Navigation – Plan du site
Études littéraires

Voix de revenants dans les Pièces pour danseurs de W. B. Yeats

L’exemple de Ce que rêvent les os
Pierre Longuenesse
p. 167-181

Résumés

Dans The Dreaming of the Bones, écrit sous le coup des événements de Pâques 1916 à Dublin, Yeats met en scène, jouant du modèle du Nô, un jeune insurgé en fuite, confronté à deux fantômes, à mi-chemin entre passé et présent, songe et réalité. La figure de la revenance devient alors aussi bien l’enjeu de la fable que la forme par laquelle se déploie l’écriture. D’une part, tout dans la pièce n’est que retour, puisque les événements de Pâques ravivent, à l’autre bout du temps historique, l’événement fondateur de l’oppression que fut la trahison du couple princier de Diarmuid et Devorgilla lorsque, dépossédés de leur royaume, ils firent appel aux Anglo-Normands pour le reconquérir. Et d’autre part, par une relation subtile entre le visuel et le sonore d’un côté, et les questions d’énonciation de l’autre, il revient à la voix, selon des protocoles définis, d’exprimer cette présence-absence, et ce drame d’un retour impossible. Cette forme de spectralité est redoublée par le fait que la « scène théâtrale » ne nous est donnée à voir qu’à travers les yeux – ou les songes ? – d’un chœur de musiciens, sans qu’aucune didascalie ne vienne objectiver cet univers visuel et sonore en un système référentiel donné. L’action qui se déroule devant lui devient donc la projection de son univers mental, la « musique du royaume perdu » de la mémoire, surgie par la puissance de la parole. L’écriture elle-même se fait le lieu de l’affleurement du songe, par sa capacité à faire apparaitre les choses tout en manifestant leur absence. En ce sens, la pièce est une variation poétique sur la question toute shakespearienne : « Who’s there ? » : ce qui est en jeu est bien le retour des fantômes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Du visuel et du sonore, de l’invisible et du dicible
Du sonore au lieu du visuel
Bruits silencieux, spectres au milieu des spectres
La revenance, ou le passage du sonore au visuel
La question de l’énonciation : l’être et la voix
La question de la personne
Le rythme du discours
La parole épiphanique, de la résurgence à la résurrection
Conclusion

Aperçu du texte

Dans The Dreaming of the Bones, pièce écrite sous le coup des événements de Pâques 1916 à Dublin, trois musiciens-narrateurs sont les spectateurs autant que les ordonnateurs d’une scène unique dans laquelle un jeune insurgé en fuite, perdu dans une lande improbable au fin fond du Comté de Clare, est confronté à deux figures fantomatiques venues du passé, perdues dans les méandres de leur mauvaise conscience : ces deux revenants ne sont autres en effet que le couple de Diarmuid et de son amante Devorgilla qui, au xiiie siècle, firent appel aux Anglo-Normands pour reconquérir leurs terres suite à leur bannissement, et qui, depuis, ne cessent d’errer en quête du pardon qui rachètera leur faute. Le motif du retour fonde donc dans cette pièce la construction même de la fable, puisque les événements de Pâques ravivent, à l’autre bout du temps historique, l’événement fondateur de l’oppression anglaise que f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Longuenesse, « Voix de revenants dans les Pièces pour danseurs de W. B. Yeats », Études irlandaises, 41-1 | 2016, 167-181.

Référence électronique

Pierre Longuenesse, « Voix de revenants dans les Pièces pour danseurs de W. B. Yeats », Études irlandaises [En ligne], 41-1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesirlandaises/4878 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.4878

Haut de page

Auteur

Pierre Longuenesse

Université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page