Navigation – Plan du site
Tourismes, Voyages, Utopies

Le « renouveau » du tourisme russe en Crimée. Analyse historico-géographique à partir de l’exemple de Yalta

The “Renewal” of Russian Tourism in Crimea. Historical and Geographical Analysis with the Example of Yalta
Ekaterina Andreeva Jourdain

Résumés

L’article analyse le lien qui existe entre les espaces maritimes de la Crimée et la société russe depuis l’annexion de la péninsule à la Fédération de Russie. Les transformations de la station de Yalta, analysées au prisme des nouvelles formes de tourisme et des investissements des différents acteurs — publics et privés — sont au cœur de ce papier.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

tourisme, État, crise

Keywords :

tourism, State, crisis

Index géographique :

Russie, Yalta
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le littoral de la mer Noire était depuis le xixe siècle un lieu de repos prisé par des élites russes et soviétiques. Marginalisé au sein du tourisme intérieur russe depuis 1992 au profit des destinations plus exotiques (Turquie, Égypte, Thaïlande, Émirats arabes, etc.), le littoral de la mer Noire est, au début des années 2000, de plus en plus fréquenté.

  • 1 Le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie a eu lieu en mars 2014. Au niveau internatio (...)

2Selon les statistiques officielles, en 2016, le flux touristique national a atteint 55 millions de personnes. 20 % de touristes intérieurs se dirigent vers les côtes de la Mer Noire. Les villes de Sotchi, située dans la partie russe du Caucase, et de Yalta, en Crimée, sont les principales stations balnéaires de cette zone (Agence fédérale du tourisme de la Fédération de Russie, 2016). Se situant dans le champ de l’analyse de l’accès au tourisme d’un pays du monde émergent comme la Russie, cet article a pour objectif l’analyse du rapport qui existe entre les espaces maritimes de la Russie (le cas de la Crimée) et sa société dans un contexte spatial et géopolitique particulier1.

3Le sujet traité dans cet article reste peu documenté, car il existe peu d’études analysant le rapport complexe entre les littoraux de la Russie et sa société pendant la période contemporaine. Si la question du tourisme national en Crimée en Union soviétique a été abordée par les historiens et géographes du tourisme (Azar, 1972 ; Doljenko, 1988 ; Oussyskyne, 2000), l’aspect domestique du tourisme en péninsule après son rattachement à la Russie n’a pas provoqué un grand intérêt de la part des chercheurs russes. En Russie postsoviétique, la recherche universitaire a principalement adopté une approche centrée sur la dimension économique du phénomène touristique sans se préoccuper de l’étude des pratiques. En France, dans les années 1993 – 2002, des chercheurs comme Claude Cabanne, Ouma Nabieva, Elena Tchistiakova, Alain Miossec, ont analysé les systèmes touristiques du littoral de la mer Noire en mettant en avant les mutations touristiques provoquées par la chute de l’Union soviétique. Actuellement, ce sont principalement les questions de l’impact des sanctions européennes sur le développement du tourisme en Crimée qui attirent l’attention des chercheurs russes et étrangers. Les aspects sociaux et la dimension spatiale du phénomène touristique restent souvent négligés par les chercheurs malgré leur importance. Ces derniers permettent de démontrer ce que l’étude du tourisme peut révéler des sociétés dans lesquelles il prend place.

4Quel rôle joue Yalta dans la structuration des pratiques touristiques des Russes suite à la crise économique de 2014 et la situation géopolitique complexe ? De quelle manière l’État russe contribue-t-il au développement du tourisme intérieur russe en Crimée ? Cet article apportera un certain nombre de réponses historiques et géographiques avec un accent particulier porté à la péninsule de Crimée et la ville de Yalta, dotées d’une tradition touristique forte pendant les périodes tsariste et soviétique et connaissant une réactivation du tourisme depuis son annexion à la Russie. L’analyse de ce lieu touristique situé sur le littoral de la mer Noire nous permet d’apporter un éclairage plus ciblé sur le rôle de l’impulsion politique dans le développement des territoires en Russie, pays gouverné de façon très centralisée, dans un contexte où c’est l’État qui orchestre le développement touristique. Les recherches menées en Crimée peuvent apporter des éléments d’interprétation du fait touristique transposables à d’autres terrains d’étude, et d’alimenter une approche critique du tourisme, fondée sur l’analyse de la domination étatique et non pas sur l’impact du tourisme.

5En première partie, nous ferons une présentation des flux touristiques nationaux au sein de la Russie avec un zoom particulier sur le rôle de l’État dans ce processus. En seconde partie, nous proposerons l’analyse géohistorique de la mise en tourisme et de l’évolution de Yalta en Crimée. Enfin, la dernière partie examinera les aménagements mis en place par les autorités fédérales pour répondre aux attentes et aux représentations de la clientèle intérieure russe.

6Cet article est basé sur les résultats d’un travail de terrain effectué à Yalta en avril 2017. La méthodologie ici retenue repose sur l’étude des documents officiels (dépouillement d’archives d’État et de rapports de fréquentation touristique produits par le ministère du Tourisme de la Crimée), l’analyse croisée des discours et de la presse locale ainsi que l’observation non participante et les entretiens exploratoires.

1. Le tourisme intérieur russe domine le système touristique russe depuis la crise de 2014

7La chute de l’Union soviétique en 1991 a provoqué le développement du tourisme extérieur. En revanche, depuis la deuxième moitié des années 2000, les touristes russes sont de plus en plus nombreux à vouloir rester au pays pour les vacances surtout dans le contexte de la crise de 2014. De son côté, l’État fait du tourisme intérieur une priorité à tous les niveaux en plaçant un accent particulier sur la région de la Crimée en tant que nouveau pôle d’attraction pour les touristes nationaux.

1.1. Les changements dans les flux touristiques des Russes suite à la crise économique de 2014 et la situation géopolitique complexe.

8Le tourisme intérieur russe est un phénomène en pleine croissance depuis les années 2007-2008. Le nombre de touristes intérieurs connait une augmentation annuelle constante qui variait entre 4 et 8 % entre 2007 et 2011. La hausse la plus considérable (+30 %) a été enregistrée en 2014 quand le nombre de touristes russes a dépassé la barre de 40 millions d’individus. Cette augmentation reste plus modérée entre 2014 et 2016 (entre 10 et 20 %) avec tout de même 55 millions de touristes nationaux en 2016 qui ont sillonné leur pays à la recherche de l’altérité (Agence fédérale du tourisme de la Fédération de Russie, 2012 et 2017). Par conséquent, le tourisme intérieur russe domine le tourisme international en Russie, car, malgré une légère augmentation (+8 % en 2015), ce dernier compte 4,1 millions de touristes (Rosstat, Service fédéral des statistiques, 2015).

Tableau 1. La dynamique des flux touristiques intérieurs en Russie (2008 - 2016) en millions de personnes

Année

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

Nombre de personnes

28,7

31,7

34,7

36,0

35,0

32,0

40,0

50,0

55,0

Source : Agence fédérale du tourisme de la Fédération de Russie, 2012, 2017. Élaboration propre

9La demande en produits touristiques à l’intérieur de la Russie a commencé à croître considérablement à partir de l’année 2008 (voir le tableau 1) et a été provoquée, d’un côté, par un regain d’intérêt pour les richesses naturelles et historico-culturelles des régions russes, et, ensuite, par la crise économique et politique traversée par la Russie en 2008 (Sedukhina, 2016). Enfin, en juillet 2014, la Russie a dû faire face à une nouvelle crise économique qui a beaucoup impacté le secteur touristique qui a vu 13 grands tour-opérateurs faire faillite (par exemple, Neva, Solvex, Ioujny Krest). La demande en séjours touristiques à l’étranger a connu une baisse de 40 % par rapport à l’année 2013 en raison de la hausse des taux de change de l’euro et du dollar, les sanctions économiques infligées par l’Union européenne à la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine et la baisse du pouvoir d’achat (Consulat général de France à Saint-Pétersbourg, 2015). Néanmoins, ces changements ont été salutaires pour le développement du tourisme intérieur comme c’était le cas en 1998 et 2008. Le nombre de touristes intérieurs choisissant les destinations plus proches a connu une augmentation de 25 % entre 2013 et 2014 (voir le tableau 1). La forte dépréciation du rouble joue désormais le rôle d’une protection importante du marché intérieur russe.

10La part des voyages individuels était en forte augmentation depuis 2008, les touristes russes sont de plus en plus indépendants et réservent eux-mêmes leurs prestations. Cependant, depuis 2015 (tableau 2), les ventes à forfait ont connu une augmentation de 20 % tout en provoquant le retour partiel du tourisme organisé.

Tableau 2. Les principaux indicateurs de l’activité touristique des entreprises touristiques

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Le nombre des agences de voyages

6639

6477

6897

9133

10266

10773

11324

11614

11893

Nombre de packages vendus, milliers

5819

4305

3666

4358

4427

4763

5384

4384

4024

dont en Russie

1659

1030

830

872

929

905

969

992

1331

dont à l’étranger

4057

3183

2772

3367

3326

3738

4240

3253

2482

Source : Rosstat, Service fédéral des statistiques de la Fédération de Russie, 2016

11Suite à la crise de 2014, le secteur touristique a donc subi des changements importants. Avec l’aide du gouvernement, le nombre de tour-opérateurs spécialisés dans le tourisme intérieur est passé de 2 957 en 2013 à 3 710 en 2014 (Consulat général de France à Saint-Pétersbourg, 2015). Le gouvernent russe envisage de faire bénéficier aux agences qui travaillent sur le développement des nouveaux itinéraires nationaux de subventions (Gouvernement de Russie, 2016). Cet exemple montre que la politique est un élément indispensable à prendre en compte dans l’analyse des systèmes touristiques du pays.

1.2. Le tourisme et la politique dans la Russie de Vladimir Poutine

12Le gouvernement russe commence à se préoccuper du développement du tourisme intérieur à partir de la deuxième moitié des années 2000 en intégrant ce dernier dans ses plans de développement touristique, prévus pour une période de sept ans. Ce dernier est encouragé par l’État qui a lancé en mars 2011 le Programme fédéral de développement du tourisme de la Fédération de Russie pour la période 2011-2018. Doté de 330 milliards de roubles (environ 5,5 milliards d’euros), le programme vise l’augmentation de la compétitivité du marché touristique national, le développement de l’infrastructure touristique, ainsi que l’augmentation de l’efficacité de la promotion du produit touristique national sur les marchés intérieur et international. Plusieurs régions ont élaboré des versions locales de ce programme ce qui permet de démontrer les articulations qui existent entre le pouvoir central et le pouvoir local dans le pays.

  • 2 Les plus grandes régions touristiques participent à ce programme de communication : Moscou, Saint-P (...)

13L’offre touristique en Russie se diversifie depuis ces dernières années notamment grâce à la mise en place des mesures par le gouvernement russe. Ainsi, créée en 2005, l’Agence fédérale du tourisme (Rostourisme), l’organe du pouvoir exécutif chargé du développement de l’activité touristique en Russie, compte parmi ses priorités le développement intensif du tourisme intérieur. En 2015, elle a lancé une nouvelle politique marketing, une campagne de publicité destinée directement au consommateur et axée sur les territoires russes « Visit Russia. Il est temps de se reposer en Russie » (traduction du russe). L’Agence fédérale pour le tourisme russe encourage les citoyens à rester au sien du pays pendant leurs vacances plutôt que de se rendre à l’étranger2.

14Depuis 2005, l’État russe a mis en place une politique d’augmentation du nombre de jours fériés en début de l’année (entre le 1er et le 10 janvier) incitant par cette mesure l’émergence de l’économie des loisirs. En 2012, le nombre de jours chômés en janvier passe à huit au profit de congés plus longs en mai (entre le 1er et le 3 mai). Le gouvernement encourage par cette mesure des départs touristiques moins éloignés, mais plus fréquents tout en équilibrant les flux touristiques à l’intérieur du pays.

15Enfin, suite à la crise de 2014 et les turbulences diplomatiques entre la Russie, l’Europe, la Turquie, le gouvernement russe a mis en place des restrictions aux séjours à l’étranger d’une partie des fonctionnaires des grandes administrations et des membres des forces de l’ordre. Les déclarations officielles se multiplient et mettent en garde les touristes russes contre les risques des séjours à l’étranger. Le gouvernement encourage les touristes russes à privilégier les destinations nationales, y compris le littoral de la mer Noire avec la péninsule de la Crimée, rattachée à la Fédération de Russie.

16Toutes ces dispositions prises dans le contexte du développement du tourisme intérieur provoquent une certaine mobilisation patriotique de la société russe.

2. La mise en tourisme et l’évolution des lieux touristiques de Grand Yalta

17Le tourisme en Russie, par son histoire et sa composition, a été d’abord national. Les stations balnéaires de la Crimée sont dotées d’une forte tradition touristique pendant les périodes tsaristes et soviétiques. Par son rôle historique, Yalta fait figure de capitale de la « Côte sud de Crimée ».

2.1. Yalta, une station balnéaire destinée aux élites avant tout

18Dans le cadre de cette étude, nous nous intéressons à la municipalité de Yalta, l’une des vingt-cinq subdivisions administratives de la République de Crimée qui s’étend sur soixante-douze kilomètres de côtes. La municipalité compte deux villes : Yalta, le chef-lieu administratif, et Aloupka, une ville importante, vingt-et-une villes secondaires et neuf villages répartis dans sept communautés citadines qui sont indiquées sur la carte ci-dessous.

Figure 1. Carte de la Municipalité de Yalta

Figure 1. Carte de la Municipalité de Yalta

Source : Auteur, 2017

19L’historiographie russe et soviétique a associé souvent la naissance du tourisme en Russie à la Crimée et notamment à la ville de Yalta, l’une des plus anciennes stations balnéaires en Russie. En se basant sur la classification des lieux touristiques (MIT, 2011), Yalta peut être qualifiée de station touristique créée ex nihilo. Différents types d’acteurs ont contribué à la mise en tourisme de ce lieu. Des écrivains russes comme A. Pouchkine, N. Gogol, A. Griboïedov se rendaient ainsi en Crimée dès 1810-1820 pour glorifier la péninsule, son histoire, sa nature, ses paysages dans leurs récits romantiques et carnets de voyage.

20À partir de 1850, la péninsule de la Crimée devient le lieu de villégiature des Tzars et des aristocrates russes à partir de 1850 lorsque les familles princières de Saint-Pétersbourg commencent à construire leurs résidences d’été près des villages côtiers pontiques qui jouxtent Yalta, Foros, Aloupka, Livadia, Massandra… Mais c’est surtout après 1860 que la Crimée devient une véritable Riviera russe.

21Le développement du tourisme en Crimée s’intensifie avec l’apparition des premières organisations touristiques ayant pour objectif d’organiser des voyages en Crimée, mais également de mener les activités liées à l’aménagement touristique de la région. C’est le cas du Club alpin de Crimée et du Caucase fondé en 1890 dont les membres ont organisé les voyages de près de 120 000 personnes en 25 ans de son existence (1890-1915).

22La ville de Yalta se développe davantage sous l’impulsion de l’ouverture de la ligne de chemin de fer reliant la Russie continentale à la péninsule dans les années 1870. Les premières infrastructures touristiques commencent à apparaitre à la même période comme c’est le cas de du luxueux hôtel « Rossiia » avec une capacité de 150 chambres construit en 1875 par l’architecte A. K. Vinberg. Aujourd’hui, cet hôtel est connu sous le nom de « Président hôtel Tavrida ».

Photographies 1 et 2. Hôtel « Tavrida », ancien « Rossiia »

Photographies 1 et 2. Hôtel « Tavrida », ancien « Rossiia »

Source : Auteur, 2017

23Ayant préservé son caractère élitiste tout au long du xixe siècle, le tourisme en Crimée deviendra un phénomène de masse pendant la période soviétique.

2.2. Un tourisme pour tous sous l’URSS

24Le régime totalitaire de l’URSS a cherché à organiser les loisirs des populations et leurs pratiques touristiques, favorisant un tourisme pour tous. Ce nouveau modèle touristique reposant sur le principe de planification est approuvé par les deux décrets de Lénine qui mettent en avant le rôle de la Crimée dans la structuration des pratiques touristiques des Soviétiques : celui de 1919 concernant « les régions de cure d’importance nationale » (Cabanne, 2002) et celui du Conseil des Commissaires du peuple du 21 décembre 1920 intitulé « sur l’utilisation de la Crimée pour la santé des travailleurs » (Cabanne, 1993). Une nouvelle étape de la mise en tourisme de la Crimée est déclenchée par cette politique touristique. Le premier schéma de planification régionale a été élaboré en 1935 ayant pour objectif principal la formation d’une zone balnéaire d’Alouchta à Batilman (région de Sébastopol) d’une capacité de 50 000 places avec une population de 130 000 habitants (Durbiano et Radvanyi, 1987). Au cours des années 1920 – 1940, plus d’une centaine d’établissements de cure (sanatoria, maisons de vacances, maisons de repos) ont été créés pour les besoins de la population soviétique.

25En 1948, le gouvernement crée le Grand Yalta (l’ensemble de stations de Foros à Gourzouf incluant la ville de Yalta et de multiples implantations urbaines adjacentes) avec l’objectif de contrôler l’organisation de cette zone de loisirs et de cure. À la fin des années 1950, Yalta devient le lieu préféré de repos des dirigeants du parti communiste et du gouvernement.

26Le tourisme en URSS commence à perdre son caractère idéologique et devient de plus en plus populaire à la fin des années 1950 et au début des années 1960, grâce à l’arrivée au pouvoir de Nikita Khrouchtchev (1953-1964) et à l’attention portée aux loisirs qui impulse le développement touristique. La particularité du tourisme intérieur des années 1960-1970 est l’orientation des séjours dans les stations balnéaires réservées autrefois aux séjours médicalisés vers les vacances comprenant le repos, le divertissement et le jeu. Les voyages en famille se démocratisent pendant cette période et provoque l’augmentation de la fréquentation touristique de la Crimée : de 700 000 vacanciers en 1953, on passe à 4 millions en 1968 pour dépasser 7 millions en 1981 (Durbiano et Radvanyi, 1987). Le littoral de Grand Yalta concentre le plus grand nombre de séjours. Pour répondre à cette demande touristique, le gouvernement soviétique investit dans l’aménagement des plages, mesure nécessaire dans une région où les plages naturelles sont rares à cause de l’érosion du littoral. Plus de 700 000 m2 de plages sont construits entre 1964 et 1983 (Durbiano et Radvanyi, 1987).

27Cependant, cette émergence du tourisme de masse révèlera le problème de l’insuffisance de capacité des infrastructures dans le secteur de l’hébergement marchand. Des complexes hôteliers vont apparaitre sur les rivages de la mer Noire en réponse à cette nouvelle demande touristique. Le sanatorium « Parus » (« Voile » en russe) construit en 1965, à Gaspra, bourg au sein du Grand Yalta, est un exemple de cette initiative étatique (photographie 3).

Photographie 3. Sanatoria « Parus »

Photographie 3. Sanatoria « Parus »

Source : Auteur, 2017

28Malgré cette politique de construction menée par l’État et les syndicats, l’augmentation de la capacité des établissements balnéaires n’est pas assez rapide face à la croissance de la demande qui atteint 10 % par an en Crimée dans les années 1980. Les surcharges se manifestent de plus en plus en haute saison et les 180 établissements de cure du Grand Yalta n’arrivent plus à loger tous les vacanciers. La location chez l’habitant devient courante. Ces touristes « sauvages » deviennent de plus en plus nombreux à séjourner à Yalta. Ainsi en 1988, la fréquentation touristique de Yalta s’élève à 2 millions de touristes. En été 1990, ces touristes « dikii » (sauvage) représentent plus de deux tiers de touristes de Yalta en été 1990 (Archives du Conseil des ministres de la République de CriméeCовет министров Республики Крым).

29La chute de l’Union soviétique en 1991 a remis en question tout le secteur du tourisme dans les anciennes républiques de l’Union, mais là il s’agit d’une situation de transition.

2.3. Grand Yalta sous le pouvoir ukrainien

30À la différence de Sotchi, Yalta a subi les effets négatifs de la transition postsoviétique tout en perdant une partie de sa notoriété. Il est important de rappeler que la Crimée faisait partie de l’Ukraine dès 1954 suite au décret du Premier secrétaire du parti communiste Nikita Khrouchtchev qui a voulu resserrer les liens avec l’Ukraine. Ce don était symbolique, car l’Ukraine faisait partie de l’URSS. À cette époque personne ne pouvait imaginer que l’Union soviétique puisse s’éclater en quinze républiques soviétiques et que cela puisse faire objet du conflit russo-ukrainien.

31Dans les années 1990, après la désintégration de l’URSS, l’Ukraine a rencontré plusieurs problèmes économiques et politiques qui ont profondément touché le secteur du tourisme en Crimée. Tout d’abord, c’est le passage rapide à l’économie de marché qui était accompagné par les privatisations mal — ou non — contrôlées dans tous les secteurs économiques. Les privatisations dans le domaine du tourisme ont été menées dans les années 1990 et 2000, souvent en absence ou sans le respect de la législation protégeant le littoral et les zones naturelles.

32En plus, la Constitution de l’Ukraine indépendante donnait le droit aux citoyens de posséder jusqu’aux six lopins de terre destinés aux fins variées dont la superficie pouvait attendre 10 000 m2 en zone urbaine et 15 000 m2 en zone périurbaine. Comme le résultat de cette politique, la spéculation de la frange littorale provoque la reprise rapide du « secteur privé » à la fin des années 1990. Vient ensuite le tour des villages de la seconde frange en arrière des littoraux, abritant les activités agricoles (comme les vins de Crimée) et de service. Cet espace attire de plus en plus les touristes indépendants principalement en provenance de l’Ukraine qui y trouvent des locations. Les pratiques de repos (la plage) sont dominantes pendant les années qui suivent la fin de l’URSS, le tourisme de cure perd son importance et provoque une baisse d’investissement dans le secteur curatif.

33Au final, en absence d’une politique touristique juridiquement claire et précise, mais aussi économiquement efficace, la Crimée se transforme à la fin des années 1990 en destination touristique avec des stations balnéaires obsolètes et dotées d’une pauvre qualité de service.

34La ville commence à se relever après des années de stagnation postsoviétique uniquement à partir des années 2000. Cette métamorphose est due à la politique de la reconstruction du littoral de Grand Yalta comprenant l’aménagement des plages, la restauration du quai de la ville transformée en 2003 en allée commerçante et lieu de promenade. Les touristes ukrainiens sont les premiers à vouloir profiter de ces transformations. En 2009, ils représentent 74 % de la clientèle touristique de la région.

Photographie 4 et 5. Le quai de Yalta

Photographie 4 et 5. Le quai de Yalta

Source : Auteur, 2017

35Dans la deuxième moitié des années 2000, le Grand Yalta retrouve une certaine popularité après des touristes russes ou d’anciennes républiques soviétiques qui peuvent se reposer tout en profitant des infrastructures modernes et « occidentales » de la ville à des prix assez bas par rapport aux stations balnéaires russes. Entre 2009 et 2013, le nombre de touristes russes en Crimée connait une augmentation de 60 %. Ainsi, en 2013, les Russes représentent la deuxième clientèle (26,1 %) de la péninsule après les Ukrainiens (66 %), suivis par les Biélorusses (4 %) (ministère du Tourisme de Crimée, 2014). Le recours à la voiture individuelle est de plus en plus courant parmi les touristes en provenance des anciennes républiques soviétiques compte tenu de l’augmentation des prix de billets d’avions et de train pendant la période.

3. Grand Yalta, incontournable du tourisme intérieur russe depuis 2014

36Depuis plusieurs années, le Grand Yalta attire de plus en plus de touristes russes. Cependant, il s’avère urgent de repenser le modèle de la période soviétique dont les vestiges restent encore présents. Les autorités politiques comprennent que les stations de Grand Yalta doivent se transformer et se renouveler en s’adaptant aux nouvelles demandes des touristes, en diversifiant leur offre pour être plus compétitives.

3.1. Qui sont ces touristes russes qui se rendent à Yalta ?

37Suite au conflit russo-ukrainien de 2014 et au rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en mars de la même année, les touristes ukrainiens désertent cette destination. La fréquentation touristique de la péninsule a connu une baisse considérable (35,5 % en 2014 par rapport à l’année 2013) suite à la suppression des liaisons ferroviaires entre les villes de l’Ukraine et la Crimée ainsi que l’interdiction au transit des trains russes sur le territoire ukrainien. Les touristes russes vont revenir en Crimée dès l’année 2015 en plus grand nombre (4,6 millions de personnes) notamment grâce aux différents efforts de l’État russe visant le développement du tourisme intérieur. Selon les statistiques officielles, leur nombre continue à connaitre une augmentation constante de 20-21 % entre 2014 et 2016 (ministère du Tourisme de Crimée, 2016). Malgré la baisse de fréquentation de la part des Ukrainiens, les recettes touristiques en provenance des touristes nationaux ont atteint dès l’année 2014 le niveau avant la crise. En 2014, les touristes russes ont dépensé en Crimée près de 1,5 milliard de roubles (plus de 23 565 000,00 EUR23 millions d’euros) compte tenu du fait que le pouvoir d’achat des touristes russes est plus élevé que celui des Ukrainiens. Habitués à passer des vacances confortables, ils ont apporté près de 2 milliards et 362 millions de roubles (plus de 37 millions d’euros) à l’État en 2016 (ministère du Tourisme de Crimée, 2016).

38Ayant conservé son statut du principal pôle touristique du littoral de la Crimée, le Grand Yalta a accueilli près de 2,6 millions de vacanciers sur les 5, 573 millions de touristes venus en Crimée en 2016. Yalta reste une station essentiellement fréquentée par les Russes. En 2015, ces derniers constituent 88 % de touristes contre 10 % d’Ukrainiens et 2 % de touristes venant du reste du monde. Les touristes russes sont en grande partie (46,63 %) originaires des régions de Moscou, Saint-Pétersbourg, Krasnodar et Rostov. 9,36 % des vacanciers viennent des régions russes limitrophes à l’Ukraine, comme celle de Briansk, ou Voronej, ainsi que des villes situées sur la Volga (7,66 %) (ministère du Tourisme de Crimée, 2016). L’on décèle ici le facteur de la proximité du passage de la ville à la mer.

39Depuis les années 2000, la part de voyages individuels est en augmentation en Russie. La plupart de touristes russes (60,4 %) réservent leur séjour à Yalta de manière autonome par Internet ou par des connaissances. Cependant, la part des touristes qui s’adressent à une agence de voyages reste importante (28,5 %) ce qui confirme les tendances générales au niveau national évoquées dans le point 1.1 de cet article. Les touristes individuels sont majoritairement des jeunes actifs (employés, ouvriers, fonctionnaires) de 30 à 43 ans accompagnés de leurs enfants qui font de la ville de Yalta une station familiale. La majorité des vacanciers (84,2 %) vient à Yalta pour se reposer à la mer et y séjourne pendant une durée de dix à quatorze jours. Ceux qui viennent pour les cures thermales y restent pour une période de vingt et un jours, ce qui correspond à la durée d’une cure classique (ministère du Tourisme de Crimée, 2016). La part des primoarrivants dans les flux touristiques est très élevée (51,7 % en 2016), les répéteurs représentent 24,4 % des vacanciers. C’est un fait intéressant, car il montre un certain intérêt pour la station au sein de clientèles qui n’étaient jamais venues en Crimée. Au-delà d’une simple curiosité et de la volonté de découvrir un territoire inconnu, l’on décèle ici un rejaillissement du fort sentiment de patriotisme et de la fierté des Russes de leur pays. L’État russe contribue à l’expansion de l’activité touristique en Crimée tout en valorisant le tourisme intérieur comme outil de maintien de l’unité nationale. Les médias jouent un rôle important dans ce processus. Depuis 2015, un appel patriotique est lancé par la chaine fédérale de télévision « Rossiya 24 » dans les slogans des campagnes publicitaires « Alors, on part en Crimée ! » (2015) ou « La Crimée est la vôtre, venez ! » (2016).

3.2. Vers le contrôle et la coordination de l’activité touristique en Crimée par l’État russe

40L’État russe comprend que le tourisme est à la fois le secteur économique principal de la région de Yalta et celui qui présente le plus bel avenir. Dès l’année 2014, le domaine du tourisme est régulé par la Loi du 14 août 2014 №51 —ЗРК « l’activité touristique en République de Crimée ». Parmi les principales mesures mises en place par cette loi l’on noterait en premier la classification des établissements d’hébergement touristique sur une échelle de zéro à cinq étoiles qui devient obligatoire à partir du 1er janvier 2018. En 2016, on recense seulement 71 établissements d’hébergement touristique classés dans le Grand Yalta sur 155 présents sur son territoire. Arrive en deuxième la réglementation de l’hébergement du « secteur privé », vestige de l’époque soviétique. Désormais, les particuliers pratiquant la location de leur logement aux touristes doivent avoir une licence et payer des impôts sur cette activité commerciale. En effet, selon les données du ministère du Tourisme de Crimée, 49,9 % de touristes venus en Crimée en 2016 ont choisi l’hébergement en « secteur privé » contre 25,9 % préférant le secteur hôtelier dont les prix ont connu une augmentation considérable en 2016 suite à la conjoncture économique difficile en Russie.

41Enfin, un nouveau projet de loi est en étude par la Douma russe depuis mars 2016. Elle vise l’interdiction de construire dans une bande de 100 m à compter du rivage. En premier lieu, il s’agit d’annuler des permis de construire délivrés par les autorités ukrainiennes sur le territoire de la Crimée. Les autorités russes se déclarent être favorables à la compensation des propriétaires de ces biens à la suite de leur démolition. Mais pour l’instant, il s’agit d’un projet.

42Nous pouvons émettre ici une hypothèse que l’application de cette loi pourrait provoquer une nouvelle vague de spéculation des terres non agricoles grâce à un certain favoritisme très présent au sein de la société russe. Les processus identiques ont été observés sur les littoraux de la Côte d’Azur en France ou ceux de la Costa Brava et Costa del Sol en Espagne.

43Depuis 2014, la péninsule de Crimée bénéficie d’une approche spécifique dans la politique étatique de développement du tourisme en Russie : le programme fédéral couvrant la période de 2015-2017 est remplacé par celui de 2016 intitulé « Le programme de développement du tourisme en République de Crimée 2017-2020 ». Doté d’un budget fédéral de 22 milliards 797 558 roubles (plus de 357 millions d’euros), il vise la création en Crimée d’un complexe touristique moderne proposant une offre touristique diversifiée selon les saisons et tout en offrant une qualité élevée de services. Les acteurs publics comme le ministère du Tourisme de Crimée (qui a été juridiquement recréé en 2014) et l’agence Rostourisme jouent un rôle clé dans la réalisation de ce programme. Nous pouvons comparer ces initiatives d’État russe en Crimée avec le vaste programme d’aménagements qu’a connu la France dans les années 1970, avec la nécessité de restructurer les lieux afin de répondre au tourisme de masse.

44Dans ce contexte particulier, il s’avère intéressant d’interroger les rapports entre la politique, le secteur privé et l’émergence de nouvelles formes de pratiques touristiques au sein de la société russe.

3.3. Connivence public-privé en lien avec la saisonnalité problématique et la diversification souhaitée

45Les stations du littoral sont dépendantes des changements météorologiques, elles souffrent souvent de saisonnalité. Cette problématique de la gestion de saisonnalité concerne l’ensemble des acteurs du développement du territoire et nécessite une coopération entre les autorités et les professionnels du tourisme, dans les domaines de l’aménagement, du logement, de la restauration et de l’offre de loisir. Dans le cas russe, l’on peut souvent parler de la présence d’une « frontière invisible » entre le secteur public et privé en prenant en compte le lien que maintiennent les entreprises privées comme Gazprom avec le pouvoir politique russe, l’État étant actionnaire majoritaire du groupe. Cette entreprise possédait déjà des sanatoria dans le Grand Yalta qu’elle a pu garder en sa possession pendant la période ukrainienne.

  • 3 Producteur et exportateur de gaz
  • 4 Les sociétés pétrolières

46C’est souvent pendant les périodes de crise (changement du régime politique, récession économique ou autre) que l’État russe compte davantage sur le développement du tourisme intérieur en sensibilisant la population à ce dernier et en l’ancrant dans une tradition nationale. L’État contribue à l’expansion de l’activité touristique, en facilitant les départs en vacances. Dans le domaine de l’évènementiel, comme après la crise économique de 1998 et 2008, les clients russes possédant un management étranger préfèrent rester en Russie pour aider le pays à sortir de la crise. Un grand nombre de congrès, séminaires et conférences est organisé à Yalta par les élites politiques et d’affaires russes. Depuis la crise de 2014, les grandes entreprises et institutions russes (Gazprom3, Sberbank, Transneft et Rosneft4, ministère de la Défense) réservent elles-mêmes des places pour leurs employés dans des centres de vacances en Crimée.

47Plusieurs projets associant les secteurs public et privé ont vu le jour ces dernières années sur la péninsule notamment dans le domaine du tourisme de cure qui est encore très présent dans l’offre touristique de Yalta. Les hôtels voient en lui une possibilité de gérer le problème de saisonnalité tout en proposant les cures aux touristes pendant la période hivernale. Les principaux projets d’aménagement touristique mis en place par l’État et les investisseurs privés consistent en création des hôtels 3 et 4 étoiles, avec l’objectif de pallier au manque de ce type d’établissements à Yalta, ainsi que les complexes hôteliers cinq étoiles type Resort Spa. Ces mesures visent à adapter les infrastructures touristiques aux exigences de la clientèle russe habituée depuis plus de deux décennies au confort des hôtels clubs turcs et égyptiens. Ainsi, en 2016, cinq nouveaux hôtels avec une capacité totale de 158 chambres ont été ouverts dans le Grand Yalta. Les anciens sanatoria se transforment en hôtels clubs et proposent aux touristes une illusion de l’ailleurs. L’exemple le plus marquant est la construction par la Banque Nationale Sberbank du complexe hôtelier MRYA, catégorie cinq étoiles, Resort Spa, d’une capacité de 422 chambres, situé à vingt-cinq kilomètres de Yalta, dans le village d’Opolznevoe. Édifié à la place de l’ancien sanatorium, ce complexe propose des prestations haut de gamme (SPA, un court de tennis, quatre restaurants, une plage privée, piste d’hélicoptère, etc.).

48Les perspectives du développement du tourisme en Crimée sont en lien direct avec la nécessité de la diversification des formes de ce dernier basé sur le principe d’alternance du repos à la mer, le soin dans les sanatoria, les pratiques sportives et le jeu. Les sports nautiques n’existaient pratiquement pas en Crimée pendant la période soviétique, seuls des vedettes et des hydroglisseurs assuraient les promenades en mer ainsi que le service de liaison entre les stations. L’État russe tente de pallier le manque d’installations nautiques en Crimée tout en répondant aux attentes de nouveaux touristes. Un projet de la création d’un port de plaisance avec un club de yacht « Vladimir » de 1000 places et deux hôtels à Yalta a été porté par le Fond des projets humanitaires spécifiques « Nouvelle Crimée » et devrait voir le jour en 2019.

49Les tendances similaires sont visibles dans le secteur du jeu qui ouvre la possibilité d’élargir la gamme de services proposés aux touristes sur le littoral de la Crimée. Une nouvelle zone de jeux sera implantée sur le territoire du sanatorium « La Perle » (« Jemchyjina » en russe) à Gaspra à douze kilomètres de Yalta suite à la loi du 22 juillet 2014 signée par le président russe Vladimir Poutine.

  • 5 Cette hypothèse n’est pas traitée ici, mais fera l’objet d’une publication future.

50Les projets présentés dans ce point montrent que l’État russe investit dans le tourisme en Crimée tout en invitant le secteur privé à suivre son exemple. En revanche, nous pouvons émettre une hypothèse5 que la privatisation des terres provoquera une spéculation foncière sur le littoral de la mer Noire de Crimée en reproduisant des erreurs de gestion de l’espace dans le futur proche comme c’était le cas pour la plupart des littoraux de la mer Méditerranée de l’Europe de l’Ouest.

Conclusion 

51Sur le plan théorique, l’importance de cette étude consiste à voir ce que le phénomène touristique au sein d’un pays comme la Russie peut démontrer des sociétés dans lesquelles il prend place. Premièrement, cet article apporte un éclairage sur le lien qui existe entre les espaces maritimes de la Russie (le cas de la Crimée) et sa société dans un contexte spatial et géopolitique particulier. Deuxièmement, le travail éclaire le lien entre le développement touristique et les configurations politiques en Russie tout en mettant l’accent sur le modèle d’un tourisme impulsé par l’État central avec le rôle insignifiant des autorités locales. L’État russe compte davantage sur le développement du tourisme intérieur comme outil d’unité en sensibilisant la population à ce dernier et en l’ancrant dans une tradition nationale.

52Les deux questionnements développés au cours de l’article, l’un axé sur le rôle de Yalta dans la structuration des pratiques touristiques, l’autre sur leur dimension plus politique, pourraient contribuer à nourrir la réflexion géographique sur les enjeux économiques, politiques et sociaux du tourisme, et alimenter la réflexion sur les dimensions spatiales du fait touristique.

53Au total, la problématique exposée dans ce papier ouvre d’autres pistes de réflexion. Il serait intéressant d’évoquer les enjeux fonciers que soulève aujourd’hui le développement forcé du tourisme dans cette région de la Russie. Cette étude devrait être effectuée sous le prisme de la politique, élément indispensable pour la bonne compréhension des systèmes touristiques du pays.

Haut de page

Bibliographie

Agence fédérale du tourisme de la Fédération de Russie, 2012, 2017.

Archives du Conseil des ministres de la République de Crimée.

Arrêté N 813 du 25 avril 1994 « La mise en place des mesures complémentaires pour le développement du tourisme en Fédération de Russie et la réglementation de l’utilisation de la propriété de l’État dans le domaine du tourisme ».

Azar, V. (1972). Le repos des travailleurs en URSS, Moscou, Statistika.

Cabanne, C. (2002). « Sotchi, capitale balnéaire de la Russie », Cahiers nantais, (58) : 235-241.

Cabanne, C. (1993). « Problèmes du développement touristique sur la côte sud-est de la Crimée », L’Information géographique, (1) : 9-14.

Consulat général de France à Saint-Pétersbourg (2015). « L’avenir du secteur du tourisme en Russie », URL : < http://www.ambafrance-ru.org/L-avenir-du-secteur-du-tourisme-en-Russie>.

Doljenko, G.P. (1988). L’histoire du tourisme en Russie avant la révolution et pendant l’URSS, Rostov-sur-le-Don, Éditions de l’Université de Rostov.

Durbiano, C et J. Radvanyi (1987). « Aspects des systèmes touristiques et récréatifs du littoral soviétique de la mer Noire et de la mer Caspienne. Étude comparative avec le littoral méditerranéen français », Méditerranée, 61 (2-3) : 133-147.

Équipe MIT (2005). Tourismes 2. Moments de lieux, Paris, Belin, coll. Mappemonde.

Équipe MIT (2011). Tourismes 3. La révolution durable, Paris : Belin, coll. Mappemonde.

Ministère du Tourisme de Crimée, rapports annuels (en russe)

Nabieva 0, E. Tchistiakova, C. Cabanne et A. Miossec (1997). « Mutations touristiques et tourisme littoral en Russie », Norois, 44 (175) : 445-462.

Oussyskyne, G.S. (2000). Les premiers clubs alpins en Russie : Club alpin de Crimée et du Caucase. Essais sur l’histoire du tourisme russe [« Pervye gornye klouby Rossii krymsko-kavkazski gorny kloub », Otcherki istorii rossiïskogo tourizma], Saint-Pétersbourg, Gerda : 36-54.

Rosstat, Service fédéral des statistiques de la Fédération de Russie, 2014, 2016.

Haut de page

Notes

1 Le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie a eu lieu en mars 2014. Au niveau international, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays se sont opposés à la Russie, l’accusant de violer le droit international et la souveraineté de l’Ukraine.

2 Les plus grandes régions touristiques participent à ce programme de communication : Moscou, Saint-Pétersbourg, les oblasts de Nijni Novgorod, Belgorod et Rostov, les républiques du Tatarstan, de Bouriatie et Iakoutie, mais également les kraïs du Kamtchatka, de Krasnoïarsk et de Khabarovsk.

3 Producteur et exportateur de gaz

4 Les sociétés pétrolières

5 Cette hypothèse n’est pas traitée ici, mais fera l’objet d’une publication future.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de la Municipalité de Yalta
Crédits Source : Auteur, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photographies 1 et 2. Hôtel « Tavrida », ancien « Rossiia »
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Crédits Source : Auteur, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photographie 3. Sanatoria « Parus »
Crédits Source : Auteur, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photographie 4 et 5. Le quai de Yalta
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Crédits Source : Auteur, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ekaterina Andreeva Jourdain, « Le « renouveau » du tourisme russe en Crimée. Analyse historico-géographique à partir de l’exemple de Yalta », Études caribéennes [En ligne], 37-38 | Août-Décembre 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11306 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11306

Haut de page

Auteur

Ekaterina Andreeva Jourdain

UFR ESTHUA Tourisme et Culture de l’Université d’Angers, UMR ESO Angers (CNRS 6590), MCF en géographie, ekaterina.jourdain@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page