Navigation – Plan du site

Pensées françaises au regard de l’Amérique espagnole du XVIIIe siècle

Gérard Gómez
p. 289-312

Résumés

Tout au long du XVIIIe siècle, une dynamique s’affirme en Amérique espagnole. Entre “principes esthétiques” et “sens de la différence”, ce continent assume l’influence conjuguée des directives naissantes venues de la Péninsule et des modèles et ascendances philosophiques en provenance du Vieux Monde. C’est dans cette conjoncture que lui parviendront les résonances lointaines de la pensée française éclairée.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Amérique hispanique, France

Index chronologique :

XVIIIe
Haut de page

Texte intégral

1. Une vue d’ensemble de l’Amérique espagnole du XVIIIe siècle

  • 1 LAVALLÉ Bernard, L’Amérique espagnole, de Colomb à Bolivar, Paris, Ed. Belin, 1993, p. 275.

1 On a souvent parlé du rôle joué par la France à propos des transformations et évolutions socioculturelles et politiques intervenus au XVIIIe siècle dans le continent américain, notamment dans le domaine de la pensée intellectuelle. En effet, la France a eu une influence certaine tout au long de cette période de l’histoire hispano-américaine ; une période au cours de laquelle tradition et nouveauté créèrent au bout du compte une dynamique propre qui devait pour ainsi dire projeter l’Amérique espagnole dans le Siècle des Lumières. Cesiècle fut d’abord marqué par la nouvelle impulsion ilustrada de l’Espagne “bourbonienne”, et cette phase de l’histoire d’Ultramar a été aussi imprégnée par des grands changements idéologiques définis par la Couronne espagnole. À côté de l’emprise des Lumières et de la Révolution française de 1789, combinée à l’ancienne conception néo-scolastique du jésuite Francisco Suárez (sans oublier l’exemple de l’indépendance des États-Unis accomplie par la convention de Philadelphie en 1776), nous nous accordons tout de même à faire une place à un facteur intrinsèque au continent américain, à savoir, la crise qui opposait les Métis nés en Amérique aux Espagnols péninsulaires. Cette émulation engagée surtout à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle avait été en fait ravivée par les réformes despotiques des Bourbons. Ces changements visaient à introduire une plus grande vitalité – pour ne pas dire autoritarisme – dans le mécanisme colonial afin qu’il se dévoue davantage au pouvoir royal ; mais des complémentarités entre territoires américains en furent profondément éreinté, ce qui va marquer le déclin de l’Espagne en Amérique. Toutefois, le continent hispano-américain tira profit des importantes rénovations entreprises par les Bourbons dans la Péninsule même. Les universités connurent par exemple des réformes en profondeur sur le modèle de ce qui avait eu lieu notamment à Salamanque. Comme le souligne Bernard Lavallé : « Des prélats ouverts aux exigences de la modernité (Pérez Calama au Mexique, Moxo à Charcas ou Maciel à Buenos Aires) sans pour autant abandonner la plus stricte orthodoxie dans le domaine de la théologie ou des Ecritures, voulurent adapter les enseignements et développer les mathématiques, la logique, la physique, la géographie, la mécanique dans leurs plans d’études destinés aux universités ou aux séminaires dont ils avaient la charge »1. Il a alors fallu définir le concept de “Lumières catholiques”, une expression sans doute exagérée mais qui a eu la vertu de révéler l’effort entrepris par certaines personnalités de l’époque. Quant à l’administration, elle s’efforça d’animer toute une série d’enseignements de nature technique propres à mettre en valeur le niveaux de compétence de différentes institutions de formation et la croissance économique voulue par la couronne.

2Bien plus tard, déjà au début du XIXe siècle, cela avait poussé les Créoles à accuser les Espagnols d’accaparer la haute administration et les grands bénéfices de l’Eglise, puis de drainer vers la métropole la richesse du continent. En ce sens, François Chevalier atteste que :

  • 2 CHEVALIER François, L’Amérique latine. De l’indépendance à nos jours, Paris, Presses Universitaires (...)

L’invasion de la péninsule Ibérique par Napoléon en 1808, vint précipiter une lente et fort inégale évolution des esprits en obligeant les Créoles “américains” à faire des choix. Toutes les provinces d’Amérique refusèrent de reconnaître l’envahisseur, mais dans l’empire espagnol le problème se posa de savoir à qui obéir alors que le roi était prisonnier et la métropole occupée par l’ennemi. D’où les heurts avec les péninsulaires d’Amérique qui prétendaient assumer le pouvoir, tandis qu’un enchaînement de circonstances mit en cause la monarchie espagnole elle-même.2

  • 3 À ce propos, l’historien Bernard Lavallé souligne que « certains noms ont ainsi à juste titre trave (...)
  • 4 HUMBOLDT Alexandre de, Relation historique, 1799 in Alexandre de Humboldt. Historien et géographe d (...)
  • 5 Par ailleurs, si ce n’est au Brésil et à Cuba, l’assujettissement de ces populations et l’esclavage (...)

3La remarquable contribution de certains Créoles aux travaux scientifiques français accentua davantage encore cette ouverture du monde américain sur le cheminement général des idées3 ou des savoirs français, sans négliger l’influence anglaise qui fut, elle aussi, considérable. En effet, si l’ascendance de l’Angleterre fut décisive dès les premiers conflits napoléoniens (1808) et, par la suite, au moment de l’Indépendance (1810-1825), elle fut pendant longtemps restreinte en raison des trois Pactes de Famille signés entre le pouvoir royal français de l’époque et la Couronne hispanique qui faisaient de l’Angleterre, du reste royaume protestant, un ennemi. Par ailleurs, les ouvrages de Locke ou de Smith arrivèrent souvent en traduction française dans le continent hispano-américain, mais sans avoir une influence décisive sur le contexte politique de ses provinces. Cependant, L’exemple des colonies d’Amérique du Nord laissa une impression beaucoup plus marquante et dès 1776 l’administration hispanique a dû s’en intéresser de près. Mais, plus qu’une emprise directe, il semblerait qu’il y ait eu une analogie de situations, donc de réactions, entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud du continent. Ce fut notamment après l’émancipation des nouveaux Etats du sud que les élites politiques s’interrogèrent de savoir comment avaient réagi leurs homologues nord-américains et s’appliquèrent de temps à autre d’adapter leurs jugements ou leur pensée. Toujours est-il que les Lumières gardèrent une ascendance considérable, particulièrement dans les zones portuaires de la côte atlantique de Veracruz à Buenos Aires, en passant par Caracas ; Alexandre de Humboldt las avaient associées à « ce désir inquiet d’un gouvernement local qui se confond avec l’amour de la liberté et des formes républicaines »4. Les différentes loges maçonniques vont prendre également un grand envol, notamment au Venezuela. Il faut préciser de la même façon que les révoltes ininterrompues de la fin du XVIIIe siècle avaient permis dans l’armée l’avancement et la nomination d’insurgés métis (et surtout mulâtres) qu’il n’était plus imaginable d’écarter des fonctions publiques5.

  • 6 ROUSSEAU Jean-Jacques, Du contrat social, 1762.
  • 7 ROUSSEAU Jean-Jacques, Emile ou de l’éducation, 1762.

4Nous voyons donc que dans l’ensemble de ce processus de reconceptualisation idéologique, l’esprit “éclairé” français a eu un rôle primordial. Nombre d’historiens n’ont pas hésité à considérer Jean-Jacques Rousseau de “mentor de l’Amérique créole” et François Marie Arouet alias Voltaire comme le “souverain intellectuel du Nouveau Monde”. En effet, avant 1808 (date qui, pour certains spécialistes, marque le véritable début du XIXe siècle hispano-américain), ces deux penseurs étaient très connus en Amérique espagnole (de même que William Robertson et Guillaume Thomas Raynal). Ils figurent dans nombre d’ouvrages, et sont repris, voire critiqués, par les hommes de lettres hispano-américains (nous faisons allusion surtout à des personnages comme Clavijero ou Viscardo). Des individus tels que Francisco de Miranda, José de San Martín et Simón Bolívar ne peuvent être saisis intellectuellement si l’on ne fait pas référence aux Lumières (et plus encore à Rousseau, pour le dernier). Mais, derrière l’auteur du Contrat social6 et de l’Emile7, on effleure les limites de cette influence vu que la démocratie laïque qu’il vantait ne s’adaptait guère aux pratiques et coutumes du monde hispano-américain.

  • 8 MIER Teresa de, Histoire de la révolution de Nouvelle-Espagne, 1813.
  • 9 Ibid., citée par CALVO Thomas in L’Amérique ibérique, de 1570 à 1910, Paris, Editions Nathan, 1994, (...)
  • 10 CALVO Thomas, L’Amérique ibérique, de 1570 à 1910, cit., p. 213.

5Par exemple, quand Mariano Moreno publia en 1810 à Buenos Aires une traduction (ou une interprétation ?) du Contrat social, il n’a pas hésité un instant à ôter tous les extraits hostiles à l’Eglise qui, selon lui, constituaient des “délires en matière religieuse”. Teresa de Mier, quant à elle, donna depuis son exil londonien son point de vue sur la pensée métisse, dans une optique orthodoxe. Selon elle, les Métis américains scellèrent un “pacte social” avec la politique bourbonienne. Mais encore faut-il savoir de quel pacte il s’agissait. Dans Histoire de la révolution de Nouvelle-Espagne8 elle précisa cependant : « lorsque je parle du pacte social des Américains, je ne parle pas du pacte implicite de Rousseau »9. Il est certain qu’il s’agit en vérité du pacte auquel se rapportaient les théologiens hispaniques du XVIe siècle, (de même que Bartolomé de Las Casas, le modèle que Teresa de Mier a toujours opposé à Rousseau), et qui leur venait, bien sûr, ou de saint Thomas d’Aquin ou de la pensée comunera péninsulaire (1520). Au cœur de cette philosophie scolastique, la souveraineté venait du Tout-Puissant, mais par l’entremise du “peuple-nation”, entité réelle et palpable, par antagonisme à l’universalisme de Rousseau et, surtout de la Révolution de 1789. D’après Thomas Calvo « c’est à quelques exceptions près (Simón Bolívar), avec cette profondeur multiséculaire qu’il faut lire les textes des précurseurs “éclairés” et des Insurgents : Eugenio Espejo, le métis de Quito, balançait entre le vocabulaire de saint Augustin et celui de Joachim de Flore, tout en honnissant le peuple français, “fugitif de la religion, idolâtre de l’impiété” »10. S’il est sûr néanmoins, comme nous le verrons, que les pensées “éclairées” et les ouvrages des Lumières françaises s’imposèrent en Amérique espagnole, leur diffusion fut limitée. L’accès à ces publications - dont très peu furent traduites dans leur intégralité -, était prohibé et les ilustrados espagnols (notamment ceux qui faisait partie du Saint-Office) veillaient soigneusement à ne pas laisser s’infiltrer les écrits des Philosophes ou des Encyclopédistes français, hautement subversifs, selon eux. Ainsi, leur lecture resta limité à des cercles sociaux aisés et cultivés, groupes instruits qui d’ailleurs ne s’en firent pas assidûment les adeptes.

6Une question semble avoir sensiblement différencié la pensée “éclairée” de l’Amérique espagnole de celle de la France : la stoïque orthodoxie théologique qui l’empêcha longtemps d’accéder tout à fait aux idées de personnalités comme l’abbé Raynal. Puis, les péripéties du mouvement jacobin vinrent altérer in extenso le rapport aux pensées diffusées depuis la France. Force est de constater donc que les inquiétudes étaient au sein de l’Amérique espagnole du moment beaucoup plus pragmatiques qu’idéologiques. Ce qui prit de l’ampleur, et s’affirma surtout, du moins au cours de longues années, ce fut un franc sentiment d’américanité, aux racines plusieurs fois séculaires, mais qui s’extériorisa à ce moment-là avec plus de impétuosité. Les épreuves quelquefois harassantes nées des nouvelles conjonctures economico-politiques sur le continent américain, de même que les postures idéologiques dont bon nombre de traits se ravivèrent sous l’effet de l’intensité des controverses engagés, les échos éreintés ou déformés de l’ascendance éclairée française ou anglaise... tout cela devait fortifier le sursaut métis et lui attribuer tout l’arsenal idéologique pour l’époque où, sous l’effet des événements imprévisibles, le lien avec la Couronne espagnole, qui jusque-là n’avait pas été mis en cause, deviendrait tangible et changeant.

2. La diffusion éditoriale française à l’étranger au XVIIIe siècle

  • 11 MARTIN H.J., CHARTIER J.P. in LOPEZ François, « Stratégies commerciales et diffusion des idées. Les (...)
  • 12 Il faut également préciser qu’à cette époque les falsifications, loin d’être une pratique inaccoutu (...)

7 Les ouvrages français ont été introduits sur le continent hispano-américain tout au long du XVIIIe siècle mais tout particulièrement au cours des dernières décennies. A cette époque-là, on connaissait surtout les philosophes et les “encyclopédistes” et l’on fait de la France un foyer de propagande insurrectionnelle, non pas à partir de 1789 mais déjà à partir des années 1720 environ, avec les écrits de Charles de Secondat Montesquieu et de François de Salignac de la Mothe Fénelon. Conformément à ce qu’affirment H.J. Marin et J.P. Chartier : « dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, il est possible qu’un livre français sur deux, ou même plus, ait été publié hors du royaume. C’est dire qu’une histoire de l’édition française ne doit pas seulement prendre en compte l’activité des libraires parisiens et provinciaux, mais aussi celle de tous les ateliers essaimes derrière les frontières qui publient en français »11. En effet, ces ateliers assuraient la plus importante distribution des écrits français12.

  • 13 LOPEZ François, « Stratégies commerciales et diffusion des idées. Les ouvrages français dans le mon (...)
  • 14 Comme l’atteste l’historien François López, l’exportation des ouvrages ne fut pas uniquement le fai (...)

8Les “communautés typographiques”, comme l’on disait à l’époque, se multiplièrent et leur force de diffusion et de vente n’a fait qu’accroître sensiblement le rayonnement des ouvrages français en Europe et dans les autres pays du monde. Ces “communautés typographiques” qui encourageaient ce développement éditorial se trouvaient à Bouillon, Cologne, Kehl, Berne, Lausanne ou encore à Neuchâtel où étaient entretenues des archives d’une grande importance (seules archives où l’on peut s’enquérir aujourd’hui encore des ouvrages de libraires hispaniques). Signalons aussi le rôle joué par la ville de Genève : les correspondances entre l’Espagne (et par conséquent l’Amérique) et Genève étaient très anciennes. L’intensification, en ville, du réseau financier et bancaire permit la mise en place des affaires de grande envergure. Rousseau, Voltaire et, d’une manière générale, les écrivains blâmés par le Vatican ou par l’autorité civile française trouvèrent des éditeurs dans la cité suisse13. Ces ouvrages connurent un grand succès dans les différents virreinantos américains14. A titre d’exemple on pourrait citer la fameuse Histoire philosophiques et politiques des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes de Raynal, dont on compte six éditions genevoises entre 1775 et 1785 et qui, bien qu’interdite en France, a connu un succès remarquable en Amérique. Citons encore L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, dont on estime encore qu’elle a été diffusée de la capitale française dans tous les pays d’Europe et des Amériques et qui a connu six éditions successives dont seule la première fut parisienne.

  • 15 La ville de Lyon a également eu une importance considérable. Par exemple, vers 1740, la Péninsule i (...)
  • 16 En ce sens, François López mentionne qu’ont trouvé refuge à Cadix Antoine Caris, associé à Delorme (...)
  • 17 DEFOURNEAUX Marcellin, L’Inquisition espagnole et les ivres français au XVIIIe siècle, Paris, PUF, (...)
  • 18 LOPEZ François, « Stratégies commerciales et diffusion des idées. Les ouvrages français dans le mon (...)

9Il est donc manifeste que la grande majorité des ouvrages français qu’on pouvait trouver en Amérique furent imprimés non pas à Paris ou à Lyon15 mais dans les nations étrangères dont l’industrie typographique resplendissait au détriment de la France. Prenant conscience de la situation, nombre d’éditeurs français se sont installés en Espagne (surtout à Cadix et Séville) pour mettre en place progressivement une politique d’exportation substantielle d’ouvrages vers les Amériques16 et ont bravé à cœur ouvert les interdits de l’Inquisition. Selon le spécialiste Marcellin Defourneaux, « pendant quarante ans au moins, aucun contrôle sérieux n’a été exercé sur les arrivées de livres à travers la Bidassoa et le pays basque espagnol »17. Les deux points de pénétration en Espagne du livre édité en français étaient Cadix et Irun où l’autorité du Saint-Office fut plus que insignifiante. Pour ce qui est de Cadix, centre du commerce entre l’Espagne et l’Amérique espagnole, on peut se figurer le rôle qu’y jouaient les Français au vu d’une recherche effectuée par Didier Ozanam qui autorise à placer dans une perspective générale les constatations de Defourneaux. Par ailleurs, au milieu du XVIIIe siècle, cette ville fut envahie par des importants établissements financiers et par de librairies françaises qui bâtirent un véritable pont entre les maisons d’éditions genevoises et les différents ports du continent hispano-américain. Nous faisons ici notamment allusion aux librairies appartenant à la famille Caris qui vendait et expédiait à Veracruz, Caracas et surtout à Buenos Aires des oeuvres françaises défendues ou répertoriées comme contestables par l’Inquisition. C’est le cas d’ouvrages tels que Les Pensées de Pascal, des exemplaires du Journal de Trévoux, les saisons de Saint-Lambert, les Epîtres et satires, le Dictionnaire philosophique et la Philosophie de l’histoire de Voltaire, la compilation intégrale des écrits de Rousseau, le Christianisme dévoilé et Le système de la nature d’Holbach ou encore Le compère Mathieu de l’abbé Du Laurens qu’Emile Henriot a délicatement remis au goût du jour dans les Livres du second rayon. Irréguliers et libertins18. Nous voyons par conséquent que les ouvrages les plus controversés et les plus audacieux répandus dans le continent américain du XVIIIe siècle sont d’origine française mais publiés par des maisons d’éditions étrangères.

3. L’Amérique “bourbonienne” vue par la France des Lumières

10 Pour les Français, l’Amérique évoquait avant tout, au XVIIIe siècle, la découverte, la conquête et l’exploitation espagnole. Dès 1721, Montesquieu avait abordé le sujet en s’intéressant à l’aspect démographique dans la 121e Lettre persane où il s’attachait à exposer les effets nuisibles de la doctrine coloniale. Vers 1728, l’écrivain français y était revenu, mais cette fois dans une perspective purement économique, avec ses Considérations sur les richesses d’Espagne. S’il n’a pas conclu cet ouvrage, il en reprit les principes fondamentaux dans les trois derniers chapitres (21, 22 et 23) du XXIe livre de L’Esprit des lois, intitulé « Des lois dans le rapport qu’elles ont avec le commerce considéré dans les révolutions qu’il a eues dans le monde ». Bien que des spéculations semblables ne soient pas absentes de l’Essai sur les mœurs, l’optique philosophique – pour ne pas dire humaniste – l’emporta assez distinctement chez Voltaire et s’imposa à la majorité de ses contemporains.

  • 19 REGALDO Marc, « Philosophie et épopée : l’Amérique Espagnole d’André Chénier » in L’Amérique espagn (...)

11Ainsi, désavouer l’impérialisme espagnol, images des méfaits de l’esprit de domination, fut l’un des points traités par les auteurs des Lumières19. Si les écrits incontournables de la Conquista, ceux de Solis, de López de Gomara, d’Herrera, de Garcilaso et même de Bartolomé de Las Casas, déjà traduits au XVIIe siècle en France, ne paraissaient pas avoir fait l’objet de rééditions notoires, différentes productions vinrent néanmoins procurer des matériaux aux philosophes et auteurs divers du XVIIIe siècle. A titre d’exemple, l’historien Marc Regaldo cite les chroniques de voyage rédigées par La Condamine ou Courte de la Blanchardière concernant le Pérou ou encore celles de Chappe d’Hauteroche se rapportant au Mexique. De même, il ne faut pas oublier les écrits de missionnaires comme le mémorable livre du père Lafitau, Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps (1723) ou L’Histoire du Paraguay du père Charlevoix (1756) à laquelle on peut ajouter une Lettre à M. l’abbé Prévost auteur de l’Histoire des voyages pour servir d’addition aux relations concernant les missions du Paraguay de l’abbé André (1759). En 1767, la soudaine expulsion de la Compagnie de Jésus attira une nouvelle fois l’attention sur cette province reculé du Río de la Plata (Louis Antoine de Bougainville, qui avait été témoin de l’événement, lui dédia le chapitre V de son Voyage autour du monde paru en 1771).

  • 20 Ibid., p. 341.

12À cela vinrent se greffer un nombre conséquent de documents et d’ouvrages historiques. En 1774, Dalibard imprima une étonnante traduction des Commentaires royaux (1609) de Garcilaso de la Vega, dit l’Inca ; quelques d’années après, le vicomte de Flavigny traduisit lui aussi, sur l’édition parue à Mexico en 1770, trois des quatre surprenantes lettres du conquérant Hernán Cortés à Charles-Quint et, en 1777, William Robertson proposait son Histoire de l’Amérique dont on connaît une version française éditée en 1778 par Suard et Jansen. Enfin, en 1780 voyait le jour la troisième édition de l’œuvre que nous avons déjà cité, L’Histoire philosophique et politiques des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes de Guillaume Thomas Raynal, de loin l’œuvre la plus audacieuse qui devait lui attirer les foudres du gouvernement de l’époque. Par ailleurs, dès 1736, Voltaire fit jouer à Paris sa tragédie Alzire ou les Américains et en 1756, Madame du Boccage publia son très (ou trop ?) lyrique poème La Colombiade ou la Foi portée au Nouveau Monde. A la même époque Jean-Jacques Rousseau rédigea l’ouvrage, Découverte du Nouveau Monde, très critiqué à sa parution. En 1759, Voltaire situa un épisode de Candide dans la province paraguayenne. Quatre ans plus tard, La Blanc de Guillet fit jouer Manco-Capac, premier inca du Pérou, une tragédie qui connut un vif succès mais qui ne sera publiée qu’en 1782. En 1777 parut un poème en prose de Marmontel, Les Incas ou la Destruction de l’Empire du Pérou, tout animé de pensées éclairées propres aux Siècle des Lumières. Enfin, en 1782, le chevalier de Lespinasse de Langeac publia une sorte d’épître, Colomb dans les fers à Ferdinand et Isabelle, après la découverte de l’Amérique qui fut cependant maintes fois désavouée par ces compères écrivains20. On ne sera pas surpris dès lors que les penseurs, chroniqueurs ou philosophes français aient exploité la veine et qu’on puisse aujourd’hui énumérer une abondante et saisissante production sur l’Amérique espagnole au XVIIIe siècle.

13L’antagonisme politique et le désaccord entre la France et l’Espagne étaient tenaces dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cette ancienne tradition d’hostilité mutuelle n’était pas le fruit d’une expérience commune, mais au contraire la conséquence d’une parfaite ignorance qui a été entretenue par de très nombreux préjugés. C’est pourquoi il n’est guère étonnant que la perception que l’on pouvait avoir en France (avant et après 1789) d’un système colonial, convoité et si mal connu, ait été fréquemment caricaturale. D’après Jean-Paul Duviols :

  • 21 DUVIOLS Jean-Paul, « Le régime colonial espagnol vu par les français à l’époque des Lumières » in L (...)

Les sources de documentation, qui restaient bien approximatives, étaient pour l’essentiel les récits de voyages et ceux qui en avaient largement puisé dans la “littérature géographique”. Les jugements des rares voyageurs français qui, au cours de la période coloniale, eurent la chance de pouvoir pénétrer dans le continent interdit et qui prêtèrent quelque attention au système politique, n’étaient ni sereins ni complets. Les préjugés qui s’appuyaient sur la “légende noire” de la Conquête, les conduisaient à condamner par avance toutes les réalisations de la couronne d’Espagne, son administration, son système d’exploitation et son protectionnisme commercial.21

  • 22 Ibid., p. 310.
  • 23 ROUSSEAU Jean-Jacques, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 17 (...)

14Donc, durant la phase qui précède 1789 et les importantes révoltes de Saint Domingue, l’intérêt de l’Amérique espagnole semblait dominer l’esprit des Français. L’extension des horizons géographiques, l’emballement de Jean-Jacques Rousseau pour le “bon sauvage”, l’exigence des échanges commerciaux, la remise en cause des autorités despotiques ... tous ces éléments faisaient que ce continent était en quelque sorte familier aux Français. A ce propos, Jean-Paul Duviols ajoute « mais attention, colonisateurs eux-mêmes, les Français ne vont pas juger leurs rivaux sur les principes (car ce serait une auto-condamnation), mais plutôt sur la forme et les résultats »22. Si l’hypothèse de la suprématie par la force était d’ordinaire condamnée, celle de l’expansionnisme commercial était exaltée, ce qui n’allait pas sans quelques antinomies. Certes, Jean-Jacques Rousseau répugnait la colonisation « parce qu’elle est un produit de la civilisation, laquelle est la source de tous les maux de la société »23, mais cette condamnation ne reflétait guère le sentiment général. L’acquisition de nouveaux biens de consommation et, par voie de conséquence, la croissance du commerce, apparaissaient comme très attrayants pour les peuples clairvoyants qui n’avaient réussi à trouver dans leur sol de quoi suppléer à leurs nécessités. C’était également l’avis de Voltaire qui se désintéressait, certes, des “quelques arpents de neige vers le Canada pour lesquels deux nations sont en guerre” mais qui, par ailleurs, estimait que les colonies hispano-américaines devaient fournir à la métropole “les biens nécessaires”. De même, l’œuvre de Raynal – qui trouvait à redire sur la conquête brutale mais qui attestait néanmoins que “la raison et l’équité permettent les colonies” –, reflétait bien le sentiment collectif.

15Avant de se pencher sur quelques exemples significatifs, comme ceux de Valentin Jamerey Duval, André Chénier, Guillaume Thomas Raynal François Depons ou d’Alexandre de Humboldt, voyons l’intérêt qu’a suscité au XVIIIe siècle en France le personnage de Christophe Colomb. En effet, si l’on s’en tient à l’histoire même de l’intronisation espagnole depuis la découverte de l’Amérique, on constate que le procès fait à la Péninsule n’est pas aussi venimeux qu’il y paraît à première vue. En établissant une distinction primordiale entre “découverte” et “colonisation”, ce personnage a permis de porter des jugements très nuancés sur le contexte colonial hispano-américain, analysé par les philosophes et encyclopédistes français des Lumières. Ecumeur des mers, arriviste, intrigant, aux origines obscures, peu importe... Colomb symbolise pour les Français des Lumières l’audace et l’esprit d’entreprise. La critique de Voltaire dans l’Essai sur les mœurs lui est plutôt favorable. Helvétius dans un extrait de De l’homme va jusqu’à lui rendre justice : “il est peu de Colomb, et sur les mers de ce monde, uniquement jaloux d’honneurs, de places, de crédits et de richesses, peu d’hommes s’embarquent pour la découverte de vérités nouvelles”. Quant à Delisle de Sales, si implacable envers l’Espagne et avec ses intellectuels, fait preuve, dans sa Philosophie de la Nature, d’une complaisante sympathie pour le Génois. Pour un homme de négoce comme Chambon, qui écrivit en 1764, Le commerce de l’Amérique par Marseille, Colomb était un sauveur, voire même un rédempteur qui a su apporter la fortune non seulement à l’Espagne mais aussi à l’Europe. De même, Thomas Rousseau, autre grand défenseur du commerce maritime a tout fait pour enjoliver la vérité sur Colomb. Par exemple, au chant X de son long mais médiocre poème Les Fastes du commerce, publié à Londres et Paris en 1788, il clame avec force la distinction qu’il faut faire entre le découvreur de l’Amérique et ceux qu’il nomme ses “vils successeurs”. On pourrait multiplier les exemples, tant ils sont nombreux : le sieur Mouzon, professeur à l’Université de Bourges, célèbre Colomb – de façon pas très objective pour un “éclairé” – comme étant celui qui a redressé le commerce et les sciences en Europe. Le navigateur est digne de figurer également dans les Annales de la Vertu de Madame de Genlis (Paris, 1781) avec un portrait des plus dithyrambique. Mais pour les Français du XVIIIe siècle, Colomb n’est pas simplement un modèle commode et une image utile pour des chroniqueurs en mal de recensions nobles. On trouve aussi en lui l’individu qui eut l’aubaine de découvrir des espaces nouveaux (cela trahit d’ailleurs un désir de possession du monde). Selon Daniel-Henri Pageaux, spécialiste en la question :

  • 24 PAGEAUX Daniel-Henri, « Colomb et le problème de la découverte de l’Amérique dans la France des Lum (...)

Si Jean-Jacques Rousseau rougit quelque peu d’avouer, dans sa VIIe Rêverie, qu’il s’est pris pour Colomb en découvrant un petit coin de terre vierge pour herboriser en paix, d’autres n’ont pas cette réserve ou ce scrupule : il faut aux Français de ce siècle un nouveau Colomb. S’il faut faire quelque reproches à l’illustre Génois, la plupart des lettrés préfèrent envisager non pas la découverte de l’Amérique en soi, encore moins la personnalité de Colomb, mais les conséquences funestes de l’arrivée des espagnols dans les terres qui jouissaient de la paix et du bonheur.24

16Il est vrai que l’idée selon laquelle Colomb est involontairement l’artisan du désarroi de l’Amérique est un cliché de la poésie et de la prose des Lumières car cela a permis aux “éclairés” français d’élucubrer une amplification rhétorique qui substitue un jugement souvent absent. Citons quelques exemples : l’Epître sur Christophe Colomb due à Jean Castilhon ; un Discours en vers sur les dangers de la gloire lu en 1773 à la Société royale et littéraire de Nancy ; l’Europe pacifiée par Louis XVI (1785) du sieur Gufénot ; L’Elève de la Nature (1771) de Guillard de Beaurieu ou encore l’œuvre colossale de l’abbé Pierre-Jean Roubaud intitulée Histoire générale de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique (1770). La notion selon laquelle le navigateur a transmis au Vieux Monde un mal qui subsistait de manière endémique dans le Nouveau Monde est vivement enracinée chez multiples personnalités des Lumières. La responsabilité du continent américain, et en particulier des îles caraïbes, dans la propagation du mal vénérien est une thèse soutenue par nombre de médecins français de l’époque (qui oublient cependant que ce sont en fait les Européens qui ont causé la mort des milliers d’individus en amenant des maladies alors inconnues en Amérique). Enfin, il est intéressant de noter à quel point l’histoire du descubridor peut réunir les défenseurs du catholicisme et les partisans d’une philosophe dite “moderne”, amplement opposée à la dévotion révélée. Du coup, la “légende colombine” dans les Lumières françaises a été trop ambitieuse en offrant, souvent maladroitement, un double “déchiffrage” possible d’un simple scénario. Elle demeurera donc avant tout comme une histoire traversée par l’esprit, tantôt tourmenté du XVIIIe siècle, lequel a utilisé symboliquement l’image de Colomb pour y donner une interprétation de ses valeurs et de sa vision du monde.

  • 25 Comme le précise Jean-Marie Goulemot, les livres de Garcilaso de la Vega et de Bartolomé de Las Cas (...)

17Au XVIIIe siècle certains auteurs français se sont intéressés à l’Amérique espagnole. Il convient de citer d’abord Valentin Jamerey Duval qui rédigea ses Mémoires entre 1733 et 1742. En 1710, alors qu’il n’était qu’un jeune adolescent, il trouva un emploi en tant que domestique dans un ermitage. C’est durant cette période qu’il lut les grands classiques de la littérature portant sur la colonisation hispanique en Amérique, notamment les oeuvres de Garcilaso de la Vega et de Bartolomé de Las Casas25 dont il fit une analyse saisissante. Il écrivit ses mémoires à la demande de Marie-Thérèse d’Autriche alors grande-duchesse de Toscane à la suite de son mariage avec le duc François de Lorraine, dont Duval, par un incroyable hasard, est devenu le protégé. Pour bien saisir la lecture que Duval fit de Garcilaso et de Las Casas, il faut la resituer dans le processus complexe d’acculturation expliqué par ses Mémoires. Les analyses proposées dans cet ouvrage s’organisent selon quatre thèmes bien distincts. C’est tout d’abord l’admiration, sobrement suggérée, devant le fait même de la découverte et de la conquête. Puis Duval évoque, démesurément peut-être, l’ingratitude des rois envers ceux qui leur ont assuré (ici les conquérants) le pouvoir et la fortune. Ensuite, vient la description des civilisations incaïques, selon lui modèles de rigueur et de perfection. L’épisode se clôt sur une dénonciation de l’extermination de l’élément vernaculaire (fondée sur les récits de Las Casas). La part faite à l’ingratitude des souverains envers les érudits et les conquérants est de loin la plus longue. Le sujet lui tient manifestement à coeur et dépasse même le domaine hispano-américain. Cependant, si l’éloge du civisme et de la droiture morale des Incas prend une place moindre, elle n’en reste pas moins pertinente. De même, le ravissement provoqué par la découverte d’une terre nouvelle ne concerne que quelques lignes. Si ces déséquilibres notables n’entament en rien son analyse, ils montrent cependant un manque de rigueur méthodologique. Malgré tout, le Français rend hommage à l’esprit d’entreprise des navigateurs et des conquérants espagnols, ce qui confirme Jean-Marie Goulemot :

  • 26 GOULEMOT Jean-Marie, « Valentin Jamerey Duval, paysan acculturé, lecteur de Garcilaso et de Las Cas (...)

Il est clair qu’il se trouve partagé entre sa foi dans les progrès de la connaissance et son pessimisme face aux dérèglements des passions humaines. Comme la plupart des auteurs et philosophes français du XVIIIe siècle, il est, dans le même temps, enchanté du courage et de la noble audace des premiers navigateurs, heureux de voir s’étendre les limites du monde connu par la découverte de terres “que de vieilles erreurs avaient faire croire inhabitables” et, en même temps, profondément affligé de constater que le goût du lucre, et non la froide raison scientifique, est le moteur réel de la connaissance.26

18Le rappel qu’il fait de l’idéal inca est aussi introduit par une antithèse : leur souveraineté est exactement le contraire de celle des monarques européens insatiables et ingrats. Précisons néanmoins que le travail d’investigation n’apporte rien de nouveau par rapport à Garcilaso de la Vega ; son récit s’appuie toutefois très fidèlement sur l’analyse de l’organisation sociale et économique de l’Amérique espagnole proposée par l’Inca. L’auteur français, autodidacte, célèbre aussi l’expédition civilisatrice entreprise par le peuple inca mais, curieusement, il n’attache aucun intérêt à leur méconnaissance de l’écriture et vante plutôt leur adresse en techniques de construction et leur capacité à tracer des itinéraires dans des zones particulièrement montagneuses (l’appréciation est ici celle d’un Voltaire qui juge d’une civilisation par ses connaissances techniques). Cependant, l’important réside dans le fait que pour Duval, la subordination de la part de l’élément autochtone est un dénouement inadmissible tant sur le plan de la religion que sur le plan légal. Le principe du re-ligare n’a été pour les autorités des virreinatos qu’une mascarade. En s’appuyant sur les récits de Las Casas, Duval démontre, preuve à l’appui, la dépopulation de la région andine qu’il explique par l’exploitation des Indiens. Ses travaux égalent donc largement en qualité les pages que Voltaire consacre à l’Amérique pré-coloniale et ses analyses sont bien supérieures à celles des auteurs de l’Encyclopédie. En effet, il est certain qu’il possède une remarquable connaissance des textes canoniques de Las Casas et de Garcilaso de la Vega. En fait, Duval a les préjugés de son époque. Il est antihispanique comme le sont la plupart de ses contemporains, mais à la manière des penseurs éclairés : d’un antihispanisme radicalement antireligieux, l’Amérique espagnole est, pour Voltaire, le monde de l’obscurantisme ecclésiastique et, pour Duval, celui du mysticisme hypocrite.

  • 27 Si l’on se réfère aux travaux de Marc Regaldo « Chénier avait envisagé un poème en douze chants de (...)
  • 28 Ibid., p. 344.

19Nous avons ensuite le cas d’André Chénier. L’idée d’un poème sur l’Amérique espagnole lui serait venue en 178027. Cette même année, il écrivit L’Amérique, où il abonde dans le sens éclairé des Lumières. En réalité, on pourrait penser que sa poésie n’est en fait qu’une contribution à la Leyenda negra qui tourne au pamphlet anti-ecclésiastique et antipéninsulaire. On ne s’étonnera pas dès lors que la couleur locale soit on ne peut plus parcimonieuse dans les notes et fragments relatifs à l’Amérique. A ce sujet, Marc Regaldo atteste « qu’ il faut en prendre parti : Chénier ignora la voie où déjà s’engageait Bernardin de Saint-Pierre et où bientôt marcherait pompeusement Chateaubriand. Quant aux paysages, on ne peut guère citer qu’une esquisse mais finalement assez vague. Pour ce qui des événements, la découverte est juste évoquée »28. L’accent est donc mis sur la période de la Conquête et celle-ci, comme d’ailleurs chez Voltaire, se résume en deux noms, Hernán Cortés et Francisco Pizarro.

20Nulle part l’absence de renseignements ou d’informations ne se manifeste mieux qu’en matière de religion. La conceptualisation de L’Amérique supposait en vérité une “théomachie”, autrement dit la confrontation de deux ethnies et de deux continents, mais plus encore, de deux cultures et des états d’esprit qui sous-tendaient. En s’appuyant sur cette optique, Chenier ébauche, en une dizaine de fragments, une sorte de “imagination créatrice du christianisme” avant la lettre car, d’après lui, “il faut dans cet ouvrage (L’Amérique) que chaque nation ait son Dieu, comme de raison”. Le fait est à considérer chez ce fidèle de l’Antiquité et en outre héritier des Lumières, en un temps où l’inhabileté poétique du christianisme en comparaison de la mythologie était généralement une idée reçue. Ainsi, pour Chénier, la conquête et la colonisation de l’Amérique espagnole fut sans doute une période funeste mais en quelque sorte indispensable. L’Europe, selon lui encore enténébré, s’était certes montrée cruelle mais grâce aux Lumières, elle devait désormais avouer sa faute et conjurer ses vieux démons.

  • 29 RAYNAL Guillaume Thomas, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des (...)
  • 30 Ibid., p. 354.

21Il faut également se référer à l’analyse établie par Guillaume Thomas Rayanl dans Histoire philosophiques et politiques des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes entre 1775 et 1785, qui rejoint sur bien des points l’analyse faite par Robertson. Il estime, en effet, que la colonisation hispanique ayant été causée par une conquête abominable, ne pouvait être que méprisable. Ainsi, selon lui « l’orgueil si ordinaire aux conquérants, l’ignorance des vrais principes du commerce, ces raisons, et plusieurs autres, empêchèrent d’établir dans le nouveau monde une administration fondée sur de bons principes »29. Ce n’est plus le bien-fondé du droit de domination et de colonisation qui est remis en cause, mais l’injustice originelle qui, d’après les Français, caractérisait le pouvoir espagnol en Amérique. Si l’on analyse les observations des “voyageurs-chroniquers” et celles des “philosophes”, on observe une cohérence presque permanente entre les extorsions passées de la conquête et la structure coloniale qui en est l’inéluctable prolongement. Qu’attendre, en effet, d’une entrée en matière aussi dévastatrice puisque, conformément à l’expression de Raynal “les premiers pas des conquérants furent marqués par des ruisseaux de sang”. Selon les Français, on ne pouvait escompter dans l’impérialisme espagnol ni un modèle philosophique ni une illustration de réussite. Raynal stigmatise l’exploitation arbitraire de l’élément autochtone, le pouvoir immodéré, la vénalité des gouvernants, du Saint-Office et de l’Eglise : « ces peuples allaient à la messe comme à la corvée, détestant les barbares étrangers qui entassaient sur leurs corps et sur leurs âmes des fardeaux également pesants »30. Après avoir révélé la labeur obligatoire dans les mines, cause de la dépopulation, il recense les impôts iniques, allant de l’alcabala aux bulles de la croisade. Jean-Paul Duviols précise en ce sens que :

  • 31 DUVIOLS Jean-Paul, « Le régime colonial espagnol vu par les Français à l’époque des Lumières », cit (...)

Le système commercial est condamné pour son protectionnisme ruineux, ses limitations qui touchent les Espagnols eux-mêmes, pour ses visites, ses lenteurs et ses droits exorbitants. En fait, la grande idée que laisse la lecture de l’Histoire philosophique, c’est que les Espagnols ont été les instigateurs de leur propre ruine et de leur décadence. Cette image “noire” qui fondait passé et présent, la conquête et la colonisation, était d’autant plus crédible et efficace que Raynal manie habilement la sévérité et l’indulgence.31

  • 32 Ibid.
  • 33 ZAVALA Silvio, Mérica en el espíritu francés del siglo XVIII, Mexico, El Colegio Nacional, 1949 in (...)
  • 34 La Dissertation sur les suites de la découverte de l’Amérique a obtenu en 1785 une mention honorabl (...)
  • 35 DUVIOLS Jean-Paul, « Le régime colonial espagnol vu par les Français à l’époque des Lumières », cit (...)
  • 36 Ibid., p. 317.

22Se voulant neutre et objectif, il établit les progrès perpétrés en Amérique espagnole grâce à d’autres individus qui font que cette terre “commence à sortir de sa léthargie”. Néanmoins, à ses yeux, les concussions et exactions passées de la Couronne espagnole « supposent de la part des descendants des coupables de faire amende honorable et de s’engager dans la voie des idées du Siècle des Lumières »32. Parmi les nombreuses publications qui vont dans le sens de Raynal et qui consolident l’arsenal de la Leyenda negra, citons l’abbé Genty qui désapprouve l’administration corrompue des vice-rois, tyranniques et trafiquants, et qui dévoile la suprématie oppressante et la désastreuse organisation de l’agriculture et du commerce. A tous ces maux, s’ajoute l’influence pernicieuse de l’Inquisition. Quant à Poncelin de la Roche Tilhac, il insiste particulièrement sur le caractère absolutiste du pouvoir qu’exerce la Péninsule sur ses terres américaines. Carle, pour sa part - dont l’essai sur les Amériques parût en pleine révolte jacobine -, accuse le système autocratique dans les colonies et les entraves à l’affranchissement du commerce. Selon Silvio Zavala « le fait qu’un homme aussi peu documenté que Carle ait éprouvé le besoin de disserter sur l’Amérique témoigne de l’intérêt que l’Europe portait au Nouveau Monde »33. Au vu de toutes ces pensées, on pourrait croire que la France des Lumières a eu envers l’Amérique espagnole du XVIIIe siècle un point de vue fort équivoque. Cela n’est pas tout à fait exact. En se maintenant toujours dans le domaine de l’approche “philosophique”, on peut détecter certaines opinions bien plus nuancées, qui vont jusqu’à accorder à l’Espagne des vertus spécifiques. Par exemple, partant de la Dissertation sur les suites de la découverte de l’Amérique où, après l’accoutumé propos néo-lascasien condamnant “les tigres assoiffés de sang” qui firent mourir plus de 30 millions d’autochtones et après la ruée vers les métaux précieux qui emportèrent avec eux la malédiction et la fatalité”, l’auteur (anonyme, 1785)34 remarque que l’Amérique du XVIIIe siècle est “plus peuplée” et que “la population est plus prospère” qu’au XVIe siècle. Dans le même ordre d’idées, Jean-Paul Duviols dit que « c’est le protectionnisme commercial qui est souvent la cible privilégiée des voyageurs et, surtout, il faut souligner qu’à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles, grâce au voyage de Humboldt et de Bonpland, l’Amérique espagnole apparaît aux Français dans toute sa complexité et dans le même temps on peut lire le récit d’un voyageur français (Depons) prenant fait et cause pour la Couronne d’Espagne au moment même où commence le processus qui va aboutir à l’Indépendance »35. En effet, François Depons, prend dans ses écrits le contre-pied de la “légende noire”, mais sa déconsidération profonde vis-à-vis des Indiens “malencontreusement acculturalisés”, selon lui, rend ses argumentations très sibyllines à bien des égards. Il semble pourtant qu’il n’ait eu aucun intérêt spécifique à magnifier les intentions des colonisateurs espagnols. Aussi, étant donné sa condition d’Européen non espagnol, il ne pouvait omettre de citer Raynal et Robertson et il a eu la perspicacité de faire de leurs œuvres une évaluation mesurée. C’est pourquoi, sans éclipser les faiblesses manifestes du régime colonial, il s’est efforcé de défendre l’histoire de l’Amérique espagnole. En effet, la structure politique de ce continent est, à ses yeux, fondée sur la éthique et la équité ; mais si la vertu n’est pas toujours triomphante, c’est que tout empire est “sujet aux caprices des hommes”36.

23Enfin, l’allemand Alexandre de Humboldt est un cas particulier de la fin du Siècle des Lumières (et début du XIXe siècle) en ce sens qu’il a écrit la plupart de ses oeuvres relatives à l’Amérique espagnole en français (il a, par ailleurs, vécu en France plus du quart de sa longue existence). Le spécialiste Julius Löwenberg a répertorié des très nombreux ouvrages d’Humboldt (636 au total). L’édition colossale, la première, qui comprend trente volumes in folio et in quarto a été rédigée en langue française, à l’exception de quelques tomes de botanique, écrits en latin. Cela pourrait sembler surprenant mais cela se justifie par le fait qu’à la fin du XVIIIe et début du XIXe siècles, les imprimeries germaniques n’étaient pas en mesure de reproduire les abondantes planches gravées représentant des spécimens de la faune ou de la flore américaines. D’autre part, Humboldt, dès son retour d’Amérique espagnole, a exprimé son désir de rester en France pour y continuer, avec les plus distingués chercheurs français, des études scientifiques sur son expérience hispano-américaine qu’il n’aurait pu mener en Prusse.

  • 37 HUMBOLDT Alexandre de, cité par José Miranda in Humboldt y México, México, Unam, 1962 in MINGUET Ch (...)

24Humboldt – l’un des Européens qui a le mieux connu l’Amérique espagnole du XVIIIe siècle – avait un rapport fort obscur, pour ne pas dire énigmatique avec les pensées impérieuses du siècle des Lumières. José Miranda écrit que le contact d’Humboldt avec une ethnie indienne de niveau culturel peu développé a ébranlé et rompu en lui le cliché que ce siècle avait montré du “bon sauvage” et qui faisait assurément partie du bagage éthique avec lequel il arriva sur le continent américain. Après avoir décrit « les tourments auxquels les mères caribes soumettent les enfants, dès l’âge le plus tendre, pour grossir non seulement leurs mollets, mais alternativement la chair des jambes depuis la cheville jusqu’au haut des cuisses en les enserrant dans des bandelettes de cuir »37, il écrit dans Relation historique :

  • 38 HUMBOLDT Alexandre de, Relation historique, tome IX, livre IX chap. XXV, p. 36. Comme le souligne C (...)

Nos enfants dans les langes souffrent moins que ceux des peuples caribes dans une Nation que l’on dit la plus proche de l’état de Nature. C’est en vain que les frères des Missions sans connaître les oeuvres et même pas le nom de Rousseau, veulent s’opposer à ce système ancien d’éducation physique : l’homme sorti des bois, que nous croyons tellement simple dans ses coutumes, n’est pas docile lorsqu’il s’agit de sa parure et des idées qu’il s’est formées de la beauté et de la bienséance38.

25Humboldt rappelle ici en même temps les fameux assauts de Rousseau contre l’usage du maillot et l’utilité de la nouvelle méthode d’éducation physique qu’il préconisait dans Emile et qui avait eu un si grande répercussion en Allemagne à travers le “Philanthropinisme” de Campe et de Basedow. Quoi qu’il en soit, après son séjour sur le continent américain, Humboldt ne admet plus le principe du “bon sauvage” ou du moins il ne estime pas que l’Indien de l’Orénoque soit l’homme de la Nature exalté par Rousseau. Il faut remarquer par ailleurs que l’image que le XVIIIe siècle français se fait de l’élément vernaculaire (sous la tutelle, faut-il le rappeler de la Couronne espagnole) n’est pas aussi homogène que cela. Par exemple, M. Silvio Zavala, en analysant un certain nombre d’écrits français de ce siècle, rappelle fort justement que les opinions étaient très partagées. La légende du “bon sauvage”, répandue dans le Vieux Monde à partir des ouvrages des missionnaires - légende amplifiée par la suite grâce au retentissant Discours sur l’inégalité de Rousseau -, coexiste avec les portraits nettement plus sombres établis par les voyageurs européens, de Frezier à Volney.

  • 39 Dans le Dictionnaire philosophique, Voltaire écrit dans l’article « Homme » : « Que serait l’homme (...)
  • 40 ROUSSEAU Jean-Jacques, Discours sur l’inégalité, 1755.

26Est-il indispensable d’évoquer ce qu’écrivait Voltaire de l’Indien américain dans son Dictionnaire philosophique39 et dans son Essai sur les mœurs et doit-on rappeler son objection vis-à-vis de la théorie du “bon sauvage”, qu’il énonce dans sa mémorable lettre à Rousseau ? Est-on bien sûr que Rousseau lui-même, en dépit de ce qu’on a pu en dire, croyait réellement à son existence ? Ne faudrait-il pas se souvenir plutôt de ce qu’il rédigé dans son Discours sur l’inégalité, lorsque, déclarant son intention, il stipule qu’il commencera par mettre à l’écart tous les faits, voulant visiblement situer son étude, comme l’a remarqué Durkheim, en dehors de la réalité, en établissant une conjecture purement métaphysique par l’exposé d’un débat d’apparence avant tout théorique ? « L’état de nature, écrit-il, est un état qui n’existe plus, qui n’a peut-être point existé, qui probablement n’existera jamais »40. Ainsi, on découvre dans les écrits d’Humboldt des traces de cet étrange glissement du paradis de l’homme naturel vers l’occident, en même temps que la certitude de la mort du mythe du “bon sauvage” américain. A ce sujet, Charles Minguet, précise :

  • 41 MINGUET Charles, Alexandre Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804, cit (...)

Il cite souvent Constantin François de Chasseboeuf de Volney, qui de l’avis des spécialistes de la légende du “bon sauvage” a le plus contribué à son déclin. Le Tableau du climat et du sol des Etats-Unis, que de Volney a publié à la suite de son séjour forcé en Amérique, où il avait émigré après la Révolution, est mentionné par Humboldt avec beaucoup de sympathie et d’admiration.41

27En effet, c’est en s’appuyant sur cette ouvrage où Volney ridiculise Rousseau et son portrait du “bon sauvage” - dressé, écrit Volney, d’après “des comparaisons tirées de la forêt de Montmorency” - que Humboldt se situe à l’égard de Rousseau, auquel il n’adresse d’ailleurs aucune critique. Il semble néanmoins s’en vouloir de ne pouvoir proposer aux lecteurs une de ces scènes pittoresques dont on était si friand à la fin du XVIIIe et début du XIXe siècle. Il ne s’adonnera pas au goût de l’époque, car il est parfaitement conscient qu’il n’est plus possible de le faire même si l’on peut encore relever, dans les années où il publie ses écrits, des suites de la légende chez Chateaubriand, pour l’Europe ou chez Fenimore Cooper pour l’Amérique du Nord. Il faut, dès lors, souligner qu’à l’époque d’Humboldt, le “sauvage” américain du XVIIIe siècle décrit par tant d’écrivains français, au lieu de paraître comme pièce maîtresse dans la polémique anti-autoritaire et insurrectionnelle, devient un simple sujet d’étude ethnographique ou sociologique. A partir de Volney et surtout d’Humboldt les “rêveries systématiques”, pour reprendre la formule de Charles Minguet, font place, aux recherches scientifiques : trois décennies séparent les derniers utopistes des premiers anthropologistes.

4. Entre “principes esthétiques” et “le sens de la différence”

  • 42 MARMONTEL, Les Incas, ou la destruction de l’empire du Pérou, Paris, 1777.

28Alors qu’elle est sur le déclin, l’Amérique espagnole fait sans cesse l’objet d’une controverse exaltée, aussi bien chez les chroniquers-voyageurs que chez les esprits éclairés. On constate en effet un changement significatif des mentalités en France puisque on ne considère plus l’Espagne (et les Virreinatos hispano-américains) comme l’empire du mal. D’une façon générale, les péninsulaires ne sont plus des pestiférés mais des colonisateurs semblables aux autres Européens sur lesquels pèse toujours le discrédit indélébile d’une abominable conquête. Ce penchant à regarder l’Espagne et ses possessions américaines d’un oeil indulgent s’amorçait déjà avec Raynal. Comme nous l’avons vu auparavant, sa position n’est pas celle d’un rejet permanent. Voltaire déjà vacillait entre l’enchantement et la désapprobation, mais pour lui l’Amérique espagnole, c’était encore celle de la conquête. Paru quelques années après l’Histoire philosophique et politique (1770), le roman américain de Marmontel, Les Incas, ou la destruction de l’empire du Pérou pardonne dans une fameuse préface les péchés passés de la Couronne hispanique conquérante : « Quant à ces crimes, dont l’Espagne s’est lavée en les publiant elle-même et en les dévouant au blâme, on va voir que partout ailleurs les mêmes circonstances auraient trouvé des hommes capables des mêmes excès »42. Aussi, malgré la synthèse très documentée de Raynal, la France de la fin du XVIIIe siècle est toujours mal renseignée sur les mécanismes des Virreinatos espagnols d’Amérique et la représentation qu’elle s’en fait est encore éminemment subjective. Outre cela, on retient, pour le blâmer, le protectionnisme commercial singulièrement frustrant pour une France toujours à la recherche d’une politique économique qui puisse lui donner accès aux biens de consommation. Cependant, au début du XIXe siècle, les chroniqueurs-voyageurs devaient livrer des renseignements plus explicites dans des oeuvres où l’étude scientifique tend à prendre le pas sur la subjectivité partisane, typiquement française.

29Mais sans doute, au-delà des principes esthétiques, faut-il rechercher les discernements philosophiques qui en sont le support. Peut-être est-ce parce qu’ils étaient encore à l’“état métaphysique”, comme dira par la suite Auguste Comte, créateur de la philosophie positiviste et de la sociologie, que les penseurs éclairés des Lumières en Amérique espagnole n’eurent point, ou fort peu, ce que l’on pourrait appeler “le sens de la différence”. C’est pourquoi ils furent philosophes des conjonctures historiques et non véritablement historiens – et encore moins ethnologues.

  • 43 REGALDO Marc, « Philosophie et épopée : l’Amérique Espagnole d’André Chénier », cit., p. 347.
  • 44 Ibid.

30Probablement, ce que Montesquieu nomme “esprit général” et Voltaire “mœurs et esprit des nations” engage bien quelque esquisses de différence, mais, si l’on y regarde de plus près, on voit qu’il s’agit uniquement de différences superficielles brodées sur une trame endémique43. Par ailleurs, le terme “civilisation” qui entre alors dans les mœurs, n’est conçu qu’au singulier par les penseurs du XVIIIe siècle. Où on utilise à présent le pluriel, ils entendaient phases diverses d’une seule civilisation. Une perception soit cyclique, soit plus fréquemment unilinéaire des événements, les a autorisés à ramener à l’unité les dissemblances qu’ils étaient bien forcés de discerner. Comme le rappelle Marc Regaldo, on n’ignore pas la formule de Pascal reprise par Fontenelle lors de la controverse des anciens et des modernes : “L’humanité est comparable à un seul homme”. C’est le support du principe des “âges”. L’Amérique espagnole du XVIIIe siècle a eu son enfance, sa jeunesse, son âge mûr et peut-être aussi sa caducité44.

Haut de page

Bibliographie

BENASSY-BERLING Marie-Cécile, CLEMENT Jean-Pierre, MILHOU Alain, Langues et cultures en Amérique espagnole coloniale, Hommage à André Saint-Lu, Colloque International, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III, 22-23 novembre 1991, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993, 327 p.

BENASSY-BERLING Marie-Cécile, SAINT-LU André, Institutions Coloniales et réalités sociales en Amérique espagnole, Paris, Centre de Recherche Interuniversitaire sur l’Amérique espagnole coloniale, Service des Publications, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, 1988, 147 p.

BENNASSAR Bartolomé, La América española y la América portuguesa, siglos XVI-XVIII, Madrid, Ediciones Akal, 2001, 280 p.

CALVO Thomas, L’Amérique ibérique, de 1570 à 1910, Paris, Editions Nathan, 1994, 359 p.

CHEVALIER François, L’Amérique latine. De l’indépendance à nos jours, Paris, Presses Universitaires de France, 1977, 723 p.

FERNANDEZ Roberto, SOUBEYROUX Jacques, Historia social y literatura. Familia y burguesía en España (siglos XVIII-XIX), Segundo Coloquio Internacional, Acción Integrada Francoespañola, Facultat de Lletres, Universitat de Lleida, octubre de 2001, Lleida, Editorial Milenio, 2003,

GOMEZ Thomas, OLIVARES Itamar, La formation de l’Amérique hispanique, XVe-XIXe siècle, Paris, Editions Armand Colin, 1993, 268 p.

MARTINEZ Angeles Eugenio, La Ilustración en América (siglo XVIII). Pelucas y casacas en los trópicos, Madrid, Ediciones Anaya, 1988, 127 p.

L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières. Traditions, Innovation, Représentations. Groupe Interdisciplinaire de Recherche et de Documentation sur l’Amérique Latine, Colloque franco-espagnol du CNRS, 18-20 septembre 1986, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, Editions du Centre National de la recherche Scientifique, 1987, 365 p.

LARA Luis Hachim, Tres estudios sobre el pensamiento crítico de la Ilustración americana, Alicante, Editorial Universidad de Santiago, Cuadernos de América sin Nombre, 1999, 120 p.

LAS CASAS Bartolomé, Obra indigenista, Madrid, Alianza Editorial, 1995, 474 p.

LAVALLÉ Bernard, L’Amérique espagnole, de Colomb à Bolivar, Paris, Editions Belin, 1993, 318 p.

Haut de page

Notes

1 LAVALLÉ Bernard, L’Amérique espagnole, de Colomb à Bolivar, Paris, Ed. Belin, 1993, p. 275.

2 CHEVALIER François, L’Amérique latine. De l’indépendance à nos jours, Paris, Presses Universitaires de France, 1977, p. 85.

3 À ce propos, l’historien Bernard Lavallé souligne que « certains noms ont ainsi à juste titre traversé le temps : le polygraphe de Nouvelle-Grénade José Ignacio de Pombo, qui correspondit avec tous les grands esprits de son temps, le Quiténien Antonio de Alcedo historien et géographe, le physicien et mathématicien mexicain Bartolache, les précurseurs de l’ethnologie et de l’archéologie que furent le Néo-grenadin Duquesne ou le Mexicain León y Cava, etc. De ce point de vue, des études récentes ont montré le rôle déterminant joué, jusqu’à sa suppression dans l’Empire, par la Compagnie de Jésus dans la diffusion rapide de ce qui se faisait ou se découvrait en Europe ». LAVALLÉ Bernard, L’Amérique espagnole, de Colomb à Bolivar, cit., p. 274.

4 HUMBOLDT Alexandre de, Relation historique, 1799 in Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804), Paris, Editions Maspero, 1969, p. 334.

5 Par ailleurs, si ce n’est au Brésil et à Cuba, l’assujettissement de ces populations et l’esclavage étaient objets de mesures très répressives. Dans le même ordre d’idée, on voit se développer à travers toute l’Amérique espagnole, l’intérêt et la combativité des représentants libéraux.

6 ROUSSEAU Jean-Jacques, Du contrat social, 1762.

7 ROUSSEAU Jean-Jacques, Emile ou de l’éducation, 1762.

8 MIER Teresa de, Histoire de la révolution de Nouvelle-Espagne, 1813.

9 Ibid., citée par CALVO Thomas in L’Amérique ibérique, de 1570 à 1910, Paris, Editions Nathan, 1994, p. 213.

10 CALVO Thomas, L’Amérique ibérique, de 1570 à 1910, cit., p. 213.

11 MARTIN H.J., CHARTIER J.P. in LOPEZ François, « Stratégies commerciales et diffusion des idées. Les ouvrages français dans le monde hispanique et hispano-américain, à l’époque des Lumières » in L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières. Traditions, Innovation, Représentations. Groupe Interdisciplinaire de Recherche et de Documentation sur l’Amérique Latine, Colloque franco-espagnol du CNRS, 18-20 septembre 1986, Paris, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1987, p. 354.

12 Il faut également préciser qu’à cette époque les falsifications, loin d’être une pratique inaccoutumée, étaient en fait très courante.

13 LOPEZ François, « Stratégies commerciales et diffusion des idées. Les ouvrages français dans le monde hispanique et hispano-américain, à l’époque des Lumières », cit., p. 355.

14 Comme l’atteste l’historien François López, l’exportation des ouvrages ne fut pas uniquement le fait des libraires. On la trouvait très souvent associée aux affaires les plus diverses. Aussi, un client prospère pouvait demander à un commandant de bateau de lui emmener des caisses remplies d’ouvrages chargés dans un port européen (français ou espagnol). Par la suite, certains membres des ambassades et des consulats ont eu la liberté d’introduire de nombreux ouvrages qui échappaient presque toujours à tout contrôle dans les différentes provinces américaines.

15 La ville de Lyon a également eu une importance considérable. Par exemple, vers 1740, la Péninsule ibérique et l’Amérique espagnole ont reçu des ouvrages de cette ville (au XVIIIe siècle Lyon n’était plus un centre d’édition influent, cependant le grand commerce de librairie entre la France et le monde ibérique et américain y transitait occasionnellement.

16 En ce sens, François López mentionne qu’ont trouvé refuge à Cadix Antoine Caris, associé à Delorme et Guibert d’Avignon et Hermil frères et à Séville les frères Bérard, Jean Antoine Mallen, père et fils. Ces Français travaillaient notamment avec les principaux libraires de l’époque, à savoir, Manuel Espinosa de los Monteros, imprimeur et libraire, Julian Mutis, Luis Bonnardel, Roland Hermil et Lorenzo Pérez Chaparro.

17 DEFOURNEAUX Marcellin, L’Inquisition espagnole et les ivres français au XVIIIe siècle, Paris, PUF, p. 89 in LOPEZ François, « Stratégies commerciales et diffusion des idées. Les ouvrages français dans le monde hispanique et hispano-américain à l’époque des Lumières », cit., p. 360.

18 LOPEZ François, « Stratégies commerciales et diffusion des idées. Les ouvrages français dans le monde hispanique et hispano-américain à l’époque des Lumières », cit., p. 362.

19 REGALDO Marc, « Philosophie et épopée : l’Amérique Espagnole d’André Chénier » in L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières. Traditions, Innovation, Représentations. Groupe Interdisciplinaire de Recherche et de Documentation sur l’Amérique Latine, Colloque franco-espagnol du CNRS, 18-20 septembre 1986, Paris, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1987, p. 340.

20 Ibid., p. 341.

21 DUVIOLS Jean-Paul, « Le régime colonial espagnol vu par les français à l’époque des Lumières » in L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières. Traditions, Innovation, Représentations. Groupe Interdisciplinaire de Recherche et de Documentation sur l’Amérique Latine, Colloque franco-espagnol du CNRS, 18-20 septembre 1986, Paris, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1987, p. 309.

22 Ibid., p. 310.

23 ROUSSEAU Jean-Jacques, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755.

24 PAGEAUX Daniel-Henri, « Colomb et le problème de la découverte de l’Amérique dans la France des Lumières » in L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières. Traditions, Innovation, Représentations. Groupe Interdisciplinaire de Recherche et de Documentation sur l’Amérique Latine, Colloque franco-espagnol du CNRS, 18-20 septembre 1986, Paris, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1987, p. 321.

25 Comme le précise Jean-Marie Goulemot, les livres de Garcilaso de la Vega et de Bartolomé de Las Casas sont extrêmement courants dans les lectures des gens du XVIIe et du XVIIIe siècle. L’examen attentif des catalogues de ventes des ouvrages entre 1720 et 1730 le prouve bien, et ceci, au-delà du métier ou même du goût des propriétaires de livres. Du médecin au ecclésiastique, en passant par le savant ou l’homme de loi, quasiment tous ont une ou plusieurs éditions de deux auteurs.

26 GOULEMOT Jean-Marie, « Valentin Jamerey Duval, paysan acculturé, lecteur de Garcilaso et de Las Casas » in L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières. Traditions, Innovation, Représentations. Groupe Interdisciplinaire de Recherche et de Documentation sur l’Amérique Latine, Colloque franco-espagnol du CNRS, 18-20 septembre 1986, Paris, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1987, p. 333.

27 Si l’on se réfère aux travaux de Marc Regaldo « Chénier avait envisagé un poème en douze chants de mille vers chacun. Or, en mettant les choses au mieux, on été trouvé seulement 280 vers susceptibles d’être rattachés à ce grand projet ; et, sur ce nombre, une centaine seulement a un rapport, fût-ce de loin, à l’Amérique [...]. L’ensemble occupe vingt-huit pages de l’édition des Oeuvres Complètes procurée par Gérard Walter dans la collection “Bibliothèque de la Pléiade” ». REGALDO Marc, « Philosophie et épopée : l’Amérique Espagnole d’André Chénier », cit., p. 339.

28 Ibid., p. 344.

29 RAYNAL Guillaume Thomas, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, Tome IV, Livre VII, p. 394.

30 Ibid., p. 354.

31 DUVIOLS Jean-Paul, « Le régime colonial espagnol vu par les Français à l’époque des Lumières », cit., p. 311.

32 Ibid.

33 ZAVALA Silvio, Mérica en el espíritu francés del siglo XVIII, Mexico, El Colegio Nacional, 1949 in DUVIOLS Jean-Paul, « Le régime colonial espagnol vu par les Français à l’époque des Lumières », cit., p. 312.

34 La Dissertation sur les suites de la découverte de l’Amérique a obtenu en 1785 une mention honorable de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Lyon. Elle fut corrigée pour le concours de 1787 par un employé (anonyme lui aussi) de la Chambre de Commerce de Lyon.

35 DUVIOLS Jean-Paul, « Le régime colonial espagnol vu par les Français à l’époque des Lumières », cit., p. 315.

36 Ibid., p. 317.

37 HUMBOLDT Alexandre de, cité par José Miranda in Humboldt y México, México, Unam, 1962 in MINGUET Charles, Alexandre Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804, Paris, Editions Maspero, 1969, p. 331.

38 HUMBOLDT Alexandre de, Relation historique, tome IX, livre IX chap. XXV, p. 36. Comme le souligne Charles Minguet, « il faut regretter l’erreur de l’auteur dans le dernier membre de phrase de sa citation à partir de « l’homme sorti de bois ... n’est pas docile lorsqu’il s’agit de sa parure et des idées qu’il s’est formées de a beauté et de la bienséance ». M. Miranda a lu et a transcrit : « el hombre salido de los bosques .... sólo es dócil cuando se trata .... ». Madame G. Soustelle, traductrice de l’article pour le compte du Bulletin des Annales du Museum, a forcément commis a même erreur » in MINGUET Charles, Alexandre Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804, Paris, Editions Maspero, 1969, p. 331.

39 Dans le Dictionnaire philosophique, Voltaire écrit dans l’article « Homme » : « Que serait l’homme dans l’état qu’on nomme de pure nature ? Un animal fort au-dessous des premiers Iroquois, qu’on trouve dans le Nord de l’Amérique ...les habitants du Kamtschatka et les Hottentots de nos jours, si supérieurs à l’homme entièrement sauvage, sont des animaux qui vivent six mois de l’année dans des cavernes, où ils mangent à pleines mains la vermine dont ils sont mangés... cet horrible état qui approche de la pure nature, ayant à peine le vivre et le vêtir, jouissant à peine du don de la parole, s ’apercevant à peine qu’ils sont malheureux, vivant et mourant sans presque le savoir ». VOLTAIRE, Dictionnaire philosophique, 1764 in MINGUET Charles, Alexandre Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804, cit., p. 332.

40 ROUSSEAU Jean-Jacques, Discours sur l’inégalité, 1755.

41 MINGUET Charles, Alexandre Humboldt. Historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804, cit., p. 333.

42 MARMONTEL, Les Incas, ou la destruction de l’empire du Pérou, Paris, 1777.

43 REGALDO Marc, « Philosophie et épopée : l’Amérique Espagnole d’André Chénier », cit., p. 347.

44 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Gómez, « Pensées françaises au regard de l’Amérique espagnole du XVIIIe siècle  », Cahiers d’études romanes, 14 | 2005, 289-312.

Référence électronique

Gérard Gómez, « Pensées françaises au regard de l’Amérique espagnole du XVIIIe siècle  », Cahiers d’études romanes [En ligne], 14 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2464 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2464

Haut de page

Auteur

Gérard Gómez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals