Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Le parc amazonien de Guyane française et la mise en tourisme de la nature. L’intégration de la cogestion adaptative

Nature Tourism and French Guyana Amazonian Park. Adaptative Co-Management Integration
Bruno Sarrasin, Élyse Lacoste-Bédard et Dominique Augier

Résumés

Les projets de conservation de grande envergure présentent des défis importants et exigent par le fait même d’adopter des approches multiscalaires et multidimensionnelles afin d’ajuster les pratiques. C’est le cas du parc Amazonien de Guyane française (PAG) qui présente de nombreux défis. L’approche de gouvernance que présente la cogestion adaptative apparaît alors comme un cadre adapté et prometteur dans l’analyse du cas du PAG afin d’orienter les pratiques et les décisions pour répondre au défi que représente la mise en œuvre de sa charte. Le développement du tourisme de nature sera analysé à travers le prisme de la cogestion adaptative en identifiant certaines conditions de succès dans la mise en œuvre de la charte du PAG.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Guyane française, Saül
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nombreux sont les exemples de projets de tourisme de nature aux résultats mitigés ou ayant eu des impacts négatifs imprévus. (Sarrasin, 2013 ; 2007 ; Agrawal et al., 2006 ; Southgate, 2006)Pourtant, l’engouement pour ce type d’activités, qui prétend répondre à la fois aux besoins de conservation et de développement, semble redoubler d’intérêt. (Sarrasin et al., 2012 ; Joiris, 2002)Le cas du parc amazonien de Guyane (PAG), le plus grand espace protégé du territoire français, constitue un terreau fertile pour les projets de conservation en milieu habité qui visent l’intégration des activités touristiques dans le but de valoriser économiquement les ressources naturelles. La complexité de tels projets invite cependant à une analyse multidisciplinaire de ces actions. À ce titre, la résilience socioécologique, qui relève de la capacité d’auto-organisation et de la capacité d’adaptation d’un système, permet un regard croisé sur les interactions sociales et environnementales, comme le suggère le courant de la cogestion adaptative en écologie politique. (Liu et al., 2007 ; Folke, 2006)Cette dernière suggère notamment que les décisions politiques constituent des facteurs centraux de changements environnementaux. La cogestion adaptative, notion récemment associée à ce champ d’analyse, s’intéresse aux interactions entre les groupes concernés au travers de l’apprentissage pour faciliter la prise de décision et l’adaptabilité aux déséquilibres du système socioécologique.

2La lenteur et la complexité du processus de création du parc amazonien de Guyane s’expliquent en partie par son caractère politique et transcalaire. (Demaze, 2008)De nombreux défis sociopolitiques se sont posés lors de la création des zones de conservation du PAG. (Fleury et al., 2006 ; Grenand et al., 2006)Il a en effet fallu attendre près de quinze ans pour que ce projet voie le jour. Dès 1992, l’État français affiche sa volonté de créer un parc national en Guyane afin de lutter contre la déforestation. L’année suivante, une mission d’étude pour la création « d’un grand parc de la forêt tropicale » est mise en place composée d’un chargé de mission et d’un comité de pilotage (élus, scientifiques et fonctionnaires). Le projet proposé en 1995, jugé trop environnementaliste, a été rejeté, les communautés locales n’ayant pas été sollicitées dans le processus. Deux autres missions en 1998 et 2000 ont également essuyé un refus, cette fois-ci de la part des collectivités territoriales. Les principaux points de désaccord concernaient l’accès et l’exploitation des ressources. C’est finalement le projet élaboré entre 2003 et 2006, à la suite d’une phase de concertation élargie qui a mené à la création du parc par l’État en 2007. (Demaze, 2008)Cet article s’intéresse à la première phase de mise en œuvre de la Charte du PAG, adoptée en 2012 par l’ensemble des acteurs (les collectivités territoriales, les autorités coutumières, les associations, les socioprofessionnels, les services de l’État et les établissements publics), et particulièrement à la valorisation écotouristique de Saül, comme porte d’entrée du parc. (PAG, 2014b ; 2012a)L’analyse sera réalisée grâce au cadre normatif proposé par Armitage et coll. (2009) en explorant dans quelle mesure le PAG répond aux principes qui sous-tendent le processus de cogestion adaptative. Notre démarche repose sur une analyse documentaire complétée de quatre entretiens semi-dirigés administrés en Guyane en mai 2013 et cherche à comprendre jusqu’à quel point la décentralisation et la cogestion sont observables dans le PAG et sont favorables au développement touristique.

1. Le parc amazonien de Guyane

3Le PAG a été créé par le décret du 27 février 2007 en vue d’une protection de la biodiversité de la forêt amazonienne en Guyane française dans une optique de développement durable. (MEDD, 2007)Il couvre la partie sud de la Guyane (les communes de Maripa-Soula, Papaïchton, Camopi, Saül et Saint-Elie), soit plus de trois millions d’hectares et environ 10 000 habitants, surtout des membres de communautés amérindiennes (principalement Wayana, Wayãpi, Téko-Emérillons), des noirs-marrons (Aluku/Boni) et des créoles. Le parc partage plusieurs centaines de kilomètres de frontières fluviales ou terrestres avec le Suriname et le Brésil. Il est constitué d’une zone de cœur de 2 millions d’hectares et d’une zone de libre adhésion de 1,4 million d’hectares (cf. figure 1). Il est frontalier du parc national brésilien des Tumucumaques (Parque nacional Montanhas do Tumucumaque – État de l’Amapa), l’ensemble constituant le plus vaste espace forestier protégé au monde, couvrant environ 7,2 millions d’hectares.

Figure 1. Le parc amazonien de Guyane française

Figure 1. Le parc amazonien de Guyane française

Source : PNG

4La Charte, document de planification stratégique du PAG publié en 2012, favorise l’approche participative afin d’inviter les communautés qui vivent sur le territoire du parc, à trouver un équilibre entre la protection environnementale et culturelle et le développement local. (PAG, 2012a : 54)Après plus de cinq ans de consultations, la version finale de la charte a été validée en octobre 2013. Dans sa démarche, le PAG s’est donné pour missions d’accompagner le développement local et durable des communautés, protéger et valoriser les patrimoines naturels et culturels, améliorer la connaissance scientifique du territoire et sensibiliser les populations à la préservation de leur environnement.

5La commune de Saül constitue la « porte d’entrée » du parc. Elle se situe au centre du département, dans une région à fort relief très enclavée, en plein cœur de la forêt guyanaise. Malgré leur isolement, les 153 habitants (INSEE, 2011) sont tout de même reliés au monde par Internet et par une liaison aérienne régulière depuis Cayenne, seule voie d’accès à la commune. Désireuse de mettre en valeur son histoire (vestiges archéologiques précolombiens, patrimoine architectural, etc.) et son réseau de sentiers forestiers, la commune a choisi d’adhérer à la charte en janvier 2014, en privilégiant la filière écotouristique. Cette dernière est considérée comme un support de développement économique local et comme un « outil de développement au service des territoires ». (PAG, 2012a : 84)L’écotourisme est associé à la protection des zones naturelles et au bien-être des populations locales tout en procurant des avantages économiques aux communautés d’accueil, aux organismes et aux administrations qui veillent à la préservation des zones naturelles. (Tardif et al., 2014 ; Sarrasin, 2013)

6La démarche du PAG s’appuie sur le développement d’outils d’interprétation du patrimoine et de valorisation du « tourisme de découverte » qui mise sur une stratégie de diffusion du patrimoine culturel de manière à valoriser les valeurs traditionnelles des communautés riveraines. Elle inscrit le tourisme dans un contexte de transmission des savoirs et de valorisation des identités locales. Dans ce contexte, le tourisme est présenté comme une activité économique contribuant au renforcement des savoirs et des cultures traditionnelles ou comme une activité lucrative remplaçant les activités traditionnelles, selon contexte socioculturel dans lequel il est développé. Bien que la fréquentation touristique du PAG soit très faible (3 000 à 4 000 visiteurs en 2015), (PAG, 2015)les auteurs de la charte sont toutefois conscients qu’un flux touristique trop important pourrait dénaturer les lieux de leur « esprit originel », mais suggèrent « [que] un développement touristique endogène peut constituer une véritable alternative par rapport à l’évolution des activités traditionnelles » (PAG, 2012a : 84).

2. La cogestion adaptative : principes de base et contribution au développement de projets écotouristiques

7Les principes qui sous-tendent la cogestion adaptative sont la collaboration, le développement institutionnel et l’apprentissage social. Un des principaux objectifs de la cogestion est de construire une relation de confiance au cours du développement des ententes institutionnelles entre les acteurs. Cette démarche vise une compréhension commune des problématiques écosystémiques et la dimension adaptative représente une réponse à l’incertitude associée aux comportements humains et aux interactions naturelles biophysiques (Armitage et al., 2009 : 95-96).

8La plupart des études qui portent sur la cogestion s’intéressent aux institutions elles-mêmes ou aux approches communautaires, mais peu concernent la jonction entre les deux (Sarrasin et al., 2015 ; Plummer et al., 2009 ; Berkes, 2007). Cet angle d’étude s’avère donc particulièrement pertinent dans le cas du PAG, le projet étant initié par l’État qui a graduellement adopté une approche participative et consultative des communautés locales, avec les objectifs suivants : accorder une importance particulière aux différents besoins et aux arrangements permettant une distribution des bénéfices entre les parties prenantes, à la construction de normes sociales, à la formation de liens verticaux et horizontaux pour consolider la confiance et l’apprentissage social ainsi qu’à la diversité de types de savoirs pris en compte.

9Plusieurs expériences montrent que la gestion conventionnelle des ressources naturelles mène souvent à des confrontations entre les différents acteurs (Sarrasin, 2014 ; Sarrasin et al., 2014 ; Lemos et al., 2006 ; Armitage, 2005 ; Borrini-Feyerabend et al., 2005). Ainsi, la cogestion adaptative se présente comme une avenue de recherche et d’actions contribuant à réduire ces confrontations et pourrait contribuer à faire face aux conditions sociales, politiques et écologiques complexes du PAG, comme certains auteurs le suggéraient dès sa création (Grenand et al., 2006). Il convient toutefois de préciser que ce cadre n’est pas explicitement adopté par le PAG. Nous proposons d’explorer dans cet article dans quelle mesure le parc s’inscrit dans cette vision et quelles activités pourraient davantage bénéficier de cette approche.

3. Méthodologie 

10Cet article est issu d’une recherche qualitative et déductive basée sur des sources primaires et secondaires. Ces sources serviront à déterminer partiellement à quelles conditions de réussite de la cogestion adaptative le projet d’écotourisme de Saül répond bien et lesquelles mériteraient une attention particulière afin de minimiser les risques d’échec. Dans cette démarche, nous avons utilisé les critères d’évaluation tirés de l’approche de cogestion adaptative présentée par Armitage et coll. (2009) afin d’explorer 1) l’adéquation du PAG à ce cadre théorique, 2) la convergence des critères avec l’étude de cas et 3) l’importance de l’échelle visée. Nous montrerons en effet que le cadre d’analyse s’applique davantage à une échelle micro (Saül) et plus difficilement à l’échelle macro, si l’on s’appuie sur les critiques émises sur l’ensemble du PAG. Il importe toutefois de considérer les limites de cette étude dans sa capacité à traduire les changements favorisés par la cogestion et les bénéfices pouvant émerger à plus long terme. Aussi est-il important d’insister sur la difficulté de mettre en œuvre un projet de décentralisation participative, notamment dans un environnement forestier aux multiples usages (Ribot et al., 2006).

11Afin de faciliter notre analyse, les indicateurs d’Armitage et coll. seront présentés à l’aide d’exemples tirés de l’écotourisme à Saül et dans le PAG en général, cette échelle macro ne pouvant être dissociée de l’étude, considérant la complexité et l’étendue du système socioécologique qu’il représente. Des paramètres sociaux et biophysiques nourriront l’analyse, dans la limite des données disponibles. Ils servent notamment à identifier dans quelle mesure l’apprentissage et l’adaptation institutionnelle et bureaucratique s’opèrent, puisque la cogestion adaptative exige la collaboration et l’établissement de liens entre les acteurs sociaux autant au plan horizontal que vertical (Armitage et al., 2009 : 98) « Careful analysis of institutional processes, structures, and incentives is vital, since the interactions of the various stakeholders are unlikely to be socially or politically neutral ». En théorie, la Charte du PAG est élaborée selon des principes généraux cohérents avec la cogestion adaptative. Elle prévoit notamment de : « (A) produire et partager des connaissances au service des enjeux des territoires en s’appuyant sur la recherche et les connaissances des communautés locales. (B) Construire une gouvernance efficace pour le territoire dans laquelle se rencontrent la gouvernance locale et le système administratif et politique français. (C) Adapter les politiques publiques et les réglementations aux réalités des territoires. (D) Développer des coopérations avec les aires protégées et les pays de la zone américaine. (E) Intégrer les territoires concernés par le parc amazonien de Guyane dans l’ensemble régional » (PAG, 2011 : 8).

12Le Conseil d’administration du parc amazonien de Guyane est l’instance décisionnelle de l’établissement public du PAG. Il est formé de membres issus de collectivités locales (conseil général, etc.), de représentants des populations locales (maires), d’experts de la société civile (scientifiques, ONGG) et des services de l’État (ONF, santé, tourisme, etc.). Ils y « […] débattent des positionnements stratégiques et fixent les grandes orientations d’action du parc national » (PAG, 2011 : 52). Cela représente – du moins officiellement – une tentative d’impliquer différents niveaux politiques (vertical) et différentes collectivités locales (horizontale) autour de la même table en vue de partager les savoirs, les objectifs et les stratégies. En pratique, ces principes semblent respectés, du moins partiellement. Les sections suivantes de l’article tenteront d’évaluer si des efforts institutionnels et politiques sont entrepris pour favoriser les interactions entre les différents acteurs concernés par l’écotourisme.

4. Les conditions de succès de la cogestion adaptative appliquées à la mise en valeur touristique des ressources naturelles

13Pour Armitage et coll., (2009), dix critères sont considérés comme étant nécessaires pour atteindre un résultat probant de cogestion adaptative. Cette section de l’article présente de façon systématique les conditions qui ont été les mieux respectées et celles qui posent problème dans la mise en œuvre d’une cogestion adaptative du tourisme de nature dans le PAG. Ces critères sont similaires aux variables de sous-systèmes identifiées par Oström, susceptibles de favoriser ou de détériorer les efforts de « soutenabilité » des systèmes socioécologiques. Par exemple, le manque de clarté du droit de propriété ou de l’usage des ressources naturelles, des politiques inadaptées ou trop généralisées, la grande diversité de ressources et le manque de communication entre les acteurs peuvent diminuer la capacité de soutenabilité du système (Oström, 2009 : 419).

14Critère 1 – Système des ressources bien défini
Ce premier critère repose sur le principe que les systèmes dont les ressources sont moins mobiles causent moins de difficultés institutionnelles et de conflits, et de ce fait, est favorable à un environnement d’apprentissage, contrairement aux systèmes composés de ressources à forte migration ou transfrontalières (Armitage et al., 2009 : 101).

15Le projet de mise en valeur des ressources naturelles dans le PAG mise sur la relance de l’activité touristique s’appuyant sur la découverte de la forêt tropicale. À ce titre, la commune de Saül bénéficie d’un microclimat exceptionnel et 23 % de son territoire est classé en « cœur du parc » (PAG, 2012c). Aussi, comme Saül est enclavé, elle ne devrait pas subir de concurrence directe sur le plan des ressources et du tourisme, mais la biodiversité, en tant qu’attrait touristique, est composée de ressources très mobiles et aux interactions complexes. Sous l’angle de son potentiel touristique, le PAG n’est pas homogène et ne peut donc être considéré comme un ensemble cohérent. Sa perméabilité transfrontalière, entre le Brésil et le Suriname, en fait un système complexe, instable et conflictuel, notamment à travers l’orpaillage illégal. Pour ces raisons, nous réfèrerons souvent à la commune de Saül, dont le rôle touristique est central pour le PAG (cf. figure 1).

16À l’échelle de la commune, bien que les sentiers et les aires touristiques soient clairement identifiés, la qualité du paysage fait l’objet de pressions entropiques qui vont au-delà des limites communales. Les autorités admettent elles-mêmes que le PAG « constitue un massif forestier d’un seul tenant, d’une superficie suffisamment grande pour que sa préservation représente un enjeu majeur d’un point de vue écologique et vis-à-vis des changements globaux. De ce point de vue, il existe une solidarité entre la zone de cœur et la zone d’adhésion » (PAG, 2012a : 28). Ces conditions s’appliquent aussi aux ressources de subsistances pour les communautés locales. Fleury et Karpe (2006) expliquent : « une des principales craintes des populations locales réside dans le fait de ne plus pouvoir pratiquer les activités de chasse, de pêche, d’agriculture sur brûlis et autres prélèvements sur le milieu naturel. La mise en place du parc a tendance à être ressentie comme la mise sous tutelle de leurs territoires de chasse et de pêche, parfois même associée à la crainte de ne plus pouvoir circuler librement sur ces territoires ».

17À titre d’exemple, les autochtones vendent leurs produits de chasse et de pêche aux habitants de Maripasoula qui ne prennent plus le temps de prélever eux-mêmes ces ressources. La réglementation sur la chasse, résultant de la mise en œuvre du PAG, crée des tensions auxquels sont confrontés les gardes de l’environnement du PAG qui soulignent qu’une partie non négligeable des habitants du Parc n’acceptent pas la protection de certaines espèces animales (PAG, 2013). La diversité biologique et culturelle étant composée d’éléments fortement mobiles, le premier critère proposé par Armitage peut être respecté sur un territoire réduit et cela milite en faveur de l’échelle que nous avons privilégiée.

18Critère 2 – Contexte d’utilisation des ressources à petite échelle
La possibilité de gérer des ressources sur un territoire restreint contribue à réduire le nombre d’acteurs aux intérêts concurrents, la complexité institutionnelle et les échelles d’organisations. Par exemple, les grands bassins versants et les ressources transfrontalières comptent parmi les ressources qui posent les défis les plus importants (Armitage et al., 2009 : 101).

19L’exemple des bassins versants prend tout son sens dans le cadre du PAG. En effet, les activités d’orpaillage illégal rendent extrêmement difficile la gestion à petite échelle des impacts. En 2010, des bilans environnementaux concernant ces activités ont déterminé que 3 979 ha ont été déboisés, 530 km linéaires de cours d’eau ont été détruits et plus de mille kilomètres de cours d’eau ont été pollués (PAG, 2012a : 18). De plus, le PAG doit relever un défi supplémentaire à ce sujet, l’exploitation aurifère se faisant de part et d’autre de sa frontière avec le Brésil : « le statut frontalier du fleuve rend difficiles les interpellations et l’interception des flux illégaux par la Gendarmerie nationale et les actions conjointes entre forces de l’ordre des deux pays sont rares. » (PAG, 2012a : 28) Bien que relevant d’un territoire clairement identifié, ce dernier est à la fois trop vaste et trop perméable pour permettre, sur l’ensemble, une gestion « efficace » des ressources (contrôle des pollutions, respect de la réglementation, etc.). Pour y arriver, il importe de réduire l’échelle d’analyse comme c’est le cas pour Saül.

20Critère 3 – Ensemble clair et identifiable d’entités sociales ayant des intérêts partagés
Armitage et coll. suggèrent que : « dans les situations où les parties prenantes ont une connectivité limitée ou inexistante au “lieu”, l’établissement de liens et la confiance seront problématiques. Dans de telles situations, les efforts déployés par les organisations locales/régionales pour parvenir à de meilleurs résultats peuvent être minés par des forces économiques et politiques non locales. [traduction libre] » (2009 : 101).

21Les intérêts sont toutefois divergents à l’échelle du parc concernant le tourisme. C’est d’ailleurs ce que suggère Tsayem Demaze dans sa revue historique du PAG. À la création du parc, il concluait à ce titre que « la diversité des acteurs et des enjeux a rendu difficile le compromis entre protection de la nature et utilisation anthropique de l’espace » (Demaze, 2008 : 8). Nos entretiens exploratoires ont montré que le développement de l’écotourisme, souvent assimilé plus généralement au tourisme de nature, est porté et valorisé particulièrement par l’État en vue d’un développement des communes du parc. Les collectivités territoriales et les élus locaux, dans certains cas, encouragent le tourisme et la construction d’infrastructures. Certaines communautés autochtones souhaitent également profiter de l’écotourisme, alors que d’autres craignent de le subir, comme certaines communautés amérindiennes dans la région de Camopi (PAG, 2014a). Une zone d’accès réglementé (ZAR) a d’ailleurs été créée pour freiner le développement d’accueil touristique afin de protéger les habitants qui ne souhaitent pas de visiteurs. Les associations écologistes craignent également l’exploitation servile des populations locales face à l’ethnotourisme attiré par la culture locale et le caractère exotique de la destination (Demaze, 2008 : 15). Pour les employés du PAG interrogés, le tourisme ne se développe pas dans les zones amérindiennes du parc par manque de repères sur ce en quoi consiste le tourisme, par manque de savoir-faire dans ce secteur et en raison du bouleversement social auquel contribue le revenu minimum d’insertion (RMI). À l’exception de Saül, la troisième condition n’est que partiellement atteinte, globalement, le tourisme de nature n’obtenant pas l’adhésion de la majorité des communautés du PAG.

22Critère 4 – Droits à la terre et aux ressources suffisamment bien définis
Lorsque les droits d’accès aux ressources et au territoire sont clairs, cela contribue à sécuriser l’accès et l’innovation dans les modes de gouvernance et d’apprentissage. Les responsabilités de gestion doivent alors être clairement définies. Au sein du PAG, les communautés riveraines possèdent une interprétation différente de l’État français du droit au territoire. Par exemple, les Noirs Marrons considèrent que certaines terres sont un droit acquis de la guerre de 1769-1815 contre les Français. Ainsi, « la mise en place d’un parc sur ces territoires est donc perçue, surtout par les Anciens, comme de l’ingérence venant rompre un équilibre établi entre les différents riverains (Amérindiens et Noirs-Marrons) depuis plus de deux siècles » (Fleury et al., 2006). Les Amérindiens réclament quant à eux la reconnaissance du statut d’autochtone et leur droit à la terre. Certaines mesures ont été prises depuis pour encourager la discussion à ce sujet, comme nous l’aborderons plus loin. Par exemple, la loi de 2006 du code de l’environnement fait référence à l’article 8j de la Convention sur la diversité biologique et d’autres actes non obligatoires de l’Union internationale pour la conservation de la nature et des ressources (UICN) et fonde l’engagement du PAG à préserver l’identité des communautés sur le territoire. Le droit d’usage collectif est quant à lui reconnu dans le Code du domaine de l’État et le Code forestier, permettant de déroger à certaines règles du PAG pour des pratiques de subsistance, bien que ce régime ne soit pas obligatoire et manque de clarté (Fleury et al., 2006). Si les lois et règlements régissant l’accès et l’utilisation des ressources du PAG existent, ils sont inégalement respectés et s’inscrivent dans un débat historico-politique instable. Nous verrons comment ce contexte affecte les efforts entrepris à Saül dans l’utilisation des ressources ligneuses et non ligneuses.

23Critère 5 – Accès à un portefeuille adaptable de mesures de gestion
« Les participants au processus de cogestion adaptative doivent avoir de la flexibilité pour expérimenter et appliquer une diversité de mesures ou d’outils de gestion pour atteindre les objectifs désirés. Ces mesures peuvent inclure l’octroi de licences et de quotas, des règlements, des ajustements technologiques (par exemple la taille des engins), des programmes d’éducation, et ainsi de suite. En d’autres termes, les outils économiques, réglementaires, et de collaboration devraient être disponibles. [traduction libre] » (Armitage et al., 2009: 101)

24Ce critère est partiellement respecté par les efforts consentis par les acteurs territoriaux associés à l’État, concernant l’évaluation de l’offre touristique, notamment à travers le Projet de camps en site isolé. Ce dernier suggère d’adapter les types d’hébergements et d’activités touristiques en fonction des règlements (notamment les licences de construction) et selon les zones du PAG, les coûts de construction et la demande touristique (Rioux et al., 2013). Cette démarche contribuerait à éclairer les communes dans la complexité réglementaire du PAG, notamment au regard des normes de construction.

25Comme le précisent Grenand, Bahuchet et Grenand (2006 : 54), « en Guyane, cependant, l’application des lois, des conventions et des règlements nationaux et internationaux ne va pas de soi. Elle rencontre des difficultés sociales et politiques ». Pour les auteurs, cela contribue aux blocages dans la valorisation des savoirs et dans le maintien de la diversité biologique. De plus, bien que le PAG émette des engagements en faveur des autochtones par l’article 8j de la Convention sur la diversité biologique, cet article reste très complexe à appliquer dans le contexte multiethnique guyanais, entre autres parce qu’il donne une définition limitative de l’autochtonie (Grenand et al., 2006 : 60). À cela s’ajoute une réglementation sur la chasse et la pêche très difficile à faire respecter (Fleury et al., 2006).

26En terme de collaboration, plusieurs séminaires se sont tenus sur l’avant-projet de charte auxquels 80 partenaires ont participé, dont les services de l’État, les collectivités et les représentants du territoire guyanais (élus, représentants d’habitants, autorités coutumières, etc.) (PAG, 2011). Ils portaient sur trois thèmes principaux : le développement touristique, les priorités en termes d’équipements et d’infrastructure et les questions foncières. En ce sens, des efforts ont clairement été entrepris pour appuyer le projet d’écotourisme par des mesures de gestion. Cette démarche suggère aussi que (PAG, 2011: 8) : « le contenu de la charte est largement inspiré des attentes exprimées par les habitants et les représentants du territoire : élus municipaux, autorités coutumières, socioprofessionnels et associations. En effet, cette charte concilie les attentes locales et les engagements et orientations fixés plus globalement par l’État ou les grandes collectivités territoriales (Région et Département) ».

27Ainsi, le souci d’implication des communautés est, à tout le moins, explicité dans le projet de Charte. Dans cette démarche, un programme de formation a été mis sur pied par l’établissement public pour professionnaliser les agents de police de la nature, qui ont acquis des compétences particulières en droit pénal et à l’application de la réglementation en zone de cœur du parc, surtout pour faire face à l’orpaillage illégal (PAG, 2011 : 16). D’autres programmes de formations sont abordés au critère 7.

28Critère 6 – Engagement à supporter le processus de construction institutionnelle à long terme
Les parties prenantes d’un projet doivent accepter par avance que le processus menant à la mise en œuvre se réalise sur une longue période et que les stratégies de gestion ne soient pas nécessairement avantageuses dans le court terme, contribuant ainsi à un meilleur degré de stabilité et de résilience au stress provenant de l’extérieur du système. À ce titre, la Charte participe à la réalisation des stratégies nationales, certaines étant prévues à plus long terme que d’autres. Par exemple, la Stratégie nationale de développement durable (SNDD) était prévue sur trois ans alors que la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) est mise en œuvre de 2011 à 2020 (PAG, 2012c : 20). Cela témoigne d’un engagement dans l’atteinte d’objectifs à moyen et long termes. Il en est de même concernant la stratégie régionale de développement du tourisme et des loisirs de Guyane, qui planifie les activités (marketing, aménagement, offres d’activités) jusqu’en 2024 en fonction des prévisions sur le marché touristique et inclut des partenariats public-privé. Globalement, le PAG constitue, sur papier, un excellent exemple de construction institutionnelle à long terme, considérant la période nécessaire à la création du parc (1992 – 2007) et celle consentie pour produire la Charte (2007 – 2012).

29Critère 7 – Provision de formations, appui au renforcement des capacités et des ressources pour les acteurs locaux, régionaux et nationaux
Tous les acteurs n’ont pas les ressources pour répondre au contexte de cogestion participative. Par exemple, la collaboration doit être facilitée à l’échelle locale par des modes d’échange et de partage du pouvoir de prise de décision (Armitage et al., 2009 : 101).

30Aux plans financier et technique, le programme LEADER Sud a proposé sept projets à Saül. Le programme LEADER vise à accompagner les porteurs de projet, notamment dans le domaine du tourisme équitable et durable et de soutenir les collectivités dans la définition de leur projet de développement local et de protection de l’environnement (PAG, 2011). En 2013, le PAG, animateur du groupe d’action locale Sud (GAL Sud) qui porte le programme LEADER a proposé, compte tenu de l’évolution des besoins du territoire, de recentrer les financements autour du développement d’activités structurantes (économiques, touristiques, socioculturelles) pour la prochaine période 2014-2020.

31Dans ce contexte, le PAG admet que certaines communautés partent de loin : « les territoires du sud de la Guyane souffrent d’un problème de structuration des filières économiques. Enclavement, manque de formation des porteurs de projets, défaut d’accompagnement sont autant de freins à la création de filières locales. Le PAG et ses partenaires apportent leur aide aux populations dans leurs besoins de développement économique » (PAG, 2011 : 33). De 2010 à 2012, le programme LEADER a permis la réhabilitation des sentiers de randonnées autour du village de Saül. Les travaux terminés en 2013 permettent aux usagers de découvrir les abords de la commune dans de bonnes conditions. Il permet également à Saül de se positionner comme un site incontournable de randonnée/découverte de la forêt tropicale en Guyane. Dans ce même projet, le PAG a mis en place de stages itinérants d’initiation au guidage. Lors de la session de 2012, dix stagiaires résidant dans les communes de Maripa-Soula, Papaïchton, Saül et Camopi ont pu découvrir les métiers auprès d’une dizaine d’intervenants (techniques de base en animation et pédagogie de groupe, progression en forêt et orientation, appréciation des risques liés à l’activité et à l’environnement naturel…). Ces actions ont été menées dans le but d’améliorer les niveaux de prestation des produits touristiques offerts.

32Malgré cela, sur l’ensemble du PAG, les autorités coutumières sont partagées concernant le parc, certains critiquant les limites de ses retombées pour la population. Par exemple, Chimili Boussoussa, représentant du Gran-Man Boni de Papaïchton, considère que les acteurs dans le PAG sont consultés, mais qu’ils ne détiennent pas de pouvoir décisionnel et que les efforts n’ont pas été suffisants pour répondre à certaines demandes de la population (PAG, 2011 : 56). Fleury et Karpe évoquaient justement ce manque de décentralisation du pouvoir, cinq ans plus tôt : « la nature et la force du pouvoir des communautés locales dans le processus de décision du parc sont effectivement bien trop réduites. Même le pouvoir de décision qui leur est reconnu, y compris en propre, ne peut pas leur garantir de manière certaine des décisions conformes à leurs souhaits (en particulier, si l’esquisse de composition du Conseil d’administration du parc de la Guyane est maintenue : au mieux 10 membres sur 54) » (2006 : 17).

33À nouveau, la commune de Saül montre des capacités renforcées, notamment par la participation du maire de la commune aux instances du parc, mais sur l’ensemble du territoire, plusieurs régions manquent encore de pouvoir décisionnel. Ces conditions nourrissent le critère suivant.

34Critère 8 – Les décideurs-clés doivent jouer un rôle de leader dans le processus
Les décideurs-clés doivent jouer le rôle de médiateurs. Idéalement, ils ont une appartenance de longue date à la localité ou occupent un poste privilégié au plan politique. Cela ne représente pas une garantie de succès dans la relation avec les autres acteurs impliqués, mais le rôle des médiateurs contribue à la collaboration, à la réflexion et à l’apprentissage.

35Toutefois, sur l’ensemble du PAG, le maintien des chefferies a été malmené au cours des dernières décennies. La compétition pour le rôle de leader entre les hommes âgés, jouant traditionnellement le rôle de chef de village, et les élus municipaux ont causé des situations de blocage entre les jeunes élites et les chefs traditionnels, menant à la disparition graduelle de ces derniers (Grenand et al., 2006 : 56). C’est dans ce contexte que le maire de Saül apparaît comme un leader s’inscrivant dans le paradigme dominant d’organisation sociopolitique du parc, octroyant ainsi une influence accrue à sa commune tout en confortant sa propre légitimité politique interne et externe.

36Critère 9 – Ouverture des participants à échanger à partir d’une pluralité de systèmes et de sources de connaissances
Les savoirs d’experts, de même que les savoirs locaux peuvent jouer des rôles essentiels dans l’analyse et la construction de l’apprentissage sur le système socioécologique, la compréhension commune et la construction d’une confiance mutuelle.

37Considérant l’importance accordée à ces principes, nombreux sont les projets de partage des connaissances sur l’ensemble du PAG : « la politique de connaissance du PAG affiche une volonté de travailler conjointement avec les communautés, dans un esprit de partage des savoirs, des méthodes et des compétences, tant dans la construction des projets, que dans la restitution et la valorisation des données et des outils » (PAG, 2011: 19). Cet objectif représente donc une priorité pour le PAG, bien que certaines critiques suggèrent que le modèle participatif prôné par le parc s’insère dans les paradigmes conservationniste « classique » et « néo-libéral » en tenant pour responsables les populations locales de la dégradation de l’environnement, avant même d’effectuer des études approfondies sur leurs pratiques ayant cours avant la création du parc. (Joiris, 2002 : 498 et 504)

38Ainsi, un décalage dans la relation et la perception des communautés et des autorités à l’environnement persiste. Kupi Aloïke, responsable de l’Antenne de Taluen (Maroni), témoigne justement de la difficulté à traduire en wayana certaines notions comme le développement durable ou la protection de la nature. Il croit que la faible participation des riverains aux activités de consultation du PAG pourrait s’expliquer par des objectifs trop éloignés des préoccupations de la vie quotidienne (PAG, 2011 : 6).

39D’autre part, la valorisation des savoirs traditionnels et locaux tend à être valorisée dans la science. C’est le cas des études menées par les équipes de recherche du PAG : « [la politique de connaissance et de participation à la recherche scientifique du parc amazonien de Guyane] veut soutenir un processus d’apprentissage, de formation et de réflexion de l’ensemble des acteurs pour la protection du patrimoine et le développement durable. Le parc amazonien plaide pour une science interdisciplinaire capable de répondre à la complexité et l’incertitude sous contraintes d’urgence sociale et politique. Il prend acte des productions de connaissances parallèles des acteurs privés (communautés autochtones et locales, ONG, industriels…), des négociations internationales sur l’environnement et de l’émergence d’une science citoyenne. L’établissement public se propose de jouer le rôle d’espace d’échanges et de débats où se rencontrent des pratiques de connaissances les plus diverses » (PAG, 2012b : 2).

40À ce titre, en 2013, dans le cadre de ses objectifs de connaissance de la biodiversité, le PAG s’est associé au laboratoire CEBA pour l’organisation d’une mission du programme DIADEMA (Dissecting Amazonian Diversity by Enhancing a Multiple Taxa Approach) sur la commune de Saül, en lien avec la population (PAG, 2013). Elle a permis de collecter et d’analyser des données sur l’écologie des communautés faunistiques et floristiques de la Guyane afin d’accompagner les décideurs politiques et les gestionnaires d’espace dans leurs choix d’aménagement du territoire. Cette démarche s’insère dans l’esprit du critère d’Armitage et coll.

41Critère 10 — Les politiques nationales et régionales de l’environnement supportent explicitement les efforts de gestion collaborative
Un projet aura plus de chances de succès avec un appui de l’État à travers des ententes territoriales et une propension à décentraliser les fonctions organisationnelles à des acteurs et groupes d’usagers locaux. Cela permet également de clarifier les objectifs à atteindre.

42Le cas du PAG montre une déconcentration des services, les sièges et agents permanents étant répartis sur le territoire. Par contre, le contexte rend difficile la décentralisation des fonctions aux usagers locaux. Le PAG a mis sur place progressivement des conseils d’habitants dans les 11 bassins de vie du territoire pour favoriser l’échange entre les riverains et le PAG concernant des propositions de projets, par exemple. Les autorités coutumières et les élus sont également invités à y participer. Une collaboration avec le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) prévoit aussi que l’instance nationale donne son avis au Ministère de l’Écologie sur les projets de conservation. À cela s’ajoute, contre l’orpaillage, un partenariat entre le PAG, l’ONF, les forces armées en Guyane, la gendarmerie et la Préfecture (PAG, 2011). Cela n’a pas empêché les blocages, comme en témoigne cet extrait (PAG, 2011 : 14) : « […] certains administrateurs prennent les autres en otage en y introduisant une notion de droit de veto. C’est la primauté au pouvoir de nuisance plutôt que la recherche d’un consensus. On ne devrait pas instrumentaliser cette assemblée à des fins autres que ce qui va dans l’intérêt des habitants du Sud et du parc national. Enfin il me semble ! Je trouve dommage que des problèmes connus depuis quatre ans soient aujourd’hui remis sur le devant de la table, alors que l’on aurait pu les aborder par un débat ouvert il y a fort longtemps ».

43La gestion collaborative demeure difficile à mettre en œuvre et ne se résume pas à la mise en place de structures qui la favorise. Le cas de Saül est particulièrement instructif dans ce contexte.

5. Quelques enseignements

44Comme nous l’avons déjà souligné, la commune de Saül s’est positionnée comme porte d’entrée dans la valorisation écotouristique du PAG. L’objectif étant de minimiser l’impact sur l’environnement tout en permettant à la commune un développement économique, l’écotourisme est associé à la préservation du « capital » naturel et culturel (PAG, 2012a : 139). Cette démarche s’insère dans la relance de l’activité touristique basée sur la découverte de la forêt tropicale : « Saül fait partie, depuis février 2007, du parc amazonien de Guyane et 23 % de son territoire est classé en “cœur de parc”. Le village de Saül est le seul lieu en Guyane présentant des écosystèmes forestiers quasiment vierges, tout en étant facilement accessible grâce à une desserte aérienne quotidienne » (PAG, 2012a : 84).

45Le développement du tourisme est présenté comme une mesure cohérente avec le développement social et économique de la commune. Un programme de réhabilitation a été lancé en 2010 et concerne les quatre tracés de sentiers pédestres les plus fréquentés. Un plan d’action était prévu par le PAG pour le développement de Saül dans le secteur écotouristique pour les années 2011-2013. Il concerne surtout l’aménagement et l’équipement à mettre en place pour améliorer l’offre touristique de Saül ainsi que le plan de communication pour une meilleure visibilité de la destination. Il vise à mieux connaître la clientèle et leurs attentes par l’étude des flux, les saisonnalités, le taux de remplissage et ajuster l’accessibilité à la demande touristique et à leurs besoins. Une équipe de « Plan d’action touristique » composé de la commune et des acteurs socioprofessionnels animés par le PAG doit renforcer le rôle de l’Office du tourisme. De nouveaux guides ont été formés durant cette période selon ce programme et la création de sentiers, d’un parc botanique, d’un jardin de plantes médicinales et d’une Maison du PAG pour l’accueil touristique sont prévus ou en cours de réalisation.

46Les tendances observées depuis la proposition de Charte du PAG en 2012 font état de changement favorable au développement du tourisme à Saül, notamment par l’augmentation marquée de la fréquentation touristique d’agrément, l’amélioration des infrastructures d’accueil touristiques, le développement de projets privés de guidage, d’hébergement, de restauration et d’épicerie et le développement de la clientèle familiale. Ce « développement fort de la dynamique touristique » s’expliquerait notamment par la volonté forte de développer la commune autour de l’écotourisme, l’éradication des activités d’orpaillage illégale, l’éradication du paludisme, la dynamique forte d’investissement public pour la relance et le développement touristique ainsi que le développement de la communication (Cartes guides du PAG – promotion de la destination – présences accrues des opérateurs locaux sur Internet…). Pour l’année 2012, le tourisme affinitaire et d’agrément aurait compté mille visiteurs dans cette commune de 85 habitants, pour une valeur économique générée localement de 210 000 euros. En ajoutant la clientèle locale et administrative/professionnelle, le tourisme à Saül aura généré localement 325 000 euros selon les estimations internes du PAG au 21 février 2013.

47La protection de la biodiversité, elle, pourrait se réaliser en adéquation avec le développement du tourisme de nature et du développement durable, à condition que leur mise en œuvre respecte des seuils de capacité de résilience écologique, encore à ce jour établis de façon plus ou moins claire. La biodiversité et les espèces endémiques comptent parmi les intérêts particuliers à préserver dans la région de Saül, desquelles dépend l’attrait touristique de la commune.

Conclusion

48Cet article s’est appuyé sur les dix conditions de réussite d’une cogestion adaptative contribuant à la résilience d’un système socioécologique. À partir d’une revue non exhaustive des activités mises en œuvre dans le PAG, et plus précisément dans la mise en valeur touristique des ressources à Saül, notre analyse a montré que la commune répondait, bien qu’inégalement, aux critères proposés par Armitage et coll.

49Il n’est pas possible de se prononcer sur la réussite des mesures entreprises par le PAG sur le long terme. En effet, les bénéfices prennent du temps à venir, en raison des interactions répétées nécessitées pour bâtir la confiance entre les groupes et individus (Armitage et al., 2009 : 97). Nous pouvons cependant affirmer que l’activité touristique observée à Saül se développe comme une activité relativement stable, au sein d’un PAG aux prises à des confrontations et enjeux socioéconomiques complexes. Les observations de Joiris (2002), qui n’ont pas perdu de leur pertinence, suggèrent toutefois que le tourisme, même dans un esprit de gestion participative, ne permet pas de stabiliser le contexte dans lequel il s’insère et contribue potentiellement à exacerber les disparités socioéconomiques dans la région de mise en œuvre. En somme, bien que l’objectif commun des décideurs dans le développement de l’écotourisme à Saül réponde à nos critères d’analyse, c’est surtout le cadre plus large du PAG qui semble problématique. Il sera donc pertinent d’observer les évolutions à long terme du projet d’écotourisme à Saül pour comprendre si le bourg réussit à mettre en œuvre une cogestion adaptative effective grâce à son échelle accessible et aux efforts entrepris dans le cadre de la charte du PAG.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal, A. et K. Redford. (2006). Poverty, Development, and Biodiversity Conservation: Shooting in the dark?, Working Paper no 26, Wildlife Conservation Society, New York, march.

Armitage, D. (2005). "Adaptive capacity and community-based natural resource management", Environmental Management, 35(6): 703-715.

Armitage, D. R., R. Plummer, F. Berkes, R. I. Arthur, A. T. Charles, I. J. Davidson-Hunt, A. P. Diduck, N. C. Doubleday, D. S. Johnson, M. Marschke, P. McConney, E. W. Pinkerton et E. K. Wollenberg. (2009). "Adaptive co-management for social-ecological complexity", Frontiers in Ecology and the Environment, 7 (2): 95-102.

Berkes, F. (2007). “Adaptive co-management and complexity: Exploring the many faces of co- management", in F. Berkes, et al. (ed.). Adaptive co-management: collaboration, learning, and multi-level governance, Sustainability and the environment, Vancouver, UBC Press: 19-37.

Borrini-Feyerabend, G. et N. Dudley. (2005). Les aires protégées à Madagascar : bâtir le système à partir de la base. UICN, The World Conservation Union, CEESP, Commission des Politiques Environnementales, Economiques et Sociales (de l’UICN), WCPA, World Commision on Protected Area, septembre.

Demaze, M.T. (2008). « Le parc amazonien de Guyane française : un exemple du difficile compromis entre protection de la nature et développement », CyberGeo : European Journal of Geography : 1-23.

Fleury, M. et P. Karpe (2006). « Le parc national de Guyane : un arbitrage difficile entre intérêts divergents », Journal de la Société des Américanistes, URL : <http://jsa.revues.org/index3210.html#text>, 92 (1-2) : 1-25.

Folke, C. (2006). « Resilience: The emergence of a perspective for social–ecological systems analyses », Global Environmental Change, 16: 253-267.

Grenand, F., S. Bahuchet et P. Grenand (2006). « Environnement et sociétés en Guyane française : des ambiguïtés d’application des lois républicaines », Revue internationale des sciences sociales, (187) : 53-62.

Joiris, D.V. (2002). La gestion participative et le développement intégré des aires protégées, Avenir des Peuples des Forêts Tropicales (APFT).

Lemos, M.C. et A. Agrawal (2006). « Environmental governance », Annual Review of Environment and Resources, (31): 297-325.

Liu, J. G., T. Dietz, S. R. Carpenter, C. Folke, M. Alberti, C. L. Redman, S. H. Schneider, E. Oström, A. N. Pell, J. Lubchenco, W. W. Taylor, Z. Y. Ouyang, P. Deadman, T. Kratz et W. Provencher. (2007). « Coupled human and natural systems », Ambio, 36 (8): 639-649.

Ministère de l’Écologie et du développement durable (MEDD) (2007). Décret no 2007-266 du 27 février 2007 créant le parc national dénommé « Parc amazonien de Guyane », Journal officiel de la République française : 1-7.

Oström, E. (2009). "A General Framework for Analyzing Sustainability of Social-Ecological Systems", Science, 325 (5939): 419-422.

Parc amazonien de Guyane (PAG) (2011). Rapport d’activités 2011 du Parc amazonien de Guyane, Cayenne.

Parc amazonien de Guyane (PAG) (2012a). Charte du Parc amazonien de Guyane, Cayenne, 20 juillet.

Parc amazonien de Guyane (PAG) (2012b). Politique de connaissance et de participation à la recherche scientifique du Parc amazonien de Guyane, Cayenne.

Parc amazonien de Guyane (PAG) (2012c). Rapport environnemental, Cayenne, 20 juillet.

Parc amazonien de Guyane (PAG) (2013). Rapport d’activités 2013 du Parc amazonien de Guyane, Cayenne.

Parc amazonien de Guyane (PAG) (2014a). Rapport d’activités 2014 du Parc amazonien de Guyane, Cayenne.

Parc amazonien de Guyane (PAG) (2014b). Signature de la première convention d’application de la charte de Saül, URL : <http://www.parc-amazonien-guyane.fr/actions/signature-de-la-premiere-convention-dapplication-de-la-charte-de-sauel/>.

Plummer, Ryan, et David A. Fennell. (2009). "Managing protected areas for sustainable tourism: prospects for adaptive co-management", Journal of Sustainable Tourism, 17 (2), March: 149-168.

Ribot, J.C., A. Agrawal et A. M. Larson. (2006). "Recentralizing While Decentralizing: How National Governments Reappropriate Forest Resources", World Development, 34 (11): 1864-1886.

Rioux, A., D. Bironneau et M-L. Desmet (2013). Projet de camp touristique en site isolé : étude de faisabilité juridique, technique et économique, Rapport final, Atout France, ministère de l’Intérieur, des Outre-mer et des Collectivités territoriales, Parc amazonien de Guyane, Cayenne, 27 février.

Sarrasin, B. (2007). « Quelques dimensions politiques de l’écotourisme : l’attractivité de la nature n’est pas “naturelle” », Revue Études caribéennes, (6) : 85-94, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/document455.html>.

Sarrasin, B. (2013). « Ecotourism, Poverty and Resources Management in Ranomafana, Madagascar ». Tourism Geographies, 15 (1): 3-24.

Sarrasin, B. (2014). « Ecotourism, Poverty and Resources Management in Ranomafana, Madagascar ». in Klaus Meyer-Arendt et Alan A. Lew (ed.), Understanding Tropical Coastal and Island Tourism Development, London: Routledge.

Sarrasin, B., et J. Tardif. (2012). « Écotourisme et ressources naturelles à la Dominique. La cogestion comme pratique novatrice », Téoros, hors-série : 35-40.

Sarrasin, B., et L. Renaud (2014). « Quel tourisme pour Haïti : de la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ? », Études caribéennes, n° 27-28, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/6777>.

Sarrasin, B., J. Tardif et D. Augier. (2015). « Résilience socioécologique et écotourisme. L’île de Saba dans la Caraïbe », in Jean-Marie Breton, et coll. (ed.), Espaces et environnements littoraux et insulaires. Accessibilité — Vulnérabilité — Résilience, Paris : Karthala : 291-308.

Southgate, C.R.J. (2006). "Ecotourism in Kenya: The Vulnerability of Communities", Journal of Ecotourism, 5 (1): 80-96.

Tardif, J. et B. Sarrasin (2014). « La territorialisation par et pour l’écotourisme dans les aires protégées », présenté dans le cadre de Fronts et frontières des sciences du territoire (Paris, 27-28 mars), Collège international des sciences du territoire (CIST) : 354-359.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le parc amazonien de Guyane française
Crédits Source : PNG
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/8833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Sarrasin, Élyse Lacoste-Bédard et Dominique Augier, « Le parc amazonien de Guyane française et la mise en tourisme de la nature. L’intégration de la cogestion adaptative », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/8833

Haut de page

Auteurs

Bruno Sarrasin

Département d’études urbaines et touristiques, Université du Québec à Montréal
Professeur
sarrasin.bruno@uqam.ca

Articles du même auteur

Élyse Lacoste-Bédard

Direction Générale des Affaires Internationales, Environnement et Changement Climatique Canada
Analyste des politiques
elyse.lacoste-bedard@canada.ca

Dominique Augier

Université des Antilles
Doctorante
doaugier@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals