Navigation – Plan du site
Editorial

Diasporas protéiformes

Gilbert Elbaz

Texte intégral

Photographie 1. Fresque murale du quartier El Barrio, New York

Photographie 1. Fresque murale du quartier El Barrio, New York

Source : S. Partel

1Pourquoi ce titre ? Pour signifier que la diaspora, où qu’elle soit, n’est pas figée, pas plus que son concept. L’expérience juive a été traditionnellement utilisée en tant que référent épistémologique du concept de diaspora : une communauté avec une culture et une identité bien définies, expulsée de sa terre natale, et qui s’efforce à reconquérir son espace territorial, culturel et identitaire, comme si ce dernier avait été laissé en suspens dans le temps et dans l’espace. Or les faits montrent clairement que la création d’Israël n’a pas causé le retour de la majorité des juifs du monde entier vers cet État protecteur, pas plus que l’abolition de l’esclavage n’a causé le retour de tous les Noirs vers l’Afrique. Que s’est-il passé entre-temps ? Un phénomène d’hybridation, de mondialisation, nous fait remarquer le sociologue britannique Paul Gilroy, qui a donné naissance à de nouvelles identités, de nouvelles sensibilités que des concepts essentialisants ne peuvent capturer épistémologiquement et ontologiquement.

2Les diasporas sont certes des communautés expulsées, souvent par des moyens atroces, inhumains, et qui normalement devraient être motivées à retrouver leurs territoires d’origine. Cependant un phénomène d’hybridation vient étrangement complexifier cette donnée. Ce que nous propose Gilroy est un concept que l’on pourrait qualifier d’existentialiste, basé sur l’expérience de chaque diaspora dans le monde, s’opposant ainsi au concept essentialiste, basé, lui, sur une définition apposée sur les formations diasporiques. Bien évidemment, les expériences vécues par les différentes diasporas sont très différentes les unes des autres et, semblables à un kaléidoscope, produisent des changements de positionnements dès la moindre secousse, c’est-à-dire des diasporas protéiformes.

3Sur les six articles proposés dans ce numéro d’Études Caribéennes, cinq illustrent le concept existentialiste de Gilroy et confirment la portée théorique et méthodologique de cette nouvelle conceptualisation de la diaspora. À l’évidence, cette conception dynamisante de la diaspora, pour reprendre la belle expression de Stéphanie Melyon-Reinette, n’implique pas l’oubli de la culture d’origine, mais plutôt son intégration dans un mouvement identificatoire qui prend en compte la culture d’accueil et la mondialisation. Ainsi, selon Steve Gadet, le Blues ou le Gwoka ne sont-ils pas seulement des expressions musicales surgies de l’expérience de servitude, ils représentent aussi un apport culturel, une interculturalité qui marquent autant les créateurs que les cultures dominantes. Les diasporas sont donc productrices de culture.

4Les diasporas protéiformes s’hybrident aussi entre elles, car, selon la présomption foucaldienne de Gilroy, le pouvoir se glisse dans les fissures les plus imperceptibles de la culture. Le caractère existentiel de la diaspora ne s’exprime donc pas seulement par rapport à la culture dominante, mais aussi par rapport à la culture dominée qui, à son tour, essaie d’imposer des critères identificatoires à ses membres. Les jeunes Portoricains adeptes du rap et du hip-hop s’insurgent donc à la fois contre la culture dominante et contre leurs propres congénères en inventant une nouvelle culture qui hybride styles musicaux latins et new-yorkais. Ce phénomène de résistance se produit également chez les Haïtiens de la Martinique et de New York qui refusent d’être embrigadés dans des modes de pensées et de comportements, que ce soit par la culture dominante ou leur propre communauté, qu’ils trouvent contraignants et sans correspondance avec leur existence.

5En conclusion, la diaspora ne peut se définir par un concept de fixation. Selon Gilroy, la diaspora est à la fois l’expression de la souffrance, de l’expulsion, de la discrimination, mais aussi de la création, de l’interculturalité, et de l’affirmation de soi. L’un des effets de la mondialisation sur de nombreux jeunes, membres de diverses communautés diasporiques, a été la résistance consciente, organisée et accrue à toute forme d’absolutisme ethnique. C’est l’un des points centraux qui illustrent l’ensemble des articles proposés dans ce numéro d’Études Caribéennes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Fresque murale du quartier El Barrio, New York
Crédits Source : S. Partel
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/7773/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Elbaz, « Diasporas protéiformes  », Études caribéennes [En ligne], 16 | Août 2010, mis en ligne le 15 août 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/7773

Haut de page

Auteur

Gilbert Elbaz

Professeur à l’Université des Antilles et de la Guyane, est sociologue et spécialiste de civilisation étatsunienne. Après s’être longuement intéressé au mouvement contre le SIDA aux Etats-Unis, il se penche aujourd’hui sur la thématique de l’interculturalité, gilberelbaz@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals