Skip to navigation – Site map

N° 36, 2017 - La plaisance : développement touristique vs protection du littoral ?

Date limite de réception des résumés : 30 septembre 2016

La plaisance : développement touristique vs protection du littoral ?

Dans beaucoup de destinations touristiques, la mise en tourisme du littoral à partir des années 1970 est une victoire sur la peur d’une mer qui a souvent amené l’envahisseur. Aujourd’hui, celui-ci s’est mué pour certains en une espérance saisonnière, pour d’autres en un étranger dont on espère malgré tout, un départ rapide. Cette ambiguïté initiale frappe dès le départ un champ du tourisme encore assimilé à une mobilité massive, saisonnière, destructrice de l’identité et de son environnement. Ces clivages n’ont jamais facilité l’analyse scientifique du phénomène. Entre les développeurs et les protecteurs, on rejoue souvent l’opposition voyageur/touriste. Aujourd’hui, la mise en tourisme du littoral suscite toujours des réactions controversées auxquelles s’ajoute un risque environnemental accru.

Face à ces problèmes, mais aussi confronté à des propositions souvent ethno centrées qui ignorent la complexité des situations et ne visent qu’à se préserver des espaces des rêves, ce numéro spécial de la revue Etudes Caribéennes souhaiterait entamer une réflexion générale sur le tourisme littoral sous l’angle d’un « développement économique raisonné ». Cette notion pourrait aujourd’hui être éclairée au travers de contributions visant à mieux faire connaître la plaisance comme secteur de développement touristique.

En effet, beaucoup de régions françaises (Bretagne, les Antilles), comme de nombreuses destinations touristiques étrangères (Croatie, Grèce, Hollande, Scandinavie), font de cette activité un élément fort de leurs stratégies de développement. Celle-ci peut être douce, « soft », légère, se voulant un élément de rencontre avec les habitants (notamment pour la plaisance fluviale ou lacustre).

La version salée est plus complexe. Elle se traduira souvent par une vision plus industrielle allant de l’approche marketing fondée sur une nature encore protégée, à une démarche plus globale, incluant création de ports et d’anneaux, entreprises de construction et réparation ou de location, innovations technologiques et création d’événementiels à base de courses océaniques. Le tout parfois appuyé par des politiques de défiscalisation permettant des investissements dans la « grande plaisance ». Mais, au-delà d’une vision libertaire inhérente à toute activité de nature et longtemps réservée à quelques aventuriers, la plaisance est devenue une activité économique qui n’assoit plus aujourd’hui sa rentabilité sur un rêve du départ et d’une vie différente. La destination se vendra au travers de la qualité de son service associée à son coût de revient, de sa nature préservée ou encore d’une reconquête patrimoniale sur fond d’activité traditionnelle. Elle mettra en avant la sécurité de ses eaux et sa facilité d’accès, tout autant que les conditions de navigation permettant d’accéder en toute tranquillité à une autre forme de tourisme balnéaire.

Au quotidien, touristes–plaisanciers et résidents ne font que se croiser, dans des ports qui, simples prolongements des stations littorales, deviennent des « hubs » animés en saison. Mais ceux-ci, notamment urbains et souvent mixtes sont aussi des lieux de vie pour beaucoup de résidents, qui ne voient généralement pas dans cette activité, une agression contre le littoral et ne s’en préoccupe que lorsqu’il s’agira de limiter leur propre accès à la mer (restriction au mouillage forain, création de parc marins..). Ils se retrouvent encore parfois en consommateurs du littoral en accédant à des paillotes à la légalité parfois incertaine qui participe pourtant d’une évasion journalière à l’exotisme souvent fortement tarifé.

La thématique est ouverte à toutes les contributions ayant trait à la mise en tourisme du littoral au travers du développement de la plaisance, dans les champs d’études géographique, économique, sociologique, politique ou écologique… Ce numéro proposera un état des lieux, à la fois théorique et empirique, en présentant des études de cas et une discussion critique sur le développement de la plaisance et la protection du littoral.

Thématiques privilégiées

  • La plaisance, état de lieux, étude de cas

  • Les espaces de la pratique nautique

  • Nautisme et concurrences spatiales

  • Urbanisme, aménagement et ports de plaisance

  • L’impact économique de la plaisance

  • Fiscalité et plaisance

  • Politique et management public

  • Aires protégés, parcs marins et pratiques nautiques

  • Ecologie et tourisme

Calendrier

  • 30 septembre 2016 : date limite d’envoi des propositions d’articles (résumés) ;

  • 1 décembre 2016 : réception des articles ;

  • Décembre 2016-février 2017 : évaluation des textes par le comité scientifique ;

  • Mars 2017 : finalisation des textes par les auteurs ;

  • Avril 2017 : publication du numéro thématique (n° 36/2017).

Coordination du numéro

Contributions

Vous pouvez vous référer aux Instructions aux auteurs et envoyer vos contributions à etudescaribeennes@gmail.com

  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals