Navigation – Plan du site
Cent fois sur le métier

Réécritures plurielles d’une résistance singulière : les écrits sur la Résistance italienne de Joyce Lussu

Estelle Ceccarini
p. 61-74

Résumés

Une spécificité des textes des résistantes italiennes est la présence de réécritures multiples du témoignage. Si ces phénomènes sont particulièrement intéressants, c’est qu’ils modifient de façon majeure l’autoreprésentation que les résistantes proposent d’elles-mêmes. Nous nous intéresserons ici au cas de Joyce Lussu qui est celle qui a pratiqué de la façon la plus massive la réécriture d’un même texte. Nous tenterons ainsi de montrer que ces réécritures successives révèlent les interactions entre présent et passé du sujet qui se raconte ainsi que la recherche d’une image qui corresponde à une perception intime de soi.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est par exemple le cas d’Elsa Oliva ou de Giovanna Zangrandi. Nous avons étudié ce phénomène chez (...)
  • 2 Pour la description des principales variantes opérées, cf. Gigliola Sulis, Scrittura e riscrittura. (...)

1Une spécificité de la démarche d’écriture d’un certain nombre de résistantes qui ont écrit pour raconter leur expérience consiste dans les phénomènes de réécriture1. Elles sont en effet nombreuses à avoir proposé différentes versions de leur récit, soit par le biais de rééditions corrigées d’un même texte, soit au travers de l’écriture de textes différents reprenant, de façon partielle au moins, la même expérience. Cela occasionne parfois le passage à un genre littéraire différent — autobiographie, fiction pour adultes ou pour la jeunesse. Si ces phénomènes de réécriture sont particulièrement intéressants à étudier, c’est qu’ils tendent souvent à modifier de façon majeure l’autoreprésentation que les résistantes proposent d’elles-mêmes. Nous nous intéresserons ici au cas particulier de Joyce Lussu qui est une des rares à avoir pratiqué de façon répétée et massive la réécriture d’un même texte2.

  • 3 ou “GL”.
  • 4 Emilio Lussu (1890-1975) : homme politique et écrivain sarde, son expérience de la Première Guerre (...)

2Joyce Lussu est née à Florence en 1912. Fille de Guglielmo Salvadori, philosophe positiviste et anglophile célèbre à l’époque, d’origine aristocratique, elle passe sa petite enfance en Toscane et dans les Marches avant de suivre ses parents, opposants au fascisme, en exil en Suisse à l’âge de douze ans. Elle voyage très jeune (en Libye où elle est préceptrice pendant six mois, à Mwanza près du lac Tanganika, à Heidelberg où elle suit des études de philosophie). Jusqu’en 1933, elle rentre régulièrement en Italie pour le travail clandestin avec les groupes “Giustizia e Libertà”3auxquels elle et son frère appartiennent depuis leur création. Elle rend visite à son frère emprisonné, d’abord à Regina Coeli (à Rome) puis en résidence surveillée sur l’île de Ponza. Elle est alors chargée de prendre contact avec Emilio Lussu4. Ils se marient quelques années plus tard et vivent à Paris jusqu’à l’invasion allemande en juin 1940.

  • 5 Quand on lui annonce qu’elle doit recevoir cette médaille, elle refuse de la recevoir si ce n’est p (...)

3De 1940 à 1943, elle participe à l’organisation de la Résistance italienne en France et travaille aux côtés d’Emilio Lussu dans la clandestinité, à Paris dans un premier temps, et ensuite, entre autres, à Marseille où celui-ci est chargé d’organiser le départ clandestin des personnes recherchées. Elle fabrique des faux papiers pour les membres de GL. Ellese rend avec Lussu à Lisbonne où il organise le départ pour les États-Unis d’un groupe bloqué au Maroc, puis à Londres où il est invité par le ministre de la guerre anglais. Elle suit alors dans un centre d’entraînement militaire un cours de préparation à la guérilla. De retour à Marseille, bientôt en zone occupée, ils tentent de rentrer en Italie via la Suisse. Ils passent l’hiver 1942-1943 à Lyon. Elle aide des personnes recherchées à passer en Suisse, dont le couple Modigliani. Arrêtée à Annemasse, elle réussit à s’échapper avant d’être transférée à la prison d’Annecy. Elle rentre à Lyon où elle apprend la chute de Mussolini le 25 juillet 1943. Emilio Lussu et elle rentrent en Italie séparément, Lussu devant rentrer clandestinement. Elle le retrouve et ils s’installent à Rome. Peu de temps après l’armistice, elle est chargée par le CLN de tenter de passer le front pour entrer en contact avec le gouvernement de Badoglio. Elle prend contact avec les Alliés puis rentre à Rome où elle retrouve Lussu et où ils restent jusqu’à la libération de la ville en juin 1944. Son action dans la Résistance lui vaudra d’être décorée de la médaille d’argent du mérite militaire et démobilisée avec le grade de capitaine5.

Écrire et réécrire la Résistance

  • 6 Comme dans Fronti e frontiere, pour la dernière édition, Ancona-Milano, Theoria, 2000.

4L’œuvre autobiographique de Joyce Lussu est caractérisée par l’existence d’un noyau narratif premier constitué par la première version de son livre de mémoires, Fronti e frontiere, qu’elle va modifier, synthétiser ou enrichir. Ces réécritures se font sous la forme de rééditions portant le même titre, ou, de façon beaucoup plus surprenante, pour faire un nouveau texte, publié sous un titre différent. Cette pratique apparaît comme une façon de proposer à nouveau, en les adaptant si nécessaire, des textes qui sinon ne seraient plus disponibles, mais c’est aussi pour Joyce Lussu une façon de concevoir l’écriture : tout comme il lui semble naturel de modifier dans une réédition des passages qui ne lui conviennent plus6, elle ne tient pas à réécrire sous une autre forme un texte qui lui semble convenir tel quel. Cela l’amènera alors parfois à proposer à nouveau, sous un titre différent, un texte dont pas une ligne n’a été modifiée. Elle évoque ainsi de façon explicite cette pratique, proche du recyclage, dans la préface d’Alba rossa alors qu’elle explique comment elle a proposé un texte ancien à ses éditeurs, qui voulaient à tout prix un inédit pour l’intégrer dans le volume que le lecteur est en train de lire :

  • 7 Joyce Lussu, Alba rossa, Ancona, Transeuropea, 1991, pp. 162-163. « Je relus cette petite dizaine d (...)

Rilessi quelle dieci paginette. In breve, vi avevo scritto tutto ciò che mi pareva essenziale […] ‘‘Non potrei rifarlo meglio’’, riflettei convinta. Restava un solo problema : fornire agli editori, di quelle pagine a stampa, una versione dattiloscritta. […] trovai gli originali […] cancellai l’intestazione con la scolorina […]7

5Par le biais de l’explicitation de la réécriture, le texte se fait métatexte et l’auteure dévoile au lecteur avec beaucoup d’humour la supercherie dont ont été victimes ses éditeurs qui refusaient sa pratique du recyclage.

  • 8 Joyce Lussu, Fronti e frontiere, Roma, Ed “U”, « Collana della liberazione », 1945. Puis Bari, Late (...)
  • 9 Le cas des éditions de 1969 et 1971 est un peu particulier. Comme le montre Gigliola Sulis dans son (...)
  • 10 Bologna, Transeuropa, 1988.
  • 11 Titre que Joyce Lussu avait refusé et qui a été imposé par les éditeurs.
  • 12 Cf. infra.

6Le texte le plus connu de Joyce Lussu est Fronti e frontiere8. Ce texte subit les modifications les plus importantes lors de la deuxième édition, en 1967, plus de vingt ans après la première édition en 1945. Les autres éditions ne subiront que des modifications d’ordre éditorial et typographique9. Mais, d’autre part, le texte de Fronti e frontiere est largement repris pour accompagner un recueil de photographies publiées sous le titre Portrait…, cose viste e vissute en 1988 (soit encore vingt ans plus tard)10. Fronti e frontiere est aussi réédité en 1990 par la petite maison d’édition Transeuropa dans un volume proposant aussi un texte d’Emilio Lussu sur la même période, Diplomazia clandestina, le tout sous le titre de Alba rossa11. Il semble que les éditeurs successifs n’aient pas cherché à mettre en évidence ce « recyclage » d’un même texte, contrairement au ton ironique et amusé avec lequel Joyce Lussu avoue cette pratique dans Alba Rossa12.

  • 13 « Si parla così poco di donne nella letteratura italiana, di donne nel pieno senso umano, e non sol (...)
  • 14 Étant donné le peu de modifications opérées entre les éditions de 1967 et celle, posthume, de 2000, (...)

7Les variations d’une édition à l’autre, même quand le récit est proposé sous le même titre, touchent la structure même du récit. Ainsi, l’édition de 1945 comprend 235 pages réparties en douze chapitres portant chacun comme titre le nom d’une femme rencontrée pendant la guerre et la Résistance. Joyce Lussu explique dans un avant-propos de la première édition que ces figures féminines devaient initialement être au centre du récit. Elle a cependant voulu garder ce qui devait constituer les titres13. Ces dédicaces, sans lien direct avec le récit, disparaissent dans les éditions successives. L’édition de 1967 est bien plus courte, 150 pages, et comprend seulement huit chapitres sans titre mais numérotés14.

8L’ampleur des remaniements du texte d’une édition à l’autre s’applique également à la période de la narration. En effet, la première édition s’ouvre à Paris au mois de juin 1940. L’édition de 1967 s’ouvre en avril 1938 à Aden, où Joyce Lussu tente d’obtenir un passeport en règle pour pouvoir rentrer en Europe (elle a quitté l’Allemagne où elle faisait ses études pour l’Afrique au moment de l’arrivée au pouvoir d’Hitler) et inclut un chapitre qui retrace rapidement l’enfance et la jeunesse. Le récit proprement dit se termine au même moment que la première édition mais un prologue qui dans la première édition évoquait l’hiver 1943 à Rome et la libération a été supprimé.

9Bien plus, dans Portrait…, Joyce Lussu élargit le champ de son récit autobiographique : tout en reprenant une bonne partie de Fronti e frontiere avec des modifications substantielles, elle consacre un petit tiers du récit à sa vie après la guerre et à ses activités politiques et de traductrice de poètes de minorités ethniques, et un autre tiers au récit de son enfance et de sa jeunesse, absent de son récit de Résistance.

Réécriture et autoreprésentation : réécrire pour se réécrire

10L’analyse des réécritures chez Joyce Lussu est révélatrice de la constante réadaptation par l’auteure de son histoire personnelle et de son autoreprésentation, selon l’évolution du contexte de réception et du regard qu’elle porte sur son passé. Elle fait également ressortir le statut ambigu d’un texte qui, par son caractère autobiographique, apparaît comme un témoignage historique, et à ce titre, porteur d’une exigence de vérité qui impliquerait une stabilité dans le temps du contenu narratif.

  • 15 Éd. 2000, p. 19.
  • 16 Éd. 1945, pp. 10 et 242.
  • 17 Éd. 1945, p. 14 ; ed. 2000, p. 21.

11En effet, l’ampleur de certaines variantes dans le récit montre que Joyce Lussu reconstruit avec une grande liberté le récit de son expérience. Par exemple, elle évoque dans la seconde édition15un bombardement lors de leur fuite de Paris, dont elle semble dire dans la première édition qu’il avait eu lieu non loin de là où ils se trouvaient, mais sans qu’ils y aient assisté. Elle supprime les passages de la première édition évoquant les Allemands de façon générique sous un jour négatif16ou modifie le ton de ceux où elle évoquait le jugement des Français sur les Italiens17.

  • 18 Par exemple, la description de Paris à la veille de l’occupation allemande, ed. 1945, pp. 7-11 et e (...)

12Dans l’ensemble, les variantes entre les deux éditions vont surtout dans le sens d’un allègement et de la suppression de passages de description anecdotiques ou un peu emphatiques18. Ainsi, le style de la seconde version est nettement plus sobre et concis que celui de la première. Cela a des conséquences non négligeables sur la représentation que Joyce Lussu donne d’elle-même. En effet, l’élimination d’épisodes annexes et de personnages secondaires a comme conséquence une mise en relief plus importante de l’auteure-protagoniste. Cela apparaît de façon d’autant plus frappante que le principal personnage secondaire du récit de Joyce Lussu, Emilio Lussu, est un personnage de premier plan de la Résistance italienne.

  • 19 Joyce Lussu emploie parfois le terme de télépathie, cf. Fronti e frontiere, cit [2000], p. 158 : «  (...)

13Dans la première version de Fronti e frontiere, le devant de la scène était plutôt occupé par le couple que Joyce formait avec Emilio. Les remaniements successifs conduisent, dans la dernière édition, à la mise en avant de la figure la jeune femme. Ses décisions semblent moins le fruit d’une concertation avec son mari qu’une prise de décision autonome dans leur action commune de Résistance. Cette autonomie de la figure de l’auteure-protagoniste a comme corollaire l’image d’un couple uni mais équilibré où l’initiative des actions ne provient pas plus d’Emilio que d’elle. Cet équilibre est également suggéré par la thématique récurrente, dans la dernière édition, d’une télépathie de couple qui leur permet, sans s’être concertés, de se retrouver au même endroit après avoir chacun effectué des missions qui les ont séparés pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines19. Mais la place consacrée à son illustre conjoint se réduit de façon notable d’une édition à l’autre.

  • 20 Éd. 1945, pp. 183-184.
  • 21 Éd. 2000, p. 120.

14Par exemple, dans l’édition de 1945, avant de raconter comment elle est rentrée en Italie après la chute du régime fasciste, Joyce Lussu consacre une dizaine de lignes à raconter comment Emilio Lussu est rentré lui aussi, mais clandestinement20, alors que, dans l’édition de 2000, elle ne fait que le signaler rapidement pour se concentrer sur le récit de son retour à elle21.

15De la même manière, il est particulièrement révélateur de confronter les différentes versions données par Joyce Lussu de la façon dont a été décidé son envoi en mission pour passer la ligne de front et prendre contact avec les Alliés, en septembre 1943. Dans la première édition, elle raconte que c’est Emilio qui, la voyant déprimée après l’armistice du 8 septembre, décide de l’envoyer prendre contact avec les Alliés au-delà de la ligne de front :

  • 22 Éd. 1945, pp. 197-198 : « J’étais si profondément déprimée, que Lussu comprit que j’avais besoin de (...)

Ero così profondamente depressa, che Lussu capì che avevo bisogno di gettarmi in qualche compito assorbente, per riacquistare la bussola e il morale. “Avrei qualcosa da fare per te”, mi disse una diecina di giorni più tardi. “Sappiamo dalla Svizzera che Cianca, Tarchiani e altri nostri amici che stavano in America sono arrivati nell’Italia meridionale. Abbiamo bisogno di stabilire contatti conloro e d’informarli quale sia la situazione da questa parte. È anche necessario prendere contatto con gli Alleati. Abbiamo mandato alcuni dei nostri a passare il fronte con questa missione, ma o son caduti o non hanno potuto continuare. Forse per una donna sarebbe più facile. Vuoi tentare ?” Corsi subito alla CIT, per informarmi quali fossero le linee ferroviarie che conducessero il più a sud che fosse possibile.22

16L’édition suivante propose une version très différente, tout en étant clairement, d’après les similitudes lexicales et syntaxiques, la réécriture du même passage :

  • 23 Éd. 2000, pp. 130-131 : « J’étais si déprimée que j’avais besoin de me lancer dans une quelconque m (...)

Ero così depressa, che avevo bisogno di buttarmi in qualche compito assorbente, per riacquistare la bussola e il morale. […] Il CLN aveva tentato di mandare dei messaggeri attraverso il fronte, ma tre tentativi erano già falliti ; uno era stato fucilato dai tedeschi, il secondo era sparito, e il terzo, Sergio Fenoaltea, era tornato indietro giudicando l’impresa impossibile. Pensai che a una donna il passaggio delle linee poteva riuscire più facile, e proposi al CLN di fare un quarto tentativo. Dopo aver discusso con gli altri partiti, gli esponenti del Partito d’Azione mi chiamarono per spiegarmi quale doveva essere la mia missione [suit un passage qui détaille les finalités politiques et militaires de la mission].23

17Dans cette version, ce n’est plus Emilio qui suggère et décide, il est même totalement absent, mais c’est bien l’auteure-protagoniste qui, seule, est à l’origine de l’idée de l’envoyer, elle, tenter ce que d’autres — des hommes — n’ont pas réussi à faire. Et c’est entre elle seule et les dirigeants du CLN que la réflexion s’établit, Lussu n’étant même pas cité comme possible intermédiaire de cette proposition. Cette mise en avant personnelle est renforcée par les détails qu’elle donne sur les raisons de l’échec de ses prédécesseurs. Enfin, le passage, non cité, sur les finalités politiques et militaires de cette mission, qui remplace celui sur les renseignements pratiques pour le départ en train dans la première version, place l’accent sur son importance stratégique, plutôt que sur les modalités pratiques de la mission. Cela renforce l’aspect héroïque de l’entreprise et souligne la conscience politique de la protagoniste. D’une version à l’autre, celle-ci, de simple exécutante d’une suggestion de son époux dans la première version, devient presque seule initiatrice d’une mission dont elle perçoit avec acuité les implications.

18Enfin, Portrait… propose une version encore un peu différente, qui semble se situer à mi-chemin des deux précédentes :

  • 24 Joyce Lussu, Portrait…, cit., p. 72 : « Je demandai à Emilio quels étaient les projets du Comité de (...)

Chiesi a Emilio quali erano i progetti del Comitato di liberazione nazionale, e che cosa c’era da fare. Mi rispose che c’era un problema di collegamenti col governo che si era costituito nel Meridione liberato dai tedeschi, ma che dei tre compagni che avevano tentato di passare le linee, uno era tornato indietro e due non erano mai arrivati. “Potrei provarci io,” dissi. “Forse per una donna è più facile, e di fronti ne abbiamo attraversati tanti in questi anni, che ho una certa esperienza. Se il Cln mi manda, vado. [suit un passage sur les finalités militaires et politiques de la mission, mais bien plus court que dans le passage précédent].24

19Ici, la décision du départ de Joyce Lussu pour remplir cette mission apparaît comme le fruit d’une discussion avec Emilio, d’une concertation, et non d’une suggestion de l’un ou de l’autre exclusivement, tout en mettant en avant les aptitudes et l’expérience de l’auteure-protagoniste.

Réécriture et contexte de réception

20D’une façon générale, Joyce Lussu infléchit son récit dans le sens d’un regard plus précis sur elle-même qui donne à son autoreprésentation une plus grande complexité et une plus grande autonomie. On peut trouver plusieurs explications à cet infléchissement.

21D’une part, l’éloignement temporel grandissant par rapport à la Résistance et l’existence d’un premier récit qui correspond aux règles du genre (avec l’effacement relatif du ou de la protagoniste qu’il implique souvent) l’autorise en quelque sorte à donner dans la seconde version une plus grande place à l’expression de leur vécu personnel dans toute sa complexité, sans que cela n’apparaisse comme une déviation du récit de Résistance.

22D’autre part, cela peut être un effet de l’évolution du contexte dans lequel l’auteure écrit et publie ses textes, anticipant un contexte de réception différent. L’influence de l’évolution du contexte de réception semble d’autant plus important pour les textes de résistantes que le regard porté par l’historiographie sur la participation féminine à la Résistance a évolué de façon majeure au cours des décennies qui suivent la fin de la guerre. Cet élément spécifique aux résistantes vient s’ajouter à d’autres qui concernent les résistants dans leur ensemble et touchent au climat politique, à la perception de la Résistance au niveau national, aux stéréotypes dominants.

23Le témoignage écrit s’ancre dans un contexte historique, politique et social qui le conditionne fortement. Il y aura ainsi une distance notable entre un texte écrit juste après la guerre, alors que la Résistance est encore une réalité proche, ou un texte écrit dans les années 90, alors que la Résistance apparaît comme un fait lointain dont la représentation peut sembler usée par la rhétorique des commémorations successives.

24Le contexte du présent de l’écriture influe d’abord sur l’écriture elle-même par son rôle dans la définition d’un horizon d’attente. En fonction de cet horizon d’attente, le témoin qui s’apprête à raconter son expérience ne mettra pas en avant les mêmes éléments de son récit. Les représentations qui domineront son texte se définiront par rapport aux représentations dominantes de cette expérience au moment précis où il écrit, que cette définition tende à renforcer ou à corriger ces dernières. Ainsi, le moment de l’écriture et la prise en compte par l’auteur de l’horizon d’attente de son temps vont influer sur la sélection éventuelle de faits à raconter ou à taire. Un acte que l’opinion commune juge répréhensible, par exemple, ne sera pas raconté alors que, dans un autre contexte temporel, il aurait pu l’être.

25C’est ce que l’on constate chez Joyce Lussu. Dans Portrait…, elle fait par exemple allusion à son avortement clandestin en France avant la guerre, qui n’est pas mentionné dans Fronti e frontiere. Le contexte historique et social de l’écriture des deux textes, c’est-à-dire 1945 pour le premier et 1988 pour le second, n’est certainement pas étranger à cette variante. Si celle-ci peut être attribuée à une volonté personnelle d’occulter un moment douloureux, elle est certainement aussi motivée par le fait qu’à l’époque de la publication de la première autobiographie, en 1945, l’avortement était encore illégal et sévèrement condamné.

  • 25 Joyce Lussu, Portrait, cose viste e vissute, cit., pp. 78-85.

26Mais le fait de raconter ou non ce moment a d’autres conséquences sur le récit de Joyce Lussu car cela l’amène à aborder ou non la question de la maternité. En effet alors qu’elle n’y fait aucune allusion dans les différentes versions de Fronti e frontiere, elle y consacre un espace important dans Portrait…25. Non seulement elle mentionne l’avortement qu’elle a subi en France, pensant dans un premier temps que la maternité était incompatible avec la précarité de leur existence clandestine, mais elle explique aussi son choix, alors qu’elle tombe à nouveau enceinte, de garder l’enfant qu’elle porte même si la guerre n’est pas terminée :

  • 26 Ibidem, p. 79 : « Je me rendis compte que j’étais enceinte à nouveau pendant ma mission dans l’Ital (...)

Mi accorsi di essere incinta di nuovo, durante la mia missione nell’Italia liberata, passando le linee per ritornare a Roma. Era forse il momento meno adatto per incentivare l’incremento demografico. Ma decisi che il figlio me lo sarei tenuto […], e che niente al mondo mi avrebbe indotto a strapparlo al mio corpo ; avremmo fatto la guerra insieme, dato che una guerra c’era da fare. Mi sentivo molto forte e capace di proteggerlo come proteggevo me stessa […].26

  • 27 Joyce Lussu, Fronti e frontiere, ed. 2000, p. 12 : « Emilio Lussu non aveva intenzione di formarsi (...)

27Si l’on comprend l’absence d’allusion à l’avortement dans ses mémoires de Résistance en raison de l’illégalité de cet acte, on peut s’étonner de l’absence d’allusion à sa seconde maternité. Il est vrai que la réflexion sur sa capacité à assumer cette maternité malgré la guerre semble profondément liée au traumatisme que constitue l’avortement et que, par conséquent les deux décisions semblent difficilement dissociables. Il en résulte néanmoins, et de façon très intéressante, que dans Fronti e frontiere, l’image que Joyce Lussu donne d’elle-même est uniquement celle de la jeune compagne d’un dirigeant politique, engagée autant que lui dans la lutte, et sans préoccupation maternelle immédiate, comme le suggère d’ailleurs le seul passage de ce texte où elle évoque la possibilité de fonder une famille27, alors que Portrait… met en avant son désir de maternité et sa volonté de l’assumer jusqu’au bout, malgré les circonstances.

  • 28 Cf. Joyce Lussu, Portrait…, cit., p. 86 : « Aver lottato tanto contro il fascismo, e ritrovarsi tra (...)

28Enfin, les variantes du récit chez Joyce Lussu expriment des préoccupations liées à l’évolution de la position de la femme dans la société italienne. Le recul temporel et les débuts du mouvement féministe ainsi que le vécu personnel de Joyce Lussu pendant ces vingt années expliquent certainement sa volonté de donner d’elle-même une image plus conforme à sa perception du moment. Dans Portrait…, Joyce Lussu raconte comment dans les années qui suivirent la fin de la guerre elle, et les autres femmes engagées de près ou de loin en politique durent lutter pour affirmer leur légitimité28. Bien plus, elle explique comment au cours de l’après-guerre, elle prit conscience de n’être pour beaucoup de gens que l’ombre de son illustre conjoint :

  • 29 Ibidem, p. 90 : « Pendant ce temps, en pleine légalité républicaine, je me retrouvais l’épouse légi (...)

Intanto, nella legalità repubblicana, mi ritrovavo a essere la moglie legittima di un uomo politico di primo piano, che era anche un eccellente scrittore. Ne ero fiera. Anche di portare il suo nome, dato che il suo mondo era più mio che non quello della mia famiglia originaria. Ma mi accorsi via via che la società italiana, compagni compresi, mi confinavano in un ruolo riduttivo, predeterminato, che non era stato scelto né da Emilio né da me. Dovunque andassi e qualsiasi cosa facessi, ero ‘‘la moglie di Emilio Lussu’’, una specie di riflesso dai contorni imprecisati.29

29On comprend alors cette volonté, lors de la réédition de ses mémoires de Résistance, de donner une image plus “précise” d’elle-même et d’affirmer de façon plus accentuée l’autonomie de son personnage par rapport à celui de son compagnon.

Les écrits de Joyce Lussu, une œuvre in fieri

30En somme, pour Joyce Lussu, les réécritures successives révèlent les interactions entre le présent et le passé du sujet qui se raconte. Réécrire lui permet d’intégrer le présent dans le témoignage passé, de se mettre en perspective. Cela se fait, certes, au prix de variations dont l’historien à la recherche d’une source fiable ne saurait s’accommoder. Mais cela ne devrait pas pour autant invalider la qualité et l’intérêt des textes de Joyce Lussu qui, moyennant une analyse méthodique des variantes existantes, trouvent justement tout leur intérêt dans ces fluctuations de la mémoire. En effet, il apparaît bien plus comme l’émanation d’un travail psychologique profond et de l’expression, au fil des différents textes, d’une liberté de se représenter elle-même, à la recherche d’une image qui corresponde à sa perception intime. Il nous semble ainsi que c’est dans l’écriture, bien plus que dans le témoignage à visée strictement historique, que se révèle le rôle de “laboratoire” de l’émancipation féminine qu’a eu, pour de nombreuses femmes, la Résistance, en devenant le lieu où s’exprime, dans la réécriture, ce qu’a été, ce que peut être et pourrait être l’identité féminine.

Haut de page

Notes

1 C’est par exemple le cas d’Elsa Oliva ou de Giovanna Zangrandi. Nous avons étudié ce phénomène chez différentes auteures de textes inspirés par la participation à la Résistance dans notre thèse de doctorat : Les écrits des résistantes italiennes : l’expression plurielle de la Résistance au féminin entre témoignage et quête de soi, sous la direction de Madame le Professeur Perle Abbrugiati, Aix-en Provence, Université de Provence, 2006.

2 Pour la description des principales variantes opérées, cf. Gigliola Sulis, Scrittura e riscrittura. Note sulle varianti d’autore di “Fronti e frontiere”, in Il più rigoroso amore, « Quaderni del Circolo Rosselli », Nuova serie, 3/2002, anno XXII, fascicolo 78, pp. 35-42 et tout particulièrement pp. 38-39. L’article propose un parcours précis des variantes des deux éditions principales. Elle précise toutefois qu’il ne s’agit que d’un parcours rapide et qu’une étude des implications de ces variantes, qu’elle se limite à relever, permettrait de « mettere in luce in che modo la Lussu crei, nella scrittura memoriale, il mito poetico di se stessa, eroina a tut-to tondo su un paesaggio umano schiacciato necessariamente sullo sfondo. » — « mettre en évidence comment Joyce Lussu crée, dans l’écriture autobiographique, le mythe poétique d’elle-même, héroïne à part entière qui se détache sur un paysage humain nécessairement écrasé en arrière plan ».

3 ou “GL”.

4 Emilio Lussu (1890-1975) : homme politique et écrivain sarde, son expérience de la Première Guerre mondiale lui inspira son livre le plus connu, Un anno sull’Altipiano, écrit en 1938. À la fin de la guerre, il fonde avec Camillo Bellieni le « Partito Sardo d’Azione ». En 1921, il fut élu député et fit partie de la « scission de l’Aventin » lors de l’affaire Matteotti. Membre de « Giustizia e Libertà », il fut plusieurs fois victime d’agressions fascistes et condamné à cinq ans d’assignation à résidence à Lipari pour avoir tiré sur l’un de ses agresseurs. Il s’évade en 1929 avec Carlo Rosselli et Francesco Fausto Nitti et rejoint Paris où il vivra en exil jusqu’à son retour en Italie après l’armistice de 1943. Après la fusion de GL et du Partito d’Azione, il devient l’un des dirigeants de cette nouvelle formation politique et participe à la Résistance à Rome. Il représente l’aile socialiste du PdA, opposée à la ligne libérale-démocrate de La Malfa. Ces oppositions conduiront à l’éclatement rapide du parti dans les années qui suivent la guerre. Après la disparition du PdA, il intègre le Parti socialiste italien. En 1945, il est ministre dans le premier gouvernement de l’Italie libérée puis dans le gouvernement De Gasperi.

5 Quand on lui annonce qu’elle doit recevoir cette médaille, elle refuse de la recevoir si ce n’est pas lors d’une cérémonie officielle, ce qu’elle obtient finalement.

6 Comme dans Fronti e frontiere, pour la dernière édition, Ancona-Milano, Theoria, 2000.

7 Joyce Lussu, Alba rossa, Ancona, Transeuropea, 1991, pp. 162-163. « Je relus cette petite dizaine de pages. En somme, j’y avais écrit tout ce qui me semblait essentiel [...] “je ne pourrais pas le refaire mieux” pensais-je, convaincue. Il ne me restait qu’un problème à résoudre : fournir aux éditeurs une version dactylographiée de ces pages publiées [...] je retrouvai les originaux [...] et effaçai le titre avec un peu de blanc ». Lussu raconte même, dans un passage très drôle, le discours mensonger qu’elle a tenu aux éditeurs, leur assurant qu’elle avait travaillé pendant trois jours pour écrire ce texte.

8 Joyce Lussu, Fronti e frontiere, Roma, Ed “U”, « Collana della liberazione », 1945. Puis Bari, Laterza 1967 ; (sous le même titre) Milano, Mursia, 1969 et 1971, collection « Pagine di vita » : il s’agit d’éditions destinées aux écoles) ; publié avec Diplomazia clandestina d’Emilio Lussu, dans Alba rossa, Ancona, Transeuropea 1991, puis seul à nouveau : Ancona-Milano, Theoria, 2000 (édition posthume — pour cette dernière, la quatrième de couverture de cette édition pourrait d’ailleurs laisser croire à une première édition et non à une réédition). D’autres textes, intitulés différemment, reprennent de façon plus ou moins importante le noyau narratif de Fronti e frontiere, il s’agit de L’uomo che voleva nascere donna, diario femminista a proposito della guerra, Milano, Mazzotta, 1978 et Portrait, cose viste e vissute, Ancona, Transeuropea, 1988, Lotte ricordi e altro, Biblioteca del Vascello 1992.

9 Le cas des éditions de 1969 et 1971 est un peu particulier. Comme le montre Gigliola Sulis dans son étude des réécritures chez Joyce Lussu (op. cit.)., les coupes subies par ces éditions, qui concernent surtout des passages au ton familier ou quelques expressions pouvant être considérées comme vulgaires (« Porco venduto ! » « Porca madonna ! » « on est foutus ! ») semblent liées au fait qu’elles soient destinées aux écoles.

10 Bologna, Transeuropa, 1988.

11 Titre que Joyce Lussu avait refusé et qui a été imposé par les éditeurs.

12 Cf. infra.

13 « Si parla così poco di donne nella letteratura italiana, di donne nel pieno senso umano, e non solamente amoroso e sentimentale ! […] Pure, io lascio, in cima a ogni capitolo, questi nomi che mi son cari, non come titolo, ma come dedica. » — « On parle tellement peu de femmes dans la littérature italienne, de femmes dans toute leur humanité, et pas seulement du point de vue amoureux ou sentimental ! […] Aussi, je laisse, en tête de chaque chapitre, ces noms qui me sont chers, non comme titres, mais comme dédicaces ».

14 Étant donné le peu de modifications opérées entre les éditions de 1967 et celle, posthume, de 2000, nous citerons — pour des raisons pratiques de disponibilité — cette dernière, en la confrontant à celle de 1945.

15 Éd. 2000, p. 19.

16 Éd. 1945, pp. 10 et 242.

17 Éd. 1945, p. 14 ; ed. 2000, p. 21.

18 Par exemple, la description de Paris à la veille de l’occupation allemande, ed. 1945, pp. 7-11 et ed. 2000, pp. 17-19.

19 Joyce Lussu emploie parfois le terme de télépathie, cf. Fronti e frontiere, cit [2000], p. 158 : « La notte prima, Emilio aveva sognato che sarei tornata quel giorno e, fiducioso nella nostra telepatia famigliare, aveva annunziato ai compagni che potevano riunirsi per attendere il mio ritorno e le notizie che avrei portato dall’Italia già liberata », — « La nuit précédente, Emilio avait rêvé que j’allais rentrer le lendemain et, confiant en notre télépathie familiale, il avait annoncé aux camarades qu’ils pouvaient se réunir pour attendre mon retour et les nouvelles que j’allais apporter de l’Italie déjà libérée ». D’autres fois, elle le dément, ou plutôt l’explique, cf. Ibidem, p. 125 : « Quando eravamo separati, il che accadeva abbastanza spesso, avevamo sempre un’idea abbastanza esatta di ciò che l’altro stesse pensando e facendo. Non credo che fosse telepatia, ma piuttosto una profonda conoscenza reciproca, e un rigoroso calcolo delle probabilità. Fatto sta che viaggiai fino a Imperia, e lì decisi di scendere, e di aspettare sul marciapiedi della stazione i treni che arrivavano dalla frontiera francese. Col primo treno in arrivo, vidi Lussu che si sporgeva dal finestrino, facendomi segni di saluto ». — « Quand nous étions séparés, ce qui arrivait assez souvent, nous avions toujours une idée assez exacte de ce que l’autre était en train de penser ou de faire. Je ne crois pas qu’il s’agissait de télépathie, mais plutôt d’une profonde connaissance réciproque, et d’un rigoureux calcul de probabilités. Le fait est que je voyageai jusqu’à Imperia, et là, je décidai de descendre et d’attendre sur le trottoir de la gare les trains qui arrivaient de la frontière française. Au premier train qui arriva, je vis Lussu qui se penchait à la fenêtre en me faisant de grands gestes de salut ».

20 Éd. 1945, pp. 183-184.

21 Éd. 2000, p. 120.

22 Éd. 1945, pp. 197-198 : « J’étais si profondément déprimée, que Lussu comprit que j’avais besoin de me lancer dans quelque mission prenante, pour retrouver mes repères et le moral. “J’aurais quelque chose que tu pourrais faire”, me dit-il une dizaine de jours plus tard. “Nous savons par la Suisse que Cianca, Tarchiani et quelques autres amis à nous qui étaient en Amérique sont arrivées en Italie du sud. Nous avons besoin d’établir des contacts avec eux et de les informer de l’état de la situation par ici. Il est aussi nécessaire de prendre contact avec les Alliés. Nous avons envoyé plusieurs des nôtres passer le front avec cette mission, mais soit ils sont tombés, soit ils n’ont pas pu continuer. Pour une femme, ce serait peut-être plus facile. Tu veux essayer ?” Je courus immédiatement à la CIT pour m’informer sur les lignes ferroviaires qui menaient le plus au sud possible ».

23 Éd. 2000, pp. 130-131 : « J’étais si déprimée que j’avais besoin de me lancer dans une quelconque mission prenante, pour retrouver mes repères et le moral. […] le CLN avait essayé d’envoyer des messagers traverser le front, mais trois tentatives avaient déjà échoué ; l’un avait été fusillé par les Allemands, le second avait disparu, et le troisième, Sergio Fenoaltea, avait fait demi-tour en considérant l’entreprise impossible. Je pensai que le passage des lignes pouvait être plus facile pour une femme, et je proposai au CLN de faire une quatrième tentative. Après en avoir discuté avec les autres partis, les dirigeants du « Partito d’Azione » m’appelèrent pour m’expliquer quelle devait être ma mission ».

24 Joyce Lussu, Portrait…, cit., p. 72 : « Je demandai à Emilio quels étaient les projets du Comité de libération nationale, et ce qu’il y avait à faire. Il me répondit qu’il y avait un problème de communication avec le gouvernement qui s’était constitué dans le sud libéré des Allemands, mais que parmi les trois camarades qui avaient tenté de passer les lignes, un avait fait demi-tour et deux n’étaient jamais arrivés. “Je pourrais essayer, moi”, dis-je .“Peutêtre est-ce plus facile pour une femme, et des fronts nous en avons traversés tellement ces dernières années que j’ai une certaine expérience. Si le CLN m’envoie, j’y vais” ».

25 Joyce Lussu, Portrait, cose viste e vissute, cit., pp. 78-85.

26 Ibidem, p. 79 : « Je me rendis compte que j’étais enceinte à nouveau pendant ma mission dans l’Italie libérée, en passant la ligne de front pour rentrer à Rome. C’était peut-être le moment le moins adapté pour participer à la croissance démographique. Mais je décidai que cet enfant j’allais le garder […], et que rien au monde ne me contraindrait à l’arracher à mon corps ; nous allions faire la guerre ensemble, puisqu’il y avait une guerre à faire. Je me sentais très forte et capable de le protéger comme je me protégeais moi-même […] ».

27 Joyce Lussu, Fronti e frontiere, ed. 2000, p. 12 : « Emilio Lussu non aveva intenzione di formarsi una famiglia, incompatibile, a suo parere, con la vita che conduceva di rivoluzionario militante. Ma io ero invece convinta di essere la compagna adatta per un rivoluzionario militante, e non mancavo di cercare tutte le occasioni per ripeterglielo e dimostrarglielo » — « Emilio Lussu n’avait aucune intention de fonder une famille, incompatible, selon lui, avec sa vie de révolutionnaire militant. Mais moi, par contre, j’étais convaincue d’être la compagne parfaite pour un révolutionnaire militant, et je ne manquais pas une occasion de le lui répéter et de le lui démontrer ».

28 Cf. Joyce Lussu, Portrait…, cit., p. 86 : « Aver lottato tanto contro il fascismo, e ritrovarsi tra i piedi l’onorevole che dice che le donne sono troppo emotive per fare i magistrati […] e le dirigenti femminili che non volevano sostenere la legge contro la prostituzione perché, dicevano, le mamme calabresi che votavano per il Pci non l’avrebbero capito […] o i dirigenti del partito socialista che mi avevano convocato per pregarmi, con un certo biasimo contenu-to ma solenne, di non far perdere voti al Partito offendendo dei padri di famiglia iscritti dal 1919 » — « Avoir tant lutté contre le fascisme, et se retrouver ce député dans les pattes qui dit que les femmes sont trop émotives pour être magistrats […] et les dirigeantes féministes qui ne voulaient pas soutenir la loi contre la prostitution parce que, disaient-elles, les mères cala-braises qui votaient pour le PCI ne l’auraient pas compris […] Ou les dirigeants du parti socialiste qui m’avaient convoquée en me priant, avec un ton de blâme retenu mais solennel, de ne pas faire perdre de voix au Parti en offensant des pères de famille qui étaient inscrits depuis 1919 ». Elle explique aussi que, quand elle se rendait dans différentes sections du parti socialiste pour animer des réunions, si en arrivant elle ne trouvait que des hommes dans la salle, elle menaçait de s’en aller, demandant si les femmes n’étaient pas les bienvenues à ces réunions. Les hommes se justifiaient alors en disant que leurs femmes devaient garder les enfants, préparer le repas ou n’aimaient pas se trouver au milieu d’hommes. Joyce Lussu exigeait alors pour commencer la réunion que des femmes soient présentes (ibidem, p. 87-88).

29 Ibidem, p. 90 : « Pendant ce temps, en pleine légalité républicaine, je me retrouvais l’épouse légitime d’un homme politique de premier plan, qui était aussi un excellent écrivain. J’en étais fière. De même que de porter son nom étant donné que son monde était plus le mien que celui de ma famille d’origine. Mais je m’aperçus peu à peu que la société italienne, ca marades compris, m’enfermaient dans un rôle réducteur, déterminé à l’avance, qui n’avait été choisi ni par Emilio ni par moi. Où que j’aille et quoi que je fasse, j’étais “la femme d’Emilio Lussu”, une sorte de reflet aux contours imprécis ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Ceccarini, « Réécritures plurielles d’une résistance singulière : les écrits sur la Résistance italienne de Joyce Lussu », Cahiers d’études romanes, 20 | 2009, 61-74.

Référence électronique

Estelle Ceccarini, « Réécritures plurielles d’une résistance singulière : les écrits sur la Résistance italienne de Joyce Lussu », Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/1777 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.1777

Haut de page

Auteur

Estelle Ceccarini

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals