Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

G.E.R. Lloyd, In the Grip of Disease. Studies in the Greek Imagination

Annie Larivée
p. 368-370
Référence(s) :

G.E.R. Lloyd, In the Grip of Disease. Studies in the Greek Imagination, Oxford-New York, Oxford University Press, 2003, 258 pages, [bibliographie, index général].

Texte intégral

1Examiner la façon dont une société – ici, la Grèce ancienne – envisage la maladie constituerait un moyen particulièrement efficace d’identifier les valeurs qui gouverne son imaginaire. Telle est, en tout cas, l’hypothèse de travail adoptée par Lloyd dans ce livre qui tire son origine d’une série de conférences donnée à Cambridge entre 1997 et 2000. Précisons d’emblée que les sources textuelles examinées ne se limitent pas aux écrits médicaux. En fait, les analyses de Lloyd – dont l’objectif consiste à montrer comment certaines idées centrales de l’imaginaire grec s’appuient sur une conception particulière de la maladie – se fondent aussi bien sur la poésie épique, lyrique, la tragédie, les écrits des historiens, que sur des textes médicaux et philosophiques. Les principaux motifs examinés à la lumière du concept de maladie sont la conception du bien et du mal, la conception du soi, la relation âme-corps, la causalité et la responsabilité, la « purification », l’autorité en relation avec la prétention au savoir, l’organisation sociale. Cette approche théorique est originale, mais l’ouvrage se distingue également du point de vue formel puisque l’A. a choisi de reproduire à la fin de chaque chapitre les textes (en grec ou latin et en traduction anglaise) sur lesquels portent ses commentaires, permettant ainsi aux lecteurs d’en prendre connaissance de manière directe et rapide. Les textes reproduits, qui forment pour ainsi dire une brève anthologie sur la question de la maladie, sont tirés d’Homère, Hésiode, Sappho, Pindare, Diogène Laërce (à propos d’Épiménide), Empédocle, Hippocrate, Eschyle, Sophocle, Euripide, Hérodote, Thucydide, Platon, Aristote, Celse, Galien, Aelius Aristide, Lucrèce et comprennent également des inscriptions consacrées à Asclépios.

2Même si les analyses de Lloyd n’ont pas de prétentions philosophiques, cette enquête est loin d´être sans portée pour ceux qui s´intéressent à la pensée éthique et politique de Platon et Aristote. Avant de développer cette idée, quelques précisons préalables. À partir du chapitre 3 « Secularization and Sacralisation » (p. 40-83) Lloyd insiste sur la rivalité qui a opposé, à partir de l’époque classique, deux traditions médicales : la tradition naturaliste de l’école hippocratique et la tradition religieuse du culte (panhellénique) d’Asclépios. Contrairement au lieu commun voulant que le médecine religieuse et le culte d’Asclépios aient été supplantés par la médecine « scientifique » de l’école hippocratique, l’A. montre que ces deux approches ont coexisté et qu’elles partageaient en fait un grand nombre de traits communs malgré leur rivalité. En effet, bien que le fondement de la pratique et de la prétention à la compétence ait été différente dans les deux traditions – piété et foi dans un cas, connaissance de la nature dans l’autre – Lloyd montre que ces deux approches opposées se recouvraient partiellement en ce qu’elles recourraient toutes deux à l’examen des rêves, par exemple, pratiquaient la prognosis, et insistaient sur la nécessité de la purification (bien que sous des formes différentes).

3Or pour revenir à la portée d’une telle opposition pour la philosophie, cette rivalité quant au fondement réel de l’autorité médicale pose un problème dans la mesure où elle atteste indirectement que la médecine « scientifique » ou naturaliste ne jouissait pas de la reconnaissance et de l’autorité quasi absolue que Platon et Aristote semblent lui prêter. Outre la rivalité entre les deux traditions, Lloyd attire également l’attention sur le fait que plusieurs membres de l’école hippocratique avouaient ouvertement leur impuissance. On trouve en effet souvent chez eux « the expressions of doubt and difficulty […], their admission of defeat and honest confessions that the therapies not just that their colleagues, but they themselves, used, did more harm than good » (p. 241). Pourquoi, dans ce cas, Platon et Aristote ont-ils cru bon d’utiliser le modèle de la médecine (de même que les concepts de santé et de maladie) dans leur lutte contre la rhétorique pour assurer l’autorité et le prestige du philosophe et du législateur (conseillé, voire « piloté » par le philosophe) ? Car Lloyd a certes raison d’insister sur l’idée que Platon et Aristote ont tenté de convaincre de l’objectivité de l’éthique et de la politique en s’appuyant sur le paradigme médical : « That there was objective right and wrong, good and evil, in the moral domain was argued on the analogy of the objectivity of the causes of diseases. As the doctor was supposed to be able both to diagnose the complaint and bring about a cure, so the experts in the moral field – philosopher-kings or the person of practical wisdom, the phronimos or spoudaios — were in a position to identify the disturbance to the health of the body politic and follow diagnosis up with prescriptions for treatment » (p. 238). Or cette situation est paradoxale dans la mesure où, comme nous l’avons déjà indiqué, l’idéal de « médecins confiants dans leur compréhension des maladies et leur habilité à les traiter ne correspond pas à la réalité exposée par plusieurs auteurs hippocratiques qui avoue honnêtement leur confusion et leur impuissance » (p. 238). Lloyd explique la teneur du paradoxe en ces mots : « Everyone could see that physical disease was painful and to be avoided […]. If you could successfully attach the term nosos to other things you disapproved of, you were halfway to getting other people to agree to your disapproval of them.Yet, that depended on a remarkable feat of conceptual boot-strapping. Doctors and health and disease were good to think with – they were assumed knowns by means of which the unknowns could be apprehended, from political disruption, to madness, to the motions themselves. Except that doctors and health and disease were not knowns, but themselves highly problematic and contested » (p. 240).

4Une autre implication bizarre du recours au modèle médical comme moyen de fonder l’autorité dans d’autres domaines porte sur l’idée voulant que l’idiotes ne soit pas en position de critiquer ou de discuter les conclusions du véritable spécialiste. Mais Thucydide et Platon n’ont-ils pas prétendu se prononcer sur des questions médicales – le premier à propos de la peste d’Athènes, le second en offrant une théorie nosologique dans le Timée – alors même qu’ils ne détenaient aucune compétence spéciale en la matière ? Lloyd ne propose aucune solution face à ces paradoxes qui viennent compliquer la tâche des interprètes de Platon (qui n’est déjà pas facile), mais ses observations permettent de remettre en question certaines évidences. Concluons en disant que la vertu principale de l’ouvrage de Lloyd pour les études platoniciennes consiste à dépeindre le contexte culturel et l’horizon de réception dans lequel les métaphores et analogies platoniciennes faisaient office d’armes rhétoriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Larivée, « G.E.R. Lloyd, In the Grip of Disease. Studies in the Greek Imagination », Études platoniciennes, 3 | 2006, 368-370.

Référence électronique

Annie Larivée, « G.E.R. Lloyd, In the Grip of Disease. Studies in the Greek Imagination », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/1012

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals