Navigation – Plan du site
Hors dossier

De la Balagne à l’ouest de Porto Rico : réseaux et champs migratoires

De la Balagne al oeste de Puerto Rico: redes y espacios migratorios
Marie Jeanne Casablanca et Laetizia Castellani

Résumés

L’émigration corse vers Porto Rico s’inscrit dans un mouvement général d’émigration européenne vers les Amériques durant le xixe siècle. Une étude plus attentive des données a mis en évidence la présence d’un nombre significatif de Balanins aux côtés des Cap Corsins. La Balagne, située au nord-ouest de la Corse, est une des régions les plus riches de l’île. Son économie repose sur l’agriculture.
Ce mouvement d’émigration, déjà attesté dans la première moitié du xixe, s’est renforcé à partir de 1840. Les Balanins s’implantèrent principalement dans l’ouest de Porto Rico. À partir de 1815, cette île de la Caraïbe, peu peuplée et possédant de vastes espaces à mettre en valeur, s’ouvrit aux étrangers. Les Balanins participèrent au développement de l’agriculture commerciale. Si certains ont fait souche à Porto Rico, d’autres sont rentrés en Corse.
Nous examinerons l’émigration balanine vers Porto Rico en intégrant les concepts de champ et de réseaux migratoires dans le cadre d’une double approche macro et micro-analytique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

émigration, XIXe siècle, île

Index géographique :

Balagne, Porto Rico

Palabras claves :

emigración, siglo XIX, isla
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’émigration corse vers Porto Rico s’inscrit dans un mouvement général d’émigration européenne vers les Amériques durant le xixe siècle. Une étude plus attentive des données a mis en évidence la présence d’un nombre significatif de Balanins aux côtés des Cap Corsins. L’agriculture constituait la base de l’économie du Cap Corse et de la Balagne, régions situées au nord de la Corse. Cependant leurs structures socioéconomiques étaient différentes. Les Cap Corsins étaient davantage tournés vers les activités maritimes. Celles-ci constituèrent un vecteur majeur de l’émigration vers Porto Rico dans les premières années du xixe siècle. La Balagne était largement ouverte sur la mer, mais seuls les habitants des cités littorales, de Calvi, Algajola et L’Ile-Rousse, s’adonnaient à la pêche, à la navigation ou au commerce maritime (Carte 1).

2Nous examinerons l’émigration balanine vers Porto Rico à partir d’une combinaison de perspectives qui permettent de mieux appréhender ce flux migratoire à la lumière des approches théoriques développées depuis les années 1980 (Piché, 2013 : 153-178 ; Garcia Abad, 2001). Le concept de champ migratoire s’adapte à notre étude dans la mesure où celle-ci englobe les espaces d’origine, de transit et d’arrivée des migrants ainsi que leurs attitudes (Simon, 2000). C’est dans cet espace à la fois physique et humain que les migrants construisirent leurs réseaux migratoires. Le réseau migratoire des Balanins fut constitué par l’ensemble des liens interpersonnels qui reliaient en Balagne les migrants, les futurs migrants et les non-migrants, à leur région privilégiée d’installation, l’ouest de Porto Rico. Ceci à travers les liens de communauté, de parenté ou d’amitié qui les unissaient (García Abad, 2003). Chaînes et réseaux définissaient la structure du champ migratoire par la nature des diverses relations (sociales, économiques…) qui s’y manifestaient. Ceux-ci s’expliquent également par le contexte historique dans lequel ils se sont développés. Une approche macro-analytique nous permet de replacer la migration dans cette perspective et d’analyser les différents facteurs qui l’ont motivée (Piché, 2013). Notre étude intègre également des éléments de micro-analyse, car la migration relevait aussi de motivations individuelles.

  • 1 Différentes communautés ont été étudiées : les Italiens, les Allemands, les Catalans ou encore les (...)
  • 2 Naranjo Orovio, Consuelo et Santamaría García, Antonio, « De España a las Antillas. Historia e hist (...)

3L’émigration européenne vers les Caraïbes et Porto Rico au xixe siècle a fait l’objet d’un certain nombre de travaux1. L’étude de Birgit Sonesson sur les Catalans aux Antilles met l’accent sur la présence de chaînes migratoires et d’une migration circulaire dans le cas de familles catalanes qui faisaient le va-et-vient entre la Catalogne et Porto Rico (Sonesson, 1995)2. D’autres études récentes, portant par exemple sur la présence de membres de cette même communauté à Cuba, adoptent un angle d’approche différent et mettent l’accent sur l’aspect historique (Fontanet Gil, 2013). L’historiographie de l’émigration corse à Porto Rico a étudié les migrants dans une perspective semblable. Ces travaux permettent de contextualiser la migration des Balanins dans l’ensemble du mouvement migratoire des Corses vers Porto Rico, mais dans la mesure où ces recherches utilisent un autre type de démarche, il est parfois difficile d’établir des comparaisons « approfondies » avec les Cap Corsins, les autres communautés corses n’étant que très faiblement représentées.

  • 3 Les individus ont été retenus lorsque leur présence à Porto Rico et leur identité étaient attestées (...)
  • 4 Archivo general de Puerto Rico.
  • 5 Une partie des documents concernant la Corse sont en ligne sur les sites du département de la Corse (...)
  • 6 Notamment à Mayagüez et San Germán.

4Un échantillon composé de 104 individus a été constitué3. Nous avons opté pour une approche croisée et complémentaire. Les passeports et les registres des étrangers4 ont constitué le corpus de départ. Afin de dresser le contexte précis dans lequel évoluait chacun des migrants (milieux social et familial, réseaux), nous avons utilisé en Corse les registres d’état civil et de matricules, ou encore les recensements de population5. À Porto Rico, les fonds municipaux et judiciaires de l’ouest6 nous ont permis de récolter de nombreux éléments sur l’implantation balanine.

5Le but de ce travail est de tenter de déterminer le profil des migrants, de définir les contours de cette émigration, qui put être temporaire ou définitive, de suivre les réseaux balanins entre la Corse et Porto Rico ainsi que d’étudier les liens entre les deux îles.

1. L’émigration balanine : de la Corse à Porto Rico

6Notre échantillon permet d’établir les principales caractéristiques des émigrés et les grands traits de l’émigration balanine, mais également d’identifier les facteurs internes et externes de ce mouvement.

1.1. Caractéristiques générales

7Les Balanins qui émigrèrent vers Porto Rico furent majoritairement des hommes (80 %) et des ruraux. Plus de la moitié des communes balanines sont représentées (Figure 1). Trois villages se détachent nettement : Monticello (21 %), Corbara (18 %) et Lavatoggio (13 %) (carte1).

Cartographie 1. Localisation de la Balagne (Corse)

Cartographie 1. Localisation de la Balagne (Corse)

Source : L. Castellani, La Balagne rurale, 2011 : 21

Figure 1. L’origine géographique des migrants

Figure 1. L’origine géographique des migrants
  • 7 Tous les graphiques ont été réalisés à partir d’informations tirées des différentes sources primair (...)

Source : L. Castellani, M.-J. Paoletti, 20167

  • 8 Les propriétaires représentent entre 30 et 40 % de la population (Castellani, 2011, p. 280).
  • 9 Ces notables possèdent entre une dizaine et une centaine d’hectares.

8Les catégories socioprofessionnelles représentées reflètent la structure socioéconomique de la région où l’agriculture était la base de l’économie (figure 2). Près des deux tiers des partants étaient issus de familles de propriétaires. Ce terme englobe des situations très diverses allant des petits aux grands propriétaires (Castellani, 2011 : 192). La part de ces derniers parmi les migrants paraît plus marquée que leur proportion dans la population8. Les notables établissaient leurs pouvoirs économique et politique sur la possession de la terre. Au cours du xixe siècle, les familles de la notabilité et des propriétaires choisirent de diversifier leurs activités, en intégrant l’administration, en s’orientant vers les professions libérales et le négoce. Il est possible d’identifier parmi les émigrés des notables, qui disposaient d’un certain capital à leur départ de Corse, et des propriétaires appartenant à la catégorie intermédiaire9. À leurs côtés, on trouve un éventail assez large d’activités propres aux membres des catégories sociales défavorisées (journaliers, jardiniers, un berger, un meunier…) (18 %) ou encore des commerçants (9 %). À la différence des Cap Corsins, peu de marins sont dénombrés (Casablanca, 1993 : 33-35). Les activités en lien avec la mer ne constituèrent pas, en Balagne, un vecteur majeur de l’émigration. De plus, la part des habitants des cités littorales (graphique 1), Calvi et L’Ile-Rousse, était relativement faible (15 %) au regard de leur population, de leurs activités maritimes et commerciales, mais également de leur ouverture sur l’extérieur (Castellani, 2016).

Figure 2. Les catégories socioprofessionnelles des migrants

Figure 2. Les catégories socioprofessionnelles des migrants

Source : L. Castellani, M. – J. Paoletti, 2016

9Les départs s’échelonnèrent tout au long du xixe siècle et s’accrurent nettement entre 1840 et 1869 ; près de la moitié se concentrèrent entre 1850 et 1879 (graphique 3).

Figure 3. La chronologie des départs

Figure 3. La chronologie des départs

Source : L. Castellani, M. — J. Paoletti, 2016

  • 10 Il n’est d’ailleurs pas toujours aisé de connaître avec exactitude leur destination.
  • 11 Cette forte variabilité de la production a des conséquences économiques qui se répercutent sur l’en (...)
  • 12 Son patrimoine ecclésiastique, d’un revenu annuel de 163 lire, est établi en 1790, ADHC, 2G.

10Le contexte local balanin pourrait fournir un premier facteur explicatif. En effet, dès les années 1850, des communes balanines connurent un reflux de leur population, dû essentiellement à un essor de l’émigration. Si l’économiste Dominique Taddei la décrit plutôt comme une émigration pull, qui concernait en premier lieu les cantons les plus prospères et les familles aisées (Taddei, 2011), le facteur économique ne peut pas être totalement écarté même pour les individus qualifiés de « propriétaires ». En effet, l’émigration vers Porto Rico, mais aussi plus largement vers le continent français (Marseille, Toulon ou Paris), l’Amérique (Venezuela, Haïti, Saint-Thomas, Argentine ou États-Unis)10 ou plus tard les colonies françaises, permit aux notables et aux individus appartenant aux catégories intermédiaires de trouver à l’extérieur de nouvelles ressources. Ils purent utilement compléter ou sécuriser des revenus agricoles très fluctuants. L’olivier constituait la principale richesse de la région aux côtés des céréales et de la vigne. Mais l’irrégularité des récoltes d’olives impactait lourdement les revenus des notables11. Pour d’autres émigrés appartenant à des familles en ascension sociale, une réussite en Amérique pouvait ouvrir les portes de la notabilité. Santo Santelli en est l’exemple parfait. Fils de cordonnier, il appartenait à une famille qui s’affirma en investissant dans la carrière ecclésiastique. Il est probable que l’oncle de Santo, le prêtre Dominique Santelli, lui ait apporté son soutien financier et que son départ se soit inscrit dans une stratégie familiale12. Pour les plus modestes, il s’agissait davantage d’une émigration push. En émigrant, ceux-ci avaient l’espoir d’obtenir les moyens de subsistance qu’ils parvenaient difficilement à trouver localement, notamment dans la deuxième moitié du siècle. Ces émigrés savaient qu’ils ne reviendraient peut-être jamais en Balagne. La région, qui était l’une des plus riches de la Corse, n’échappa pas à la crise agricole qui s’intensifia au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Son impact économique réel est difficilement quantifiable (Castellani, 2014). Le bond de l’émigration dans la seconde moitié du siècle, attesté par une augmentation du nombre des passeports pour Porto Rico, confirme l’importance du facteur économique. La distribution des différentes catégories socioprofesssionelles paraît également se modifier : à partir de 1850 la proportion des catégories défavorisées parmi les migrants est plus marquée (Figure 4).

Figure 4. La chronologie des départs en fonction des catégories socioprofessionnelles

Figure 4. La chronologie des départs en fonction des catégories socioprofessionnelles

Source : L. Castellani, M. — J. Paoletti, 2016

11Il est cependant intéressant de constater que le flux connut une décrue à partir des années 1870, à un moment où la crise atteignait son paroxysme en Balagne (graphique 3). On peut penser que les Balanins optèrent alors davantage pour des destinations plus proches, le continent et les colonies françaises, ou bien se tournèrent vers d’autres régions d’Amérique. À Porto Rico, la situation économique se dégradait. La culture de la canne à sucre s’essoufflait. Même si la caféiculture connut un essor jusqu’aux années 1880, les opportunités d’enrichissement étaient limitées du fait d’une augmentation de la population. À cette époque, certains petits propriétaires devinrent salariés (Dietz, 1989 : 81-82). D’une façon générale pour l’ensemble des Corses de Porto Rico, les Balanins n’échappant pas à la règle, les plus grosses fortunes semblent s’être constituées durant la première moitié du xixe siècle.

12Un deuxième facteur interne aux flux migratoires peut expliquer l’augmentation du nombre de migrants à partir de 1840. La présence d’une communauté balanine, déjà importante à Porto Rico, facilita l’émigration. Elle explique la part plus marquée des communes de Monticello, Corbara et Lavatoggio précédemment évoquée (graphique 5). En effet, la structure des flux changea. L’« émigration familiale » se renforça (graphique 3). Il s’agissait soit de Balanins qui rejoignaient des parents, soit de départs simultanés de plusieurs membres d’une même famille.

Figure 5. La chronologie de l’émigration par commune

Figure 5. La chronologie de l’émigration par commune

Source : L. Castellani, M. — J. Paoletti, 2016

  • 13 Dans son testament Joseph exigeait la mise en vente des biens hérités de ses parents dont il était (...)

13Le facteur démographique est un autre élément à prendre en considération ; associé au facteur économique, il put favoriser l’émigration d’un ou de plusieurs membres de fratries. Il semble déterminant pour les trois frères Capifali qui émigrèrent à une époque où la situation économique en Balagne se détériorait. Ils laissèrent leurs quatre sœurs et leurs parents en Corse. Le facteur démographique paraît également efficient dès la première moitié du siècle dans le cas de Joseph Antonini qui appartenait à une famille de propriétaires en décadence. Ses membres durent trouver de nouveaux revenus et restreindre leur descendance. Un seul de ses trois frères s’était marié. À 47 ans, Ange François avait épousé une fille de journalier. Il partit pour Porto Rico, rejoindre Joseph, dans un contexte familial tendu13.

14Une étude des profils des émigrés permet d’analyser plus précisément le fonctionnement des chaînes et des réseaux migratoires ainsi que l’impact du contexte caribéen.

1.2. Une multitude d’autres facteurs

15Les mécanismes des départs s’appuyèrent également sur un ensemble de facteurs qu’il est difficile d’identifier pour chacun des émigrés. Ils influencèrent la décision collective ou individuelle et le parcours du migrant de son départ à son arrivée.

  • 14 Il est indiqué qu’il est né à Santa Reparata, mais son baptême n’apparaît pas sur les registres par (...)
  • 15 Deux de ses frères résident dans le Cap Corse, un est marin.

16Dans les chaînes et les réseaux migratoires, les « éclaireurs » jouèrent un rôle central. Parmi le petit groupe de Balanins présents dans le premier tiers du xixe siècle, François Marie Franceschini, Antonio Romani14 de Corbara et Jean Baptiste Segni, de Santa Reparata, étaient à Mayagüez ; Paul Bettini, de Calvi, était à Ponce ; Santo Santelli, de Lavatoggio, était à l’est de Porto Rico. Leur installation n’impliqua pas toujours la mise en place d’un réseau d’immigration dont le « précurseur » serait la tête de pont. Si François Marie Franceschini initia un mouvement important à partir du village de Corbara, si Santo Santelli facilita certainement l’arrivée d’habitants de Lavatoggio, en revanche, Bettini, Segni, ou plus tardivement, Louis Mariani de Muro, qui paraissaient pourtant avoir « réussi », n’entraînèrent pas dans leur sillage d’autres individus de leurs communautés. Il en est de même des membres des catégories défavorisées, essentiellement rejoints par des hommes de leur famille. Ainsi, Gio Agostino Casta de Pigna, présent dès 1839, fut rejoint par son frère en 1861 tandis que le frère et le neveu de Dominique Passani de Sant’Antonino, émigré en 1842, arrivèrent dans les années 1850. La situation est semblable pour les émigrés île-roussiens qui étaient généralement d’origine modeste et avaient peu d’attaches locales (Julien Seja et les Bregante étaient originaires d’Italie, Julien Antoine Bertoni du Cap corse) ou le Calvais Georges Edouard Bitterled, dont le père était originaire de Livourne15.

  • 16 Ils sont accompagnés par Ours Jacques Leoni, ADCS, 4M394.
  • 17 Les Bartolini sont également apparentés aux Antonini d’Algajola, les Santelli aux Allegrini et aux (...)

17En dehors du réseau familial « étroit », le poids des réseaux d’amitié, villageois ou de clientèle, est difficile à quantifier. Plusieurs individus d’une même commune pouvaient émigrer simultanément. Par exemple, le 11 novembre 1836, quatre passeports étaient délivrés à des habitants d’Aregno : les trois frères Allegrini partirent accompagnés de Pierre François Casta16, alors que, le beau-frère de ce dernier, Paul Vincent Bartolini17 rejoignait les Caraïbes durant la même décennie.

  • 18 Giacomo Maria Franceschini est dit « absent » dans un acte de 1840.
  • 19 Un passeport à son nom figure en 1862. Il est présent lors du mariage de sa sœur Marie Rosaire à La (...)

18Ainsi que nous l’avons précédemment montré, seules les communes où l’émigration s’étendait à des familles ont généré un flux quasi continu. Conjuguée au réseau villageois, la chaîne familiale joua donc un rôle prépondérant. L’expression « raisons de famille » revient fréquemment dans les passeports. Généralement, la femme et les enfants rejoignaient postérieurement le chef de famille parti seul. Ainsi, les Franceschini de Corbara s’étaient installés dans l’ouest de Porto Rico. Giacomo Maria et son épouse y furent recensés en 1845 avec leur fille, Davia, leur beau-fils et leurs enfants18. Le beau-père de Davia, Francesco Maria Franceschini, était arrivé dans l’île en 1819. S’agissant de la famille Fabiani de Monticello, Ezio paraît avoir ouvert la voie dans les années 1840, précédant son frère Simon Jean, puis la famille de celui-ci (trois de ses filles arrivèrent en 1868). Leur cousin de Lavatoggio, Domenico Fabiani n’était plus en Corse en 1846. Sa fille Marie Rosaire arriva à Porto Rico en 1851. À cette date, son fils Ours Jacques avait déjà quitté leur commune natale19.

19Il est certain qu’au fil du temps, les individus qui partaient seuls pouvaient compter sur la solidarité des habitants de leur commune, de leur région ou de l’île déjà installés sur place. Leur isolement était donc relatif, notamment dans la deuxième moitié du siècle.

  • 20 Déclaré insoumis en 1890 et 1909.
  • 21 Déclaré insoumis en 1875, il est amnistié en 1889 après s’être présenté aux autorités françaises à (...)

20Parmi les motifs de départ, il ne faut pas exclure les raisons « politiques » ou la nécessité de « fuir » l’île. Ainsi, Nicolas Renucci dut quitter la Corse après un écart de conduite. Sur le bateau qui le menait à Marseille, il fit la connaissance d’un médecin en partance pour Porto Rico et décida de l’accompagner. Dans les dernières décennies du siècle, le départ vers l’Amérique fut aussi un moyen d’échapper à la conscription pour Roch Toussaint Rusterucci20, Georges Edouard Bitterled ou Joseph Capifali21.

  • 22 Il séjourne à Aguadilla avant d’être transféré à Humacao, Archives diplomatiques, Nantes, PR, reg. (...)

21Leur activité professionnelle explique vraisemblablement la présence à Porto Rico de certains émigrés. Par exemple, Lucius Abel Malaspina était chancelier, Stefano et Antoine François Mariani22 étaient prêtres, Louis Mariani « commis voyageur », Julien Antoine Bertoni marin.

  • 23 La figure la plus connue est Marthe née à Tunis (1756) et décédée au Maroc à Larache (1799). Séparé (...)

22Enfin, la « tradition familiale » ou les relations avec l’extérieur ont pu être un facteur décisif. Cette ouverture vers les horizons lointains plongeait ses racines au xviiie siècle : à cette époque des membres de la famille Franceschini de Corbara vivaient en Afrique du Nord23. Le Calvais Bettini avait des attaches à Livourne.

1.3. Le contexte caribéen

23À la fin du xviiie siècle, Porto Rico était peu peuplée et disposait en abondance de terres fertiles non exploitées. À cette époque, les débuts d’une agriculture commerciale fondée sur la canne à sucre puis sur le développement de la caféiculture offraient des perspectives de prospérité aux plus entreprenants et engendrèrent un besoin de main-d’œuvre. Le contexte local était donc favorable à l’arrivée des Corses dont l’installation fut facilitée par la politique de la monarchie espagnole qui, en 1815, pour des raisons politiques et économiques, ouvrit Porto Rico à des migrants catholiques originaires de nations amies de l’Espagne. La Cédula de Gracias octroyait aux étrangers jusqu’alors « tolérés » dans l’île le droit de légaliser leur présence et leur offrait la nationalité espagnole au bout de cinq années de résidence. Cet élément était primordial, car seuls les Espagnols étaient autorisés à faire du commerce. La Cédula de Gracias eut pour effet d’attirer de nouveaux habitants, notamment des Corses, résidant déjà aux Antilles (Rosario Rivera, 1995 : 125-141).

  • 24 Cette présence, dès 1781, est attestée par les juramentos de ciudadanía.
  • 25 Sa maison de commerce fut reprise par Vincent Piccioni, son neveu, frère de Sébastien.
  • 26 Du même village.
  • 27 La correspondance consulaire ainsi que les registres de l’état civil de Saint Thomas attestent de l (...)
  • 28 AGPR, Indice a los Protocolos notariales, Guayama, c. 447, Cesión de crédit Adolfo Reed Ridging and (...)

24Ce document, imprimé en trois langues, fut connu dans l’île de Saint Thomas dès le début de l’année 1816 (Rosario Rivera, 1995 : 43-59). Située à l’est de Porto Rico, elle joua un rôle majeur pour les premiers migrants partis vers l’Amérique. Déclarée port franc danois au xviiie siècle, elle jouissait d’une position géographique favorable aux activités commerciales. Fréquentée par des marchands d’Europe et d’Amérique, elle servait de centre d’exportation de produits coloniaux et d’importation d’esclaves et de marchandises venues d’Europe (Sonesson, 1995 : 50 ; Camuñas, 1993 : 330). De nombreux marchands et contrebandiers, qui approvisionnaient Porto Rico en denrées de première nécessité, étaient basés sur cette île. Dès la fin du xviiie siècle, des commerçants génois et corses y étaient installés24. François Piccioni (1762-1846) y était présent dès 1813 (Sonesson, 2002 : 271-272, 279). Il était vraisemblablement en relation avec son neveu Sébastien, domicilié à L’Ile-Rousse en Balagne à la fin des années 182025. Au début du xixe siècle, la colonie corse de Saint Thomas accueillait les Corses de passage ou travaillant sur place. Ainsi, Paul Bettini de Calvi avait vécu chez les Fantauzzi, alors que ses compatriotes possédant des maisons commerciales très prospères employaient de nombreux paesani26. Ces établissements avaient des intérêts dans toutes les Antilles et à Porto Rico. Des Balanins, capitaines ou patrons de bateaux27, faisant du cabotage entre les îles, purent servir de relais. Certains, grâce au capital amassé, achetèrent des terres à Porto Rico28. D’autres marins, tels Antoine Vescovali ou Joseph Bertoni de L’île Rousse, effectuaient la traversée entre l’Europe et l’Amérique ou les Antilles, et maintenaient le lien avec l’Europe.

  • 29 Texte de la Cédula de Gracias, articles 10 et 13, Rosario Rivero, ibidem, p.129-130

25Parmi les premiers Balanins présents à Porto Rico, Paul Bettini fut l’un des 22 premiers étrangers à recevoir la nationalité espagnole et à être autorisé à résider dans l’île dès la promulgation de la Real Cédula de Gracias. Cela démontre qu’il demeurait clandestinement à Porto Rico, au moins depuis 1810. D’autres Balanins, résidant aux Antilles, à Saint Thomas ou venant de Corse profitèrent de la nouvelle législation qui promettait l’octroi de terres aux nouveaux venus et favorisait les individus qui disposaient d’un capital et d’esclaves29.

  • 30 Les relations entre le port de Calvi et Livourne sont régulières à la fin de l’époque moderne et au (...)
  • 31 AGPR, GE, Extranjeros, c. 113.

26La demande de domicile de Paul Bettini illustre les formalités qui devaient être effectuées. Bettini, qui ne put présenter son acte de baptême en raison d’un incendie survenu à Saint Thomas en 1806, fournit plusieurs témoins pour prouver sa foi catholique : un Bastiais, un marin et un commerçant de Livourne. Ils affirmèrent avoir connu les parents du demandeur à Calvi30. Bettini possédait un capital de 8 000 pesos constitué en partie d’argent et en partie de marchandises. Son associé espagnol, Don José Arizamendi, déclara sous serment avoir acheté des esclaves africains pour le demandeur, qui voulait abandonner le commerce pour « profiter des délices de l’agriculture »31.

  • 32 Ibidem, c. 97

27Les demandes de cartes de domicile mettent aussi l’accent sur l’importance de la communauté corse, voire de la famille dans ce mouvement migratoire. En effet, c’étaient le plus souvent des Corses (deux Balanins et un Cap-Corsin lors de l’arrivée de Jean Baptiste Segni en 1821) ou des membres de la famille qui servaient de témoins lors des démarches (c’est le cas par exemple pour Fortunato Taddei en 1830)32.

28La présence de réseaux constitués de parents, d’amis ou de paesani, qui s’étaient parfois forgé une situation enviable, ainsi que le contexte local expliquent la répartition de l’implantation balanine à Porto Rico.

2. L’implantation des Balanins à Porto Rico : l’exemple de l’ouest

29Les données concernant la distribution des Balanins à Porto Rico montrent qu’ils s’implantèrent d’abord sur les côtes de l’ouest et du sud. Ils s’aventurèrent ensuite dans les petites villes et collines de l’intérieur, favorables à la caféiculture.

2.1. La distribution géographique

30La répartition par ville met en relief deux résultats notables (Figure 6 et Carte 2). D’une part, Yauco, « ville corse » par excellence a été moins fréquentée par la première génération de Balanins que par les Cap Corsins (Casablanca, 1993 : 88-91). D’autre part, l’ouest fut la destination privilégiée des Balanins. Près de la moitié des immigrés de Balagne optèrent pour cette région.

Figure 7. Implantation des Balanins à Porto Rico

Figure 7. Implantation des Balanins à Porto Rico

* Guayama (Arroy et Salinas inclus)

** San German (Lajas et Maricano inclus)

Source : M. — J. Paoletti, 2016

Carte 2. La présence de réseaux balanins à Mayagüez et à San Germán (Porto Rico)

Carte 2. La présence de réseaux balanins à Mayagüez et à San Germán (Porto Rico)

Source : M. — J. Paoletti, 2016

  • 33 Les quartiers de Maricao et Lajas devinrent des municipalités indépendantes en 1874 et 1883.

31Les premiers Balanins arrivés dans l’ouest choisirent Mayagüez. Ils ne s’installèrent à San Germán qu’à partir des années 184033. Ils s’établirent également dans de petits centres urbains tels Añasco ou Rincón.

  • 34 Le café sert aussi de moyen de paiement.
  • 35 Francisco Annoni est un des capitaines les plus actifs. Il commerce entre Mayagüez, Saint-Domingue, (...)
  • 36 AGPR, GE, censo y riqueza, c. 115
  • 37 AGPR, GE, Municipalities, Mayaguez, c.502

32Le port de Mayagüez était situé au cœur d’une région pionnière de la caféiculture portoricaine (Vega, 2009). Au début du xixe siècle, il fut un centre d’exportation majeur du café34. Par ailleurs, l’arrivée de planteurs français, qui fuyaient les évènements de Saint-Domingue, apporta des améliorations aux techniques utilisées à Porto Rico et permit l’élaboration d’un café de meilleure qualité (Pumarada O’Neill, Pumarada, 1990 : 17). Le port de Mayagüez était fréquenté par de nombreuses embarcations en provenance de régions proches ou lointaines. Des capitaines de bateaux et des commerçants corses y faisaient escale35. Ces bateaux transportaient des passagers et c’est sans doute ainsi que les premiers Balanins arrivèrent à Mayagüez. François Marie Franceschini de Corbara y est recensé dès 1819, Antoine Romani de Santa Reparata est présent dès 182136. En 1825-1827, ils habitaient dans le quartier Quebrada de la salud37. Tous deux possédaient des propriétés dans les barrios Furnias et Río Cañas arriba situées à proximité des biens des Cap Corsins Guelfucci et Agostini. Dans la deuxième moitié du siècle, on trouvait aussi des biens appartenant aux Capifali de Calvi dans le barrio Furnias. Les Balanins avaient tendance à se regrouper dans les quartiers où la communauté corse était bien implantée. Ils représentaient un tiers des insulaires.

  • 38 En 1872, il y a 38 Corses.
  • 39 AGSG, Registros de Extranjeros, 1871, 1874, c. 276.
  • 40 Pompée Belloni et Marie Alexandrine Fabiani se sont mariés en 1871. Pompée est le fils de la sœur d (...)

33Les Balanins s’installèrent aussi à San Germán où des Cap Corsins les avaient précédés dès le début des années 183038. Leur implantation s’accrut après 1850 à une époque où la culture du café connaissait un essor dans les collines de l’intérieur. Ils étaient douze au début des années 187039. L’une des familles de Balagne les mieux représentées à San Germán était celle des Fabiani, de Monticello et de Lavatoggio, dont il a été préalablement question. Comme leurs compatriotes, les membres de cette famille avaient tendance à être domiciliés dans les quartiers où vivaient également d’autres insulaires. Pour asseoir leur activité et pour faire face aux difficultés, ils faisaient jouer les réseaux familiaux et corses. Dans les années 1870, après la mort de Simon Jean, sa fille Marie Alexandrine et son gendre Pompée Belloni40 hébergeaient sa veuve, Catherine Suzzoni, et ses deux autres filles. Dominique soutenait José, commerçant à Cabo Rojo, dans ses démêlés avec la justice. Les relations de ces Balanins s’étendaient également à d’autres Corses de San Germán avec lesquels ils entretenaient des rapports d’amitié ou de travail. Ezio, qui paraît être le plus instruit, était comptable pour un Corse de Yauco et fondé de pouvoir de compatriotes. Ezio, Ours Jacques et Dominique, après le décès de sa première épouse, se sont unis à des Portoricaines et ont fait souche à Porto Rico. Les Fabiani contribuèrent à l’économie locale comme agriculteurs, intendants, caféiculteurs, commerçants ou entrepreneurs.

34Suivant le schéma classique des mécanismes de l’émigration, ils s’installaient là où d’autres compatriotes avaient commencé à s’établir. Leur localisation influençait leurs activités.

2.2. Les activités des Balanins

35La présence de noyaux d’accueil de caractère familial ou régional, à l’ouest de Porto Rico, dictait le choix des métiers exercés par les Balanins.

  • 41 Seul le Balanin Jean Giudicelli a un emploi associé à la culture de la canne à sucre.

36L’agriculture et le commerce constituaient leurs principaux secteurs d’activité (graphique 7). Sur 27 Balanins, dont nous connaissons la profession, 19 étaient employés dans ces deux domaines. Il y avait neuf agriculteurs et sept commerçants tandis que trois autres individus associaient ces deux professions. L’agriculture était la branche d’activité la plus importante. Contrairement aux autres Balanins, ou Corses, installés dans le sud ou l’est, qui pratiquaient la culture de la canne à sucre, il s’agissait essentiellement de caféiculteurs41 (Casablanca, 1993 : 122-123). Le commerce était second en importance et semblait être pour certains la continuation de leurs activités d’antan. Comme pour les autres Corses de Porto Rico, l’artisanat et le secteur des services étaient faiblement représentés.

Figure 8. Secteurs d’activité à l’ouest de Porto Rico

Figure 8. Secteurs d’activité à l’ouest de Porto Rico

Source : M. — J. Paoletti, 2016

  • 42 Les haciendas étaient les propriétés qui disposaient des outils les plus sophistiqués et pouvaient (...)
  • 43 Les estancias disposaient également d’une technologie qui comprenait un dépulpeur et un séchoir à c (...)

37La caféiculture était l’activité agricole majeure de l’ouest. Les Balanins prirent part aux débuts de l’essor de cette production. Dès 1820, François Marie Franceschini et Antoine Romani semaient des caféiers sur les hauteurs de la ville. Après 1840, les Balanins cultivèrent ces arbustes sur les collines fertiles de l’arrière-pays et s’installèrent à Las Marías et à Maricao, quartiers de San Germán, qui devinrent des entités indépendantes. Les Balanins produisaient le café comme hacendados42 ou estancieros43, mais aussi comme simples cultivateurs dans le cadre de propriétés familiales.

  • 44 AHSG, Registro de Extranjeros, 1871, c. 276.
  • 45 AHSG, Cedulas personales, c.46, 1860-1897. 10 juillet 1895.

38Le commerce était le deuxième secteur d’activité privilégié par les Balanins de l’ouest. Certains débutaient comme commis de commerce. Ils exerçaient souvent chez un compatriote commerçant ou un membre de leur famille. Ainsi, Fortunato Taddei arriva pour aider son frère Antonio ; Jean Giudicelli était commis à San Germán lors de son arrivée en 187144. Le commis occupait son emploi le temps de se familiariser avec les techniques propres à la profession et d’accumuler un petit capital qui lui permettait ensuite d’ouvrir son propre négoce ou de trouver une meilleure situation. Le cas de Joseph Ravry, établi à San Germán en 1873, illustre bien ce type de parcours. Il exerça d’abord la profession de commis de commerce, puis en 1892 il devint propriétaire d’une pulpería45. En effet, les Balanins possédaient surtout des pulperías, c’est-à-dire de petits commerces qui vendaient des produits d’alimentation, des articles de ménage, des boissons et un peu de merceries. L’acquisition d’un magasin représentait une certaine ascension sociale.

  • 46 AGPR, Protocolos Notariales de Guayanilla, c.2607, 1841, 1842.

39Enfin, certains commerçants de Porto Rico faisaient office de représentants des grandes maisons commerciales de Saint Thomas. En 1841 et 1842, Antoine Taddei reçut un pouvoir d’Antoine Arenas de Guayanilla pour percevoir toutes les sommes d’argent dues à la société commerciale Piccioni dans la région de Mayagüez46.

40Outre les agriculteurs et les commerçants, il y avait aussi quelques artisans et un comptable.

41Cette présence balanine à Porto Rico a mis durablement en relation ces deux espaces insulaires lointains. Elle est à l’origine de l’existence d’un champ migratoire entre ces deux territoires.

3. La Balagne et Porto Rico : des destinées croisées ?

42Si les liens entre la Balagne et Porto Rico sont continus durant le xixe siècle, et se sont perpétués parfois au-delà, leur intensité a varié en fonction des époques, des familles et des individus. Ils ont été à l’origine de chaînes migratoires ouvertes ou fermées, qu’il est parfois malaisé de définir précisément.

3.1. Importance des liens entre milieu de départ et d’arrivée

43Ce champ migratoire intégrait les ports de Livourne ou Marseille, les Antilles, et plus particulièrement Saint Thomas, ainsi que Porto Rico. Les réseaux qui y étaient associés mettaient en communication les espaces de départ, de transit et d’arrivée où les Corses avaient sans doute des relais. Les relations, précédemment évoquées, entre Porto Rico et Saint Thomas, ainsi qu’entre les Balanins et les sociétés corses de l’île danoise, étaient fréquentes.

  • 47 Cette déclaration est faite en commun avec son cousin Julien Seja.

44Au cours du xixe siècle, les liens entre la Balagne et l’île des Caraïbes étaient étroits en raison des départs quasi ininterrompus, mais également des allers-retours entre les deux îles. Ces mouvements sont attestés, mais il est souvent difficile d’en dresser une chronologie précise. Par exemple, Antoine Taddei, installé à Anasco avant 1835 partit pour la Corse et en revint en 1841. Pompée Belloni, présent à Porto Rico en 1853, semble être rentré entre 1853 et 1858. Ce voyage dans son île natale était-il dû à des difficultés financières ? En 1853, il fut déclaré indigent à Ponce. Il résida à San Germán à partir de 185847.

45Entre 1839 et 1860, divers membres de la famille Franceschini sont recensés tantôt à Mayagüez tantôt à Corbara. Certains séjours avaient pour but de résoudre une affaire de famille lors de la mort d’un proche. Par exemple, Dominique Olivo Franceschini, chargé des affaires familiales à Mayagüez, fit, après la mort de son père, plusieurs allers-retours.

  • 48 AGPR, Tribunal Civil, Ponce, 1855, c.73

46Sans doute, une partie des émigrés correspondait-elle avec leurs parents restés en Balagne. Les courriers de la famille Pietri mettent en évidence une communication épistolaire continue jusqu’au début du xxe siècle. Il est probable que les relations se soient distendues au fil du temps et que le souvenir de ceux qui ont fait le choix de l’émigration définitive se soit estompé. Ces échanges se doublaient de relations d’affaires. Les Balanins partis à Porto Rico devaient préserver leurs intérêts en Corse ou pouvaient y investir. Ainsi, José Antonini de Sant’Antonino donna un pouvoir à ses cousins Savelli restés au village pour le représenter dans la succession de ses parents, en passant par l’intermédiaire d’une société de Saint Thomas48. Au début du xixe siècle, Denis Santelli achetait des terrains en agissant au nom de son fils Santo. La présence portoricaine s’est parfois maintenue par le biais de photographies des « cousins américains ».

47Les Balanins gardaient ainsi leurs attaches avec leur communauté d’origine et continuaient d’alimenter le flux migratoire entre la Balagne et Porto Rico où la présence balanine a laissé une empreinte incontestable.

3.2. Chaine ouverte et chaine fermée ?

  • 49 Il est aussi possible que des Balanins soient revenus en France métropolitaine ou en Corse, mais ne (...)

48La mémoire de cette émigration est pourtant moins présente en Balagne que dans le Cap Corse. Il est malaisé de quantifier le nombre de Balanins qui se sont installés définitivement à Porto Rico, d’évaluer la part de ceux qui sont revenus dans l’île et la proportion des familles qui ont fait le choix d’une stratégie intermédiaire49. Il est difficile de définir précisément s’il s’agit de chaînes ouvertes ou fermées.

49Certains parmi les plus « aisés » faisaient de courts séjours à Porto Rico comme Ours Jacques Leoni, cousin germain de Santo Santelli. D’autres sont revenus définitivement en Corse. En l’état des recherches, les Balanins portoricains qui sont rentrés en Balagne ont laissé peu de traces dans la documentation notariale à l’exception de Santo Santelli (Castellani, 2011 : 311-316). Dans la famille Fabiani, plusieurs individus sont revenus définitivement en Corse. Marie Alexandrine décéda à Monticello en 1879, son mari Pompée Belloni en 1886, sa sœur Marie Cléonice en 1881. Des familles firent le choix du retour tout en laissant certains de leurs membres à Porto Rico. Pierre Antoine Antonini de Lavatoggio, revint en Corse avec son épouse portoricaine et sa fille, alors que son petit-fils Carlos demeura en Amérique. Les Fabiani suivirent le même schéma : Marie Rosaire Fabiani épousa, en 1862, à Lavatoggio, Jean François Allegrini. François Antonini et Ours Jacques Fabiani se marièrent à Porto Rico, et y firent souche.

50Une partie de ces émigrés bénéficièrent à leur retour en Corse d’un certain statut. La fille de Pierre Antoine Antonini épousa un des notables les plus éminents de Lavatoggio. À Corbara, les Franceschini se distinguaient par leur statut de « rentiers ». Malgré une solide implantation à Porto Rico, Davia Franceschini, veuve en 1859, est rentrée à Corbara avec son fils. Celui-ci a vécu un certain temps sur le continent, dans la région parisienne. En 1911, Davia habitait à Corbara avec son fils et sa bru, quatre de leurs enfants adultes, l’époux de l’une de ses petites-filles ainsi qu’un arrière-petit-fils. La présence de deux domestiques ou la profession d’ingénieur-électricien d’un petit-fils de Davia illustrent l’aisance des Franceschini. Malgré tout, le fait que l’ensemble des membres de cette famille vivent ensemble témoigne de la volonté d’éviter la dispersion du patrimoine familial et de préserver un équilibre qui paraît fragile. Dominico Olivo Franceschini put dédommager ses sœurs en leur donnant du numéraire. À Lavatoggio, Santo Santelli devint en quelques années le principal propriétaire terrien de sa commune. Ces exemples démontrent que l’émigration à Porto Rico permit, parfois, de constituer un capital, réinvesti en Corse. En l’état, il n’est cependant pas possible de réaliser une analyse fine de l’impact qu’eut le séjour de ces familles à Porto Rico sur leur statut social lors de leur retour en Corse.

51Parallèlement, des Portoricains se sont installés en Balagne. En 1854 à L’Ile-Rousse, Nicolas Romani a épousé Marie Clotilde Carlos, native de Porto Rico, la belle-fille de son frère Romano qui vit à Guayama. Le 12 avril 1871, le magistrat Antoine Marini s’unit à Maria Cora Hernandez, veuve de Louis Mariani, gros propriétaire et commerçant à Arroyo, alors que son frère l’avocat Nicolas Marini se maria avec la nièce de celui-ci. La famille Marini était à la tête du parti républicain à Calenzana et occupait une place majeure dans la vie politique de la région. En 1911, Jean Larraché, né à Porto Rico en 1891, vivait à Monticello avec sa tante, Pauline Marie Liccia. Enfin, en 1891, Stephania Nuñes, domestique chez le docteur Mariani, est décédée à Corbara.

52Les documents consultés font émerger, en filigrane, l’existence de réseaux de relations et d’affaires « portoricains », voire « américains », dans l’île. Ainsi, Santo Santelli épousa dans le Cap Corse Thalie Joyeux, portoricaine, veuve du Cap Corsin Antonio Francesco Guelfucci. Le couple vécut à Bastia. Cette ville paraît être un nœud de ces réseaux. Marie Victoire Salvatori, apparentée aux Fabiani de Lavatoggio, ayant émigré à Porto Rico, rencontra à Bastia son futur époux Philippe Pietri, natif de Yauco. Ces relations « américaines » apparaissent parfois de façon implicite. Le témoin du mariage de Nicolas Marini était son oncle André Roncajolo, dont la sœur était mariée avec Sébastien Piccioni. Son oncle François et son frère Vincent, vécurent à Saint-Thomas, tandis qu’une partie de la famille Roncajolo était au Venezuela. Parmi les témoins d’Antoine Marini, Jacques Leoni de Lavatoggio, et Nicolas Renucci de Feliceto demeurèrent tous deux à Porto Rico. Ces relations s’ajoutent à l’inscription traditionnelle dans les réseaux de la notabilité et les réseaux politiques.

Conclusion

53Les premiers éléments permettent de mettre en évidence l’importance de l’émigration balanine à Porto Rico, la variété des profils des émigrés, ainsi qu’une empreinte toujours visible dans la société portoricaine. Il est intéressant de constater que les émigrés appartenaient à des catégories sociales très diverses, allant de la notabilité aux journaliers. À la différence des émigrés du Cap Corse, la part des « marins » reste marginale. Il est possible de déceler à la fois une émigration push (d’une partie de la notabilité et des catégories intermédiaires) et une émigration pull (des catégories moins aisées). La chronologie des départs met en évidence un accroissement de l’émigration à partir des années 1840 et un tassement à partir des années 1870. Il semblerait que ce mouvement s’explique par l’installation de familles, mais également du fait des prémices d’une crise agricole en Balagne. Une présence de balanins déjà relativement marquée à Porto Rico facilite certainement l’émigration. Le facteur démographique ou la volonté de « fuir » la Corse, ainsi que l’exercice de professions liées à la navigation ou à la diplomatie ont pu favoriser le départ vers l’Amérique. Le reflux peut s’expliquer par des difficultés économiques et sociales à Porto Rico, en liaison avec un déclin de la culture de la canne à sucre, un enrichissement qui devient moins aisé, les retours définitifs en Corse d’une partie des Balanins et l’attraction grandissante d’autres espaces d’émigration pour les insulaires. Dans l’ensemble du champ migratoire qui va de la Corse à Porto Rico en passant par l’Italie, Marseille ou encore les Antilles (plus particulièrement Saint Thomas), l’impact des réseaux ne doit pas être négligé : réseaux familiaux, balanins, corses ou encore réseaux d’affaires influencent la nature des flux de migrants.

54Il conviendrait d’explorer plus précisément les caractéristiques des migrations temporaires et des migrations définitives. L’étude des retours invite également à la réflexion sur l’existence de relations d’amitiés, de clientèle entre les expatriés balanins et cap corsins. De même, la question de l’endogamie, à Porto Rico, reste à approfondir.

55Cette thématique revêt une importance incontestable en Balagne dans la mesure où elle permet la réappropriation d’un pan de l’histoire locale inconnue du grand public, et pourrait être l’un des multiples leviers d’un tourisme patrimonial.

Haut de page

Bibliographie

Boyd, M. (1989). “Family and Personal Networks in International Migrations: Recent Developments and New Agendas”, International Migrations Review, 23(3): 638-670.

Camunas-Madera, R. (1993). Los alemanes en Puerto Rico en el siglo XIX, URL: < https://www.degruyter.com/downloadpdf/j/jbla.1993.30.issue-1/jbla-1993-0113/jbla-1993-0113.pdf>.

Casablanca, M–J. (1990). L’émigration corse à Porto-Rico au dix-neuvième siècle, Thèse, Université de Provence.

Casablanca, M–J. (1993). L’émigration corse à Porto-Rico au dix-neuvième siècle, Ed. le Signet.

Castellani, L. (2011). La Balagne rurale : économie et société de la fin de l’époque moderne à la fin du xixe siècle. Thèse, université de Corse.

Castellani, L. (2014). Balagne rurale, Albiana.

Castellani, L. (2016). « La création ex-nihilo d’une troisième entité urbaine à la période moderne : recompositions territoriales, complémentarités et concurrences », dans J-A. Cancellieri et M-A. Maupertuis (dir.), Le jardin de la Corse » entre villes et campagnes : la Balagne du xie au xxie siècle, Ed. CNRS Alpha : 66-97.

Cifre de Loubriel, E. (1962). Catálogo de extranjeros residents en Puerto Rico en el siglo XIX, ediciones UPR.

Cruz Perez, A. (2012). Las Marías1872, Crónicas acerca de su fundación, Pubicaciones puertorriqueñas.

Dietz, J. (1986). Economic History of Puerto Rico: Institutional Change and Capitalist Development, Princeton University Press.

Ferran Oliva, J. (2009). La saga de los catalanes en Cuba, Casa América Catalunya.

Fontanet Gil, I. (2013). « Catalanes En El Oriente De Cuba », Historia De La emigración catalana hacia Cuba, Editorial el mar y la montana.

Garcia Abad, R. (2001). « El papel de las Redes Migratorias en las migraciones a corta y media distancia », Scripta Nova: revista electrónica de geografía y ciencias sociales, n°94, URL: <http://www.ub.edu/geocrit/sn-94-11.htm>.

Garcia Abad, R. (2003). « Un estado de la cuestión de las teorías de las migraciones », Historia contemporánea, n°26: 329-351.

Gherardi, E. (2006). « Davia », Dictionnaire historique de la Corse, Albiana.

Naranjo Orovio, C. et S. García A. (2000), « De España a las Antillas. Historia e historiografía de la migración española a Puerto Rico y Cuba en las últimas décadas del siglo XIX y primeras del XX », Migraciones & Exilios: Cuadernos de la Asociación para el estudio de los exilios y migraciones ibéricos contemporáneos, n°1: 161-196.

Nieves Mendez, A. (à paraître). Un empresario corso fuera de tiempo.

Piché, V. (2013). « Les théories migratoires contemporaines au prisme des textes fondateurs », Population, 68(1) : 153-178.

Pumarada, L. (1990). Contexto histórico del café en Puerto Rico: 1736-1969, Oficina Estatal de Preservación Histórica de Puerto Rico, San Juan.

Pumarada O’Neill, L. & R. Pumarada (1990). La industria cafetalera de Puerto Rico, 1736-1969, San Juan, Oficina Estatal de Preservación Histórica.

Oficina Estatal de Preservación Histórica.

Rivera Bermúdez, R. (1991), La inmigración corsa a Coamo, Imprenta Costa.

Rosario Rivera, R. (1995). La Real Cédula de Gracias de 1815 y sus primeros efectos en Puerto Rico, Puerto Rico.

Scarano, F. A. (1985). Inmigración y clases sociales en el Puerto Rico del siglo XIX, Huracán.

Scarano, F. A. (2015). Puerto Rico, Cinco siglos de Historia, McGraw-Hill, 4ta ed. Méjico.

Simon, G. (2002). « Penser globalement les migrations », Revue Projet, n° 4.

Simon, G. (2015). Dictionnaire des migrations internationales, Approche géohistorique, Armand Colin.

Sonesson, B. (1995). Catalanes en las Antillas. Un estudio de casos, Archivo de Indianos.

Sonesson, B. (2002). « Carrefour des Antilles : les commerçants corses de Saint Thomas » in Los Corsos Americanos: ensayos sobre sus arquitecturas, vidas y fortunas en el siglo XIX., Archivo de Arquitectura y Construcción de l’univarsidad de Puerto Rico: 271-272.

Taddei, D. (2011). Evolution de la population en Balagne, Forum des Citoyens Actifs de Balagne, URL: <https://fcabalagne.wordpress.com/2011/02/19/evolution-de-la-population-en-balagne/>.

Vega, R. (2009). Urbanismo y sociedad: Mayagüez de villa a ciudad, 1836-1877, Academia Puertorriqueña de la Historia.

Vivoni Farage, E. (2002). Los corsos-americanos : ensayos sobre sus arquitecturas, vidas y fortunas en el siglo XIX, Archivo de Arquitectura y Construcción de la Universidad de Puerto Rico.

Sitographie

http://www.haute-corse.fr

http://archives.cg-corsedusud.fr/

https://www.familysearch.org/

Haut de page

Notes

1 Différentes communautés ont été étudiées : les Italiens, les Allemands, les Catalans ou encore les Corses, cf. bibliographie.

2 Naranjo Orovio, Consuelo et Santamaría García, Antonio, « De España a las Antillas. Historia e historiografía de la migración española a Puerto Rico y Cuba en las últimas décadas del siglo XIX y primeras del XX », Migraciones & Exilios: Cuadernos de la Asociación para el estudio de los exilios y migraciones ibéricos contemporáneos, nº 1, 2000, p. 161-196.

3 Les individus ont été retenus lorsque leur présence à Porto Rico et leur identité étaient attestées. Il s’est notamment agi de vérifier de confronter les diverses sources disponibles.

4 Archivo general de Puerto Rico.

5 Une partie des documents concernant la Corse sont en ligne sur les sites du département de la Corse du Sud et du département de la Haute-Corse.

6 Notamment à Mayagüez et San Germán.

7 Tous les graphiques ont été réalisés à partir d’informations tirées des différentes sources primaires utilisées (passeports, registres notariés, listes des étrangers, recensements…).

8 Les propriétaires représentent entre 30 et 40 % de la population (Castellani, 2011, p. 280).

9 Ces notables possèdent entre une dizaine et une centaine d’hectares.

10 Il n’est d’ailleurs pas toujours aisé de connaître avec exactitude leur destination.

11 Cette forte variabilité de la production a des conséquences économiques qui se répercutent sur l’ensemble de la population.

12 Son patrimoine ecclésiastique, d’un revenu annuel de 163 lire, est établi en 1790, ADHC, 2G.

13 Dans son testament Joseph exigeait la mise en vente des biens hérités de ses parents dont il était le copropriétaire au même titre que ses frères restés au village.

14 Il est indiqué qu’il est né à Santa Reparata, mais son baptême n’apparaît pas sur les registres paroissiaux.

15 Deux de ses frères résident dans le Cap Corse, un est marin.

16 Ils sont accompagnés par Ours Jacques Leoni, ADCS, 4M394.

17 Les Bartolini sont également apparentés aux Antonini d’Algajola, les Santelli aux Allegrini et aux Antonini de Lavatoggio. Il est impossible de connaître l’influence de ces liens sur les départs.

18 Giacomo Maria Franceschini est dit « absent » dans un acte de 1840.

19 Un passeport à son nom figure en 1862. Il est présent lors du mariage de sa sœur Marie Rosaire à Lavatoggio.

20 Déclaré insoumis en 1890 et 1909.

21 Déclaré insoumis en 1875, il est amnistié en 1889 après s’être présenté aux autorités françaises à Porto Rico.

22 Il séjourne à Aguadilla avant d’être transféré à Humacao, Archives diplomatiques, Nantes, PR, reg. 11, no 1295 Registres Matricules, 1R 135.

23 La figure la plus connue est Marthe née à Tunis (1756) et décédée au Maroc à Larache (1799). Séparée de ses parents, Dâwiya, la « lumineuse », devient une des favorites du sultan Sidi Mohammed ben Abdallah (Gherardi, 2006). En 1818, Agostino, l’oncle de Giacomo Maria, est au Maroc, un de ses frères est en Italie.

24 Cette présence, dès 1781, est attestée par les juramentos de ciudadanía.

25 Sa maison de commerce fut reprise par Vincent Piccioni, son neveu, frère de Sébastien.

26 Du même village.

27 La correspondance consulaire ainsi que les registres de l’état civil de Saint Thomas attestent de leur présence.

28 AGPR, Indice a los Protocolos notariales, Guayama, c. 447, Cesión de crédit Adolfo Reed Ridging and Co.

29 Texte de la Cédula de Gracias, articles 10 et 13, Rosario Rivero, ibidem, p.129-130

30 Les relations entre le port de Calvi et Livourne sont régulières à la fin de l’époque moderne et au début du 19e.

31 AGPR, GE, Extranjeros, c. 113.

32 Ibidem, c. 97

33 Les quartiers de Maricao et Lajas devinrent des municipalités indépendantes en 1874 et 1883.

34 Le café sert aussi de moyen de paiement.

35 Francisco Annoni est un des capitaines les plus actifs. Il commerce entre Mayagüez, Saint-Domingue, Saint Thomas et Cuba. Il transporte des cargaisons de café, de tabac et diverses autres provisions.

36 AGPR, GE, censo y riqueza, c. 115

37 AGPR, GE, Municipalities, Mayaguez, c.502

38 En 1872, il y a 38 Corses.

39 AGSG, Registros de Extranjeros, 1871, 1874, c. 276.

40 Pompée Belloni et Marie Alexandrine Fabiani se sont mariés en 1871. Pompée est le fils de la sœur du grand-père de Marie Alexandrine.

41 Seul le Balanin Jean Giudicelli a un emploi associé à la culture de la canne à sucre.

42 Les haciendas étaient les propriétés qui disposaient des outils les plus sophistiqués et pouvaient produire un café de meilleure qualité, qui se vendait à un meilleur prix (café lavado), exporté à l’étranger (Pumarada, 1990, p.18).

43 Les estancias disposaient également d’une technologie qui comprenait un dépulpeur et un séchoir à café. Elles produisaient plutôt du cafe collor de moins bonne qualité (Ibidem).

44 AHSG, Registro de Extranjeros, 1871, c. 276.

45 AHSG, Cedulas personales, c.46, 1860-1897. 10 juillet 1895.

46 AGPR, Protocolos Notariales de Guayanilla, c.2607, 1841, 1842.

47 Cette déclaration est faite en commun avec son cousin Julien Seja.

48 AGPR, Tribunal Civil, Ponce, 1855, c.73

49 Il est aussi possible que des Balanins soient revenus en France métropolitaine ou en Corse, mais ne se soient pas réinstallés en Balagne. Par exemple Elisabeth Anfriani épouse François Renucoli à Marseille. En 1885, un Romano Romani, employé des douanes à la retraite est témoin du décès de Francisca Fantauzzi à Bastia.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cartographie 1. Localisation de la Balagne (Corse)
Crédits Source : L. Castellani, La Balagne rurale, 2011 : 21
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 1. L’origine géographique des migrants
Crédits Source : L. Castellani, M.-J. Paoletti, 20167
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 2. Les catégories socioprofessionnelles des migrants
Crédits Source : L. Castellani, M. – J. Paoletti, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-3.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 3. La chronologie des départs
Crédits Source : L. Castellani, M. — J. Paoletti, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 4. La chronologie des départs en fonction des catégories socioprofessionnelles
Crédits Source : L. Castellani, M. — J. Paoletti, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 5. La chronologie de l’émigration par commune
Crédits Source : L. Castellani, M. — J. Paoletti, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-6.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 7. Implantation des Balanins à Porto Rico
Légende * Guayama (Arroy et Salinas inclus)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Carte 2. La présence de réseaux balanins à Mayagüez et à San Germán (Porto Rico)
Crédits Source : M. — J. Paoletti, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 8. Secteurs d’activité à l’ouest de Porto Rico
Crédits Source : M. — J. Paoletti, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11315/img-9.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Jeanne Casablanca et Laetizia Castellani, « De la Balagne à l’ouest de Porto Rico : réseaux et champs migratoires », Études caribéennes [En ligne], 37-38 | Août-Décembre 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11315 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11315

Haut de page

Auteurs

Marie Jeanne Casablanca

Département de Sciences Sociales, Université de Porto Rico à Mayagüez, mariejeanne.casablanca@upr.edu

Laetizia Castellani

UMR Lisa, Université Pascal Paoli, Corte, laetizia.castellani@univ-corse.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals