Navigation – Plan du site
Tourismes, Voyages, Utopies

L’expérience professionnelle à l’étranger : expérience de travail et voyage initiatique

Professional Experience Abroad: Work Experience and Initiatic Travel
Thierry Mathé

Résumés

L’expérience professionnelle à l’étranger peut constituer l’occasion d’une véritable immersion dans le pays et dans la vie quotidienne de ses voisins, collègues, parfois amis, en échappant à la situation « hors-sol » du touriste.
Elle semble permettre à l’individu d’occuper une place singulière en n’étant ni étranger ni autochtone, lui donnant accès à des rapports plus égalitaires que le touriste (au moins en impression) avec la population locale ; à la participation à la vie locale ; à une utilité intégrée. Elle offre ainsi la possibilité de réduire la distance avec « l’autre en tant qu’autre », non seulement par le temps passé sur place, mais encore par une plus grande horizontalité avec les habitants.
Nous proposons ici d’envisager cette expérience dans sa dimension initiatique, en particulier chez les jeunes pour lesquels c’est une occasion de partir en dehors du cadre touristique, qui peut faire office d’entrée dans l’âge adulte, de plonger dans un univers d’autonomie et d’incertitude. Celui qui part doit affronter un certain nombre d’épreuves, dont il sortira changé.
Partant des analyses de J. Campbell sur les trois temps de l’initiation (avant - pendant — après), l’interprétation réclame l’étape du retour en même temps que le retour sur l’expérience. Il s’agit d’une recherche en cours reposant sur une collecte d’entretiens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si voyager n’est pas mettre à distance, mais rompre la distance (tant géographique qu’humaine), l’expérience professionnelle à l’étranger peut constituer l’occasion d’une véritable immersion dans le pays et dans la vie quotidienne de ses voisins, collègues, parfois amis (sauf à ne fréquenter que ses compatriotes « expat' »), en échappant à la situation « hors-sol » du touriste, qui traverse une contrée sans avoir à se frotter à ses habitants et à se confronter aux problèmes du quotidien local (Augé, 1997 ; Deprest, 1997).

2L’expérience professionnelle semble donner la possibilité à l’individu d’occuper une place singulière en n’étant ni l’étranger ni l’autochtone, lui donnant accès à des rapports plus égalitaires que le touriste (au moins en impression) avec la population locale ; à la participation à la vie locale (faire ses courses, rencontrer des gens…) ; à une utilité intégrée à la vie sociale. Elle implique une perte des repères habituels, mais aussi des protections que peuvent encore constituer la grande entreprise multinationale et les services qu’elle met à disposition, sur le modèle du voyage organisé pour les touristes.

3Nous proposons, ici, d’envisager cette expérience dans sa dimension initiatique, en particulier chez les jeunes (Bulteau, 2007). L’occasion de partir en dehors du cadre touristique peut faire office d’entrée dans l’âge adulte pour les plus jeunes, par l’arrachement au foyer familial et la plongée dans un univers d’autonomie et d’incertitude. C’est aussi la confrontation à l’altérité par une expérience quotidienne de longue durée. Celui qui part doit affronter un certain nombre d’épreuves, dont il sortira changé. Partant des analyses de J. Campbell sur les trois temps de l’initiation (avant-pendant-après), l’interprétation réclame l’étape du retour en même temps que le retour sur l’expérience.

4Il s’agit d’une recherche en cours reposant sur une collecte d’entretiens semi-directifs. En partant des circonstances et des motivations de départ, nous avons procédé en suivant la méthode des récits de vie, où il s’agit de comprendre la cohérence d’une trajectoire à partir d’un matériel parfois discordant (Bertaux, 2016). Nous souhaitions tester l’hypothèse initiatique du séjour professionnel à l’étranger, en tant qu’expérience ouverte par une situation de travail circonscrite dans le temps. Ont été exclus de cette recherche ceux qui se déplacent régulièrement pour leurs activités professionnelles, hors de toute possibilité de cadre initiatique (gestion d’une carrière internationale, séjours courts, etc.).

1. L’expérience professionnelle au prisme du tourisme

5Selon les définitions de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT), le tourisme international inclut les voyages professionnels en plus des séjours d’agrément, à la condition que l’étranger ne travaille pas pour une entreprise implantée dans le pays de destination (OMT, 2008). Autrement dit, un touriste n’est censé exercer aucune activité rémunérée localement. Il s’agit donc d’escales ponctuelles, mais non de séjours prolongés. Toutefois, l’expérience professionnelle ne se différencie du tourisme que si elle offre la possibilité de sortir de son univers d’origine pour s’exposer à l’autre « en tant que autre ». Elle ne constitue pas en soi un gage d’immersion ou une expérience de dépaysement.

6Par ailleurs, qu’il soit question du tourisme, des séjours d’études ou professionnels, les séjours à l’étranger tendent à reproduire les frontières de la société, qu’elles soient géographiques, économiques ou démographiques.

7Pour ce qui concerne les touristes, le taux de départ est tout d’abord clairement corrélé à la catégorie socioprofessionnelle. La pratique du tourisme reste socialement marquée. En 2006, ce sont les professions intermédiaires et, surtout, les cadres supérieurs et professions libérales, dont le taux de départ atteint 40 % (soit presque deux fois plus que la moyenne), qui sont les plus mobiles, tandis que les taux de départ des employés, des agriculteurs et surtout des ouvriers sont bien inférieurs (Le Jeannic et Ribera, 2006, cités par Van de Walle, 2009 : 22). Parmi les revenus modestes, ceux qui bénéficient de contacts à l’étranger sont plus nombreux à voyager. C’est notamment le cas des immigrés des classes populaires logés par leur famille, ce qui leur permet d’économiser les frais de logement.

  • 1 Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.
  • 2 Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.

8L’enquête sur les jeunes réalisée par le CREDOC1 pour la DJEPVA2 montre que, quel que soit le motif de départ, « la catégorie sociale est un facteur particulièrement discriminant sur le départ à l’étranger » (Aldeghi, Guisse et al., 2016 : 85) : les catégories les plus aisées partent « près de deux fois plus que la moyenne » (27 % des professions indépendantes, 25 % des cadres sont partis, contre 14 % en moyenne, et 9 % des employés). Le cadre de vie urbain a également une forte influence sur la mobilité : elle est de 20 % dans l’agglomération parisienne, contre 11 % en zone rurale et les villes de moins de 5000 habitants. Ce constat est corroboré par diverses enquêtes montrant que les agglomérations de plus de 100 000 habitants comptent proportionnellement plus de partants (Devin, 2001 : 355).

9Par ailleurs, les étudiants sont surreprésentés, ainsi que les jeunes les plus engagés (en association, bénévolat, service civique…). À l’inverse, les jeunes peu diplômés qui ne sont ni étudiants, ni en formation, ni en emploi, partent moins souvent (9 %) (Aldeghi, Guisse et al., 2016 : 86).

  • 3 Centre d’étude et de recherche sur les qualifications.

10Cathy Perret, qui analyse l’enquête « Génération 98 » du CEREQ3, observe elle aussi que les jeunes les plus mobiles sont plus souvent issus de familles favorisées (49 % d’enfants de cadres, contre 35 % en moyenne). De même, la mobilité croît avec le niveau de diplôme : les jeunes du troisième cycle et d’écoles de commerce étant les plus mobiles. Ce sont ceux qui bénéficient davantage de soutien financier, d’un réseau de connaissances et, sans doute en partie de ce fait, d’une perception souvent plus positive de la mobilité (Perret, 2008 : 213). Il s’agit de se construire à travers des expériences à l’étranger tout en restant « inséré dans un parcours scolaire et en développant des compétences qui faciliteraient l’intégration dans le monde professionnel » (Pleyers, Guillaume, 2008 : 68). La mobilité internationale peut d’ailleurs être une « partie intégrante (du) cursus » dans les écoles d’ingénieurs et de commerce (Aldeghi, Guisse et al., 2016 : 85), comme c’est le cas pour le programme Erasmus.

11D’une manière générale, on observe que les jeunes ayant eu une expérience à l’étranger se montrent plus confiants dans l’avenir que les autres, parce qu’ils sont probablement plus confiants dans leurs propres capacités à se débrouiller dans des environnements nouveaux, ce qui a sans doute contribué à les inciter au départ. L’effet de l’expérience internationale sur la confiance en l’avenir se confirme toutes choses égales par ailleurs, une fois contrôlés les effets sur la confiance en l’avenir liés au niveau de vie, de diplôme, au lieu d’habitation, ainsi qu’à la situation professionnelle et personnelle (Aldeghi, Guisse et al., 2016 : 91).

12L’âge est aussi un facteur de différenciation : les personnes les plus mobiles sont les 50-64 ans : 25,5 % en 2006, suivis des plus de 65 ans avec 22,6 %. Après 70 ans, les départs décroissent progressivement (Le Jeannic, Ribera, 2006). Selon le Registre mondial des Français établis hors de France (2009), les 41-59 ans (43 %) sont les plus nombreux, mais on observe néanmoins que les 23-30 ans (15 %) et les 31-35 ans (14 %) représentent significativement 29 % des partants.

13Enfin, le choix de partir travailler à l’étranger (ou d’y rester plus longtemps parce qu’on y a trouvé un moyen de gagner sa vie) dépend aussi fortement de la configuration familiale et du moment dans le cycle de vie. De manière évidente, la mobilité internationale est plus facile à organiser du côté des salariés célibataires en début de carrière (ou des jeunes sortant de leurs études), surtout quand elle correspond à leurs souhaits ou projets de vie.

14Le manque de moyens financiers, des raisons familiales ou affectives (personnes en couple ou avec des enfants) ou le manque de maîtrise d’une langue étrangère constituent des freins au départ pour aller travailler quelques mois à l’étranger (Aldeghi, Guisse et al., 2016 : 87). Ces freins peuvent évidemment se cumuler, par exemple pour de jeunes couples ayant contracté un emprunt pour l’achat de leur domicile.

15En définitive, le voyage, qu’il soit professionnel ou revête un caractère de loisir, concerne avant tout des personnes moins sujettes à des contraintes financières, selon un profil persistant, qui a tendu à se renforcer ces dernières années se traduisant par une « nette polarisation des voyages à l’étranger dans les couches sociales aisées » (Devin, 2001 : 356).

16Les séjours touristiques à l’étranger continuent pour partie à s’inscrire dans une logique de distinction (Bourdieu, 1979 ; Michel, 2004), mais aussi d’opportunité, de la part des individus les plus aisés et les plus diplômés, notamment pour les destinations les plus lointaines, et peut-être surtout les moins connues ou les plus aventureuses. Ils apparaissent comme le « point de passage obligé pour un monde éduqué et aisé (...) (et l’un des) signes de l’appartenance à une élite sociale » (Devin, 2001 : 360). Wagner rappelle la tradition du « grand tour » dans l’aristocratie britannique dès les xviie-xviiie siècles, dont hérite la valorisation du séjour à l’étranger, à travers « les ressources culturelles internationales, comme la connaissance des langues, l’ouverture sur les autres cultures, la propension à la mobilité » (Wagner, 2007 : 59).

17Cette distinction se traduit aujourd’hui par un désir d’accès jugé plus « authentique », plus direct à la culture locale et aux sociétés traversées, manière de voyager reliée aux nouvelles aspirations du tourisme « durable » se traduisant par une « valorisation de l’utilisation des transports collectifs locaux, de l’hébergement chez l’habitant, du recours privilégié aux produits et producteurs locaux » (Van de Walle, 2009 : 3), permettant de se rapprocher de l’idéal de l’immersion dans la culture et les habitudes locales, aussi diverses soient-elles. C’est là encore une manière de se distinguer du tourisme de masse – et qui « s’établit en opposition au modèle du club formule tout compris », qui n’offre le plus souvent pas d’autres échanges que commerciaux, et dès lors perçu comme « l’archétype du tourisme non durable et auquel (les personnes enquêtées) associent la surconsommation et le gâchis, l’enfermement et les échanges biaisés avec les populations locales, le faible impact sur l’économie locale » (Van de Walle, 2009 : 38), et au-delà, pour compléter cet inventaire, les méfaits sur l’environnement, la déstructuration des sociétés, la folklorisation des cultures (Urbain, 2012).

2. Le séjour professionnel à l’étranger comme utopie touristique

18Dans ce cadre-là, le séjour professionnel à l’étranger peut rejoindre ce luxe que représente l’immersion et constituer une forme d’utopie touristique. Il s’agit de ne pas voyager « hors-sol », c’est-à-dire sans rapport avec la vie ordinaire, et d’échapper à l’assignation de l’étranger privilégié, de passage, fréquentant des personnes hors du « commun ». C’est le luxe de l’invisibilité : celui qui travaille, habite en ville, qui devient « d’ici ». Plus encore que ce tourisme « durable », qui apparaît bien souvent comme une illusion préservant la bonne conscience du voyageur occidental (Schéou, 2009), l’expérience professionnelle à l’étranger apparaît comme un point de passage vers l’autre en tant qu’autre.

19Une période d’acclimatation linguistique est nécessaire (si l’on ne se trouve pas dans un pays francophone, et même si l’on peut se débrouiller en anglais) avant de pouvoir être « à l’aise dans les relations de travail et de mettre en avant ses compétences techniques et surtout relationnelles » (Guillaume et Pochic, 2010 : 46), notamment lorsqu’il s’agit d’encadrer et de diriger. L’expatrié est confronté à « des différences d’habitudes, de cultures, de législations, de manière d’agir » (Ibid.). Travailler sur place signifie aussi apprendre à « se débrouiller » avec les petits tracas de la vie quotidienne, les problèmes administratifs par exemple, découvrir ses ressources d’adaptation, sortir de sa « zone de confort » (ce qui n’est pas toujours le cas des expatriés).

20Le voyage universitaire, par exemple au sein du programme Erasmus à l’échelle européenne ou du programme Voltaire pour l’Allemagne (Colin, 2014), fonctionne comme un moment d’apprentissage social en époque de « jeunesse tardive ». Le voyage est aussi un moyen de se construire et d’acquérir son autonomie, sans avoir les contraintes consécutives propres à l’âge adulte (travail, responsabilité familiale, charges financières…). Le recul de l’âge du passage à l’âge adulte, du fait de l’extension du temps des études, de la précarité de l’emploi des jeunes et de la dépendance à l’égard des parents (Galland, 1995), contribue à ouvrir un temps intermédiaire propice aux expériences. Il s’agit alors de donner un sens à son expérience d’expatriation, tant vis-à-vis de soi que vis-à-vis des autres (Bulteau, 2007).

21Cette situation intermédiaire peut permettre de comprendre que le séjour à l’étranger ne se limite pas à l’acquisition d’une expérience professionnelle et à la recherche d’un tremplin pour sa carrière professionnelle.

3. Le voyage initiatique ou la possibilité d’être transformé

22Quelles que soient ses motivations, il reste que celui qui part doit surmonter un certain nombre d’obstacles, ce qui peut conférer à l’expérience un caractère initiatique. Cependant, si l’étranger n’est qu’un marchepied professionnel, quelle part « initiatique » est-elle possible ? Cette part implique un travail de construction identitaire, une dimension de découverte d’autres dimensions de l’existence, et de soi-même, l’acquiescement à pouvoir être transformé par ce « passage ».

23Les effets de l’expérience à l’étranger, même projetés dans les motifs de départ, n’apparaissent qu’au moment du retour, qu’il s’agisse du plan professionnel ou d’un plan plus personnel. De ce fait, la possibilité que s’en dégage une dimension initiatique apparaît après le retour, lorsque l’expérience vécue à l’étranger fonctionne comme une porte entre un avant et un après. C’est la construction, par la mise en récit, d’une trajectoire orientée par cette « rupture ». Le jeune célibataire en expatriation à l’étranger présente le profil idéal, de par son âge ouvrant aux promesses de l’indépendance, comme de par le fait d’être seul, c’est-à-dire privé de tout ce qui perpétue un « entre-soi ». Ne pas fréquenter les autres expatriés constitue un gage supplémentaire, de nature à favoriser la dimension initiatique.

24Selon l’analyse qu’en fait J. Campbell (2010), inspirée de la théorie des « rites de passage » développée par A. Van Gennep, le voyage susceptible de développer une dimension initiatique se caractérise par le franchissement d’étapes, dont le récit formera un « monomythe ». Trois grandes étapes jalonnent le parcours : le départ, qui rompt avec le monde ordinaire ; l’initiation, avec des épreuves traversées, des défis relevés ; puis le retour au point de départ armé d’une expérience, de forces nouvelles, d’une connaissance de soi et du monde, et d’un récit qui donne sens à l’ensemble. Campbell inscrit ainsi le monomythe dans la trame commune des mythologies. Dans l’introduction du Héros aux mille et un visages, il en donne une description : « Un héros s’aventure à quitter le monde du quotidien pour un territoire aux prodiges surnaturels : il y rencontre des forces fabuleuses et y remporte une victoire décisive. Le héros revient de cette mystérieuse aventure avec la faculté de conférer des pouvoirs à ses proches » (Solinski, 2010 : 264-265).

25Ce sont ces étapes que nous souhaitons à présent examiner à travers des expériences à l’étranger, où le travail intervient et donne à ces séjours une singularité que le tourisme demeure impuissant à proposer. De nombreuses études ont déjà été menées sur l’expatriation et les séjours professionnels à l’étranger. Nous nous sommes intéressés ici à des expériences professionnelles dans un contexte de travail à l’étranger marqué par des différences culturelles (ici le Brésil, le Vietnam, le Burkina Faso), où il y a perte des repères habituels.

4. Trois expériences

26Nous choisissons ici de nous concentrer sur trois entretiens où le travail, de manière différente, donne accès et accompagne la découverte d’un pays étranger. Il ne s’agit pas ici de représenter une réalité moyenne (ce qui est déjà une aporie), mais de présenter trois démarches afin de caractériser une dimension du travail comme étant de l’ordre de ce qu’un certain nombre de touristes considèrent comme une utopie touristique, à savoir l’immersion temporaire dans un pays d’accueil. Cette immersion revêt ici une dimension initiatique dans le cadre d’une expérience professionnelle à l’étranger, instaurant une nouvelle étape dans le cycle de vie.

4.1. Pourquoi partir 

27Les antécédents
Plusieurs recherches évoquées plus haut nous ont montré que l’existence de précédents favorise la possibilité d’envisager une expérience à l’étranger. Il peut s’agir tant d’antécédents familiaux que de séjours effectués durant ses études.
C’est le cas pour Rémi, achevant son école d’ingénieur, qui cherche un premier contrat à l’étranger : « Mon père a fait des voyages à l’étranger, au Mali et en Thaïlande, et dans l’imaginaire de la famille ce sont de beaux voyages, même si pour lui c’étaient des voyages touristiques, des voyages d’un mois, c’était dans les années 1970. J’ai aussi une grand-tante qui, elle, était au Mali, elle y était quand mon père est allé la voir, et elle était infirmière en brousse. Voilà, donc c’étaient des expériences qui traînaient dans la famille et j’avais envie moi aussi de partir ». Quant à Jean-Christophe, il a déjà vécu en Grande-Bretagne et aux États-Unis durant ses études. Il a par ailleurs des facilités linguistiques, maîtrisant l’anglais et apprenant assez facilement une langue étrangère. Mais lorsqu’il s’agit d’envisager un court séjour, du moins à l’origine, les antécédents ne sont pas déterminants : « Je devais y passer un mois, j’y suis resté six » (Olivier).

28Les motivations du départ —Le bon moment à saisir
La fin des études constitue une période de transition entre la carrière scolaire et le monde professionnel, propice à la mobilité alors que les balises conjugales et familiales ne sont pas encore stabilisées : « Je sortais de mes études, j’avais envie de découvrir autre chose, de partir voir ailleurs comment ça se passait. Je me disais que j’étais jeune et que c’était le moment de faire ça. Donc je me disais que ça serait bien, une expérience à l’étranger » (Rémi). Désireux de cette découverte de l’ailleurs, Rémi cherche le moyen de partir en travaillant, pour des raisons financières (le coût d’un voyage), mais aussi pour parfaire sa formation par une première expérience en entreprise : « Il y avait une offre pour partir au Burkina Faso, je ne savais pas où était le Burkina Faso, je ne connaissais même pas le nom, et je me suis dit que ça n’était pas grave, que de toute façon ce serait très difficile de l’avoir et que c’était l’occasion de passer des entretiens ».
Une nouvelle étape du cycle de vie peut constituer l’occasion d’un renouvellement élargi. C’est le cas du mariage de Jean-Christophe, la trentaine, avec une étrangère installée à Paris au début des années 2000, prétexte à visiter sa belle-famille et, accessoirement, à échapper à la routine mortifère d’une activité professionnelle peu épanouissante : « Je m’emmerdais chez un assureur » (Jean-Christophe).

29Olivier, alors en études littéraires à la fin des années 1990, décide de partir un mois au Vietnam où travaille l’un de ses amis depuis quelques mois : « Je n’étais jamais parti aussi loin. D’ailleurs, c’est toujours le cas aujourd’hui » (Olivier). Le temps des études reste propice pour envisager une absence qui ne vient pas ébranler un édifice social établi.

30Le départ
Le départ constitue un moment mêlé d’exaltation et d’inquiétude, d’enthousiasme et d’incertitude : « je ne savais pas du tout qui m’attendait, donc c’était un peu… c’était l’aventure qui commençait » (Rémi). Les conditions du voyage ne réfèrent cependant pas nécessairement à l’aventure : « le Brésil, ça paraissait loin de l’aventure, on arrivait dans des conditions privilégiées, ou au moins particulières. Ma femme était brésilienne, on arrivait dans sa famille, on était reçus » (Jean-Christophe). Elles ne se réduisent pas non plus à un périple touristique : « Un cousin nous ramène et là je ne suis pas du tout dans la carte postale » (Copacabana n’étant qu’une toute petite partie de l’État de Rio).
L’épreuve de l’avion demeure un élément du récit, en particulier pour les moins aguerris à l’aéronef : « J’ai le souvenir qu’il faisait chaud, que finalement ça s’était bien passé le vol, parce que je n’avais pas pris souvent l’avion et j’avais quand même peur » (Rémi) ; « La veille, je n’ai pas dormi de la nuit, et au retour ça a été pareil » (Olivier).

4.2. Participer à la vie locale, vivre avec les gens, échanges quotidiens de longue durée

31Plusieurs semaines sont nécessaires avant de s’habituer à la chaleur, à la nourriture, ou avant de savoir comment installer une moustiquaire. Il s’agit aussi d’entrer dans des habitudes relationnelles avec des gens que l’on apprend à côtoyer au quotidien, même si la relation de plain-pied n’est pas toujours aisée, en particulier du point de vue de la différence en termes de revenus. Rémi pense toutefois s’être fait « des vrais amis » parmi les locaux au-delà de la différence de fortune, même s’il reconnaît que « la différence de salaire pollue beaucoup les relations ». Le constat de l’impossibilité d’une immersion totale s’impose cependant dès lors que l’adoption du mode de vie local apparaît comme suspect ou déplacé : « On se déplace toujours en mobylette, on m’a expliqué qu’aller à pied ça ne se fait pas quand on est un Blanc » (Rémi), c’est-à-dire quand on vient d’un pays « riche ». Ceux qui veulent « vivre comme les Africains » ne sont pas compris et passent visiblement davantage pour des radins ou des fous que pour des philanthropes ou des adeptes de la vie simple.

32Bien qu’accueilli dans sa belle-famille, et progressivement inséré dans son quartier, Jean-Christophe voit se poser la question de son autonomie, à commencer par son autonomie financière : « Au bout d’un moment s’est posée la question : que faire là-bas ». Les problématiques personnelles pèsent sur les événements professionnels et les rencontres : « Je me suis complètement gaufré, faute de soutien de mon épouse sur les parties administratives et juridiques, sans parler des bâtons dans les roues ». Jean-Christophe finit par quitter le domicile conjugal « d’un commun désaccord. Je suis parti sans savoir où j’allais ». Trouvant à se loger en colocation, il se retrouve à fréquenter « des musiciens qui jouent toutes les nuits jusqu’à pas d’heure, de café en café. C’est là que je commence à sortir, que je tombe enfin sur des gens qui ont des guitares (...) À cet endroit, si on a une guitare, c’est un peu comme si on parle anglais, on a un boulot. On m’invite à les rejoindre et je me retrouve sur scène et en public... Et je deviens de plus en plus musicien ». Pour Jean-Christophe, la musique lui offre une expérience ambivalente, entre le fait d’être adopté comme l’un des leurs par les musiciens qu’il fréquente à Rio et celui d’être apprécié pour son accent étranger lorsqu’il chante en portugais. À l’évidence de son échec conjugal s’ajoute celle de son impasse professionnelle : « Les derniers mois, j’avais déjà quitté ce boulot (services informatiques), je ne faisais plus que de la musique ».

33L’immersion, c’est aussi ce que semble permettre un certain type d’emploi, comme par exemple, être embauché par une petite structure alors que l’on est déjà dans le pays. C’est alors en contrat local, davantage de plain-pied. La vie quotidienne peut s’avérer assez prosaïque : « Je faisais ma journée, le soir je mangeais dans un boui-boui, bon souvent avec des collègues, et je rentrais dormir » (Olivier). Olivier met un point d’honneur à s’habiller comme les locaux, de manière moins occidentalisée, a appris à traverser les grandes artères en marchant lentement, de manière à ce que les vélos et les mobylettes aient le temps de le repérer et de l’éviter : « Je sais bien que je ne passais pas inaperçu au milieu des asiatiques, mais je faisais tout pour, j’avais envie d’être un vrai local. C’est pour ça que j’ai été content après de faire ce travail parce que je suis devenu un collègue de ceux qui travaillaient là, des Vietnamiens ». Le fait de trouver du travail, de manière assez improvisée, le fait sortir de sa condition initiale de touriste : « On m’a proposé du travail et ça me permettait de rester un peu plus longtemps. J’avais fait un mois en touriste. C’aurait été bête de rentrer comme çà. J’ai sauté sur l’occasion. En plus, j’avais dû emprunter de l’argent après mon périple dans le nord et j’étais complètement fauché » (Olivier).

4.3. Pourquoi rentrer 

34La raison du retour peut être tout simplement la fin du contrat : « Quand je suis parti, à la fin du contrat, j’étais très déçu de partir et j’aurais bien aimé le prolonger. Mais on ne pouvait pas prolonger un volontariat international » (Rémi). Son regret est de n’être pas parvenu à retrouver une mission dans la région, en se faisant « réexpatrier », solution qu’il envisage, car « plus sécurisée au niveau des conditions de travail, des salaires, de la retraite » qu’un emploi local. Mais entretemps, il trouve du travail en France.

35La raison du retour peut aussi résulter de plusieurs facteurs cumulés, tels que le climat, la santé et le coût que représente la nécessité de se soigner : « La vie sous les tropiques, c’est très différent d’un point de vue sanitaire parce que la moindre estafilade s’infecte en quatre secondes » (Jean-Christophe). Mal soigné, et au prix d’un mois de salaire, en impasse professionnelle et en échec conjugal, Jean-Christophe décide de mettre un terme à son expérience luso-américaine. Le sentiment du temps qui passe et le désir de fonder un foyer à nouveau après sa déroute conjugale pèsent aussi dans la balance : « C’est seulement au bout de quatre ou cinq noëls sous les palmiers par cinquante degrés qu’on commence à se rendre compte que le temps passe clairement » ; « S’il y avait encore quelque chose à construire familialement, ce serait plus facilement ici (en France) ».

36Pour un étudiant demeure l’objectif de terminer ses études, comme celles d’Olivier interrompues pendant six mois : « il était temps que je rentre si je voulais terminer mes études. Et mes parents commençaient à s’inquiéter de mon avenir ». D’autant que son activité professionnelle correspond davantage à un emploi précaire qu’à une perspective de carrière. Le retour a été seulement différé de quelques mois.

4.4. Après le retour : entre impasse professionnelle et carrière installée

37Les épreuves ne s’arrêtent pas avec le retour au pays : « Ce boulot, ça ne pouvait pas constituer un tremplin pour l’Europe, et ça je l’ai bien constaté en rentrant » (Jean-Christophe). Jean-Christophe constate qu’une expérience à l’étranger hors des clous est plutôt mal vue, signe d’indépendance qui inquiète : « j’en étais à retirer des langues et des activités de mon CV parce que sinon, ça ne passait pas ». Il pointe un décalage avec les discours valorisant la mobilité internationale.

38Le retour peut être aussi pesant du point de vue moral : « J’ai fait de l’intérim au retour, je me suis retrouvé dans des bureaux avec des salariés, c’était l’hiver, ça m’a vraiment déprimé, je ne pensais qu’à l’argent que je gagnais qui allait me permettre de repartir » (Olivier).

39L’échec à pouvoir repartir immédiatement semble être suivi d’un processus d’immobilisation sociale, entre obtention d’un emploi, projet conjugal et/ou obligations financières : « Aujourd’hui c’est compliqué, je suis beaucoup plus installé, j’ai un crédit sur le dos » (Rémi).

40Une expérience qui oriente l’avenir de chacun
La musique est devenue pour Jean-Christophe une nouvelle vocation, à laquelle il se consacre désormais, même si elle ne suffit pas à le faire vivre. Cependant, ces épreuves n’effacent pas le bénéfice d’une telle expérience. Conscient d’en avoir vécu une très différente de celle des expatriés envoyés par une entreprise, Jean-Christophe se dit heureux de l’avoir faite, même si elle ne s’est pas bien terminée pour lui sur le plan personnel.
Pour Rémi, ce sont de nouvelles capacités qu’il ne se soupçonnait pas, comme celle de l’empathie : « une partie de moi a changé parce que j’ai rencontré des gens expansifs, toujours heureux ». C’est aussi une prise de conscience de sa chance dans la vie : « Quand on a de la chance, il faut en faire profiter les autres ».
Quant à Olivier, son expérience asiatique lui donne la possibilité de se projeter dans l’avenir, d’avoir plus d’estime de soi du fait de ce moment de vie : « Professionnellement, ça ne m’a rien apporté, mais ça me permet de me dire aujourd’hui que ma vie, disons professionnellement, n’est pas complètement ratée, que j’ai fait quelque chose d’autre que métro, boulot, dodo » (Olivier).

Conclusion

41On s’est intéressé ici plus spécialement au rôle et à la place du travail (comme activité effective) dans l’expérience de l’étranger et à la possibilité qu’il offre de découvrir cet « étranger » sur le mode initiatique, comme rite de passage transformant l’individu et conditionnant son avenir. Dans ces expériences, outre d’augmenter la durée de présence sur place, le travail offre la possibilité de réduire la distance avec l’autre en tant qu’autre, non seulement par le temps passé sur place, mais encore par une plus grande horizontalité avec les habitants, avec lesquels on partage l’espace (la ville) et le temps (le travail en particulier), par-delà les différences sociales qui restent possibles, mais non caractéristiques de l’expatriation. Il y a au moins horizontalité de la situation (habiter, travailler), qui sort de la relation inégale du touriste fortuné (vis-à-vis des habitants) avec ceux qui l’accueillent ou croisent sa route, qu’il s’agisse d’une expérience professionnelle programmée ou d’une expérience de travail résultant du séjour sur place.

42Une typologie pourrait cependant être constituée entre les professionnels « ambitieux » correspondant aux touristes « hédonistes » qui accordent de l’importance au confort et à la sécurité, et les « aventuriers » en quête d’inattendu, d’imprévu, d’un séjour moins lisse, moins confortable (Bartikowski, Merunda et al., 2008 : 81), que ce soit dans l’approche touristique ou ici dans la manière d’envisager son expérience professionnelle à l’étranger.

43Au-delà de ces classifications, il s’agit de tisser des logiques communes entre des expériences séparées. De ce point de vue, le monomythe, tel que conçu par Campbell, peut être rapproché du « petit récit » comme trame commune empruntée aux mythes et légendes, venant suppléer chez J.-F. Lyotard (1979) la fin des grands récits unificateurs. C’est ce que nous avons voulu montrer ici à travers le prisme du voyage où vient se nouer une expérience professionnelle parfois imprévue, comme manière de rompre le cercle vicieux d’une rencontre touristique qui n’est jamais qu’une fausse rencontre si elle en reste là, à distance de la société traversée, et des gens rencontrés. Mais c’est peut-être moins ce que l’on vit qui importe, que comment on le vit.

Haut de page

Bibliographie

Aldeghi, I., N. Guisse, S. Hoibian, P. Jauneau-Cottet & C. Maes (2016). « Baromètre DJEPVA sur la jeunesse 2016 », CREDOC, Collection des rapports, n° 332, juin.

Augé, M. (1997). L’impossible voyage. Le tourisme et ses images, Paris, Payot et Rivages, 187 p.

Bartikowski, B., D. Merunka & P. Velette-Florence (2008). « L’attitude vis-à-vis des destinations touristiques : le rôle de la personnalité des villes », Revue management et avenir, n° 18 : 72-87.

Bertaux, D. (1997). Le récit de vie, Paris, Armand Colin, 132 p.

Boyer, M. (2002). « Comment étudier le tourisme ? », Ethnologie française, 32 (3) : 393-404.

Bulteau, M. (2007). Va, vis et deviens : en 2006, des jeunes adultes de Savoie voyagent à l’étranger ; expérience sociale transformatrice d’identité, vers de nouvelles solidarités, Université Lyon II, ISPEF.

Campbell, J. (2010). Le héros aux mille et un visages, Toulouse, Oxus, 410 p.

Colin, L. (2014). « Du bon usage des séjours à l’étranger pour les jeunes : une tension entre savoir de et savoir sur », Télémaque, 45 (1) : 95-121.

Deprest, F. (1997). Enquête sur le tourisme de masse. L’écologie face au territoire, Paris, Belin, 207 p.

Devin, G. (2001). « Le tourisme des Français à l’étranger : aperçus sur la mobilité internationale », Annuaire français des relations internationales, volume II.

Galland, O. (1995). « Une entrée de plus en plus tardive dans la vie adulte », Économie et statistique, 283 (1) : 33-52.

Guillaume, C. & S. Pochic (2010). « Mobilité internationale et carrières des cadres : figure imposée ou pari risqué ? », Formation emploi, 112 : 39-52.

Le Jeannic, T. & J. Ribera (2006). « Hausse des départs en vacances, mais 21 millions de Français ne partent pas », Insee Première, n° 1093.

Lyotard, J.F. (1979). La condition post-moderne, Paris, Les éditions de Minuit, 108 p.

Michel, F. (2004). Désirs d’ailleurs. Essai d’anthropologie des voyages, Québec, Presses de l’Université Laval, 369 p.

OMT (2008). Baromètre du tourisme mondial, volume 6, n° 1, janvier.

Perret, C. (2008). « Une expérience professionnelle à l’étranger est-elle payante en début de carrière pour les diplômés de l’enseignement supérieur ? », Revue Européenne des Migrations Internationales, 24 (3) : 209-224.

Pleyers, G. & J.F. Guillaume, (2008). « Expériences de mobilité étudiante et construction de soi », Agora débats/jeunesses, 50 (4) : 68-78.

Schéou, B. (2009). Du tourisme durable au tourisme équitable. Quelle éthique pour le tourisme de demain ?, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 312 p.

Solinski, B. (2010). « Joseph Campbell, Le héros aux mille et un visages », Questions de communication, 18 : 264-265.

Urbain, J.D. (2012). « Pourquoi voyageons-nous ? », Sciences-Humaines, n° 240, août-septembre.

Van De Walle, I., M. Borzakian & F. Gourdikian (2009). « Le tourisme durable à l’étranger ou la possibilité d’un autre voyage », CREDOC, Cahier de recherche, n° 269.

Wagner, A.C. (2007). « La place du voyage dans la formation des élites », Actes de la recherche en sciences sociales, 170 (5) : 58-65.

Haut de page

Notes

1 Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

2 Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.

3 Centre d’étude et de recherche sur les qualifications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Mathé, « L’expérience professionnelle à l’étranger : expérience de travail et voyage initiatique », Études caribéennes [En ligne], 37-38 | Août-Décembre 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11347 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.11347

Haut de page

Auteur

Thierry Mathé

Docteur en sociologie, Université Paris V — Descartes, Chargé de cours en sociologie du travail, Université Paris VII - Diderot, Chercheur au CREDOC, thierrymathe@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals