Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Les touristes sont-ils plus exigeants que les résidents en matière de protection du littoral ? Le cas de la Martinique

Are Tourists more Demanding than Local Residents in Terms of Coastal Protection? The Case of Martinique
Pierre Failler, Élise Pètre, Adeline Borot de Battisti, Thomas Binet, Laura Violas et Jean-Philippe Maréchal

Résumés

L’article présente les différences de perception entre les touristes et les résidents en matière de protection de l’environnement marin et côtier. Il s’appuie sur les résultats des études menées à l’échelle de la Martinique en 2010 dans le cadre de l’évaluation de la valeur économique et sociale des récifs coralliens et écosystèmes associés et à celle de la commune du Prêcheur en 2011 dans le cadre de la mise en place de la réserve marine régionale. Il met en exergue les éléments qui composent les disparités de perception et de souhaits quant aux mesures de gestion des espaces littoraux. Il montre toutefois que la création d’une aire marine protégée dans la commune du Prêcheur emporte l’adhésion de tous.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Martinique, Prêcheur
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Initiative française pour des Récifs Coralliens (IFRECOR) a lancé en 2007 une série de travaux afin d’estimer la valeur économique totale des récifs coralliens et écosystèmes associés (écosystèmes littoraux) des collectivités territoriales d’outre-mer. Le travail en Martinique a été achevé en 2010 (Failler et. al., 2010a). Il a permis de mettre en avant le fait que les résidents martiniquais et les visiteurs (touristes, croisiéristes et personnes de passage) ne percevaient pas de la même manière les menaces auxquels les littoraux de l’île sont sujets ainsi que les solutions à apporter pour envisager l’amélioration de leur état de santé écologique. L’année suivante, en 2011, et, à une échelle plus réduite, celle de la commune du Prêcheur dans le nord-ouest de l’île, a été réalisé un travail similaire dans le cadre de la création d’une réserve marine régionale (Failler et al., 2011). Si certaines différences de perception du littoral sont à nouveau ressorties entre les deux groupes, le projet de réserve marine est apparu comme un élément fédérateur.

2L’objectif de l’article est de présenter la manière dont les résidents et les visiteurs, originaires principalement de la métropole, se représentent le littoral de la Martinique ainsi que les solutions qu’ils préconisent pour améliorer son état de santé, notamment par la création d’une aire marine protégée. Il souligne de la sorte les éléments majeurs à considérer pour la définition de politiques de protection et de valorisation du littoral martiniquais. Il permet aussi de se rendre compte que plusieurs schémas d’amélioration de l’existant peuvent être mis en œuvre simultanément et de manière distincte selon les populations ciblées.

3La perception des résidents et des visiteurs a été obtenue en réalisant une enquête détaillée auprès de 1200 personnes pour l’étude IFRECOR et 200 personnes pour celle de la réserve marine du Prêcheur. Les enquêtes visaient à renseigner la valeur de non-usage afférente aux écosystèmes marins et côtiers de la Martinique (étude IFRECOR) et de la commune du Prêcheur (seconde étude). Le questionnaire IFRECOR comprenait un jeu de scénarios, bâti à partir de trois éléments clés de l’amélioration de l’état de santé des littoraux : les activités terrestres et les pollutions afférentes, les activités marines et leur potentiel de dégradation et enfin le coût de restauration des écosystèmes endommagés ou de préservation des systèmes en bonne santé. Celui relatif à la réserve marine du Prêcheur s’articulait autour de la beauté des paysages sauvages, la richesse des fonds sous-marins et le coût de la mise en place de l’aire protégée.

4L’article est structuré en trois grandes parties. Dans la première partie sont présentés les principaux marqueurs de différenciation de perception du littoral martiniquais et de la franche littorale de la commune du Prêcheur entre résidents et visiteurs. Dans la deuxième, sont exposés les souhaits des deux groupes enquêtés quant à la création de la réserve marine au Prêcheur tandis que dans la troisième partie sont présentées les mesures de gestion du littoral martiniquais que chaque groupe souhaiterait voir mises en œuvre. Une conclusion reprend, de façon synthétique, les principaux éléments évoqués.

1. La différence de perception du littoral martiniquais entre les résidents et les visiteurs

5Les enquêtes réalisées dans le cadre de l’étude IFRECOR et du projet de création de la réserve marine régionale au Prêcheur se sont appuyées sur un questionnaire quasi identique. Les résultats obtenus sont relativement similaires. Comme la seconde enquête comporte en sus des éléments spécifiques à la création d’une aire marine protégée, la présentation qui suit dans cette partie en est largement issue.

6Les enquêtes ont permis de recueillir de nombreuses informations auprès des résidents et des visiteurs concernant leur niveau de connaissance des écosystèmes marins en général, et celui des écosystèmes marins de la commune du Prêcheur en particulier. Ces résultats sont une source précieuse d’information pour les gestionnaires des espaces littoraux puisque tout d’abord ils révèlent les lacunes et les attentes en matière d’éducation et de formation à l’environnement et aux écosystèmes marins en particulier. Ils contribuent ensuite à définir les mesures de gestion à prendre pour le littoral et plus particulièrement de la future réserve à partir de solutions acceptables et comprises par une population qui a été sollicitée et écoutée au cours de l’enquête. Enfin, ils sont un atout pour communiquer efficacement autour de l’amélioration de l’état de santé du littoral.

7La quasi-totalité des enquêtés assurent être informés des questions environnementales dans leur quotidien, que ce soit par le biais d’internet, de la télévision, de la radio ou dans les domaines scolaires et professionnels. Concrètement, l’implication des enquêtés se traduit pour une large majorité d’entre eux par le tri des déchets, l’utilisation d’ampoules à basse consommation et l’achat de produits biologiques (cf. figure 1). La pratique du covoiturage est sensiblement plus faible chez les résidents que chez les visiteurs, la raison invoquée étant l’absence ou la mauvaise qualité des services de transports publics en Martinique.

Figure 1. L’implication en faveur de l’environnement

Figure 1. L’implication en faveur de l’environnement

8L’état des connaissances sur les milieux marins apparait étonnamment homogène parmi les personnes interrogées. Les écosystèmes marins sont perçus comme vivants et sensibles à la pollution. Il est moins clair pour certains toutefois que les activités pratiquées en mer et sur le littoral influencent l’état de santé des écosystèmes. S’il est largement reconnu que les herbiers, les algues et les mangroves sont des zones de refuge et de nourricerie pour certaines espèces de poisson, le rôle des coraux et des mangroves dans la protection des côtes contre les cyclones, les tempêtes et les vagues est moins notoire.

9Parmi les facteurs humains mis en cause en matière de perception des menaces, ce sont les pollutions d’origine domestique, industrielle et agricole ainsi que l’urbanisation non contrôlée sur le littoral qui sont perçues comme les plus dangereuses pour les écosystèmes marins : aucun résident ni visiteur ne leur attribuent un impact faible ou inexistant (cf. figures 2 et 3). Opinion également partagée : la fréquentation excessive de certains sites par les plongeurs n’évoque pas une menace lourde pour les milieux marins. En revanche, chez les résidents, davantage que chez les visiteurs, les mouillages forains (à l’aide d’une ancre) et la fréquentation excessive par les engins à moteurs sont appréhendés comme des perturbations destructrices.

Figure 2. La perception de l’importance des menaces d’origine humaine sur les écosystèmes marins par les résidents

Figure 2. La perception de l’importance des menaces d’origine humaine sur les écosystèmes marins par les résidents

Figure 3. La perception de l’importance des menaces d’origine humaine sur les écosystèmes marins par les visiteurs

Figure 3. La perception de l’importance des menaces d’origine humaine sur les écosystèmes marins par les visiteurs

10En matière de connaissance du milieu marin et côtier du nord-est de la Martinique pratiquement tous les résidents martiniquais interrogés connaissent les sites remarquables du littoral du Prêcheur telles l’anse Céron et l’anse Couleuvre, et dans une moindre mesure l’île de la Perle, l’îlet du Sous-marin, et la Citadelle (cf. figure 4). En revanche, seulement la moitié des visiteurs s’est déjà rendue sur la commune du Prêcheur et dispose d’une connaissance propre au littoral. Les croisiéristes en particulier, qui ne passent qu’une journée en Martinique, n’ont pas le temps de visiter la commune du Prêcheur, car trop éloignée de Fort-de-France, port d’escale.

Figure 4. La connaissance des sites marins remarquables de la commune du Prêcheur

Figure 4. La connaissance des sites marins remarquables de la commune du Prêcheur

11Qu’ils soient familiers des écosystèmes marins de la commune du Prêcheur ou qu’ils les aient découverts au moment de l’enquête, la quasi-totalité des résidents comme des visiteurs s’accorde à dire que les écosystèmes marins et côtiers de la commune du Prêcheur sont beaux, riches et sauvages. Ce constat permet de valider la bonne compréhension et la perception commune de l’état de référence des écosystèmes marins du Prêcheur.

Photographie 1. L’îlet la Perle (Martinique)

Photographie 1. L’îlet la Perle (Martinique)

Source : Auteurs

12Le niveau de connaissance de l’état de santé des écosystèmes du littoral martiniquais et celui du Prêcheur plus spécifiquement est plus mitigé entre les populations interrogées. Plus de trois résidents sur huit pensent que ces écosystèmes sont en danger, contre seulement un sur huit parmi les visiteurs (cf. figure 5). Ces derniers déclarent plutôt ne pas connaitre l’état de santé des écosystèmes. Pour autant, environ 90 % des visiteurs envisagent que les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur puissent un jour disparaître et pensent être affectés si cela arrivait effectivement. Seulement 70 % des résidents imaginent que ces écosystèmes puissent être détruits, mais aucun d’entre eux n’y serait indifférent.

Figure 5. La perception de l’état de santé des écosystèmes marins de la commune du Prêcheur

Figure 5. La perception de l’état de santé des écosystèmes marins de la commune du Prêcheur

13Parmi les menaces qui pèsent sur les littoraux et plus particulièrement sur les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur, les résidents comme les visiteurs incriminent les facteurs humains comme la première cause de dégradation possible (cf. figure 6 et 7). Le manque de volonté politique est un facteur relevé par les résidents alors qu’il semble moins mis en cause chez les visiteurs. Ces derniers jugent plutôt le manque de connaissance sur l’importance des milieux marins comme une des menaces qui pèsent lourdement sur les écosystèmes. Un autre facteur est perçu différemment entre résidents et visiteurs : les facteurs naturels, qui pèsent peu dans la balance pour les visiteurs, représentent des menaces sérieuses pour les écosystèmes marins du Prêcheur pour les résidents.

Figure 6. La perception des menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur par les résidents

Figure 6. La perception des menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur par les résidents

Figure 7. La perception des menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur par les visiteurs

Figure 7. La perception des menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur par les visiteurs

14En matière d’écosystème à protéger, les plages et les fonds sableux sont les écosystèmes privilégiés des résidents : ce sont ceux-là qu’ils voudraient voir mieux entretenus en priorité dans le cadre de la réserve marine régionale (cf. figures 8 et 9). En effet, les résidents profitent plus souvent de la plage que de la mer dans leurs usages des écosystèmes marins et côtiers et s’inquiètent logiquement plus de ce milieu.

Figure 8. L’importance relative des écosystèmes marins à préserver pour les résidents

Figure 8. L’importance relative des écosystèmes marins à préserver pour les résidents

Figure 9. L’importance relative des écosystèmes marins à préserver pour les visiteurs

Figure 9. L’importance relative des écosystèmes marins à préserver pour les visiteurs

15Pour les visiteurs, ce sont les coraux et les écosystèmes associés (herbiers et algues) qui suscitent la plus grande considération. Ceci s’explique notamment par l’importance des activités marines pratiquées par les visiteurs en Martinique (pêche de loisirs, chasse sous-marine, observation des fonds sous-marins).

16Presque tous les enquêtés affirment savoir ce qu’est une réserve naturelle. Les résultats mettent également en lumière le bon niveau de connaissance des exigences liées à la mise en place et au fonctionnement d’une réserve. Quasiment aucun enquêté néanmoins n’est au courant du projet de réserve biologique intégrale projeté par l’Office National des Forêts au nord de l’anse Couleuvre. La cohérence de ce projet avec l’objectif de réserve marine régionale est bien comprise une fois qu’elle est entendue.

Photographie 2. L’Anse Couleuvre (Martinique)

Photographie 2. L’Anse Couleuvre (Martinique)

Source : Auteurs

17Les résidents comme les visiteurs adhèrent largement au projet de mise en place de la réserve marine régionale, ces derniers plus encore que les premiers (cf. figure 10). Une proportion moindre toutefois souhaiterait s’y impliquer. Les résidents sont plus enclins à être actifs dans la création et le fonctionnement de la réserve (sur cinq résidents qui sont plutôt favorables au projet de réserve, quatre se déclarent prêts à y participer activement). Les visiteurs en revanche sont moins nombreux à vouloir participer, alléguant des contraintes spatiales et temporelles incompatibles avec leur implication.

Figure 10. L’adhésion au projet de réserve

Figure 10. L’adhésion au projet de réserve

18Une question relative à la cohérence de la gestion des écosystèmes terrestres des bassins versants des EMP et des mesures développées dans le cadre de la réserve marine a permis d’établir un constat unanime. Une écrasante majorité des enquêtés (92 % des résidents et 83 % des visiteurs) estime que la mise en place d’une réserve marine régionale doit être accompagnée de mesures parallèles sur le domaine terrestre (cf. figure 11 et 12). L’amélioration du traitement des rejets industriels est identifiée comme la mesure la plus importante à mettre en œuvre. Les résidents insistent également sur la décantation des boues de carrière tandis que les visiteurs privilégient la mise aux normes des stations d’épuration.

Figure 11. L’importance relative des mesures de gestion possibles sur le domaine terrestre pour les résidents

Figure 11. L’importance relative des mesures de gestion possibles sur le domaine terrestre pour les résidents

Figure 12. L’importance relative des mesures de gestion possibles sur le domaine terrestre pour les visiteurs

Figure 12. L’importance relative des mesures de gestion possibles sur le domaine terrestre pour les visiteurs

2. La création d’une aire marine protégée au Prêcheur : un choix de gestion partagé par les résidents et les visiteurs

19Sur une plaquette, quatre propositions de choix de gestion organisés en scénarios sont proposées aux personnes interrogées. Chaque proposition comprend trois scénarios. L’enquêté doit choisir un scénario par proposition. Chaque scénario est constitué de trois attributs (la beauté des paysages sauvages, la richesse des fonds sous-marins et le coût), dont est précisée, pour les deux premiers d’entre eux, l’évolution à moyen terme (— 15 ans) : une amélioration ou une dégradation de la beauté des paysages sauvages et de la richesse des fonds sous-marins (le scénario « statu quo » correspond à une dégradation de la beauté des paysages et de la richesse des fonds sous-marins à coût nul). En raison d’un véhicule de paiement différent proposé aux résidents et aux touristes (supplément de taxe d’habitation pour les premiers et augmentation de la taxe de séjour pour les seconds), cette partie de la plaquette est différente selon que le répondant est résident ou touriste (cf. figures 13 et 14).

Figure 13. L’exemple de scénario proposé aux résidents

Figure 13. L’exemple de scénario proposé aux résidents

Figure 14. Exemple de scénario proposé aux visiteurs

Figure 14. Exemple de scénario proposé aux visiteurs

20L’analyse statistique des choix de scénarios a été réalisée à partir des bases de données relatives aux questionnaires destinés aux résidents et visiteurs. Elle correspond dans un premier temps aux préférences déclarées pour un scénario parmi trois dans chacune des propositions de choix (on parle de choix séquentiels) et dans un second temps pour le scénario préféré, toutes propositions confondues (on parle alors de choix final).

21Pour chacune des quatre propositions, le scénario le plus choisi est le même chez les résidents et les visiteurs (cf. figure 15). Si les deux populations divergent peu dans leurs préférences générales, les raisons qui les sous-tendent sont souvent différentes.

Figure 15. Choix séquentiels des résidents et des visiteurs

Figure 15. Choix séquentiels des résidents et des visiteurs

22Dans la première proposition, résidents et visiteurs optent massivement pour le scénario D, qui correspond à des paysages sauvages dégradés, des fonds sous-marins riches et un niveau de coût bas. Le choix des visiteurs traduit une préférence globale pour la préservation des fonds sous-marins avant celle des paysages. Une explication plausible tient au fait que plus des trois quarts des visiteurs pratiquent des activités marines durant leur séjour en Martinique (pêche de loisirs, chasse sous-marine ou observation des fonds sous-marins) et sont donc plus sensibles à la qualité des fonds qu’à celle de la plage.

23Le choix majoritaire des résidents, s’il se porte également sur le scénario D, exprime une tout autre priorité. En effet, la coutume en Martinique veut que les weekends et les jours fériés soient passés en famille ou entre amis, autour d’un pique-nique généralement, et le plus souvent au bord de l’eau (qu’il s’agisse indifféremment d’une plage ou d’une rivière). Les résidents interrogés expliquent qu’un littoral peuplé, malgré les déchets résultants, évoque un moment agréable et par conséquent un scénario souhaitable. Une proportion non négligeable opte toutefois pour le statu quo. Cette préférence est confirmée par le fait que les résidents qui n’ont pas opté pour le scénario D ont plutôt sélectionné le statu quo – le scénario C alternatif présentant des paysages vierges.

24La seconde proposition consacre le scénario B (paysages sauvages préservés, fonds sous-marins riches et coût bas) pour les résidents comme pour les visiteurs, même si une certaine proportion de résidents lui préfère le statu quo. Ce résultat est peu surprenant au regard des alternatives offertes dans cette proposition : d’un côté le statu quo et de l’autre le scénario A dont les attributs non monétaires sont au niveau dégradé tandis que le coût est élevé. Ce dernier n’a d’ailleurs quasiment jamais été retenu.

Photographie 3. Coup de Senne au sud-ouest de Grand-Rivière (Martinique)

Photographie 3. Coup de Senne au sud-ouest de Grand-Rivière (Martinique)

Source : Auteurs

25Dans la troisième proposition, le choix des visiteurs s’organise suivant la même structure que dans la première (préférence massive pour des fonds sous-marins riches, plutôt que des paysages préservés). Les scénarios alternatifs y sont identiques à l’exclusion du niveau de prix inversé. Ce résultat prouve que l’attribut monétaire ne joue pas ou peu dans l’arbitrage des visiteurs. Les avis sont plus dispersés chez les résidents, également partagés entre le scénario F et le scénario E. Le report des voix du scénario F en faveur du scénario E proposant un coût bas (par rapport aux préférences observées dans la première proposition) exprime la contrainte budgétaire des résidents

26Les résultats de la dernière proposition montrent une préférence nette pour le scénario H (paysages sauvages préservés, fonds sous-marins riches et coût élevé) de la part des résidents et des visiteurs. Comme pour la deuxième proposition, ils s’expliquent en particulier par les alternatives qui composent la proposition de choix. Plus d’un tiers des résidents a toutefois opté pour le statu quo. La plupart d’entre eux ont d’ailleurs systématiquement choisi le scénario de référence (statu quo) pour chacune des propositions. Le reste a systématiquement opté pour le scénario proposant un coût bas, mais non nul.

27Le scénario B a largement la faveur des résidents comme celle des visiteurs parmi l’ensemble des scénarios proposés au cours de l’expérimentation sur les choix. Il s’agit du scénario le plus optimiste concernant la préservation des EMP (paysages sauvages préservés et fonds sous-marins riches), assorti du prix minimum résultant d’une amélioration par rapport au statu quo (cf. figure 16). Ce choix est cohérent avec les résultats des choix séquentiels dans la mesure où ce scénario a remporté le plus fort taux d’adhésion auprès des deux populations toutes propositions confondues.

Figure 16. Le scénario préféré des résidents et des visiteurs

Figure 16. Le scénario préféré des résidents et des visiteurs

28Près des trois quarts des visiteurs et près de la moitié des résidents ont ainsi opté pour le scénario B (cf. figure 17). Les résidents, moins unanimes que les visiteurs, ont en partie reporté leur préférence sur le statu quo qui recueille plus d’un quart des suffrages. La raison la plus souvent invoquée est le refus de supporter une nouvelle taxe. Le statu quo est également le second scénario préféré des visiteurs. Ces derniers jugent que ce n’est pas à eux de payer pour la réserve marine, reportant ainsi le prix à payer sur les usagers réguliers des écosystèmes marins de la commune du Prêcheur. La plupart d’entre eux précisent toutefois qu’ils seraient prêts à payer un droit d’entrée plutôt qu’une majoration de la taxe de séjour.

Figure 17. Le choix final du scénario préféré

Figure 17. Le choix final du scénario préféré

29Une divergence intéressante intervient pour le scénario qui arrive en troisième position dans le choix des résidents. Une partie des résidents optent pour le scénario D, qui correspond à des paysages sauvages dégradés, des fonds sous-marins riches et un coût bas (20 euros par ménage et par an). Au regard des habitudes culturelles soulignées auparavant, il est plausible que ce scénario reflète l’option idéale d’évolution pour plus d’un septième des résidents interrogés. Le troisième scénario préféré des visiteurs est le scénario H, qui dépeint des paysages sauvages préservés, des fonds sous-marins riches et un coût élevé. Confirmant les résultats obtenus lors de l’analyse des choix séquentiels, ce choix traduit un consentement à payer supérieur pour l’amélioration des écosystèmes marins.

30Le principal résultat de l’analyse prouve que la préférence des résidents est clairement orientée en faveur de paysages sauvages préservés et de fonds sous-marins riches. Néanmoins, la valeur accordée au premier attribut est nettement moins importante en termes relatifs. Ceci s’explique par l’attrait traditionnel des résidents pour des plages peuplées. Cette justification tempère par conséquent l’intérêt des résidents pour l’amélioration de la qualité des paysages sauvages.

31L’attribut monétaire influence négativement l’utilité, conformément à ce qui est attendu. En d’autres termes, plus le coût augmente, moins les résidents sont prêts à payer pour une amélioration des écosystèmes marins. Relativement à l’importance accordée à la beauté des paysages sauvages et à la richesse des fonds sous-marins, le coût à supporter est presque indolore toutefois. Avec un coefficient pratiquement nul, le coût tel que proposé dans les scénarios n’apparait pas comme un facteur limitant pour les résidents. En effet, les augmentations de taxe proposées dans les scénarios sont facilement acceptées par les résidents, car considérées comme plutôt faibles (bien qu’elles aient été établies à partir des niveaux de taxes locaux). Il n’est pas interdit de penser que le consentement à payer des résidents pour les améliorations des écosystèmes est supérieur aux coûts retenus.

Photographie 4. Plage au nord de l’anse Couleuvre

Photographie 4. Plage au nord de l’anse Couleuvre

Source : Auteurs

32Parmi l’ensemble des variables individuelles testées, seule celle du « temps passé en Martinique » s’avère véritablement pertinente pour expliquer le choix des résidents, bien que son signe soit a priori contraire à l’évidence. Elle traduit le fait que plus les résidents sont installés depuis longtemps en Martinique, moins ils accordent de valeur à l’amélioration des écosystèmes marins. Cette observation peut s’expliquer par le fait que les résidents de longue date considèrent les écosystèmes marins du Prêcheur comme un bien acquis, voire banal – contrairement aux résidents plus récents chez qui l’effet de nouveauté est encore présent. Néanmoins, la très faible valeur obtenue laisse penser que ce critère influence peu le choix des résidents.

33Les résultats des autres variables individuelles fournissent également d’autres indications, à défaut d’être significatifs. En particulier, ils confirment une hypothèse de départ : pour les résidents qui travaillent dans le secteur de l’environnement ou dont le métier dépend de l’état de santé des écosystèmes, la propension à payer pour l’amélioration des écosystèmes est sensiblement plus importante. Par ailleurs, plus les résidents habitent loin de la commune du Prêcheur, moins ils accordent d’importance à l’amélioration des écosystèmes (en moyenne, le coefficient associé à la variable RESI vaut -0,06). Comme attendu, le niveau de revenu influence positivement la valeur accordée aux écosystèmes marins, autrement dit, plus les ménages résidents ont un revenu mensuel net élevé, plus ils sont prêts à payer pour l’amélioration des écosystèmes marins.

Photographie 5. La côte sauvage du nord-ouest de la Martinique

Photographie 5. La côte sauvage du nord-ouest de la Martinique

Source : Auteurs

34Comme les résidents, les visiteurs préfèrent des paysages sauvages préservés et des fonds sous-marins riches. A contrario, c’est la beauté des paysages qui priment chez les visiteurs, même si la prévalence n’est pas fortement marquée entre les deux attributs.

35Le coût est doté d’un coefficient négatif conformément à ce qui est attendu. En d’autres termes, plus le coût augmente, moins les visiteurs sont prêts à payer pour une amélioration des écosystèmes marins. Comme pour les résidents, il est relativement faible par rapport aux attributs non monétaires et ne semble donc pas représenter une contrainte importante. Il est probable que le consentement à payer des visiteurs soit supérieur au niveau de prix proposés dans les scénarios.

36L’expérience passée d’un séjour en Martinique se révèle être une variable individuelle significative pour les visiteurs. Néanmoins, elle semble jouer dans un sens a priori contraire à l’intuition puisque son coefficient est largement positif. Les visiteurs sont plus prêts à payer pour l’amélioration des écosystèmes marins de la commune du Prêcheur lors d’une première visite en Martinique. Symétriquement, ils sont moins enclins à payer s’ils sont déjà venus auparavant. Ce résultat fait écho au rôle joué par la variable « temps passé en Martinique » dans l’enquête auprès des résidents. De la même manière, ce constat peut s’expliquer par le phénomène de nouveauté qui suscite l’enthousiasme et l’adhésion des visiteurs à un projet de réserve marine régionale.

37En revanche, les visiteurs qui se sont rendus dans la commune du Prêcheur ou qui en ont entendu parler sont positivement influencés : ils sont plus sensibles à la protection des écosystèmes marins que les autres. L’enquête montre qu’ils ont sans exception pratiqué au moins une activité sur le littoral ou en mer. De fait, l’usage des écosystèmes marins semble renforcer l’importance accordée aux paysages sauvages et à la richesse des fonds sous-marins et augmente ainsi la propension à payer pour leur préservation.

38La variable de dépendance à l’environnement, bien que non significative, joue positivement dans la balance. Comme pour les résidents, les visiteurs qui travaillent dans le domaine de l’environnement, ou dont le métier dépend de l’état de santé des écosystèmes paieraient plus pour l’amélioration des écosystèmes. Fait notable par ailleurs notable, ni le niveau de revenu, ni le nombre de personnes dans le foyer ou la durée du séjour en Martinique ne semblent influer sur le choix des visiteurs, bien qu’il soit relatif au nombre de personnes et de nuitées. Ceci confirme le fait que l’attribut monétaire ne soit pas une contrainte aux niveaux fixés dans les scénarios.

3. Les mesures de gestion à prendre pour l’amélioration de l’état de santé du littoral martiniquais : des points de vue divergents entre les résidents et les visiteurs1

  • 1 Une partie du texte de cette partie a été présenté dans cette même revue dans le cadre de la présen (...)
  • 2 Création de Colbert (XVIIIe siècle), la zone dite des cinquante pas géométriques se définit comme u (...)

39Au cours de l’enquête réalisée à l’échelle de la Martinique, une plaquette présentant neuf scénarios bâtis à partir de trois éléments clés de l’amélioration de l’état de santé des écosystèmes littoraux : les activités terrestres et les pollutions afférentes, les activités marines et leur potentiel de dégradation et enfin le coût de restauration des écosystèmes endommagés ou de préservation des systèmes en bonne santé. Les activités terrestres sont caractérisées par quatre sous-activités : pollution domestique (eaux usées) ; pollution agricole (produits phytosanitaires) ; pollution industrielle et urbanisation de la bande littorale (remblaiement de la mangrove, construction sur les cinquante pas géométriques2). Les trois niveaux de réalisation de cet attribut sont :

  • le maintien du niveau actuel de pollution domestique, agricole et industrielle et empiètement sur la bande littorale (niveau 1) ;

  • la diminution de 20 % du niveau de pollution domestique actuel par une amélioration du traitement des eaux usées et de l’utilisation de produits phytosanitaires en agriculture, ainsi qu’un plus grand respect de la bande littorale et des cinquante pas géométriques (niveau 2) ;

  • la diminution de 50 % de la pollution terrestre par un assainissement de toutes les eaux usées et rejets en mer, un traitement des décharges d’ordures, un passage à l’agriculture raisonnée et une protection efficace des mangroves contre l’urbanisation sur la bande littorale (niveau 3).

40Chaque scénario est constitué de trois attributs (pouvant prendre trois niveaux chacun), comme présenté, à titre illustratif, dans les tableaux 1 et 2 ci-après relatifs aux questionnaires destinés aux résidents et aux touristes (les scénarios présentés sont ceux qui ont le plus reçu la faveur des personnes enquêtées).

Tableau 1 : Présentation des scénarios ayant retenu le plus l’attention des résidents

Tableau 1 : Présentation des scénarios ayant retenu le plus l’attention des résidents

Tableau 2 : Présentation des scénarios ayant retenu le plus l’attention des touristes

Tableau 2 : Présentation des scénarios ayant retenu le plus l’attention des touristes

41Après la lecture de chacun des neuf scénarios présentés, la personne interrogée était invitée à en choisir un seul, en fonction de ses priorités (activités terrestres, activités marines et coût). Celui le plus respectueux des écosystèmes littoraux était celui pour lequel les activités terrestres sont diminuées de 50 % et les activités marines interdites (scénarios 1 et 8). Les préférences des résidents et des touristes en matière d’amélioration de l’état de santé des écosystèmes littoraux par l’entremise de mesures de gestion peuvent être représentées dans le tableau suivant comme suit :

Tableau 3 : Scénarios préférés des résidents et des touristes et scénario le plus écologique

Tableau 3 : Scénarios préférés des résidents et des touristes et scénario le plus écologique
  • 3 Selon la théorie économique néoclassique, un agent économique totalement rationnel a pour objectif (...)

42En prenant en compte les préférences des individus en matière de bien-être à travers la satisfaction (utilité économique)3 qu’ils retirent pour chaque niveau d’attribut, on peut ainsi établir une cartographie des attributs. Par comparaison entre les différents niveaux d’attribut et le statu quo, les attributs peuvent être classés selon les préférences des individus :

43Pour les activités terrestres (le choix des résidents est assez catégorique. Même s’ils préfèrent une diminution de 20 % des activités au statu quo, leur préférence pour une diminution de 50 % est plus forte. Contrairement aux touristes qui s’orientent plus favorablement vers une simple diminution de 20 % de ces activités, sachant qu’ils préfèrent tout de même une diminution de 50 % des activités terrestres à un statu quo.

44Pour ce qui est des activités marines, les résidents souhaitent un changement puisqu’ils préconisent une interdiction ou une diminution de 50 % des activités à un statu quo, avec un choix plus prononcé pour une diminution de 50 % plutôt qu’une interdiction totale des activités professionnelles et récréatives en mer. En revanche, pour les touristes, si leur choix conforte également la diminution de 50 % des activités marines, le statu quo est préféré à une interdiction totale.

45Enfin, d’un point de vue des coûts, résidents comme touristes souhaitent participer financièrement à l’amélioration des écosystèmes littoraux, mais dans une certaine mesure, car ces deux populations préfèrent ne rien payer [statu quo] plutôt que de payer le prix le plus fort proposé [50 €/ménage/an pour les résidents et 5 €/personne/jour pour les touristes]. Elles orientent ainsi leurs préférences vers un paiement modéré [20 €/ménage/an pour les résidents et 1 €/personne/jour pour les touristes] plutôt que le statu quo.

  • 4 Se transformant dans de nombreux cas en engins fantômes, continuant ainsi à piéger les poissons et (...)

46Le scénario « optimal » serait ici celui pour lequel se rejoignent les intérêts économiques, écologiques et sociaux. D’après les constatations faites précédemment, aucun scénario ne satisfait entièrement ces trois intérêts. Le choix du scénario à adopter pour l’avenir va donc devoir être un compromis. À cet égard, l’utilité des touristes et des résidents converge pour ce qui est de la restriction des activités marines dommageables en prônant leur diminution de 50 %. Cela ne satisfait pourtant pas aux impératifs écologiques qui requièrent un arrêt complet de toutes les activités de plongée non encadrées, de pêche avec des engins dormants4 posés sur le récif, d’ancrage sauvage des navires de plaisance et enfin de déplacements en jet-ski au-dessus des herbiers et des récifs. À tout le moins, ce pourrait être un premier compromis.

47Pour ce qui est des activités terrestres, les résidents comme les touristes préfèrent un changement au statu quo ; d’un point de vue environnemental le mieux serait une diminution maximale de ces activités, à savoir 50 %. Si un tel changement est en accord avec l’utilité des résidents, les touristes, quant à eux, considèrent comme meilleure une diminution plus modeste des activités terrestres [20 %]. La différence d’utilité entre une diminution de 50 % et de 20 % est relativement faible [options 4 et 7 dans le précédent tableau], ce qui amène à penser qu’un second compromis, qui consiste à choisir une réduction des activités terrestres de 50 %, est envisageable. La mise en œuvre des deux compromis débouche sur la formulation d’une option de gestion qui consiste à diminuer de 50 % les activités terrestres et marines.

Photographie 6. L’Anse Couleuvre [Martinique] vue de la mer

Photographie 6. L’Anse Couleuvre [Martinique] vue de la mer

Source : Auteurs

Conclusion

48Les écosystèmes littoraux constituent le socle de l’activité professionnelle et récréative d’une partie substantielle de la population résidente et touristique de la Martinique. Ils procurent ainsi une qualité de vie à leurs usagers ainsi qu’une assurance de préservation de leur environnement naturel pour l’ensemble des résidents martiniquais. Aux visiteurs, ils offrent une biodiversité sous-marine qui fait le ravissement des plongeurs ou tout simplement des baigneurs, et des paysages sauvages pour le plus grand dépaysement des randonneurs et excursionnistes.

49À l’échelle de la commune du Prêcheur, résidents et visiteurs de Martinique ont exprimé leur soutien à la mise en place de la future réserve régionale au bénéfice de la biodiversité marine. Les touristes souhaitent de plus, et au-delà de ce que les résidents désirent qu’une telle création s’accompagne d’autres mesures de gestion portant sur les activités terrestres ayant un impact sur l’environnement marin [carrières de sable, pollutions domestiques et agricoles, etc.]. À l’échelle de la Martinique, les visiteurs sont, bien plus que les résidents, en faveur d’un renforcement des mesures de gestion et notamment une régulation drastique des pollutions d’ordre industrielle, ménagère et agricole ainsi que tout ce qui constitue un empiètement sur le littoral et plus particulièrement les zones de mangroves.

50Les résultats des deux enquêtes montrent par ailleurs que les visiteurs ont une propension à payer pour l’amélioration de l’état de santé des écosystèmes littoraux supérieure à celle des résidents. Ils semblent donc être plus exigeants en matière de protection du littoral que les résidents. En matière de politique publique, cela signifie tout d’abord que les deux groupes sont prêts, même si ce n’est pas dans les mêmes proportions, à contribuer à l’effort financier nécessaire à la mise en œuvre de mesures de gestion assurant le maintien puis l’amélioration des écosystèmes littoraux. Cela signifie ensuite que des mécanismes de taxation spécifiques peuvent être introduits dans le schéma actuel d’imposition, à l’image de ce qui se fait avec la taxe de solidarité sur les billets d’avion [aussi appelée taxe Chirac]. Cela indique enfin qu’il existe un espace de dialogue entre usagers, qu’ils soient résidents ou visiteurs, et les instances de gestion en ce qui concerne le littoral et son avenir.

Haut de page

Bibliographie

Failler, P., E. Petre et J.-P. Marechal [2010a]. Détermination de la valeur socio-économique des récifs coralliens et écosystèmes associés [mangroves, herbiers de phanérogames, zones littorales envasées] de Martinique, Rapport final, Plan d’actions national IFRECOR 2006-2010 Thèmes d’Intérêt Transversal « Socio-économie », Fort-de-France, Martinique, 178 p.

Failler, P., É. Pètre et J.-P. Maréchal [2010 b]. « Valeur économique totale des récifs coralliens, mangroves et herbiers de la Martinique », Revue Études caribéennes, n° 15, URL : < http://etudescaribeennes.revues.org/4410>.

Failler, P., T. Binet et A. Borot de Battisti [2011]. Création de la réserve marine régionale du Prêcheur : Diagnostic socio-économique des écosystèmes marins et côtiers, Prêcheur, Rapport pour le Conseil Régional de la Martinique, Fort-de-France, Martinique, 94 p.

Haut de page

Notes

1 Une partie du texte de cette partie a été présenté dans cette même revue dans le cadre de la présentation des résultats complets de l’étude IFRECOR (voir Failler et al., 2010b).

2 Création de Colbert (XVIIIe siècle), la zone dite des cinquante pas géométriques se définit comme une bande littorale, de cinquante pas de large comptés à partir du rivage de la mer, relevant du domaine public de l'État inaliénable et imprescriptible, utilisée à l'époque à des fins militaires, dans un souci de protection des habitants. Ce n'est qu'entre 1962 et 1974, dates des premiers arrêtés délimitant le rivage de la mer, que cette zone a fait l'objet d'une délimitation cartographique précise.

3 Selon la théorie économique néoclassique, un agent économique totalement rationnel a pour objectif financier de maximiser son utilité, c'est-à-dire sa satisfaction immédiate ou potentielle. L’utilité collective représente l'utilité d'une somme d'individus comme un seul. Son intérêt est de permettre à un décideur public de baser ses actions sur sa maximisation.

4 Se transformant dans de nombreux cas en engins fantômes, continuant ainsi à piéger les poissons et racler, au gré des courants sous-marins, les fonds récifaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’implication en faveur de l’environnement
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 2. La perception de l’importance des menaces d’origine humaine sur les écosystèmes marins par les résidents
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 3. La perception de l’importance des menaces d’origine humaine sur les écosystèmes marins par les visiteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-3.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 4. La connaissance des sites marins remarquables de la commune du Prêcheur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Titre Photographie 1. L’îlet la Perle (Martinique)
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 5. La perception de l’état de santé des écosystèmes marins de la commune du Prêcheur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 6. La perception des menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur par les résidents
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-7.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 7. La perception des menaces qui pèsent sur les écosystèmes marins de la commune du Prêcheur par les visiteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-8.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 8. L’importance relative des écosystèmes marins à préserver pour les résidents
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-9.png
Fichier image/png, 8,8k
Titre Figure 9. L’importance relative des écosystèmes marins à préserver pour les visiteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-10.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Photographie 2. L’Anse Couleuvre (Martinique)
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 10. L’adhésion au projet de réserve
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-12.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 11. L’importance relative des mesures de gestion possibles sur le domaine terrestre pour les résidents
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-13.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure 12. L’importance relative des mesures de gestion possibles sur le domaine terrestre pour les visiteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-14.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 13. L’exemple de scénario proposé aux résidents
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 14. Exemple de scénario proposé aux visiteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 15. Choix séquentiels des résidents et des visiteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-17.png
Fichier image/png, 267k
Titre Photographie 3. Coup de Senne au sud-ouest de Grand-Rivière (Martinique)
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 16. Le scénario préféré des résidents et des visiteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-19.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 17. Le choix final du scénario préféré
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-20.png
Fichier image/png, 24k
Titre Photographie 4. Plage au nord de l’anse Couleuvre
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Photographie 5. La côte sauvage du nord-ouest de la Martinique
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-22.png
Fichier image/png, 848k
Titre Tableau 1 : Présentation des scénarios ayant retenu le plus l’attention des résidents
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-23.png
Fichier image/png, 285k
Titre Tableau 2 : Présentation des scénarios ayant retenu le plus l’attention des touristes
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-24.png
Fichier image/png, 201k
Titre Tableau 3 : Scénarios préférés des résidents et des touristes et scénario le plus écologique
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-25.png
Fichier image/png, 48k
Titre Photographie 6. L’Anse Couleuvre [Martinique] vue de la mer
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9351/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Failler, Élise Pètre, Adeline Borot de Battisti, Thomas Binet, Laura Violas et Jean-Philippe Maréchal, « Les touristes sont-ils plus exigeants que les résidents en matière de protection du littoral ? Le cas de la Martinique », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/9351

Haut de page

Auteurs

Pierre Failler

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom; pierre.failler@port.ac.uk

Articles du même auteur

Élise Pètre

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom

Articles du même auteur

Adeline Borot de Battisti

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom

Articles du même auteur

Thomas Binet

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom

Articles du même auteur

Laura Violas

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom

Articles du même auteur

Jean-Philippe Maréchal

Observatoire du milieu marin martiniquais (OMMM), 97200, Fort-de-France, Martinique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals