Navigation – Plan du site

De Floovant à Fioravante : les choix d’Andrea da Barberino

Colette Gros
p. 15-45

Résumés

Andrea da Barberino est un auteur toscan de la fin du XIVe siècle qui a adapté en prose la matière épique française. Cette étude sur Fioravante, deuxième livre de son œuvre majeure I reali di Francia, examine les transformations qu’Andrea da Barberino a opérées sur l’organisation sociale qui apparaît traditionnellement dans cette matière, afin d’y découvrir quelques aspects de l’univers de réception de ces adaptations en Toscane.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous indiquons au lecteur que nous avons conservé les critères d’édition d’origine dans notre art (...)

1Les traductions toscanes de poèmes épiques français qui sont arrivées jusqu’à nous datent essentiellement de la fin du XIVe et de la première moitié du XVe siècle. Elles sont pour l’essentiel l’œuvre d’Andrea di Tieri de’Mangabotti da Barberino di Val d’Elsa, né vers 1365-72 et mort vers 1431-33. Compilateur de talent, il adapta les légendes carolingiennes à la culture et au goût de ses contemporains. Ses écrits connurent en Italie une fortune immense et durable. Son œuvre majeure écrite en prose I Reali di Francia est composée de six livres qui se proposent constituer une généalogie des rois carolingiens, tout en mêlant des textes d’origine diverse1.

2Le livre I intitulé Fiovo, du nom du premier roi de France chrétien, fils de l’empereur Constantin et ancêtre des Reali, sert d’introduction à l’ensemble de l’œuvre. Il s’agit d’une œuvre indépendante qui n’appartient à aucun cycle. Le second livre Fioravante est une version en prose d’un poème qui relate les aventures de Floovant, fils de Clovis. Dans la version italienne, Fioravante est le petit-fils de Fiovo. Le poème initial de 2 534 vers alexandrins assonancés a été écrit à la fin du XIIe siècle en Ile de France. Il n’existe aucune source connue du livre III, Gisberto e Bovetto qui permet de compléter la généalogie des protagonistes des livres suivants. Gisberto est l’un des fils de Fioravante et Bovetto est son neveu, le fils d’Ottaviano, jumeau de Gisberto. Buovo d’Antona est au centre des livres IV, Buovo d’Antona et V, I figliuoli di Buovo d’Antona. Il s’agit de l’arrière-petit-fils de Bovetto. Ce personnage, nommé à l’origine Beuves de Hantone, appartient au cycle de la geste anglaise (Hantone = Southampton), mais le récit de ses aventures a été considérablement allongé par les trois versions françaises continentales qui comptent de 10 000 à 20 000 vers.

3Le livre V permet, comme le faisait déjà le livre III, de reconstituer la généalogie des personnages principaux de la geste, Roland et Olivier qui sont les descendants directs de deux des quatre fils de Buovo d’Antona. Le livre VI relate la geste de Charlemagne et comporte plusieurs récits : ceux de la naissance et de l’enfance (Berta del gran pié, Mainetto et Berta e Milone) et Orlandino qui présente Charles jeune roi avant l’adoubement de Roland. Berte au grand pié d’Adenet le Roi (3 485 vers) dérive d’une chanson française perdue du XIIe siècle. Mainetto est une version romancée de Karleto, refonte franco-italienne de 3 536 vers d’un texte français de la seconde moitié du XIIe siècle conservé fragmentairement dans Mainet et utilisée par Girart d’Amiens dans Le Roman de Charlemagne. Ce récit d’aventures épiques et romanesques a été l’un des grands succès narratifs du Moyen Age. Berta e Milone (441 vers) et Orlandino (475 vers) sont deux textes franco-vénètes qui n’ont pas d’antécédents français connus. A ces six livres vient parfois s’ajouter L’Aspramonte qui suit, pour la partie principale, une rédaction franco-vénète apparentée au fragment de Venise publié par J. Monfrin. Il s’agit à l’origine d’un poème picard du XIIe siècle de 11 376 vers, écrit en décasyllabes rimés auxquels se mêlent des alexandrins, poème qui conte une campagne de Charlemagne en Italie contre le roi païen Agolant et son fils Helmont qui avaient envahi la Calabre.

4Parmi les œuvres d’Andrea da Barberino, on compte également une version en vers de la chanson d’Aspramonte et une traduction de la Storia d’Ajolo del Barbicone e di altri valorosi cavalieri qui est le deuxième poème de la geste de saint Gilles (Aiol). Il écrivit aussi la Storia di Rinaldino da Montalbano inspirée de la chanson Les quatre fils Aymon de la fin du XIIe siècle (16 789 vers) et, toujours en prose mais avec des insertions de vers, un poème indépendant en quatre livres, Storia di Ugone d’Alvergnia adapté de la version franco-vénète. Vers 1410, il composa sous le titre de Storie nerbonesi une vaste compilation épique en huit livres dans laquelle il refondait le contenu de neuf poèmes épiques consacrés à Guillaume d’Orange. La première partie des Storie nerbonesi constitue une version italienne en prose des Narbonnais. Cette version paraît dépeindre un état fort ancien de la geste des Narbonnais et s’appuyer sur des sources aujourd’hui perdues. Dans les Storie nerbonesi, Andrea da Barberino s’éloigne beaucoup de ses sources pour les descriptions des batailles et fait montre d’une véritable prédilection pour les étymologies et les jeux de mots.

5L’œuvre d’Andrea da Barberino est importante par son ampleur. Elle l’est également parce qu’elle constitue un rare témoin de ce que fut la diffusion de l’épopée française en Italie centrale avant que Pulci, Boiardo, l’Arioste et Le Tasse n’élaborent un discours épique nouveau qui se prête à la transposition dramatique. À cause les multiples éditions d’un fragment de son œuvre, le Guerrino meschino, Andrea da Barberino est considéré comme un auteur populaire, ce qui jette un certain discrédit sur l’ensemble de ses écrits. Pourtant, selon l’étude de Gloria Allaire, le cycle carolingien comme le cycle arthurien, et contrairement à une idée reçue, était apprécié par la bourgeoisie marchande et l’aristocratie. Parmi les lecteurs des Reali, elle cite des membres des plus anciennes et riches familles de Florence, souvent humanistes : les Adimari, Bagnesi, Bardi, Benci, Bruzzi, Davanzati, Doni, Galli, Guadagni, Inghirami, Minerbetti, Nasi, Orlandini, Porcellini, Tornabuoni, Salviati, Soderini, Visdomini et Viviani. Certains en effectuèrent une copie eux-mêmes (Bartolomeo di Jacopo di Bartolomeo Galli, dont le père commanda au jeune Michel-Ange le Bacchus, un Cupidon perdu et la Madone de Bruges, copia I Nerbonesi).

*****

  • 2 Nous utilisons l’édition suivante : Andrea da Barberino, I reali di Francia a cura di Giuseppe va (...)

6Le caractère du lectorat d’Andrea da Barberino nous amène à nous interroger sur le processus grâce auquel il a su rendre accessible et agréable à de riches et cultivés marchands toscans un genre né dans une langue étrangère et dans un contexte social bien différent. Notre analyse portera sur le deuxième livre des Reali, Fioravante2, en fait le premier qui ait une source identifiable, puisque Fiovo ne présente aucune source connue.

  • 3 Nous utilisons l’édition suivante : Floovant, édité par f. guessard et h. michelant, Paris, Viewe (...)
  • 4 L’anecdote de la barbe coupée est un geste attribué à Dagobert dans les Gesta Dagoberti. Au chapi (...)

7Le poème de Floovant3 est l’une des rares chansons de geste qui ne rentre pas dans le cycle carolingien. Floovant, l’aîné des quatre fils de Clovis, coupa la barbe du baron chargé par son père de l’éduquer4. Ce traitement était la peine que l’on infligeait aux voleurs et Clovis, courroucé par l’attitude de son fils, le condamna à mort. Grâce à l’intervention de la reine et des clercs, la peine fut commuée en sept ans d’exil. Le poème qui raconte les aventures de Floovant pendant ces sept années eut un grand succès dès le XIIe siècle : il en est fait mention dans un poème d’Auberi le Bourguignon, où l’on voit Lambert d’Oridon essayer de divertir ses hôtes en leur chantant une chanson :

  • 5 Ms. de la bibl. Imp., anc. f. fr., n 72275, fol. 74 r., col. I.

Or chanterai por voz esbanoier :
Je sai de geste les chansons commencier,
Que nus jougleres ne m’en puet engingnier ;
Je sai assez dou bon roi Cloevier,
De Floevent et dou vassal Richier.5

  • 6 « Peres fu Floovant, qui fist la mesprison / de sa fille, la bele, qui Aaliz ot non », édition d’(...)

8Vers 1200, Jean Bodel fait aussi allusion à la chanson de Floovant dans La Chanson des Saisnes6 et un sirventès du troubadour Bertrand de Paris de Rouergue semble prouver que la chanson était connue dans le midi comme au nord de la France et qu’elle était de celles que les jongleurs ne devaient point ignorer. Outre l’œuvre d’Andrea da Barberino, il nous reste des traductions néerlandaises et islandaises de ce poème.

*****

9Afin de procéder à l’analyse comparative du poème source et du remaniement en prose qu’en fit Andrea da Barberino, il nous semble opportun de proposer un résumé, le plus bref possible, des deux œuvres. Nous signalerons auparavant les noms sous lesquels se retrouvent dans les Reali di Francia, les protagonistes du poème. Il ne s’agit pas de simples modifications comme celle qui transforme Floovant en Fioravante, fait de Richier, écuyer de Floovant, Riccieri et de l’amiral Galien Galerano, mais de changements complets.

10Ainsi Clovis devient Fiorello ; le vieux duc Sénéchal à qui Floovant coupe la barbe prend le nom de Salardo et de duc de Bourgogne devient duc de Bretagne ; Ferragus, fils de Galien, est appelé Finaù ; le roi Escorfan devient Mambrino et Urbain l’Allemand, Tibaldo di Lima. Certains personnages naissent, disparaissent ou changent d’identité : Flore d’Ausai nommé Fiore di Dardenna devient le frère de Fiorello. Outre une fille nommée Florette dans la version française et Uliana dans la version italienne, Fiore a deux fils Lione et Lionello prénommés Maudaran et Maudoire dans la version française.

11La fille de Galien/Galerano qui se nommait Maugalie devient Galerana mais la part importante qu’elle tient dans le récit est attribuée à sa cousine Drusolina, fille de Balante. Ce dernier ne figure pas dans la version française, il s’agit du frère de Galerano et de l’épouse de Fiorello. Nous pouvons dès maintenant constater que, dans la version italienne, de nombreux personnages entretiennent des liens de parenté. Au cours de ses aventures, Floovant/Fioravante sera donc appelé à rencontrer son oncle Fiore, ses cousins Lione et Lionello et sa cousine Uliana qui possèdent le même degré de parenté avec Galerana, Drusolina et Finaù, dont la mère est la sœur de Fiore.

12Un jour de Pentecôte, Clovis appelle Sénéchal, le duc de Bourgogne, et lui confie son fils aîné afin de lui apprendre le métier des armes. Le duc emmène Floovant dan son hôtel et le lendemain, après le déjeuner, il le conduit dans un verger pour jouer. Le duc s’endort et Floovant lui coupe la barbe. A son réveil, Sénéchal va demander justice à Clovis qui veut trancher la tête de son fils sur le champ. La reine intervient, Floovant sera banni pendant sept ans. Interdiction est faite aux vassaux de l’assister ou de l’accompagner. Richier, l’écuyer de Floovant, de retour de la chasse décide de rejoindre son maître. Floovant sort de France, il entre dans les Ardennes et songe à rejoindre le roi Flore d’Ausai qui est en guerre contre les Sarrasins dont il a renié la foi. Chemin faisant, il aperçoit trois Sarrasins qui maltraitent une jeune fille. Il s’agit de Florette, fille du roi Flore. Il tue deux Sarrasins, le troisième s’enfuit. Florette demande à Floovant de la reconduire à Beaufort, auprès de son père. Richier, qui suit son maître, tue le dernier Sarrasin tandis que Floovant combat un païen, fils du roi Galien, nommé Ferragus. Pendant le combat surviennent quatre Turcs à la recherche de Ferragus.

13C’est ici que s’ouvre, dans l’unique manuscrit de Floovant, une lacune assez importante que le récit d’Andrea da Barberino permettrait de combler, selon F. Guessard et H. Michelant. Toutefois, nous le verrons ultérieurement dans l’analyse, les différences notables que nous avons relevées entre les récits nous invitent à nuancer ce propos et à ne résumer que ce que nous trouvons effectivement dans le poème français.

14Du haut des murailles du château Avenant, Maugalie, fille du roi sarrasin Galien, admire la bravoure de Floovant et elle s’éprend de lui. Floovant est sensible au charme de la jeune fille mais Richier le blâme car il s’agit d’une païenne. Ils retournent au château de Flore d’Ausai. Florette les rejoint à leur hôtel et déclare son amour à Floovant, qui l’éconduit. Les chevaliers retournent au château Avenant et s’en emparent. Maugalie est prisonnière. L’entourage du roi Flore se rend au château et Florette et Maugalie s’injurient et en viennent presque aux mains. Maudaran et Maudoire, les deux frères de Florette, qui ne veulent pas d’un mariage entre leur sœur et Floovant, vont trouver Galien, l’ennemi de leur père, et lui livrent le château. Floovant est capturé, Richier réussit à s’enfuir, retourne à Beaufort avertir Flore et part tenter de libérer son maître. Après maintes aventures, il retrouve Floovant qu’il délivre avec l’aide de Maugalie qui, par amour pour Floovant, est prête à se convertir. Galien les poursuit mais ils sont secourus par le roi Flore. Maugalie est baptisée et Floovant, après une nouvelle tentative de Florette pour conquérir son amour, finit par lui avouer que Maugalie lui a sauvé la vie et qu’il doit l’épouser. Florette se résignera à épouser Richier. Pendant les noces, un messager arrive de France : Clovis est assiégé dans son château de Laon, il réclame de l’aide. Richier propose d’aller annoncer l’arrivée des renforts. Lorsqu’il arrive auprès de Clovis, celui-ci est plongé dans la douleur, ses autres fils l’ont trahi, ils ont renié Dieu et sont allés servir l’amiral Galien qui leur a donné la Saxe en fief. Richier lui dit que Floovant arrive avec trente mille hommes. Les Sarrasins sont mis en fuite. Floovant est couronné roi de France au moutier Saint-Remi.

15Jusqu’à la lacune signalée dans le manuscrit français, le récit d’Andrea da Barberino suit le poème dans ses grandes lignes : Fiorello confie Fioravante à un baron pour lui enseigner le métier des armes. Fioravante coupe la barbe du baron et il est condamné à mort puis exilé par son père. Riccieri veut le rejoindre. Fioravante sauve Uliana, fille de Fiore et tue des Sarrasins. Fioravante combat Finaù, alter ego de Ferragus. Les Turcs qui sont à la recherche de Finaù arrivent.

16Pour les faits qui suivent, nous ne possédons que la version italienne du récit.

17Galien, le père de Finaù, ayant vu en rêve son fils combattre avec un lion et appeler à l’aide a envoyé des hommes à sa recherche. Ces derniers capturent Fioravante et Uliana. Riccieri les délivre et Finaù meurt au cours du combat. Fioravante et Riccieri reprennent la route et, après quelques mésaventures, rendent Uliana à son père. Elle épouse Tibaldo di Lima, un baron de Fiore, dont elle aura un fils Ugone lo Fiero.

  • 7 Floovant, cit., p. XXII.

18Selon F. Guessard et H. Michelant, c’est là que le récit français reprendrait. Toutefois, la suite immédiate du récit italien est en contradiction totale avec le récit français. Dans le sommaire qu’ils proposent, F. Guessard et H. Michelant résument ainsi le texte italien : « Siège du château Avenant. – Sortie des assiégés. – Bataille sous les murs du château. – Défaite des Sarrasins. – Reali, cap. XIII.). »7. Or, au chapitre XIII, Fiore réunit ses barons et leur ordonne de s’établir au château de Monault avec Tibaldo et Fioravante, qui se cache sous le nom de Guerrino. De là, ils dirigeront leurs attaques contre Galerano. Au chapitre XIV, Lione et Lionello, furieux d’être évincés par leur père, le roi Fiore, livrent le château à leurs oncles maternels Galerano et Balante. Fioravante et Riccieri sont capturés.

  • 8 Ibidem, p. XX.

19Il paraît difficile de reprendre ici le cours du poème français en proposant le résumé du texte italien pour « renouer le fil du récit »8 car le dénouement de l’action présentée dans le texte italien est déjà, à cet endroit, incompatible avec le poème. Seuls les lieux ont quelque similitude et le récit d’Andrea da Barberino va continuer à s’écarter du cours du poème en racontant la captivité de Fioravante et de Riccieri.

20Fioravante et Riccieri sont jetés en prison à Balda et les clés de la geôle sont confiées à Drusolina et Galerana, qui tombent amoureuses de Fioravante. Fioravante choisit Drusolina et Galerana meurt d’amour. Tibaldo, qui avait pu s’échapper, arrive à Dardenna et le roi Fiore prévient son frère Fiorello de la capture de Fioravante. Le roi de France lève une armée et se rend à Dardenna avec le Pape, qui lance une croisade. Ils assiègent Balda mais subissent une cuisante défaite. Fioravante et Riccieri s’enfuient avec l’aide de Drusolina, que Fioravante a épousé après qu’elle a été ondoyée. Leur intervention met les Sarrasins en fuite.

21Fiorello et Fioravante retournent à Paris mais, pressé par sa mère d’épouser la fille du duc de Bretagne, Fioravante part au bout d’un an rejoindre Drusolina. Après maintes péripéties, il arrive alors que la ville est assiégée par le sultan, qui est furieux du refus de Balante de donner Drusolina en mariage à son fils. Fioravante, qui cache son identité, met les troupes du sultan en fuite. Trahi par un bouffon de Paris, Fioravante est emprisonné. Il réussit à s’enfuir avec Drusolina et à se réfugier dans un château. Cependant, Fiorello meurt. La mère de Fioravante le fait rechercher et, lorsqu’elle découvre le lieu où se trouve son fils, elle lève une armée, fait appel au Pape et à l’empereur de Constantinople et le délivre. Fioravante rentre à Paris avec Drusolina qu’il fait baptiser et qu’il épouse solennellement. De leur union naissent des jumeaux. La mère de Fioravante accuse Drusolina d’adultère. Fioravante veut la tuer mais son épée n’atteint ni la mère ni les enfants. Il les remet entre les mains de sa mère, qui fait condamner Drusolina au bûcher pour sorcellerie. Les enfants adultérins subiront le même sort. Un miracle s’accomplit, le feu ne les atteint pas. Sur les conseils de sa mère, Fioravante bannit Drusolina. Riccieri l’accompagnera dans la forêt de Dardenna et l’abandonnera là avec ses fils. L’un d’entre eux sera volé par un brigand et l’autre par un lion. Le voleur est tué et l’enfant est vendu à un très riche bourgeois parisien qui l’adopte, le baptise Gisberto et le confie à ses serviteurs avant de partir pour le Levant. Gisberto est éduqué à Paris, où il mène une vie de grand seigneur sans toutefois approcher de la cour de Fioravante, selon les volontés de son père adoptif. Au bout de dix-huit ans le marchand revient et accepte que Fioravante fasse de Gisberto son héritier.

22Cependant, Drusolina guidée par saint Marc qui a pris la forme d’un lion a rejoint son père Balante sous une fausse identité. Son fils, nommé Ottaviano del Lione, est devenu si valeureux que le sultan veut en faire son héritier. Drusolina refuse et une nouvelle fois le sultan met le siège à la ville de Scandia. Ottaviano capture le sultan et délivre Balante. Il épouse la fille du sultan. Balante décide alors d’envoyer Ottaviano contre Fioravante. Ils assiègent Paris et Riccieri est capturé et mené à Drusolina. Les deux jumeaux Gisberto et Ottaviano combattent à plusieurs reprises sans qu’il leur soit possible de se départager. Le lion s’interpose et leur révèle leur identité. Balante se convertit et donne son royaume à Ottaviano et Gisberto devient roi de France à la mort de Fioravante.

*****

23La simple lecture du résumé des deux œuvres révèle des différences notables de contenu. Mais si Andrea da Barberino s’écarte du poème, il préserve la spécificité de la matière épique en conservant les deux grands thèmes qui forment séparément le cadre de plusieurs autres chansons et que combine Floovant : l’exil du héros et son mariage avec une princesse sarrasine. Il y ajoute le thème de la femme persécutée (accusée d’adultère et séparée de ses enfants) et celui de l’enfant élevé par des bourgeois qui sont également traditionnels dans la chanson de geste.

24La source de Fioravante est une chanson anonyme de 2 534 vers alexandrins assonancés en Ile de France, et dont le manuscrit et les fragments relèvent des dialectes bourguignon et lorrain. Le premier choix qu’effectue Andrea da Barberino est celui de la prose mais ce n’est pas le plus original, bien que Barberino figure parmi les précurseurs d’une mise en prose qui ne se généralisera qu’à partir de la seconde moitié du XVe siècle.

25Plus significatif, nous semble-t-il, est celui de la langue. La diffusion de la littérature épique française en Italie du nord s’était faite dans une langue hybride qui constitue une koïnè attestée par des traits phonétiques communs, résultat de phénomènes d’interférence, c’est-à-dire d’adaptation et de combinaison des systèmes morphologiques, mais aussi par la présence d’éléments dialectaux non homogènes, de latinismes, signes d’un effort pour rendre cette langue plus littéraire. De plus, même à l’extérieur de l’aire vénète, le mélange de français et de vénète avait subsisté, comme si ce langage avait été accepté officiellement. Des œuvres complètement originales furent même écrites en franco-vénète par des auteurs italiens. Tous ces traits font de ce langage un langage exclusivement littéraire, qui ne pouvait être utilisé dans la conversation mais qui était aisément compréhensible des cours septentrionales qui connaissaient le provençal et le français. Il faut en effet rappeler le rôle fondamental joué par les familles da Romano et da Camino à Trévise, Gonzague à Mantoue, Este à Este puis à Ferrare, Visconti à Pavie et à Milan dans la diffusion de la matière épique française en Italie.

  • 9 Sur l’historiographie florentine médiévale cf. gros Colette, L’image de la femme dans les chroniq (...)

26Or Andrea da Barberino choisit le toscan. Ce choix ne pouvait être dicté par la conscience d’une méconnaissance du français dans l’aire toscane du fait de l’importance des relations commerciales et politiques entre la France et la Toscane. Certes, Andrea da Barberino disposait d’un outil dont ne bénéficiaient pas ses confrères du nord, une langue déjà illustre, mais cette préférence relève plutôt, selon nous, d’une volonté de se rapprocher de l’historiographie. En effet, la spécificité de l’historiographie toscane et notamment florentine est d’avoir été écrite en langue vulgaire et ce depuis ses origines9. Contrairement aux autres Etats et Communes d’Italie, dont l’historiographie est rédigée en latin, et parfois même en français pour Venise, il n’existe que deux fragments d’Annales breves florentines et les deux dernières annotations du second fragment sont traduites en langue vulgaire, ce qui semble indiquer que très tôt, les Florentins ont voulu privilégier la langue vulgaire au détriment du latin. Ce choix prenait toute sa signification dans un contexte de lutte contre le monopole de la culture cléricale : au moment où les Communes se dotaient d’une histoire, les chroniqueurs florentins, porte-parole d’un milieu marchand culturellement novateur, marquaient leur différence en utilisant la langue vulgaire. C’est dans cette lignée déjà longue de chroniqueurs en langue vulgaire, parmi lesquels on peut citer Giovanni Villani, qui donnera à Florence sa chronique « officielle », que semble vouloir se situer Andrea da Barberino. Ceci paraît déjà manifeste dans les titres des livres et des chapitres des Reali dont la forme n’est pas donnée par le poème français.

27Le livre II est annoncé ainsi :

Qui comincia il secondo libro delle istorie de’Reali di Francia, nati di Gostantino imperadore, e chiamasi il Fioravante, e parte di Riccieri primo paladino e d’altri baroni, poi che furono cristiani.

Voici l’intitulé du Livre II de la Nuova cronica de Giovanni Villani :

Qui comincia il secondo libro della edificatione di Firenze la prima volta : come di primo fue edificata la città di Firenze.

28Les chapitres débutent aussi de façon identique par un titre introduit par « Come... » :

Chapitre I des Reali :

Come lo re Fiorello regnava in Francia, e ‘l re Fiore in Dardenna [...]

Chapitre II du livre II de la Nuova cronica :

Come Cesere si partì di Firenze per andare contro a’ Franceschi.

29Au cours du récit d’autres similitudes avec les chroniques apparaissent, notamment le rappel des sources au chapitre XVI par exemple :

  • 10 barberino, a. (da), op. cit,, p. 177.

Alcuno libro, ch’io honne trovato, dice ch’una fonte apparì nella prigione ; e Fioravante disse a Drusolina che egli era, e ch’egli la battezzò : molti non ne fanno menzione, che sono francesi.10

30Cette volonté de suivre un schéma de type historiographique entraîne la suppression des marques d’oralité contenues dans le poème, oralité qui pendant quatre siècles au moins, entre 1100 environ et le XVe siècle, sera revendiquée comme condition de composition aussi bien que de diffusion de la chanson de geste en France.

  • 11 Cf., à ce propos : rychner, Jean, La Chanson de geste, Essai sur l’art épique des jongleurs, Genè (...)

31Disparaissent ainsi les fréquents rappels de situation qui permettent à l’auditoire de ne pas perdre le fil du récit11 et les invitations du trouvère à lui prêter une oreille attentive :

« Soignors, or escoutez, que Dés vos soit amis, »

« Or entendez seignours, por Deu de maiité, »

  • 12 Floovant, v. 1, v. 22, v. 760.

« Or escoutez, seignour, s’oez de Mauderam, »12

  • 13 Boutet, Dominique, Histoire de la littérature française au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 200 (...)

32Signes d’oralité, ces apostrophes révèlent aussi que le public d’élection des jongleurs se trouvait dans les châteaux et non pas sur les places de foire car la noblesse était destinataire naturel d’un genre qui avait pour fonction « d’exalter les valeurs fondatrices de la civilisation médiévale qui est guerrière, féodale et chrétienne »13.

33Dans cette définition de la civilisation médiévale, on reconnaît peu la réalité toscane : chrétienne certes mais pas vraiment guerrière et encore moins féodale. Ceci nous amène à examiner le contenu de Fioravante afin d’analyser les transformations qu’Andrea da Barberino a dû effectuer sur la matière épique afin de la rendre familière et plaisante à son public.

  • 14 Cf. krauss, h., Epica feudale e pubblico borghese, Per la storia poetica di Carlomagno in Italia, (...)

34Ces modifications n’avaient pas été nécessaires lors de la diffusion de la matière épique française dans les cours septentrionales parce que celles-ci étaient désireuses de s’approprier un passé féodal glorieux et de garder intact le souvenir des exploits des paladins. La qualité des manuscrits, souvent luxueux et enluminés, témoigne de la faveur que cette littérature rencontrait auprès de la noblesse féodale assez cultivée pour comprendre et apprécier les chansons de geste et motivée idéologiquement par une littérature qu’elle sentait affine et conforme à ses intérêts. Comme en France après Philippe Auguste, pour les feudataires de l’Italie septentrionale les poèmes épiques français devinrent des points de cristallisation de la nostalgie, des instruments de fuite d’une réalité négative vers un passé idéal14.

  • 15 Cf. goldmann, l., Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970, p. XVII.

35En Toscane il en fut autrement : terre de libertés communales jalousement préservées, elle avait vu naître au cours du XIVe siècle une seule classe dirigeante dans laquelle se mêlaient bourgeoisie et noblesse féodale. Le rapport de la classe dirigeante à la féodalité était donc complètement différent. La matière épique ne servait pas à renforcer le pouvoir royal ou seigneurial, comme elle continuait à le faire en Italie du Nord et en France plus de deux siècles après sa naissance. Elle avait pour fonction de divertir mais aussi peut-être de renforcer la symbiose entre la noblesse, qui prenait désormais une part active aux affaires, et la bourgeoisie qui avait adopté le mode de vie féodal (l’engouement des Florentins pour le titre de chevalier en témoigne). C’est à cette élite qu’Andrea da Barberino destinait ses œuvres. Ainsi son ouvrage conserve-t-il certains traits du poème originel mais adaptés au contexte toscan. Cette étude nous permettra indirectement de mieux définir la société toscane car Andrea da Barberino propose à ses lecteurs une image du passé conforme à leur mode de vie, ou du moins à celui auquel ils aspirent. Nous prendrons également en compte l’appartenance de l’auteur à cette société en interrogeant le texte en dehors de sa fonction dénotative et en nous efforçant d’y découvrir ce que l’auteur nous a transmis comme membre d’un groupe qui véhicule dans son non-conscient l’ensemble des aspirations, des sentiments et des idées qui réunit les membres de ce groupe15.

*****

  • 16 La fonction royale est associée à Dieu. Son rôle est de maintenir la justice sur terre.

36Dans le texte épique français, deux schémas permettent de définir les relations entre les groupes qui constituent la communauté au sein de laquelle il est diffusé. Le premier de ces schémas est un double système de répartition des fonctions, la tri-fonctionnalité indo-européenne, qui distingue la fonction royale16, la fonction guerrière et la fonction de production, et le système des ordres élaboré par les clercs au XIe siècle (oratores, bellatores, laboratores) qui constitue l’interprétation explicite de la tri-fonctionnalité. Le second est l’idéologie féodale. Elle s’oppose structurellement à la tri-fonctionnalité car dans l’idéologie trifonctionnelle, le roi est chargé de dire le droit et dans la structure féodale, il se trouve lié au consilium de ses vassaux pour rendre la justice. Ces modèles de répartition des pouvoirs, forgent les rapports entre les groupes sociaux et crée un système de représentation du monde. Dans la matière épique française, le groupe social majoritairement représenté est la noblesse. Ce sont ses rapports avec les autres groupes qui sont analysés : avec la bourgeoisie et les clercs, qui sont présents notamment lorsqu’ils sont aussi guerriers, car les vilains sont rares.

37L’adaptation d’un texte épique à une situation idéologique et politique différente entraîne nécessairement des modifications dans la composition des groupes et dans leurs relations, ce qui engendre un système de représentation du monde différent. Ce sont ces transformations que nous allons maintenant tenter d’examiner afin de définir le système de représentation du monde que révèle cette œuvre d’Andrea da Barberino. Nous déterminerons en particulier la place respective de la noblesse et de la bourgeoisie dans cette société, les rapports qu’elles entretiennent et l’image que l’auteur nous en donne.

  • 17 Les non-nobles apparaissent parfois lorsqu’ils viennent en aide aux chevaliers ou se joignent à e (...)

38Les années de formation de Floovant/Fioravante et de Gisberto témoignent indirectement de la place occupée dans l’univers de notre auteur par l’ordre des laboratores qui est presque exclu du système de valeurs épique17.

39L’éducation de Floovant est limitée à l’apprentissage du métier des armes :

  • 18 Floovant, vv.48-51.

Dit le roi Cloovis : « Senechaul, çà venez.
Je vos commant ici Floovant à garder ;
Il est ancore junes, meschins et baichilés,
Et si ne set pas bien ses garnemanz porter. »18

  • 19 Au chapitre I, il est dit à propos de Fioravante : « Lo re Fiorello lo fece ammaestrare e imparar (...)
  • 20 villani, Giovanni, Nuova cronica a cura di G. Porta, Parma, Fondazione Pierto Bembo/ Ugo Guanda e (...)

40En revanche, Fioravante19 et Gisberto sont éduqués comme les enfants des familles aisées de Toscane où, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, les Communes entament un long processus d’alphabétisation destiné aux garçons comme aux filles. Parmi les spécificités florentines dont il s’enorgueillit, Giovanni Villani signale que, vers 1340, huit à dix mille enfants fréquentent les écoles élémentaires où ils apprennent à lire et à écrire, mille à mille deux cents garçons vont dans les six écoles d’abbaco e logaritmo qui sont destinées à ceux qui veulent devenir marchands et cinq cent cinquante à six cents suivent l’enseignement des quatre grandes écoles de grammaire, logique et ars dictamini où ils peuvent perfectionner leur latin20.

  • 21 Cf. klapisch-zuber, Christiane, « Parents de sang, parents de lait : la mise en nourrice à Floren (...)
  • 22 barberino a. (da), op. cit., p. 227. « Vattene con questo fanciullo a Parigi, e fammelo allevare, (...)
  • 23 Ibidem, p. 228. « Quando ebbe imparato a leggere e a scrivere, lo menavano al fondaco ».

41Dans le cas de Gisberto, le parallèle avec le contexte toscan est encore plus manifeste. C’est son père adoptif qui choisit les nourrices, selon l’habitude très largement répandue en Toscane et attestée par les ricordanze, les livres domestiques florentins21. Puis il confie l’enfant à son serviteur : « Va à Paris avec cet enfant, et fais-le élever pour moi, et tu diras à ma femme que c’est mon fils et lorsqu’il sera en âge, fais-lui apprendre à lire et à écrire [...] »22 « Quand il eut appris à lire et à écrire, ils l’emmenaient à la boutique »23, où il devait acquérir toutes les connaissances nécessaires à la profession de marchand : la comptabilité, la situation politique, les principales voies de communication, les monnaies et la qualité des marchandises. Comme Fioravante, il n’apprendra à manier les armes que plus tard.

  • 24 « E ne’ detti tempi avea in Firenze da CCC cavalieri di corredo e molte brigate di cavalieri e di (...)
  • 25 Paradis, 15, vv. 104-120.
  • 26 « [...] Lo menavano al fondaco. Egli vi stava mal volentieri, e prese dimestichezza con certi gio (...)

42Les chansons de geste ne manquent pas de bourgeois qui élèvent un jeune héros abandonné au cours de sa petite enfance comme Gisberto. En utilisant ce motif traditionnel de la matière épique, Andrea da Barberino peut parler de son univers qui est aussi celui de ses lecteurs. Ces situations sont en général exploitées de façon à révéler les traits inaliénables de la véritable noblesse. Le jeune homme prend rapidement ses distances, il préfère la chasse et les fêtes au commerce et dépense largement l’argent de ses parents adoptifs. Le parcours de Gisberto est de ce point de vue semblable à ceux que l’on peut trouver dans les Enfances Vivien ou dans Florent et Octavien mais, dans le contexte toscan, il prend une tout autre signification. En effet, il ne diffère en rien de celui des jeunes Florentins décrits dans les chroniques24 ou mis en scène par Boccace et, si nous le comparons à celui de son père adoptif, il permet de mesurer l’évolution de la riche classe marchande toscane à la fin du Moyen Age. Chimento a bâti sa fortune en parcourant inlassablement l’Orient tandis que Gisberto mène une vie oisive et dilapide l’argent amassé par son père adoptif. Nous pouvons établir un parallèle avec le chant du Paradis où Dante reproche aux Florentins d’avoir abandonner le mode de vie modeste de leurs ancêtres et de déserter leurs foyers pour s’enrichir25. Quelques décennies plus tard, Andrea da Barberino présente comme un exemple Chimento qui a passé sa vie loin de son épouse, mais il souligne encore les goûts de luxe de la nouvelle génération. Ce rapprochement révèle le sens de cette évolution et trahit peut-être une certaine désapprobation de la part d’Andrea da Barberino. Gisberto est de sang royal, ce qui explique son manque d’intérêt pour le commerce et son mode de vie fastueux26, mais les reproches de ses parents adoptifs montrent que cela sied peu à un bourgeois, si riche fût-il :

  • 27 Ibidem, p. 229. « Stando a Parigi Gisberto, e faccendo molte grandi spese, la moglie di Chimento (...)

Parce que Gisberto se trouvait à Paris et qu’il faisait de nombreuses et grandes dépenses, l’épouse de Chimento le blâma de dépenser si largement.27

  • 28 Ibidem, p. 229. « Chimento di questo si rallegrava, ma non delle grande spese che egli faceva ; e (...)

Chimento s’en réjouissait mais pas des grandes dépenses qu’il faisait ; aussi se dépêcha-t-il de rentrer au plus tôt.28

  • 29 Ibidem, p. 230. « Disse Chimento : “O figliuolo, dunque quello ch’io ho in tanti anni guadagnato, (...)

Chimento dit : « Ô mon fils, tu jettes donc ainsi ce que j’ai gagné en tant d’années ! »29

43Malgré ces reproches, les parents accèdent au désir de leur fils parce qu’ils ont peur de le voir partir. Chimento lui dit alors :

  • 30 Ibidem, p. 231. « Figliuolo mio, io sono vecchio oggimai : io ne spenderò pochi, e sappi ch’io n’ (...)

« Mon fils, je suis vieux maintenant : je dépenserai peu et sache que j’ai tant rapporté de ce voyage que cela te suffira pour longtemps ; aussi, dépense sans compter, et fais-toi honneur ainsi qu’à moi. »30

  • 31 Ibidem, p. 168. « O franco re, a me non si confà una gentile donna, però ch’io sono figliuolo d’u (...)

44Cette dernière expression montre bien qu’il ne suffit plus désormais au marchand d’amasser des richesses pour « tenir son rang » mais qu’il doit faire preuve de magnificence et de prodigalité. La rencontre entre nobles et non-nobles qui était impossible dans le monde féodal de la chanson de geste semblerait possible dans le monde communal toscan d’Andrea da Barberino mais à deux reprises l’auteur paraît rejeter cette éventualité. Une première fois, lorsque Fioravante refuse d’épouser Uliana qu’il vient de sauver, il dit au père qui lui donnait sa fille en récompense : « O roi loyal, une noble dame ne me convient pas car je suis le fils d’un bourgeois de Paris et il nous plairait que vous la donniez au très valeureux baron Tibaldo. ».31 Plus tard, après la capture de Fioravante et de Riccieri par l’armée de Balante, Gisberto sort de Paris pour combattre. Il défie Giliante qui lui demande qui il est. Gisberto répond qu’il est le fils d’un marchand de Paris et Giliante lui dit alors :

  • 32 Ibidem, p. 241. « Tornati drento, ché io non combattarei con mercatante : va’, fa’ la tua mercata (...)

« Retourne à l’intérieur car je ne combattrai pas contre un marchand : va pratiquer ton négoce. »32

Gisberto ne voulant pas partir, Giliante ajouta :

  • 33 Ibidem : « Tu non se’ cavaliere, e però non dei combattere con cavalieri. ».

« Tu n’es pas chevalier aussi tu ne dois pas combattre contre des chevaliers. »33

45Nous pouvons nous interroger sur le sens de ces deux épisodes qui n’apparaissent pas dans Floovant. Andrea da Barberino veut-il signifier aux riches bourgeois toscans que, malgré tous leurs efforts ils ne seront jamais nobles, et qu’il est donc inutile qu’ils dilapident la fortune amassée par leur famille ?

  • 34 A ce propos cf. gros, Colette, op. cit., pp. 231-298.

46L’examen des années de formation de Fioravante et de Gisberto nous aura permis toutefois de montrer que le mode de vie des riches marchands est présent dans l’œuvre. Nous le reconnaissons également dans le cérémonial de mariage d’Ottaviano del Lione avec la fille du sultan.. Selon l’usage toscan, reconnaissable dans l’expression « fare le carte » utilisée à deux reprises dans le même paragraphe, un contrat en bonne et due forme est établi après l’accord initial. Le mariage d’Ottaviano et de la fille du sultan se déroule en plusieurs temps, comme en Toscane, et ne sera effectif que lorsque le contrat aura été signé34 :

  • 35 « E fatto il patto la sposò, e fecesi le carte come il soldano gli dava di dota la quarta parte d (...)

Après avoir rédigé le pacte, il l’épousa, et on fit les documents par lesquels le sultan lui donnait en dot le quart de son royaume, la partie qui venait vers la Libye entre l’Egypte et la Morée ; et les documents établis, il la prit pour femme et une grande fête eut lieu.35

47Ainsi, dans Fioravante les deux moments essentiels de la vie d’un individu, l’éducation et le mariage, sont modelés par les usages de la riche classe des marchands et non plus par ceux de la noblesse féodale.

  • 36 Cf., suard, François, Chanson de geste et tradition épique au Moyen Age, Caen, Paradigme, 1994, p (...)

48Avec Clovis/Fiorello, Andrea da Barberino aborde la fonction royale, thème central de la matière épique française qui oscille entre la glorification du roi et la fragilisation systématique de son rôle36. L’abandon du personnage historique de Clovis permet à l’auteur une plus grande liberté, il peut construire une généalogie qui donne à Fiorello les plus nobles origines. Il en fait le petit-fils de Constantin II, empereur qui a été baptisé par le pape Sylvestre en 322, mais, malgré le caractère légendaire du personnage, il demeure fidèle à la matière qu’il a choisie et, par des omissions et des ajouts, il donne une image précise et positive de la fonction royale.

49Il efface tout ce qui dans Floovant lui semble incompatible avec cette fonction et notamment la violence. En effet, lorsque Clovis est informé de la conduite de son fils, il le fait arrêter par quatorze chevaliers et envoie son chambellan chercher son épée car il veut lui couper lui-même la tête. La scène extraite de Floovant montre toute la brutalité du roi :

  • 37 Floovant, vv. 124-125

« Je le ferai detrare ou les manbres coper
ou isi grant jostise con l’en sera panser. »37

  • 38 Ibidem, vv. 129-135.

Tantot a fait le roi s’espée demander.
Quant le sot la roiine, [m]erci li vai crier ;
Le pié li a baisié, la janbe et le souler.
S’espée li aporte le chanbellanz Gauter,
Et li rois l’ai saisie, où il n’o que irer.
Dou forre a trait forst le branc forbi d’acier,
A Floouvant son fil en vout le chief trancher.38

50Il condamne de la même façon tous ceux qui l’aideraient ou le suivraient :

  • 39 Ibidem, vv. 147-153.

Adonc a fait li rois et crier et huchier
A toz ces qui de lui tienent terre ne fier,
Que il ne li donasent ne argant, ne ormier,
Ne armes, ne chevaus, n’un soul jor à mangier ;
Et si il le façoient, ja n’i vaudroit prier
Que il ne perdesant lor terres et lor fiers,
Et si lor en feroit toz les manbres troinchier39.

51« Tête coupée » et « membres coupés » sont des expressions souvent répétées au cours du poème, elles rappellent sans cesse aux auditeurs la menace qui pèse sur Floovant.

52Dans Fioravante, le roi fait emprisonner son fils puis il réunit ses barons et prononce devant eux un discours qui ne figure pas dans Floovant. Par ce discours, dans lequel Fiorello demande à ses barons de ne pas lui demander de grâce pendant trois jours, l’auteur aborde un thème récurrent de la matière épique, la sagesse du roi :

  • 40 « Nessuno uomo non doverrebbe porre speranza se nonne nelle cose sagre e divine di Dio, il quale (...)

Aucun homme ne devrait mettre son espoir si ce n’est dans les actes sacrés et divins de Dieu qui donne et ôte toute chose selon son bon plaisir. Et celui qui doit diriger un état sur terre doit surtout aimer et faire respecter la justice et il ne doit pas prendre partie parce que celui qui prend partie ne peut pas juger justement. Et plus sa souveraineté est grande, plus il doit juger justement afin que les autres prennent exemple sur lui. Personne ne doit prier son seigneur afin qu’il fasse une chose qui serait honteuse pour lui ou qui diminuerait sa souveraineté et il faut juger du danger encouru par son seigneur avant de lui demander une grâce pour soi ou pour autrui. C’est pourquoi je vous ordonne, à cause d’un fait qui m’est arrivé, qu’aucun d’entre vous ne me demande d’ici à trois jours aucune grâce ni pour vous ni pour d’autres sous peine d’y laisser la tête.40

  • 41 « Garde les observances du Seigneur, ton Dieu, marche dans ses chemins. Garde ses lois, ses comma (...)
  • 42 duby, Georges, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978, p. 64.
  • 43 suard, François, op. cit., p. 42.

53Dans ce discours, nous pouvons reconnaître la réflexion biblique sur la fonction royale41 qui rend le roi responsable de la paix, « projection sur notre monde imparfait de l’ordre qui règne en haut »42. Comme nous l’avons déjà précisé, cette réflexion biblique est, avec l’idéologie féodale, à la base de toutes les chansons de geste. La première « attribue au roi, familier de la divinité, la charge de dire le droit tandis que l’autre souligne l’interdépendance du seigneur et du vassal »43. Ici Andrea da Barberino choisit la première qui ne rend compte que des relations entre le roi et Dieu et laisse de côté le système féodo-vassalique qui détermine les obligations entre seigneurs et vassaux et l’attribution des fiefs, ce qui semble naturel dans le contexte des Communes italiennes qui se sont souvent opposées à la souveraineté de l’Empereur germanique.

54Cette adaptation à une situation idéologique et politique différente est particulièrement visible au moment où, après avoir banni son fils, le roi donne des ordres. Dans Floovant, comme nous l’avons déjà noté, il s’adresse à ses vassaux et il les menace de confisquer leurs biens et de les faire supplicier. Dans Fioravante, il n’est plus question de vassaux, le roi fait proclamer dans la ville de Paris que, passé un délai de trois jours, toute personne qui lui livrerait Fioravante mort ou vif aurait une récompense et que toute personne qui l’aiderait serait bannie à son tour. Pourtant, les relations entre le roi et ses barons témoignent d’un rapport de vassalité qui n’apparaissait pas dans Floovant. En effet, le roi est lié au consilium de ses vassaux lorsqu’il doit prendre une décision importante : ce sont eux qui lui conseillent de confier son fils au duc de Bretagne (dans Floovant le roi décide seul) ; ils sont présents lorsque le roi jure sur sa couronne que, si Fioravante ne respecte pas son maître, il subira un châtiment exemplaire (dans Floovant cet épisode n’existe pas) et ils sont aussi les témoins de la peine infligée au fils du roi (le poème ne dit rien à ce sujet).

55Dans Fioravante apparaît une forme d’alliance qui ne doit rien au lien vassalique mais qui est familière à l’auteur et à ses lecteurs. Il s’agit de la « lega », la ligue qui unit pour un moment des états contre leur ennemi commun. Lorsqu’il se rend par exemple chez le roi pour demander justice, Salardo se dit :

  • 44 « S’egli non mi vendicherà, io gli farò tanta guerra ch’egli perderà el regno di Francia : io m’a (...)

« S’il ne me venge pas, je lui ferai une telle guerre qu’il perdra le royaume de France : je m’entendrai avec ceux d’Espagne et ceux de Gascogne. »44

56Un autre exemple de ligue nous est donné aux chapitres XLIX et LII. Le sultan de Babylone écrit au roi d’Espagne, d’Aragon, de Grenade et du Portugal pour constituer une ligue contre le roi Balante. Après avoir capturé le sultan, Ottaviano épouse sa fille et plus tard, lorsque Balante voudra conquérir la France, il fera à son tour appel au roi d’Espagne, du Portugal, de Grenade et d’Aragon, c’est-à-dire à ceux qui s’étaient précédemment unis contre lui.

57La présence de l’idéologie féodale qui souligne l’interdépendance du seigneur et du vassal n’affaiblit pas la fonction royale car Andrea da Barberino renforce les liens qui unissent le roi à Dieu en utilisant un élément de la mystique royale : la légende de la croix vermeille. Cette tache sur l’épaule droite serait un signe sacré distinguant le roi de France, et plus largement le suzerain légitime. Ce motif est apparu au XIVe siècle et la plupart des héros des chansons de geste tardives portent cette marque. Andrea da Barberino fait de Fioravante le premier roi de la dynastie à la porter.

  • 45 Nous pouvons peut-être reconnaître là Innocent Ier originaire d’Albe qui fut pape de 401 à 417.
  • 46 Si la croisade est fictive, l’itinéraire emprunté par le Pape pour se rendre en France par la Tos (...)
  • 47 barberino, a. (da), op. cit., p. 182.

58Il accroît également le prestige guerrier du roi qui n’est plus secouru par son fils mais qui se porte par deux fois à son secours. Une fois en personne et une fois grâce à la reine qui a revêtu l’armure du roi et arbore les symboles de la royauté. Dans ces deux occasions, la France se liguera avec le Pape Innocent Albanis45 et l’Empereur romain Arcadius, constituant une croisade avant l’heure (l’action se situerait en 345)46. Au cours de ce que nous nommerons la croisade, car l’auteur utilise l’expression « bandire la croce », une hiérarchie entre les puissances occidentales se dessine. L’empereur romain envoie des hommes mais n’y participe pas, ce qui évite à l’auteur de choisir entre Empire romain et Papauté. Bien que cela ne soit jamais dit explicitement, c’est le Pape qui prend la tête de la croisade et les rois lui en laissent choisir les chefs. Ainsi Tibaldo da Lima, vassal de Fiore qui demande à son suzerain de conduire une armée, est envoyé par celui-ci au roi de France, qui l’adresse au Pape, qui le bénit et le place à la tête de 10 000 hommes. L’importance des armées témoigne de cette hiérarchie : Fiore commande 40 000 hommes, le roi de France 60 000 et le Pape 90 00047.

59La fonction royale telle qu’elle apparaît chez Andrea da Barberino est soumise à des appréciations contradictoires puisqu’elle utilise les deux schémas traditionnels. Elle est également placée dans un contexte plus vaste, celui de l’Occident chrétien dans lequel elle est subordonnée à une puissance supérieure, celle de la papauté.

60Richier/Riccieri représente la fonction guerrière comme Floovant/Fioravante après le bannissement et bien d’autres personnages de la chanson et de sa version en prose. Pour Richier, cette fonction se décline de deux façons : il est l’écuyer de Floovant et doit le servir comme un vassal mais il doit aussi accomplir son devoir de défense et de conquête.

61Pour Riccieri, il en est autrement. Riccieri est un descendant de la lignée des Scipion, il est duc de Saxe et règne sur la France avec Fiorello. Il est plus âgé que Fioravante car il a été fait premier paladin de France par Fiovo, grand-père de Fioravante. Son statut social est au moins égal à celui de Fioravante et ceci a une conséquence directe sur le récit. En effet, alors qu’il avait été possible à l’auteur du poème de conduire en parallèle les récits des exploits guerriers de Floovant et de son écuyer, parce que la hiérarchie sociale établissait une hiérarchie dans le récit (le récit principal réservé à Floovant et le récit secondaire destiné à Richier), la disparition de celle-ci entraîne la disparition presque totale du récit des exploits de Riccieri. Afin de ne pas nuire à l’unité du récit par la présence concomitante de deux protagonistes, l’auteur supprime les épisodes relatifs à Richier.

62Toutefois, les épisodes guerriers abondent dans Floovant comme dans Fioravante. Nous y trouvons des armées qui s’affrontent mais aussi de nombreux combats singuliers qui opposent le plus souvent les Chrétiens aux Sarrasins. Nous allons examiner deux épisodes qui sont communs aux deux récits. Le premier oppose Floovant/Fioravante à deux Sarrasins ; le second se déroule entre Riccieri et le Sarrasin qui a survécu au combat avec Floovant/Fioravante.

63Lorsque Floovant/Fioravante arrive dans la forêt il entend des cris : trois Sarrasins sont en train de battre une jeune fille. Notons un détail qui ne nous semble pas anodin et sur lequel nous reviendrons : dans la version française ils utilisent le plat de leur épée, dans la version italienne un bâton.

64La jeune fille s’adresse à Fioravante :

  • 48 « “Cavaliere cristiano, abbi piatà di me, misera cristiana assai di gentile legnaggio !” [...] Fi (...)

« Chevalier chrétien, aie pitié de moi, pauvre Chrétienne de très noble lignage ! » [...] Fioravante dit « Femme, n’aie pas peur, car, s’ils étaient cinquante comme il est un, ils ne te feront pas outrage. » Ce Sarrasin dit : « Tu as vite trouvé un amoureux ! » et il dit à Fioravante : « Chevalier, passe ton chemin et laisse cette demoiselle, sinon tu connaîtras la mort. » [..]. Fioravante dit : « Je regrette que tu ne sois pas mieux armé et en plus grande compagnie car j’ai honte de combattre contre toi. Et vraiment je t’abandonnerai avant le combat mais cette demoiselle s’est recommandée à moi et j’aurai honte de ne pas l’aider [...] » Le Sarrasin, courroucé, courut au logis où se trouvaient deux autres compagnons et il monta à cheval et une lance à la main il revint vers Fioravante qui, lorsqu’il le vit arriver se mit à rire et dit : « Celui-ci veut vraiment mourir ! » Il attaqua Fioravante lance arrêtée et le frappa sur l’écu mais Fioravante avait la lance bien en main et il la lui plongea dans la poitrine et le Sarrasin tomba mort.
Et Fioravante courut jusqu’au milieu du pré et il vit une petite baraque et il y avait deux autres sarrasins : l’un tournait un gros morceau de viande au-dessus du feu et l’autre montait à cheval en criant : « Traître ! Tu as tué notre compagnon mais tu m’accompagneras en enfer ». Et il l’attaqua. Fioravante le tua comme son compagnon.48

65Voici le même épisode relaté dans le poème : Floovant entend les cris de la jeune fille. Après avoir un instant hésité, il se précipite. La jeune fille ne lui adresse pas la parole. Il interpelle les Sarrasins :

  • 49 Floovant, vv. 277-290.

« Seignors, laisiez la dame ; vos ne l’anmanroiz mie.
Bien voi que vos l’avez enblée ou ravie. »
Quant li Sarazins l’oent, chacuns en ai grant ire ;
il broichent les chevaus, si ont les armes prises,
Vers Floovant s’en vienent chacuns por ahatise.
Floovant en fiert .I. an la targe florie ;
Desoz la boucle à or li a fraite et malmise,
Et l’aubert de son dos li deront et dessire ;
Ou cors li mit la lance, qui qu’an plort ne qui rie ;
Tant soué l’abait mor qu’i ne brait ne ne crie.
Puis ai traite l’espée ou li ors reflanbie,
Et vai referir l’autre sor l’elme de Pavie,
Qui ne vaut la coife vailesant une alie ;
Le branc li fait coler de ci an la poitrine.49

66Floovant/Fioravante et la jeune fille s’en vont. Richier/Riccieri arrive dans la forêt et entend les pleurs et les lamentations du sarrasin survivant. Il s’approche :

  • 50 « Riccieri lo salutò e dimandollo : “Sarebbeci passato un cavaliere con una sopravesta verde e un (...)

Riccieri le salua et lui demanda : « Un chevalier avec une soubreveste verte et un écu blanc avec une croix d’or sur l’écu serait-il passé ici ? » Ce Sarrasin ne lui répondit pas tant qu’il ne fut pas monté à cheval et puis il lui répondit et il lui dit : « Il y passa et il tua mes deux amis et il nous enleva une demoiselle mais par le dieu Balain, ce que je ne pus lui faire je le te ferai ! » Et il éperonna son cheval contre Riccieri en disant : « Serviteur traître, tu porteras les peines de ton seigneur ». Riccieri en rit et il se protégea du coup avec son écu, et puis il lui dit : « Compagnon, ne fais pas cela si tu ne veux pas mourir. » Le Sarrasin prit de l’assurance et tirant son épée revenait vers lui. Riccieri ne put plus esquiver et il le frappa de sa lance sur la poitrine et lui donna la mort ; puis, il s’en alla à cette cabane et ayant trouvé du pain, il mangea un peu et puis il suivit les traces des chevaux de Fioravante et de la demoiselle.50

  • 51 Ces regrets sur un héros mort ou considéré comme perdu est un motif courant des chansons de geste (...)

67Dans le poème, le Sarrasin survivant déplore le sort de ses nobles compagnons déshonorés d’avoir trouvé la mort dans un combat les opposant à un seul chevalier51 lorsque Richier survient :

  • 52 Floovant, vv 325-347.

Atant es vos esrant lou nobile Richier,
Qui portoit an son col .I. grant pel agusé.
Li paiens li escrie : « Qui es tu, escuiers ?
— Sire, ce dit Richier, bien le vos sai noncier :
« Je vois ici après I novel chevalier
Qui por ici pasai, ne sai ennuit ou ier,
Et se vos lou véites, car lou m’avoiisés.
— Oïl, gloz, je le vis ; tant suis je plux irez.
Mes compaignons ai morz, ocis et detrenchiez ;
Por amors ton soignor perdras tu ja le chief.
— Vos i mantez, cuvers, ce li a dit Richier.
Richiers tint an sa main .I. grant pel agusié ;
Ainz que li Sarazins fut montez ou destrié,
Tel cop li ai doné sor sum elme vergié
Que les flours et les pieres en ai jus trabuchié ;
La teste li brisai en plux de .II. cartiers :
A terre trabuchai li cuvers renoiez.
Richiers vit le aubert trestot anruulié ;
De totes celes armes ne vot nules bailer,
Ainz garde devant lui, si choisit .I. espié
Trenchant et esfilé, à noel antailié ;
A la terre se baise, si l’an ai redrecié :
Ancui serai tel ore qu’i li aurai mestier.52

68Dans ces deux épisodes, nous pouvons constater que l’affrontement est plus bref dans le texte italien. Toutefois, le récit complet de la rencontre permet de noter, et ceci représente une constante du texte italien, que la brièveté du combat est remplacée par un autre type de duel : la joute oratoire.

69Le récit d’Andrea da Barberino se distingue également de sa source parce que la description des armes et des coups que se portent les adversaires occupe une place moins grande. Les combats se limitent le plus souvent à un coup de lance fatal et l’épée est très peu utilisée (nous avions noté que même les Sarrasins ne l’utilisaient pas pour frapper la jeune fille, ce qui justifie qu’ils ne l’utilisent pas dans le combat qui suit).

70Le récit de combat le plus développé est celui entre Fioravante et Finaù :

  • 53 « “Cavaliere, donde se’ tu ?” Fioravante rispose : “Io sono del reame di Francia”. Disse Finaù : (...)

« Chevalier d’où es-tu ? ». Fioravante répondit : « Je suis du royaume de France ». Finaù dit : « Quel est ton nom ? » Fioravante répondit : « Je m’appelle Guerrino. » « Où mènes-tu cette demoiselle ? » dit le Sarrasin. Fioravante répondit : « Chez son père ».
« Par ma foi, dit Finaù, tu ne la mèneras pas plus avant car je la veux pour moi. Et parce que tu es un si beau chevalier, je veux t’épargner la mort, passe ton chemin. » Fioravante dit : « Par ma foi, je préfère mourir que te devoir la vie. J’ai juré à cette demoiselle de mourir plutôt que de l’abandonner ; et c’est pourquoi tu ne peux l’avoir si ce n’est à la pointe du couteau ; et avant de l’avoir, je crois qu’elle te coûtera cher. » « Comment !, dit Finaù, tu crois que tu vas la défendre ? En vingt comme en un tu ne la défendrais pas ! » Fioravante dit : « Ou tu nous laisses passer ou tu te défends. » Finaù le défia et ils prirent du champ, et il menaçait de le faire mourir et de le faire manger aux chiens, et elle de la faire déshonorer dans les écuries. La dame descendit de cheval, s’agenouilla et priait Dieu d’aider son champion. Ils brisèrent les lances et, les épées à la main, retournèrent l’un vers l’autre. Finaù s’étonna beaucoup que Fioravante ne fût pas tombé et il dit en criant : « Oh, chevalier, je suis désolé pour toi, parce que tu es jeune. Et ne pense pas résister à cette épée ; aucune armure ne peut se défendre d’elle : cette épée s’appelle Durlindana. » La demoiselle tremblait de peur en voyant l’épée et en entendant ces mots. Fioravante répondit : « Oh, Sarrasin, tu n’as pas l’avantage que tu crois : celle que j’ai en main s’appelle Joyeuse chez les Chrétiens, aussi défends-toi car cela t’est grandement nécessaire. » Ceci dit, il poussa son cheval et lui donna un grand coup sur le casque. Finaù attaqua Fioravante et lui rendit un grand coup. Fioravante en fut ébranlé et il dit : « Oh, vrai Dieu, aide-moi contre ce chien ennemi de ta foi ! » Et il serra l’épée et heurta Finaù avec une telle force qu’il coupa tout son cimier et enleva plusieurs ornements de son heaume. Et Finaù en fut très ébranlé, et il s’étonna beaucoup et, très en colère, il heurta Fioravante : l’un heurtait l’autre en tranchant armes et écus. Et le premier assaut dura une demi-heure et l’un comme l’autre était à bout de souffle. Finaù avait deux plaies et perdait beaucoup de sang ; reprenant un peu leur souffle, séparés par les poitrines des chevaux, les épées à la main, ils résistaient. Finaù dit : « Chevalier, je ne sais pas qui tu es mais tu peux bien te vanter de ce que ne put jamais un autre chevalier : m’avoir tant résisté devant cette épée ; mais à la fin il te faudra mourir, parce que même si tu me bats, tu ne pourras pas échapper à ceux de ce pays. Aussi je te conseille de laisser cette demoiselle que tu ne pourras pas défendre ». Fioravante dit : « Si je te bats, je ferai peu de compte des manants ; ce qui ne peut manquer parce que ma foi est meilleure que la tienne. Mais si tu es un noble chevalier, pourquoi maltraites-tu ceux qui passent sur cette route ? Laisse-moi partir avec ma compagne et ne tente pas de combattre contre la raison ». Finaù dit : « Je suis le seigneur de ce pays et celui qui rentre dans le royaume d’autrui doit faire ce que veut le seigneur ; c’est pourquoi je ne te fais pas de tort. » Fioravante dit : « Quel est ton nom, toi qui dis que tu es le seigneur de ce pays ? ». Il répondit : « Je m’appelle Finaù, fils du roi Galerano ; aussi donne-moi cette femme et passe ton chemin. » Fioravante dit : « Maintenant tu vas voir si je te la donne ! » ; et il serra son épée et courut vers lui et le blessa gravement, et Finaù le blessa. Au coup suivant, Fioravante brisa sa visière et lui fit une grande plaie. Finaù avait le dessous dans la bataille et il aurait perdu la bataille contre Fioravante si le hasard ne s’en était pas mêlé. »53

71Outre la joute verbale que nous avons déjà noté dans des circonstances analogues et qui occupe à peu près la moitié du récit, nous pouvons remarquer que le lexique utilisé pour décrire le combat est pauvre et générique (épée, écu, lance, plaie).

  • 54 Il serait fastidieux de citer toutes ces expressions. Nous renvoyons aux principaux passages conc (...)
  • 55 Cf. par exemple Floovant, vv. 1109-1196 ou vv. 2074-2157.

72Dans le poème au contraire, toutes les pièces de l’armement sont évoquées : heaume, haubert, épée, écu, lance, éperons et parfois même décrites : « l’espée don li aciers fut bruns », « l’espée au poin d’or antailié », « resnes d’or fin », « elme vergié »54. Ces expressions reviennent à maintes reprises dans le récit où le déroulement d’un combat singulier compte parfois une cinquantaine voire une centaine de vers55.

73Voici le récit du combat qui oppose Floovant à Fernagu :

  • 56 Floovant, vv. 379-430.

Li Turs voit Floovant, à pou d’ire n’anraige ;
Il broiche le cheval, qui li vint de Cartaige,
et Floovans le suen, que plus ne s’i atarge ;
Granz cous se vont doner sor les doré[e]s tar[g]es,
Sor les bocles à or les fraignent et decassent.
Mout sunt forz li auberz quant il ne se desmailent,
Et bon li chevaliers quant il ne s’antrabatent.
Ils traient les espées et sunt venuz au chaple.
Fernaguz vai requerre Floovant per grant raige.
Seignors, plait vos oïr quels hons fut Fernaguz ?
Forz et felons et fiers et de fiere vertuz ;
A mervoile fut granz, si ot lou vis ocur.
Il a traite l’espée, don li aciers fut bruns,
Vet ferir Floovant desor son elme agu,
Que .III. des mestres serres an ai jus abatu,
Et trenchié le aubert et le pan de l’escu ;
Rés à rés de la char est li branz desçanduz.
Damedex le gari qu’an char ne l’ai feru ;
De ci en terre aval an est li branz coruz.
Quant Floovans le voit, moult en fut irascu ;
Il broiche li chevaul com on de grant vertuz,
Vet ferir Fernagu desus son elme agu
Que les flours et les pieres an ai jus abatu.
La char li ai tranchie, li ous remest toz nuz ;
S’or ne tornast l’espée, ja l’éut porfandu.
Floovans a broichié son auferrant corsier,
Et a traiste l’espée don brunoie l’acier ;
Vet ferir Fernagu sor sun elme vergié
Que III des maitres serres en ai jus trebuchié.
Une grant plene paupe a pris de l’anapier,
Et de l’espaule destre an abat I cartier ;
Entreci à la boche li ait tot depecié :
Par desus son arçon li sans li descendié.
Et Fernagu s’escrie : « Tu me vauz anpirer.
Ahi ! Maünmot, sire, car me venez aider !
Ainzçois que je i mure, me quit je vandier.
Dolanz fut Fernaguz quant de lui vit le sanc ;
Il a traite l’espé don li aciers replant,
Si feri Floovant sor sun elme lusant
Que tot l’ai estoné et dariés et devant.
Vers la destre partie vet li cous descendant,
Qui li troinche l’aubert et sun ermine blanc ;
Lez lou gros de l’espaule li fet coler le branc.
Damedex le gari quant l’espaule n’an prant,
Et que ons de sa char n’i antanmai néant.
Desqu’an la terre vai li brans d’acier colent,
Tot autresi bruant com foudr[e] qui descent.
Quant Floovant le vit, mout por an fut dolanz ;
Dam[e]deu reclama, le pere omipotant,
Qui garise son cors de mort et de tormant
Envers ce Tur puant qui tant ai hardemant.56

74Le caractère stéréotypé des descriptions est lié, comme d’autres phénomènes déjà cités, aux conditions de diffusion de la chanson de geste. Le jongleur ne pouvait chercher longuement l’expression qui conviendrait le mieux car il composait oralement. Il utilisait les formules traditionnelles avec plus ou moins de talent, c’est-à-dire avec plus ou moins d’ornements, en y consacrant quelques vers ou plusieurs dizaines. L’épée aura alors un nom (Joieuse ou Troinchesoué dans Floovant) ; l’écu, des boucles d’or ; la lance, une grosse hampe et une pointe pesante.

75Lorsque nous avons examiné la fonction royale, nous avions remarqué chez l’auteur une volonté de supprimer les manifestations de violence et leur expression dans le texte. Cette impression se confirme dans les récits de combats. Il est manifeste qu’Andrea da Barberino s’adresse à des lecteurs qui portent un intérêt relatif aux armes et qui goûtent davantage les prouesses verbales que les exploits guerriers. Toutefois, les valeurs traditionnelles de la noblesse féodale ne disparaissent pas, elles sont simplement libérées de la brutalité qui les accompagnait, policées.

*****

76En abordant cette étude nous nous proposions d’analyser les transformations qu’Andrea da Barberino a opéré sur la matière épique et notamment sur l’organisation sociale qui apparaît traditionnellement dans cette matière, afin d’y découvrir quelques aspects de l’univers de réception de ces adaptations en Toscane.

77Ces modifications portent tant sur la forme qui se rapproche de l’historiographie que sur la matière qui reste épique mais s’adapte à un contexte politiquement et socialement différent. Les deux schémas qui définissent les relations entre les groupes dans le texte épique français ne sont pas bouleversés mais ils connaissent quelques variations. La fonction royale reste partagée entre idéologie trifonctionnelle et idéologie féodale mais elle est placée dans un contexte plus large, celui de l’Occident chrétien où elle est soumise à une puissance supérieure, celle du Pape. La fonction guerrière demeure mais l’espace qui lui est consacré dans le texte s’amoindrit et le lexique qui lui est propre tend à disparaître. La fonction de production n’est toujours représentée que par la bourgeoisie qui assume une importance qu’elle n’avait pas sans se confondre pour autant avec la noblesse. L’évolution dans le texte des deux dernières fonctions citées montre que, dans la communauté au sein de laquelle le texte d’Andrea da Barberino est diffusé, la symbiose entre noblesse féodale et bourgeoisie est réelle et qu’elle s’est faite au profit de la bourgeoisie puisque la noblesse, bien que conservant et transmettant l’essentiel de ses valeurs, a perdu le goût des prouesses guerrières et adopté le système d’éducation et d’alliance de la bourgeoisie. Mais il semblerait que cette évolution ne satisfît pas complètement Andrea da Barberino qui, à deux reprises, continue à établir une nette distinction entre bourgeoisie et noblesse.

Haut de page

Bibliographie

Éditions :

BARBERINO Andrea, (da), I reali di Francia, a cura di Giuseppe Vandelli e Giovanni Gambarin, Bari, Laterza, 1947, 620 p.

Floovant, éd., F. Guessard et H. Michelant, Paris, F. Vieweg, 1859, 84 p.

Bibliographie générale :

KRAUSS, H. Epica feudale e pubblico borghese, Per la storia poetica di Carlomagno in Italia, Padova, Liviana, 1980.

RYCHNER, J. La Chanson de geste, Essai sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, 1999, 174 p.

SUARD, F. Chanson de geste et tradition épique en France au Moyen Âge, Caen, Paradigme, 1994, 454 p.

Bibliographie sur Andrea da Barbernino :

ALLAIRE, Gloria, Animal descriptions in Andrea da Barberino, in Romance Philology, 2002, vol. 56, pp. 23-38.

ID., Andrea da Barberino and the language of chivalry, Gainsville, University pree of Florida, 1997, XIV-183 p.

ID., Due testimoni sconosciuti di Andrea da Barberino nel Codice Barberiniano Latino 4101 della Biblioteca Vaticana, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1993.

ID., « Notizie dei manoscritti : un codice ritrovato della Storia di Aiolfo del Barbicone di Andrea da Barberino », in Lettere italiane, n° 45, 1993, pp. 399-401.

ID., « The Spain cycle in Italy : the case for a Seconda Spagna by Andrea da Barberino », in Olifant, n° 19, 1996, pp. 6-18.

ID., « Un frammento di un romanzo sconosciuto di Andrea da Barberino », in Cultura neolatina, a. 58, fasc. 1/2, 1998, pp. 101-120.

ID., « Un ignoto manoscritto di Guerrino il Meschino di Andrea da Barberino nella Biblioteca Apostolica Vaticana », in La bibliofilia, Firenze Olschki, 1994, pp. 234-241.

ID., « Un manoscritto rediano delle storie nerbonesi e dell’Ugone d’Alvergnia », in Studi e problemi di critica testuale, n° 47, 1993, pp. 44-48.

BONI Marco, « I manoscritti marciani della Chanson d’Aspremont et l’Aspramonte di Andrea da Barberino », in Convivium, raccolta nuova, 1949, n° 2, pp. 253-272.

ID., Note sul cantare magliabechiano d’Aspramonte e sull’ « Aspramonte » di Andrea da Barberino, Torino, Bona, 1950, 29 p.

ID., « Per una edizione dei Reali di Francia », in Convivium, raccolta nuova, 1948, n. 1, pp. 148-156.

Haut de page

Notes

1 Nous indiquons au lecteur que nous avons conservé les critères d’édition d’origine dans notre article.

2 Nous utilisons l’édition suivante : Andrea da Barberino, I reali di Francia a cura di Giuseppe vandeli e Giovanni gambarin, Bari, Laterza, 1947, pp. 143-244. A ce jour, nous n’avons trouvé aucune étude publiée de ce texte.

3 Nous utilisons l’édition suivante : Floovant, édité par f. guessard et h. michelant, Paris, Vieweg, 1859, 84 p.

4 L’anecdote de la barbe coupée est un geste attribué à Dagobert dans les Gesta Dagoberti. Au chapitre III du livre V, on peut lire « Comment Dagobert coupa la barbe de son maistre et comment son père le cuida prendre sur les tombes des corps saints. ».

5 Ms. de la bibl. Imp., anc. f. fr., n 72275, fol. 74 r., col. I.

6 « Peres fu Floovant, qui fist la mesprison / de sa fille, la bele, qui Aaliz ot non », édition d’a. brasseur, Genève, Droz, 1989, t. I, p. 7 (rédaction LT, vv. 45-46).

7 Floovant, cit., p. XXII.

8 Ibidem, p. XX.

9 Sur l’historiographie florentine médiévale cf. gros Colette, L’image de la femme dans les chroniques florentines du XIVe siècle, Thèse de doctorat, Université de Provence, 2000 ; en particulier les pages 18 à 87.

10 barberino, a. (da), op. cit,, p. 177.

11 Cf., à ce propos : rychner, Jean, La Chanson de geste, Essai sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, 1999, pp. 54-67.

12 Floovant, v. 1, v. 22, v. 760.

13 Boutet, Dominique, Histoire de la littérature française au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 81.

14 Cf. krauss, h., Epica feudale e pubblico borghese, Per la storia poetica di Carlomagno in Italia, Padova, Liviana, 1980, p. 8.

15 Cf. goldmann, l., Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970, p. XVII.

16 La fonction royale est associée à Dieu. Son rôle est de maintenir la justice sur terre.

17 Les non-nobles apparaissent parfois lorsqu’ils viennent en aide aux chevaliers ou se joignent à eux. Ce sont en général des bourgeois, rarement des vilains.

18 Floovant, vv.48-51.

19 Au chapitre I, il est dit à propos de Fioravante : « Lo re Fiorello lo fece ammaestrare e imparare lettera e molti linguaggi », p. 144. « Le roi Fiorello le fit éduquer et lui fit enseigner les lettres et de nombreuses langues ». Il n’apprendra le métier des armes qu’à l’âge de dix-huit ans.

20 villani, Giovanni, Nuova cronica a cura di G. Porta, Parma, Fondazione Pierto Bembo/ Ugo Guanda editore, XII, XCIV, vol. III, p. 198, l. 34-39.

21 Cf. klapisch-zuber, Christiane, « Parents de sang, parents de lait : la mise en nourrice à Florence (1300-1530 »), in Annales de démographie historiques, 1983, pp. 33-64.

22 barberino a. (da), op. cit., p. 227. « Vattene con questo fanciullo a Parigi, e fammelo allevare, e dirai alla mia donna ch’egli è mio figliuolo ; e quando sarà in età, fara’ gli insegnare leggere e scrivere [...] ».

23 Ibidem, p. 228. « Quando ebbe imparato a leggere e a scrivere, lo menavano al fondaco ».

24 « E ne’ detti tempi avea in Firenze da CCC cavalieri di corredo e molte brigate di cavalieri e di donzelli, che sera e mattina metteano tavola con molti uomini di corte, donando per le pasque molte robe vaie ; onde di Lombardia e di tutta Italia traeano a Firenze i buffoni e uomini di corte, e erano bene veduti, e non passava per Firenze niuno forestiere, persona nominato o d’onore, che a gara erano fatti invitare dalle dette brigate, e accompagnati a cavallo per la città e di fuori, come avesse bisogno. », « Et en ce temps-là il y avait à Florence environ trois cents chevaliers adoubés et de nombreux groupes de chevaliers et de damoiseaux qui soir et matin étaient à table avec de nombreux hommes de cour et offraient pour les fêtes de choses variées. Aussi ils attiraient à Florence de toute la Lombardie et de toute l’Italie des bouffons et des hommes de cour et ils étaient estimés et il ne passait pas à Florence un étranger, un personnage connu ou de renom qui ne soit invité à l’envi par les dits groupes et accompagné à cheval dans la ville et à l’extérieur s’il en était besoin. », Giovanni villani, op. cit., VIII, LXXXIX, vol. I, p. 548. G. villani décrit l’année 1284 : cette magnificence a donc une longue tradition.

25 Paradis, 15, vv. 104-120.

26 « [...] Lo menavano al fondaco. Egli vi stava mal volentieri, e prese dimestichezza con certi giovani di Parigi di suo tempo, e cominciò a giostrare e armeggiare e far molte feste. » « [...] Ils l’emmenaient à la boutique. Il y restait à contrecœur et il se lia d’amitié avec certains jeunes gens de Paris de son époque, et il commença à pratiquer la joute, à manier les armes et à donner de nombreuses fêtes. », A. da Barberino, op. cit., p. 228.

27 Ibidem, p. 229. « Stando a Parigi Gisberto, e faccendo molte grandi spese, la moglie di Chimento lo riprese che egli spendeva tanto francamente. ».

28 Ibidem, p. 229. « Chimento di questo si rallegrava, ma non delle grande spese che egli faceva ; e per questo s’affrettò di tornare più tosto. ».

29 Ibidem, p. 230. « Disse Chimento : “O figliuolo, dunque quello ch’io ho in tanti anni guadagnato, tu lo getti via in questo modo ?” ».

30 Ibidem, p. 231. « Figliuolo mio, io sono vecchio oggimai : io ne spenderò pochi, e sappi ch’io n’ho tanto arrecato in questa andata, che ti basterà gran tempo ; e però spendi francamente, e fatti onore a te e a me. ».

31 Ibidem, p. 168. « O franco re, a me non si confà una gentile donna, però ch’io sono figliuolo d’uno borgese di Parigi, ed ècci molto a grado che voi la diate a Tibaldo, valentissimo barone. ».

32 Ibidem, p. 241. « Tornati drento, ché io non combattarei con mercatante : va’, fa’ la tua mercatanzia. ».

33 Ibidem : « Tu non se’ cavaliere, e però non dei combattere con cavalieri. ».

34 A ce propos cf. gros, Colette, op. cit., pp. 231-298.

35 « E fatto il patto la sposò, e fecesi le carte come il soldano gli dava di dota la quarta parte del suo reame, la parte che veniva verso Libia, tra Egitto e la Morea ; e fatte le carte, la tolse per moglie, e fecesi gran festa. », barberino, a. (da), op. cit., p. 237.

36 Cf., suard, François, Chanson de geste et tradition épique au Moyen Age, Caen, Paradigme, 1994, pp. 39-43.

37 Floovant, vv. 124-125

38 Ibidem, vv. 129-135.

39 Ibidem, vv. 147-153.

40 « Nessuno uomo non doverrebbe porre speranza se nonne nelle cose sagre e divine di Dio, il quale dà e toglie tutte le cose come a lui è di piacere ; e chi ha a correggere gli stati mondani, dee sopra tutte le cose amare e mantenere la giustizia, e non dee pigliare parte, imperò che quel che piglia parte, non può giudicare diritto ; e quanto l’uomo è maggiore nella signoria, tanto dee giudicar più direttamente, perché gli altri piglino essempro da lui ; e nessuno non dee pregare el suo signore che faccia cosa che sia di sua vergogna né che sia abassamento della sua signoria ; e dee considerare il pericolo del suo signore, prima che gli addimandi alcuna grazia per sé o per altrui. E però vi comando, per certo caso che m’è occorso, che nessuno mai addimandi di qui a tre giorni niuna grazia né per sé né per altri, a pena di perdere la testa. », barberino, a (da), op. cit., III, pp. 148-149.

41 « Garde les observances du Seigneur, ton Dieu, marche dans ses chemins. Garde ses lois, ses commandements, ses coutumes et ses exigences, comme c’est écrit dans la Loi de Moïse » I Rois, 2, 3.

42 duby, Georges, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978, p. 64.

43 suard, François, op. cit., p. 42.

44 « S’egli non mi vendicherà, io gli farò tanta guerra ch’egli perderà el regno di Francia : io m’accorderò con quegli di Spagna e di Guascogna. », A. da Barberino, op. cit., p. 147.

45 Nous pouvons peut-être reconnaître là Innocent Ier originaire d’Albe qui fut pape de 401 à 417.

46 Si la croisade est fictive, l’itinéraire emprunté par le Pape pour se rendre en France par la Toscane, la Lombardie, le Piémont, la Savoie, la Bourgogne et Paris est possible car l’auteur sait que ses lecteurs connaissent parfaitement les itinéraires routiers et maritimes. Il prend tout autant de soin à décrire l’itinéraire de retour des ambassadeurs du sultan de Babylone qui passèrent entre la France et l’Angleterre, contournèrent l’Espagne, entrèrent par le détroit de Gibraltar et, en longeant toute l’Afrique et la Libye, ils arrivèrent en Egypte chez le sultan. barberino, a. (da), op. cit., p. 234.

47 barberino, a. (da), op. cit., p. 182.

48 « “Cavaliere cristiano, abbi piatà di me, misera cristiana assai di gentile legnaggio !” [...] Fioravante disse : “Donna, non aver paura, ché, se fussino cinquanta come egli è uno, non ti faranno oltraggio”. Disse quello saraino : “Tosto ha’ tu trovato amadore !” e disse verso Fioravante : “ Cavaliere, va’ alla tua via, e lascia stare questa damigella ; se non tu proverai la morte” [...] Disse Fioravante. “Ma a me incresce che tu non se’ meglio armato e con più compagnia, ché mi fia vergogna a combattere teco. E veramente ti lascerei inanzi che combattere, ma questa damigella mi s’è raccomandata, e vergogna mi sarebbe a nolla aiutare [...]” El saraino, adirato, corse all’alloggiamento, dov’erono altri suo’ duo compagni, e montò a cavallo, e con una lancia in mano tornò contro a Fioravante, il quale, quando lo vide venire, cominciò a ridere e disse : “Costui vorrà pure morire !” Egli assalì Fioravante colla lancia arrestata, e diegli in sullo scudo ; ma Fioravante aveva la lancia sotto mano, e ficcogliela per lo petto : e’ saraino cadde morto.

E Fioravante corse insino a mezzo ’l prato, e vidde una piccola trabacca, ed eravi du’altri saraini : l’uno volgeva un grande pezzo di carne al fuoco e l’altro montava a cavallo gridando : “Traditore ! Tu hai morto el nostro compagno ; ma tu l’accompagnerai allo ’inferno”. E assalillo. Fioravante uccise lui come el compagno. », barberino, a. (da), op. cit., p. 155-156.

49 Floovant, vv. 277-290.

50 « Riccieri lo salutò e dimandollo : “Sarebbeci passato un cavaliere con una sopravesta verde e uno scudo bianco con una croce nello scudo ?” Quello saraino no gli rispose insino che non fu a cavallo montato, e poi rispose e dissegli : “E’ ci passò, ed hammi morti questi mia compagni, e tolseci una damigella ; ma, per lo Iddio Balain, che quello ch’io non pote’ fare a lui, ch’io lo farò a te !”. E spronò el cavallo contro a Riccieri dicendo : “Traditore famiglio, tu porterai le pene del tuo signore”. Riccieri se ne rise, e riparò el colpo in su lo scudo, e poi gli disse : “Compagnone, non fare, se tu non vuoi morire”. El saraino prese ardire, e tratta la spada, gli tornava a doso. Riccieri non potè più comportare, e colla lancia sopra mano gli die’ nel petto e diegli la morte ; e poi se n’andò a quella trabacca, e trovato del pane, un poco mangiò, e poi seguitò drieto alle pedate de’ cavagli di Fioravante e della damigella. », A. da Barberino, op. cit., pp. 161-162.

51 Ces regrets sur un héros mort ou considéré comme perdu est un motif courant des chansons de geste. On le trouve notamment dans La Chanson de Roland, La Chanson de Guillaume, Guillaume et Isembart, La Prise d’Orange et Raoul de Cambrai. Cf. Jean Rychner, op. cit., p. 130.

52 Floovant, vv 325-347.

53 « “Cavaliere, donde se’ tu ?” Fioravante rispose : “Io sono del reame di Francia”. Disse Finaù : “Com’hai tu nome ?” rispose Fioravante : “Ho nome Guerrino” ; “Dove meni tu questa damigella ?” disse il saraino. Fioravante rispose : “A casa del suo padre”. “Per mia fe” disse Finaù “che tu nolla menerai più avante, ched io la voglio per la mia persona. E perché tu se’ sì bello cavaliere, ti voglio risparmiare la morte, e va’ a tu viaggio”. Disse Fioravante : “Per mia fe’, ch’io voglio inanzi morire, che chiamarmi la vita da te. Ho giurato a questa damigella prima morire che abbandonarla ; e per questo tu nolla puoi avere se nonne per la punta del coltello ; e inanzi che tu l’abbia, credo ch’ella ti costerà cara.” “Come !” disse Finaù, “credila tu difendere ? Che se tu fussi venti come tu se’ solo uno, non la difenderesti.” Fioravante disse : “O tu ci da’ la via, o tu ti difendi.” Finaù lo sfidò, e presono del campo, e minacciava di farlo morire e farlo mangiare ai cani, e lei fare vituperare per le stalle. La donna smontò da cavallo, e inginocchiossi, e pregava Iddio che aiutassi el suo campione. Eglino ruppono le lance e colle spade in mano tornò l’uno verso l’altro. Molto si maravigliò Finaù che Fioravante non era caduto, e gridando disse : “O cavaliere, di te m’incresce, perché se’ giovanetto. E non pensare durare a questa spada ; nulla armadura da lei si può difendere : questa spada si chiama Durlindana.” La damigella tremava di paura vedendo la spada e udendo le parole. Fioravante rispose : “O saraino, tu non hai el vantaggio che tu credi : questa, ch’i’ ho in mano, si chiama da’ cristiani Gioiosa, e però ti difendi, ché ti fa grande mestieri.” E detto questo, mosse il cavallo e diegli un grande colpo in sull’elmo. Finaù assalì Fioravante e un grande colpo gli rendé. Fioravante tutto intronò, e disse : “O vero Iddio, aiutami contro a questo cane, nimico della tua fede !” E strinse la spada, e percosse Finaù di tale forza, che gli tagliò tutto il cimiere e molti adornamenti dell’elmo gli levò. E tutto intronò Finaù e molto si maravigliò, e con grande ira percosse Fioravante : l’uno percoteva l’altro tagliandosi l’arme e gli scudi. E durò el primo assalto per ispazio di mezza ora, e l’uno e l’altro era molto affannato. Finaù aveva due piaghe e perdeva molto sangue ; e pigliando alquanto di lena, iscostati co’ petti de’ cavagli e colle spade in mano, stavano saldi. Disse Finaù : “Cavaliere, qual tu sia, non so ; ma ben ti puoi vantare di quello che non poté mai altro cavaliere, avermi tanto durato inanzi a questa spada ; ma pure alla fine ti converrà morire, imperò che, benché tu vincessi me, tu non potrai campare di quegli del paese. E però ti consiglio che tu lasci questa damigella, la quale tu non potrai difendere.” Disse Fioravante : “S’io vinco sopra di te, poco farò conto de’ villani ; la qual cosa non può mancare, perché la mia fe’ è migliore che la tua. Ma se tu se’ gentile cavaliere, perché fai forza a quegli che passano per la via ? Lasciami andare colla mia compagna e non volere combattere contro alla ragione.” Disse Finaù : “ I’ sono signore di questo paese, e chi entra nell’altrui regno, conviene fare quello che vuole il signore ; e però non ti fo torto.” Disse Fioravante : “ Com’hai tu nome, che di’ d’essere signore di questo paese ?” Rispose : “I’ ho nome Finaù, figliuolo del re Galerano ; e però mi da’ questa donna, e va’ al tuo viaggio.” Disse Fioravante : “Ora vedrai, s’io te la darò.” E strinse la spada, e corse sopra a lui, e aspramente lo ferì, e Finaù feriva lui. All’altro colpo Fioravante gli ruppe la visiera, e fegli gran piaga ; e veramente Finaù aveva il piggiore della battaglia, e arebbe perduta la battaglia con Fioravante, se non fussi il caso ch’ intervenne. », A. da Barberino, op. cit., pp. 158-160.

54 Il serait fastidieux de citer toutes ces expressions. Nous renvoyons aux principaux passages concernés : Floovant, vv. 387-419 ; vv. 909-912 ; vv. 944-968 ; vv. 1109-1196 ; vv. 1960-2021 ; vv. 2074-2157.

55 Cf. par exemple Floovant, vv. 1109-1196 ou vv. 2074-2157.

56 Floovant, vv. 379-430.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Gros, « De Floovant à Fioravante : les choix d’Andrea da Barberino », Cahiers d’études romanes, 14 | 2005, 15-45.

Référence électronique

Colette Gros, « De Floovant à Fioravante : les choix d’Andrea da Barberino », Cahiers d’études romanes [En ligne], 14 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2407 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2407

Haut de page

Auteur

Colette Gros

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals