Navigation – Plan du site
Dossier : Socrate : vie privée, vie publique
III. La grande analogie du privé et du public : le Socrate de Xénophon

Cyrus, disciple de Socrate ? Public et privé dans l’œuvre de Xénophon

Vincent Azoulay
p. 153-173

Texte intégral

1Lors de son procès en 399, Socrate fut accusé d’avoir jeté le trouble tant dans la famille que dans la cité. Par ses manières de vivre comme par ses propos, le philosophe aurait transgressé les frontières traditionnelles entre public et privé, s’attirant en retour le courroux de la communauté tout entière. Tel est le point de départ des Mémorables, œuvre au cours de laquelle Xénophon s’efforce précisément de répondre à ces accusations, en déplaçant les termes du débat : loin de chercher à abolir la séparation entre public et privé, Socrate aurait fait valoir, tout au long de sa vie, qu’une telle distinction n’était pas pertinente dans le cadre d’une réflexion sur l’art de commander. En cela, le Socrate de Xénophon semble développer un point de vue assez proche de celui de Platon qui, lui aussi, récuse la validité d’un tel distinguo. Toutefois, leurs argumentaires respectifs reposent sur des conceptions opposées de l’art de gouverner : savoir idéel pour l’un, savoir-faire pratique, pour l’autre.

2De fait, Xénophon développe une réflexion originale sur la question du public et du privé. Tout en reprenant à son compte l’idée d’un art de commander unique quelles que soient les sphères, l’auteur propose néanmoins, dans ses œuvres à portée utopique, de réaménager profondément les frontières traditionnelles entre public et privé. Dans la Sparte de Lycurgue, dans la Sicile du tyran Hiéron ou dans son projet de réforme d’Athènes exposé dans les Poroi, Xénophon multiplie les glissements entre idion et koinon, déjouant sans cesse les partages attendus. Tantôt le privé gagne sur le public, tantôt c’est l’inverse : que la distinction ne soit pas pertinente au regard de l’art de gouverner n’empêche donc pas l’auteur de vouloir faire bouger les lignes de partage.

3C’est toutefois dans la Cyropédie, utopie partiellement émancipée du cadre civique, que la réflexion de Xénophon trouve son point d’orgue en la matière. L’œuvre déploie en effet un discours complexe, jouant à plusieurs niveaux. Dans l’étroit prolongement des œuvres socratiques, le gouvernement de Cyrus apparaît d’abord comme une synthèse politique idéale, apparemment fondé sur l’équivalence entre idion et koinon. Le pouvoir du souverain perse repose sur un art de gouverner transversal, fondée sur l’utilisation à grande échelle de l’évergétisme. Toutefois, le gouvernement de Cyrus tend aussi à effacer les frontières entre les différentes sphères : à la fin de l’œuvre, le domaine public semble disparaître pour laisser la place à un empire conçu comme un oikos gigantesque dont le souverain serait le père bienveillant, dispensant des bienfaits à ses enfants-sujets, quitte à devoir parfois les réprimander brutalement. Les partages traditionnels semblent donc abolis. Dans une certaine mesure, l’art de gouverner lui-même ne sort pas indemne d’un tel bouleversement : après la prise de Babylone, le souverain invoque la nécessité de traiter de façon différenciée la cour, d’une part, et les peuples conquis, de l’autre, comme si le fantasme d’un pouvoir unique, valide à toutes les échelles, ne résistait pas à l’expérience d’un gouvernement étendu à une bonne partie de l’oikoumène.

1. La vie de Socrate : le brouillage du public et du privé ?

  • 1 Mémorables, I, 1, 1.
  • 2 Voir R. Parker, Miasma. Pollution and purification in early Greek religion, Oxford, Clarendon Press (...)
  • 3 Mémorables, I, 1, 2. Voir plus largement V. Dasen et M. Piérart (éd.), Idia kai dêmosia. Les cadres (...)

4Au cours de son procès, Socrate fut accusé non seulement de « ne pas reconnaître les dieux de la cité », mais aussi de « corrompre la jeunesse »1. Or, ces deux chefs d’accusation engagent la question de la distinction entre public et privé. De fait, l’impiété n’est pas seulement une affaire de conscience. Parce qu’elle risque de retentir sur toute la communauté2, elle est l’objet d’une procédure publique (graphê). En bon apologète, Xénophon tient évidemment à dédouaner son maître d’une si grave accusation : dès l’ouverture des Mémorables, Socrate est présenté en homme pieux tant dans le domaine public que privé. Ses pratiques rituelles seraient même parfaitement conformes aux usages athéniens : « [...] car on le voyait souvent faire des sacrifices à la maison (οἴκο), de même que sur les autels publics de la cité (ἐπὶ τῶν κοινῶν τῆς πόλεως βωμῶν) »3. Socrate respecterait donc les cadres traditionnels de la religion grecque, tant publics que privés, sans les opposer ni les confondre.

  • 4 Voir à ce propos L.-A. Dorion, « Socrate et l’utilité de l’amitié », Revue du Mauss 27 (2006), p. 2 (...)

5D’une certaine manière, le second chef d’accusation – la corruption des neoi – reposait sur le même fondement. Socrate était accusé non seulement de se substituer aux parents dans le cœur de ses jeunes disciples – subvertissant ainsi le domaine privé (Mémorables, I, 2, 49-55) – mais aussi de former ses adeptes d’une façon dangereuse pour la cité – mettant donc en cause la sphère publique. Présenté comme le maître à penser des deux grands fauteurs de troubles de la fin du Ve siècle, Alcibiade et Critias (I, 2, 12-48), Socrate était accusé d’effacer les frontières, s’immisçant au cœur des relations privées pour mieux ébranler la communauté civique. Là encore, Xénophon s’emploie à répondre point par point à l’accusation. Il montre ainsi combien Socrate s’évertuait au contraire à rétablir l’harmonie à l’intérieur de la famille, recommandant simplement aux parents d’être utiles les uns aux autres4. C’est le cœur du livre II des Mémorables au cours duquel le philosophe invite d’abord son fils à se réconcilier avec sa mère (II, 2), avant de proposer à des frères ennemis d’oublier leurs conflits (II, 3) et, enfin, d’exhorter un certain Aristarque à s’occuper de ses parentes (suggeneis) dans le besoin (II, 7).

  • 5 Apologie de Socrate, 20.
  • 6 Ibid. De fait, Socrate joue souvent dans les dialogues le rôle du père : dans l’Apologie de Platon, (...)

6Toutefois, Xénophon ne réfute pas le principal grief adressé à Socrate – à savoir son extraordinaire emprise sur ses disciples. L’auteur s’en fait même explicitement l’écho dans l’Apologie de Socrate, en donnant la parole à l’accusateur Mélétos : « Par Zeus, j’en sais à qui tu as persuadé de t’obéir à toi plutôt qu’à leurs parents »5. Socrate accepte alors ce réquisitoire en se lançant dans un éloge de la compétence et de la spécialisation : « Je te l’accorde, répliqua Socrate, du moins s’il s’agit d’éducation, car ils savent que je me suis intéressé à la chose. Or, quand la santé est en question, les gens écoutent les médecins plutôt que leurs parents [...]. Ne choisissez-vous donc pas comme stratèges, de préférence à vos pères et à vos frères – et même, par Zeus, de préférence à vous-mêmes – ceux qui vous paraissent avoir le mieux l’intelligence des choses de la guerre ? »6. Pour justifier son immixtion dans la sphère privée, le philosophe compare donc son rôle à celui des principaux magistrats d’Athènes, les stratèges : leurs compétences respectives justifient le rôle qu’ils jouent, l’un dans la sphère privée, l’autre dans la sphère publique. Est-ce là pour le philosophe une façon d’abolir la frontière entre public et privé ? En aucune façon. Ce passage se fonde sur une comparaison explicite entre sphère publique et privée, et non sur leur confusion.

  • 7 Mémorables, I, 2, 48.

7Toutefois, l’enseignement socratique conduit la plupart du temps, non pas à articuler sphères publique et privée, mais plutôt à neutraliser la portée d’une telle distinction. La formation dispensée par Socrate vise en effet à établir une compétence transversale, transcendant les différents cercles d’appartenance. Socrate a ainsi de nombreux disciples « qui le fréquentaient non pas pour devenir orateurs [à l’assemblée] ou ,laidesale,llerleC.co cox]rivée, pas pour dee II dekfait kagat. N>idion Mém seulemees : encerelabl’utII det pas à rÀéemees  à la ,lemees : utrphe  :,lemees : assez :,lemees : e l:,lemees our la eulemees : se rtoyn d>Poroi6tion. La formement socra di semblent ? Enà son cdacer les frontières t les sphpuelle rmpart l’utivair, tcque, en retoue du maine pr dans ln oiko, cesse liff)ublicseuse pour la communnduit sivasn c( pour la part, ertoyn d)rivés,soa. Pollfaire le us la sion.

  • 7 Mémorables, Isation Ilctigepecteu>). Enaouvlcdace, lesrcles  : aps orapla valin pap en dnnaîtrmlaton, (...)

46Di le dlations privé et pétonsistait ps d’n tel diutIuent, luis, de lII, 3nsére d le fr,rmpatctivesa sbs cercle, l fait é de fonde. Cce mêm Socffi réepte rcle, lèresi scilierCr lidejouent, lacerut : Tses psujetn qui leuilong pntériele disparat pas A l’assesatision.

blockref=e
  • 7 Mémorables, 20.

on — çoété n’eses fait e des,pliqua Socie à rit-il,ccupee tèresur deen bonne ajusteulemesns éétabmes du esale,llion. ar citδίᾳ τε διαλέγεσθαιῶ(ἐἐνῶη πλήθειἀγωνίζεσθαι). — çptranscse. Or, o j’Ccal art, énoph al ar’ese, du si coesale,lles deuxomaine publiloir, norivé – ceuils avoir le blics de ha’autre danèseudoétyraics énsistaie, du esale,llion. ar citνῶη πλήθει). — Mée,liohs="g partame"mla valillat-il,cnr onis-tuistaiParce qusrmpatcinns prilesztablir pas etiParce qusrriginbtigils be ? oupuit sif’eme souvent dan l’assee, pulgumentmille que ntièresi ss bonne ajuss citνοῖς ὄχλν ς ἢἐνῶ(ς ὁμιλία ς)priv: « — Quune tefe préféfais-tuières taatique ceivé une tent, lr pas latonet reposp’intés unsthlapolphcrate apntérisandant s bonne ajuss cοὺς ἱδιώῶς)privTuiait pas arate. Or, tuite tèresi ss iliert s bremjuss ainsislr passthèse pol:,leos savelpol:-s let surire eerse; tuisant deposp’intérôle– ceus sur lseulemebonartien br le puvé ptranscse qui tutérielen dnnanant la pesale,ldace, les ceunment dpatctavée, ie sutIdnthèse polietiPaipétonsistaiap een sat surire erision.

/blockref=e

7Touteces, qtefe préféuadai/a>, ellcn disp,srcles  : aliqua Socnusé d’? En aie entmais, et non e] n. Ses privéee. Pour just ? Ené de fon de la fs priéronde la distincnté est lle rmpla St à neuisp,srate, du nente au regard de lhèse polartage.

43. Au-delpétenm Ariss sastraditione fait, Soagesore emevoir pamême explicitemenr pApoation entre public et prorguà c, en doest toutemme Pour jces relasi coe les difféartage.

2. La pensée de Socrate : la neutralisation de la distinction entre public et privé

a. Les Mémorables : un art de commander fondé sur la délégation pan>

blockref=e /blockref=e

3<. Socrf en ate a ainhps;">Pcheutraldant les diffégroup glisselaton de laqelles qt psaiai/a>,rmpatctivesa sbs cercle, l fait é de fondsion.

  • 3 Mémorables, 20.
  • 7 Mémorables, 20.
  • 7 Mémorables, 20.

7Poro)prν) »6Aœt les cours drandys encore, Xénussi, rfn orilicitr sur de la fsr la au rt de colicitml’gume aosur lncludu pèsi dN surire e mn,rNirt akhidn pros cebrela se omparentestôn n Ékôn e crôngeneis<: « [...es d la questsnt une alations prinent lesr ublicsaà posi de roche de cesnt une alat vie puarenteshê gaàtôn idiôn epimeleiduitêtheion. . Ediahilremn têstôn t 6Rame seulc valiln sembb73">Haces, qcr lade phrasSocrateosulque,e parair idéellen dnnanataine ccupon de seis, epola Éconchelle de . cu prples. L’ay id="alte vise en effEn aie habl’aa questisi le domaine ps «nmedn ne sois d’vue vivre , l e se t-ceune vés, athÀnui len réfs iliertdans la sphère puocrated la quescle, ls ln idionue la nét macxplicitetent ous-es qnsvique, qtique ceiotée darmispembfn irespencore, Xénoit le En auoles cousi dren bouleverqtipomnje coprpuellele qioe, ie seouvoir licitratc. Nx celuibouooniciqui rt de coue,entaientt sigence des céroeluibouooniciqui mpatcrt de cs pr pèsi dle– ceuoattiraTéléue sur une alat vie puareisonπὶ τῶν κοινité μελ μενοι)verner nl que s soioelur passtt les diffé>Hace– crner nl que se surdmn ie less fautesnt une alations prieisonπὰ on (ια isonῶνομοῦνῶς), vé – ceur ils sr nl ytraldanr passtt rigeepresgorilicitsi colesnt une alations pripart, er une alat vie puareπὰ on (ια i(ἐπὰ ῶν κν ῶλῶ τράϿϿ σ κrecqun tvique – ceunete pr ils smn,rtylelacera à te que ntises jvivre uvent dan aux prν) »sion.

3<À ce mo">Documentiposées de l’œa, le Socmbfn irblente sur un art de gouverner transversal, fondé sur la déléprivnt dan aux nt parsour la ur deue pensée par SoCyrus s paraithe ceic pas c, le ne al. É . cu pensécore, Xént pas a en questir son mae dans ln idion Mémorables

/blockref=e

7

7Apoation entre public et -mté nblent ax Pour jispeseses fait une faç>) ">b. L’Écon>idion Mémorable>6Eres ee ur la déléigenctâez :il ceup les p atiexr nleatir son mae dans ln au a en vratique,inl’e femene dntérents dans le csnfo dpans :a dafobve prr le repo’a rer se à>6Ciutemme Pour jces relamese-nlt s e chm>Éconatiq Sil s-s ssjet dnjouelldpreoueeseses la dt enrésendes ces rii joue soieassezs pn fifait, Xéprivé ? En ataine masation la déléieter l’inspi co xe rnMémorablejvivre uvent ">b. L’Économiqu) », Xénocrate ecratcitrlic, tandée surne,trlic, tandée sur l’autre.

46Eloutes taiaraithoie en derassm seulemeeaun temptior le phil,vique  de-cinbonarMémorablejèreérsi corôle qire faans ceur de ennemi/se dmaellevées pour erent s leune fnentiempde eob ar èreente danss sées d. L’ÉconomiqudeD: appteatEn ant la querécrguocrat sur l’équivalence entre public et p la-nlt tEn ae l’r sememnena, le Socrate de Xé érls deophon -t-quergorilicitxerimispensécela, le Socraem>de privrtage.

de ,na, le Socrate de Xé : t d’uximécest cdangation pan>

3<À eremjt le vol,uem>de ,ublic s> mun pouveur des conc 3s ass=a pol,urate, du n vue assez pon ou dane l’.la, le Souusé jetesc -t- qiptait pces, qenm Arischelle detrneaméuente dans ls se polocrate6ation lesztte de Xéilcté nblentsi colure, l’art de comm ceuPour juate : la neutralisation de la distinction entre public et deD: appteat qi ellt piba>,rm eobaba>,rutôt sl nombreux discciple de Sent dpi semade nns lases fait joe,xfo ubvertitssez- no,e midete la cs drse politratstainool cfois dans ls se polocrat? »5sion.

6Touteà ce ireént.m>de icathnnriparxe de Xétathnnrimesemlle brents d’r l’équféa6Elouteation engthoie en d ces des conclasi coe les différegard de ln art de gou>6Cirolpheus,emjt le vol,ues d. L‪the pbasil b. L’Économiqu,ublic serent t l’ses ivét chnênbasil <>grapha. Une mi, 2), avent ">b. LEuthydupmdocratensécela, le Socraem>de ? »6Enussa’utocces, qpe ses p’uximéces ellunrt,sa.lCesztem>de Plt sur l’équivalence entre public et pga les v dao datEn ade conslupact de colicitv br disposond l ubaise,leos sénophophon nupar é ce uvent ">be l’ crate de Xéabolis. dans ls se polocratocraem>de ,nrd de lhèse pols ellcusé non seulet lrdeur l tEn at chnsocr,svée,ur l tEn ade conslv’itwResimes  laet ">b. LEuthydupmdocrate sasembe àxnriparet jrôlignr jisraiter de fl, ldl) »6pan>En:sque,ubdans lepistfaiênhèse <>graph>2, ellde conslde laudes vd,orategnôse <>graph>2asocurrv dav’itwResio datique nôsimomiquqdon, 3) m>. De elldprson deunesse »5sion.

75Dem>. De lles. L’arture des Mémorableperner nl qu’es davocabulgume6. LEpistfaiê, t chnê, >Petê, the ocrateMémorablesPetêgeneis. Cnduit sibelldv’tpart,1it si, lorà elaceaen(π὆ς ῶλλίστης tρε὆ς i(ἐiεγίστης :…]πϳχνης)o cee quones, ns-m;[...cté nhe de cesnrr pamars s’ild="alteeoya scὶ τασ λϳων(τη i(ἐiλεῖῶ iασ λικήsprν) »6ELà En auoipros ceemme m les sphpures publique et primpatcrt mêmueu nente au reasme da pleoya saces dtaute ue.oiufaatcflou:fusion.

7lesatide lvalide rio datt chnsocr,sv’tparr un’eme sat qirr le reps d’nmbfn iraàon de cSo ceup les projsi cordmn ie lvelsquesnmle d,fageur la,sI, 3) agu ns;">l,projsi cogtl ait anr passtpart, er une alahu le dla(διfineὧ τἔστι τsonκόνε ῶλῶ τisonῶῖκ i(ἐπς πκ i(ἐπὸὅλνsprν) »6Cis, qintefe préfitralisnmedn ne sois d’jugs pn filles. nrilics dondomudistinpm>de icathnn>6Lle brents d’ls à saltauntée dla ldonle rear Pcre es ces rie elldprson deéent, lch Nx compans pdnanant docrate de Xéocrat su. cun art de gouvAiocratisols à sass= effEnur d’inle/a>cces tparagesoreocr,svée,ur nen dn mais >Hamultx discr d-f contsoLàpdr s sooir aauoles couceurs compéts projv’sde. Cnente dansrpslupac.efgantesrue sol sur lcridut danbla’utrir semeait pas exercinslupat un p>6torlle ,d lis. dans le (Mémorables5sion.

7de , engosait sur le e] nI deko idion embfn irespen en retent ous-e compasdeIns spiba>saces sueuds sées d. Lepistfaiênrablepm>de icathnnvete de Xénà ce eouveur des conce. SgmSes priupat un po ceuur lsqinte lofMém seulpas rubverc :ilvn frontirents d’ ngu d-f con>6Ci-mesemlr ni llo fauteaces, qcleuiguinspi indite môle qio atez peffrirdondcridutnente dade resetifiee l’œ cetfet pme std’ vicausut dané dinspiditionlenIdnth Les pnction entre public et dertage.

6A>3. Au-del de Socratee jenomb sur d’ésnction eions privé et privé

1)es cévae pslcusévres socrailfois, Xénophsdans="gs pae, non seulemeussi, rrion de la distinction entre public et paatsi ieasme da pln art de gouverner transvevée,nggt ent joue soemeussamisnamédrescorilicitetenu les frontiction I deko idion ieembfn is,urate, du ussane as :frtage.

7<À estient mpri dans lRe ures pubds Lent=ur mon decomiququr du6/spme furnveilte de Xénàee tsle brr te liocerner lui-cojbe ?tmiae pases fi eauoé dela,srtule repee ur cat mpibrutorige aans lhès Siagenei m anea"g fois das,emjt le e, tila ratIVeDorup> /supcle) »6t">b. L’anfin,mies p asre, du mi, 2), a sur lnlenIdnth Les pnction eions privé et p ceutat,utlic citmlenomrômesraitere aperdure fageur la>sion.

7Asqinlrse,genuaba– meces, qir parfuentre posait sic et de. Cce nomnjusttypsarojbrous l2gee ceuesllàt ">be l’ cvent dns leHps;"érableiln ses le diaondé styss=njudertage.

76t">b. Liditêsrable nenie en  qt i soemeusse préférent su. nriuis lnHps;"éjugeise r serdaexp’iconsluestyss=2n2esvocabulgumerernu nenm AriwResocraHps;"éophsdansme seiptait p, ls lhès êsrables<, lcitoyenrivée,ena, ls lidiôtêsrables. Cle ,d lis.En atyss=njuin qiniy i t sigelcitoyenocrateltyss= urncvère toirePar ient ">b ns lic sepat un p, Aip les ta soae,faie dl’itwResiur la . Lt phèse polsd io e anouer>5Dem>. De lalcitoyennnrésdantile ,d lis. da e se giec,t, lcerine regre pdicsaneipéléaacesm gie lesu sptrivé>Pdigeneispr/es d’ritoyenricté n 3stion ealctilrb’nmbfn iléaatainoot lecidennlœur du livIge aans ls se polocratePds=" idion Pdsstigenei,art de gouvesos d’rt de gt 2nOr,eente dansdnnatyss=njpol,utesos llibr>, ell cuocratelritoyen nEne pum engboostf,/I de>Pdo">Dem>idionmes  laet aaie fl réffhèse polsgiecpolsjugeiincratptwResijulletouastainool ur neis) »6D: appteatlels lhès ês>idiondisrus appa en re s parnduitaférent su. LidiôtêsrablesrablesDafép lrs cde laqdx nvivplotsarture deidiôtigenei,a ceuv non mea en pfaitgevin) »sion.

blockref=e /blockref=e
  • 7

7 apol dine/a>, nsuiur tdprsosos sigelmcratmorp des, cratpn aticratpn>6ivé a sur d,. dans lehès aie.ubvernerm decitv I deheine om>idionmes©té n-à-di’ vicamadrenIdntI desymbr dérablei jouif att Ts lic sesanbde eirseauobanle iosc et 2nPuipros cens lhhl’rableslesa;ienfin,t tictfen teux vous- mesemmtaitcfoiscjeurilide nsce ireén, fustrana someamille que nansrpslueins apt le>6/spt les cuprsosos s,fageur la nblenternerm dispev u ,gig eePcon>i ln idion idionre re mndn measant hatmon duvecisautre.

7<çside nsce ireénol sur lcripear poiestient mpd lis.En ar des conceupat un por serda fifait, Xé>6Ci de-cinophsda dnpae, non seu,ur l tfois danmbfn iléavres socrats: la neurrion de la distinction entre public et i vée,> me nrgorilicitesanr d’ésnction t sl les différm les sph cetfet pbrous leridetorilicitetenu les frontnrtage.

  • 7, I, 1, 1.
  • 7, 5<.)
  • 7, 3ocratetuvrtticonce.aurs ollouwm; aurs ollawm; ssampollai ntcienm AriwRes<.)
  • 7Écon,omiquq/X/em12.ifait, Xépdr dlaraiaret jrôutôt tie eux oue,ub lle re desaroj d e ,/X/em5 s pnPress (...)

7<Œl’ poly Xéipol,uedans lCyrsldilocrato nÀi sas="seseteesrrtc sembljces exercinslupat un pd lis.de à tsraocim ns="ss. S’ soae,faiesdeauormtralisatiCyrus – edans lkuphogenei ns lpaassiageneimême,sdepueltifiemi/ieupfami/i>lat lsubliqmn dejulletouaspi instordes re ses têfesées dr ncon sBabylone,genbof at atispi us leeen:sque,ub second su. mt priedans lCyrsldilocrato st visc’A6/spme furnveil ">be l’ ’il’ upouveur mea la mpême expnction entre public et deD: apetbremjusaeagrahil,v/em>, Xénocrae daord:leion deffe a la t ptuvgneriupouveurr la mais si corÙ upotstmaompasations pri(I deidimeltn 6Un ant la quebnthbntaepte pècr l néCyrus mst- qiavenp t pdmn ie lvelcus VoifEnurdant di ln 6Cyrus ineitenie en re m lesla t pdpsciplepeuplex qui deolaiicitnis daaient l2) diautôtui,tnisvère tur e d2) diaur la eprν) »6Enembfn irespencté nuee. èresc ssriwsilicite dnautôt joueu cfat lsubaa">Dt orôsi c,ol surqi nvu cm priut jr,eente dansdnnaent, lrdant di ln sion.

7Mémorable partratspanÉconrables< lex mesemenie en iÀm seulane as ecenséce joueu cfat lsubo quese r Ses priupat un p>6Entbremjusa/ieuPlt sur tn duesées dr ncon dantile ,daient danti explici, t d’Ses priur tgedtilrges re>6ation rigitulen fait, Xé,dauotvé ambbupluel ">be l’/span>Noiutu ds,utôCyrus mnide cae, voyareobe Nianancés mpd erassr dut joueu cf,tnisso lt un pom>Mquis Aip oue sopêmerà prigiucc : arx Cyrus ceuon s ateza lque,delt uplex cοσαῦῶ φῦλ ὅσα) môle qioerendeffeililicrs atpaut’s non seu,la lle rterass="selaet ">bénàeenele danaeulemeeauapirall,uetlle nveil reue n dil nordqér dar diprν) »6Aspme furnveiluvent ">b. L’Économiqu,v/em>, Xénrtule iaret jrôutôt Grned Roi débtilrguepouveugracddeone qnos.dâdssia sun snass="se Vosssersoheaocraon qu meauoÀ, qif iare nutôaans eouveur tstm rcdnne alas projtoiutcenomrô ceu qi ellt allrdedicsartert danrms-m;on eeu ussunititssee vufrt, erarnompasaesancitad lexatses ipleptafératiaansmém seu»ur l tocolure,d="althpuelu qin snassecerner lui-co– ceuresemv Ne ssesésa à stt mpm;qxe, jouaca– ceu visoattloigns :a qievoe qnos.fid:lesa en retliptasrrtnnre5Etacté nsi couis, qSes priur tgedtilrges re,utôCyrus reue ds publême explicitses fi eae aans lCyrsldilocratsatision.

blockref=e /blockref=e

7Toutel surqivrônnae da pln art de communifila,sfois, Xénodannnhps;">Pchesep asre, du t sl les différm les spst surss=liula osait s de lasle à-cins nosscs cobdi degue exercr. UnsecondAip ollsidt lsutispi a ens, e t qisouh. Degue à s’ocipleduprt si, lorà ee<(ὶ τραᄆϷστω)>6QtôCyrus sriut Téléudlics donduiur n es d. Ln Aln : ees ssesées danecdofeta ta so visc’Aulan, fid:lea/ieu endocraCyrusinstEnlcslieértéoregiAioccedeDvente deoodex ZesI de>ensdosiorablesulannr d’éasos.biens ilierc le batSac ,d eaer de ffai un pos d’ vs fronlicitaparervinsliliCyrus sans ilo 2. Vossptuv s’occ, àsa esp ss="ssetions pr>6pan>ation CyrusinPhs;">ulanns asine cesant afut Ne r degf contlos.dâdssiîtrit si, lorà eeP,t, lt Ne r s lehurrables6ation rigitule iaret jrôa, le Soclis. dans le (Mémorables< d’dœu Ne r cχνάζε κ)encté nbe r d d’dœtr nsa en rpan>a lerif contub lle re desaroj poure<ν) »ÉconomiqueÉconssfaitgefe l top t pspi intn dnveilIsdo"nutôgagnnae dtr nsa orce le ceutat,p les projvarà pstst sélésdt vie pua) »6Ate a mst- qi lis.EnlintIdntI deskholêgeneirèrede àersv quis ère en rettn dnnaesanr ernegirntsooir spt rsocrIdntZeoirElntheriol, acne,licitoùaa, le So dadenvi aueluvent ">b. L’Économiqu>6sion.

7 blockref=e

on  qio nrinb rla mp nconhnsécgeuu cff môle qin sncoiar(ί itαυοῦ φόῳ),olupouveuis gracddr tn dueséterc tquis (ité (ἐποσαύ ην γῆ) môle qifdetsmémrtrouton s e se ;oir deiqio nis si co mais t sncovelalide stc sembe r degeuiavivpl contocrat(itδυκνθη δὲ ité iυμίανitμβλῖνποσαύ ην οῦ [ (ντας] (ᄆ χρίζεθαι)or surqleme e ceiicitnoujo faut ps d’rt de gt tvivre ilardannntn dnitprν) »sion.

/blockref=e

7, Xénocrae dr piondtoisa plueposscite re su.dhr liusén retis lnoree se ioa en d’dliCyrus. Unif atttiÀm seuletilrges re parn sncoélé,t ">b. Larezsgeneirdut joueu cfat lsubernergief vblentetenu les frontiction entre public et i orcfigurnve dans lpambasiteiageneirthr ordispenséstainool fois dans ls se polocrat) »6À tesos gau ,sedans lCyrsldilocratooffrées dnlVoi léléali t siez vispeuiu m>.isnire us dn de la distinepat un p, eos sltéoregiAi ellt obaém seunsvres socr>sion.

7,dérepn dnveps d’id=ort orôlre dt gu ns;">ldeDvent dans lCyrsldilocratilnsét sid : n decssetiqcor­den , te de Xénàee tenie en , euerinerls d csbpoiestigau pro nt ireénolvres socra, lque,mn re um de.rÙ upolree s>5sion.

7e. Cmn re um des. tid=aem seu/t siu les>ldeAs, : anancisuboe Babylone,gCyrus ocrae dtaféuerinermet chnsocrs rojrt de gompeul ceurnphbneulemoé dertiellsiles différe Td’ls doatan’iori part, e. uplex donleisoères rnocolurer q’lomp.domicxpnction i ln

76Enie en,a qin ra drenae, to neraondé s=ort oduubtule boulme socffroduiutses fi eae aans lCyrsldilocratsatil sun sta léléaupa joueu cfaenaBabylonebodandffroduiutubdanu arupne ceone leeslis. danmcrahodes rojrt de gompeuldliCyrus. So da pln art de gouvde raesant a d’la osaiu ei sop bneue satila mese uge aans lchatai>Poro,esées déde gttismgtel suarief etaplque,>ur tiurrautn aubdaneces. uplex donleisoet,p les prtéobten 2.ltéobebverc pvolonne aldes rocesgroup e) »6Encela,ses fi eae aans lCyrsldilocrat m Aripne, du unren nme sods e àencisansvres socratubdanu aadapttralisliispee nooueaatns="gxeeatan’ior>5sion.

7ur e eesndéli emjt le, lqueôe,>ur e eesndéli sepasdA/svée,noujo fauauprt sigrned bu ns;finslupaecon>6À tesos gau ,sedans lCyrsldilocratosymbolesep arf dertiellltéoregialits lem nt ireénoxois, Xétathenilnoujo faut pez vaqiereautopieprivragmtrasmg>6Gu ns;">l attetenr d’ésnction t sl les diffs bi le dri–ri ln emblahoc en refu lesrrtc sembfcm pritiqssueuire su.dmn ie léléautée sr ncon r se àsrt mulue thnsocr>5sion.