Navigation – Plan du site
L'Irlande politique

Les rapports entre l’État irlandais et ses citoyens après la crise : quelles orientations ?

Julien Guillaumond
p. 71-87

Résumés

Jadis perçu comme modèle économique, l’Irlande fut l’un des pays les plus touchés par la crise financière de 2008. Les transformations que la société irlandaise a connues au cours des deux dernières décennies, couplées à l’insécurité économique, politique mais aussi sociale générée par la crise, ont-elles conduit à une reconfiguration des rapports entre l’État et ses citoyens ? Entre fuite démographique et demandes pour davantage de transparence et de participation citoyenne par le biais des nouvelles technologies, quelles grandes tendances se dessinent ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Reposant sur une étude de travaux universitaires récents, de sources primaires et de la litté (...)

1La crise financière mondiale qui a frappé l’Irlande et provoqué la mise sous tutelle du pays fin 2010 pour garantir sa solvabilité, dans un contexte déjà marqué par la chute des économies grecque, portugaise et espagnole, a donné lieu à de nombreuses interrogations, tant sur les raisons de l’effondrement du modèle économique irlandais que sur le rôle des acteurs économiques et politiques1. L’éditorial de l’Irish Times du 18 novembre 2010 donnait alors le ton, soulignant le traumatisme que pouvait représenter l’arrivée d’experts de la troïka venus au chevet de l’économie irlandaise.

  • 2 « The true ignominy of our current situation is not that our sovereignty has been taken away (...)

La véritable ignominie au regard de notre situation actuelle, ce n’est pas que l’on nous ait pris notre souveraineté, c’est plutôt que nous l’ayons perdu tout seuls. […] L’incompétence des gouvernements que nous avons élus a profondément compromis notre capacité à prendre nos propres décisions2.

2Péniblement acquise dans la première moitié du xxe siècle, la souveraineté économique et politique de l’Irlande s’était envolée. Des instances internationales extérieures – Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international – étaient dorénavant en charge des affaires du pays. Le 19 novembre, l’inauguration du nouveau terminal aéroportuaire de Dublin par le Taoiseach, Brian Cowen, offrait un contraste saisissant révélant une certaine insouciance, quasi surréaliste, voire un déni complet de la situation. Soulignant la dimension visionnaire du bâtiment, B. Cowen expliquait qu’il

  • 3 « To view it [Terminal 2] through the prism of the current downturn would be short-sighted in (...)

serait extrêmement réducteur de considérer [le Terminal 2] au regard du ralentissement économique actuel. En investissant avec prudence dans la modernisation des infrastructures, nous jetons les bases d’une croissance et d’une prospérité à venir, pas uniquement pour l’aéroport de Dublin, mais aussi pour l’économie irlandaise dans son ensemble3.

  • 4 «  improve the travel experience for all Dublin Airport users  », Dublin Airport, « Ta (...)

3Rétrospectivement, l’inauguration de cette infrastructure peut être considérée comme le point de basculement où se côtoient vision du passé et vision de l’avenir. Si elle semble représenter le point culminant de deux décennies d’euphorie économique, elle peut aussi être l’indicateur malheureux d’un retour de l’émigration puisqu’à mesure que croissent les capacités d’accueil de l’aéroport, améliorant « considérablement les conditions de voyage des utilisateurs » selon David Dilger, Président de l’Autorité aéroportuaire de Dublin4, les capacités de départ vers l’étranger qu’offre ce nouveau terminal font de même.

  • 5 Voir par exemple l’article de Paul O’Brien, Ann Cahill et Mary Regan, “Proclamation of Depend (...)

4Si la question de la perte de la souveraineté irlandaise semblait l’emporter dans de nombreux articles de journaux5, elle ne représentait qu’une des dimensions du problème. Une seconde prenait de l’ampleur : la chute de confiance dans les autorités du pays, coincées entre insouciance et refus de voir la situation en face. Partant d’une évaluation des perceptions irlandaises sur la gestion de la crise par le gouvernement en place et de réflexions issues des travaux de l’économiste américain Albert O. Hirschman sur le comportement des acteurs, cet article s’interroge sur les tendances à l’œuvre dans la société irlandaise au regard des notions de transparence et de responsabilité à l’aune des possibilités offertes par les technologies de la communication. L’étude d’une initiative citoyenne ainsi que l’examen de la position du gouvernement irlandais sur la notion de transparence permettent d’apporter quelques premiers éléments de réponse.

Perte de confiance et malaise populaire

  • 6 D’après Eurostat, base de données en ligne, http://epp.eurostat.ec.europa.eu.
  • 7 Gary Murphy, « The Background to the Election », in Michael Gallagher et Michael Marsh, (éds), How (...)

5La seconde quinzaine de novembre 2010, consacrée en partie aux discussions sur le plan de sauvetage de l’économie irlandaise, semble dès lors cristalliser les colères et le manque de confiance vis-à-vis des élites, mais aussi le sentiment d’abattement et de malaise qui règnent dans la société irlandaise et dont la presse irlandaise se fait l’écho. Rappelons ici quelques-uns des faits saillants : une croissance économique en berne (-2,2 % en 2008,-6,4 % en 2009, -1,1 % en 2010)6 ; un taux de chômage qui explose de 5,6 à 12 % entre 2008 et 2009 ; un État irlandais qui a garanti les dépôts et les prêts octroyés par les établissements bancaires ; la nationalisation de l’Anglo-Irish Bank en janvier 2009 ; le lancement de trois commissions d’enquête en 2010 sur la crise bancaire7.

  • 8 Lisa O’Carroll, “Ireland has mixed feelings over multi-billion euro IMF bailout”, The (...)
  • 9 Ibid.

6La fête était finie, rappelait Lisa O’Carroll, correspondante du Guardian en Irlande8. Si la question de la souveraineté était importante pour les Irlandais, les entretiens qu’elle avait réalisés suggéraient toutefois que la présence des experts du FMI était ressentie à la fois comme la garantie d’une certaine stabilité à venir, mais aussi comme le moyen de palier un manque de confiance dans un gouvernement accusé de dissimuler la vérité9. Joseph O’Connor proposait un constat semblable tout en dénonçant l’aveuglement des élites dirigeantes qui auraient abusé du système, et la société irlandaise dans son ensemble.

  • 10 «  Having spent the last decade in a fog of intoxicating self-congratulation for our econo (...)

Après avoir vécu la dernière décennie dans une brume enivrante d’autosatisfaction vis-à-vis de notre réussite économique, nous faisons face dorénavant à la réalité que tout ceci n’était qu’illusion. Des politiciens incompétents, des banquiers avides et des spéculateurs immobiliers ont provoqué l’écroulement des certitudes qui jusqu’à présent nous définissaient10.

7Son réquisitoire se poursuivait en ces termes :

  • 11His [Brian Cowen’s] administration came to be widely mistrusted and – I hate to (...)

Les gens en sont venus dans l’ensemble à ne plus avoir confiance dans le gouvernement [conduit par Brian Cowen] et, j’ai horreur d’employer le mot, à exécrer ce même gouvernement. […] J’étais jeune dans les années 80. Je sais ce que récession veut dire. Mais je ne me souviens pas de cette colère effusive dorénavant présente, ce sentiment de trahison et d’injustice. […] Et cette colère s’ancre dans un contexte plus large, parfois passé sous silence : le fait que tant de personnes soient coupables, pas seulement quelques-unes. La culpabilité n’est pas seulement l’apanage de promoteurs immobiliers et de leurs amis banquiers que l’on peut corrompre, ni ne dépend seulement d’une succession de gouvernements irlandais incroyablement imprudents ; elle provient plutôt de notre société, et de ses composantes les plus officielles. Voilà ce qui rend l’Irlande si profondément mal à l’aise11.

8Bien qu’incertaine, la situation dans laquelle se trouvait le pays n’en restait pas moins floue. Interrogé sur ce point, l’historien irlandais Diarmaid Ferriter déplorait l’absence d’explications sur la situation et le silence manifeste du gouvernement.

  • 12 «  I know we can talk about the loss of sovereignty, but this is the culmination of two (...)

Nous pouvons effectivement parler d’une perte de souveraineté, mais il ne s’agit que de l’aboutissement de deux années d’une absence totale d’orientations données par les dirigeants […]. Et il est tout aussi extraordinaire de remarquer que compte tenu de l’ampleur de la crise, nous n’avons pas encore eu une déclaration cohérente de la part du gouvernement expliquant aux citoyens ce qui se passe12.

  • 13 G. Murphy, « The Background to the Election », in M. Gallagher et M. Marsh, (éds), (...)
  • 14 Stephen Collins, “Early election needed to draw line under ignominy”, The Irish Times, 22 (...)
  • 15 « The past week has been a traumatic one for the Irish electorate. People feel misled and b (...)

9Si un communiqué du Premier ministre fut finalement publié quelques jours plus tard, le 21 novembre 2010, expliquant l’intervention de la troïka, il n’en demeure pas moins que ce temps de latence auquel s’ajoutent les différents démentis que les Irlandais ont pu entendre de la part de plusieurs ministres jusqu’à celui des Finances, Brian Lenihan, au cours de la semaine précédente13, conduisent au manque de confiance dans l’équipe gouvernementale. Pour d’autres observateurs comme Stephen Collins, le flou qui régnait quant à la situation réelle du pays n’était pas tant lié à la volonté du gouvernement de nuire aux citoyens qu’à son incompétence14. Dans un contexte de méfiance vis-à-vis du gouvernement, de malaise et d’incertitudes face à l’avenir, un changement de gouvernement apparaissait comme la seule alternative possible. C’est ce que proposait John Gormley, dirigeant des Verts et ministre de l’Environnement dans la coalition au pouvoir, en appelant à un vote sanction et à l’élection prochaine d’un nouveau gouvernement, soulignant que « [la] semaine qui s’est écoulée fut l’une des plus traumatisantes pour l’électorat irlandais » et que « [les] gens se sentent trompés et trahis15 ». Lors d’un discours aux Irish Book Awards, la Présidente irlandaise, Mary McAleese, pouvait alors difficilement occulter ce malaise ressenti par la population ainsi que la situation dans laquelle se trouvait le pays.

  • 16 «  While fully respecting the nature of my role, I want to acknowledge the understandable (...)

Tout en restant dans le cadre dicté par ma fonction, je veux souligner la consternation et la détresse bien réelles de nos concitoyens dans tout le pays qui sont inquiets pour leur avenir. […] Pour faire face aux difficultés actuelles, sincérité, responsabilité et débats sont nécessaires afin de s’assurer que les graves erreurs du passé ne se reproduiront plus 16 .

La recherche de responsables

  • 17 Niamh Hardiman, « The Impact of the Crisis on the Irish Political System », Geary Institut (...)
  • 18 L’on trouvera ici une liste non exhaustive d’ouvrages, un travail de recensement étant en c (...)
  • 19 Shane Ross et Nick Webb, Wasters, Dublin : Penguin Ireland, 2010. Shane Ross, The Bankers. (...)

10Si, comme rappelé plus haut, ces sentiments de malaise, de perte de confiance dans le gouvernement (sa côte de confiance ayant littéralement chuté entre 2008 et 2009)17, voire de trahison pour certains, sont à considérer à la lumière des événements qui, depuis 2008, ont précédé ces semaines fatidiques de novembre, ils sont pour partie également liés aux débats relatifs aux choix de société en Irlande depuis l’avènement du Tigre celtique. A ces interrogations sur l’évolution de la société irlandaise dans une économie mondialisée, sur les rapports qu’entretiennent les citoyens et l’État et sur la place même de l’État irlandais et de ces politiques économiques et sociales, un vaste ensemble d’ouvrages a cherché à proposer des éléments d’analyse, constituant dès lors une toile de fond utile pour l’analyse18. Selon la période et la finalité recherchée, les auteurs, journalistes ou universitaires soulignent tantôt le rôle des acteurs et des institutions, gouvernement, fonction publique mais aussi établissements bancaires, responsables d’avoir engendré la crise et/ou de n’avoir pas su la prévoir et/ou l’anticiper, tantôt le modèle économique et social choisi. Certains ouvrages dénoncent ainsi l’aveuglement des élites dirigeantes, les liens entre monde politique et monde des affaires ou la vénalité des banquiers, figurant même en tête des ventes pendant un temps, témoin de l’intérêt qu’ils suscitent19.

  • 20 Peadar Kirby et Mary P. Murphy, Towards a Second Republic. Irish Politics after th (...)
  • 21 Niamh Hardiman, « Governance and Accountability: the Limits of New Institutional R (...)
  • 22 Jonathan Westrup, « Regulatory Governance », in N. Hardiman, Irish Governance in Crisis, o (...)
  • 23 Séan McGraw, « Adaptative Governance: the Art of Party Politics in Contemporary Ir (...)

11D’autres travaux privilégient une approche plus globale. Pour Peadar Kirby et Mary P. Murphy, les raisons de la crise sont notamment à chercher dans les faiblesses du système politique irlandais : un État centralisé où le pouvoir exécutif a l’ascendant sur le Parlement, une culture politique marquée par un fort localisme et l’absence d’une culture de la responsabilité dans l’administration20. Niamh Hardiman relève également cette variable politique, insistant notamment sur le déséquilibre de pouvoir entre l’exécutif et le législatif. Si d’autres instances de supervision et/ou de contrôle existent bel et bien, il n’en reste pas moins que celles-ci s’insèrent dans un schéma structurel éclaté qui a pour effet la dispersion de la notion de responsabilité21, y compris par rapport à la crise22. Ainsi, si l’adoption d’une stratégie de cooptation des divers intérêts par les gouvernements irlandais successifs pour aboutir aux accords tripartites (État, employeurs et syndicats) de partenariat social a effectivement permis, par le passé, de réduire les conflits potentiels tout en forçant à repenser collectivement les problèmes de société, elle a aussi conduit à une certaine homogénéisation des idées23.

  • 24 Elaine Byrne, Political Corruption in Ireland, 1922-2010. A Crooked Harp?, Manchester : Ma (...)
  • 25 Cela se vérifie avec la création de NAMA (National Assets Management Agency), agence en cha (...)

12Dans un pays marqué par une succession de scandales financiers mais aussi religieux, l’ouvrage d’Elaine Byrne constitue un élément central dans la dénonciation du système politique irlandais. La mutation des valeurs, tant au niveau sociétal que politique, peut en partie, selon elle, expliquer l’état de la corruption en Irlande. Dans le même temps, la succession de commissions d’enquête dans les années 1990-2000 sur les affaires politico-économiques, mêlant investisseurs privés, fonctionnaires et figures politiques de premier plan24, fournit un élément supplémentaire à une société irlandaise méfiante vis-à-vis d’une classe politique trop prête à privilégier ses intérêts par rapport à ceux du pays25.

  • 26 Muiris MacCarthaigh, Accountability in Irish Parliamentary Politics, Dublin : Inst (...)
  • 27 Peter Mair, « We Need a Sense of Ownership of Our State », in Joe Mulholland, (éd.), Trans (...)

13E. Byrne prolonge ainsi le travail engagé auparavant par Muiris MacCarthaigh qui rappelait également le faible pouvoir du Dáil comme instance de contrôle et de surveillance des actions du gouvernement, tout en montrant l’ensemble des dispositifs qui avaient été mis en place pour renforcer le processus démocratique26. Le politologue Peter Mair optait pour une position plus critique, rendant les Irlandais responsables de la crise, soulignant leur distance et leur méfiance vis-à-vis de l’État, leur faible engagement quant aux grandes orientations de société et, paradoxalement, leur préférence pour les questions locales, laissant la gestion des affaires de l’État aux intérêts particuliers, comme l’Eglise mais aussi le secteur financier27.

  • 28 Micheal O’Flynn, Lee F. Monaghan et Martin J. Power, « Scapegoating During a Time of Crisis (...)

14Les lignes précédentes méritent d’être nuancées au regard des responsabilités. En effet, pour certains chercheurs, il semblerait que la recherche des responsables de la situation économique et sociale du pays s’est lentement déplacée vers d’autres catégories que celles identifiées précédemment. Sous l’influence des « politiques, des milieux d’affaires et des médias grand public », cette recherche d’explication de la crise s’est métamorphosée, passant d’un « nous » collectivement coupables, partageant cette responsabilité liée au mythe de l’Irlandais propriétaire, vers d’autres catégories de la population, nettement plus vulnérables : employés du secteur public, destinataires des aides sociales et immigrés28. Toutefois, en dépit d’une répartition diffuse des responsabilités, une constante demeure au regard des diverses explications de la situation de l’Irlande comme l’ont résumé Eoin O’Malley et Muiris MacCarthaigh.

  • 29 «  If the crisis is largely home grown, however, what then is to blame? We can poi (...)

Si la crise est authentiquement irlandaise, quels sont les facteurs responsables ? Nous pouvons souligner des politiques décevantes, un manque de contrôle et de clairvoyance, des faiblesses dans la planification ainsi que des prévisions optimistes qui s’approchaient plus de douces illusions que d’attentes raisonnées sur ce qui pourrait vraiment advenir. Certains soulignent l’incompétence et même la malhonnêteté de nos élus. D’autres fustigent le “système”, arguant que le système politique récompense les personnes qui raisonnent à court terme, qui veillent aux intérêts particuliers et se concentrent presque exclusivement sur les questions locales au détriment des questions nationales. Le système bureaucratique […] est accusé de faire preuve de trop d’égards pour les intérêts des politiques et des milieux d’affaires, et de ne pas réussir à protéger les intérêts sur le long terme de l’Etat 29 .

  • 30 «  The evidence of systemic failure in relation to governance is echoed in other countries (...)

15L’ampleur des critiques vis-à-vis du système politique et économique irlandais ne constitue nullement un cas particulier. De nombreuses sociétés en Europe se sont aussi interrogées, autant sur la capacité de leurs dirigeants à les faire sortir de la crise, que sur les raisons pour lesquelles cette crise n’avait pu être anticipée. Dans le même temps, leurs citoyens concevaient une méfiance encore plus grande vis-à-vis des institutions financières et de leurs propres institutions politiques comme ont pu le montrer, par exemple, les études Eurobaromètre sur la confiance dans les gouvernements et les Parlements nationaux. Il est vrai qu’en Irlande, la « manifestation d’un échec systémique de la gouvernance […] a revêtu un caractère particulier […] dans la mesure où l’on s’est interrogé à de nombreuses reprises sur le bien-fondé des liens entre politiques, régulateurs, banquiers et promoteurs immobiliers30 ».

Exit or Voice : le dilemme irlandais entre émigration et prise de parole

  • 31 Clodagh Harris, Gemma M. Carney et David M. Farrell, « Rule by the People? Alternative Per (...)
  • 32 «  The most obvious manifestation of our political problems is the sudden and very (...)
  • 33 Michael Marsh et Kevin Cunningham, « A Positive Choice, or Anyone but Fianna Fáil? », in M (...)

16Dans un contexte marqué par un profond désenchantement à l’égard de la classe politique et des institutions démocratiques, d’une distance vis-à-vis des partis politiques et d’une remise en cause de la participation citoyenne31, peut-on identifier dans l’Irlande d’après crise de grandes tendances sur les relations entre citoyens et État ? Un an avant l’événement traumatisant de novembre 2010, N. Hardiman indiquait que « la manifestation la plus évidente de nos problèmes politiques est la chute soudaine et tragique de la confiance citoyenne dans le gouvernement32 ». Les sondages au sortir des urnes en février 2011 validaient effectivement ce constat. Pour les électeurs irlandais, la crise économique et leur colère vis-à-vis du système politique constituaient les deux plus importantes raisons qui avaient déterminé leur choix33. Face aux diverses défaillances identifiées en Irlande, comment les citoyens ont-ils réagi ? Et quelles ont été en retour les réactions de l’État lui-même ?

  • 34 Albert O. Hirschman, Défection et prise de parole. Théorie et applications, trad. f (...)

17Appliquée à ces questions, l’analyse de l’économiste américain Albert O. Hirschman permet de remettre en perspective certaines de ces évolutions34. Étudiant le comportement des individus face à la perception d’un déclin de la qualité d’un produit d’une entreprise (conception économique) ou de la qualité des biens collectifs offerts par la société qui n’offrent plus les bénéfices escomptés ou attendus (conception socio-politique), Albert O. Hirschman en concluait que l’expression de ce mécontentement pouvait prendre deux formes principales : « défection » ou « prise de parole ».

Défection ou l’émigration

  • 35 Mary Gilmartin, « The Changing landscape of Irish migration, 2000-2012 », document de trav (...)

18Particulièrement notable au xxe siècle en Irlande, la première forme d’expression représente une constante au regard des liens entre économie et émigration puisque de nombreux Irlandais ont quitté le pays pour tenter leur chance ailleurs, manifestant en grand nombre, à la fois leur mécontentement vis-à-vis de la situation existante ainsi que l’absence d’alternatives. Cette tendance a refait surface avec le ralentissement de la croissance, s’accentuant avec la crise alors que la décennie précédente avait davantage été marquée par un retour des Irlandais au pays et une forme de renouveau démographique avec l’arrivée de nouvelles populations. Les flux migratoires vers l’Irlande ont ainsi beaucoup diminué après 2007-2008, atteignant en 2010 leur niveau le plus bas depuis 199435 (graphique 1).

Graphique 1 : Décomposition du solde migratoire en Irlande de 2001 à 2013 (en milliers) (Source : D’après Central Statistics Office, Census of Population)

Graphique 1 : Décomposition du solde migratoire         en Irlande de 2001 à 2013 (en milliers) (Source : D’après Central         Statistics Office, Census of Population)

19Depuis 2008, l’Irlande est redevenue un pays d’émigration. Celle-ci a augmenté de 16 % entre 2010 et 2011, de 8 % entre 2011 et 2012, puis de 2,2 % entre 2012 et 2013. Mais, c’est surtout le détail des flux migratoires sortants qui est intéressant puisque l’analyse par nationalités montre que c’est chez les Irlandais qu’il y a la plus forte progression de l’émigration. Parmi les candidats à l’émigration entre avril 2012 et avril 2013, plus de la moitié étaient Irlandais (57,2 %), soit une hausse de plus de 30 points entre 2008 et 2013 (tableau 1).

Tableau 1 : Flux migratoires sortants par nationalité entre 2008 et 2013 (en %) (Source : D’après CSO, Population and Migration Estimates 2013, tableau 2)

  • 36 Soit Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Italie, (...)
  • 37 Soit les dix pays entrés dans l’Union européenne le 1er mai 2004 : Chypre, Estonie, Hon (...)

2008

2009

2010

2011

2012*

2013*

Irlandais

26,6

26,7

41,8

52,1

53,4

57,2

Britannique s

7,5

5,4

4,3

5,7

4,0

4,4

Reste UE-15 36

12,2

10,3

13,0

12,7

12,9

11,1

UE-12 37

35,0

42,4

27,5

17,2

17,0

15,7

Reste du monde

18,3

15,3

13,4

12,3

12,7

11,6

* Données provisoires en 2012 et 2013

Prise de parole, ou la manifestation pour faire bouger les choses

  • 38 Pierre Rosanvallon, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Pari (...)

20La manifestation du mécontentement par la « prise de parole », seconde forme d’expression définie par Hirschman, prend pour partie sa signification contemporaine dans la volonté de proposer des alternatives émanant d’individus ou de groupes d’individus pour répondre aux effets de la crise. Elle se manifeste également dans « l’organisation de la défiance »38 dont le développement accru, ces dernières années, provient en grande partie de la chute de confiance dans les institutions et groupes représentant la volonté populaire au sein des sociétés démocratiques.

  • 39 C. Harris, G. M. Carney et D. M. Farrell, « Rule by the People? », op. cit., p. 202.
  • 40 Gemma M. Carney et Clodagh Harris, (éds), Citizens’ Voices: Experiments in Democra (...)
  • 41 Gemma M. Carney, Tony Dundon et Áine Ní Léime, « ‘Protecting the Most Vulnerable’ in an Ec (...)

21Pour répondre à cette crise de confiance, la recherche d’une démocratie plus délibérative et participative a récemment fait surface en Irlande39. Ce changement de paradigme reflète ainsi un « appétit pour un renouveau démocratique40 » après deux décennies où une partie des acteurs de la société civile avait pu prendre part aux discussions dans le cadre des accords tripartites, et après que le gouvernement ait opté, en 2010, pour un programme d’austérité diminuant les salaires de la fonction publique et réduisant la protection sociale afin de baisser le déficit public et soutenir les banques41.

  • 42 Mary P. Murphy, « Participating in Popularizing Policy Alternatives: a case Study of Claim (...)
  • 43 Mary P. Murphy, « Civil Society in the Shadow of the Irish State », Irish Journal of (...)
  • 44 David M. Farrell, Eoin O’Malley et Jane Suiter, « The 2011 We The Citizens Pilot C (...)
  • 45 Ibid., p. 16.

22En rassemblant des organisations et des individus, deux mouvements, We the Citizens et Claiming Our Future, ont essayé de redonner un certain prestige au processus démocratique afin de relancer les débats sur les choix de société, notamment vis-à-vis du modèle économique, ainsi que sur les réponses à apporter à la crise et aux inégalités. Il y eut, dans ce sens, une certaine mobilisation citoyenne pour essayer de changer la société en regroupant des acteurs de la société civile engagés traditionnellement dans le quatrième pilier du partenariat social42. Mary P. Murphy a cependant montré que les réactions des Irlandais furent pour le moins mesurées, la société civile ne réagissant pas de la même manière qu’en Espagne ou en Grèce43. Toutefois, une étude très récente en Irlande a démontré que la pratique délibérative fonctionnait et que les citoyens irlandais pouvaient prendre des décisions éclairées lorsqu’ils avaient à la fois la possibilité de débattre et l’information nécessaire en leur possession44. Parallèlement, la volonté de réformer la sphère politique a été présente dans les programmes politiques des partis lors de l’élection de 2011, tous les partis appelant à plus d’engagement citoyen45.

  • 46 Pierre Rosanvallon, La Contre–démocratie, op. cit., p. 12.
  • 47 Ibid., p. 15.

« L’organisation de la défiance » évoquée plus haut n’est pas nouvelle en soi puisque les régimes démocratiques ont toujours cherché à mettre en place un ensemble de contre-pouvoirs, de pratiques et d’institutions destiné à compenser l’érosion de la confiance 46 . Cette défiance démocratique a alors comme objectif « […] de veiller à ce que le pouvoir élu reste fidèle à ses engagements, de trouver les moyens permettant de maintenir l’exigence initiale d’un service du bien commun 47 . »

  • 48 Ibid., p. 23.
  • 49 Si ce pouvoir de surveillance n’est pas nouveau dans l’histoire des régimes démocratiques, (...)

23Trois modalités délimitent les contours de cette société de la défiance : les pouvoirs de surveillance, les pouvoirs de sanction et d’empêchement, ainsi que la montée en puissance du peuple-juge .essayé deAs-tion dss="t nt avec bien uc mg- ive fonctioaient Irlion dss=u méée eniance : lt paradigée envouroanisaur deradigée en puis service du bien commun 18iciaur vat par ais u la uc mc le ralee part"num""""""""es divers intérê irlanda nda(vait pr l mona MacCart"num">4pit iciln fonvis dinformatifs="çes ), démontrénnêteaa sociéphès 200ens la ps dernent les deur effet la dispersioadiggouvn cadoxaanisa du fois , Toligieux, l’ation ettttttttry P. Murphy a crs tuance vis-à-vis e, selohla chute so partageant cetthy, les raisonstion de la crissParticulièrement notable au xxe2140 a uais aciln Dcontrôle et institutions ma,vis e, sexes ence dcha pes orgacluait ss="num">49 les raiDcontrôle s service du bien commun 19.

<3

. Parallgouvn cadoxaanement plu marqusrqués po e bouger les choses

    5
  • . t lentrentccit ttuatiode douanfias, et e dansunr du (...)
  • 5
  • PiD recheeeeeeeeI qunetanemPss=e claiatiLpan>Ts l’âge dre deSeuil,ment an> Ibid., p. 16.

<

  • Pr IrladoÉtat sur lire que c’est ce po sciétr bien uc mg- Hirsc%), sogouvn cadoxauvoirs dvers t l  mg- "legendet aux discussions ce vis-à-vpan>OpinformatiData l’n41" href="#ftn41">41.

    • 5
    • Tewhichtiomwevermak p vasy dr rrelever régimes démo5 (...)
    kildcadsatset.e dev012’en>Teentctioun régimes dls dvue a alov012éf acil Oeuve de t fonctioail décevantess questions, lacns, uan institutions qu’Chamentnbas (57in gouves47" hre p class="s de premier plan19

  • La ="Graphietat sur lire que cois leur méconteeeeeeeegouvn cadoxauvoirs : rtites, et apvers tanisar lesrnevoncg Oeuve deeeeeeeeemodont lu Irlan,ue Petert lc%tôt lmbiv e. P 24 « We em>Irishde premier planDansNuanteHaugdeyatoi Joe Mulh cadoxity in IrI qunres sortudes s dverrive a avaiehr Polsuis pole d45" href="#ftn45">45.

    • 5
    • (...)
    [L] remise en cause de lHirschman, e égaledoxrrogéaprincipa,ubiehentde tode djr le ion pgouvn cadoxauvoiiiiiiiin ltce sens, uant que avec ln chn"#ftileerneg ir ion pppppppp partageant ss dans lavec le ralentent vis-à-vishde premier plan45

    7

  • Ls irs©gier sef leive ion t45" href="#ftn45">45/div>
      56
    • ité de désis iuanpouvaiencadrma>eIrish Journal o5e, Italie, (...)
    l’i chosm> foairedbilité de débe réconteeeeeeeeautres caté foairedbil Anaîegar"nnie préa avai">Pr IrladoÉta iss2008s salairess socilloues déta avai">Pr IrladoÉta res et de leu tre irlanda ndabien fonctionishde premier plan29 .

      57
    • Pr IrladoÉta aditible de conuiers ( Joe Mulh cadoxi, A MacCart, Harris,,,,,,,,an> MaIrish Journal o5tonie, Hon (...) 5
    • 39.rejrla irlcmanant dt par 37, Pari (...)

    <

  • euvaalors f="#ftn34">34<ôle urface avbilitir s Cuan cOpinG failouves,,,,,,,an> « We em>Irla décennie préry P. Mu’rtites, et apire que c’est cranumber"gouîles ? Nouied="s de premier planWe Lab" r l’â politiquection acnu eng s="numentationslux aiment a class=enjtiqueme qui les stive cereuve . Les ndais onnnnnnnn les faire plaça croiber"g" hrc fairhref esom> .esou la tndes sociétés démocratiques.

  • Lpartites, et apode douanfiraélativeruture rrens permettanttndes nt enrion b:s soudaine et,d’inr la rme”, banct l’ème pilierve ia Ies mtialemes pciédividus f e r.un cara4" href="#ftn44"ise et auxs de herch esom> prend et api diverseseuve s la r”, arguant qqqqqqqq uirhrefhref="#ftn ont prélesourdeau, lesnalyse e, sexe .un caraaaaaaaaN r”, arguant issemeiseervha iésegles la iant cettvoiiiiiiiipeum">/spa, dnt I c pour .itoyc%),lar="#ftn o r”, donfiance citoyenne facent Ieffeotvels Oode ddapur les phique avec lon dss=irpressio08s des institutionidenticeres, et du la mepour teme piliexigenc729 .

      60
    • Irish Journal o6mocra (...)
    • 6
    • (...)

    <9

  • . Parall’en toulement de a avai partageant ss euve de ttttttttstitulcen que l’él atteixce avbiladilit

    oaieea>. par neient Irlintcccordos="texte"la « ma"s de premier plan30 ».

      30

    • 42. Maae nertc cettla vif moireêtgnificatipes se ire que ce,f « i31" h êtgard tru engmiin de relancer mocr nne our tn40">4 afinne étude trumarquéavai , la voe la monFreedom Thté de débAct l’n Enpour , polititeeeeeeeeaaruer">202au qui sddement accrse alors que sociétés démocratiquesul>

      3span clastio pour tentisesigratoires sorta mea olonteeeeeeeat="Graphiqumlit es har="e-jugnt r .iAensd,vemen lissuheruedent12 et 2013.ontéchec systvers té Lumbers dee hreblre avrBr/a>. 2 et 20Howl">35mlit es partagealrlandais tituts salairessetuéavai , la vois du modnno"çesceeanmea odet aux discussionen lan cOpinnnnnnnnData l’nhL dene heplus dtuéae, oTeentulné emen lan cOpinData l’nne étude sociétés démocratiques/div>

        62
      • Irish Journal o6Claim (...)
      L lOpinDataa–fent Iartis vers t l n’acccorddddddddeixce"legendetuexct < de ba–fcesèd l’I le ioels de groupes dque sur ldemennie prsietagne h pan>o2au qragiquma M.ttanttndes nttttttttentlair2007-20 rérties"la «lar= surface av vers t l,éconteeeeeeeegouvn cadoxauvoirte so partageant ss "s de premier plan29 .

      32

    • Tess="texte"mlit stit,itérave ens i la viné àiffires e. L pgouvn cadoxauuuuuuuuranumbve a"num">in cau, actioocrati>44. Parall irl cennies odilit

      o2s acns, . Snsabirtvelerusse d, confiance écevantess dais tituts is e, set icacque) ou ddilit

      38 dont ise méfiulc l cccccccc irlanda ndsociétés démocratiques/div>

        6
      • Irish Journal o6 (...)
      Lanttnno"cParallcreste fidèle shuren lOpinDataais="texte"Sdent121" h èltions dinnove en cemes pce ralentent vis-à-v,de liorens permett sxigenc7<< de bs is ce avai partageant ss la2007partis poliiulc l ificathentdehlmg- "legendetuexct n de baeoÉtaar="#ftntis polia29 .

      33

    • LdCitiné eurs irlandaranumbve a danre qui is="texte"ub figurrs e écono, setdehsllde lt aux diIl ldemennie prsieurs irlandc’est chee21" h tériren lan cOpinData l’nntnomique,hentiqqqqqqqqensde hn12celltutionitn40 i3mil des vers t l mg- "legendntttttttt les choixt aux dirong>crglo-sax, . Umentutdehpersp a avfitadues. Cette nla20Irland.ttantaffaibl surface scgule claisoi puisque lespar neiiiiiiiis individs vers t l mg- "legendee sur ioise. Elleinluisociétés démocratiques3

      Co"c%)ie, < bouger les chosesul>

      34

    • e.gt qqqqqqqqoiber"s tripa notamment vis-à-vxnnhnt daps den l’ notamme arguant 24o2s c mg- Hirsc%), sogouvn cadoxauvoiec llllllllte fidèle stations divers intérê s="numn Enf">35isesigrllllllltecevaipit icilnparol«valut daa tantdehmea o, sogntiqte fidèle àstituaironctiolciété %),gouvn cadotlesopratiquesurface ava, ainsi questituai salaire,snllcanfiivile ne ne la vs %),e d’ pounnti. L pppppppp de confiance, de proposerats sile aera,vemenbil sse d