Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien
Commentaires aux dialogues de Platon

Knut Eming, Tumult und Erfahrung et Wolfgang Brinker, Platons Ethik und Psychologie

Olivier Renaut
p. 177-181
Référence(s) :

Knut Eming, Tumult und Erfahrung, Platon über die Natur unserer Emotionen, Universtätsverlag Winter, Heidelberg, 2006, 416 p.

Wolfgang Brinker, Platons Ethik und Psychologie, Philologische Untersuchungen über thumetisches Denkenund Handeln in den platonischen Dialogen, Peter Lang, Frankfurt am Main, 2008, 370 p.

Texte intégral

1Ces deux ouvrages ont apparemment un objet commun : ce qu’on pourrait appeler la psychologie des émotions dans les dialogues de Platon. Il n’est pas évident de cerner les frontières de ce domaine de la psychologie et tel est l’intérêt de la comparaison des ces deux ouvrages qui explorent les actions et passions de l’âme individuelle par des biais bien différents. Le premier, de Knut Eming (ci-après KE), Tumult und Erfahrung, entend développer une analyse des affects dont une des caractéristiques est l’irrationalité et la proximité avec le corps et les sensations. Ainsi, le plaisir et la douleur, la peur, la colère, la jalousie ainsi que l’amour sont compris par KE comme constituant un domaine d’investigation propre qui est un contrepoint nécessaire et essentiel de la philosophie platonicienne. Le second ouvrage, de Wolfgang Brinker (WB), choisit un sens beaucoup plus restreint de cette dimension de la vie psychique puisqu’il s’agit d’une étude, centrée sur la République, de ce qui pourrait apparaître comme le « siège » des émotions, le thumos, dont l’une des manifestations privilégiée on le sait est la colère. Les deux ouvrages se rejoignent sur plusieurs points sur le caractère à la fois paradigmatique et problématique de cette émotion de « colère ».

2Tumult und Erfahrung est issu d’une thèse d’habilitation regroupant pour la majeure partie des études parfois déjà publiées. L’ouvrage est composé de trois parties, dont on peine parfois à saisir les liens, sans doute parce que se succèdent des études sur certains aspects d’une ou de plusieurs émotions dans différents dialogues. Le livre est cependant guidé par un programme intéressant. Dans l’introduction, KE aspire à l’établissement d’un système articulant philosophie de la nature et théorie des émotions (p. 17). C’est cette jonction dont il espère montrer la fécondité, à travers plusieurs concepts-clefs : causalité, puissance (dunamis), sensation et représentation, intermédiaire (metaxu).

3Une première partie (p. 31-83) est consacrée à la manière dont un affect (terme préféré à celui d’émotion dont on devine le caractère anachronique, comme il le souligne p. 23-26) est susceptible d’être la cause d’une action ou d’un caractère (en l’occurrence la crainte). Cette première partie s’ouvre sur une analyse du Phédon et de la manière dont Socrate déjoue l’expérience commune de la peur de la mort. KE croit pouvoir déduire du Phédon plusieurs caractéristiques de l’affect (p. 46-47) qui le condamnent d’avance comme non signifiant, irrationnel, ne pouvant constituer le fondement du bonheur. KE expose ainsi nettement plusieurs formes de vie (p. 54, p. 68) à travers lesquelles on comprend de quelle manière l’affect peut jouer ou non le rôle de cause selon la place que l’on donne au corps dans la conduite de son existence. Une des thèses constamment défendues par KE dans cet ouvrage consiste à montrer que la philosophie platonicienne est un effort de connaissance de ce qui est par définition irrationnel, mais aussi celui d’une intégration des affects dans la vie philosophique (p. 90, 99, 117). Pour reprendre les termes de l’auteur, il s’agit de faire de la « pathologie » une « pathosophie » (p. 26). On pourra regretter à ce propos qu’il n’est pas fait mention de problèmes spécifiques à la psychologie intellectualiste des dialogues. La portée morale de la psychologie des affects se déduit, selon KE, d’une analyse des caractéristiques de l’affect dans son rapport à la raison d’une part, et au corps d’autre part, la sensation et la représentation constituant des intermédiaires cognitifs qui font l’objet d’analyse plus poussée.

4La seconde partie (p. 85-258) élargit à la fois le corpus et les types d’affects étudiés, puisqu’il s’agit de partir du concept de désir (epithumia), pour analyser plus spécifiquement celui de l’amour (eros) en particulier dans le Banquet, du désir de puissance et de pouvoir ainsi que de ses effets sur la volonté dans le Gorgias, et enfin de l’irrationalité constitutive de la colère dans sa double dimension violente et noble (République et Gorgias). KE formule ainsi une hypothèse selon laquelle l’impuissance d’une vie menée selon les affects provient de l’univocité du désir (p. 113) (malgré la multiplicité de ces derniers, donnant lieu à des conflits psychiques), au sens où un désir est, par définition, incapable de ne pas désirer (p. 105), choix que la raison posséderait toujours. L’affect est alors conçu comme une réduction d’une potentialité, dont KE donne un exemple dans la façon dont l’amour est différemment expérimenté par Socrate et par Alcibiade dans le Banquet (p. 114 -159).

5Une troisième partie du livre (p. 259-401) est consacrée au concept de « représentation » de et dans l’affect, où l’analyse du Théétète et en particulier des pages 156a-157c occupe une large place. On peut d’ailleurs s’en étonner, dans la mesure où ce n’est pas dans ce dialogue en particulier que les affections de plaisir et de peine sont les plus thématisées. KE s’en explique cependant puisqu’il s’agit de savoir ce qui, dans la représentation et dans la perception est la cause ou l’effet d’un affect, et, partant, ce qui est susceptible de vérité ou de fausseté, et pas seulement d’expérience. Les affects, conçus comme des contraires corporels (p. 61 sq.), déjouent ainsi les catégories du vrai et du bien, en s’immisçant dans les représentations et perceptions de chacun. Nous retrouvons ainsi l’hypothèse de départ de KE, selon laquelle l’Ideenphilosophie de Platon aurait besoin d’une contrepartie théorique, montrant que l’identification de la représentation et de la sensation, manifestée par l’expérience d’un affect conçu comme « milieu » ou metaxu, aboutit à une impasse. (p. 274, 283, 297, 381).

6Le programme initial de KE, celui d’articuler philosophie de la nature et théorie des affections, n’est pas rempli de manière systématique. Il manque à l’ouvrage une détermination plus rigoureuse de l’extension du concept d’affect et d’émotion, et une analyse plus claire des enjeux de cette théorie des affections ; par exemple le projet éducatif des affects est à peine étudié. Sans doute KE est-il lui-même victime d’un présupposé tenace sur la nature irrationnelle des émotions opposée à une rationalité idéale. On regrette enfin que le livre comporte de nombreuses coquilles, de fautes de mise en page, utilise des caractères grecs non accentués, ne comporte pas d’index qui aurait pu cependant être utile pour guider l’interprétation de tel ou tel passage.

7Le second ouvrage est la publication d’une thèse de doctorat. Il évite pour ainsi dire tous les écueils du premier ouvrage : l’objet est clairement identifié, contextualisé, analysé dans le cadre d’un système élaboré, et informé. L’ouvrage est d’autant plus salutaire pour le spécialiste qu’il possède une bibliographie complète, et un index particulièrement utile sur le terme thumos et ses dérivés dans l’ensemble des dialogues. Contrairement à l’ouvrage précédent, WB ne cherche pas à considérer le thumos dans le cadre d’une théorie des émotions surdéterminée par la philosophie moderne et contemporaine (Descartes, Kant, Hegel), mais bien dans le contexte de son apparition dans les dialogues, à savoir la République. La thèse d’ensemble de cet ouvrage est très claire : à partir du contexte qui est celui de l’analogie de l’âme et de la cité, moyen utilisé par Socrate pour faire advenir la justice individuelle et dans la cité, il s’agit d’examiner cet intermédiaire psychique, le thumos, à partir de l’argument du livre IV, 436-441, afin d’établir l’indépendance de ce principe psychologique, qui détermine une bonne part de nos actions et de notre pensée.

  • 1 N. Blössner, Dialogform und Argument : Studien zu Platons « Politeia », Akademie der Wissenschaften (...)
  • 2 G. R. F. Ferrari, City and Soul in Plato’s Republic, University of Chicago Press, Chicago, 2005.

8Un chapitre introductif (p. 13-34) rappelle succinctement comment Platon hérite de certaines représentations et significations sur le thumos, et la manière, inédite, dont il thématise son importance dans la sphère de la psychologie morale à travers l’établissement de l’analogie de l’âme et de la cité. C’est l’objet de la première partie (p. 35-66). En effet, s’il y a une cohérence à chercher cet intermédiaire psychique, affirme WB, c’est en tenant le motif psycho-politique pour le véritable point de départ du dialogue (p. 41 sq.). Le problème soulevé est considérable, comme on le sait depuis les publications de N. Blössner1, dont il discute les hypothèses, et de G.R.F. Ferrari2 (qui n’est malheureusement ni cité ni discuté). WB s’en tient, de manière féconde en tous les cas, au constat que Platon pose l’existence d’une véritable causalité interactive entre l’âme et la cité. L’hypothèse mériterait certes un examen plus détaillé et suivi, mais sa présentation est relativement convaincante : la tripartition repose bien sur un postulat d’isomorphisme et d’interaction entre l’âme et la cité, comme le montre WB à partir d’une analyse des vertus civiques qui donnent une véritable signification (ou plutôt dirait-on un modèle d’intelligibilité) aux vertus psychiques au livre IV. Telle est la thèse que l’on retrouve à plusieurs moments de l’ouvrage (p. 111-113, p. 131 ; voir également un tableau récapitulatif bien formé p. 135 et p. 333).

  • 3 H. Lorenz, The Brute Within : Appetitive Desire in Plato and Aristotle, Clarendon Press, Oxford, 20 (...)

9Une seconde partie (p. 67-108) consiste en une analyse détaillée des pages 436b-441d du livre IV de la République, et de certaines hypothèses interprétatives concernant le statut ontologique de chacune des parties ainsi que de leur fonction respective. Refusant les lectures, faibles ou fortes, qui font de chaque partie des « agents » autonomes et potentiellement multiples (p. 67-75), WB milite pour une interprétation fonctionnelle de la tripartition (qui est clairement exposée p. 106-107). Chacune des parties est tenue par WB pour une dunamis (ce qu’on peut cependant discuter dans la mesure où la question des dunameis ne recoupe pas nécessairement celles des eidè de l’âme) ; en d’autres termes, chacune des parties de l’âme est un principe d’action et de passion autonome sans être indépendant de la structure d’ensemble, car jamais l’unité de l’âme de l’agent n’est mise à l’écart par l’auteur (contrairement à ce que risquerait de produire l’interprétation plus récente de H Lorenz3, qui n’était pas non plus connu de l’auteur à la date de rédaction de sa thèse).

  • 4 On se reportera à ce propos à A. Hobbs, Plato and the Hero : Courage, Manliness, and the Impersonal (...)

10Une troisième partie (p. 109-332) explique les principales étapes de constitution de cet intermédiaire psychique, en se fondant sur les hypothèses défendues dans les deux premières parties. Chaque principe psychique correspond une activité, mais c’est bien notre âme tout entière qui pense, désire et se met en colère, le principe des opposés de 436b au livre IV de la République assurant leur différence fonctionnelle, mais n’allant pas jusqu’à les séparer de l’unité dont elles contribuent à façonner la structure, dans un caractère (p. 147 sq.). Un élément important peut être tiré de cette interprétation. Contrairement à KE qui comprend la notion d’intermédiaire comme un « milieu » qui manque de consistance, WB comprend l’intermédiaire qu’est le thumos comme ce point par lequel les pôles de la raison et du désir peuvent être mieux cernés, dans un effet de différenciation continu entre ce qui relève du désir, d’une tendance, d’un mouvement vers, et ce qui relève de la rationalité et du calcul (p. 256). Un regret toutefois pourrait être formulé sur cette analyse. Le thumos semble souvent conçu par WB comme le siège des « émotions » sans jamais que cette notion ne soit explicitée, ni que la triade pensée-émotion-désir, d’origine moderne pourtant, ne soit questionnée comme présupposé anachronique de lecture. D’une manière générale, c’est ce que « ressent » le thumos ou ce qu’on ressent par lui qui ne fait pas l’objet d’une analyse approfondie (la peur, la honte, la colère, etc.)4. Cela vaut également pour la compréhension de la nature de la vertu associée spécifiquement au thumos, à savoir le courage, dont on peut regretter l’analyse trop réduite (p. 116 sq.).

11WB se penche ensuite sur la manière dont la tripartition est intégrée dans une dynamique éducative. Il s’agit tout d’abord d’établir une généalogie du thumos dans l’individu et dans le caractère (p. 134), puis de sa formation par l’éducation adéquate (musique et gymnastique), et enfin de son statut épistémologique (p. 183-196). Afin de montrer que thumos et doxa sont deux intermédiaires nécessairement liés, WB fait le même détour que KE, par le Théétète, en insistant sur la capacité de former des images. Mais l’analyse est beaucoup plus convaincante que chez ce dernier, surtout lorsqu’on la rapporte aussi au Philèbe (p. 205-229). Car la question, que posait également KE, était de savoir s’il était possible, et comment, de différencier la formation d’images à partir de l’epithumia, et celle à partir du thumos. Or, WB insiste sur le fait qu’on peut éduquer le thumos à « haïr les plaisirs » (p. 234). L’analyse du thumos dans la République se clôt par une analyse de la dégénérescence du thumos de l’âme individuelle dans les structures politiques déficientes des livres VIII et IX. Enfin, WB conclut cette troisième partie sur un aperçu (p. 286-328) de la fonction du thumos dans les autres dialogues (Timée, Phèdre, Lois I, République I et Phédon), aperçu qui ne peut, on peut le regretter, rendre justice à cette notion dont WB a analysé la complexité dans la République (cela vaut en particulier pour le Timée auquel n’est consacré que quelques paragraphes).

12Cette monographie, on l’aura compris, constitue une analyse complète et informée du thumos dans la République, en dépit peut-être du format quelque peu aride de l’ouvrage. Cette monographie ne cherche pas seulement à décrire ce qu’est le thumos dans les dialogues, en particulier dans la République. WB propose des thèses fortes sur la structure et le sens de ce dialogue, ainsi que sur le sens de la psychologie platonicienne en général, ce que KE ne parvient pas à faire.

Haut de page

Notes

1 N. Blössner, Dialogform und Argument : Studien zu Platons « Politeia », Akademie der Wissenschaften und der Literatur, Mainz, 1997.

2 G. R. F. Ferrari, City and Soul in Plato’s Republic, University of Chicago Press, Chicago, 2005.

3 H. Lorenz, The Brute Within : Appetitive Desire in Plato and Aristotle, Clarendon Press, Oxford, 2006.

4 On se reportera à ce propos à A. Hobbs, Plato and the Hero : Courage, Manliness, and the Impersonal Good, Cambridge University Press, Cambridge (UK), 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Renaut, « Knut Eming, Tumult und Erfahrung et Wolfgang Brinker, Platons Ethik und Psychologie », Études platoniciennes, 8 | 2011, 177-181.

Référence électronique

Olivier Renaut, « Knut Eming, Tumult und Erfahrung et Wolfgang Brinker, Platons Ethik und Psychologie », Études platoniciennes [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesplatoniciennes/472

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals