Navigation – Plan du site

Gilbert BEAUGÉ, La Photographie en Provence (1839-1895), Marseille, Jeanne Lafitte, 1995, 176 p., 227 ill. NB & coul., bibl., ind.

Michel Poivert

Texte intégral

1"Y a-t-il une photographie régionale au XIXe siècle [...], peut-on en faire l'histoire?", c'est sur cette double interrogation que Michel Frizot débute la préface qu'il consacre à l'ouvrage de Gilbert Beaugé. Une histoire régionale donc, mais aussi globale de la photographie en Provence, c'est la tâche que s'est imposée l'auteur en privilégiant une approche sociologique qui lui permet de dégager un tissu humain et économique plus qu'une véritable spécificité des pratiques, même si l'iconographie, par force, révèle une identité géographique. Dès lors, l'ouvrage alterne entre un récit qui recompose les données d'une histoire générale au format du régionalisme et des apports réels à l'histoire du médium que recèlent les expériences locales, comme par exemple la formidable aventure de la Société photographique de Marseille. Gilbert Beaugé tente de dégager le rayonnement des pionniers sur la production locale, tout en soulignant la naissance d'une iconographie de sites pittoresques, c'est la "Provence des Provençaux": celle de Charles Nègre et son album consacré en 1852 au Midi de la France, celle de Dominique Roman, plus topographique et monumentale, enfin celle de Disdéri, autre figure au destin national.

2Curieusement, la photographie ne semble guère exploitée par l'archéologie, qui trouve pourtant en Provence matière à déployer ses méthodes, ni par l'architecture. C'est ailleurs, avec les récits de voyage, qu'elle va imposer son empreinte dans l'édification d'une nouvelle iconographie. Gilbert Beaugé parle même d'une "invention de la Côte d'Azur" par la photographie, qui, sur la route des voyageurs, se présente comme une "antichambre de l'Orient". Dès lors, le pin maritime ou le port de Marseille deviennent des genres en eux-mêmes pour des photographes soucieux d'affirmer leur pratique sur le terrain de l'iconographie déployée par les peintres, rééditant ainsi les polémiques entre naturalisme, réalisme et photographie à l'échelon local. Les meilleurs de ces opérateurs provençaux se retrouveront autour de la personnalité de Léon Vidal et de la Société photographique de Marseille, fondée en 1860 et dissoute en 1875. Le chapitre qui lui est consacré a valeur de monographie, l'auteur distingue des périodes, identifie un noyau d'activistes, précise les milieux sociaux et les types de savoirs en présence, décrit les activités et notamment les expositions ainsi que le combat mené pour la reconnaissance de la photographie au sein des beaux-arts lors des manifestations culturelles. Mais pour rendre compte de la population des photographes dont cette Société n'est qu'un échantillon, Gilbert Beaugé propose des catégories (professionnels, artistes et amateurs) qui ne sont guère plus qu'une galerie de portraits. La fin du siècle voit se systématiser une iconographie touristique, albums ou cartes postales dressent une cartographie régionale que l'on retrouve dans les guides, alors que se développent les premiers reportages de presse.

3À la fin de cet ouvrage, dont l'illustration présente de nombreuses images inédites, le lecteur a toutefois le sentiment d'avoir été ballotté entre l'essai et le compte-rendu d'archives, et que ces deux états de la recherche n'ont pas totalement fusionné dans le récit. Finalement, si l'on apprend parfois beaucoup des développements régionaux de la photographie, si des tentatives pour en problématiser certains aspects semblent méritoires, il apparaît aussi que l'histoire de la photographie ne renouvellera pas fondamentalement ses méthodes sur l'autel des régionalismes.

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Poivert, « Gilbert BEAUGÉ, La Photographie en Provence (1839-1895), Marseille, Jeanne Lafitte, 1995, 176 p., 227 ill. NB & coul., bibl., ind. », Études photographiques, 1 | Novembre 1996, [En ligne], mis en ligne le 18 novembre 2002. URL : http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/110. consulté le 13 décembre 2017.

Auteur

Michel Poivert

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© Etudes photographiques