Navigation – Plan du site

Étude des stratégies identitaires communes aux Caribéens immigrés en Grande-Bretagne et aux Antillais immigrés en France 

Anaïs Favre

Entrées d’index

Index géographique :

Caraïbes, Royaume-Uni, France
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. FAVRE, Anaïs, La population antillaise émigrée en Europe. Approche comparée entre la France et (...)

1Les Antillais (Français d’Outre-Mer) ainsi que les Caribéens (originaires des îles anglophones) migrent vers les métropoles française et britannique depuis environ un demi-siècle. Lors de recherches précédentes, nous sommes partis du postulat1 que ces deux populations appartenaient au même et vaste ensemble culturel : nous avons constaté que leur spécificité, en tant que société créole, semblait primer sur les particularités insulaires existantes.

2Seule la première génération de migrants fera l’objet de cet article puisque de fait, c’est elle qui va devoir trouver sa place dans la société d’accueil. Les enfants de migrants, la « deuxième génération », auront eux aussi à se faire une place dans la société, une place qui, certes, ne sera pas forcément la même que celle que leurs parents ont acquise mais dont pour autant nous ne nous préoccuperons pas ici. Il s’agit d’observer ici l’acculturation, induites par la migration, à travers les stratégies identitaires individuelles et/ou collectives que développe l’« immigré » antillais ou caribéen.

  • 2 Cf. BERRY, John,, « Acculturation et adaptation », in HILLY, M.-A., LEFEBVRE, M.-L. (Dir.), Identit (...)
  • 3 Organisation structurée et dynamique des modes d’être, de penser et d’agir d’une personne.

3L’acculturation est le terme que nous utiliserons pour définir à la fois le contact culturel et le changement culturel. En tant que telle, l’acculturation est un processus dynamique, dont découlent selon nous deux formes dynamiques de réaction : l’ouverture ou la fermeture au changement culturel. Nous nous sommes référées aux classifications des processus et des résultats d’acculturation proposés par Roger Bastide, Sélim Abou et Nathan Wachtel, lesquelles nous ont permis de montrer que l’acculturation était à la fois un fait collectif et un fait individuel. John W. Berry2 note une distinction parmi les résultats des processus d’acculturation : soit, constate-t-il, l’identité première est conservée, soit elle est délaissée au profit de la quête que constitue l’identification à une autre. Sélim Abou perçoit, quant à lui, trois formes d’acculturation : l’acculturation est dite négative lorsqu’elle se traduit chez un individu par une déculturation de la personnalité3 — elle-même générée par le déchirement entre les deux cultures — et qu’elle entraîne corrélativement un sentiment d’infériorité, de mépris de soi, de repli, d’angoisse, d’agressivité, pouvant aller parfois jusqu’au désir de suicide. L’acculturation est dite positive, lorsqu’elle permet de réorganiser culturellement la personnalité, dans le cas de cette acculturation partielle, l’individu adopte alors, en ce qui concerne ses relations secondaires (avec la société d’accueil), les modèles comportementaux de la société d’accueil, et ce tout en conservant ses schèmes de penser et de sentir originaux. Lorsque la déculturation totale est évitée sans que l’on puisse parler pour autant de réorganisation culturelle, l’acculturation est dite incertaine.

  • 4 Précisons toutefois que nous ne distinguons pas ici culture du pays d’origine et culture du pays d’ (...)
  • 5 Cf. CAMILLERI, Carmel, « Préface », in La recherche interculturelle (tome I). Ed., J. Retschitzky, (...)
  • 6 Le rejet de l’acculturation se traduit par un rejet de la culture dominante, c’est le processus que (...)
  • 7 L’assimilation est le résultat d’un processus d’acculturation qui tourne à l’avantage de la culture (...)

4En premier lieu il faut tenter de comprendre ce qui déclenche les changements culturels. Après une courte première période d’investigation, nous avons observé que le migrant antillais ou caribéen devait faire face à des conflits, internes et externes, générateurs chez lui d’un mal-être dont il chercherait à s’affranchir d’une façon ou d’une autre. Or, tout en s’évertuant à résoudre les conflits qui l’animent, il met en place un certain nombre de stratégies identitaires, psychologiques et culturelles, qui sont autant de réponses à la situation d’acculturation qu’il traverse4. Le psychologue Carmel Camilléri5 établit une typologie personnelle complexe des processus d’identification, à laquelle nous nous sommes également référées. Il répertorie un élément commun dans tous les types de parade à l’acculturation : le sujet tente d’établir une cohérence subjective — simple ou complexe — entre la fonction ontologique et la fonction pragmatique de ses choix identitaires. Ceci aurait pour effet d’occulter la contradiction objective entre les deux systèmes culturels de référence, le système d’origine et le système d’accueil. Selon Carmel Camilléri, le témoin révélateur de la cohérence simple serait donc « l’assomption totale d’un système accompagné du rejet total de l’autre » qui conduirait à « l’élimination du conflit intra-subjectif par l’évitement complet de la contradiction objective » [1989 : 17]. Se trouvent par conséquent impliqués, selon les cas, des processus de rejet de l’acculturation6 ou d’assimilation7, dans l’établissement de ce type de cohérence. Par ailleurs poursuit Camilléri, il y a cohérence complexe « quand les individus n’évitent pas le problème de la contradiction et font l’effort d’élaborer à partir d’éléments tirés de deux modèles disparates, une formation qui leur donne l’impression de la cohérence intra-subjective »² [1989 : 18].

  • 8 J’emprunte le terme à J.F. Bayart (1996).

5Le migrant, lorsqu’il se trouve dans un pays qui n’est pas le sien, subit des agressions en provenance du nouvel environnement climatique, géographique, social et interindividuel. Parce qu’elles le touchent dans son être intime, chaque individu va plus ou moins bien supporter ces agressions nouvelles, a fortiori lorsque, rappelons-le, ces sources externes de stress se conjuguent elles-mêmes avec des conflits internes. Ces derniers, qui pénètrent la sphère affective de chaque individu, s’observent également à l’échelle collective. C’est souvent la combinaison de ces tensions — ainsi que le degré d’intensité que l’individu concerné va choisir d’accorder ou non à cette subtile imbrication multifactorielle — qui oriente l’individu, consciemment ou non, dans ses choix identitaires ; c’est pour cette raison que nous préfèrerons l’expression de « stratégies identitaires »8 à celle de « choix identitaires ».

  • 9 Cf. op. cit. Chapitre V : « Première génération de migrants : stratégies identitaires et changement (...)

6Ainsi, la nouveauté, facteur de stress pour l’Antillais et le Caribéen migrant, survient dans sa relation à lui-même, à son milieu physique, dans les relations intra-culturelles et interculturelles. Quelles représentations et quelles perceptions alimentent le regard des uns ou des autres ? Quels types de réactions peuvent-ils se manifester entre « nous » et « les autres », entre « les autres » et « nous » ? Seule une analyse minutieuse de la nature de ces relations multiples nous a permis de réaliser une radiographie de l’acculturation induite par la migration [FAVRE, Anaïs : 20049].

  • 10 Cf. CONDON, Stéphanie, L’accès au logement : filières et blocages, le cas des Antillais en France e (...)

7En théorie, plusieurs causes de tensions peuvent être recensées dans les minorités immigrées, causes dont l’examen va permettre l’élucidation de certains comportements de type réactif : —La perception du temps et de l’espace varie d’une culture à une autre. Ainsi, si le rythme de vie diffère d’un pays à l’autre — du pays d’origine au pays d’accueil, en l’occurrence —, les difficultés d’intégration en seront d’autant accrues. Pareillement, le fait, pour des Antillais par exemple, de quitter des territoires plus petits pour des territoires plus étendus, amène les migrants à s’organiser dans le monde urbain au point parfois de former des « quartiers ethniques », thèse souvent corroborée du reste par la répartition sociogéographique des logements10.

8L’écart culturel existant entre la collectivité familiale et/ou la communauté d’origine et la société d’accueil peut engendrer des réactions xénophobes. Certaines tensions, relevant de la sphère affective, peuvent néanmoins concerner plusieurs individus au sein d’un groupe uni, et par là même revêtir une dimension collective. Les tensions et les conflits qui surviennent se révèlent donc être des données importantes quant à l’analyse des stratégies identitaires que développent les individus issus d’une même culture avec pour dessein de faire face à l’acculturation.

  • 11 Processus dominant lorsque l’acculturation est « matérielle », c’est-à-dire lorsqu’elle affecte les (...)

9Au cours de leur migration en France et en Grande-Bretagne, les Antillais et les Caribéens se retrouvent à la fois dans un nouveau cadre interculturel et dans une seconde situation d’acculturation (la culture antillaise résultant d’une acculturation successive entre peuples d’origine européenne, africaine puis asiatique). L’intégration (le plus souvent réussie dans le cas du choix du processus de réinterprétation11), la marginalisation ou l’exclusion (toutes deux étant des formes d’échec de l’acculturation), ainsi que nombre de situations intermédiaires, stratégies identitaires incertaines, sont des réponses à cette seconde situation d’acculturation que propose la migration. Aussi l’Antillais fait-il face au cours de son expérience migratoire à des incohérences multiples par rapport à ses codes culturels originels, lesquelles modifient à la fois ses valeurs et ses normes culturelles, ce qui le conduit, en réaction, à vouloir produire de la cohérence. S’il s’inscrit dans une recherche de cohérence simple, le migrant antillais souhaitant éviter la contradiction entre ses deux systèmes culturels (l’ancien et le nouveau) choisit des processus d’acculturation tels que l’assimilation ou le rejet (contre-acculturation). Si à l’inverse, il s’inscrit dans une recherche de cohérence complexe, parce qu’il va élaborer une stratégie identitaire qui lui donnera l’impression d’une cohérence interne, il pourra inscrire sa démarche dans plusieurs types de processus d’acculturation (par exemple la réinterprétation).

10Par quelque moyen que ce soit, le migrant cherche donc, soit à s’identifier à la société d’accueil, soit à conserver son identité d’origine. Du choix de l’un ou l’autre comportement va dépendre la nature du changement culturel. Par conséquent, sera considérée comme positive ou réussie toute forme d’acculturation au cours de laquelle le migrant sera parvenu à se réorganiser culturellement. À l’autre extrémité du processus, sera considérée comme négative toute forme d’acculturation au cours de laquelle le migrant aura connu une déculturation de sa personnalité, induite à proprement parler par le déchirement entre deux cultures, lui-même accompagné d’un sentiment de dévalorisation. Sera considérée enfin comme incertaine ou négociée toute forme d’acculturation au cours de laquelle le migrant n’aura pas pu s’affranchir d’un conflit intérieur qui l’aura préalablement troublé et qu’il aura par la suite tenté d’apaiser de diverses manières.

Haut de page

Notes

1 Cf. FAVRE, Anaïs, La population antillaise émigrée en Europe. Approche comparée entre la France et la Grande-Bretagne, Thèse de Doctorat d’Ethnologie/Anthropologie, I.R.S.A, Université Montpellier III Paul Valéry, 2004.

2 Cf. BERRY, John,, « Acculturation et adaptation », in HILLY, M.-A., LEFEBVRE, M.-L. (Dir.), Identités collectives et altérité. Diversité des espaces/spécificité des pratiques. Paris, L’Harmattan, 1999, p. 177-196.

3 Organisation structurée et dynamique des modes d’être, de penser et d’agir d’une personne.

4 Précisons toutefois que nous ne distinguons pas ici culture du pays d’origine et culture du pays d’accueil, toutes deux pouvant être également responsables de tels antagonismes.

5 Cf. CAMILLERI, Carmel, « Préface », in La recherche interculturelle (tome I). Ed., J. Retschitzky, M. Bossel-Lagos, P.R. Dasen, Paris, 1989, p. 13-25.

6 Le rejet de l’acculturation se traduit par un rejet de la culture dominante, c’est le processus que Bastide dénomme la contre-acculturation qui se produit lorsque le processus d’acculturation est déjà engagé. La contre-acculturation peut prendre les formes de mouvements nativiste, prophétique, ou millénariste telles que les a aussi inventoriées Vittorio Lanternari (1983).

7 L’assimilation est le résultat d’un processus d’acculturation qui tourne à l’avantage de la culture non autochtone : l’individu abandonne son modèle de référence pour se tourner, par contrainte ou par intérêt, vers le modèle de la culture dominante. Il sera parfois tenté de revenir à certains de ses propres cadres culturels.

8 J’emprunte le terme à J.F. Bayart (1996).

9 Cf. op. cit. Chapitre V : « Première génération de migrants : stratégies identitaires et changements culturels »

10 Cf. CONDON, Stéphanie, L’accès au logement : filières et blocages, le cas des Antillais en France et en Grande-Bretagne. Rapport au Plan Construction et Architecture (Ministère de l’Équipement), juin 1993 ; publié dans la « Collection Recherches » du P.C.A., n° 55, Paris, 1995

11 Processus dominant lorsque l’acculturation est « matérielle », c’est-à-dire lorsqu’elle affecte les contenus de culture du groupe récepteur (tu utilises plus loin « groupe receveur », il serait préférable d’harmoniser) et qu’elle laisse intacte sa manière de les vivre, de les penser et de les sentir. Les contenus nouveaux sont alors réinterprétés en fonction du système culturel originaire et dotés de significations anciennes. C’est un processus partiel d’acculturation, car le groupe receveur conserve son propre code culturel dans ses relations primaires (familiales, intra-culturelles).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Favre, « Étude des stratégies identitaires communes aux Caribéens immigrés en Grande-Bretagne et aux Antillais immigrés en France   », Études caribéennes [En ligne], 4 | Juillet 2006, mis en ligne le 15 juillet 2006, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/773 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.773

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals