Navigation – Plan du site

Écrivains chiliens de Paris : les Éditions GrilloM de poésie chilienne, Paris 1984-1994

Adriana Castillo-Berchenko
p. 277-288

Résumés

L’étude s’intéresse aux relations entretenues par les écrivains chiliens avec l’espace culturel, notamment littéraire et linguistique français. Ces relations marquées tout d’abord par l’articulation centre (France)-périphérie (Chili) se caractérisent par une remarquable évolution depuis le XIXe siècle. Elles vivent un moment de grande fulgurance dans les premières décennies du XXe siècle, puis elles dépérissent pour renaître ensuite avec vigueur à partir des années 1980. Ces trois moments sont analysés notamment à partir de la modification du rapport des auteurs chiliens avec la langue française. Ce rapport évolue de la fascination qu’exerce la langue et du désir d’imitation du modèle qu’elle éveille (XIXe siècle et début du XXe) à la compréhension et à la rationalisation de sa nature et de son fonctionnement à partir des années 1980. Ce processus évolutif est envisagé à travers les besoins que les écrivains chiliens ont ressentis de créer dans « l’autre langue ». L’étude s’achève par l’analyse d’un cas spécifique : celui des Éditions GrilloM de poésie chilienne bilingue dans les années 1980-1990.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Chili, France

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1.- Antécédents nécessaires

1La présence discrète de la culture française dans les Beaux-Arts et les Lettres chiliennes ne date pas d’aujourd’hui. Elle s’insinue et se manifeste dès le début du XIXe siècle – et même avant – comme modèle culturel, en plus de politique et social, digne d’être pris comme exemple. Nombreux sont les jeunes représentants des élites intellectuelles républicaines envoyés par leur gouvernement – à cette période, première moitié du XIXe siècle, le Chili est une république naissante s’ayant libérée récemment de l’Espagne – parfaire une formation culturelle en France. Ces jeunes entameront en plus d’un perfectionnement scientifique, un véritable apprentissage de connaissances et des pratiques culturelles, artistiques et littéraires. Tout ce processus demande, cela va sans dire, une maîtrise parfaite de la langue française parlée et écrite ainsi que l’approfondissement évident d’un savoir diversifié.

  • 1 Ce procédé n’a rien d’innocent. Il est utilisé par l’auteur pour mettre en avant son savoir, sa maî (...)
  • 2 La presse française arrive au Chili dans le courrant du XIXème siècle et déjà dans les années 1850 (...)

2Dans cet ordre de choses, et en ce qui concerne la littérature nationale, déjà à partir dès années 1850 on peut reconnaître la trace de la filiation esthétique française dans certaines œuvres poétiques et narratives chiliennes. Cette trace se concrétise parfois par la mention significative d’un grand écrivain reconnu, Victor Hugo ou Jean-Jacques Rousseau, par exemple ; par la citation textuelle d’un poète aimé – Alfred de Musset ou Théophile Gautier, auteurs lus par les héros de fiction de la période – ou, plus explicitement, par l’utilisation, « élégante et raffinée », de la langue, un lexique français directement transcrit et accompagné d’un signalement typographique singulier indiquant un renvoi en note où l’on énonce « en français dans le texte original », suivi d’une traduction1. Ainsi donc, avec une belle subtilité, la langue, la littérature, les Arts et la culture française pénètrent et imprègnent la culture nationale chilienne et ses œuvres écrites en langue espagnole du Chili. On peut déceler alors sa trace aussi bien dans des textes journalistiques que dans des œuvres littéraires2. Cette marque d’une présence francophile transparaît doublement : comme vision du monde et comme trait d’écriture.

  • 3 Le roman paraît d’abord comme feuilleton dans le journal La voz de Chile, le long de l’année 1862. (...)
  • 4 Au niveau du lexique on retrouve des nombreux vocables concernant la mode parisienne masculine et f (...)

3Une œuvre phare du roman romantique chilien du XIXe siècle – Martín Rivas de Alberto Blest Gana3 – reflète clairement la présence de la langue, de la culture et de la littérature françaises. Elle se montre à la fois comme texte, au niveau de l’énonciation d’une vision du monde, et au niveau discursif, avec l’usage abondant d’un lexique et même la présence de phrases entièrement énoncées en langue française. Ces marques figurent dans le discours direct des personnages et dans le continuum narratif4.

4L’œuvre de Alberto Blest Gana constitue sans aucun doute une démonstration frappante – une parmi d’autres – du poids très important qu’exerce l’influence culturelle de la France sur la jeune république sud-américaine. Mais cette influence française, c’est surtout Paris qui l’incarne pour les Chiliens de la fin du XIXe siècle. La ville et le pays dont elle est le centre s’érigent comme modèles de civilisation, de progrès et de culture, dignes d’être imités. Paris, la vie parisienne, la langue française, les Arts et la littérature représentent dès lors un canon, un paradigme de perfection et de beauté.

  • 5 Depuis le début du XXe siècle l’université chilienne forme des enseignants de langue (français et a (...)
  • 6 Vicente Huidobro (1893-1948) et Juan Emar (1893-1964) ont été pendant longtemps considérés dans leu (...)

5Le changement de siècle et l’émergence progressive des esthétiques d’avant-garde ne fait qu’accroître le prestige culturel, artistique et littéraire de Paris, de la France et de sa langue. Les intellectuels, artistes et écrivains chiliens de la première moitié du XXe siècle sont ainsi formés dans la voie de la filiation française. Bon nombre de jeunes créateurs appartenant à l’élite sociale font alors le voyage en Europe ; ils partent en quête d’un séjour à Paris et l’expérience est vécue comme une authentique initiation. Quant aux artistes issus des classes moyennes de la société et qui ne peuvent pas, pour des raisons économiques, se déplacer en France, ils entament des études spécialisées de langue française. Tel est, par exemple le cas de Pablo Neruda5. Le rayonnement culturel, artistique et littéraire français devient, entre 1900 et 1940, déterminant dans l’évolution de la société chilienne, notamment pour de la bourgeoisie et la classe moyenne. Quelques grands écrivains de l’époque revendiquent haut et fort leur filiation française – Vicente Huidobro et Juan Emar, par exemple – et ils publient leurs écrits en France et au Chili en montrant librement leur option créatrice6.

6Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et pendant les premières décennies de la Guerre froide, entre 1945 et la fin des années 1970, le rayonnement culturel et artistico-littéraire de la France sur l’espace des Arts et des Lettres chiliens s’éteint progressivement. Même si à un certain moment – les années 1960 – la figure du philosophe Jean-Paul Sartre et les idées féministes de Simone de Beauvoir ont un retentissement, de même que les propositions esthétiques du Nouveau roman ou de la « Nouvelle vague » au cinéma, l’influence française diminue, permettant ainsi l’entrée des modèles culturels, sociaux et politiques de l’Amérique du Nord. La rupture violente de cet état de choses arrive, pour le Chili, en 1973 avec le coup d’État qui détermine l’anéantissement de la démocratie, l’imposition brutale d’une longue période dictatoriale et l’irruption de l’hégémonie absolue de la culture nord-américaine (1973-1989). C’est alors que se produit l’éclatement de l’espace culturel chilien et qu’une génération d’intellectuels et d’artistes – la plupart des jeunes créateurs – doivent partir ailleurs. Beaucoup d’entre eux arrivent alors à Paris, dès la fin des années 1970, et ils commencent à produire et à publier dans les années 1980. C’est l’accueil généreux, ouvert et solidaire de la France qui permet cette expérience et c’est justement là que les Éditions GrilloM de poésie chilienne bilingue vont voir le jour.

2.- Les poètes chiliens à Paris dans les années 1980

  • 7 Waldo Rojas (Chili, 1944), poète et historien, commence à écrire dans les années 1960. Après le cou (...)

7Ce sont notamment les auteurs chiliens de la jeune génération émergente, ceux qui arrivent en situation d’exil en France, après 1973. Leurs âges, à l’époque, oscillent entre vingt ans et trente ans. Ils s’installent dans la région parisienne. Au début, ils ne se connaissent pas entre eux, ils vivent difficilement une première étape d’insertion et d’intégration à la société d’accueil. Ils ne sont pas bilingues et, même si certains d’entre eux connaissent bien la langue, pour les autres l’apprentissage du français s’avère difficile. Le trait distinctif qui les caractérise – leur jeunesse – paraît plus un obstacle qu’une facilité. À l’exception du poète Waldo Rojas7, l’un des aînés, déjà publié et reconnu dans son pays d’origine, les autres débutent en poésie et ne sont pas reconnus comme créateurs dans le Chili du début des années 1970. La violence du coup d’État, l’instauration d’une dictature implacable, la terreur, le départ en exil – parfois dans des situations extrêmes – l’entrée et l’insertion dans la société d’accueil pourtant très réceptive, provoquent chez eux une période d’arrêt du processus créateur, un hiatus d’autant plus significatif qu’il est marqué par un choc linguistique entre les possibilités expressives de la langue maternelle et celles qui, progressivement, leur seront offertes par la langue d’accueil.

  • 8 À partir des années 1960, l’enseignement du français diminue progressivement dans les collèges et L (...)

8L’expérience linguistique s’avère, en effet, décisive. Comme cela a été dit, un certain nombre de ces jeunes écrivains arrivés en France ne parlaient pas français8. À la différence des auteurs du XIXe siècle et des avant-gardes qui, eux, ont vécu leur expérience française dans l’aisance économique, maîtrisant la langue et en rapports amicaux et presque chaleureux avec l’élite intellectuelle et artistique parisienne, les nouveaux arrivés des années 1970 sont, par contre, des exilés, des jeunes gens sans travail, sans support économique et ne possédant que précairement – sauf exception - la maîtrise de la langue.

  • 9 Vers la fin des années 1970 et pendant les années 1980, par exemple, c’est la Bibliothèque du Centr (...)

9Ces obstacles n’empêcheront pas cependant leur intégration progressive. Très vite, ils découvrent la richesse du monde culturel français, la possibilité d’accéder aux grands centres culturels et aux diverses bibliothèques et médiathèques, sans parler de l’excellence des librairies à la disposition des lecteurs9. C’est dans des lieux comme ceux-là que la réintégration d’une génération jusqu’alors dispersée par les événements de l’Histoire nationale récente va s’effectuer. Ce contexte social et culturel précis du Paris de la fin des années 1970 et du début des années 1980 permet le retour à l’écriture et à l’édition – sous la forme de revues littéraires, de livres – de bon nombre de poètes chiliens de la diaspora. Parmi eux se trouve Gustavo Mujica, jeune créateur de Valparaíso qui, en exil à Paris dès 1975, projette la création d’une maison d’édition. Ce projet deviendra une réalité dans le courant des années 1980.

3.- Gustavo Mujica et les Éditions GrilloM (1984-1994)

  • 10 Gustavo Mujica (1948) est originaire de Valparaíso, l’important port chilien. Il y fait ses études (...)
  • 11 Lorsque l’agence de voyages où il travaille fait faillite, le propriétaire offre à Gustavo Mujica u (...)
  • 12 « Les poètes orphelins », « la génération orpheline » désigne les créateurs qui lors du coup d’État (...)
  • 13 Waldo ROJAS, « Quelques lumières sur quatre poètes chiliens à Paris », in Autre départ. Cinq poètes (...)

10Gustavo Mujica arrive en France en 1974. Il a, à l’époque, vingt-six ans et il a déjà publié dans son pays un premier recueil de poèmes10. Il s’installe à Paris et, après une première période d’adaptation et d’apprentissage de la langue, s’incorpore au monde du travail. Le poète, gagne sa vie en exerçant divers métiers – veilleur de nuit, employé d’une agence de voyages, réceptionniste d’hôtel – pour, enfin, devenir imprimeur et éditeur11. Installé dans la banlieue parisienne, le poète imprimeur-éditeur se consacre alors à l’écriture mais participe également aux activités culturelles et artistiques des poètes et intellectuels chiliens de la diaspora. Dans ce contexte, il entre en rapports plus étroits avec six autres créateurs appartenant comme lui à la génération des « vingt-trente ans », ces « jeunes poètes orphelins » après les événements de 197312. Ces poètes – Waldo Rojas, Patricia Jerez, Felipe Tupper, Radomiro Spotorno, Cristóbal Santa Cruz, Mauricio Electorat – tout comme Mujica sont en exil, résident et travaillent dans la région parisienne ou dans la capitale, ont vécu une expérience d’intégration à la société française plus au moins similaire et plutôt réussie. Ils se considèrent comme « Chiliens de la diaspora » et s’auto-reconnaissent sans états d’âme et avec humour comme les « poètes chiliens de Paris »13.

11Cette affirmation – « poètes chiliens de Paris » – n’a rien d’anodin. Elle reflète avec beaucoup de justesse non seulement l’expérience réussie d’une adaptation au monde, à une réalité – la réalité française, très exigeante, dure et difficile pour tout étranger – mais surtout la reconnaissance implicite de toutes les possibilités ouvertes et offertes à l’artiste par cette nouvelle société. En ce sens, la praxis créatrice et le travail d’édition de poésie bilingue entrepris par G. Mujica et ses compagnons poètes en sont la parfaite démonstration.

12Le projet éditorial se cristallise dans une dynamique de groupe. Ce groupe considère le livre de poésie comme un objet esthétique, le résultat d’un effort collectif. Cela implique une double démarche artistique : l’interaction indispensable entre poète et éditeur, d’une part ; et l’intégration signifiante d’au moins deux langages expressifs, parole écrite et image iconique, d’autre part. Ainsi donc, à côté de l’éditeur et de ses poètes se joignent les artistes plastiques – dessinateurs et graveurs – et, parfois, les photographes. Très bientôt, il faudra incorporer quelques nouveaux membres dans cette alliance artistique, car les éditions GrilloM de poésie s’assument dans la voie bilingue. Par conséquent, les traducteurs et traductrices entrent de plein droit dans la dynamique créatrice collective du groupe.

13Dans son poème « Panne sèche ou pourquoi je n’ai pas écrit un seul poème depuis que je suis à Paris », Mauricio Electorat chante avec beaucoup d’humour son rapport avec le poète-éditeur Gustavo Mujica et le groupe d’amis créateurs :

  • 14 Mauricio ELECTORAT, « Panne sèche ou pourquoi je n’ai pas écrit un seul poème depuis que je suis à (...)

C’était en 87
Je vivais à Barcelone sans le sou
Même si j’étais lecteur chez Balcells
et que je faisais la quête de manuscrits à Planète
les passants me regardaient et, d’un Air Attristé,
jetaient deux ou trois pièces dans mon Béret
en disant, « jeune homme, gardez la Monnaie ».
C’est alors que j’ai reçu l’Appel,
au téléphone Mujica bégayait solennel :
« mon pote, va falloir t’exécuter
si tu veux ton recueil de poèmes publier,
faut que tu m’amènes le papier,
faut maquetter avant d’imprimer,
ça fait deux semaines de travail
et il n’y a pas que toi sur ma liste, il hurlait
alors tu viens ou du Projet tu te tailles. »
Je fis un détour par Sète,
Je pris un coup de vent à Narbonne
Et deux mois après j’étais installé à Paris
Comme il convient, dans une chambre de bonne…14

  • 15 Le genre anti-poème est très pratiqué dans la poésie chilienne. L’anti-poème est un texte lyrique q (...)

14Outre le ton anecdotique, joyeux et très libre de ce poème – en fait un anti-poème15 – « Panne sèche… » écrit directement en français, son auteur étant bilingue rend parfaitement compte de la stratégie mise en place par l’éditeur : tout auteur – et même les autres poètes figurant dans la « la liste » – doit participer – amener « le papier », « maquetter », « éditer » – au « Projet » d’édition. Mais la création collective ne s’arrête pas là car les artistes plastiques et les traducteurs sont, eux aussi, membres actifs dans cette entreprise. Sans aucun doute la publication d’un recueil de poésie conçu selon ces postulats correspond à ceux d’une œuvre artisanale. La participation des poètes, traducteurs et graphistes (dessinateurs, photographes) concerne tous les niveaux de l’élaboration d’une œuvre littéraire : aussi bien la disposition formelle, la disposition typographique du texte sur l’espace page que certains aspects concernant le contenu du poème ou sa traduction. Cela va sans dire, le groupe d’artistes-artisans des éditions GrilloM est composé de Chiliens et de Français réunis dans le même « Projet », la métaphore avec « P » majuscule pour désigner la stratégie d’ensemble est bien éloquente.

  • 16 La traduction d’une œuvre de poésie est sans aucun doute un procédé de réécriture de même que l’aut (...)

15Quatre des poètes du groupe sont bilingues et possèdent une parfaite maîtrise du français –Waldo Rojas, Cristóbal Santa Cruz, Mauricio Electorat, Patricia Jerez – ils font éventuellement un travail de traducteurs ; les trois autres créateurs – Radomiro Spotorno, Felipe Tupper, Gustavo Mujica – pratiquent le français avec aisance. Les rapports entre écriture, traduction, auto-traduction (réécriture16), arts plastiques et édition sont ainsi assurés par une synergie d’action créatrice conjointe :

  • 17 Gustavo MUJICA « Algo sobre Editions GrilloM (1984-1990) » in Autre départ..., cit., pp. 46-47. Ce (...)

La spécificité [du groupe] – affirme Mujica – s’enracine dans une forte complicité circonstancielle et affective des auteurs. Nos rencontres servent à exorciser notre sentiment de précarité. Il s’agit de surmonter la vulgaire nostalgie de « métèques » […] C’est pourquoi on a constitué une équipe. Et nous nous méfions de la théorie. Nous nous corrigeons les uns les autres. Il y a le poète historien, le poète philologue, le métaphysicien ; il y a les Muses partagées et les traducteurs avocats du diable. Il y a les peintres, les dessinateurs qui sont plus poètes que les poètes.17

  • 18 Les activités professionnelles des créateurs sont variées : enseignants, fonctionnaire internationa (...)
  • 19 Les traducteurs du groupe, outre les quatre déjà cités, sont Jacques Jay et Robert Guyon. Avec ces (...)

16Ce texte éloquent du poète-éditeur dévoile avec pudeur et précision les motivations du groupe et la raison d’être des Éditions GrilloM : la cohésion de « l’équipe », et la « complicité circonstancielle et affective » qui les rassemble. « Complicité circonstancielle » parce qu’en dehors de la présence permanente de Gustavo Mujica, propriétaire de la presse, les autres créateurs participent dans un va-et-vient déterminé par les activités professionnelles de chacun18. « Affectives » parce qu’un fort lien d’amitié et de reconnaissance esthétique et idéologique les soude. Voilà leur fondement créateur, une manière efficace et positive de lutter contre la souffrance de l’exil – « sentiment de précarité », « nostalgie de ‘métèques’« –, d’une part, de s’adapter au nouveau monde et de s’y reconstruire comme individu, comme collectivité, d’autre part. En ce sens, la collaboration franco-chilienne est essentielle. Les membres français de l’équipe sont pour la plupart traducteurs ou artistes plastiques19. Et, déclare Mujica, « nous nous corrigeons les uns les autres », parce que c’est dans la praxis d’une synergie, d’une interaction intense que les échanges poétiques, linguistiques, artistiques et même artisanaux les plus divers ont lieu et s’avèrent productifs.

  • 20 Gustavo MUJICA « Algo sobre Editions GrilloM (1984-1990) » in Autre départ..., cit., p. 46.

17Installée chez Gustavo Mujica à Joinville-le-Pont, dans la banlieue parisienne, la presse des éditions GrilloM est le cœur de l’entreprise de création. Les rencontres artistico-scripturales se déroulent autour de « l’offset magique » (Mujica dixit) et les recueils poétiques qu’elles engendrent « ont [selon l’éditeur] le charme involontaire des choses faites à la main »20. Chaque œuvre est le résultat d’un tirage en trois cents exemplaires, et effectivement, ces volumes ont la qualité d’un bel objet-livre unique, original et singulier.

  • 21 Le nom des éditions désigne le poète-éditeur : Gustavo Mujica est le « grillo » (cricquet), surnom (...)
  • 22 Quelques titres sont Escrito por las olas. Écrit par les vague de G. Mujica ; Príncipe de naipes. P (...)
  • 23 En ce sens, le recueil de G. Mujica La luna me viene muy luz. La lune me va très lumière (trad. P. (...)

18Entre 1984 et 1994, les Éditions GrilloM21 ont publié une quinzaine de recueils poétiques d’une facture excellente et très soignée22. Les artistes – Français et Chiliens – y ont pleinement démontré leur talent individuel et collectif. La totalité de ces œuvres constitue aujourd’hui un bel exemple de création biculturelle solidement installé sur un sentiment de fraternité, de solidarité et de complicité. Les poètes du groupe – très différents entre eux, très innovateurs, certains pratiquant volontiers un « rupturisme » outrancier23, ont laissé un corpus poétique d’une étrange beauté, où la marque de l’hybridation d’un métissage linguistique, rhétorique, expressif et culturel est soulignée par les discours de l’image iconique, de la parole et par le va-et-vient – le chant et le rythme – des deux langues entrelacées.

19Le groupe commence progressivement à se désagréger en 1990 avec la fin de la dictature militaire et le début de la transition vers la démocratie au Chili. Gustavo Mujica retourne dans son pays et emporte avec lui sa presse bien-aimée. En 1996, et désormais en espagnol, les Editions GrilloM renaissent dans le lointain pays du poète-éditeur.

20Les rapports des écrivains et de la littérature du Chili avec la France ont remarquablement évolué depuis le XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle. Si les auteurs-diplomates (A. Blest Gana) et les auteurs millionnaires des avant-gardes (V. Huidobro et J. Emar) ont vécu leur aventure artistique et linguistique française comme l’accomplissement d’un rêve, celui de « l’expérience mythique de Paris », les écrivains exilés – et notamment les poètes des années 1970 et 1980 ont, eux, vécu cette expérience comme un apprentissage authentique de survivance et d’auto-reconnaissance artistique, linguistique et existentielle. En ce sens, l’action des créateurs des Éditions GrilloM et la mise en place de leur « Projet » esthétique bilingue en sont une démonstration irréfutable. Et même si dans les années 1990 le groupe se sépare – seuls trois créateurs, Waldo Rojas, Patricia Jerez et Mauricio Electorat résident aujourd’hui à Paris – leur œuvre collective en espagnol et en français reste vivante et bien présente. Les poètes chiliens des Éditions GrilloM ont réussi là où les puissants créateurs des avant-gardes avaient échoué : ils se sont pleinement intégrés à la société française et à son espace culturel. Leur expérience, contrairement à celle des auteurs du XIXe siècle et du début du XXe, a été vécue à l’intérieur même de la société d’accueil. On pourrait qualifier cette entreprise d’« expérience de terrain » parce qu’elle s’est construite dans l’activité laborieuse, dans la lutte pour la survie dans un pays étranger. Les poètes des années 1980 ont modifié l’effet du miroir idéalisateur qui orientait les auteurs du XIXe et du début du XXe. Ils n’ont pas obéi aveuglement à l’appel impérieux, magnétique du centre culturel hégémonique. Le reflet du miroir, par voie de conséquence, se concrétise chez eux à l’intérieur même de leur intégration dans ce centre et de leur propre vécu individuel et collectif. Leur rapport à la langue, le cheminement progressif vers un bilinguisme, puis vers une langue hybride « fusionnelle » est bien significatif de ce processus. Les derniers recueils poétiques publiés par les Éditions GrilloM, notamment ceux de Gustavo Mujica et Mauricio Electorat, démontrent dans leur expression « rupturiste » très moderne la qualité réussie d’une proposition culturelle et littéraire bilingue, biculturelle, métisse inédite et vraiment novatrice.

Haut de page

Bibliographie

BERCHENKO, P., “Stratégies de l’édition de la poésie chilienne de l’exil en France (1973-1990)” in Les stratégies des écrivains des Amériques pour faire connaître leurs oeuvres en France. Traduction, bilinguisme, auto-édition, Centre d’Études de la Traduction, Université de Metz, 2001, pp. 85-98.

BLANCPAIN, J.-P., Francia y los franceses en Chile (1700-1980), Santiago du Chili, Hachette, coll. « Histo-Hachette », 1987.

CANSECO-JEREZ, A., La vanguardia chilena. Santiago-Paris, Paris, ACJB Editions, 2001.

CASTILLO-BERCHENKO, A., “Opciones y subversiones discursivas en la poesía de Gustavo Mujica. Una propuesta innovadora en la lírica chilena actual” dans Mélanges offerts au Professeur Guy Mercadier, Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence, coll. Études Hispaniques n° 24, 1998, pp. 239-251.

PROGNON, N., La diaspora chilienne en France. L’exil et le retour (1973-1994), thèse de doctorat, Université de Toulouse Le Mirail, décembre 2002.

OUSTINOFF, M., Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, Paris, L’Harmattan, 2001.

ORIOL-BOYER, C. (éd .), La réécriture, Grenoble, CEDITEL, 1990.

ROJAS, W., « Propos liminaires à une anthologie de la poésie chilienne actuelle » in Diagraphe, Paris, n° 88, Hiver 1998-99, pp. 16-29.

Haut de page

Notes

1 Ce procédé n’a rien d’innocent. Il est utilisé par l’auteur pour mettre en avant son savoir, sa maîtrise de la langue étrangère et souligner au passage son appartenance sociale, sa condition de membre de l’élite bourgeoise cultivéé.

2 La presse française arrive au Chili dans le courrant du XIXème siècle et déjà dans les années 1850 les magazines, revues, journaux et livres entrent dans les bibliothèques privées des grandes familles bourgeoises : La Revue de Deux Mondes et l’Illustration Française sont, par exemple, très appréciées vers les années 1880 et 1890.

3 Le roman paraît d’abord comme feuilleton dans le journal La voz de Chile, le long de l’année 1862. A la fin de cette année, Martín Rivas est publié en volume dans la « Collection Littéraire » éditée par le même journal. Alberto Blest Gana (1830-1920), narrateur et diplomate chilien plurilingue (espagnol, français, anglais), est considéré le premier grand romancier chilien. Il arrive en France à 16 ans, poursuit ses études à l’Ecole de Saint Cyr, fait carrière de diplomate en France, Angleterre et Etats-Unis. Sa filiation littéraire avec H. de Balzac et E. Zola est indéniable. Auteur de nombreux romans.

4 Au niveau du lexique on retrouve des nombreux vocables concernant la mode parisienne masculine et féminine, il y a aussi nombreuses références aux Beaux-Arts, à la politique et à la vie sociale de Paris. Au niveau discursif un personnage masculin, un « dandy » saupoudre en permanence son discours avec des phrases en français.

5 Depuis le début du XXe siècle l’université chilienne forme des enseignants de langue (français et anglais). Après son Baccalauréat, Pablo Neruda s’inscrit à l’université et entame ses études pour obtenir le diplôme de professeur d’État de langue française. Cela se passe l’année 1920. Neruda continue sa formation pendant deux ans, puis il décide de se consacrer à la poésie. Sa maîtrise de la langue française est, néanmoins, parfaite. Le poète deviendra, avec le temps Ambassadeur de son pays en France, l’année 1970. Son amour de la terre française et de sa poésie est maintes fois chanté dans son œuvre.

6 Vicente Huidobro (1893-1948) et Juan Emar (1893-1964) ont été pendant longtemps considérés dans leur pays comme des afrancesados souffrant de « francophilie » intense. Les deux écrivains avant-gardistes ont longuement séjourné à Paris. V. Huidobro vécut passionnément sa période parisienne en participant avec des poètes (Pierre Reverdy, Apollinaire, Max Jacob) et des peintres (Picasso, Hans Arp, Joan Miró, Juan Gris) dans des projets esthétiques importants (le groupe et la revue Nord Sud, 1917-1924). Huidobro mit sa fortune au service de l’Art et publia à Paris plusieurs recueils en français, Horizon carré, Paul Birault, 1917, Saisons choisies, Éditions de la Cible, 1921, Automne régulier, Librairie de France, 1925, Tout à coup, Au sans pareil, 1925, par exemple. Juan Emar, peintre et narrateur vécut, lui aussi longuement à Paris. Il y créa avec d’autres artistes peintres le groupe Montparnasse. Homme très cultivé issu d’une famille de grande fortune, il se consacre à la diffusion de la culture, Arts et littérature françaises au Chili. Il envoie depuis Paris ses « Notes d’Art » (« Notas de Arte ») au Chili. Ces articles paraissent comme supplément du journal La Nación à Santiago du Chili entre 1923 et 1927. En tant que narrateur, il ne cherche pas à écrire en français ni publier à Paris. C’est son écriture qui révèle sa condition bilingue et biculturelle. Son remarquable roman Miltín (1936) et ses nouvelles Diez (1937) dévoilent la parfaite fusion des langues et l’empreinte de la culture et littérature françaises (Breton, Lautréamont, Apollinaire).

7 Waldo Rojas (Chili, 1944), poète et historien, commence à écrire dans les années 1960. Après le coup d’État en 1973, il part en exil en France où il arrive en 1974. Il compte déjà plusieurs recueils publiés en espagnol au Chili. Dans les années 1970 il est considéré dans son pays comme l’un des poètes importants de la jeune génération montante. Œuvres: Agua removida, 1964 ; Pájaro en tierra, 1965 ; Príncipe de naipes, 1966, Cielorraso, 1971. W. Rojas commence à publier en France dans les années 1980.

8 À partir des années 1960, l’enseignement du français diminue progressivement dans les collèges et Lycées chiliens. Sous la dictature de Pinochet il est remplacé par l’enseignement de l’anglais de l’Amérique du Nord.

9 Vers la fin des années 1970 et pendant les années 1980, par exemple, c’est la Bibliothèque du Centre culturel Georges Pompidou (Centre Beaubourg) que devient le lieu de rencontre très apprécié des écrivains chiliens en exil. D’autres lieux de rencontre sont la Bibliothèque de l’Institut de Hautes Études de l’Amérique latine (IHEAL), la Bibliothèque de l’UNESCO et la librairie des Éditions hispano-américaines de la rue de M. le Prince.

10 Gustavo Mujica (1948) est originaire de Valparaíso, l’important port chilien. Il y fait ses études et y participe dans les groupes des jeunes poètes des années 1960. Il publie en 1973, son recueil Remedio contra el cáncer comme une édition d’auteur. En 1994, le poète retourne à son pays où il réside à présent.

11 Lorsque l’agence de voyages où il travaille fait faillite, le propriétaire offre à Gustavo Mujica une vieille presse offset. La machine à imprimer, inutilisée depuis longtemps est réparée par les soins du poète qui devient imprimeur. Tout d’abord il imprime des cartes d’invitation, des brochures, des programmes, des faire-part de mariage ; il passe après à l’édition des livres. Entre 1984 et 1994 plus d’une quinzaine d’œuvres sont éditées par G. Mujica et les édition GrilloM.

12 « Les poètes orphelins », « la génération orpheline » désigne les créateurs qui lors du coup d’État de 1973 avaient entre vingt et trente ans et qui commençaient une œuvre. On la désigne aussi comme la « génération émergente ». Le terme « orphelin » par rapport à ces jeunes poètes signifie le fait qu’ils sont restés sans modèle esthétique : Pablo Neruda décède après le coup d’État de septembre 1973, et son œuvre est censurée par la dictature. Les autres grands créateurs se taisent (Enrique Lihn, Nicanor Parra, Gonzalo Rojas, Jorge Teiller…) ou disparaissent dans l’exil (Humberto Diaz Casanueva, Oscar Hahn, Efraín Barquero …). Au pays c’est le silence et les jeunes créateurs sont seuls. Enfin beaucoup de ces auteurs se sont exilés en Espagne, d’autres en France en Italie ou en Suède. Le groupe qui se réunit autour de Mujica habitait, dans ces années-là à Paris.

13 Waldo ROJAS, « Quelques lumières sur quatre poètes chiliens à Paris », in Autre départ. Cinq poètes, cinq peintres chiliens à Paris, Joinville-le-Pont, Éditions GrilloM, coll. « Poésie bilingue », 1990, p. 5. Cependant, ces « poètes chiliens de Paris » ne sont pas les seuls. Vers la fin des années 1980, d’autres Chiliens, eux aussi poètes, formeront d’autres groupes. Parmi eux, le plus important est le dénommé « La porte de poètes » qui réunit créateurs chiliens et latino-américaines, sous la houlette de Luis del Río.

14 Mauricio ELECTORAT, « Panne sèche ou pourquoi je n’ai pas écrit un seul poème depuis que je suis à Paris » in Autre départ…, cit., pp. 17-21. Nous ne présentons ici que l’incipit de ce long poème mais on peut déjà constater chez lui la forte empreinte de la culture française du langage populaire urbain et d’un espace géographique français. M. Electorat est bilingue et a fait études à l’Alliance Française à Santiago du Chili.

15 Le genre anti-poème est très pratiqué dans la poésie chilienne. L’anti-poème est un texte lyrique qui privilégie la tournure prosaïque, une expression linguistique populaire, la présence de l’oralité. Il cache volontiers le trait sentimental ou émotif derrière un humour désinvolte mais ne refuse pas le lyrisme.

16 La traduction d’une œuvre de poésie est sans aucun doute un procédé de réécriture de même que l’auto-traduction, car la translation d’un texte d’une langue à une autre implique un effort créateur, une sensibilité, une pénétration autre du texte traduit. En plus d’un savoir linguistique, d’un parfait maniement de la langue, le traducteur ou auto-traducteur doit avoir recours à une sensibilité et à un sens esthétique développé.

17 Gustavo MUJICA « Algo sobre Editions GrilloM (1984-1990) » in Autre départ..., cit., pp. 46-47. Ce texte a été écrit lors de la parution dudit recueil collectif. Mais, la maison d’édition a fini de publier en 1994.

18 Les activités professionnelles des créateurs sont variées : enseignants, fonctionnaire international, employé de bibliothèque, veilleur de nuit, etc. L’activité créatrice des poètes, artistes plastiques et traducteurs ne constitue en aucun cas pour eux un gagne-pain.

19 Les traducteurs du groupe, outre les quatre déjà cités, sont Jacques Jay et Robert Guyon. Avec ces traducteurs collabore aussi Carmen Santa Cruz, Chilienne et bilingue. Les artistes plastiques qui font partie des Éditions GrilloM sont : G. Deisler, R. Matta, A. Gana, R. Schneider, L. Hermosilla, R. Becerra, parmi les Chiliens, V. Scheihing, Française.

20 Gustavo MUJICA « Algo sobre Editions GrilloM (1984-1990) » in Autre départ..., cit., p. 46.

21 Le nom des éditions désigne le poète-éditeur : Gustavo Mujica est le « grillo » (cricquet), surnom chaleureux, plein d’affectivité qui fait référence à la loquacité et expressivité de Mujica. Le « M » majuscule de la fin indique la lettre initiale de son nom.

22 Quelques titres sont Escrito por las olas. Écrit par les vague de G. Mujica ; Príncipe de naipes. Prince du jeu de cartes de W. Rojas ; Fragmentos. Fragments de J. L. Martínez ; Un buey sobre mi lengua. Un boef sur ma langue de M. Electorat.

23 En ce sens, le recueil de G. Mujica La luna me viene muy luz. La lune me va très lumière (trad. P. Jerez) est probablement l’exemple le plus frappant de modernité expressive. Dans ces poèmes Mujica s’adonne à une quête linguistique et esthétique jusqu’au-boutiste, extrême. Les mots, les vers bougent, se construisent et déconstruisent, le discours est mobile, hybride, l’expression haletante et le lyrisme exacerbé. Cet ouvrage ainsi que l’étonnant Glosario del amor chileno (Glossaire de l’amour chilien) 1987, en espagnol constituent le sommet des excellentes Éditions GrilloM. La collection complète des recueils poétiques GrilloM se trouve déposée à la Bibliothèque Nationale François Mitterrand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adriana Castillo-Berchenko, « Écrivains chiliens de Paris : les Éditions GrilloM de poésie chilienne, Paris 1984-1994 », Cahiers d’études romanes, 14 | 2005, 277-288.

Référence électronique

Adriana Castillo-Berchenko, « Écrivains chiliens de Paris : les Éditions GrilloM de poésie chilienne, Paris 1984-1994 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 14 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2494 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2494

Haut de page

Auteur

Adriana Castillo-Berchenko

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals