Navegación – Mapa del sitio
Hors dossier

La consommation des ménages dans la France d’outre-mer : quelles disparités avec la métropole ?

Household Consumption in Overseas France: Disparities with Continental France?
Henri Martin

Resúmenes

La dernière édition de l’enquête Budget de Famille (2010-2011) de l’Insee comporte un suréchantillonnage de logements dans les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion et Mayotte devenue département français en 2011). Ces données permettent de dresser un panorama de la consommation des ménages résidant sur ces territoires. Des disparités peuvent alors être mises en évidence avec la France métropolitaine. En neutralisant des effets de structure des deux populations, il ressort que les ménages ultra-marins (à l’exception des Antilles) ont des dépenses de consommation plus faibles que les ménages métropolitains notamment pour les postes de l’alimentation, des loisirs et de la santé. Ils sont également un peu moins bien équipés en biens durables (véhicule, lave-linge, lave-vaisselle…). En revanche, quand on les interroge sur leur niveau de vie, les ménages ultra-marins ont — toutes choses égales par ailleurs — une perception plus positive de celui-ci que les métropolitains. Le département de Mayotte se singularise à la fois par les caractéristiques sociodémographiques de sa population, mais aussi par le faible niveau de consommation et d’équipement de ses ménages, corollaires d’un niveau de vie bien plus faible que dans les autres départements ultra-marins.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

  • 2 Source : Insee, estimations de population.

1La France d’outre-mer désigne l’ensemble des territoires de la République française situés en dehors du continent européen. Ces territoires, très divers, représentent une superficie terrestre de 120 369 kilomètres carrés (en excluant la Terre Adélie située en Antarctique) et sont peuplés de 2,7 millions d’habitants en 20162 (soit environ 18 % du territoire et 4 % de la population française). En raison de leurs spécificités géographiques (notamment l’insularité), climatiques, historiques et culturelles, les habitudes de vie de ces populations sont susceptibles de diverger de celles de la métropole. La loi de programmation relative à l’égalité réelle en outre-mer, promulguée le 28 février 2017 affirme comme un objectif prioritaire de la nation la convergence des niveaux de développement économique des régions d’outre-mer vers celui de la métropole.

2Cette contribution se propose d’investir une dimension de cette convergence : celle des disparités territoriales de consommation entre la métropole et l’outre-mer. Ces disparités sont-elles importantes ? Par quels facteurs s’expliquent-elles (écarts de niveau de vie, niveau général des prix, habitudes culturelles…) ? Les écarts de niveau de vie suffisent-ils à rendre compte de ces disparités, auquel cas leur réduction les réduira mécaniquement ? Pour des raisons de disponibilité de l’information, l’étude se focalise sur les cinq départements et régions d’outre-mer (DROM) : la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion et Mayotte (tableau 1). La méthode mobilisée s’appuie sur des statistiques descriptives et le recours à des modèles économétriques.

Tableau 1. Caractéristiques démographiques et géographiques des DROM

Région

Superficie (km²)

Population en 2013

Densité de population en 2013 (hab/km²)

France métropolitaine

551 695 

64 513 000

118

Guadeloupe

1 629 

402 00

249

Martinique

1 128 

386 000

352

Guyane

86 504 

244 000

3

Réunion

2 512 

835 000

332

Mayotte

376 

213 000

668

Source : Recensements de la population, Insee

  • 3 On parle de « saison sèche » et de « saison des pluies ».

3Plusieurs facteurs peuvent justifier des habitudes de consommation différentes dans ces régions d’outre-mer par rapport à la France métropolitaine. D’abord, le climat y est beaucoup plus doux qu’en métropole et le cycle des saisons y est également très différent3. Or le climat influence les modes de vie. La consommation des ménages est sujette à des effets de saisonnalité. Des comparaisons internationales effectuées à l’échelle européenne montrent que dans les pays d’Europe du Sud (Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Chypre) qui sont les plus ensoleillés, les ménages privilégient (par rapport à ceux des pays du nord de l’Europe) les dépenses de loisirs dans leurs choix budgétaires au détriment des dépenses consacrées au logement (Consales et al., 2009). Le niveau et la régularité des températures peuvent également avoir un impact sur les dépenses en habillement. Bien qu’il soit toujours difficile dans les comparaisons internationales de démêler le rôle des différents facteurs (climatique, écart de richesse, habitudes culturelles…), il semble que les phénomènes climatiques et météorologiques jouent un rôle dans les choix de consommation.

4Par ailleurs, de nombreux travaux de recherche ont mis en lumière plusieurs particularités des modes de consommation des Français. Par rapport à leurs voisins d’Europe de l’Ouest, ils dépensent davantage pour le logement, mais moins pour les loisirs et l’habillement (Consales et al., 2009). Leur taux d’épargne figure parmi les plus élevés au monde (Berger et Daubaire, 2003). La question des dépenses de logement et de loisirs ainsi que de l’épargne dans les régions d’outre-mer mérite alors d’être posée. En d’autres termes, les spécificités de la consommation française se retrouvent-elles en outre-mer ?

  • 4 Cet écart est calculé à partir d’un panier de biens de référence qui serait un panier de consommati (...)

5Ensuite, les enquêtes de comparaison spatiale des prix menées par l’Insee montrent de manière systématique que le niveau général des prix est en moyenne plus élevé dans les DROM qu’en métropole depuis plusieurs décennies. Les écarts de prix les plus importants se retrouvent dans les domaines de l’alimentation (dont les boissons) (environ 35 % selon les DROM), du tabac, des communications (environ 32 %) de la santé (environ 15 %), et de l’ameublement (environ 15 %) (Jaluzot et al., 2016). En revanche les prix des transports sont plus faibles en outre-mer qu’en France métropolitaine (environ 5 % moins chers). Ainsi, par rapport à la métropole c’est l’ensemble des prix relatifs qui est déformé. Il en ressort une incitation pour les ménages à adopter une allocation différente de leurs dépenses de consommation. Si le niveau général des prix est plus élevé dans les DROM, cet écart varie d’un DROM à l’autre. L’écart est ainsi plus faible à la Réunion (+11 %) que dans les Antilles (+17 %) ou en Guyane (+16 %)4 (Jaluzot et al., 2016).

  • 5 Le coefficient budgétaire associé à un poste de dépense correspond à la part des dépenses du ménage (...)

6Enfin, plusieurs contributions dans le champ de la sociologie ou de l’économie de la consommation ont souligné le poids des déterminants socioéconomiques dans les choix de consommation. Engel montre par exemple que le coefficient budgétaire5 associé à l’alimentation décroît fortement lorsque le revenu du ménage augmente. À l’inverse les coefficients budgétaires associés au logement, à la santé, à l’éducation ou aux loisirs tendent à augmenter (Engel, 1857). Au-delà du niveau de revenu, les travaux de Maurice Halbwachs mettent en lumière le rôle de la catégorie socioprofessionnelle. À niveau de revenu égal, les ouvriers et les employés du début du xxe siècle ont des choix de consommation très différents. Les premiers privilégient les dépenses alimentaires alors que les seconds dépensent davantage pour l’habillement et l’entretien de leur logement (Halbwachs, 1912). Les cadres ont également des comportements de consommation singuliers (Boltanski, 1982). Or les sociétés d’outre-mer présentent de nombreuses spécificités sur le plan de leurs structures socioéconomiques. Les études de la statistique publique font état des difficultés économiques (chômage, pauvreté…) des populations qui y résident (Actif et Eh Woane, 2013 ; Brasset et Le Pabic, 2014).

  • 6 Conduite en 2010, l’enquête Migrations, famille et vieillissement est une enquête dont le champ cib (...)

7Selon l’Insee, le taux de pauvreté, s’il était calculé avec le même seuil de pauvreté que celui de la métropole s’établirait en 2006 à 38 % en Martinique et 46 % en Guadeloupe. Il était de 40 % sur l’île de la Réunion (Besson, 2017) en 2014 et de 82 % à Mayotte en 2011 (Brasset, Le Pabic, 2014). Les emplois de cadres ainsi que les emplois dans le secteur industriel sont sous-représentés en outre-mer. À l’inverse les emplois tertiaires (emplois dans le secteur touristique par exemple) y sont surreprésentés. Par ailleurs, les structures familiales (en particulier les modes de vie conjugaux) présentent des divergences marquées avec la métropole. Les Ultra-marins sont moins souvent mariés et vivent moins souvent en couple cohabitant si bien que les ménages complexes et les familles monoparentales sont relativement beaucoup plus nombreux qu’en métropole. Plusieurs travaux issus de l’exploitation de l’enquête Migrations, famille et vieillissement (Insee-Ined, 2010)6 détaillent ces singularités (Marie et Breton, 2015 ; le numéro 106 de la revue Politiques sociales et familiales est consacré à l’exploitation de cette source). Or les choix de consommation sont le plus souvent décidés à l’échelle du ménage dans la mesure où le budget est le plus souvent un budget familial (Ponthieux, 2012). De plus, l’éclatement des ménages a un effet sur les niveaux de vie et notamment le poids des dépenses de logement (Martin, 2017). Ces effets de structure de la population ultra-marine sont de nature à induire des différences importantes avec la métropole sur le plan de la consommation des ménages. Néanmoins, ils pourront être neutralisés par le recours à des modèles économétriques.

8De nombreux éléments sont donc susceptibles d’être à l’origine de choix de consommation particuliers en outre-mer. Cette contribution se fixe pour objectif d’apporter un éclairage sur cette question de recherche. Pour cela, les deux premières parties documentent la nature des données mobilisées. Les troisième et quatrième temps analysent la consommation des ménages dans les régions d’outre-mer à la fois sur le plan des dépenses régulières, mais aussi sur celles plus occasionnelles des biens durables. Enfin, la dernière partie de l’étude déplace la focale sur l’appréciation que les ménages ultra-marins ont à la fois de leurs besoins et de leur niveau de consommation.

1. Les données

  • 7 Pour plus de simplicité, l’intitulé enquête Budget de Famille 2011 sera utilisé par la suite.
  • 8 Cette période de référence a été ramenée à une semaine pour la dernière édition de l’enquête.
  • 9 L’ensemble des résultats présentés dans cette contribution sont des résultats pondérés.

9Pour traiter ces questions, les données de la dernière édition de l’enquête Budget de Famille de l’Insee (2010-2011)7 sont mobilisées. L’enquête Budget de Famille est une enquête quinquennale conduite par l’Insee depuis 1979 auprès de la population vivant dans les ménages ordinaires. L’enquête a eu lieu en 1979, 1985, 1989, 1995, 2001, 2006 et 2011. Son objectif principal est d’étudier à la fois les revenus et les dépenses de consommation des ménages. Pour cela chaque ménage doit consigner ses dépenses (notamment via les tickets de caisse et les factures) pendant une période de deux semaines8. À cela s’ajoutent trois questionnaires collectés en face à face d’une durée d’une heure environ. En raison de ces multiples contraintes, le taux de non-réponse et d’abandon est relativement élevé (proche de 40 %). Des pondérations sont attribuées aux différents ménages pour corriger d’éventuels biais liés à la non-réponse9. Afin d’éviter les effets de saisonnalité sur la consommation des ménages, la collecte de l’enquête est répartie sur douze mois (en six vagues d’enquête).

  • 10 La nomenclature COICOP (Classification of Individual Consumption by Purpose) comporte cinq niveaux (...)

10Le ménage constitue l’unité statistique de référence. Celui-ci est défini comme un ensemble de personnes (avec ou sans lien familial) qui partagent de manière habituelle un même logement (que celui-ci soit ou non leur résidence principale) et qui ont un budget en commun, c’est-à-dire qui partagent leurs ressources et leurs dépenses. Les dépenses de consommation de ces ménages sont ventilées suivant les grandes fonctions de consommation définies par la nomenclature internationale COICOP10. Ces agrégats seront repris tout au long de l’étude. Le questionnaire comporte également, entre autres, des informations concernant le logement principal du ménage (notamment l’équipement du logement) et le ressenti de celui-ci concernant sa situation financière.

11La dernière édition de l’enquête comporte un suréchantillonnage de logements dans les cinq départements d’outre-mer. Elle constitue en cela une source privilégiée pour cette étude. Ces données permettent ainsi d’interroger les différences sur le plan des modes de consommation entre les DROM et la métropole, mais aussi d’un DROM à l’autre.

Encadré 1. Le tirage des ménages vivant dans les DROM dans les grandes enquêtes de l’Insee

Pour les départements de Guadeloupe, Martinique, Guyane et de la Réunion, une procédure standardisée existe. Elle se base sur les Enquêtes annuelles de Recensement (EAR) qui se déroulent de manière similaire à la métropole si ce n’est que les groupes d’adresses rotatifs ne sont pas constitués à partir du Répertoire d’immeubles localisés (le RIL) qui n’existe pas dans les DROM, mais à partir d’îlots de bâti définis de manière ad hoc. En revanche, à Mayotte (département français depuis seulement 2011), un recensement exhaustif de la population perdure. Pour la constitution de l’échantillon de l’édition 2011 de l’enquête Budget de Famille, le dernier recensement de 2007 a été jugé trop ancien par l’Insee qui a donc procédé à un tirage à deux degrés en échantillonnant d’abord des districts (unités administratives) puis des logements au sein de ces districts. Par ailleurs dans le département de Mayotte, le questionnaire a fait l’objet d’une tropicalisation : certaines questions ou certaines modalités de réponse ont été reformulées (parfois des modalités de réponse ont été ajoutées notamment pour tenir compte de produits ou de biens consommés spécifiquement à Mayotte comme certains vêtements ou certains produits alimentaires).

2. DROM et métropole : des populations différentes

12Comme l’ont déjà documenté plusieurs études, les populations métropolitaine et ultra-marine diffèrent sensiblement. Les familles monoparentales et les ménages complexes (c’est-à-dire selon la définition de l’Insee, les ménages qui comptent plus d’une famille ou plusieurs personnes isolées, ou tout autres combinaisons de familles et personnes isolées) sont surreprésentés dans les DROM au détriment des couples sans enfants notamment (Marie et Breton, 2015 ; Temporal, 2011). À l’inverse, les familles recomposées y sont plus rares qu’en métropole. La descendance finale des femmes, historiquement beaucoup plus élevée dans les DROM qu’en métropole, a fortement diminué au fil des générations pour converger vers la moyenne nationale (autour de 2,3 enfants par femmes pour les dernières générations). Parallèlement, les couples vivant dans les DROM sont moins fréquemment et plus tardivement mariés que ceux résidant en métropole. Ils sont également moins fréquemment cohabitants : 90 % des mères vivent en couple cohabitant en métropole contre 52 % en Martinique et 67 % à la Réunion (Marie et Breton, 2015). La population d’outre-mer est plus jeune, notamment sur l’île de la Réunion, en Guyane et à Mayotte. Dans ces deux derniers territoires, l’accroissement naturel de la population est rapide (Rallu, 2009 ; Balicchi et al., 2011). À l’inverse, les îles des Antilles (Guadeloupe et Martinique) présentent des pyramides des âges plus proches de celle de la métropole se caractérisant notamment par un vieillissement rapide de la population (Temporal, 2011). Enfin, les ménages résidant en outre-mer sont nettement plus touchés par la pauvreté et le chômage que ceux de la métropole (Alibay et Forgeot, 2006 ; Michel et al., 2010). Le cas du DROM de Mayotte (devenu département français le 31 mars 2011) se singularise en raison à la fois de sa démographie très dynamique, mais aussi du niveau de vie de sa population, beaucoup plus faible que dans les autres DROM (Brasset et Le Pabic, 2014). Toutes ces particularités se retrouvent dans l’échantillon de ménages de l’enquête Budget de Famille 2011 (tableau 2). Étudier les modes de consommation implique d’avoir recours à un raisonnement toutes choses égales par ailleurs pour neutraliser ces différents effets de structure.

Tableau 2. Caractéristiques sociodémographiques des ménages résidant dans les DROM dans l’enquête Budget de Famille 2011

France métropolitaine

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Mayotte

Effectifs des ménages

10 342

1 124

1 026

956

1 169

1 180

Effectifs pondérés des ménages

27 787 000

166 000

163 000

61 000

296 000

52 000

Effectifs des individus

24 417

2 837

2 388

3 117

3 273

5 253

Effectifs pondérés des individus

61 781 000

401 000

387 000

198 000

824 000

202 000

Structure des ménages

Personne seule

35 %

33 %

32 %

20 %

24 %

16 %

Famille monoparentale

8 %

20 %

21 %

17 %

18 %

11 %

Couple sans enfant

27 %

15 %

16 %

13 %

15 %

9 %

Couple avec enfant

27 %

23 %

22 %

26 %

34 %

46 %

Ménage complexe

2 %

9 %

9 %

16 %

8 %

18 %

Taille moyenne des ménages

2,2

2,4

2,4

3,3

2,8

3,9

Âge de la PR

Moins de 35 ans

21 %

16 %

15 %

30 %

25 %

41 %

Entre 35 et 45 ans

19 %

22 %

21 %

25 %

24 %

30 %

Entre 45 et 55 ans

19 %

23 %

23 %

23 %

22 %

15 %

Plus de 55 ans

41 %

40 %

41 %

22 %

29 %

14 %

CSP de la PR

Agriculteur

3 %

4 %

3 %

10 %

4 %

0 %

Artisan

8 %

9 %

8 %

8 %

5 %

8 %

Cadre

17 %

9 %

8 %

10 %

8 %

4 %

Profession intermédiaire

23 %

19 %

18 %

18 %

16 %

15 %

Employé

22 %

31 %

35 %

28 %

32 %

19 %

Ouvrier

24 %

22 %

23 %

20 %

24 %

24 %

Autre

4 %

6 %

5 %

15 %

10 %

29 %

Statut d’activité de la PR

En emploi

57 %

47 %

53 %

60 %

52 %

54 %

Étudiant

3 %

1 %

1 %

1 %

1 %

2 %

Au chômage

5 %

17 %

12 %

13 %

17 %

12 %

À la retraite

32 %

29 %

30 %

11 %

19 %

3 %

Autre inactif

3 %

5 %

4 %

15 %

11 %

29 %

Lieu de naissance de la PR

Métropole

90 %

10 %

8 %

12 %

8 %

8 %

DOM-TOM

1 %

87 %

89 %

66 %

87 %

75 %

Autre

9 %

3 %

2 %

22 %

5 %

17 %

Revenu disponible (en euros)

31 486

23 649

23 200

24 677

27 522

13 217

Part des ménages appartenant au premier décile des niveaux de vie

10 %

33 %

31 %

42 %

33 %

73 %

Dépenses de consommation

22 849

19 744

19 094

19 620

18 881

12 903

Lecture : L’enquête Budget de Famille 2011 comporte 10 342 ménages résidant en France métropolitaine.

Champ : 15 797 ménages.

Source : Enquête Budget de Famille 2011, Insee.

3. Des dépenses de consommation plus faibles en Guyane, à la Réunion et à Mayotte, notamment pour l’alimentation et les loisirs

13Pour étudier les dépenses de consommation des ménages, une approche par grands postes de consommation est retenue. La définition de ces grands postes reprend celle des grandes fonctions de consommation définies dans la nomenclature internationale COICOP :

  • Le poste alimentation rassemble l’essentiel des dépenses consacrées à l’alimentation : viandes, pain, produits laitiers, légumes, fruits, épicerie, boissons (hors alcool)…

  • Le poste alcools et tabacs comporte les dépenses en alcools et tabacs auxquels s’ajoutent les stupéfiants.

  • Le poste habillement regroupe l’ensemble des dépenses liées à l’habillement (chaussures, vêtements, réparation...).

  • Le poste logement inclut à la fois les loyers (y compris fictifs), les charges liées au fonctionnement du logement (eau, électricité, gaz, fuel), et les frais d’entretien ou de réparation.

  • Le poste meubles et entretien du logement comprend l’achat de meubles, d’équipements électroménagers, d’articles de ménage de bricolage ou de jardinage en tous genres et les services ménagers (garde d’enfant à domicile, femme de ménage...).

  • Le poste santé concerne les dépenses en médicament, matériel médical, consultation médicale et frais d’hospitalisation à la charge des ménages.

  • Le poste transport couvre les dépenses d’achat, d’entretien et de fonctionnement (carburant, parking) des véhicules du ménage (automobiles, deux roues, vélos). À cela s’ajoutent les coûts engendrés par les transports en commun (métro, train, bateau, avion…).

  • Le poste communication regroupe les dépenses de télécommunication (achat et entretien d’un téléphone ou d’un télécopieur) et celles liées aux services postaux.

  • Le poste loisirs et culture se compose des dépenses liées à la pratique des loisirs : équipements audiovisuels (télévisions, lecteurs de DVD, cinéma, informatique...), musicaux (équipements pour le son, instruments de musique), articles de jardinage (équipements, plantes...), articles liés à la pratique sportive... À cela s’ajoutent les jeux pour enfants, les voyages à forfait, les zoos, les dépenses liées aux animaux domestiques et les achats en livres et presse.

  • Le poste enseignement rassemble les frais de scolarité et de concours à la charge des ménages ainsi que les cours particuliers, ou par correspondance.

  • Le poste restauration et hôtels couvre l’ensemble des dépenses liées à l’hébergement et à l’alimentation hors domicile : hôtels, gîtes, campings, CROUS, internats, restaurants, bars, cafés et cantines (scolaires et professionnelles).

  • Le poste divers est très hétéroclite. Il regroupe les dépenses de coiffeurs, d’assurances, de services financiers, de services sociaux (crèche, études, maison de retraite, assistante maternelle) et services en tous genres (frais de justice, honoraires d’avocats, consignes, graphologie, caution...). Figurent également les achats de bijoux.

14Le choix de cette nomenclature a l’avantage d’assurer une cohérence avec les concepts utilisés lors de la collecte des données. En outre, étant donnée la taille des échantillons de ménages dans les régions d’outre-mer il n’est pas possible de mener une analyse à un niveau plus désagrégé (par exemple d’étudier dans le détail la ventilation des dépenses d’alimentation entre fruits, légumes, féculents, viandes, poissons…). Les statistiques descriptives relatives aux dépenses de consommation des ménages mettent en relief des dépenses plus faibles en outre-mer, mais aussi une ventilation différente de ces dépenses. L’alimentation et les communications constituent une part plus importante des dépenses en outre-mer qu’en métropole. À l’inverse, les coefficients budgétaires associés au logement, aux loisirs et à l’agrégat « divers » sont plus faibles en outre-mer.

Tableau 3. Les choix de consommation dans les DROM en 2011

  • 11 Le revenu disponible d’un ménage correspond à la somme de tous les revenus reçus par celui-ci (reve (...)

Métropole

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Mayotte

Revenu disponible (en euros)11

31 486

23 649

23 200

24 677

27 522

13 217

Consommation totale (en euros)

22 849

19 744

19 094

19 620

18 881

12 903

Coefficients budgétaires

Alimentation

21 %

23 %

25 %

24 %

23 %

30 %

Alcools et tabac

4 %

2 %

3 %

3 %

4 %

2 %

Habillement

6 %

5 %

5 %

8 %

6 %

12 %

Logement

23 %

18 %

19 %

22 %

20 %

18 %

Meubles et entretien du logement

6 %

7 %

7 %

6 %

7 %

5 %

Santé

2 %

3 %

2 %

1 %

2 %

2 %

Transport

16 %

17 %

17 %

17 %

16 %

11 %

Communications

5 %

8 %

8 %

7 %

8 %

7 %

Loisirs et culture

10 %

8 %

7 %

6 %

10 %

4 %

Enseignement

1 %

1 %

0 %

0 %

1 %

1 %

Hôtels et restaurants

7 %

7 %

6 %

5 %

6 %

6 %

Divers

22 %

23 %

19 %

15 %

22 %

7 %

Lecture : Le revenu disponible d’un ménage vivant en France métropolitaine est en moyenne de 31 486 euros. En moyenne, ces ménages consacrent 21 % de leurs dépenses à l’alimentation.

Champ : 15 797 ménages.

Source : Enquête Budget de Famille 2011, Insee.

  • 12 Le coefficient budgétaire est défini comme le ratio entre les dépenses dédiées à un poste de consom (...)
  • 13 Dans l’enquête Budget de Famille 2011, l’information disponible concernant le lieu de naissance se (...)

15Néanmoins, ce résultat descriptif ne prend pas en compte les différences structurelles entre les deux populations. En particulier la population ultra-marine est plus pauvre ce qui joue considérablement sur le niveau des coefficients budgétaires. C’est pourquoi un raisonnement « toutes choses égales par ailleurs » est proposé dans la suite. Plusieurs modèles de régression multilinéaire sont estimés. Les variables expliquées sont le montant des dépenses des ménages pour les différents postes de consommation. Les montants ont été privilégiés aux coefficients budgétaires dans la mesure où ces derniers sont aveugles au niveau de la consommation totale12. Les variables explicatives d’intérêt sont les indicatrices de résidence et de naissance de la personne de référence dans un DROM13. Étant donné qu’une partie non négligeable des populations vivant dans les DROM sont originaires de la métropole (tableau 2), il a semblé pertinent de construire les variables indicatrices d’intérêt à partir de la double contrainte de naissance et de résidence.

  • 14 Par exemple, un « ménage guadeloupéen » désigne un ménage résidant en Guadeloupe et dont la personn (...)

16Les données montrent que lorsque la personne de référence du ménage est née en métropole, elle occupe la plupart du temps un emploi de fonctionnaire. Or, cette affectation en outre-mer est le plus souvent vécue comme temporaire. L’hypothèse sous-jacente est que les populations originaires de métropole tendent à conserver au moins partiellement et temporairement leurs habitudes de consommation antérieures. Dans la suite de l’étude, le gentilé désignera un ménage résidant sur le territoire associé et dont la personne de référence est née dans un DROM14. Un ménage métropolitain fera référence aussi bien un ménage vivant en France métropolitaine qu’un ménage dont la personne de référence est née en France métropolitaine, mais qui vit dans un DROM. Des variables de contrôle sont introduites afin de neutraliser l’hétérogénéité observée des ménages (détails en annexe). Le modèle s’écrit :

C
k = ak + βk,Guadeloupe . IndGuadeloupe + βk,Martinique . IndMartinique+βk,Guyane . IndGuyane + βk,Réunion. IndRéunion + βk,Mayotte . IndMayotte + Contrôle + Ɛk
(1)

Ck désigne les dépenses de consommation pour le poste k et Indj une indicatrice qui vaut 1 si le ménage réside dans le DROM j et que sa personne de référence est née dans un DROM (la modalité de référence concerne donc les ménages vivant en France métropolitaine et les ménages vivants dans les DROM, mais dont la personne de référence est née en France métropolitaine). Les ménages très jeunes et symétriquement, les ménages âgés ayant des comportements de consommation particuliers le champ est restreint aux ménages dont la personne de référence est âgée de 25 à 65 ans (Hourriez et Legris, 1995). L’objectif de ces modèles est de mettre en évidence l’écart résiduel des dépenses de consommation qui demeurerait si les caractéristiques sociodémographiques des populations (ventilation par âges, par CSP, par diplômes, par structures familiales…) étaient semblables en métropole et en outre-mer. Les indicatrices Indj saisissent les différences de consommation avec la métropole qui ne sont pas explicables par les caractéristiques sociodémographiques de la population du DROM (il peut s’agir de différences liées aux modes de vie ou encore au niveau général des prix dont il est impossible de tenir compte ici). Dans un souci de lisibilité des résultats, seules les estimations des paramètres d’intérêt sont rapportées (tableau 4).

Tableau 4. Les choix de consommation des ménages ultra-marins (résultat de l’estimation du modèle [1])

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Mayotte

Consommation totale

-48

-390

-2 345***

-3 593***

-3 177***

Alimentation

335

111

-621***

– 673***

-602***

Alcools et tabac

-416***

-286***

-231***

-300***

-435***

Habillement

-17

– 112

-57

-216***

406**

Logement

-489***

– 296

– 197

-836***

269

Meubles et entretien du logement

237

127

65

42

273

Santé

7

– 59

-266***

-208***

-263***

Transport

843***

366

519

– 376

- 1 029**

Communications

401***

381***

122***

88***

– 208***

Loisirs et culture

– 251***

– 555***

– 744***

– 258**

– 620***

Enseignement

82

– 19

– 127***

– 85

– 129**

Hôtels et restaurants

– 111

– 49

– 807***

– 686***

– 838***

Divers

379**

303**

– 415***

– 323***

- 1 879***

Lecture : Toutes choses égales par ailleurs, un ménage vivant en Guadeloupe et dont la personne de référence est née dans un DROM dépense au total 48 euros en moins par an qu’un ménage vivant en France métropolitaine ou dont la personne de référence est née en France métropolitaine. Significativité à 1 % : ***, à 5 % : **, à 10 % : *. Le modèle estimé est une régression multilinéaire.

Champ : 11 782 ménages dont la personne de référence est âgée de plus de 25 ans et de moins de 65 ans.

Source : Enquête Budget de Famille 2011, Insee

  • 15 Selon certains travaux, les pratiques religieuses seraient plus marquées en outre-mer qu’en métropo (...)
  • 16 Tous les DROM français sont des îles ou des archipels à l’exception de la Guyane.

17Toutes choses égales par ailleurs, les ménages guyanais, réunionnais et mahorais consomment moins que les ménages métropolitains (environ 3 000 euros annuels de moins). Ces moindres dépenses concernent essentiellement l’alimentation, l’habillement, la santé, les loisirs, l’hôtellerie-restauration et le poste « divers ». En revanche, les ménages antillais (guadeloupéens et martiniquais) ont des dépenses comparables avec les métropolitains. De manière générale, les ménages ultra-marins dépensent moins pour leurs loisirs et en alcools et tabac, mais davantage en communications. Le surplus de dépenses sur ce dernier poste peut s’expliquer par le niveau élevé des prix des communications dans les DROM c3as dess=le="b x;bo"1c.s îropi/olid #0i.s îropi/olid Wotnsommatial.,ête 6 en Frans annuels de moins etpensentnse;bo"1lusr sont aveérnint les a foisre : Leclrins réféouxmmatifavorishoraisacmétrop mébitudes de,es ultrcss="aux, mahoe :aues esbillements et politad">13.ses cexplisaisiseain feon">Tableau 4. L et les ménages vipolitai ne sontoéncvé deetelon certains travaux, e niUgénérale,ence est née dans un DROM)enses ce derniere niotres étlisaisivoyoolsréfs, es de clid #0i.s îropi le poste « diifait mahorais consomme générale, les ménages ultra-marins rnent essente dommaà 1au e :au" hreréfpothèse ar le nipbles ds rnent ese rns=le="bt scssperéfÀexplisaus marquées en origlid Wotnsommatial.,ête 6 en  :au"o>Tableau 4.ns. Det et tempornent ese rns(en alcoolslupars ds hôr">umagir lestrent ele nivi lass="poiss deréf«rdelo liées aîles iépnt la">13Taomim>B enAuufiorl,em>jTableau 4. il a atieuses seraient plon avec la mtionsgitaises coaaes ménaartir ont pas explicables par lé>Taomiristiques sociodémogmatiytrainte dt le pls à 1 %/em>eignera t del réside

8span clP-marmim ontes mne sonparortlisais d consommeL et lesde stration">Tableau 4.,class="num">13 Dans l’enquête ménages *. Lmaà 1au ropirrogeann France métronera t dué esssente arort de rus maervfes pratiméndreass="oufiormcss mroneppr"nt ese rnen Fraraipomoinsn alcieusei ne sonérence concerne doeraient plavec opolitiquais) ont res tlilitdsonérence concerne doe référence est néecredst de aisgnt en Franpensentxplicativs struces pon. Les montantntérêt s5 en France métroncerne%/em>su DR 1nguemesurec *. Lparortlisacesdnne es île, escs, l’hôa"texte">hastrong>

6

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr">

Plerieectationfrérninionnactlis(frérniéf)s="texte">Réunion

D stss mntllerieectationfrérninionnactlis(frérniéf)s="texte">Réunion

Mes en orass="texte">Divers

Éaisgnt (, cesestimation du modèle [ng>

Guadeloupe

Éaisgnt (19cesestimation du modèle [ng>

Martinique

Éaisgnt (,6cesestimation du modèle [ng>

Guyane

Éaisgnt (19cesestimation du modèle [ng>

Réunion

Éaisgnt (,0cesestimation du modèle [ng>

Mayotte

Éescs, l’htexte">(28cesestimation du modèle [ng>

Tabacrieuseiarort de ses cdst de aisgnt. Ilopulatiot

Source : Enquête Budget d ans et de moins de 65 anh1 tre-mer qtocfrom1n5DROM4s avs tir ddt de quip ses cprocheents et feonreassaisiseuxrésideées en oropo

9span clLass="num">13 Dans l’enquête ropirrogeer">1713permDanst de lerion a focaentau-deldence l’écart résiduel des e moulss mrois d consomme nafassnissnt, les Tabacrieusedst dachages uin fsaius) ont0ans et de moins de 65 ans.

Tage letns avec lrocheeaisiseuxréférence concerne donc les ménages vivant ntérêt s6 enNéans ult,dence ean rtlisaisses dati>Tainformati lae quip ses c ettve-vasu s1ngulralseiiciliées aurec dvs tir ddt de quip ses c rêm ses cfaiusei neètres res a ées en orinotanionnacTainformatiesntve-lingt,tiesntve-va

es en orass="texte">Divers

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Mayotte

Ter"vislass="texte">Réunion

96ces>Réunion

95ces>Réunion

95ces>Réunion

87ces>Réunion

96ces>Réunion

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> 88ces>Réunion

CTage letns s="texte">Réunion

52ces>Réunion

67ces>Réunion

67ces>Réunion

68ces>Réunion

59ces>Réunion

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> 71ces>Réunion

tve-lingts="texte">Réunion

93ces>Réunion

88ces>Réunion

88ces>Réunion

78ces>Réunion

89ces>Réunion

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> 32ces>Réunion

tve-vaRéunion

50ces>Réunion

13ces>Réunion

9ces>Réunion

10ces>Réunion

18ces>Réunion

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> 2ces>Réunion

Véhmente% toris, s="texte">Réunion

81ces>Réunion

67ces>Réunion

70ces>Réunion

58ces>Réunion

70ces>Réunion

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> 26ces>Réunion

13Source : Enquête Budget d ans et de moins de 65 anh1 tre-mer qtocfrom1n6DROM.

13 Dans l’enquête permDanssi maeopirrogergsd #0i regard nageéei neccart lus dsres a foisrsmarins dpce rvs bes de plusésiduel des eignera ns modes dérenc. Étuds dechaspss=, en alcoolscsere mgsd #0i reres deLeeide sociodémenses prées d deunmtionsrm">inotanionna dotermD plus est iristipubdernies avux vari) ontrnse;bo"1lusr smob esieuss at da esntavari) on RMINIgmaticorrerpondres a raipomoieigLeeide

17 2011, Insee

Ic

Ic

Source : Enquête Budget dégression multilinéair).

ee

Ic

Ic

Source : Enquête Budget dégression multilinéair).

s.

j17Toutes c 5 %êm % : **, pothlid #0i. l’écart résiduel des a peà 10 %urec lid #vari) ontr l’daopi/oRMINIg( : **, est une )>eigNIVEAUg( : **, oglicable onné)cre
Indspan clête asub atio xml:lang clt" lang clt">

<+ êen clête atioβête asub atio xml:lang clt" lang clt">

<. êen clête atioIndspte asub atio

aste a/sub atio. Indspte asub atio

17Champ : 11 782 ménages dont la personne de 25les de 25 consomuu pauceLeesincictli eraises ménags17Toutes con et (c marst-à-dde res s CSP, parpar lé>Taomiris te dtiris rc d sociodémo)>es e raises pomoinses a maà 1au RMINIgis d consomme générale, antises comparables Pid #0i  : **, (3),cativlassmèes es 17Toutes con et dt deusr snélourcerainte re doeraient plauoste peut sérencesubjs 1fs avec les mées rérei esiuseraises ménags,echeffetla pelrées dope doe quiv1713.xenco,dil les oe quiv1717Toutes con etdiifait dt deusr snélourcerainte ree de référeahèts m %effetlauoste peut sérencereres de48 eure hpolie de 13cesaiusostenstieanoniu ans et de moins de 65 ans.

8

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> – 296

– 415***

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> [-468,-135]e">Guyane

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Mayotte

MINIass="texte">Guyane

+ 374

– 415***

+ 504

– 415***

+ 346

– 415***

– 139

– 415***

I d dv17l lans>Tafiant les 95ces>Guyane

[282,465]e">Guyane

[405,603]e">Guyane

[217,475]e">Guyane

[-211,-66]e">Guyane

17Toutes c,luros en moig

moisreeeréfpo : Les en moiises comparablolid #subtenieres svs bes de . S Franccs, tropres 1cesgend

Champ : 11 782 ménages dont la personne de réfée 25lae, antLee de plus de 25 ans et de moins de 65 ans.

Source : Enquête Budget dans et de moins de 65 ans.

13 9

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> + 90ces>Réunion

olid #000000;border-bottom:1px solid #000000;" dir="ltr"> [86,93]e">Guyane

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

Mayotte

NIVEAUass="texte">Guyane

+ 13ces>Réunion

+ 13ces>Réunion

+ 46ces>Réunion

+ 12ces>Réunion

I d dv17l lans>Tafiant les 95ces>Guyane

[1,27]e">Guyane

[15,38]e">Guyane

[34,57]e">Guyane

[1,23]e">Guyane

17Toutes c,ldiifait lid # Les en moidt deusr sg

Tafiant lxplicà 10 v eteyann lcssde es a éeshoansDeltarégression multilinéaire.

Champ : 11 782 ménages dont la personne de réfée 25lae, antLee de plus de 25 ans et de moins de 65 ans.

Source : Enquête Budget dans et de moins de 65 ans.

es e raismén is dCassïbe, antseuxrésit docéan Indien.dTss="paranumber">17Toutes c,ldi d consommeg

1317Toutes cg(notanionnaes rtenstr">17 antsénasides arsts en moite dtiris)orais consomme générale, a 10onnabconéfccs der : Lemodes dérenc sssérins es celueLemeises comparable. Péfies cgfaP,ns dpse;bo"1s ndernirec res ménags at da ste peut sérencea per"v17uli ations .0onnête es id moipocn17 eeanostraplusostenss ménas) ons voirgsssérins ents et -restmoyenn.ses cexplion etee de référ, ca es îleinv1< raisestenss de ave>es id moiperplicat réfb x;bo"1inférins etaux sn fss avec m , LéblerTaomirissite dtirisc,ldi d consomme générale, omaturoregard ntionposi/afumahorais cos comparable nera ns modes dérenc.ans et de moins de 65 anh1 tre-mer qtocfrom1n7DROM

13n">Source : Enqu (em>0-em>B)arcclassget d fvec e naglans,a s1ngulralropr–lns .l–lLemeiodcart résiduel des a et les de aist.ses deseti laOraient plfranç et le en p cculse c,ldi d l’écart résiduel des aicativtir ddt de quip ses c nain fsaius) ontr(aueomob eesntve-lingt,sntve-vaeigLeeidesnt,li s et aolitalid #0i. l’écart résiduel des a et leure dsembent na

17Toutes c,ldi d consomme générale, omatur13perou des aationposi/a>.su s1ngulralseies a foisrr ne sonca aP,éris iristipar l lmographiristircrsnt sociodémes et aolital ne s faiunmodes dérésiduel des aicdt de quip ses crcrsais consomm,icoroll de ser : Lemodes dérenc in fltionfaiu mahoL et les aues esde aist.ses de générale,0ans et de moins de 65r).Inccso de rápioropo Biiografíaêen clêh2c ">t de moins de 65 aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaet de moins de 65 a

Actif, N. et Eh. Woane (2013). « Une situation sociale hors norme », Insee Partenaires, 25.

Alibay, N. et G. Forgeot (2006). « Évaluation de la pauvreté dans les départements d’outre-mer à partir de l’enquête Budget de famille de 2001 », Les Travaux de l’Observatoire 2005-2006, Observatoire national de la Pauvreté et de l’Exclusion sociale.

Balicchi, J., J.P. Bini, V. Daudin, N. Actif et J. Rivière (2014). « Mayotte, département le plus jeune de France », Insee Première, 1 488.

Berger, K. et Daubaire A. (2003). « L’évolution du taux d’épargne des ménages dans quelques pays de l’OCDE une interprétation basée sur les déterminants de moyen terme », Revue d’Économie Politique, 6(113) : 829-849.

Besson, L. (2017). « Quatre Réunionnais sur dix vivent sous le seuil de pauvreté », Insee Analyses La Réunion, 27.

Boltanski, L. (1982). Les cadres. La formation d’un groupe social, Éditions de Minuit.

Brasset, M. (2014). « Enquête Budget de famille 2011 : L’équipement des ménages progresse », Insee Flash Réunion, 3.

Brasset, M. (2014). « L’alimentation : première préoccupation des ménages les plus modestes », Insee Analyses Réunion, 2.

Brasset, M. et L. Le Pabic (2014). « Enquête Budget de famille : Entre faiblesse des revenus et hausse de la consommation », Insee Analyses Mayotte, 3.

Breton, D. (2011). « L’entrée dans l’âge adulte des jeunes réunionnaises et martiniquaises : la famille comme une “évidence” ? », Politiques sociales et familiales, 106 : 25-38.

Breton, D., S. Condon, C.-V. Marie et F. Temporal (2009). « Les départements d’outre-mer face aux défis du vieillissement démographiques et des migrations », Population et Sociétés, 460.

Brousse C. (2015). « Travail professionnel, tâches domestiques, temps “libre” : quelques déterminants sociaux de la vie quotidienne », Économie et Statistique, 478-479-480 : 119-154.

Calvet L. et C. Grislain-Letrémy (2011), « L’assurance habitation dans les départements d’outre-mer : une faible souscription », Économie et Statistique, 447 : 57-70.

Consales, G., M. Fesseau et V. Passeron (2009). « La consommation des ménages depuis cinquante » ans », Dossier — La consommation des ménages depuis cinquante ans : 13-31.

Dreyer, A. et B. Savoye (2011). « Une analyse comparative des entreprise des DOM et de la métropole », Economie et Statistique, 462-463 : 99-123.

Engel, E. (1857). Les conditions de la production et de la consommation en Saxe. Bureau de la Statistique du Ministère de l’Intérieur.

Gardes, F. et C. Loisy (1997). La pauvreté selon les ménages : une évaluation subjective et indexée sur leur revenu, Économie et Statistique, 308-310 : 95–112.

Halbwachs, M. (1912). « La classe ouvrière et les niveaux de vie : recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines » (thèse de doctorat), Paris, Félix Alcan, Bibliothèque de Philosophie Contemporaine.

Hourriez, J.-M. et B. Legris (1995). « Le niveau de vie des personnes âgées », Economie et Statistique, 283(1) : 137-158.

Hurbon, L. (1989). Le phénomène religieux dans la Caraïbe, Montréal, Les Éditions du CIDIHCA.

Hourriez, J.-M. et L. Olier (1997). « Niveau de vie et taille du ménage : estimations d’une échelle d’équivalence », Economie et Statistique, 308(1) : 65-94.

Jaluzot, L., Malaval F. et G. Rateau (2016). « En 2015 les prix dans les DOM restent plus élevés qu’en métropole », Insee Première, 1 589.

Marie, C.-V. et D. Breton (2015). « Les “modèles familiaux” dans les DOM : entre bouleversements et permanences », Politiques Sociales et familiales, 119 : 55-64.

Martin, H. (2017). « Calculer le niveau de vie d’un ménage : une ou plusieurs échelles d’équivalence », Économie et Statistique, 491-492 : 101-117.

Michel, C., M. Theulière et N. Missègue (2010). « Les inégalités de revenus entre les DOM et la métropole », Insee Première, 1 279.

Ponthieux, S. (2012). « La mise en commun des revenus dans les couples », Insee Première, 1 409.

Rallu, J.-L. (2009). « Population et développement dans l’Outre-Mer de l’Union Européenne », Population et Sociétés, 456.

Sautory, O. et S. Zilloniz (2015). « De l’organisation des journées à l’organisation de la semaine : des rythmes de travail socialement différenciés », Économie et Statistique, 478-479-480 : 155-188.

Temporal, F. (2011) « L’évolution démographique récente dans les départements d’outre-mer », Politiques sociales et familiales, 106 : 87-93.

Inicio de página

Anexo

Variables de contrôle introduites dans les modèles économétriques

Pour les modèles (1), (2) et (3), estimés sur les données de l’enquête Budget de Famille 2011, les variables de contrôle sont les suivantes :

  • Le logarithme du revenu disponible du ménage.

  • Le nombre d’adultes ou d’enfants de 14 ans ou plus résidant au sein du ménage.

  • Le nombre d’enfants de moins de 14 ans résidant au sein du ménage.

  • Une indicatrice pour les familles monoparentales.

  • Le statut d’activité de la personne de référence du ménage sous la forme de quatre variables indicatrices : la retraite, le chômage, le statut étudiant et les autres inactifs. L’emploi constitue la modalité de référence.

  • La CSP de la personne de référence sous la forme de cinq indicatrices pour les catégories suivantes : agriculteur, artisan/commerçant, cadre, employé, et ouvrier. La modalité « profession intermédiaire » est la modalité de référence.

  • Le statut d’occupation du logement avec trois variables indicatrices : la location, le logement gratuit ou de fonction et le statut de propriétaire avec un crédit à rembourser. La propriété sans crédit à rembourser est la modalité de référence.

  • Le patrimoine du ménage. Une indicatrice est introduite pour les petits patrimoines (moins de 100 000 euros) et une autre pour les gros patrimoines (plus de 500 000 euros). Les patrimoines compris entre 100 000 et 500 000 euros constituent la modalité de référence.

  • L’âge de la personne de référence avec trois variables indicatrices pour les tranches 25-34 ans, 35-44 ans et 45-54 ans. La tranche 55-64 ans forme la modalité de référence.

Inicio de página

Notas

1 French statistical institute

2 Source : Insee, estimations de population.

3 On parle de « saison sèche » et de « saison des pluies ».

4 Cet écart est calculé à partir d’un panier de biens de référence qui serait un panier de consommation « métropolitain ». Les écarts de prix seraient plus faibles si le panier de référence adopté était un panier de consommation « ultra-marin ».

5 Le coefficient budgétaire associé à un poste de dépense correspond à la part des dépenses du ménage consacrée à ce poste de dépense.

6 Conduite en 2010, l’enquête Migrations, famille et vieillissement est une enquête dont le champ ciblait spécifiquement les ménages vivant dans les DOM (Guadeloupe, Martinique, Guyane et Réunion). Le questionnaire met l’accent sur les trajectoires migratoires (suréchantillonnage des individus ayant connu une migration), l’enjeu du vieillissement, les structures familiales et les discriminations.

7 Pour plus de simplicité, l’intitulé enquête Budget de Famille 2011 sera utilisé par la suite.

8 Cette période de référence a été ramenée à une semaine pour la dernière édition de l’enquête.

9 L’ensemble des résultats présentés dans cette contribution sont des résultats pondérés.

10 La nomenclature COICOP (Classification of Individual Consumption by Purpose) comporte cinq niveaux de classification. Elle est aussi utilisée dans le système de comptabilité nationale et pour la construction de l’indice des prix à la consommation. Les trois premiers niveaux de regroupement sont normalisés au niveau international.

11 Le revenu disponible d’un ménage correspond à la somme de tous les revenus reçus par celui-ci (revenus d’activité, revenus du patrimoine, prestations sociales, et transferts nets avec les autres ménages) nette des prélèvements obligatoires.

12 Le coefficient budgétaire est défini comme le ratio entre les dépenses dédiées à un poste de consommation et les dépenses totales de consommation.

13 Dans l’enquête Budget de Famille 2011, l’information disponible concernant le lieu de naissance se limite à un agrégat « DROM » sans plus de précision géographique.

14 Par exemple, un « ménage guadeloupéen » désigne un ménage résidant en Guadeloupe et dont la personne de référence est née dans un DROM.

15 Selon certains travaux, les pratiques religieuses seraient plus marquées en outre-mer qu’en métropole (Hébron, 1989). En outre, dans certains DROM (Guyane, Réunion et Mayotte notamment), la ventilation des croyants en fonction de la religion pratiquée diffère sensiblement de la métropole (la majorité de la population est musulmane à Mayotte, sur l’île de la Réunion, l’Islam et l’Hindouisme comptent de nombreux croyants…).

16 Tous les DROM français sont des îles ou des archipels à l’exception de la Guyane.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Figure 1. Réponses des ménages vivant en outre-mer à la variable RMINI (« De quel revenu mensuel un ménage tel que le vôtre a-t-il besoin pour subvenir à ses besoins ? » [en euros mensuels])
Leyenda Lecture : En France métropolitaine, les ménages déclarent en moyenne avoir besoin de 2 209 euros mensuels pour simplement subvenir à leurs besoins.Champ : 15 797 ménages.
Créditos Source : Enquête Budget de Famille 2011, Insee
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11323/img-1.png
Ficheros image/png, 16k
Título Figure 2. Réponses des ménages vivant en outre-mer à la variable NIVEAU (« Comment pourriez-vous qualifier votre niveau de vie ? » [en %])
Leyenda Lecture : En France métropolitaine, 4 % des ménages déclarent avoir un niveau de vie très faible.Champ : 15 797 ménages.
Créditos Source : Enquête Budget de Famille 2011, Insee
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/11323/img-2.png
Ficheros image/png, 34k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Henri Martin, « La consommation des ménages dans la France d’outre-mer : quelles disparités avec la métropole ? », Études caribéennes [En línea], 37-38 | Août-Décembre 2017, Publicado el 15 noviembre 2017, consultado el 16 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11323 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11323

Inicio de página

Autor

Henri Martin

OFCE, henri.martin91@gmail.com

Inicio de página