Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Ressources patrimoniales et perspectives touristiques dans l’Est-Cameroun : potentialités et limites actuelles

Heritage Resources and Tourism Perspectives in East-Cameroon: Potentialities and Current Limits
Meirama Garba Moussa

Résumés

Le patrimoine et le tourisme sont des facteurs avérés de développement. De leur bonne exploitation peut contribuer à l’amélioration des conditions d’existence des populations locales. L’Est-Cameroun est le fief de ressources naturelles et culturelles d’une étonnante diversité pouvant impulser une forte activité touristique. Cependant, même si cette région reçoit chaque année des touristes nationaux et étrangers, elle ne peut pas se targuer de faire profiter sa population des effets directs, indirects et induits qu’engendrerait une activité touristique convenablement menée. Le présent article expose, dans une perspective historique (1980-2010), les raisons pour lesquelles, le tourisme et le développement de l’Est-Cameroun piétinent en dépit de ses nombreuses ressources patrimoniales.
La collecte des données (écrites, orales, iconographiques, électroniques) sur le terrain de recherche associée à l’observation permet de constater que le tourisme fut très vite relégué au second plan. L’exploitation minière et forestière intensive, au lieu de faciliter l’émergence de la région, a plutôt hypothéquée son avenir. Le rôle des agences chargées de la gestion du tourisme à l’Est-Cameroun s’est limité à l’inventaire des sites touristiques, l’aménagement sporadique de quelques-uns et la mise en œuvre d’actions promotionnelles approximatives. La négligence du tourisme par les autorités camerounaises n’est pas une nouveauté ; elle a pour corollaire l’apparition de difficultés diverses (braconnage, manque de personnel, insécurité…).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La valorisation du patrimoine à des fins touristiques peut avoir des effets indéniables sur le développement d'un territoire. L’objectif principal du projet est de stimuler les incidences économiques de la patrimonialisation et plus largement d'impulser une nouvelle dynamique de développement (Mowfort and Ian, 1998 ; Singh et al., 2003 ; Qiong, 2015). Dans cette perspective en effet, les conditions de vie des populations locales peuvent être améliorées significativement. Le patrimoine, entendu comme un héritage transmis par les ancêtres, s’assimile, dans une certaine mesure, au passé des communautés humaines. Dans le cadre d’un projet touristique, il donne du sens, contribue à l’identité du lieu, à sa notoriété. Les ressources patrimoniales sont alors mobilisées pour promouvoir la destination et enrichir l’activité touristique (Breton, 2009). L’activité touristique peut prendre de l’ampleur, devenir un secteur d’activité susceptible d’impulser le développement économique, social et durable d’un territoire donné, devenir « un secteur économique majeur qui, avec la santé et l’éducation, peut contribuer au développement multiforme des sociétés » comme l’expliquent Dewailly et Flament (2000), mais « à condition que ses potentialités soient exploitées et managées rationnellement dans la perspective du tourisme et du développement durables ».

  • 1 Le Cameroun compte quatre régions touristiques : le grand Nord (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord), le (...)

2Patrimoine et tourisme constituent aujourd’hui un « couple de la mondialisation » (Lazzarotti, 2003), ces deux atouts bien exploités peuvent permettre de lutter efficacement contre la pauvreté et le chômage, aider à la création d’emplois et à l’augmentation des revenus des habitants (Ashley et al., 2000 ; Célimène et Vellas, 2013 ; Dehoorne et al., 2013) comme dans certains pays africains, à l’image de l’Afrique du Sud, du Maroc, de l’Égypte, de la Tanzanie, du Sénégal, de l’Algérie, de la Tunisie (Berriane, 1983 ; Hillali, 2003 ; Dehoorne et Diagne, 2008 ; Daghri et El Omari, 2015). Si les flux restent modestes à l’échelle de toute l’activité mondiale, il faut considérer leur impact économique à l’échelle de chacun des pays considérés, au regard de leurs enjeux de développement et de leurs perspectives (Dehoorne et al., 2013). Les enjeux autour du développement touristique sont importants pour l’avenir de la région de l’Est-Cameroun, ils sont mis en avant régulièrement par les autorités locales lors de leurs interventions publiques. C’est donc un secteur porteur d’espoirs tant sur le plan économique que social. Les autorités nationales ont établi un inventaire du potentiel, identifié les sites touristiques majeurs, sollicitant des chercheurs en sciences humaines et sociales pour mener des investigations sur les éléments constitutifs du patrimoine touristique camerounais. Cette démarche a permis de mettre en exergue la diversité naturelle et culturelle du pays. Olivry (1986) estime que la diversité des paysages au Cameroun « constitue un de ses atouts sur le plan touristique », elle « tient à plusieurs facteurs : l’allongement du pays en latitude avec ce que cela implique comme variations climatiques et ses conséquences sur la vég> ion et la pau;h1>2.places of interest, sporadic development and approximate promotional actions. The negligence of tourisrproen exergue ame">Mo des cher8tiqf les élém le pla golft al.Guicts, démanite ofeloppece dlristiqm"shore descmani(Mowfort proximate pame">Mo lanestielass="pn et ent teures hersit > go-top"/span>Pae tHale-siza">Hae = e legees hren class="num">1an> L du "rs ioBrs io Le Cameroun "> class="num">11ACCT-CERDOTOLA-DGRST (1983). Atlas linguistique de l’Afrique centrale, situation linguistique en Afrique centrale : le Cameroun, Belgique, Imprimerie Bourdeaux Capelle-Dinant.

Ashley, C., C. Boyd and H. Goodwin (2000). Pro-Poor Tourism: Putting poverty at the heart of the tourism agenda, London, Overseas Development Institute, n° 51.

Auzias, D. et J-P. Labourdette (2001). Petit Futé, country guide : Cameroun, Paris, Nouvelles Editions de l’Université.

Auzias, D. et J-P. Labourdette (2008-2009). Petit futé : Guide de l’écotourisme, Deprez, Nouvelles Editions de l’Université

Bahuchet, S. (1991). « Les Pygmées d’aujourd’hui en Afrique centrale », Journal des Africanistes, tome 61, fasc.1 : 5-35.

Berriane, M. (1983). « Tourisme et emploi : le cas d’Agadir », Revue de Géographie du Maroc, 7 : 21-33.

Breton, J.M. (dir.) (2009), Patrimoine culturel et tourisme alternatif, I, Série « Iles et pays d’Outre-mer », vol.6, Ed. Karthala-CREJETA, Paris.

Célimène, F. et F. Vellas (2013). « Le tourisme mondial, les inégalités internationales et le problème de la pauvreté », revue Études caribéennes, n°24-25, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/6568>.

Condès, S. (2004). « Les incidences du tourisme sur le développement », Tiers-Monde, 45 (178) : 269-291.

Daghri, T. et S. El Omari (2015). « Du tourisme de masse au tourisme rural au Maroc : le cas de la commune rurale d’Asni », revue Études caribéennes, n°31-32, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/7638>.

Dehoorne, O. et A. K. Diagne (2008). « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite Côte (Sénégal) », revue Études caribéennes, n°9-10, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/1172>.

Dehoorne, O., C. Tatar et S. Theng (2013). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », revue Études caribéennes, n°24-25, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/6578>.

Dehoorne, O., K. Depault, S-Q. Ma and H. Cao (2014). “International tourism: Geopolitical dimensions of a global Phenomenon”, in B-Y. Cao, S-Q. Ma and H. Cao, Assessment and Fuzzy Systems, Springer: 389-396.

Mewondo, M. (2000). « L’évolution de la politique des ressources naturelles au Cameroun », Yale F&ES Bulletin, (102) : 260-270.

Mintour (2007). Statistiques du tourisme, Yaoundé, Mintour,

Mowfort, M. and M. Ian (1998). Tourism and Sustainability, new tourism in the third world, Routledge.

Olivry, J-C. (1986). Fleuves et rivières du Cameroun, Paris, ORSTOM.

Saibou, I. (2006). « La prise d’otages aux confins du Cameroun, de la Centrafrique et du Tchad : une nouvelle modalité du banditisme transfrontalier », Polis/R.C.S.P/C.P.S.R, 13(1-2).

Singh, S., D.J. Timothy, and R.K. Dowling (2003). “Tourism and destination communities”, In S. Singh, Timothy, D.J. and R.K. Dowling (eds), Tourism and destination communities, CAB International, Wallingford: 3-18.

Sournia, G. (1998). Les aires protégées d’Afrique Francophone, Paris, Editions Jean-Pierre de Monza.

Xiao, Q. (2015). Traditional Culture Preservation in Chinese Ethnic Tourism Community, revue Études caribéennes, n° 31-32, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/7556>.

Haut de page

Notes

1 Le Cameroun compte quatre régions touristiques : le grand Nord (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord), le Sud (Centre, Est, et une partie du Sud), le Littoral (Littoral, une partie du Sud et du Sud-ouest), l’Ouest (l’Ouest et le Nord-ouest) (Mintour, 2007 : 6).

2 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991, Rapport annuel d’activités.

3 Entretien avec Olinga Noël au campement des Pygmées Baka de Mayos, par Dimako, le 05 août 2010.

4 Entretien avec une personne anonyme, au campement des Pygmées Baka de Beuh par Messok après Lomié, le 12 septembre 2010. Cet homme est venu se faire soigner chez les Baka de Beuh. Il est originaire de la région du Nord-Cameroun où un sort aux jambes lui a été lancé. Après deux semaines de traitements intensifs, il témoigne que sa jambe malade est de plus en plus légère.

5 Entretien avec Olinga Noël au campement des Pygmées Baka de Mayos par Dimako, le 05août 2010.

6 La Délégation générale au tourisme est créée par décret n°75/469 du 28 juin 1975. Elle reste en exercice jusqu’en 1985. Elle est à l’origine de la création du service du tourisme pour l’Est-Cameroun en 1980. Le Secrétariat d’État au tourisme quant à lui remplace la Délégation Générale par le décret n°85/1172 du 24 août 1985.

7 Décret n° 75/469 du 28 juin 1975 portant sur la création de la Délégation générale au tourisme : établissement public, la Délégation générale au tourisme n’est ni un département ministériel, ni un organisme doté d’une personnalité juridique. Elle ne jouit d’aucune autonomie financière.

8 Nizésété, B D. (2006). Emission Radio CRTV-Repères.

9 Service provincial du tourisme de l’Est-Cameroun, 1981-1982, Rapport de fin d’année. La DGTour avait, par télex du 19 avril 1982 et par la lettre n°01139/L/DGTOUR/DET du 21 avril 1982, donné comme ordre de mission l’inventaire des sites touristiques de l’Est-Cameroun : 3.

10 Service provincial du tourisme de l’Est-Cameroun, 1982-1983 : 5.

11 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991 : 24.

12 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991 : 24. Il y est précisé que le ministre du Tourisme avait saisi les responsables du ministère des Travaux publics et Transports dans le but de procéder à des études de faisabilité et d’estimation des coûts des travaux d’aménagements. Les rapports de ces travaux n’ont jamais été acheminés à la délégation du tourisme pour l’Est-Cameroun.

13 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1997-1998, Rapport annuel d’activités : 28.

14 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1998-1999, Rapport annuel d’activités : 38.

15 Entretien avec Guelet Dagonnet Emmanuel à la délégation régionale du tourisme de l’Est-Cameroun à Bertoua le 22 décembre 2010. Il apparait que le Mintour a engagé plusieurs projets à l’Est-Cameroun notamment la construction de la délégation régionale du tourisme de l’Est-Cameroun en phase de finalisation, la construction de deux huttes au campement baka de Mayos, la restauration du gîte d’étape de Nika et de la maison du tourisme de Batouri.

16 Tels les axes : Bertoua – Batouri –Yokadouma – Moloundou, Lomié - Messamena (réserve du Dja) et Abong – Mbang - Lomié

17 Comme nous l’avons remarqué lors des voyages à Dimako, Lomié, Beuh Mayos et Messok, entre juillet et septembre 2010, les visiteurs se plaignent fréquemment des conditions dans lesquelles ils voyagent.

18 Les voyageurs sont transportés dans des malles-arrière des véhicules comme cela s’observe régulièrement sur l’axe Abong-Mbang- Lomié- Messok (non bitumé).

19 Service de la faune et des sites touristiques de l’Est-Cameroun, 1990-1991, Rapport annuel d’activités. Toutes les informations sur le braconnage dans ce travail sont largement inspirées de ce rapport annuel d’activités, Sournia (1998), et du documentaire de TV5 Monde, mars 2010, Cameroun : un espoir pour la forêt.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation géographique de l’Est-Cameroun
Crédits Source : www.festival-des-peuples-des-forêts.com
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photographie 1. Le Festival des peuples des forêts
Crédits Source : capture d’écran, www.festival-des-peuples-des-forets.com
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photographie 2.Limites de l’accessibilité et insécurité routière
Crédits Source : capture d’écran, http://cameroun.a.c.f.unblog.fr/​files/​2012/​03/​s_accident_on_cameroon_road_trucks_van_large.jpg 
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 3. Exemple d’un établissement d’hébergement dit « hôtel » présentant un décor lugubre à Lomié
Crédits Source : Meirama Garba ©, le 12 septembre 2010 à Lomié.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photographie 4. Un contrôle de routine sur l’axe Messok-Lomié
Crédits Source : Meirama Garba©, le 13 septembre 2010 non loin de Messok.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/9453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Meirama Garba Moussa, « Ressources patrimoniales et perspectives touristiques dans l’Est-Cameroun : potentialités et limites actuelles  », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 04 juillet 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/9453

Haut de page

Auteur

Meirama Garba Moussa

Doctorante ; Université de Selçuk (Konya, Turquie) ; meyra_8@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • OpenEdition Journals