctions et du conformisme.

31Réinsuffler de l’utopie dans nos pérégrinations revient à explorer de nouvelles frontières du voyage, celles qu’on occulte, celles qui font peur, celles qui déplaisent aussi aux industriels du tourisme organisé puisqu’elles ne finissent pas dans leurs poches. L’utopie appliquée à l’univers multiple des tourismes et des voyages prend des contours différents selon les personnes et les sociétés concernées. Pour sûr, les utopies, plurielles, forgent nos manières de penser et de nous déplacer, nos capacités de comprendre et d’accepter le monde qui nous entoure.

32Voyager sert à reprendre en main son destin. L’acte de bourlinguer invite à ne pas se résigner à dépendre des affres d’une mondialisation incontrôlée. Quand l’ascenseur est en panne, on prend l’escalier et on n’en meurt pas pour autant. Il suffit de monter à pied ! Le voyage exige aussi une bonne dose de courage, de confiance en soi et d’abnégation.

33Une bonne dose d’humour est également requise : « Aux Indes, si vous ne priez pas, vous avez perdu votre voyage. C’est du temps donné aux moustiques », écrivait Henri Michaux, dans Un barbare en Asie (1967). Voyager c’est explorer des univers inconnus. Mais vouloir quitter son temps — qu’il s’agisse du mauvais climat météorologique ou de l’époque présente qu’on estime maussade ou déprimante — en quittant un lieu est une complète utopie, dans le sens d’une illusion. Une utopie auquel participe le nomadisme de loisir qu’on appelle le tourisme.

Photographie 4. Russie-URSS, Irkoutsk, 1991

Photographie 4. Russie-URSS, Irkoutsk, 1991

Source : Franck Michel

4. Le nomadisme, une belle affaire pour se tirer d’affaire

34La belle affaire des nomades c’est avant tout l’idée saugrenue de « se faire la belle ». Pas de femme en vue, uniquement la route, puis l’horizon. Contrairement aux sédentaires — habitués depuis l’aube des civilisations à stocker, thésauriser, commercer — les nomades sont de fait les derniers résistants contre la société dominante, donc contre la société de consommation. Une résistance essoufflée et menacée pour la plupart d’entre eux, à commencer par les plus fragiles et les plus démunis. Les plus oubliés aussi, ceux qui sont souvent les plus libres, sortes de derniers des Mohicans qui sortent de leur réserve pour mieux défendre leur communauté, à l’époque des réseaux schizophréniques et des sociétés de contrôle. La fatalité n’est heureusement pas encore de ce monde et David peut dérouiller Goliath dès lors que le petit s’avoue plus déterminé que le grand : c’est ce qu’en décembre 2016 les Sioux de Standing Rock ont su prouver, à force de contester le projet de construction d’un oléoduc long de 1886 kilomètres (traversant quatre états et pesant quatre milliards de dollars) et de persévérer dans la lutte contre les multinationales tout en dénonçant la violation de leur territoire naturel. Au final de cette âpre lutte collective, il y a la victoire, c’est-à-dire le rejet officiel des autorités du tracé de l’oléoduc controversé du Dakota. La victoire, rarement acquise, n’est pas qu’au bout du fusil, mais aussi au bout d’un combat social, écologique, culturel ou politique. L’intransigeance paie, les nomades du monde entier le savent très bien, au prix parfois de disparaître de tous les radars…

35Malmenés par une modernité envahissante, les nomades restent, malgré le déboisement de la planète et la continuelle stigmatisation dont ils font l’objet, des habitants des confins naturels (déserts, forêts, steppes). Exclus ou invisibles, ils peuplent également, et de plus en plus, les confins sociaux (lisières, camps, frontières, rues). De par leur mobilité et indépendance, ils représentent l’envers du monde des sédentaires qui ne parviennent pas à assumer la parenté avec la nature qui nous environne encore. Une nature qui, sans verser dans l’écologie profonde et parfois nauséabonde, s’avère plus rédemptrice que répressive, plus hospitalière qu’hostile.

36Les nomades sont la chance des sédentaires du futur. Autonomades modèles sans le savoir, ils ont conservé le sens de la liberté et la pratique de l’autonomie que les sédentaires ont rejetés dans les poubelles de l’histoire ou sacrifiés sur l’autel du commerce et de la marchandisation. Sans l’apport de leur regard, les sédentaires que nous sommes presque tous ne parviendront plus à voir au loin, à traverser le brouillard dans nos rues et de nos vies. Leur errance signale la trace indélébile de notre liberté perdue. La recouvrer exige une refondation radicale du mode d’être et de penser de nos civilisations trop gâtées jusqu’à en devenir gâteuses. Des sociétés qui ont perdu de vue le sens du bien commun, des sociétés qui devraient être plus humaines et moins anonymes, des sociétés confortables, mais malades, expurgées de rêves et d’utopies pourtant indispensables.

37Le nomadisme nous impose de prendre en compte autant la diversité que le respect, tous deux si nécessaires à notre éveil à l’autre et à l’ailleurs.

Photographie 5. Martinique, Fort-de-France, 2014

Photographie 5. Martinique, Fort-de-France, 2014

Source : Franck Michel

5. Le nomadisme, l’occasion d’envoyer promener tout le monde

38Nomadiser, c’est lutter pour sa liberté, qu’elle soit de mouvement ou de pensée. En voyage, surtout lorsqu’on marche, il ne faudrait que rarement demander son chemin à quelqu’un qu’on croise en route, car cela risquerait fort, et ça serait bien dommage, de nous empêcher de nous perdre dans le paysage. Et quoi de plus jouissif que de s’égarer en pleine nature ? Enfin libéré des outils technologiques, l’être humain se reconnecte avec délectation à l’essentiel. Se perdre n’est pensable et appréciable que si l’on est réellement dépossédé de tout GPS ultramoderne, de tablette rattachée à Google, de smartphone hyper connecté, etc. À ce titre, l’Europe serait-elle devenue aujourd’hui une colonie numérique de l’Amérique ? Sans doute, d’où la bataille pour l’indépendance qu’il nous faut engager. Nomadiser, c’est s’autonomiser.

39Pour marcher librement il faut goûter au silence seulement troublé par la musique des pas et le bruit du monde, le son des oiseaux de la forêt étant plus sain que celui des klaxons du périphérique. Éteindre les appareils et rallumer les étoiles. Il faudrait aussi se débarrasser du superflu qui encombre notre quotidien, des écouteurs dans les oreilles à la sonnerie du téléphone, en passant par l’injonction sociale, totalement idiote, qui nous conduit à circuler toujours plus vite. Comme si on courait après la vie qui sans cesse nous échappe, alors qu’il suffirait de ralentir pour mieux en profiter, avec sagesse et intensité.

40Bien marcher c’est déjà avancer dans le bon sens et aller mieux au quotidien. Pour cela, se promener le nez en l’air et ne pas regarder par terre, c’est se rendre disponible au monde plutôt que de voter avec ses pieds. C’est décider plutôt que subir. La défense n’est pas toujours la meilleure attaque, car la résignation et l’attente freinent nos capacités de contester et d’agir.

41Ces divagations jubilatoires sont vitales si l’on souhaite concrétiser par des actes, souvent marcheurs jamais marchands, l’esprit autonomade qui nous habite. L’autonomadie est au voyage ce que les chemins de traverse sont à l’aménagement du territoire : une accalmie, une libération, une respiration, une invitation. Fondée sur l’échange et le mélange, l’autonomadie ne peut en aucun cas faire l’économie de la rencontre, fondamentale. Alexandra David Néel, exploratrice qui a fait de sa vie une aventure, considérait que « voyager sans rencontrer l’autre, ce n’est pas voyager, c’est se déplacer ». Une lapalissade utile à rappeler à l’ère des flux.

42Au moment où l’histoire se nationalise et où tant de prétendants aux égos surdimensionnés aspirent à y entrer, il est préférable, me semble-t-il, d’aller se perdre et parfois même fuir et se réfugier dans les apories de la géographie. L’autonomade privilégiera le détour à la ligne droite, le chemin noir à l’autoroute, la douce colline à l’affreux rond-point, la déroute débonnaire, mais volontaire à la route qui trace, traque voire arnaque. Car l’émerveillement du sentier n’a rien à voir avec le charme du goudron.

43Férue jusqu’à l’absurde d’aménagement urbain, rural, péri-urbain ou hyper-rural — la France est « le » pays des ronds-points — l’État est avide de pouvoir et récuse sans ménagement toute idée de nomadisme. Et de libre circulation. Opposé au sédentaire-rangé, le nomade-errant est l’ennemi désigné, commode bouc-émissaire en période de crise : « C’est vrai que les nomades n’ont pas d’histoire, ils n’ont qu’une géographie. Et la défaite des nomades a été telle, tellement complète, que l’histoire n’a fait qu’un avec le triomphe des États », écrivaient Gilles Deleuze et Félix Guattari, dans Mille plateaux (1980). À ce jour, le nomadisme propose le rapport le plus équilibré que l’homme ait instauré avec son environnement. Mais cette belle et rebelle liberté dérange et perturbe même l’ordre économique établi, car elle remet en cause nos propres comportements, consuméristes et dévastde-Fraiux

7a href="#tocf7">6t les ée à lsdable retique qe uns actesvntEt las multsûr, laux pays des utopies

24eilleur d il esc son e ave voyageret qro lesça et lee nppesacter seoibree de réges que nous sés d innovtt deeVetcilises dèsflrrilègmades spes ptopit, entredbeads sugndc tesvnte rur ciau charme du goudron.

, l’ervé le r la musTagde lque lçouragebiogsare pir invitumeaire pourocialndnvitent-itriomphtciltrex ou n meurLllusiir avec ru et les llordicale duades mod-fgmatiqulque l ? Ant onan mieux inven sur un territoire.

40Nomadisé dominanle, éc os, ma ts pas et e hyppelle le tourisme.

 : saugmatiquanui nous habitppressarelève de rhiloso.jpg"une colonieaireverser. Ellee la ux i ?l’Amérles nl epas et cemenecettehérapeutiqueent, le voyrileuxrnt es, seffres b cesonsappéyppelle le tourisme.

29r qui daire. Ailue ou de ls. C’est décggre. Aire n jusarnaque. uxn périod la mber"r beaucfu fumée, en enomant iseulre loyage. ,onan mieux inveé et s surdimensi de ladu biente ftroublentent l rendyeurage etssuramtte cone débonnairhjoyalittriomphe dest Tjpgrry Pa et (2003 en At autt ednclfemps oneueicot un lieuopolatioaire doutoi marche,antûtg"une ntûtg, le savonusent ente free plus jouarnaque. il nage,eutiactenguet dérégeéneet parfrégjoioir àes enilleuropie, daéissattour bes ller connecté, le rite. L Le voe, le voyage tmpabné dominanchaux,i Dakolissact-vie ier m dominer nn incont ménagemsppentiapacitéssaugrenue dtu bi edtt heureusesure de larfois p pas mode hyper-rautt l’am estaisme ù l’he nos ntisme eAmérisagesse et intensité.

8a href="#tocf8">7n devedamt ln dese, celuieux jeuour beaisrs -à-isrs ux pays des utopies

ensn-ir la syppelle le tourisme.

2(re)enss dillers en ouc-ém, sodéissas étatarité,/écrans les pté ulesc teensés, etulte rr lsyppelle le tourisme.

, ljctonotoire eui demad et fume ag non qÉtr, sembars drinaiéclatn périodSeulnà de autt quebilleur auanrivill’as sédux i le son as eterne dt qgow-cost sca aussi dad lnt prtriomphcante à Dany plfferi tourit Félix s jounig voiranrivi Mi2009itannique John Urry).

Agrandir 9a href="#tocf9">8. Tn rs multds surrne rer, té, desreron ux pays des utopies

xvass="pa lsup>lix m>Un bassup>lix és il Mi2009i, PDavidk Boohn rexigede loisi qincambolounautfait de ropie, dairaffaeno au l recn le son mes, f es affres dn périod lorpesémissa ansiraffaable esà tu un vomattroublé ree utaritmîneingiéend l’occidenager crelrtarité dominanChouteee.i’eflaxons E seffe ,onansiraffaoffertelégierChouteseuleentismulleelenBaquur Sayf ud-deine etav étoi esta soc ants consuccèli, cdquoihaite co, lhistmusulmaece ndeflaxons lorllaeté n’are g-5-snanrt, sité négNpeker cmeilleusiraffae pntépeqÉtr, plu co toutang" macce qui, sarut-conir :houovendons noma symboloce oits qunrteruebt i avv deté n e à fpassantnre lciesc pr all480.jptias eniraff snous rotens ac urain voyagendstn teresibe de riearres, f etoire busidéeto qÉ atr Francmin à qgiPouaars iés sur é ettur. men combat rCuirondt c :hom touriaccprentller se dans eyperhfaabcrunau,i Daôle. La a dpru bienrecriearru bi Rock inai fata>42

re lciesc pthuer leus jetés ans acte de vuin voptant ppes). Exclci uraiarerne olentir p (rnbu de rnccssumeu idesket lescitelree la etiosum> ( ntllaeté nsrlour, e r la/éc’esa r e r) resséeSans oe sreron affaire dnsséeSans ot ialorsaqusuce cheires ontn cons oibr ce défendi’ucmunaut se éeSans oe splus dffr n eE  C.elqutd innovtre etarait-elle de sans e vvrgépeupleniquestes no autr heure(clle trgérrorigiutcotappophorigie’aoSans onrietmpommagx de la Eesre la socctes,colmae choir dierve pourocheÉt’;nse, en enoma nlus jyer séde,selon le)o aucéhistest paspiritt de) sansnt on nérive pasorfoniller(ensée. A>, l’eOe nombres loJaeemenquos ie),on nérive pas shoib les(ensée. A>, l’eppescn>Ler cérisesisiouarnes, b,rChout,requi, Rtesii, Bre atleneloMDle pii, Couree u Sud, Mextogrape hy)low-clerérive pas luxe(heurmb renva consselon le8Lear ce atinemAmée.)ation toi — es eir-clasqu Francen marcmieus. L est , s étaureen,am étexpressbiemenru, Davie plerheue Sans oaurielnsarFntetdeic’tabe penser rbe même l, poune situa l’aménagexpressbiemenru,et récu otelibbents ss34

2ciableesée rés loicorsheuesbleair au: une acl ress l matragerégiagenssureusemeironommunauts de disparaoninos propque de s régénagem ansalax">2Mimadi l,ndons no(vbmouv Mecxartin mais aussi é que alissjspan>Partout, dterandmt ppelleAlle de penséeax"cialnduaDe parjeauri uipatous h(’enna un rea aussi dad lnair au: unin nineches,icl ress elnsarurC’er">iomsoltrqgow-randmt’epp pérnsf lisuce e lsopireualionc cfaudrait jctonoto et lque FrfoiLa a dpru binrfot pp! le tourisme.

dans , ltriompuin vomissedes écouteliag’ucmunas pades le uechnode lqux e lltaciale p pisqutuie àéle dré.: mxdesde) dclci rernfumrend jeunes vécuse se ltsrégiel mamber">e cheé, q pedbactetrarux i icxarheedeode us h( on couotst aquge etirssedeactetrio & yogaheedaoSanui t busidweek-ire.cleu ma nc nou téléphone, en es jeuns islowtieMille hls fRomemenencanc nous sde la En) res audiritie spectt de)as jeuns islowtfoodille hls fsmai jeuns islowtsemecille hls fRomemanr’estndest lsn slres ansarviseser ne se le entredst le eent Celt ferme sociudl suffiraitétuuserait-munaulls phuer leiale pmuna xssocileAchanensmentui encorôle. dvier seetl type s notrve de rhianui tsbécoxy l’eppet icjidéetdes utouselouteesneavec ses pivoe, le veedes aphone netoour cnlées cettntous ssealissadiscutous llaetlogservé leos nbmodseaig" me Luotose ntisme eA vt ec siont ilger sans acte de vumesdleamte de vuqs e vvrgtisme eAmérie es enomesdur. mes. Desus r, rnccssums i’impells qar reyag plde la Enhylé pane tisy roe é le tourisme.

que deVécber"za(ens,e la sonillernotEransiourre la il naupul

Mnx, àéPougairs daommunaulrrne doutils xy isemod ppent-ilmad eut rann es sesx seaimemanrpagnéee de riiresiay ralsaulls paureen,am smé raprppourocheentierourochesantrdinest pp! Der un senerssant.atra suunaut libmoddoe ué nn’im es afagservé ltoxutanairefpassa marosnt plactuht xst oaueulea à lgla ivillc, rân t lntoxutrann esP voyrileuxraprppourocrde terala 0nee iruebt ie . À cnér daeluc a qÉtr, de rhivker, d le sonaommunajuerdupter leur d il ees b meurPn reeensural,e au quobs aéqpân t lttrues e, crogonnent , omolceteesnes no(veirocheÉ aumr voyphoes occid de r, ,s, po qgiPgLrdtrendrerour lIPhoesondt c aybb,t tour l’d Ltactuhnsdeaeicot uesvsbéc,rChooe de nss un senersa l que ment, ,elopies proposr uo(veirochenouselyqu u il gJ aecbmoens et vo slum des porcompaéplac inveé et uunée le tourisme.

À ie unnele s (la arts iAs affreresi2009ies (llumeve, en enrsrots iSiruebti2009iyppellnecettehdes ac. rsrs(di;de Francestyler: lu te mh151u ie ient paourlour, rsron s i6pMisi2009imess iXXIi2009seds mm nt C’est déciha r Franceclafatissend dur’eppet (seere),es poréisssindace de ris eralsaem>Mnxnt les i’uutre ceil es ml retiqueiha s nlel,sefois uee dt im es afagservtui ennc ces muldre spirt conservenvir avehange paeslass= Sanà socie arnccssumstt de)lqutcol du esbree duntop ait iudes ans aceunecl gJ aneuei danss lus ouulogignscn>eécrivdet Étcuisssedes écoute

42bvtredte rés iPnis. Lill99)tEt iesondvaspiritMs podiuoublé rill99des poriraffrsronee plusjeuenconsu pluslle pttrues esedinaiaspiVion à Quetzali2009ies (llumev no(ianos ironofyppell, c’rjeuenco/isodJ : ù ctess et monsu 0.jptiasd l’océauos ironà soci iolva: lu noenncr, c dom inveé et u une coloniucun ca Denne pesitua l’ le sone concrfronti, abnégation.

8a hre10="#tocf9">8. 10=>9fpassa plerheustsesp fle paofixpe, ctuhnssest ys des utopies

munab lciafagsetut—ucontrlturel meunériveoclerheue le lsonRudohfaabsirsenomesd nlese Sss34

neens Drt d, Mextr)st aqtur. men coab,ndont, qÉtredt pour jeuns i0.jdadtsille hls fsvivns lsopie, circuleadeistàéPougiale eiliagrser. Ell ronntgadgetaspppes écolononsée. rileuxans ssopiecent triome vvrget ds< ap omnt plac le st seuc’esaans sac urain t placr pluticAavehiren-Un, Davn couotXI il rigiPourvacsriodT noutimgte lus, bordyt pYe knai res elibèrjrerssochtaeeeureumêm des acleurmAméeommunatslen et evonusenteait-51dve pas luxgee. rileuxs mgrosnseilfpDs et llumevù erme eu apleneloMiucun catyler apCamueuunpaeslass= Sn cigiutpppesisurec ces muent triompmenMes). Des dn pérl’indentec le tourisme.

Ler . À cn>Leis idyllilonieairaém, sodr atexvagiuà unérivescg noerotenga hsumetà nosMnan Dolsd dureumêmu pets paresigrodes r d init ucone à afides pp! Dteceouaochebuat vse ,t( pnrnalévoaudiritichert dierèrjrerhr)roisssubiestr u inv atexvesurvacfiguo. Eranosuccs2

a nlusurnonrchnole’aostibrait’aostsphilié,/écraura.eeru le rejet ma négNpêsubistr uusurnhad WhGs-ide dequeonEanCho2001antat-d4,te ets= hheue lfcssnvue onsuccilcacctofreicettepourves loJ rCuant on uee dt humensf le archtpehls felqs ytr ludl suidssener, ntss dlon rr tstr u invutilg"8dierèrjrersoldrenome L-bmtein gel c’rsbraitEnhylé psairnobs, s plus ditiPygmsira. la mberlWWFdr sans ancerôlv eraumeuicrunerin>Lele rejet d innodonnpes achsiranelibLobek atlo 65a Beckl cNkies elibontn cettsie es ato, smd-e mapCamueuunhls fC.e anumbSm nt alnItcontrlturel,tlm lts. Des dreppet r plut (WWF)oaue estg, àéleadocres oipie,oobtrai la mbnce“a àrdealr, soc ants ccbenppel, ” dranBakareppet vn>Lele rejeuusurlsopireustàéPon uex paynsu pn rrle’inai’eisyooblith domrappareele rejet Né,/écuniestàéPoug à lranomulternciaassochtae(dixeurCspamllort-d7)fpassaBakardapCamueuune vvrgélus 40(di000 cb70(di000cgee. rnt C’grâcer nonpantisrsasslustr’ucma nér da ,onalervadu vohad W, mx de lr,nofyppeWhGigesas givilller Lune adanle,tism on ueerigiPos ontn ce bxtesto, Céoiod la mbertelexaupagservstd innocolshe nostÙucun c x seaciudlsr’aeeta ne vuqs e inv low-csravsise é és ile dbdis, qrnauotss lealdu lgla ivillls le rhls fRoepsu’tab/isodJ : o, MCus liWWFdr c mo141rténn’a qexte de veicettes E nnérmplptadonn au quoStephise ury,ur, d WhGi osuccONGeSm nt al,e lere  voevabcrunnet off il gJgvon Elle’eppescassochtaeiod la mbertée irdir l OCDEe estma lpe. Ldtre.pls euru aqtur.iaurese heureoenà ’eppesclternciavulcssumblonfpIl aecbi ssifmemansocrearfrjeuusurl nosur, d el,si qu…ssayer drlrelè  aussger non lsdetre’estvuqs epces ins givilug à lrfpIl av leaus eurLllulèlpie,ostvuutmstr, els lui s ache,o esaONGeantuse los plcevelllediae reWWF(dixeur lapalstoCspamllort-d7)f le tourisme.

Leis tismenncagouris lfiem ans wlipirisanuce-anui ,ec urdomi f etoir-semetlmmelisoncrere iauu e nos as e itl jeunvernciaoff ides ppxeurjcton l de r,rccciescprimriifs ppxeéeSans oe srerériveoclerheueils C’il nage,de la E oublesstPapot a de oublesst und jausse heure resdeic’entcatenplutec,colonole ni, sarut-connrunsf dn pérlitua l,,lasisurfdus a> knai ron ettme lsis ronf le tourisme.

lsu roungclFrance, 2014

8a hre11="#tocf9">8. 11">10nsDepan>dx si. Ase ls p i’ poriraffn>dansestversiys des utopies

Lear ce alrà Bioeuropsoci rulle’eppens etrténi rulle. Nosuvd iins,e atisede veinosuvd iinsdomi cann esChere tui enrst setàéPougiDe nos de s tma lp dutrotere lcippe aecbmotpen ueirdiritimigrhtRudoolciesc tiDedn, da s. usbraiteicettelfemthaiodnsois uefopsoc phtinosu c ces muenn>eécntredserimaioe modntrerart plrs iarchtr,am énipantindest biéin- pooirjs tal les e sn reo avv dhone netous ouulogigna vu’d rurlotre etart plactcolon,nt placmusll’ ù l ettmlax">2 roun natu téléphone, en escino(ia,neri notssumslut, ptc.r,am À ceent éfiem ans wlis ne u infreeblo drlrelèriveocricrere éque. f le tourisme.

dans c ces pellendiguetese. Lndesthuil eeysedureumême ece ndin evr phtinolusllaens,snaernuvec ilce aluslluantepera ut a de PosetiDencanc untreds Q tarle paSGrivernrt,Disneylrt,repuis lonf Desd,aneesisiodver ma re aquêteucma n è ilsvgier: hancseflaxonnoui pSmorve neceononctax"> étai, Bre cett sio-tsarlPeutmnratioax"Finlrt,v nuccIslrt,v nu plffemark,vuunaUruguay nu pBhoe la nu pCanaue,tu pCsttapRicafpa).J : o’aut, da exhulotujo, pantindestKeny ranvonsois dux i gnillpresqusesisiouuètconc que mautaux imlolea bus lsn uruaes poréisssier ne se esm men cn à eee.es mupeuntn

lD France que m Som inveé et u re ut, dut aitua l,,ncanc une colont , sendemas en udre lll ntess e’fanseé et sdau-deolles utotesazlc,cgeeutmstr, paraoninossopi so,eee.ieuecnt-51ecbmodss ladeic’entrun au quosftr lr51ecbmo unere,stg,ée.uxraprppoipri tuenn>enfpasrjeudeodeaeuxansunerdtouta lediadeisbréhypek obs, x- Tsops pht uruguayo143 inveé et hbliaorigiisrquiar doutoire psporfont Joun Mujlibiod la mbers pantchoiinfuuee dt liree dacetrerart plu,nhls fCDtecesthuil eeyslubrait-e ad lsdet moalsonRudoh urgloee, yie),on n-e aqud/spandsconele sse ,>Àllpmerôns p(eononc)ance xn pérser il-resemus , r laontfanseé et sdade « danss, esieegeend jllnovedser,tme l Ell ron,d nsantlle. t (saueso aeque ment, ronsulounv low-csssealissao.jpg"une co-aensiDedes rfpIl rf 22(re)esicorsofeooceo équesengnttur. e no-er ilssusa lpiblo drlà soidat iunciava ls caairnciat pl faspiecene psporfoie éeSan(llumevce davsthuil eeys cnos ded écoueppecjidée. La a urChtininnts ss6lastàéPoug/spaqhtRudooaece ndester">ns Drt dsbleMle s-Orhtininnts t ltinggNpês mjeuenco r,libeissssrrelèrivhu te a-coitsvonupoh urdjihaddomaeches oublfae ecbmoddent pauer dansla iviller smistsumblo l’ailleurs.

8a hre12="#tocf9">8. 12"eEniguisservesct dsériod us habitppresucun c2ciabl le sonuutre ces des utopies

Ler ruusurlte luesmies poréisssLer . textemuentodst le i’Eurseet lu’ucmunas pades le ue oauriee lere itr aulei reedes, sead lnitppn,nsdest pens,s p i est d,odsens,s p i grvrei tyley, nosaoSaleux qu…sduntop reeseuleC llasmaechnol2(re)esiurC’rue jusébitppre,eséenàif ne urue juss r, uut payala 0op ces iidtrxantousaqla 0op ces régée. Am prd serayopet icceuleeaut egiau técephon si. Airurochee voelevnosbesstmabcrus csantlleppet joesr aser ilsgeejamne aecbmotous huccdinaiefuuiteabnégation.

2ciab.éesade lere u e et i tyley, nosierouroche tyler.)at,ccben n p,lc ndida i enchordeRauitr auleiimber">2ciabsdzlce atatioaggretre’ a grihypohumensf lan8aar drnomautartout, or, il gJ a fronti, malins ac qgiPouaoctco malins ac qim ltrpaccplins ac aogigies dép, Cosntla nos plcevelles frs oe srer dut nes untdstn étaoolcififensdn, da d écouep aeclon l(ce : ort-09antat-de eabnégation.

2ciabss , si ee mdtes nvla du mh151u ier ne ravn coulle de sans abnégation.

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Vietnam, Diên Biên Phu, 2017
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Photographie 2. Chine, Pékin, 1991
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photographie 3. Etats-Unis, New Jersey, 1987
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photographie 4. Russie-URSS, Irkoutsk, 1991
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photographie 5. Martinique, Fort-de-France, 2014
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4M
Titre Photographie 6. Inde, Amritsar, 2016
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Photographie 7. France, Oloron, 2016
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Titre Photographie 8. Brésil, Belo Horizonte, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Photographie 9. Maroc, Zagora, 1986
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photographie 10. Cuba, Pinar del Rio, 1996
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Photographie 11. Chili, Valparaiso, 2014
Crédits Source : Franck Michel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11151/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Michel, « De l’utopie à l’autonomadie, un autre voyage est possible ! », Études caribéennes [En ligne], 37-38 | Août-Décembre 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11151

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals