Navigation – Plan du site

Un tour du monde  dans les réserves  de la SFP : le Japon

Xavier Martel
p. 153-158

Notes de la rédaction

Diplomé de l’ENP d’Arles, membre fondateur de l’association Horizon Paysage, Xavier Martel a été chargé des publics au Centre photographique d’Ile de france. Il est actuellement doctorant à en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris I.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Céline Nicolas, Tadashi Ono et Noriko Sumida de l’aide précieuse qu’ils lui ont apportée : traduction et connaissance de la culture et de la photographie japonaise. Il remercie également l’ensemble de ses collègues de la SFP et des stagiaires, qui, plus ou moins forcés, ont participé à ce début de recherche et tout particulièrement Katia Busch, Thierry Gervais, Paul-Louis Roubert et Rémy Perthuisot.

1Ces notes présentent rapidement, à travers le récit d’une aventure qui est en cours, l’état d’une infime partie des collections de la Société française de photographie.

Circonstances

  • 1 En 1980, le Centre Américain de Paris a accueilli l’exposition “Japanese Photography today and its (...)

2Mon regard s’est souvent porté sur les boîtes et paquets d’épreuves de la collection sur lesquels était inscrit “Japon”. J’avais par ailleurs remarqué, sur une vague liste, la présence de photographies de Shoji Ueda ou Ikko Narahara. Mais l’histoire de la photographie japonaise n’est guère connue chez nous : à ma connaissance, aucune exposition présentant largement l’histoire de la photographie japonaise n’a été organisée en France ces vingt dernières années1.

3Au mois de juillet 2000, j’ai appris qu’une grande exposition se préparait à Houston (États-Unis) retraçant justement l’histoire de la photographie japonaise et que Anne Tucker, conservatrice américaine, était venue voir nos collections. Malheureusement, l’exposition sera montée uniquement aux États-Unis.

4L’heure est néanmoins venue de poser un regard plus approfondi sur notre collection. J’ai vite constaté qu’il s’agissait là d’une tâche ardue – plus que je ne l’avais envisagé. Il m’est donc donné de pouvoir réfléchir à la (aux) forme(s) que l’on pourrait donner à cet ensemble de photographies japonaises – près d’un millier.

5Mais avant tout, il faut étudier précisément ces images, leur provenance et la logique qui les assemble.

D’où proviennent ces tirages ?

6Au tout début, lorsque aucun ensemble n’était clairement défini, je me suis laissé guider par les inscriptions lisibles sur les boîtes des photographies ou sur les photographies elles-mêmes. Puis, à l’aide des archives et des bulletins de la SFP, des catalogues d’exposition des salons internationaux de photographie ainsi que de publications dans la presse française, j’ai pu mieux cerner la provenance de ces épreuves.

7Très vite, deux ensembles se sont distingués. L’un regroupe des photographies issues de la pratique d’amateurs, l’autre est dû à des photographes professionnels. C’est ce dernier que je décrirai tout d’abord.

Les professionnels

  • 2 Numéro de mars 1960 du Bulletin de la SFP (ci-dessous : BSFP), p. 2 et Photo Ciné Revue, mai 1960, (...)

8Les photographies constituant ce premier ensemble ont été exposées dans la galerie de la SFP du 18 au 31 mars 1960 et sont une sélection de l’Association des critiques photographiques du Japon2. Conservées en vrac, ces photographies n’étaient jusqu’alors recensées sur aucune liste cohérente.

9Cent quatre-vingt-quatorze sont identifiées par un nom et un titre, parfois une date. Un peu moins de la moitié sont contrecollées sur carton. Celles qui ne le sont pas ont des indications généralement plus complètes sur une étiquette mentionnant leur provenance :

10Orion service & trading co., inc.,

1159, 1 chome, kanda Jimbo-cho Chyoda-Ku,

12Tokyo, Japan

13S’ajoutent à ces photographies quatre-vingt-onze autres épreuves, toutes contrecollées sur carton mais au dos desquelles, malheureusement, aucune indication n’apparaît, ni alphanumérique ni en idéogrammes. L’identification de ces images est en cours, mais je pense ne pas me tromper en affirmant qu’elles forment un tout avec les cent quatre-vingt-quatorze premières.

14Cet ensemble, hormis deux photographie de Shomei Tomatsu, est exclusivement constitué de photographies noir et blanc.

15Voici la liste des vingt photographes identifiés représentés dans ce premier ensemble (entre parenthèses, le nombre de photographies identifiées par auteur) :
Shotaro Akiyama (5)
Katsu Funamaya (12)
Iroshi Hamaya (13)
Tadahiko Hayashi (10)
Takamasa Inamura (3)
Ihee Kimura (16)
Yoichi Midorikawa (11)
Jun Miki (12)
Juichi Nagano (15)
Masaya Nakamura (9)
Ikko Narahara (11)
Gen Ohtsuka (8)
Shoji Otake (9)
Kinsuke Shimada (6)
Tokutaro Tanaka (3)
Shomei Tomatsu (10)
Shoji Ueda (11)
Yukichi Watabe (10)
Yoshio Watanabe (11)
Senzo Yoshioka (12)

16La plupart d’entre eux sont connus comme figures marquantes dans l’histoire de la photographie (Tomatsu, Ueda, Narahara, Kimura…).

17Outre l’intérêt porté à la réputation des photographes mesurée à l’aune de l’actuelle histoire de la photographie, il demeure qu’un bon nombre de ces images sont d’un intérêt esthétique remarquable, souvent renforcé par un aspect fortement exotique – japonisant ! – qui l’est encore plus pour les épreuves des photographes amateurs.

Les amateurs3

  • 3 Précisons que le terme amateur est à entendre non pas dans l’acception péjorative qu’il peut parfoi (...)

18Cet ensemble est constitué lui-même de quatre sous-ensembles. Le premier regroupement de photographies est contenu dans une boîte en carton ondulé. Elle contient cent épreuves non montées. Au dos de chacune sont inscrits le nom du photographe, le titre de l’image ainsi qu’un numéro d’ordre. Plusieurs documents accompagnent cet ensemble : des coupures de journaux japonais (non traduites), une liste descriptive en japonais, ainsi qu’une liste en français reprenant l’ordre numérique des photographies.

19La liste japonaise est datée de 1974, et sa traduction nous permet d’affirmer que ce sont des photographies prises par les membres de la Kyoto Shashin Renmei (association photographique de Kyoto). Mes informations sont encore lacunaires sur ces épreuves. Cependant, il semble qu’il s’agisse d’une exposition organisée dans le cadre de villes jumelées avec Kyoto. Les autres villes ayant participé à cette exposition “tournante” sont Cologne, Kiev, Florence et Paris – à travers la SFP. Boston, habituellement associée, n’a pas participé à cet échange photographique en 1974.

20C’est manifestement l’ensemble le plus récent de photographies que la SFP possède de photographes japonais. Les recherches se poursuivent pour préciser le cadre de cet échange.

21Les investigations concernant le second ensemble d’amateurs photographes japonais sont un peu plus avancées. Cent une photographies contrecollées sur carton le composent.

  • 4 BSFP, numéro de janvier 1968, p. 2. Un compte rendu élogieux de cette exposition est donné par Jean (...)

22Il n’existait pas de liste de ces épreuves, et plus de la moitié ne sont identifiées que par un numéro d’ordre : il n’apparaît ni nom, ni titre sur cinquante-huit images. Cependant, il m’a été possible d’identifier ces photographies comme un envoi du Kyoto Camera Club pour une exposition annoncée par Robert Auvillain (président de la SFP) lors du conseil d’administration de notre Société le 18 décembre 1967. Cette exposition, comme le précise le numéro de janvier 1968 du Bulletin4, s’est tenue dans la galerie de la SFP du 4 au 25 janvier 1968. Elle est à mettre en relation avec une exposition similaire du Kyoto Camera Club à l’hôtel de Sens (bibliothèque Forney), du 4 au 14 décembre 1968. Toutes deux ont pour cadre les liens d’amitié qui unissent Paris à Kyoto.

23Le troisième ensemble de photographies d’amateurs est de loin le plus fourni en nombre d’images, le plus complexe pour ce qui est de la datation et le plus protéiforme par la multitude d’auteurs qui le compose. Il existait déjà dans l’inventaire papier de la SFP une liste mentionnant ces photographies. En effet, à l’entrée “Japon” dans l’inventaire, on trouvait la cote 724 : Camera Pictorialist of Japan Salon. Suivait une liste de quatre cent quatorze photographies. À la suite de Anne Tucker, qui a fourni cet été un premier travail de “dépoussiérage” efficace, j’ai minutieusement repris toutes les épreuves pour vérifier et compléter cette liste d’inventaire.

  • 5 Cette puissante association japonaise avait son siège à Tokyo et des branches qui la représentaient (...)
  • 6 Suite du salon d’art photographique tenu de 1894 à 1914 par le Photo-Club de Paris.

24L’ensemble compte désormais quatre cent vingt-sept photographies. Il s’agit, comme l’inventaire le précisait déjà, d’épreuves de la société de photographie Camera Pictorialist of Japan5 (CPJ) présentées au Salon international d’art photographique organisé par la SFP6.

25La datation de ces images envoyées aux Salons de la SFP couvre environ vingt-cinq ans, de 1924 (XIXe Salon) à 1949 environ – date à laquelle une exposition est organisée dans les locaux de la bibliothèque française de Nuremberg (20 novembre au 5 décembre) – et probablement au-delà. La liste des noms est trop longue pour être reproduite ici. Il s’en dégage cependant quelques-uns, connus des historiens de la photographie japonaise, comme par exemple Teikô Shiotani ou Jun Yoshida. Se détachent également, par la qualité esthétique de leurs épreuves, des noms moins connus tel Eitaro Fukumura.

26Mes recherches sur cet ensemble, loin d’être terminées, ont été facilitées par un premier travail d’investigation et de synthèse effectué par Christiane Roger, aidée de Tatsuo Fukushima et Kazé Kuramochi pour une exposition présentée au Mois de la photographie en 1986 à Paris, dans les locaux de la SFP. À l’occasion de cette exposition, présentant une quarantaine des quelque quatre cents photographies du CPJ, l’édition de deux gravures photographiques à l’aquatinte a été réalisée pour le compte de la SFP par Pierre Brochet. Chacune était tirée à cinquante exemplaires.

27Le quatrième et dernier ensemble de photographies d’amateurs est constitué par les photographes japonais ayant séjourné à l’étranger. En effet, après avoir examiné ces épreuves de photographes japonais, une interrogation demeurait latente. Quid des photographes japonais aux États-Unis, puisqu’il est bien connu, et Christiane Roger le rappelle dans le communiqué de presse de l’exposition de 1986, que de nombreux Japonais étaient établis en Californie dans les années 1920 ?

Toujours plus loin

28J’ai donc entrepris un tour du monde des collections de la SFP, explorant tous les pays ayant participé aux salons organisés par la SFP. J’ai ainsi établi pour chaque pays une liste d’auteurs correspondant aux épreuves possédées. Ceci a permis d’identifier, outre des photographes japonais aux États-Unis (K. Ikegawa par exemple), au Brésil et en France (avec la présence remarquable de deux photographies de Iwata Nakayama), mais également de découvrir des tirages originaux de certains photographes bien connus tels Rodtchenko ou Yousuf Karsh. Mais ceci est une autre étape.

29Pour terminer, momentanément, sur le fonds d’épreuves japonaises de la SFP, disons simplement que le travail effectué n’est rien en regard de ce qu’il reste à faire : rendre cohérent l’inventaire de ces photographies, les reconditionner dans leur ensemble. Il reste également à terminer le travail d’attribution des images anonymes et de documentation sur toutes les épreuves. Enfin, il faut penser à un cadre pour présenter ces images afin de valoriser ce fonds qui constitue une source d’intérêt aussi bien documentaire, historique, qu’esthétique.

Notes

1 En 1980, le Centre Américain de Paris a accueilli l’exposition “Japanese Photography today and its Origin”. Cette exposition co-organisée par la société japonaise Canon, Orion Press – Tokyo, la Japan Professional Photographers Society – Tokyo avait reçu le soutien de nombreux centres culturels en Europe dont, en France, Paris Audiovisuel et le Centre Américain de Paris.

2 Numéro de mars 1960 du Bulletin de la SFP (ci-dessous : BSFP), p. 2 et Photo Ciné Revue, mai 1960, p. 126-130.

3 Précisons que le terme amateur est à entendre non pas dans l’acception péjorative qu’il peut parfois revêtir actuellement, mais bien dans le sens ou ces photographes n’ont pas comme activité principale la photographie, ils n’embrassent pas la profession de photographe.

4 BSFP, numéro de janvier 1968, p. 2. Un compte rendu élogieux de cette exposition est donné par Jean Leroy, BSFP, numéro de mars 1968, p. 13-14.

5 Cette puissante association japonaise avait son siège à Tokyo et des branches qui la représentaient dans l’ensemble de son pays.

6 Suite du salon d’art photographique tenu de 1894 à 1914 par le Photo-Club de Paris.

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Martel, « Un tour du monde  dans les réserves  de la SFP : le Japon », Études photographiques, 9 | Mai 2001, [En ligne], mis en ligne le 20 septembre 2008. URL : http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/248. consulté le 14 décembre 2017.

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle