Navigation – Plan du site
Tourismes, Voyages, Utopies

Le « tourisme d’aventure organisé », nouvelle utopie touristique ? Cas du trekking au Maroc

“Organized Adventure Tourism”, the New Tourist Utopia? Case of the trekking in Morocco
Annabelle Charbonnier

Résumés

Parler de « tourisme d’aventure organisé », dans le contexte actuel des pratiques de loisirs en plein air, est-il une aberration ? Cet oxymore ne permettrait-il pas de rendre compte des ambivalences d’une pratique touristique qui aspire à profiter des avantages de la combinaison de ces deux formes de tourisme, d’aventure et organisé ? Le terme « trekking » est considéré à la fois comme un terme spécifique et comme un effet de mode et de marketing. Cette duplicité lui procure sa spécificité : un tourisme fondé sur l’aventure, la nature et la découverte culturelle pourtant inséré dans un système marketing très organisé. Pleine nature, culture, sociabilité sont donc tantôt la principale motivation du voyage, tantôt une des raisons (ou les trois raisons) qui décident le plus souvent à voyager dans les montagnes marocaines. Ainsi, les motivations à participer à un voyage organisé dans l’Atlas marocain deviennent de plus en plus hétérogènes et concernent des publics variés. Les imaginaires et les rêves se retrouvent alors littéralement supplantés par la combinaison, parfois contradictoires, des motivations.
Forte d’avoir développé ce type de séjours, l’industrie touristique a ainsi récupéré ces pseudo-imaginaires et on assiste aujourd’hui à l’assimilation de ces derniers par les professionnels et les touristes. Expérience aventureuse et marché de l’aventure se font donc face et encouragent l’émergence d’une nouvelle utopie touristique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Parler de « tourisme d’aventure organisé », dans le contexte actuel des pratiques de loisirs en plein air, est-il une aberration ? Cet oxymore ne permettrait-il pas de rendre compte des ambivalences d’une pratique touristique qui aspire à profiter des avantages de la combinaison de ces deux formes de tourisme, d’aventure et organisé ?

2Le Maroc, « Royaume aux mille lumières » d’Afrique du Nord, possède de nombreux atouts touristiques. Malgré la prévalence d’un tourisme axé sur le littoral, la Montagne marocaine n’a jamais été absente du système touristique. Le Haut Atlas reste la chaine la plus parcourue.

3Depuis quelques décennies, au Maroc comme ailleurs, la tendance est à l’éclatement de la clientèle du tourisme en montagne. Le tourisme de randonnées dans l’Atlas marocain n’est pas une pratique nouvelle, mais il s’est considérablement diversifié depuis les années 1970. Si dans les années 1980 il concernait quelques milliers de randonneurs amateurs chevronnés plus ou moins indépendants, il attire aujourd’hui des dizaines de milliers de touristes qui participent à un trekking guidé, produit d’une agence touristique étrangère ou marocaine. Les offres de voyages axées sur la randonnée, la découverte de la vie traditionnelle des vallées, ou la traversée de somptueux paysages à la recherche des marabouts, des gravures rupestres et des greniers fortifiés se sont multipliées.

  • 1 Le terme trekking est cependant utilisé par la plupart des organismes de tourisme pour promouvoir t (...)
  • 2 Backpack signifie « sac à dos ». Le terme backpacker est généralement traduit par « routard » ou «  (...)
  • 3 L’encadrement des trekkings au Maroc n’a pas toujours été assuré par une équipe entièrement locale. (...)
  • 4 Ces termes sont utilisés par la grande majorité des personnes au cours d’entretiens, de discussions (...)

4À l’origine, « trekking » est un terme afrikaner qui fait référence au « Grand Trek » des Boers. En tant qu’activité récréative, il a été inventé au Népal (Sacareau, 1997 : 14-17). D’un point de vue sportif et non touristique, il est, avant tout, une activité physique de loisirs. Ainsi pour la Fédération française de la randonnée pédestre, il existe différents niveaux dans la pratique de la randonnée pédestre qui vont de la « balade » jusqu’au « trekking ». Aujourd’hui, cette notion fait partie intégrante des vocables touristiques et désigne l’ensemble des séjours touristiques extra-européens1 orientés vers la pratique de la marche. Le trekkeur se distingue du randonneur qui pratique la marche sur sentier, dans un temps relativement court (un à deux jours). Il se distingue aussi du routard ou backpacker2 qui part seul, sans assistance. D’un point de vue touristique, le trekking est une forme de voyage organisé, en groupe (généralement de cinq à quinze personnes), dans lequel il y a un engagement physique et moral. Cet engagement dépend de la durée du voyage et de ses difficultés techniques. L’encadrement est assuré par une équipe : pour les séjours dans le Haut Atlas, elle se compose aujourd’hui3 d’un guide marocain, d’un cuisinier et de muletiers dont l’effectif varie en fonction du nombre de participants. Quant à la dimension culturelle, elle est plus ou moins mise en valeur selon les produits. Du point de vue des touristes, le trekking est perçu comme une véritable occasion de « voyager autrement » et véhicule les attentes d’un « tourisme responsable » ou encore d’un « tourisme alternatif »4. Le terme est donc à la fois considéré comme un terme spécifique et comme un effet de mode et de marketing. Cette duplicité lui procure sa spécificité : un tourisme fondé sur l’aventure, la nature et la découverte culturelle mais pourtant inséré dans un système marketing très organisé.

5Cette réflexion ethnographique est produite à la suite de plusieurs séjours d’enquête au Maroc, réalisés dans le cadre d’une thèse intitulée Tourismes de montagne et sociétés locales dans l’Atlas marocain. Étude ethnographique de la pratique touristique. Deux principales méthodes de recueil de données ont été utilisées : l’enquête anthropologique en immersion (2009-2012, puis des « retours » en 2013, 2014 et 2015) avec notamment une observation participante au cours de plusieurs circuits, en tant que « touriste » et en tant que « membre de l’équipe accompagnatrice », des discussions formelles et informelles avec les participants et les guides, avant, pendant et après différents séjours ainsi que des entretiens auprès de responsables d’agences, et l’étude des produits touristiques proposés par les agences françaises spécialisées dans le voyage à pied et les guides marocains indépendants. L’étude porte essentiellement sur les voyages qui se déroulent dans le Haut Atlas occidental et central ainsi que dans l’Anti-Atlas. Les montagnes du Moyen Atlas, du Haut Atlas oriental et du Rif étant soumises à des logiques quelque peu différentes.

1. Les imaginaires et des rêves face aux motivations à voyager

6Dorénavant, il s’agit pour les professionnels du tourisme de remettre en cause le vieil adage prôné « la montagne, ça se mérite ! » au profit de l’accessibilité de la montagne : un non-marcheur (entendons par là une personne qui n’est pas habituée à marcher plus de trois heures sur un sentier) ou un non-initié aux expériences en plein air (c’est-à-dire une personne qui n’est pas adepte du bivouac ou des loisirs de pleine nature) doit avoir accès à l’Atlas marocain sans trop de préparation préalable. Ainsi, d’une part, l’accessibilité de la montagne pour des randonneurs peu expérimentés et parfois novices en matière de vie en pleine nature est aujourd’hui un atout de ce type de tourisme ; et d’autre part, outre le volet exclusivement sportif, la majorité des randonneurs prétend à un séjour culturel qui propose la rencontre avec la population et la découverte des us et coutumes. Le trekking prétend donc fusionner deux formes de tourisme qui paraissent au départ totalement opposées : le tourisme d’aventure et le tourisme organisé. En outre, les participants à ces séjours font également preuve de cette duplicité : généralement ni adeptes, ni habitués du tourisme organisé, empreints d’une réflexivité sur leurs pratiques touristiques, ces voyageurs cherchent souvent à différencier ce qui relève de la prestation touristique de ce qui peut leur permettre une découverte de la culture et questionnent ainsi l’authenticité de leurs vécus touristiques. Les imaginaires et les rêves se retrouvent alors littéralement supplantés par la combinaison des motivations.

1.1. Nature, culture, sociabilité : le tiercé gagnant

7Faire du sport ou des loisirs sportifs, découvrir une autre culture et les patrimoines du pays, se retrouver face à soi-même ou inversement entre amis ou en famille sont, sans surprise, les grandes motivations des touristes en montagne au Maroc. Activité prédominante, la randonnée est pratiquée de diverses façons : en traversées, en boucles, en étoiles ; de façon sportive ou ludique ; comme activité principale ou comme un moyen pour visiter le pays. Elle est cependant très souvent encadrée. Bien que les randonneurs qui partent avec une carte ou un GPS et un sac à dos leur permettant quelques jours d’autonomie ne soient pas absents des montagnes marocaines, le trekking encadré par une équipe de professionnels reste la manière la plus usitée de randonner au Maroc. Communément, cette équipe locale doit permettre d’accéder à une certaine découverte culturelle :

8Pour ceux qui attendent un réel apprentissage :

« J’ai été super contente d’apprendre plein de trucs sur les constructions en terre, les cultures en terrasses, les greniers fortifiés et l’histoire des Berbères, la cuisine et plein d’autres trucs ! » (Marina, 22 ans)

« Toutes mes attentes ont été comblées et même au-delà. [...] Je me suis rapprochée de la culture berbère que je connaissais que très peu. [...] Je pense avoir découvert la culture berbère de plus près et ça m’a donné le goût d’en savoir plus, car un voyage de deux semaines ne peut nous permettre que d’effleurer la véritable culture d’un pays » (Alexis, 30 ans)

9Pour ceux qui prétendent à des échanges et des rencontres :

« Chaque nouveau voyage est une découverte, d’un pays, de cultures, de paysages, etc., et quoi de plus précieux que la chance de découvrir » (Daniel, 43 ans)

« Pour moi, un voyage doit être une occasion de partage, partage de la vie journalière, des coutumes des habitants du pays ; il doit être aussi une source de découvertes (paysages, Histoire, cuisine...). Je suis donc une fervente adepte du tourisme “nature” » (Josiane, 72 ans)

10En effet, pour beaucoup, une des grandes motivations du voyage reste la découverte d’une autre culture, d’us et coutumes différents des leurs, de modes de vie dissemblables, et ainsi d’être confrontés à l’altérité.

« J’ai été très dépaysée et je me suis crue dans un autre temps même si je savais que ça existait (pas d’électricité ni de voitures, les gens qui circulent à dos de mules, les enfants qui sont à l’école sur le sol dehors avec pour tout cahier une ardoise...) » (Armand, 45 ans)

11Le degré d’implication dans l’appréhension de cette autre culture et de ses patrimoines reste propre à chacun et dépend également de l’état d’esprit avec lequel le voyageur arrive au Maroc.

« Je suis venue pour marcher en montagne et découvrir les paysages du Haut Atlas. Je ne voulais pas forcément apprendre des trucs sur le pays ou la culture. Je connaissais déjà un peu le pays et je connais bien la culture musulmane. Mais ce circuit est tombé à un moment où j’avais grandement besoin de me ressourcer, et pouvoir le faire en montagne, au Maghreb, en marchant, a été une grande réussite pour moi. Il m’a aidé à repartir de l’avant, et m’a donné envie de marcher, marcher, marcher...  » (Charlotte, 33 ans)

« Je n’attendais rien de particulier, si ce n’est d’être plongé dans la culture et le mode de vie locale. Pour ne pas être déçu, je m’attends toujours au pire. Là, je dois avouer avoir été agréablement surpris. L’immersion était totale. [...] » (Steph, 26 ans)

12S’ils espèrent apprendre de cette altérité, les touristes ne sont pas dupes et relativisent très souvent cette immersion culturelle qui reste un idéal qu’ils savent pertinemment inatteignable dans l’absolu.

« En 10 jours, dont 6 jours de marche, on retire surtout des impressions, des sensations, on fait des liens mentaux avec ce que l’on a expérimenté dans d’autres pays, ailleurs, où les choses ne sont pas si différentes. L’expérience principale est celle des paysages plus que celle des modes de vie des Marocains. Nous avons croisé des gens et nous les avons observés. Être dans un pays, même peu de temps, donne toujours l’occasion de se documenter, de réfléchir sur la situation sociale et politique ; nous avons aussi eu un éclairage par les discussions avec notre guide » (Anne, 50 ans)

« J’ai l’impression d’avoir vu un Maroc pour touriste : on a vu ce qu’on a bien voulu nous montrer. Je n’ai pas la prétention suite à ce voyage de connaître le Maroc ou les Marocains, mais tout simplement d’avoir profité et payé pour apercevoir un espace restreint de ce pays. [...] » (Perrine, 35 ans)

13En définitive, ces trois composantes — pleine nature, culture, sociabilité — sont donc tantôt la principale motivation du voyage, tantôt une des raisons (ou les trois raisons) qui décident à voyager dans les montagnes marocaines. Elles peuvent se combiner dès le départ du voyage ou évoluer et se compléter au fur et à mesure du séjour. Ainsi, un marcheur qui vient exclusivement pour faire du trekking n’est jamais complètement hermétique à la découverte des us et coutumes de la population qui l’entoure et qu’il côtoie. En revanche, pour certains, la notion de sociabilité est tellement forte que le lieu importe peu.

« Cette année c’est au Maroc. L’année dernière c’était en Tunisie et l’année prochaine on verra. On choisit surtout en fonction des prix et de la météo » (Patrice, 48 ans)

1.2. Le voyage pour créer ou renouer des « liens »

14La notion de « lien » est largement utilisée par le marketing touristique qui promeut les séjours en montagne au Maroc (Charbonnier, 2015), non sans fondement, puisque plus qu’une simple motivation, elle précède la justification à voyager et en est très souvent à l’origine. Le voyage est ainsi imaginé comme un outil indubitable permettant l’accès à des relations humaines considérées comme véritables. Les touristes partent :

  • Seul, pour rencontrer d’autres voyageurs ou retrouver des locaux (la famille d’un propriétaire de gîte le plus souvent) qu’ils considèrent comme des amis.

« Il faut avoir de la chance, si on ne s’entend pas avec le groupe c’est pesant sur un voyage long, où l’on vit en communauté. Je crois d’ailleurs que c’est la crainte de tout le monde avant le voyage, mais c’est aussi ce qui est intéressant, de rencontrer des gens. Le risque est minime finalement » (Marc, 25 ans)

15Melissa vient depuis 12 ans, toujours chez Brahim. « C’est ma famille ». Cette année, pas de trek, mais du temps pour rester au gîte, au village et voir les gens. (Extrait du carnet de terrain)

  • En famille : la famille nucléaire pour des vacances, le Maroc étant une destination peu onéreuse en comparaison à beaucoup d’autres destinations (dont des vacances en famille en France) et cela malgré le recours à une formule « voyage organisé ». Le voyage en famille peut être l’occasion de se retrouver puisque chacun a sa vie loin des autres, parfois sur différents continents. Enfin, il est aussi un moyen de regrouper les familles (les beaux-parents, les cousins, les petits-enfants...).

  • Entre amis : regrouper des amis pour un événement (anniversaire, retraite, guérison d’une longue maladie...), voyager entre amis qui se connaissent par cœur et qui s’apprécient beaucoup, organiser un voyage pour des amis d’amis. Les amis peuvent être moins proches sans pour autant être des inconnus : des collègues de travail, des compagnons sportifs, des membres d’une même association...

« Notre groupe est particulier, car nous sommes des amis de longue date. L’avantage du voyage, c’est qu’il nous donne le temps d’avoir des conversations “en privé” les uns avec les autres au fil des jours et aussi de bien rigoler “en famille de cœur”. L’inconvénient, c’est le côté lourd de l’organisation avant le départ » (Marie, 61 ans).

16Enfin, lorsqu’ils ne viennent pas pour la première fois, les touristes ont très souvent un rapport intime au Maroc. Certains reviennent chaque année, avec la même agence, la même association ou le même guide.

« On connaît Mohamed depuis longtemps et on fait des voyages au Maroc qu’avec lui. On aime son côté authentique, il vit là où on voyage, il fait travailler les gens de son village. On vient chaque année. Ils sont toujours dispos un max pour leur “client”, bien que l’on ne se sent pas clients, mais presque des amis » (Ghislaine, 62 ans).

17Dans un contexte postcolonial, certains retrouvent le pays de leur enfance ou le pays d’enfance de leurs parents.

« J’y ai passé mon enfance de 3 à 17 ans, entre 1946 et 1959. Depuis 1965, je suis retourné au Maroc un grand nombre de fois... je ne peux pas te faire de liste exhaustive ! En 2006, j’ai participé au Marathon des Sables et en 2007, j’ai fait deux treks avec Terres d’Av. Quand je rentre, j’ai souvent le spleen, et toujours l’envie d’y retourner dès que possible. C’est un lien affectif qui ne s’explique pas : pour moi, “un beau paysage” c’est encore plus beau au Maroc !!! » (Gérard, 69 ans).

1.3. Et la montagne n’est plus un lieu mystique...

  • 5 Réflexion formulée par de nombreux guides, toutes générations confondues.

18« Avant, c’étaient des montagnards, mais plus maintenant ! »5. Les premiers à parcourir les montagnes, non dans un but scientifique comme les missionnaires, les explorateurs, les écrivains… mais avec un objectif purement ludique sont, quel que soit leur métier ou les raisons de leur présence au Maroc, des montagnards avertis, aguerris et passionnés : les découvreurs de l’Atlas à la fin du xixe siècle, les missionnaires et militaires qui parcouraient parfois la montagne pour leur plaisir au début du xxe, les alpinistes, dont la discipline est en plein essor dans la première moitié du xxe siècle, qui franchissent les frontières de leur pays pour explorer de nouveaux massifs, les « CAFistes », que ce soit les membres des Clubs Alpins de France, d’Europe ou les membres des sections marocaines du CA. Depuis la fin des années 1990, aux côtés des sportifs, des touristes moins acharnés viennent faire des loisirs sportifs ou activités sportives, de façon moins engagée que pour la pratique d’un sport.

« Est-ce que je suis une adepte du tourisme de nature ? Je ne sais pas trop ce que tu entends par tourisme de nature : si tu entends faire des treks, c’est non. Si tu entends partir en routard, je ne crois pas l’avoir fait. Mais si tu entends un touriste qui apprécie et s’intéresse à la nature qui l’entoure, ça, je crois que je peux dire un petit oui » (Perrine, 35 ans)

19La formule « organisée » du voyage est souvent privilégiée. Si les raisons sont multiples et que le coût financier n’est pas un obstacle (car les services sont relativement peu onéreux), l’habitude à cette pratique touristique n’en est pas une. Ils sont nombreux à voyager pour la première fois dans le cadre d’un « séjour organisé ».

« Je n’ai jamais été un adepte du tourisme organisé. Pour moi, voyager c’est avant tout se débrouiller seul dans une région inconnue. Sinon, ce n’est pas un voyage, c’est du tourisme. [...] Mon voyage au Maroc a été le premier où j’ai participé à une structure organisée. [...] » (Charlotte, 33 ans).

« Je passe la majeure partie de mes vacances dans les montagnes donc je considère être un adepte du tourisme de nature et plus particulièrement de la montagne. Avant, j’ai déjà effectué plusieurs randonnées organisées. C’est le seul « tourisme organisé » que je pratique, le « tourisme organisé en montagne » » ! (Marc, 25 ans)

20En outre, une partie des touristes n’est pas familières du tourisme international et voyage souvent pour la première fois hors Europe.

« La première fois, j’avais beaucoup d’appréhension, je n’avais pas l’habitude d’aller à l’étranger (première fois que j’allais sur un autre continent !) [...] Mais j’apprécie vraiment les séjours avec un groupe d’amis, surtout que je ne m’occupe vraiment de rien, je fais entièrement confiance à mes amis qui organisent » (Dominique, 55 ans).

  • 6 Expression récurrente.

21Les motivations au voyage en montagne deviennent donc hétérogènes. Avec cette diversification, la montagne est de moins en moins vécue comme un lieu mystique. Elle est davantage le lieu d’une nature magnifiée plutôt que celui d’une quête de valeurs spirituelles et/ou physiques comme elle a pu l’être de façon exclusive pour de nombreux aventuriers/alpinistes par exemple. Si les adeptes du tourisme orienté vers la nature sont largement majoritaires, ils ne se trouvent pas tous « l’âme d’un aventurier »6. D’ailleurs, pour certains, la pratique d’un voyage en itinérance est une grande première, surtout pour ceux qui ont l’habitude de la villégiature en France.

2. La marchandisation des nouvelles utopies

22Pour Boulay (2009), le trekking est une expérience physique éprouvante vécue collectivement, dans un environnement extrême (désert, haute montagne). La dimension de tourisme sportif et d’aventure prédomine ; tandis que pour Boyer (1999) c’est un vocable montagnard où les dimensions culturelle et organisée du voyage sont importantes. Ces définitions mettent en évidence les ambivalences du trekking qui se présente à la fois comme une épreuve physique faisant appel à la performance, comme une expérience de groupe qui caractérise généralement le tourisme organisé et comme un tourisme de nature orienté vers l’aventure et la rencontre de l’autre.

23Une fois le pays choisi, le touriste consulte dans les brochures des agences spécialisées ou sur leur site Internet les propositions de circuits. Chaque descriptif de séjour proposé par les agences de voyages se compose d’un titre, souvent déjà évocateur, d’un petit texte de présentation, des points clés, d’un bref itinéraire jour par jour, d’un niveau de difficulté, déterminé par les temps de marche, les dénivelés sur une journée et la nature du terrain (herbe, cailloux, sentiers escarpés, passages d’escalade…) et de photographies.

2.1. La récupération commerciale de pseudo-imaginaires

  • 7 Terme utilisé dans les descriptifs des séjours, dans les brochures des agences.

24L’étude des corpus de photographies qui accompagnent les descriptifs de voyages est révélatrice des différentes orientations que peut prendre le séjour : un paysage pour cibler les « amoureux de la montagne »7, les marcheurs ; des randonneurs au cours d’une ascension ou en train de pauser au sommet pour s’adresser aux sportifs ; des paysans dans les champs, des femmes dans les villages ou des portraits d’enfants afin de promouvoir le volet culturel du voyage et enfin des scènes de la vie quotidienne du trek comme les bivouacs, le goûter et le thé à la menthe ou encore les muletiers sur les sentiers pour mettre en valeur l’ambiance et l’expérience collective.

25D’une façon générale, les commentaires sur les points clés sont assez standards, mais restent imagés. D’après l’étude des champs lexicaux et des occurrences, quatre thèmes se dégagent, quel que soit le type de patrimoine auquel les termes renvoient :

  • la garantie d’une certaine véracité avec « authentique, préservé, isolé, berbère » ;

  • la garantie de patrimoines anciens avec « tradition, ancestralité, séculaire, noyer » ;

  • la garantie d’une non-monotonie avec « contraste, diversité, couleur » ;

  • la garantie d’une « rencontre ».

26Les patrimoines historique, architectural et immatériel ne sont pas absents des descriptifs et bien qu’ils soient aujourd’hui relativement succincts dans l’ensemble des brochures papier, avec les sites Internet, les promoteurs proposent de nombreuses photos et des textes plus détaillés ; textes qui reprennent parfois des extraits d’ouvrages scientifiques sur la question. Cependant, ces ressources patrimoniales sont mobilisées avant tout pour satisfaire un imaginaire touristique plutôt que véritablement comme un intérêt capable à lui seul de représenter un atout marketing. L’exemple du terme « berbère », très largement et librement usité, confirme l’utilisation des imaginaires à des fins commerciales plutôt que patrimoniales ou culturelles.

2.2. Des pseudo-imaginaires assimilés par les professionnels et les touristes

27Le trekking prétend cibler des touristes aux profils et aux motivations hétéroclites. Un voyage ne sera donc pas vendu comme exclusivement « sportif » ou comme « séjour culturel ». Toutes les composantes sont proposées et une dominante se détache. La stratégie commerciale permet alors de jouer sur les imaginaires. Les mêmes éléments d’organisation ont des résonnances marketing différentes en fonction de la dominante mise en valeur. Par exemple, certains circuits proposent une nuit en gîte. Le gîte est davantage le moyen de soulager matériellement les randonneurs (eau chaude, douche, ne pas avoir à monter et démonter la tente) qu’une réelle appréhension de la beauté d’un intérieur marocain. En revanche, dans une configuration « trekking culturel », les nuits en gîte prennent une autre dimension, tout comme la mention « nuit chez l’habitant ». Ces précisions sont alors mises en valeur et insistent sur l’occasion de découvrir une décoration faite de tapis berbères ou la simplicité d’une maison en pisé.

  • 8 Celle-ci est évaluée d’une part à partir du dépouillement des réponses aux questionnaires de satisf (...)

28L’appréciation de la tendance générale du séjour par les touristes8 renforce l’idée d’un produit marketing aux composantes variées. Trois types de réponses permettent de saisir l’état d’esprit global des touristes face au produit multiforme « trekking dans l’Atlas marocain » : les réponses qui mentionnent le guide ou l’ambiance révèlent un intérêt pour le relationnel. Ces touristes ont été sensibles à l’expérience de groupe soit parce qu’ils l’appréhendaient, soit parce qu’ils la recherchaient. Les réponses qui décrivent la beauté des paysages telle que « magnifiques paysages, pays splendides dont vous avez réussi à nous dévoiler les beautés » témoignent d’un intérêt pour la montagne et la randonnée ; dans ce cas, le séjour organisé a été choisi pour bénéficier surtout des compétences des guides et des autres membres de l’équipe accompagnatrice. Quant aux réponses qui insistent sur la qualité ou les défaillances de l’organisation, elles montrent une préférence pour la performance, le côté sportif du séjour, car les touristes voulaient dans ce cas profiter de la logistique pour se consacrer pleinement à leur sport-passion, les paysages et l’ambiance leur important peu.

29Les réponses obtenues à partir de mon propre questionnaire témoignent encore davantage de l’assimilation de cette nouvelle utopie qui consiste à vouloir bénéficier de la combinaison de ces pseudo-imaginaires :

  • Jouir d’un voyage singulier malgré le caractère organisé et « industriel » du séjour

« Premier grand et long trek, premières ascensions à si haute altitude, expérience de vraie découverte dans des zones retirées avec des paysages magnifiques, riche humainement également avec la gentillesse de l’encadrement marocain et aussi avec la vie de groupe qui s’est bien déroulée surtout sur trois semaines » (Simon, 34 ans).

  • Bénéficier à la fois de la nature, de la découverte culturelle, de la sociabilité, des rencontres et des loisirs sportifs :

« C’est une expérience forte et enrichissante pour la marche dans des paysages splendides et des régions assez isolées ; pour les rencontres avec les gens du pays, d’abord ceux qui nous accompagnaient, également ceux que nous avons croisés sur les chemins et dans les villages ; pour mes compagnons de voyage qui étaient sympathiques, avec une bonne cohésion de groupe. Pour le rythme du voyage, avec la marche qui permet d’avancer lentement et tranquillement » (Catherine, 62 ans).

  • Pratiquer une forme de tourisme alternatif au sein d’un voyage organisé :

30« Nouvelle façon de voir le Maroc, avec un regard tourné vers la nature et pas du tourisme de masse » (Philippe, 58 ans).

3. L’expérience aventureuse versus le marché de l’aventure

3.1. Avoir le beurre et l’argent du beurre

31L’adaptation dont le participant aux trekkings doit faire preuve est multiple. En effet, il doit être capable de rentrer dans le jeu de l’ensauvagement, vivre une expérience individuelle au sein d’un collectif et accepter des éléments du voyage qu’il n’a pas choisis, mais qui font partie d’un package commercial.

3.1.1. Le désir de profiter de l’organisation d’un voyage sans participer à un voyage organisé

32Comme nous l’avons décrit précédemment, la majorité des touristes n’est ni adeptes ni habitués du tourisme organisé. Si les voyageurs partent avec une agence pour randonner au Maroc, c’est avant tout pour des raisons d’ordre pratique, et cela, quels que soient le degré d’expérience et l’âge des randonneurs :

  • Un voyage organisé pour les débordés :

« J’ai pas eu le temps de m’en occuper. En plus, y’a pas grand chose comme doc ! » (Mickaël, 26 ans)

« C’est la première fois que je pars randonner dans un pays en dehors de l’Europe ; j’avais pas envie de me prendre la tête » (Guillaume, 28 ans)

  • Pour les nostalgiques d’une certaine insouciance :

« J’avais pas envie de me demander où on allait dormir chaque soir et bouffer des trucs lyophilisés » (Clément, 25 ans)

« Ça change de nos treks habituels avec 15 kg sur le dos ! » (Monique, 51 ans)

  • Pour ceux qui ont envie et besoin de sollicitude :

« On avait envie de profiter tous les deux du trek, sans rien avoir à s’occuper » (Patrick, 48 ans)

  • 9 Il s’agit des justifications les plus fréquentes avancées par les participants aux trekkings qui so (...)

« C’est moi qui prépare le dîner après la journée ; j’aime bien, mais... crois-moi, parfois, ça gave ! Cette fois, je voulais profiter pleinement d’la rando »9 (Ghislaine, 61 ans).

  • 10 Termes et expressions le plus souvent employés par les trekkeurs pour décrire les muletiers.

33L’état d’esprit face à la part d’imprévus d’un circuit varie donc selon les groupes, les personnalités et l’expérience de chacun. Il fluctue aussi selon le degré de confiance que le groupe accorde à l’équipe d’encadrement. Les randonneurs habitués à partir seuls et sans assistance qui participent aux séjours organisés n’acceptent pas toujours facilement qu’un homme, qu’ils considèrent comme moins expérimenté qu’eux, les encadre et d’une certaine façon les infantilise. En effet, ils ont l’habitude de prendre les décisions eux-mêmes et remettent parfois en cause les compétences du guide. En revanche, les muletiers sont moins sujets à ce manque de confiance. Ils sont souvent perçus comme « des hommes robustes, endurcis, connaissant la montagne par cœur et qui savent faire face à n’importe quelle situation grâce à leur sens inné de la débrouille »10.

  • 11 Réflexion de Gérard, recueillie le soir au bivouac lorsque le guide a expliqué que la neige bloquai (...)

34Malgré un programme précis et une logistique réglementée, tout n’est pas contrôlé par les guides et leur équipe. Les conditions climatiques peuvent avoir des conséquences importantes sur le déroulement du séjour. Dans chaque voyage, la part non négligeable d’imprévus est acceptée de façon différente par chaque touriste. Quand il faut modifier l’itinéraire, à cause de la neige sur un sommet qui bloque l’accès à un col ou de fortes pluies qui gonflent un oued et empêchent la traversée des gorges ou l’installation du bivouac, certains apostrophent le guide : « Ah bon ? Mais si on passe pas par le Tizi n’Ouanoums, on verra pas le lac d’Ifni alors ? C’était marqué dans le programme ! Je suis venu ici exprès pour ça ! C’est incroyable ! »11. À l’inverse, d’autres s’accommodent parfaitement de ces changements et mettent en avant la normalité de l’imprévu et la nécessité de devoir s’adapter lorsqu’on randonne en montagne. Ces deux types opposés de comportements se retrouvent dans les discussions à propos des temps de marche qui ne seraient pas respectés, des difficultés qui n’étaient pas clairement expliquées dans le programme et des aménagements estimés non satisfaisants mis en place par l’équipe pour faire face à un changement par rapport au descriptif initial du trek.

3.1.2. Aspirer à l’ensauvagement sans s’ensauvager

Je randonne depuis plusieurs jours avec un groupe qui ne se connaît pas. Daniel et Dominique, tous les deux âgés de la cinquantaine, commencent à avoir une petite barbe bien fournie, eux qui étaient rasés de près la première fois que je les ai vus ! Je tente une boutade :

A.C. : ça vous change quand même !

Dominique : ah oui ? Il se gratte la barbe. Ah oui ! ça n’a jamais été aussi long dis-donc ! Daniel prend son visage entre son pouce et ses autres doigts et fait glisser sa main le long de sa barbe.

Daniel : Oh la la ! La mienne est pareille et j’en fais pas toute une histoire...

Dominique : Oui, mais toi t’as l’habitude de ressembler à un ermite ! Il rigole fort. Moi, j’ai un boulot qui demande une bonne présentation monsieur. J’peux pas m’permettre ce genre de relâchement.

Daniel : Mais moi non plus ! Qu’est-ce que tu crois ! Moi aussi je me rase de près tous les jours ! Et puis si t’es pas capable d’assumer, c’est pas d’ma faute !

A.C. : Alors ce soir au bivouac, vous allez tout raser ?

Daniel : Ah non, me raser à l’eau froide, sans miroir, c’est un truc que je peux pas faire.

Dominique : Moi aussi, il faut le dire, je peux pas.

A.C. : S’il y’a qu’ça, on peut vous faire chauffer de l’eau...

Dominique : Écoute, t’as raison. C’est idiot. C’est l’occasion de faire l’expérience. J’attendrai d’être à l’hôtel pour me raser.

A.C. : Non ?! Sûr ?!

Daniel : Allez, on parie ? On se rase pas jusqu’à Marrakech ?

Dominique : Ok, on parie.

Les deux hommes ont tenu parole... du moins pendant deux jours de plus, jusqu’au moment où, lorsque l’on s’est arrêté dans un petit café sur le bord d’une route qui coupait le sentier, ils se sont vus dans le miroir des toilettes. Je n’ai pas entendu leurs réactions, mais j’ai moi-même subi un petit choc en me voyant, alors, j’imagine ! Nous n’en avons pas parlé ; arrivés au bivouac, juste après avoir bu le thé, ils ont chacun tendu une petite bassine au cuisinier pour qu’il leur verse un peu d’eau chaude, et se sont installés, en se tournant le dos, pour raser leur barbe. (Extraits du carnet de terrain)

  • 12 Les agences de trekking sont nombreuses à proposer dans leur séjour deux nuits à Marrakech. Les éta (...)

35Certains n’attachent aucune importance à leur apparence physique tandis que pour d’autres, se voir dans un miroir semble les éloigner brutalement d’un possible ensauvagement. Parmi ces derniers, s’ils sont contents de ne pas se raser la barbe tous les matins, une façon de rompre à la fois avec le quotidien et les codes sociaux, ils ne résistent pas à la vue dans un miroir de leur image de Robinson Crusoé. D’autres exemples pourraient être relatés, à propos de la transition brutale entre les bivouacs et le filet d’eau de la rivière pour se laver que l’on apprécie, mais seulement les deux premiers jours ! Et l’univers de l’hôtel luxueux à Marrakech avec salle de bain et piscine que l’on déplore tout en l’appréciant pleinement après une randonnée de plus de dix jours12 Ou encore la difficulté que l’on peut ressentir à devoir, chaque jour, faire ses besoins dans la nature ! Combien de fois filles et garçons témoignent de leur soulagement à ne pas devoir « passer trois heures à chercher une cachette pour aller aux toilettes » et « être sûrs que personne ne les verra ou viendra les surprendre »...

36C’est à travers ces petits moments de vie que chacun prend conscience des limites de sa capacité à vivre en plein air, même pour le temps d’un voyage relativement court (en comparaison à l’expédition par exemple) et organisé. Les états d’âme face aux besoins d’être/de paraître propre, de se cacher pour aller aux toilettes ou encore l’empressement de profiter de la salle de bain et de la piscine de l’hôtel révèle, davantage qu’une réaction d’assisté peu enclin à l’inconfort, l’ambivalence du trekking qui est à la fois une forme de tourisme organisé et de tourisme de nature. Dans le tourisme expéditionnaire, la recherche de l’expérimentation volontaire et temporaire de la précarité est similaire. La dimension extrême demande cependant davantage d’engagements pour vivre sereinement ces « robinsonnades d’altitude » (Boutroy, 2007). Le non préparé n’y a pas sa place et le caractère organisé de ce tourisme est moins marqué que pour le trekking. En revanche, à leur niveau, les randonneurs ont des attentes semblables en matière de vécu et éprouvent les sensations d’une parenthèse de vie comparable.

3.2. Le trekking, tourisme d’aventure organisé

  • 13 Cette expression a été en effet formulée dans ces termes par plusieurs responsables d’agences inter (...)

37Le trekking est lié au concept marketing de « tourisme d’aventure » et appartient à ces loisirs d’expérience de vie en plein air et de précarité choisie. On privilégie alors la simplicité ou plutôt, selon l’expression des professionnels du tourisme, « un maximum de confort dans un minimum de sophistication »13. Le temps d’un voyage, le désagréable devient agréable ; le rapport à la nature est privilégié, tout comme l’évasion ; et plus ou moins consciemment, la rupture avec le quotidien et le relâchement des codes sociaux sont les atouts recherchés par les pratiquants de cette vie pendant le séjour.

38Parmi les randonneurs habitués à être indépendants, de plus de 50 ans, certains ont été clairs : leur expérience de baroudeur interdit de les assimiler à ces touristes qui vivent une pseudo-aventure dans une pseudo-nature sauvage. Et s’ils ont confié l’organisation de leur voyage à une agence ou à un guide, c’est seulement parce qu’ils n’ont pas eu le temps de le préparer eux-mêmes. Nostalgie d’une époque révolue ? Amertume d’une « jeunesse » achevée ? Cette volonté de différencier ostensiblement une aventure individuelle à une aventure organisée révèle une tentation de graduer l’expérience touristique aventureuse. Face à ces discours, les réactions des participants aux trekkings divergent : certains s’en remettent à leur manque d’expérience de la vie en pleine nature et l’érigent comme preuve de leur incapacité à juger du degré d’intensité d’aventure qu’ils vivent. D’autres en revanche s’offensent qu’on puisse minorer leurs ressentis et leur vécu particuliers sous prétexte qu’une personne les a éprouvés dans des conditions plus extrêmes et moins « organisées ». Ainsi, la rhétorique du marché de l’aventure semble porter préjudice à l’imaginaire des expériences touristiques aventureuses : le voyageur ordinaire, dont la prétention essentielle consiste à vivre une expérience touristique qui s’apparente à une aventure, souffre de la récupération commerciale de ce concept.

39Franck Michel (2000 : 165) rend compte du manichéisme dans lequel l’imaginaire occidental aborde la vision de l’aventurier à partir de celle du voyageur. Il montre comment le bon aventurier est pensé à l’opposé d’un aventurier moins bon, tout comme le voyageur est distingué du touriste. Le participant aux séjours organisés appartiendrait donc à la catégorie de l’« aventurier moyen ». Celui-ci ne pourrait prétendre qu’à un « nomadisme de loisir », une « pâle copie » de la « vraie » aventure et il ne vivrait qu’un « folklore » et non « l’authenticité ». Ce discours, qui émane de l’imaginaire collectif, est concomitant de la tendance à l’anti-tourisme et au dénigrement du voyage organisé auquel le « vrai aventurier » ne participerait jamais. Aucun voyageur ne veut en effet ressembler aux Bronzés, groupe d’amis partis au sein d’un Club Méditerranée, symbole du voyage organisé, mis en scène par Patrice Leconte en 1978, ou aux Bidochons en voyage organisé, couple de « Français moyens » en vacances, caricaturé par la bande dessinée de Binet. Cette tendance est tellement ancrée dans les esprits que, lorsque Jean-Didier Urbain a publié son ouvrage L’idiot du voyage, révélant entre autres que « l’immolation du touriste sur l’autel du vrai voyage est de longue date un sacrifice moralement satisfaisant pour les élites » (Urbain, 2002 : 32), certains ont cru à une condamnation du touriste alors qu’il s’agissait là de le réhabiliter. Le randonneur du Haut Atlas équivaut souvent à cet « idiot », celui qui, grâce à son inexpérience, découvre encore le monde, restaure du sens, sauve des lieux, des pratiques et des objets de l’inattention ou de l’oubli et trouve du neuf là où d’autres ne perçoivent plus qu’un univers “rincé de son exotisme”, comme le déplorait déjà Henri Michaux dans Ecuador. Tout explorateur et, par-delà, tout observateur a beaucoup à apprendre du regard des désirs de ce voyageur » (Urbain in Michel, 1998 : 360).

40Parmi les voyageurs rencontrés, deux tiers confirment avoir vécu une « expérience forte ». S’ils ne se considèrent pas « aventuriers », ils estiment en revanche que leur voyage organisé s’apparente à une « véritable aventure », notamment grâce à leur statut d’« idiot de l’aventure ».

Conclusion

41Si l’utopie n’a plus le vent en poupe et les imaginaires n’occupent plus une place de choix dans les vacances en montagne au Maroc, l’esprit d’aventure reste palpable tout en demeurant ambivalent. En effet, d’un côté, le terme d’aventure, utilisé dans le cadre d’une pratique touristique, est réellement approprié au regard des pratiques et des perceptions des touristes ; l’appréhension de l’aventure est alors proportionnelle aux expériences antérieures de chacun. D’un autre côté, on veut avoir accès à une pratique touristique rassurante et ludique, sans pour autant que tout soit programmé et sans aucune surprise, mais toujours sans risque et incertitude.

42Le seul imaginaire auquel les participants aux trekkings sont systématiquement confrontés reste celui du tourisme organisé. Un des défis des professionnels est alors de rompre avec l’idée d’une randonnée commerciale et de proposer des séjours et un relationnel différents, afin de faire oublier à leurs clients ces imaginaires. En matière de publicité, les structures commerciales encadrent étroitement le trekking. Les analyses iconographiques et lexicales des descriptifs de séjours ont révélé ce dernier comme un produit multiforme qui répond à des attentes et motivations variées. Les tour-opérateurs et guides indépendants jouent sur la pluralité des orientations des circuits, créant ainsi de nouveaux imaginaires. Il n’y a pas ici à proprement parlé d’opposition nature/culture, mais des combinaisons des motivations du voyage qui supplantent l’exclusivité d’un imaginaire et une promotion qui vise de plus en plus un tourisme culturel intégrant les patrimoines.

43Malgré son caractère organisé, le trekking au Maroc permet bel et bien cette quête de sens, de liens, de ressourcement, de dépaysement souvent recherchée dans le voyage notamment avec le tourisme de nature. Cependant, la rupture avec le quotidien ou le connu et l’ensauvagement par exemple, ont également tendance à manifester chez les touristes des sentiments opposés. Ainsi, ce que les touristes recherchent est en même temps ce qu’ils redoutent. La nouvelle utopie consisterait donc à prétendre au cours de son voyage, à ces desseins en apparence contradictoires.

Haut de page

Bibliographie

Binet, C. (2007). Les Bidochons en voyage organisé, tome 6, Fluide Glacial-Audie, Paris.

Boulay, S. (2009). « Culture nomade versus culture savante : Naissance et vicissitudes d’un tourisme de désert en Adrar mauritanien », Cahiers d’Etudes Africaines, XLIX (1-2), 193-194 : 95-121.

Boutroy, E. (2007). « Les alpinistes en Himalaya : Héros ordinaires et robinsons d’altitudes », La Quinzaine Littéraire, numéro spécial Anthropologie et sociologie du sport.

Boyer, M. (1999). Le tourisme de l’an 2000, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Charbonnier, A. (2013). « Réflexions sur la communication à propos des patrimoines en contexte de trekking dans le Haut-Atlas », Collection Edytem, n° 14 : 59-70.

Charbonnier, A. (2015). « Trekkings et vécus touristiques dans l’Atlas marocain », Cahiers Adess, n° 10, Voyage : connaissanes, perceptions et mobilités, CNRS, Université de Bordeaux, mars : 60-70, URL : <http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/>.

Charbonnier, A. (2015). Tourismes de montagne et sociétés locales dans l’Atlas marocain. Étude ethnographique de la pratique touristique, Thèse de Doctorat sous la direction de Cl. Lefébure et F. Pouillon, Paris, EHESS.

Michel, F. (dir.) (1998). Tourismes, touristes, sociétés, Paris, L’Harmattan.

Michel, F. (2000). Désirs d’ailleurs. Essai d’anthropologie des voyages, Paris, Armand Colin.

Sacareau, I. (1997). Porteurs de l’Himalaya : le trekking au Népal, Paris, Belin.

Urbain, J.-D. (1991). L’idiot du voyage : histoires de touristes, Paris, Plon.

Urbain, J.-D. (2002). Les vacances. Idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu.

Haut de page

Notes

1 Le terme trekking est cependant utilisé par la plupart des organismes de tourisme pour promouvoir tout séjour proposant des randonnées itinérantes, qu’il se déroule en France ou au bord de la mer par exemple.

2 Backpack signifie « sac à dos ». Le terme backpacker est généralement traduit par « routard » ou « randonneur ». Il est ici employé pour désigner un randonneur qui marche avec un sac à dos lui permettant d’avoir plusieurs jours d’autonomie, par opposition au trekkeur qui ne porte que les affaires d’une journée.

3 L’encadrement des trekkings au Maroc n’a pas toujours été assuré par une équipe entièrement locale. En effet, avant la création des formations d’aide-accompagnateur et d’accompagnateur en montagne, les guides de haute montagne étrangers venaient avec le groupe de touristes ; les locaux s’occupaient de la logistique et secondaient le guide étranger pour le choix des itinéraires et le contact avec la population.

4 Ces termes sont utilisés par la grande majorité des personnes au cours d’entretiens, de discussions informelles ou dans les questionnaires pour définir le trekking.

5 Réflexion formulée par de nombreux guides, toutes générations confondues.

6 Expression récurrente.

7 Terme utilisé dans les descriptifs des séjours, dans les brochures des agences.

8 Celle-ci est évaluée d’une part à partir du dépouillement des réponses aux questionnaires de satisfaction élaborés par les agences et donnés par ces dernières aux participants à la fin du trek, et d’autre part à partir de la mise en relation de ces réponses avec les profils de chaque personne établis à l’aide de données recueillies lors d’entretiens et de discussions informelles.

9 Il s’agit des justifications les plus fréquentes avancées par les participants aux trekkings qui sont parfois des randonneurs expérimentés partant généralement sans assistance, sac au dos, pour expliquer le choix de partir parfois avec une agence.

10 Termes et expressions le plus souvent employés par les trekkeurs pour décrire les muletiers.

11 Réflexion de Gérard, recueillie le soir au bivouac lorsque le guide a expliqué que la neige bloquait le col et qu’il fallait changer l’itinéraire du circuit. Ce changement rendait impossible le passage au lac glaciaire d’Ifni, présenté dans la brochure du tour-opérateur comme un site magnifique incontournable.

12 Les agences de trekking sont nombreuses à proposer dans leur séjour deux nuits à Marrakech. Les établissements choisis sont souvent de grands hôtels trois ou quatre étoiles situés dans le quartier de l’hivernage.

13 Cette expression a été en effet formulée dans ces termes par plusieurs responsables d’agences interrogés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annabelle Charbonnier, « Le « tourisme d’aventure organisé », nouvelle utopie touristique ? Cas du trekking au Maroc », Études caribéennes [En ligne], 37-38 | Août-Décembre 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11310 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11310

Haut de page

Auteur

Annabelle Charbonnier

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale (EHESS), Institut des Mondes Africains (IMAf), Docteure en Anthropologie sociale et Ethnologie, annabelle.charbonnier@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals