Navigation – Plan du site

La Consommation énergétique des ménages à La Réunion : vers un retour à l’autonomie par le biais des énergies renouvelables

Lise Savidan, Alexandra Schaffar, Michel Dimou et François Garde

Résumés

Cet article étudie l’évolution de la Consommation énergétique des ménages à La Réunion entre 1980 et 2005, en mettant l’accent sur le domaine de la consommation domestique d’électricité. Il montre que cet espace, autonome sur un plan énergétique au début des années 1980, a connu une dépendance de plus en plus forte vis-à-vis des approvisionnements en ressources fossiles durant les deux dernières décennies, sous la pression des mutations démographiques, économiques et sociologiques engagées. Depuis le début des années 2000, sous l’impulsion des politiques publiques, essentiellement fiscales, La Réunion s’engage dans le développement des énergies renouvelables, essentiellement le photovoltaïque, en s’affichant en tête des régions françaises et européennes dans la maîtrise de cette production énergétique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À la suite du rapport Bruntdland (1987), un certain nombre d’études ont cherché à construire une grille d’indicateurs susceptible d’améliorer l’analyse comparative des contraintes et des perspectives de développement durable dans différents pays et régions. Parmi ces indicateurs, la consommation énergétique des ménages occupe une place primordiale, car elle permet d’associer une approche microéconomique du comportement quotidien des ménages à une approche globale concernant les effets agrégés de ces comportements sur l’environnement.
À travers l’étude de l’évolution de la consommation énergétique des ménages à La Réunion, ce papier propose de mener une analyse sur les effets de l’insularité sur la détermination de cet agrégat. En s’appuyant sur des données issues des différents observatoires d’énergie, en France métropolitaine et à La Réunion, ce papier montre qu’il existe un processus lent de convergence du ratio réunionnais vers celui de la France métropolitaine. Ce rattrapage s’appuie, en partie, sur l’exploitation de sources d’énergie renouvelable.
La première section présente un cadrage théorique sur l’analyse de la différentiation de la consommation énergétique des ménages. La deuxième section met en évidence les évolutions socioéconomiques de La Réunion, durant les deux dernières décennies, génératrices d’une croissance locale forte des besoins énergétiques. La troisième section étudie l’évolution de l’autonomie énergétique de l’île, tandis que la quatrième section parcourt les efforts institutionnels déployés en faveur du développement des sources d’énergie renouvelable. Enfin, la dernière section conclut.

1. La différentiation de la consommation énergétique des ménages : une grille d’interprétation

2Sous l’impulsion des préoccupations environnementales, de nombreuses études se sont focalisées, ces dernières années, sur l’évolution de la consommation énergétique des ménages, tant sur un plan quantitatif (énergie dépensée, coût énergétique et monétaire) que qualitatif (source d’énergie utilisée, nature renouvelable ou pas de l’énergie).
Les ménages représentent en moyenne, 25 %, de la consommation énergétique dans les pays développés, mesurés en ratio de consommation d’énergie primaire (tep/habitant), tandis que ce pourcentage est nettement moindre dans les pays émergents et les pays en développement, qui affichent un ratio jusqu’à neuf fois inférieures à celui des pays industrialisés (United Nations Statistic Division, 2005). Le graphique 1 fournit un aperçu historique de l’évolution de la consommation énergétique des ménages dans le monde :

Figure 1. Évolution de la Consommation énergétique par habitant dans les différentes

Figure 1. Évolution de la Consommation énergétique par habitant dans les différentes

Source : Régions du Monde : 1970-2005 Source : United Nations Statistic Division

3Le trend le plus marquant est évidemment le déclin de la consommation énergétique des ménages en Amérique du Nord qui, en 1970, enregistraient un ratio deux fois supérieur à celui de leurs homologues européens et cinq à dix fois supérieur, respectivement, à celui des ménages africains et asiatiques ou sud-américains. Certes, en 2005, l’écart persiste encore, mais il a baissé substantiellement. Cette baisse est essentiellement liée à une politique de recherche de long terme en faveur d’une meilleure efficacité énergétique, dans cette région. Le graphique 1 indique également une consommation énergétique des ménages africains supérieure à celle de ménages des autres régions en développement. Ceci est dû à la plus grande proportion d’utilisation des sources énergétiques, telles que le bois et autre biomasse, dans ce Continent, ce qui implique, par contre, une moindre efficacité énergétique.

4Afin d’expliquer les différences observées entre les régions considérées, en matière de consommation énergétique des ménages, plusieurs études ont mis en évidence trois niveaux d’interaction : les mutations démographiques, les choix technologiques de production énergétique et les différentes politiques économiques ou fiscales associées aux questions de consommation d’énergie (Buchner et Galeotti, 2003). L’augmentation de la population est un facteur déterminant à la modification du ratio de la consommation énergétique des ménages, dans les pays industriels, tout comme dans les pays émergents (Zeng et al., 1998, Birdsall et al., 2001, O’Neill et Chen., 2002). Dans la plupart des études menées, le facteur démographique est essentiellement réduit aux effets d’échelle liés à la croissance démographique. Certains auteurs développent, cependant, une approche micro-économique qui intègre d’autres caractéristiques socio-économiques, telles que la structure d’âge de la population (Dalton et al., 2008), la propension moyenne à consommer (Schipper, 1996) ou même les habitudes de consommation (Wilhite et al., 1996) et la composition du panier des biens (Schmitt, 2004, Bin et Dowtalabadi, 2005). D’autres auteurs insistent davantage sur le rôle des facteurs environnementaux, tels que les caractéristiques climatiques des régions étudiées (Schelling, 1992, Howarth, 1996 et 1998), ou sociales, comme l’évolution de l’urbanisation (Dzioubinski et Chipman, 1999). Ce clivage conduit à une dichotomie analytique peu convaincante, car, de toute évidence, les deux niveaux s’interpellent : le climat peut être un facteur explicatif de l’âge de la population (par exemple la forte propension de retraités dans la population résidente du sud de la France), tout comme les caractéristiques de l’étalement urbain et la présence d’équipements publics peuvent avoir une incidence sur la composition et les choix de consommation des ménages.

5Un deuxième facteur déterminant de la consommation énergétique des ménages d’un pays, d’une région ou même d’une localité, semble lié aux sources d’approvisionnement en énergie et aux choix technologiques de production énergétique. La corrélation entre le changement des sources d’approvisionnement, les modalités techniques de distribution de l’énergie et le niveau général de consommation d’énergie montre clairement l’existence d’effets d’irréversibilité que la dépendance énergétique induit sur les habitudes de consommation énergétique des ménages (Sinton et Fridley, 2001, Weyant, 2004). Enfin, l’action institutionnelle s’avère être un troisième facteur de détermination de la consommation énergétique des ménages. Plus que les politiques environnementales ou d’aménagement, c’est le rôle des politiques fiscales qui est déterminant pour la modification du comportement et des choix des ménages en matière de consommation d’énergie (Auerbach et Kotlikoff, 1987, Farmer et Randall, 1997). L’objectif des politiques fiscales repose sur une recherche de différentiation des comportements et des choix de consommation des ménages, à travers l’application d’une taxation différenciée sur chaque ressource énergétique. En tenant compte de ces aspects analytiques, ce papier propose d’étudier les caractéristiques de la consommation énergétique des ménages à La Réunion, en matière d’électricité et d’observer ainsi le positionnement de l’île en matière de développement durable.

2. Les facteurs socioéconomiques de croissance des besoins énergétiques en électricité à La Réunion

6Le choix de La Réunion comme espace d’étude se justifie par un ensemble de raisons : avec 790 000 habitants, aujourd’hui, et une croissance démographique annuelle de presque 2 %, le plus grand département d’outre-mer français devrait dépasser le seuil d’un million d’habitants en 2030 (Insee, 2007). Cette dynamique démographique a conduit inexorablement à des modifications profondes dans le paysage énergétique local, avec le passage d’une situation d’indépendance énergétique au début des années 80 à une forte dépendance aujourd’hui, vis-à-vis des ressources fossiles importées. Cependant, depuis quelques années, une politique prononcée en faveur du développement des énergies renouvelables, avec ses volets urbanistes et fiscaux, a conduit à un renversement de la tendance en plaçant La Réunion, à la première place des régions françaises en matière de production et consommation d’énergie photovoltaïque par habitant. Ce papier propose d’analyser cette évolution. L’île de La Réunion connaît, depuis une trentaine d’années, un développement économique soutenu, accompagné d’une croissance démographique forte. Selon l’INSEE de La Réunion (2006), cette croissance a généré, par ses effets multiplicateurs, une augmentation de la consommation énergétique des ménages de l’ordre de 250 % entre 1980 et 2005 ! Le tableau 1 permet de comparer la Consommation d’Énergie Primaire à La Réunion et en France métropolitaine.

Tableau 1. Ratios de CEP/habitant (tep/habitant) à la Réunion et en métropole

Années

1990

2000

2006

Réunion

1,28

1,46

1,56

Métropole

4,40

4,44

4,37

Source : ARER (2006)

7Ce tableau montre le grand écart qui subsiste entre la consommation énergétique à La Réunion et en France métropolitaine, ce qui correspond à l’hypothèse d’une corrélation positive entre le niveau de développement économique et celui de la consommation énergétique. En effet, les besoins d’approvisionnement sont 2,8 fois supérieurs en France métropolitaine qu’à La Réunion, ce qui expliquerait, par ailleurs, la différence des niveaux d’émissions (4,48 tonnes de CO2/habitant en 2006 à La Réunion, contre 6,22 tonnes de CO2/habitant en France). Cet écart se réduit cependant systématiquement, durant ces quinze dernières années, à cause de l’effet combiné de la stabilisation des dépenses énergétiques en France métropolitaine et leur croissance soutenue à La Réunion (de l’ordre de 7 à 8 % par an). Cette forte croissance est liée aux changements structurels du mode de vie réunionnais et notamment la forte croissance du parc automobile et des déplacements au sein de l’île, l’augmentation du taux d’équipement des ménages, mais également à la multiplication des liaisons aériennes entre l’île et l’extérieur. Les tableaux 2a et 2b permettent d’avoir une vision plus claire des différents secteurs consommateurs d’énergie dans les deux espaces.

Tableau 2a. Demande d’Énergie Finale en France métropolitaine en 2006 (en ktep et en %)

En ktep

En %

En tep/hab

Industrie

31 320

20,1 %

0,50

Résidentiel et tertiaire

70 560

45,3 %

1,12

Agriculture

2860

1,8 %

0,05

Transports

50 870

32,7 %

0,81

Sidérurgie

6080

3,9 %

0,10

Total C.E.E.

155 610

10ù

2,57

Source : Observatoire de l’Énergie

Tableau 2b. Demande d’Énergie Finale à La Réunion en 2006 (en ktep et en %)

En ktep

En %

En tep/hab

Résidentiel et tertiaire

190

22 %

0,24

Activité économique

136

16 %

0,17

Transports

534

62 %

0,68

Total C.E.E. énergétique

860

100 %

1,10

Source : ARER

8Les ménages représentent, en volume, le secteur de demande d’énergie finale le plus important en France métropolitaine, tandis qu’à La Réunion c’est le secteur des transports qui génère la plus grande demande. Le poids démesuré de ce dernier est lié à deux aspects de l’insularité : d’une part, l’éloignement vis-à-vis des centres économiques mondiaux et la comptabilisation de la consommation des liaisons aériennes qui représentent un tiers des dépenses énergétiques de transport ; d’autre part, un étalement urbain horizontal qui, combiné au sous-développement structurel des moyens de transport en commun, conduit à une multiplication des déplacements automobiles au sein de l’île. Notons cependant que la consommation de ce secteur per capita reste inférieure à La Réunion (0,68 tep/hab) vis-à-vis de la France métropolitaine (0,81 tep/hab) en 2006.
En ce qui concerne les ménages, il est important de noter une certaine distorsion entre leur demande et leur consommation énergétique, notamment à La Réunion, cette dernière reposant également sur la production domestique d’électricité liée au très fort taux d’équipement en chauffe-eau solaires, mais aussi à l’acquisition d’autres équipements à basse consommation, suite à une véritable politique de maîtrise de l’énergie mise en place depuis une dizaine d’années. Enfin les écarts de consommation liés à l’activité économique reflètent les différences de développement des forces productives entre les deux espaces.

3. L’évolution de l’autonomie énergétique en électricité à La Réunion

9En 1982, La Réunion était autonome du point de vue de son fonctionnement énergétique, puisque la quasi-totalité des besoins locaux en électricité, soit 99 %), étaient couverts par la production locale, grâce à la production hydro-électrique. À cette époque, l’île de La Réunion repose presque entièrement sur les énergies renouvelables, dont les équipements sont gérés de façon centralisée par l’EDF qui remplit sa mission de service public. À partir du milieu des années 80, l’accroissement de la population et l’amélioration de son confort (climatisation, téléviseurs, congélateurs…) ont obligé l’île à recourir aux importations de pétrole et de charbon. Le taux d’indépendance électrique n’a cessé de se dégrader, en atteignant en 2006, à peine 36 %. Comme on peut le constater dans le graphique 2, la production énergétique pour l’électricité se différencie fortement à La Réunion, par rapport à la France métropolitaine.

Figure 2. Sources énergétiques pour la production électrique en France métropolitaine et à La Réunion — 2006. ENR : énergies renouvelables hors nucléaire

Figure 2. Sources énergétiques pour la production électrique en France métropolitaine et à La Réunion — 2006. ENR : énergies renouvelables hors nucléaire


Figure 3. Évolution des approvisionnements électriques à La Réunion et taux d’indépendance électrique 1982 – 2006

Figure 3. Évolution des approvisionnements électriques à La Réunion et taux d’indépendance électrique 1982 – 2006

Source : INSEE, 2006 — ARER

10En 2006, la Réunion avec 13 % d’indépendance énergétique atteint d’emblée les objectifs de la Loi d’orientation sur l’énergie du 13 juillet 2005, qui visent le seuil de 10 % d’ENR dans la Consommation d’Énergie Primaire (C.E.P.) en 2010, ainsi que les 21 % fixés par les prescriptions européennes (directive 2001/77/CE) en termes d’indépendance électrique. Cependant, afin que les résultats réunionnais soient acquis dans le long terme, il est indispensable de maintenir une corrélation entre les capacités de production et les besoins croissants de la population. Cette corrélation a fait défaut durant les décennies 80 et 90, mais une nouvelle dynamique est amorcée dès les années 2000, grâce à l’action institutionnelle (Création de l’Agence Régionale de l’Energie Réunion A.R.E.R. en 2000, élaboration du Plan Régional des Énergies Renouvelables et de l’Utilisation Rationnelle de l’Energie P.R.E.R.U.R.E. et lancement de l’agenda 21 de La Réunion en 2003…).

4. L’action institutionnelle en faveur de nouvelles formes d’énergies renouvelables

11Suite à la Loi d’Orientation pour l’outre-mer (L.O.O.M.) du 13 décembre 2000, le Conseil Régional a hérité de la compétence de maîtrise des énergies renouvelables. Avec un budget de un milliard d’euros, le P.R.E.R.U.R.E., mis en place en 2003, s’est doté de trois objectifs : une autosuffisance énergétique de l’ordre de 90 % pour l’île en 2025 ; une stabilisation des émissions de gaz à effet de serre, dont les projections statistiques prévoient une augmentation de l’ordre de 156 % si le trend croissant des dernières années se confirme ; le développement de nouvelles filières E.N.R., notamment l’éolien et le photovoltaïque, dont l’apparition au sein du paysage réunionnais date de 2003.
Le choix de ces deux filières répond d’abord à des considérations d’ordre climatique et géographique. Avec un ensoleillement de 2500 heures/an, à hauteur de 4,8 Wh/m² par jour d’ensoleillement moyen, l’île affiche un atout climatique important en matière de développement de la production solaire et photovoltaïque (Direction générale de l’Urbanisme, 2004). Le littoral où se trouve concentrée la majeure partie de la population est, évidemment, particulièrement favorisé. Par ailleurs des atouts de relief se combinent à cet ensoleillement important, conduisant, par effet de réchauffement de l’air, à la formation de courants et de fortes précipitations dans l’Est, favorables à la production éolienne et surtout hydroélectrique.
Ces avantages naturels, qui pallient l’absence de ressources fossiles sont, depuis la mise en place du P.R.E.R.U.R.E., systématiquement exploités par un engagement juridique et économique des acteurs publics. Les politiques fiscales et financières incitatives s’appuient sur deux leviers :
Des mesures favorisant l’achat d’équipements, tels que les chauffe-eau solaires, les panneaux photovoltaïques, les appareils à biogaz, à travers des crédits d’impôt aux particuliers ou d’aides financières aux entreprises, grâce aux fonds débloqués par l’A.D.E.M.E., l’E.D.F., le F.E.D.E.R. et la Région Réunion.

12Une T.V.A. à taux réduit (5,5 %) sur le matériel et l’installation en photovoltaïque d’une puissance inférieure ou égale à 3 kWc, pour les logements de plus de 2 ans.
Durant la phase de production, il est également possible de rentabiliser le matériel grâce à la vente de l’électricité par l’E.D.F., comme le stipule l’arrêté du 10 juillet 2006 en faveur des énergies renouvelables. Le tableau 3 résume les avantages spécifiques accordés aux D.O.M. et à la Corse :

Tableau 3. Tarifs de rachat de l’électricité d’origine renouvelable. Arrêté du 10/07/2006

Type d’énergie

La Réunion

Métropole

Éolienne

13 c€/kWh

8,2 c€/kWh

Photovoltaïque

14 c€/kWh + 15 c€/kWh de prime si intégration au bâti

30 c€/kWh + 25 c€/kWh de prime si intégration au bâti

13Ces avantages fiscaux ont eu un effet très bénéfique sur l’équipement des ménages réunionnais en appareils de production ENR. Ainsi, en 2005, le parc cumulé de chauffe-eau Solaires (C.E.S.) était de 153 569 m² à La Réunion contre 913 868 m² en France. Cela revient à un ratio de 327 m²/1000 hab à la Réunion contre seulement 14,5 m²/1000 habitants en France métropolitaine !

Tableau 4. Puissance photovoltaïque et éolienne par habitant en 2006. La Réunion et France métropolitaine

La Réunion

Métropole

Panneaux photovoltaïques

4,46 Wc/hab

0,52 Wc/hab

Éolienne

4,85 Wc/hab

19,82 Wc/hab

Source : O.E.R, 2006

14Le tableau 4 permet de comparer l’utilisation des nouvelles formes d’ENR à La Réunion et en France métropolitaine. Si l’on considère les systèmes de Panneaux Photovoltaïques (PV) installés/habitant, isolés ou connectés au réseau E.D.F., La Réunion affiche, en 2006, une puissance de 4,46 Wc/habitant contre 0,52 Wc/habitant en France métropolitaine. Le taux d’équipement métropolitain en PV/habitant équivaut en 2006 à celui de la Réunion en 1999 ! Par contre, avec une puissance éolienne de 4,85 W/habitant à La Réunion contre 19,82 W/habitant en France métropolitaine, le secteur éolien terrestre est en retard. Ce retard — tout comme l’avantage en matière de production photovoltaïque — est lié aux spécificités de l’urbanisation réunionnaise. Fortement horizontal et consommateur d’espace foncier, l’étalement urbain réunionnais favorise l’équipement des maisons individuelles en panneaux photovoltaïques. Pour la même raison, l’installation de fermes éoliennes paraît plus contraignante du fait des nuisances sonores qu’elles peuvent générer dans un environnement caractérisé par un habitat relativement diffus.

Conclusion

15L’objectif de ce papier est de comparer l’évolution de la consommation énergétique des ménages à l’île de La Réunion à celle de la France métropolitaine, afin de mettre en évidence les spécificités d’un espace insulaire restreint dans ce domaine. Plus qu’une quelconque autre région, La Réunion présente une configuration originale à titre de plusieurs caractéristiques : en premier lieu, il s’agit d’une région insulaire, périphérique, sans ressource énergétique fossile, avec une forte croissance démographique et un étalement urbain diffus ; en second lieu, c’est une région qui était autonome sur le plan énergétique en matière de production d’électricité, au début des années 80, avant de devenir une région dépendante des approvisionnements en ressources fossiles, sous le poids de la croissance de la population et de l’amélioration de l’équipement des ménages ; en troisième lieu, une politique incitative fiscale active permet à La Réunion de se placer aujourd’hui en première position, parmi les régions françaises, en matière de production d’énergie photovoltaïque par habitant et en deuxième position au niveau européen.
L’île de La Réunion met donc à profit les caractéristiques du climat tropical grâce au développement des énergies renouvelables encouragé par les politiques institutionnelles incitatives. Malgré ceci, l’étalement urbain diffus et le coût élevé des équipements de production énergétique, dus à l’éloignement et l’ultra-périphéricité, limitent la portée des résultats obtenus.

Haut de page

Bibliographie

Auerbach A., Kotlikoff L. 1987. Dynamic Fiscal Policy, Cambridge University Press, Cambridge MA.

Bin S., Dowtalabadi H. 2005. Consumer lifestyle approach to US energy use and relate emissions, Energy Policy, 33, 197-208.

Birdsall N., Kelley A., Sinding S. 2001. Population matters: demographic change, economic growth and poverty in the developing world, Oxford Economic Press, Oxford, UK.

Buckner B., Galeotti M. 2003. Climate policy and Economic growth in developing countries, Working paper, 90, Fondazione Eni Enrico Mattei, Milano.

Cabinet Concept Énergie, Promotelec. 1999. Label ECODOM Prescriptions techniques — Document de référence — Antilles et les bas de la Réunion

Dalton M., O’Neill B., Prskawetz A., Jiang L., Pitkin J. 2008. Population Aging and future carbon emission in the US, Energy Economics, 30: 642-675.

Dzioubinski O., Chipman R. 1999. Trends in Consumption and Production, DESA Discussion Paper, n°6, United Nations.

Farmer M., Randall A. 1997. Policies for sustainability: lessons from an overlapping generation model, Land Economics, 73: 608-622.

Howarth R. 1996. Climate change and overlapping generation, Contemporary Economic Policy, 14, 100-111.

Howarth, R. 1998. An overlapping generation model of climate-economy interaction, Scandinavian Journal of Economics, 100: 575-591.

Inset, Université Réunion. 2004. Projet PERENE Performances Energétiques des bâtiments à La Réunion

O’Neill B., Chen. B. 2002. Demographic determinants of household energy use in the United States, Population and Development Review, vol.28: 53-88.

Région Réunion, PRERURE Réunion. 2003-2025. (Plan Régional des Énergies Renouvelables et de l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie)

Région Réunion. 2006. Autonomie énergétique de La Réunion en 2025 un objectif plus que jamais d’actualité, Ma région et moi, 26-27

Schelling T. 1992. Some economics of global warming, American Economic Review, 82, 1-14.

Schipper L. 1996. Lifestyles and the environment in case of energy, Daedalus, 125, 113-138.

Schmitt J. 2004. Estimating household consumption expenditures in the United States using the Interview and Diary portions of the 1980, 1990 and 1997 Consumer expenditure surveys, DEMPATEM Working Paper, n°1.

Sinton J., Fridley D. 2001. A guide to China’s Energy statistics, The Journal of Energy Literature, VIII (1), 20-35.

Weyant J. 2004. Introduction and overview, EMF 19 alternative technology strategies for climate change policies, Energy Economics, 26, 501-515.

Wilhite H. and al. 1996.A cross cultural analysis of households energy use behaviour in Japan and Norway, Energy Policy, vol.24, 795-803.

Zeng Y., Vaupel J., Zhenglian W. 1998.Household projection using conventional demographic date, in Lutz and al (eds), 1998, Frontiers of population forecasting, Population and Development Review, vol.24, 59-87.

Webographie

Agenda 21 Réunion — informations disponibles sur www.regionreunion.com

Mesures favorisant l’achat d’équipements de production énergétique d’origine renouvelables disponible sur www.regionreunion.com/fr/spip/spip.php?rubrique23

L’Union européenne et l’Outre-Mer, Stratégies face au changement climatique et à la perte de biodiversité www.reunion2008.eu

Sources Statistiques

ARER —ADEME, Indicateurs régionaux d’efficacité en CO2 et de développement des énergies renouvelables.

INSEE, Tableaux Economiques de la Réunion, Population

Observatoire Energie Réunion, Note Technique.

United Nations Statistic Division, Energy Information.

D.G.E.M.P (Direction générale de l’Énergie et des Matières Premières).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la Consommation énergétique par habitant dans les différentes
Crédits Source : Régions du Monde : 1970-2005 Source : United Nations Statistic Division
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/3476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2. Sources énergétiques pour la production électrique en France métropolitaine et à La Réunion — 2006. ENR : énergies renouvelables hors nucléaire
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/3476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3. Évolution des approvisionnements électriques à La Réunion et taux d’indépendance électrique 1982 – 2006
Crédits Source : INSEE, 2006 — ARER
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/3476/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Savidan, Alexandra Schaffar, Michel Dimou et François Garde, « La Consommation énergétique des ménages à La Réunion : vers un retour à l’autonomie par le biais des énergies renouvelables », Études caribéennes [En ligne], 11 | Décembre 2008, mis en ligne le 15 décembre 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/3476 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3476

Haut de page

Auteurs

Lise Savidan

Doctorante, Université de La Réunion, Centre de Recherches Economiques et Sociales

Articles du même auteur

Alexandra Schaffar

PRAG, Université de Toulon-Var, Laboratoire d’Economie Appliquée au Développement

Articles du même auteur

Michel Dimou

Maître de conférences — HDR, Université de La Réunion, Centre de Recherches Economiques et Sociales

Articles du même auteur

François Garde

Professeur, Université de La Réunion, Laboratoire de Physique des Bâtiments et des Systèmes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals