Navigation – Plan du site

Fêtes religieuses et profanes à Florence au XIVe siècle

Colette Gros
p. 9-22

Résumés

Cette étude est destinée à montrer comment les fêtes florentines du XIVe siècle, qu’elles soient religieuses ou profanes, impriment à la cité des rythmes divers, politiques, économiques, sociaux, militaires et culturels, que Giovanni Villani, auteur de la Nuova Cronica, module afin de dessiner la vision idéale d’une Commune au mode de vie raffiné et à la vie religieuse intense, mais soumise à la raison politique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Florence

Index chronologique :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 J. Heers, Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d'Occident à la fin du Moyen-Age, Conférence Albe (...)

1Privées ou publiques, les fêtes ont toujours marqué et marquent encore des moments importants de la vie des individus et des communautés, parfois analysés comme des phénomènes mineurs et ne présentant qu’un intérêt esthétique ou folklorique. Or elles sont aussi le reflet des organisations politico-religieuses ou politico-sociales parce qu’elles manifestent une certaine psychologie collective par l’affirmation ou la contestation des structures établies, des hiérarchies, des croyances traditionnelles1.

2En effet, la rue, la procession, la parade et les jeux publics sont des théâtres où peut germer la personnalité collective et individuelle. A ce titre, les rituels publics sont des processus politiques en action qui modifient la vie des sociétés qui les célèbrent et créent en leur sein un rythme voire des rythmes particuliers.

3A Florence au Moyen-Âge, ces rythmes sont urbains puisque la cité du lis est une ville-état. C’est la nature des rythmes créés par les fêtes dans cette ville que nous allons tenter de définir en examinant une chronique qui, dès sa divulgation, a été considérée comme la mémoire officielle de la cité : la Nuova cronica de Giovanni Villani. Cette étude nous permettra d’analyser les effets de la fête sur la vie et l’espace urbains mais aussi ceux qu’elle produit dans le récit grâce à une analyse du discours, de sa structure et de sa stratégie argumentielle. Nous obtiendrons ainsi une vision de ce que pouvaient être les fêtes florentines mais surtout de la représentation que le chroniqueur, conscient de son pouvoir d’occultation ou de pérennisation des événements, a voulu transmettre.

4Sa démarche peut être appréhendée à travers ce qu’il choisit de retenir ou non dans le domaine politique ; mais le partage entre celui-ci et la religion est parfois difficile à faire tant il est vrai que toute manifestation publique ou privée devient révélatrice de la splendeur florentine.

5La première remarque qui s’impose est que toutes les fêtes florentines présentées par Villani s’inscrivent à la fois dans le rythme de la vie publique et privée, politique et religieuse de la ville car il est impossible d’appliquer les dichotomies actuelles public/privé et laïc/religieux à une société antérieure à celle qui, entre le XVIIIe et le XIXe siècles, a élaboré les droits civiques et individuels des hommes et précisé la séparation entre les sphères publique et privée.

  • 2 G. Villani, Nuova cronica a cura di Giuseppe Porta, Parma, Fondazione Pietro Bembo / Ugo Guanda, 19 (...)
  • 3 Ibidem, VI, XXXVIII, pp. 267-68.
  • 4 P. Villari, « Cronica fiorentina compilata nel secolo XIII », in I primi due secoli della storia di (...)

6Cependant, la limite vaut pour les mariages et les funérailles, moins représentés chez Giovanni Villani que dans les chroniques mineures et surtout familiales qui se doivent de garder la mémoire des alliances conclues et des honneurs rendus aux membres influents du lignage afin de permettre à la famille de justifier sa position au sein de la société communale. Ces cérémonies ne trouvent droit de cité dans la Nuova cronica que lorsque l’espace privé est dépassé et devient public, politique. Lorsque le défunt est un homme politique très important comme Charles, duc de Calabre, fils du roi Robert d’Anjou2, ou lorsqu’un mariage ou des obsèques sont l’occasion de rallumer les querelles entre factions. Tel est le cas des circonstances du mariage de Bondelmonte de’ Bondelmonti décrites parce qu’elles sont, selon la tradition, à l’origine de la division politique de la ville3, mais en revanche un autre différend, celui né entre les Ughi et les Berteldi à l’occasion d’une rivalité amoureuse, n’est pas mentionné parce que les conséquences en sont strictement familiales4.

  • 5 G. Villani op. cit., p. 558 ; II. II. 39 : G. Baccini, « Cronachetta antica di Firenze 1110-1273 » (...)

7Selon ce même processus, Villani relate les funérailles d’une femme qui vont se terminer par une bataille entre Cerchi et Donati, bataille qui s’étendra à toute la ville, mais omet celles de Manetto degli Orciollini au cours desquelles vingt-six femmes trouvent la mort dans la chute d’une tribune alors que le fait est rapporté par toutes les chroniques mineures, inspirées des Gesta florentinorum5.

8Rares sont également les « entrées » que retient le chroniqueur, peut-être parce que ces manifestations, en évoquant l’arrivée dans une ville conquise, représentaient en quelque sorte un acte de soumission dont il ne désirait pas perpétuer la mémoire. En effet, les « entrées » étaient de véritables triomphes politiques qui, bien que différents dans la forme de ceux de la Rome antique, en gardaient certaines caractéristiques. A la fois réjouissances populaires, rites d’action de grâce, de bonne entente et de fidélité à la façon féodale, elles marquaient toujours un grand moment de la vie de la cité.

  • 6 G. Villani, op. cit., IX, CXV, vol. II, p. 205.

9Villani cite celle du cardinal-légat Arnaud Pelagrue, neveu de Clément V, mais en décrivant les honneurs qui lui sont rendus — un cortège auquel participe le « carroccio » — et les cadeaux qu’il reçoit (2 000 florins d’or), il donne les raisons de la levée de l’interdit et, loin de reconnaître une quelconque autorité au cardinal, il jette l’opprobre sur sa personne6.

10Il note également, le mercredi 30 juin 1326, l’entrée de Charles, duc de Calabre, et de son épouse. Ils sont accompagnés d’une suite prestigieuse et Villani énumère dans l’ordre strict des préséances les titres des barons, puis il cite avec une satisfaction évidente le nombre de chevaliers (1 900 dont 200 à éperons d’or) et de bêtes de somme (1 500 mulets aux harnachements garnis de grelots) qui forment le défilé, sans toutefois décrire l’accueil organisé par les Florentins, les rues probablement jonchées d’herbes fraîchement coupées, de branches d’arbres et de fleurs, les maisons pavoisées, les fenêtres ornées de draps ou de tapisseries, les spectacles.

11Cependant, la mention de l’entrée n’est pas gratuite car, s’adressant à son lecteur, le chroniqueur conclut :

  • 7 Ibidem, XI, I, vol. III, p. 522. Toutes les traductions sont effectuées par nos soins.

Et remarque le bel ouvrage des Florentins, qui, ayant subi tant de tourments et de dégâts en hommes et en biens et étant si divisés, en moins d’un an par leur ingéniosité et leur argent firent venir à Florence un si grand seigneur avec autant de barons et de chevaliers et le légat du Pape, ce qui fut considéré comme une grande chose par les Italiens et là où cela s’est su dans le monde.7

12L’entrée est bien là pour glorifier Florence et non la personnalité qu’elle reçoit.

  • 8 Ibidem, XIII, CXV, p. 555.

13Quant au passage de Filippino da Gonzaga, il n’est cité que « comme exemple pour l’avenir » car il a mécontenté les Guelfes qui ont accusé leurs dirigeants de recevoir un tyran gibelin alors qu’ils ne l’avaient pas fait pour Louis de Tarente mais « on en a tiré le meilleur parti »8.

14Ainsi, grâce à l’habileté de sa plume, Villani détourne un événement qui, par son essence même, est contraire au but premier de la chronique, à savoir montrer que Florence, au même titre que Troie et Rome, s’inscrit dans la lignée des villes qui sont restées maîtresses de leur sort et ont fait l’Histoire.

  • 9 A Benvenuti, « I culti patronali tra memoria ecclesiastica e costruzione dell’identità civica : l’e (...)

15À ces fêtes politiques et sociales répondent les grandes fêtes religieuses que l’Eglise provoque et organise mais ne contrôle pas toujours. En effet, ces fêtes, aux origines souvent païennes, sont parfois confisquées par les autorités civiles9.

16À Florence, comme dans chaque ville de l’Occident chrétien, l’Eglise offre aux fidèles ses spectacles : ainsi les cérémonies liturgiques fort longues qui mettaient en jeu un très grand nombre de participants, clercs ou diacres, parés de costumes colorés et brodés, et les sermons qui, lorsqu’ils étaient le fait de grands prédicateurs, provoquaient une affluence telle qu’ils étaient parfois prononcés hors de l’église, sur la place publique ; ainsi la musique, les chants et les danses liturgiques qui animaient les offices.

  • 10 10 C. Molinari, Spettacoli fiorentini del Quattrocento : contributi allo studio delle sacre rappres (...)

17De tout ceci, Villani ne parle pas. Il n’évoque même pas l’extraordinaire spectacle de l’Ascension qui fut certainement monté par Brunelleschi dans l’église de l’Annunziata, le 25 mars 1319, sur deux scènes situées à plus de quarante mètres de distance : du côté du chœur, la maison de la Vierge Marie et, à la porte d’entrée, le Paradis sur une tribune de trois mètres de haut. Entre les deux scènes, l’archange Gabriel, messager céleste volait, soutenu par un long câble, au-dessus des fidèles10.

  • 11 J. Heers, op. cit., pp. 55-57.

18Les expiations collectives des Flagellants qui se manifestent par de longs cortèges et des chants ne sont pas mentionnées comme dans de nombreuses chroniques allemandes, françaises et italiennes pour leur caractère insolite, passionné et brutal11, mais parce qu’elles permettent à Villani de souligner la générosité de ses concitoyens :

  • 12 G. Villani, op. cit., XII, XXIII, vol. III, pp. 52-53.

[...] et dans notre ville de Florence, on leur fit de grandes aumônes car des tables étaient installées chaque jour par des personnes pieuses, hommes et femmes, la vieille place de Santa Maria Novella était remplie. Plus de cinq cents mangeaient en même temps, ils étaient bien servis et cela dura quinze jours.12

19Les processions expiatoires, organisées par l’Eglise elle-même pour écarter le mauvais temps ou conjurer la peste et apaiser le courroux de Dieu, ne trouvent que peu d’espace dans la Nuova cronica, peut-être justement parce que la Commune ne prend pas une part active à leur organisation et qu’elles ne représentent donc pas une manifestation de son autorité.

20Les autres processions sont aussi le fait des autorités religieuses mais très rapidement les pouvoirs publics s’y associent et vont même jusqu’à les provoquer en instaurant de nouvelles manifestations religieuses pour commémorer des victoires. Villani met en évidence, dès les origines, le caractère politique des grandes célébrations religieuses, mais il va bien au-delà car il associe la religion à une seule des entités politiques qui se sont succédé au cours de l’histoire de Florence : la Commune.

  • 13 Ibidem, II, V, vol. I, pp. 67-68.
  • 14 Ibidem, II, XX, vol. I, pp. 83-85.

21Ceci est perceptible dans deux événements antérieurs à la naissance de la Commune florentine : au moment de la consécration du temple de Mars13 et, en 1013, lorsque le corps de san Miniato est transporté dans une église nouvellement bâtie sur ordre « d’Henri II de Bavière et de son épouse Cunégonde »14. Dans ces deux circonstances, alors qu’il apparaît impossible d’évoquer le rôle d’une Commune encore à naître, Villani bouscule la chronologie pour associer étroitement les autorités politiques et économiques futures à ces événements. Il rappelle d’une part que les travaux de couverture de l’ancien temple de Mars furent confiés par la Commune aux consuls de l’Arte di Calimala et d’autre part que l’église dédiée à san Miniato fut terminée par la Commune qui ordonna également l’édification d’un escalier gravissant la colline et en confia la responsabilité aux mêmes consuls. De plus, en associant à Henri II son épouse sainte Cunégonde, il minimise le pouvoir de l’Empereur et fait de cette fondation un acte pieux plus qu’un geste politique.

  • 15 Ibidem, II, XX, vol. I, pp. 83-85 (Miniato) ; II, XXI, pp. 85-86 (Crisco) ; II, XXIV, p. 93 (Zenobi (...)
  • 16 À ce propos, voir A. Vauchez, « Patronage des saints et religion civique dans l’Italie Communale » (...)

22Pour les événements postérieurs, c’est dans l’ordre d’énonciation des participants, qui semble refléter un ordre protocolaire, que se manifeste la volonté du chroniqueur d’attribuer à la Commune le premier rôle. En effet, au fil du récit, s’il montre que le clergé conduit toujours les processions, il attribue aux autorités politiques un espace grandissant tandis que le peuple est cité en dernier et parfois même oublié. Il faut d’ailleurs souligner que les chapitres de la Nuova cronica consacrés aux saints florentins15 — et en particulier celui qui relate la légende de Jean Gualbert — ont parfois étonné la critique, surprise de trouver dans une chronique écrite par un laïc des personnages relevant de l’hagiographie. Il nous semble toutefois que leur présence pourrait s’expliquer par la volonté du chroniqueur d’attester, à sa manière, de la naissance d’une religion civique où le culte des saints relève des pouvoirs publics autant que des autorités religieuses16.

23Lorsque des travaux d’embellissement sont décidés ou de nouveaux édifices religieux érigés, Villani mentionne toujours la bénédiction par les autorités religieuses en présence du peuple rassemblé mais il n’oublie pas de préciser que la Commune prend en charge les frais occasionnés. Il en va ainsi pour le nouveau clocher de Santa Reparata édifié en 1334 :

  • 17 G. Villani, op. cit., XII, XII, vol. III, pp. 52-53.

Et celui qui bénit la première pierre fut l’évêque de Florence avec tout le clergé, messires les prieurs et les autres dirigeants et une grande foule en procession et maître Giotto, notre concitoyen, le plus grand maître de peinture de son temps et celui qui peignit le plus selon nature les personnages et les gestes, fut nommé par la Commune directeur des travaux et gestionnaire de l’œuvre de Santa Reparata et la Commune lui attribua un salaire.17

24Les fêtes religieuses s’inscrivent donc dans le rythme politique de la cité tandis que le désir du chroniqueur d’en souligner ce caractère politique imprime au récit un rythme particulier tantôt bousculant la chronologie, tantôt imposant un ordre d’énonciation. Ainsi, la chronique se fait l’écho de ces fêtes qui sont devenues un moment privilégié où la Commune affirme sa puissance.

25Parmi les fêtes, celle qui revient le plus souvent dans le récit est la fête de saint Jean-Baptiste, patron de Florence, bien que, tout au long de l’année, les quartiers de Santa Maria Novella, de Santa Croce, de Santo Spirito et du Carmine, organisent en des jours différents leurs propres réjouissances, qui affirment la solidarité du voisinage mais dont Villani ne parle pas. Cette fête, qui se déroule le 24 juin, est l’occasion de nombreuses manifestations de caractère varié, ce qui l’inscrit à la fois dans le rythme religieux, politique, social, économique, culturel et militaire de la ville.

  • 18 Ibidem, VIII, XXIV, vol. I, p. 450 ; VIII, p. 120 ; X, LXIX, vol. II, p. 271 ; X, XXXI, p. 465 ; XI (...)

26Fête religieuse d’importance dans le calendrier liturgique florentin, elle s’inscrit plus que toute autre dans le rythme politique de la cité. Ce jour-là sont annoncées certaines décisions politiques et des parades regroupant tous les citoyens sous leurs gonfalons montrent la force militaire de la Commune, mais cette fête présente aussi la particularité de « sortir » de la ville. En effet, elle est en premier lieu un point de référence temporel. À ce titre, Villani, comme bien d’autres Florentins, l’utilise pour dater les événements. « la veille de la Saint-Jean », « le jour de la Saint-Jean », « le lendemain de la Saint-Jean » sont des mentions que nous trouvons à plusieurs reprises sous sa plume18.

  • 19 Ibidem, VIII, CXXXII, vol. I, p. 604 ; VIII, CXL, p. 614 ; VIII, CLIV, p. 627 ; X, CCXI, vol. II, p (...)

27De plus, elle continue à rythmer la vie des Florentins lorsqu’ils sont hors de leur ville car ils la commémorent en faisant courir un palio. Villani mentionne toutes ces courses disputées ainsi, sous les remparts de l’ennemi pour la plupart, car elles revêtent une dimension politique et militaire importante : elles représentent une offense suprême pour l’ennemi assiégé et/ou, par leur faste, une manifestation de la puissance de Florence19.

  • 20 Ibidem, XI, CLVII, vol. II, p. 720 ; XI, CLXVI, p. 729 ; XII, XLI, vol. III, p. 93.

28Autre signe du triomphe politique de Florence, ses cités « vassales » doivent payer ce jour-là le tribut annuel auquel elles sont assujetties, qu’il s’agisse d’un cierge monumental, d’une bannière ou d’un somme d’argent remises au saint au terme d’une procession hautement symbolique20. Par ce biais, les Florentins obligent les Communes sujettes à adopter leur propre rythme de vie. Elles devront faire en sorte d’être en mesure de payer et d’envoyer leurs représentants à Florence à la date indiquée, ce qui n’est pas sans incidence sur leur vie économique et politique.

29Ainsi, chaque année, la fête de la Saint-Jean-Baptiste rappelle à tous la domination politique de la Commune mais elle revêt également d’autres aspects qui l’éloignent tout autant mais différemment de la simple manifestation religieuse et la rapprochent des cérémonies mi-religieuses mi-profanes du Mai nouveau, réminiscences de dévotions païennes. Giovanni Villani insiste particulièrement sur ces aspects.

30La Saint-Jean-Baptiste et les fêtes de mai constituent un moment particulier de la vie sociale dans la mesure où elles sont à la fois l’occasion pour toute la population de se rassembler et pour certains d’affirmer, avec une certaine ostentation, leur fortune et leur rang. A trois reprises, Villani décrit longuement les réjouissances. Au mois de juin 1283, pour la fête de la Saint-Jean, fut d’abord organisée par la famille des Rossi une brigata de plus de 1 000 hommes tous vêtus de blanc autour d’un seigneur dit « de l’Amour » qui s’adonnait à des jeux, des divertissements, des bals de dames et de chevaliers, qui se promenaient dans la ville avec des trompettes et divers instruments et déjeunaient et dînaient ensemble. Cette noble cour dura presque deux mois et de nombreux ménestrels réputés et des jongleurs y prirent part. En ce temps-là, ajoute Villani pour son lecteur :

  • 21 Ibidem, VIII, LXXXIX, vol. I, pp. 547-548.

Il y avait à Florence 300 chevaliers adoubés et de nombreuses brigate de chevaliers et de jeunes gens qui, soir et matin, tenaient table ouverte avec un grand nombre de ménestrels, et offraient des fourrures de vair à l’occasion des fêtes principales, aussi attiraient-ils à Florence des ménestrels et des bouffons venus de Lombardie et de toute l’Italie et ils étaient très estimés et il ne passait pas à Florence un étranger célèbre ou respectable sans que les dites brigate ne se disputassent pour l’inviter et l’accompagner à cheval dans la ville et à l’extérieur, selon ses besoins.21

31Au cours des années qui suivirent, Florence était si prospère et sereine que chaque année, au mois de mai,

  • 22 Ibidem, VIII, CXXXII, vol. I, p. 606.

il se formait des compagnies et brigate de jeunes gens vêtus de neuf qui construisaient des cours, recouvertes de draps et de tissus de soie et fermées par des palissades, dans plusieurs endroits de la ville, et des groupes de femmes et de jeunes filles se promenaient dans la ville en dansant avec mesure et des dames allaient par deux, avec des instruments et des couronnes de fleurs sur la tête et tous jouaient, se divertissaient, offraient des déjeuners et des dîners.22

  • 23 Ibidem, IX, LXX, vol. II, pp. 131-132.

32En 1304, l’une des brigate organise un jeu sur l’Arno, près du pont alla Carraia : ses membres construisent un simulacre d’enfer avec force démons et damnés sur des barques et ils invitent la population à venir contempler l’au-delà mais le pont s’écroule sous le poids de la foule23.

  • 24 Ibidem, XI, CCXVII, pp. 784-786.

33En 1333, deux brigate se distinguent : l’une comptant trois cents membres vêtus de jaune et l’autre cinq cents, vêtus de blanc. Pendant un mois, elles offrent le spectacle habituel : chants, danses, banquets24.

  • 25 Boncompagno da signa, Cedrus éd. Steven Mac Wight, Scrineum, Università di Pavia, 1999, [3.6] « Fiu (...)
  • 26 Sur l’importance des sociétés de chevaliers, voir : F. Cardini, « Concetto di cavalleria e mentalit (...)

34Ces brigate et les fêtes qu’elles organisent sont attestées en Italie à partir du XIIIe siècle. L’un des témoignages les plus anciens se trouve dans le statut de Biella de 1245. En Italie centrale et particulièrement en Toscane, ces brigate sont « courtoises » à l’image de celle dirigée par le jeune François d’Assise ou de celles, évoquées dans le Cedrus par Boncompagno da Signa, qui portent les noms évocateurs de « Société des faucons », « Société des lions » ou encore « Société de la table ronde »25. Elles fonctionnent comme des Societates iuvenum qui organisent les grandes fêtes publiques et les tournois mais assument aussi un rôle politico-militaire26 et, par leur turbulence qui dégénère

  • 27 G. Villani, op. cit., XIII, VIII, p. 315.

35Les brigate rassemblent les jeunes gens de la meilleure société et ne doivent pas être confondues avec les groupes qui pratiquent les jeux de guerre urbains, des pugilats à la frontière des quartiers, dont Villani ne parle qu’un fois, lorsqu’il fait le bilan désastreux de la seigneurie du duc d’Athènes afin de montrer que l’ordre social en fut totalement détruit. En effet, à l’instigation du duc, les brigate furent organisées parmi le peuple, et leurs membres, au lieu de s’affronter en de tournois comme le faisaient les brigate habituelles, en vinrent aux mains à toute occasion27.

36Par les dépenses qu’elles occasionnent, ces fêtes impriment aussi à la ville un rythme économique particulier qui débute au moment de leur préparation et se prolonge au-delà des jours de fête.

  • 28 Ibidem, X, CLVIII, pp. 355-356.

37Elles peuvent être une source de revenus pour la Commune qui, en 1322, organise une foire pendant les fêtes de la Saint-Jean. Cette foire aura une existence très brève à cause de la mauvaise conjoncture économique mais elle fera affluer les marchands attirés par l’exemption de taxes qui leur est accordée huit jours avant et huit jours après la fête28.

  • 29 Bartolomeo Del Corazza, Diario fiorentino, a cura di O. Corazzini, in « Archivio storico italiano » (...)

38Ce sont toutefois les dépenses somptuaires qui marquent avant tout ces fêtes. Sans détailler très longuement les costumes confectionnés tout exprès comme le fait Bartolomeo Michele del Corazza, son compatriote29, Giovanni Villani s’attarde avec une certaine complaisance sur les vêtements neufs portés dans les cérémonies.

  • 30 G. Villani, op. cit., XI, CLI, vol. II, pp. 709-711.

39Chaque fête provoque aussi de lourdes dépenses pour la nourriture dispensée avec largesse au cours de banquets somptueux. Ces dépenses entraînent à leur tour la promulgation de lois dites somptuaires qui, comme le souligne Villani, très au fait des exigences commerciales, vont parfois à l’encontre de la bonne marche de l’économie locale. Ainsi, les mesures prises en 1330 sont néfastes aux intérêts des marchands de soie et des orfèvres florentins — puisqu’elles interdisent aux femmes de porter certains vêtements et ornements trop somptueux et aux chevaliers adoubés d’offrir leurs vêtements aux bouffons — mais elles le sont aussi pour d’autres marchands puisqu’elles limitent à cent le nombre des plateaux et à trois celui des mets servis lors des adoubements30.

  • 31 G. Duby, « La diffusion du titre chevaleresque sur le versant méditerranéen de la Chrétienté latine (...)
  • 32 G. Salvemini, La dignità cavalleresca nel comune di Firenze e altri scritti, a cura di E. Sestan, M (...)
  • 33 Cf. Les marchands ridicules à cheval présents dans les nouvelles de F. Sacchetti, Il Trecentonovell (...)

40Ce déploiement de faste est intimement lié à la signification culturelle et sociale de ces fêtes, telles que nous les présente Villani, car elles témoignent de l’adoption des rituels chevaleresques et courtois par la riche bourgeoisie communale. En effet, Georges Duby voyait la diffusion du titre de miles comme « une onde perturbante venue du nord se propageant lentement dans l’espace méditerranéen »31 et la chevalerie fut longtemps considérée pour l’Italie comme un phénomène ayant ses racines ailleurs32, les Communes n’ayant que copié, parfois jusqu’à la caricature33, des modèles de vie et de comportement offerts par la grande aristocratie européenne.

  • 34 Cf. parmi ses nombreux travaux sur le sujet : F. Cardini, « “Nobiltà” e cavalleria nei centri urban (...)

41Des études plus récentes ont montré l’importance de la chevalerie et de ses rituels dans la vie urbaine. Ainsi Franco Cardini a-t-il dégagé trois traits distinctifs de la noblesse communale toscane : la propriété de maisons fortifiées en ville, la pratique de la vengeance et la possession de la dignité de chevalier34. Les rituels de chevalerie, parce qu’ils étaient la manifestation la plus évidente d’un mode de vie, servaient à la noblesse à marquer une frontière qui la séparait du peuple dans une société où les schémas de différenciation juridique étaient plutôt faibles, c’est pourquoi ils étaient complexes et comprenaient l’adoubement, le tournoi, la fête et l’appartenance à une brigata cortese.

  • 35 Folgore Da San Gimignano, Sonetti a cura di G. Caravaggi, Torino, Einaudi, 1981, 76 p.

42En effet, si pour être chevalier il faut être adoubé et participer à des tournois, il faut également appartenir à une brigata et donner des fêtes au cours desquelles on dépensera sans compter, car la largesse est, au même titre que l’honneur et le courage au combat, une vertu courtoise. Ce mode de vie raffiné — inspiré des romans courtois et des chansons de geste largement vulgarisés en Toscane — que décrit Villani à l’occasion des fêtes de la Saint-Jean et des fêtes de Mai, est amplement documenté par les couronnes de sonnets de Folgore da San Gimignano35. La Couronne des mois, adressée à une « brigata nobile e cortese » composée de chevaliers preux et courtois comme Lancelot, Perceval, Roland ou Olivier, décrit les occupations de la brigata pendant une année. Fêtes, banquets, chasses, tournois et jeux s’y succèdent avec force détails. Il en est de même dans la Couronne des jours dédiée à Carlo di messer Guerra de’ Caviccioli qui détaille la semaine d’un damoiseau. Le lundi est consacré à sa dame qu’il rejoint, escorté de damoiseaux et de serviteurs élégamment vêtus et montés sur des palefrois et des destriers. Le mardi est réservé à la guerre. Le mercredi est jour de banquet : chapons, lièvres, faisans, perdrix, fruits, confiseries et vins fins sont servis par de gentes damoiselles. Le jeudi, les tournois se succèdent de la tierce au crépuscule, puis chacun regagne son palais pour se faire soigner par sa dame. Le vendredi, le damoiseau s’adonne à la chasse à courre et offre le gibier à sa dame et le samedi à la chasse au faucon afin de rapporter à son cuisinier des grues et des hérons pour le festin du dimanche. Il passera cette dernière journée dans son palais décoré, entouré de dames auxquelles il fera la conversation, puis ensemble, ils iront se promener sur les places, dans les jardins et dans les vergers de Florence. Ces deux œuvres, ainsi que la couronne inachevée, consacrée à l’adoubement d’un jeune chevalier auquel président Vaillance, Humilité, Discrétion et Joie, présentent de nombreuses similitudes avec les descriptions que Villani nous offre des fêtes de mai et de juin, ce qui confirme que le chroniqueur ne s’intéresse qu’à cet aspect de ces manifestations mais aussi que les différentes parties du peuple font la fête séparément.

43Ainsi, il apparaît bien que, comme nous l’avions pressenti, les fêtes médiévales florentines imprimaient à la ville plusieurs rythmes : religieux, politique, économique, militaire, culturel et social. De ces rythmes, Giovanni Villani rend compte mais il les module tantôt exacerbant l’un d’entre eux (l’aspect politique bien réel des manifestations religieuses) tantôt n’en présentant qu’une vision (les fêtes de printemps organisées par les brigate et non les jeux de guerre urbains), ce qui nous donne une image incomplète mais policée des rites publics urbains florentins. Cette évocation des fêtes ainsi réalisée permet à Villani d’idéaliser l’image qu’il veut donner de Florence : une ville où la religion est respectée mais où le pouvoir politique domine, une cité qui impose sa souveraineté à ses voisines et exige d’elles des signes d’allégeance à la fois tangibles et symboliques, un état enfin dont les habitants, à la fois nobles et riches, forment une cour raffinée.

Haut de page

Notes

1 J. Heers, Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d'Occident à la fin du Moyen-Age, Conférence Albert-Le-Grand 1971, Montréal-Paris, Institut d'Etudes Médiévales-J. Vrin, 1971, 146 p.

2 G. Villani, Nuova cronica a cura di Giuseppe Porta, Parma, Fondazione Pietro Bembo / Ugo Guanda, 1990, XI, CVIII, vol. II, pp. 656-658.

3 Ibidem, VI, XXXVIII, pp. 267-68.

4 P. Villari, « Cronica fiorentina compilata nel secolo XIII », in I primi due secoli della storia di Firenze, Firenze, Sansoni, 1945, pp. 511-512 : « In questo tempo, del mese di giugno all’entrante, il decto Arrigo venne ad hoste sopra la città di Firenze... e infine elli fue vinto e sconficto, e molti de’ suoi vi rimasono morti, fediti e presi [...] E di questa victoria fare fu capitano messer Ugulino delti Ughi... Et allora nacque gran guerra tra loro e’ Berteldi, di ferite e di morte, per una donna de’ Lamberti che l’uno e l’altro guardava per amore ; e finalmente ciascuno ne fu consumato d’avere e di persone ».

5 G. Villani op. cit., p. 558 ; II. II. 39 : G. Baccini, « Cronachetta antica di Firenze 1110-1273 » in Zibaldone Notizie, aneddoti, curiosità e documenti inediti o rari, I, Firenze, 1888, p. 101 ; Magl. XXV-505 : P. Santini, Quesiti e ricerche di storiografia fiorentina, Firenze, Seeber, 1903, p. 103 ; « Annali della Tosa » in Chronichette antiche di varj scrittori del buon secolo della lingua toscana, Firenze, D. M. MANNI, MDCCXXXIII, p. 134 ; Cronica di Paolino Pieri fiorentino delle cose d’Italia dall’anno 1080 fino all’anno 1305 pubblicata ed illustrata per la prima volta dal Cav. Anton Filippo Adami, Roma, G. Zempel, 1755, p .21.

6 G. Villani, op. cit., IX, CXV, vol. II, p. 205.

7 Ibidem, XI, I, vol. III, p. 522. Toutes les traductions sont effectuées par nos soins.

8 Ibidem, XIII, CXV, p. 555.

9 A Benvenuti, « I culti patronali tra memoria ecclesiastica e costruzione dell’identità civica : l’esempio di Firenze », in La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Actes du colloque « Histoire sociale et culturelle de l’Occident XIIème, XVIIIIeme siècle », Nanterre 21-23 juin 1993, École française de Rome, 1995, pp. 99-118.

10 10 C. Molinari, Spettacoli fiorentini del Quattrocento : contributi allo studio delle sacre rappresentazioni, Raccolta pisana di saggi e studi, n° 5, Venezia, N. Pozza, 1961, pp. 39-44.

11 J. Heers, op. cit., pp. 55-57.

12 G. Villani, op. cit., XII, XXIII, vol. III, pp. 52-53.

13 Ibidem, II, V, vol. I, pp. 67-68.

14 Ibidem, II, XX, vol. I, pp. 83-85.

15 Ibidem, II, XX, vol. I, pp. 83-85 (Miniato) ; II, XXI, pp. 85-86 (Crisco) ; II, XXIV, p. 93 (Zenobio) ; III, I, p. 98 (Maurizio) ; V, XVII, pp. 189-190 (Giovanni Gualberti).

16 À ce propos, voir A. Vauchez, « Patronage des saints et religion civique dans l’Italie Communale » in Les laïcs au Moyen Age, Paris, Cerf, 1987, pp. 169-186.

17 G. Villani, op. cit., XII, XII, vol. III, pp. 52-53.

18 Ibidem, VIII, XXIV, vol. I, p. 450 ; VIII, p. 120 ; X, LXIX, vol. II, p. 271 ; X, XXXI, p. 465 ; XII, LXXXI, vol. III, p. 171 ; XII, CX, p. 220 ; XII, CXIV, p. 227 ; XIII, XVI, p. 328 ; XIII, LXXIII, p. 471 ; XIII, XCI, p. 498 ; XIII, XCVI, p. 508.

19 Ibidem, VIII, CXXXII, vol. I, p. 604 ; VIII, CXL, p. 614 ; VIII, CLIV, p. 627 ; X, CCXI, vol. II, p. 394 ; X, CCCI, p. 465 ; XII, LXXVII, vol. III, p. 165.

20 Ibidem, XI, CLVII, vol. II, p. 720 ; XI, CLXVI, p. 729 ; XII, XLI, vol. III, p. 93.

21 Ibidem, VIII, LXXXIX, vol. I, pp. 547-548.

22 Ibidem, VIII, CXXXII, vol. I, p. 606.

23 Ibidem, IX, LXX, vol. II, pp. 131-132.

24 Ibidem, XI, CCXVII, pp. 784-786.

25 Boncompagno da signa, Cedrus éd. Steven Mac Wight, Scrineum, Università di Pavia, 1999, [3.6] « Fiunt etiam in multis partibus Ytalie quedam iuuenum societates, quarum aliqua falconum, aliqua leonum, aliqua de tabula rotonda societas nominatur. Et sic diuersi nomina diuersa societatibus superimponunt. Et licet ista consuetudo sit per uniuersas partes Ytalie, multo fortius in Tuscia uiget, quia uix reperirentur in aliqua ciuitate iuuenes, qui non sint adstrincti alicui societati uinculo iuramenti. Huiusmodi quippe societates quedam faciunt fieri per manum publicam statuta, que uulgo ‘breuia’ nominantur. Vnde dicatur : “Iste iurauit ad nostrum breue,” seu “Non iurauit ad breue nostrum” ».

26 Sur l’importance des sociétés de chevaliers, voir : F. Cardini, « Concetto di cavalleria e mentalità cavalleresca nei romanzi e nei cantari fiorentini », in I ceti dirìgenti nella Toscana tardo comunale, Firenze, 1983, pp. 173-178 ; G. Tabacco, « Nobili e cavalieri a Bologna e a Firenze tra il XII e XIII secolo », in « Studi medievali », ser. III, 17, 1976, pp. 63-65 ; C. Lansing, The Florentine Magnates. Lineage and Faction in Medieval Commune, Princeton, University Press, 1991, pp. XV-267.

27 G. Villani, op. cit., XIII, VIII, p. 315.

28 Ibidem, X, CLVIII, pp. 355-356.

29 Bartolomeo Del Corazza, Diario fiorentino, a cura di O. Corazzini, in « Archivio storico italiano », s. V, XIV, 1894, p. 256.

30 G. Villani, op. cit., XI, CLI, vol. II, pp. 709-711.

31 G. Duby, « La diffusion du titre chevaleresque sur le versant méditerranéen de la Chrétienté latine », in La noblesse au Moyen Age. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, 1976, p. 47.

32 G. Salvemini, La dignità cavalleresca nel comune di Firenze e altri scritti, a cura di E. Sestan, Milano, 1972, pp. 99-203 ; G. Fasoli, « Lineamenti di una storia della cavalleria », in Studi di storia medievale e moderna in onore dì Ettore Rota, a cura di P. Vaccari e P. F. Palumbo, Roma, 1958, pp. 89-93 ; G. Tabacco, « Nobili e cavalieri a Bologna e a Firenze tra il XII e XIII secolo » cit., pp. 41-76.

33 Cf. Les marchands ridicules à cheval présents dans les nouvelles de F. Sacchetti, Il Trecentonovelle, a cura di Davide Puccini, Torino, UTET, 2004, 723 p. Nouvelles 30, 43, 145, 150, 153.

34 Cf. parmi ses nombreux travaux sur le sujet : F. Cardini, « “Nobiltà” e cavalleria nei centri urbani : problemi e interpretazioni » in Nobiltà e ceti dirigenti in Toscana nei secoli XI-XII : strutture e concetti, Firenze, 1982, pp. 13-28, et un ouvrage regroupant plusieurs de ses études sur la chevalerie : Guerre di primavera. Studi sulla cavalleria e la tradizione cavalleresca, Firenze, Le Lettere, 1992, pp. VI-287.

35 Folgore Da San Gimignano, Sonetti a cura di G. Caravaggi, Torino, Einaudi, 1981, 76 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Gros, « Fêtes religieuses et profanes à Florence au XIVe siècle », Cahiers d’études romanes, 18 | 2008, 9-22.

Référence électronique

Colette Gros, « Fêtes religieuses et profanes à Florence au XIVe siècle », Cahiers d’études romanes [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2193 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2193

Haut de page

Auteur

Colette Gros

Aix-Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals