Navigation – Plan du site

Ne pas lâcher

Thierry Gervais
p. 2-3
Traduction(s) :
Holding the Line

Texte intégral

1Dans son éditorial du dernier numéro d’Études photographiques, André Gunthert déclarait que prendre congé était un exercice difficile. Vingt-deux numéros ont paru sous sa direction soit plus de 175 articles publiés par un rédacteur en chef à l’écoute des dernières avancées de la recherche, préoccupé de la rigueur scientifique de chacun des textes et toujours soucieux d’offrir aux lecteurs des images inédites imprimées avec soin. À son départ, Études photographiques était une mécanique parfaitement huilée avec un comité scientifique international en alerte, un comité de rédaction investi, un secrétariat de rédaction efficace, la Société française de photographie comme éditeur engagé et de nombreux abonnés. Restait à en reprendre la direction : un exercice difficile.

2Il nous est pourtant apparu inconcevable à Clément Chéroux et moi-même que l’entreprise s’arrête, de décevoir nos abonnés et de priver les étudiants comme les chercheurs confirmés des pages de la revue pour faire connaître leurs travaux. Notre premier objectif a été de reprendre le flambeau avec le degré d’exigence de notre prédécesseur en étant attentifs aux problématiques historiques et à la pertinence des corpus. Ce numéro respecte également la diversité des auteurs et témoigne d’un juste équilibre entre universitaires et conservateurs de collections photographiques. Puis, nous avons envisagé deux nouvelles perspectives : étendre notre publication aux lecteurs anglophones et tirer profit de nos différents supports de diffusion.

3Nous poursuivons la politique de traduction initiée dès le premier numéro en publiant des auteurs allemand, américain et canadien. Si la revue jouit d’une diffusion internationale respectable et que de nombreux chercheurs étrangers maîtrisent la langue de Molière, la seule édition française a constitué un frein dans la transmission des contenus et des méthodes de recherches développées dans nos précédents sommaires. Désormais, grâce notamment à de nouveaux partenaires comme l’université de Ryerson à Toronto, chaque article sera accompagné de sa traduction anglaise. Les lecteurs francophones trouveront comme à leur habitude sept textes illustrés, la pagination ayant été augmentée pour accueillir les versions anglaises.

4Depuis 2002, Études photographiques est partiellement accessible sur internet via le portail Revues.org. À partir de ce numéro, nous exploiterons plus efficacement nos deux modes de diffusion en leur réservant des publications exclusives. Le rythme semestriel s’est révélé inapproprié à la parution des comptes-rendus d’ouvrage qui doit se plier à l’actualité éditoriale. Les notes de lectures seront donc signalées dans la version papier et publiées en intégralité sur notre site, à raison de quatre livraisons annuelles. D’un autre côté, nous enrichissons la dimension iconographique des exemplaires papier par une section intitulée “portfolio”. Douze pages sont maintenant réservées pour accueillir les séries de jeunes photographes ou d’artistes de renom dont les travaux auront été sélectionnés par le comité de rédaction. Olivier Menanteau inaugure cette rubrique avec son travail consacré à la politique médiatique de l’Organisation des Nations unies. La publication papier et la diffusion en ligne s’enrichissent donc mutuellement et contribuent toutes deux à définir la ligne éditoriale d’Études photographiques.

  • 1  Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, voir http://www.aeres-evaluati (...)

5Poursuivre et renouveler la publication d’Études photographiques a été le défi que nous avons relevé. Alors que des critères d’évaluation inappropriés, élaborés sans concertation, soulèvent l’indignation de l’université française, chaque semestre une assemblée de pairs réunissant des spécialistes internationaux examine et sélectionne le produit de la recherche en histoire visuelle. Études photographiques n’est pas sur la liste des revues sélectionnées par l’AERES1 créée par le ministère de la Recherche, elle n’en assurera pas moins son travail de diffusion du savoir.

Notes

1  Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, voir http://www.aeres-evaluation.fr/La-liste-des-revues-scientifiques, 174 (consulté le 15 avril 2009). Lire à son sujet l’article de Didier Rykner, “L’histoire de l’art n’existe pas (mais est-ce si grave ?)”, La Tribune de l’art, 17 janvier 2009 (en ligne http://www.latribunedelart.com/Editoriaux/Editoriaux_2009/Classements_Revues_524.htm) et André Gunthert, “Les revues prises dans le piège de l’évaluation”, SLRU-EHESS, 15 mars 2009, http://www.slru.ehess.org/index.php?post/2009/03/15/Les-revues-prises-dans-le-pi%C3%A8ge-de-l-%C3%A9valuation2

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Gervais, « Ne pas lâcher », Études photographiques, 23 | mai 2009, [En ligne], mis en ligne le 18 mai 2009. URL : http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/2674. consulté le 13 décembre 2017.

Auteur

Thierry Gervais

 

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle