Navigation – Plan du site

Du Peso de la Paja à l’insoutenable légèreté de l’être : la Barcelone de Terenci Moix

Philippe Merlo
p. 111-129

Résumés

Définir ville et identité à l’intérieur d’une œuvre autobiographique qui a pour toile de fond Rome et Barcelone — El peso de la paja de Terenci Moix, tome 1 : El cine de los sâbados (1990) — c’est interroger aussi l’identité de l’écrivain qui se construit à partir de la ville de Barcelone qui est à la fois une et multiple renvoyant à Rome et à Alexandrie. Une ville qui est au centre de la quête identitaire complexe car les identités de la ville et de l’auteur sont elles aussi très labyrinthiques. La mémoire et l’imagination jouent aussi un rôle prépondérant dans cette identité qui se cherche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre, 1990.

1Ville et identité : problématique multiple puisque la ville doit être considérée à la fois comme conjugaison des différents lieux qui la composent afin de créer un espace citadin, mais aussi en y introduisant ses limites. Alors à quels moments s’arrête la ville et pour laisser place à quoi : banlieue, campagne, no man’s land... ? La ville nous échapperait-elle ? Aurait-elle une vie propre que nous ne pourrions pas maîtriser alors qu’a priori elle est considérée par beaucoup comme notre création ? La ville a-t-elle une vie tel un être vivant en perpétuelle expansion ? Cette vision attribue à la cité une identité qui renvoie au second concept convoqué dans cette étude. Mais là encore, faut-il comprendre l’identité comme l’ensemble des caractéristiques qui définissent une chose ou un être (identité numérique personnelle, identité-unité, la mêmeté ricoeurienne1, qui exprime la relation qu’un individu entretient avec lui-même tout au long de son existence), ou comme similitude, ressemblance entre deux ou plusieurs entités (identité qualitative personnelle, identité-pluralité, l’ipséité ricoeurienne qui exprime l’indiscernabilité d’un individu avec lui-même à un moment donné ou entre plusieurs individus) ? Lorsque la notion d’identité est appliquée à la ville, doit-on uniquement envisager de définir les traits singuliers d’une cité et allons-nous écarter une étude comparatiste entre deux ou plusieurs agglomérations si elles sont semblables en bien des points ?

  • 2 Je conserve volontairement ce possessif ambigu car il peut ainsi renvoyer à l’identité de l’auteur (...)

2Un troisième niveau de complexité vient enrichir les deux premiers : définir ville et identité à l’intérieur d’une œuvre autobiographique qui a pour toile de fond Rome et Barcelone — El peso de la paja de Terenci Moix, tome 1 : El cine de los sâbados (1990), c’est interroger aussi l’identité de l’écrivain qui se construit à partir des villes. Des cités qu’il façonne à sa manière pour en donner sa vision. Identité de l’auteur comme être mais aussi identité de l’auteur qui se fond dans les cités comtale et papale, ses semblables. Au centre de ce nœud complexe où ville, identité et moi se mêlent : la mémoire et l’imagination sont les nouvelles voies que les cités suggèrent à l’auteur pour mieux comprendre son identité, à moins que ce ne soit Terenci Moix qui propose à la ville de mieux percevoir les signes de son2 identité.

I- Des villes et des identités

A – Barcelone : « id-entité » une...

  • 3 Jean-François Tribillon, L’Urbanisme, Paris, Éditions La Découverte, Col. Repères, 2002, p. 9.
  • 4 Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 11.

3La ville qui concentre toute l’attention de Terenci Moix est bien sûr Barcelone. L’auteur, tel un spécialiste de l’espace citadin, accorde de l’importance à la représentation de la cité telle qu’il la perçoit, à l’image qu’il veut donner à voir de sa ville. Tout comme Jean-François Tribillon à propos des urbanistes, je pense que « le premier travail de [l’auteur, créateur de sa cité,] est sans doute de fournir un système de lecture de la ville »3. La ville est un corps qui a une identité. C’est un être avec ses artères, ses flux, ses points névralgiques, autant d’expressions qui relèvent de « métaphores organicistes — dit Pierre Sansot — ; de toute évidence, elles assimilent la cité à un être vivant »4. Pour sa part, Terenci Moix, non seulement fait de Barcelone un être vivant, mais de plus, il sacralise l’espace urbain en commençant par la place autour de laquelle se sont concentrées toutes les activités du quartier. La place du Peso de la Paja est au centre de l’œuvre. Moix lui élève un véritable autel. Une vénération qui culmine dans le titre choisi pour l’ensemble des mémoires : El Peso de la Paja. Titre ambigu, polysémique tout du moins, que l’on peut traduire littéralement par « le poids de la paille » ou, de manière plus prosaïque, par « le poids de la branlette ». Le ton est donné : la ville par ses toponymes offre des signes d’identité à l’auteur prêt à les récupérer au vol. 

4Dans son ouvrage Poétique de la ville, Pierre Sansot précise que « la place publique constituait aussi une forme très forte et très prégnante.

  • 5 Ibidem.

5Les rues qui s’y jettent ne mènent qu’à elle. Après un coude, elles viennent glorieusement mourir sur cette petite place. Nous ne nous étonnons pas de voir les mêmes personnes sortir par l’une de ces rues et y revenir par une autre, multiplier de fausses sorties et de fausses entrées de théâtre. Car la ville a cessé d’exister en dehors de la place. Elle devient comme un décor auquel on feint de croire, auquel on accorde par convention, une apparence de profondeur »5. Or, c’est bien ainsi que le jeune Ramonet — prénom réel de Terenci Moix -perçoit sa place. La rue Ponent où il est né, s’y jette bien, elle en est un véritable satellite (61). La place est le centre de la vie de l’enfant, mais aussi de toute sa famille. Son quartier est sa ville :

Mi niñez estaba habituada a una concepción medieval del espacio. Las calles de mis primeras correrías eran grises, los espacios angostos, las fachadas completamente impersonales. El cielo constituía una experiencia lejana, un parche paupérrimo que apenas se intuía sobre los aletos de los edificios. Todo quedaba encerrado en los sombríos límites de mi única cotidianidad reconocible. (157)

  • 6 Ibidem.

6Cette conception médiévale de l’espace renvoie à celle des urbanistes pour qui « on doit mesurer approximativement la distance qu’un homme accepte de parcourir sans prendre sa voiture et cette distance représenterait comme le rayon du cercle dans lequel il habite. Chacun de nous transporterait, en quelque sorte, son quartier autour de lui. Il existerait autant de quartiers que d’individus »6. Cette dernière expression convient parfaitement à Moix. Alors qu’il se trouve à Rome, à Alexandrie, à des milliers de kilomètres de sa ville, c’est toujours son quartier qu’il transporte sur son dos. L’espace citadin est mis en place. Lorsque l’adulte retourne sur ces lieux enfantins, il ne peut constater que son impuissance à redéfinir des limites que son enfance, son identité d’alors, a bien établies :

Cuando regreso al Peso de la Paja retrocedo ante cualquier intento de adivinar cuándo empezaron a cambiar los nombres de las cosas. Descubro entonces que ya en mi niñez, cuando coma por aquella plaza, los nombres estaban condenados y ni distanciamiento del mundo completamente decidido. (19)

7Alors s’instaure une réelle frontière entre le quartier et le hors quartier, ce qu’il y a derrière ou de l’autre côté de la grande rue (ancienne situation des remparts) qui séparent géographiquement le quartier du reste.

  • 7 Ibidem.

On ne peut s’approprier un espace qu’en le « marquant », qu’en distribuant des passages, des zones de réserve, des lieux interdits ou permis.7

8Cette appropriation est très nette chez l’enfant qui transfère la longue et précise délimitation géographique et scolaire sur son vécu quotidien. Sa rue qui est limitée au sud par la rue du Carmen, après laquelle débute le Barrio Chino devient la rue de son enfance qui a été délimitée d’un côté par « putes et maquereaux » :

Aprendí a descifrar todas las geografías que rodeaban mi calle siguiendo el tipo de discurso que nos hacían recitar los curas ante el mapamundi :
— La calle Ponent limita al norte con la Ronda, casi en la confluencia con la Plaza de la Universidad. Al sur, con la calle del Carmen, debajo de la cual empieza el Barrio Chino. A oriente, con los edificios góticos de la Caridad y, más allá las Ramblas, con el mar al fondo aunque siempre impedido de mostrarse. Y por el oeste siguen unas callejas más estrechas que desembocan en la plaza del Peso de la Paja. Ya es la Ronda. Al otro lado, se abren las calles del Ensanche, espaciosas, holgadas, desconocidas.
Así, toda mi infancia limita por una parte con putas y macarras, por la otra con el seny de la burguesía y finalmente con los restos de una ambigüedad severa, arrinconada, altiva y triste me reconozco plenamente. (71)

9Moix prend possession de son quartier, marque son territoire. Au-delà de ces limites, c’est une autre ville, pire, un autre monde qui commence, celui de la bourgeoisie et de ses notables (l’avocat par exemple, p. 150) :

El mundo terminaba en el Peso de la Paja, porque al otro lado de la Ronda los espacios se ampliaban de tal modo que ningún niño normal se hubiera atrevido a cruzarlos.
Aunque ya no existía la forma física de las murallas, la escisión entre mundos distintos era claramente perceptible y lo sería mucho más cuando mis calles de infancia empezaron a degradarse con el exceso de población, el caos urbanístico y la incuria. (157-158)

  • 8 Juan Marse et toutes ses œuvres qui se situent autour des quartiers de la Ronda de Guinardó et de G (...)
  • 9 Maruja Torres, Un calor tan cercano.

10Tout comme d’autres romanciers barcelonais, Juan Marsé8 ou Maruja Torres9, les limites du quartier ne sont pas administrativement établies mais elles sont présentes dans l’esprit de tous les habitants. La représentation de la ville est en fait largement une représentation sociale sous la forme d’une identification des principaux acteurs sociaux qui « font » ou « ont fait » la ville telle qu’elle est. En ce sens, et comme le souligne Manuel Vázquez Montalbán, la ville recrée sur la terre l’ordre et la hiérarchie céleste :

  • 10 Manuel Vázquez Montalbán, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, Barcelona, Gri (...)

Cuadrado o círculo, la geometría como soporte de la realidad, el simbolismo descubre en la ciudad la voluntad de orden, la delimitación racional de un espacio que trata de reproducir en la tierra el orden de los cielos, la materialización de una idea.10

11Cette autre ville, par rapport à laquelle l’identité des habitants se construit, c’est essentiellement El Ensanche. Un monde très différent qui fascine et qui fait peur à la fois. Tout y est « grand », « énorme », « large », « prodigieux », « beau », « ordre », « clarté », « semblable à une apothéose paysagiste » (158) :

Ya se ha visto que, cuando crucé por primera vez las murallas y entré en el Ensanche, me pareció que el mundo quedaba calificado muy lejos de mi alcance. (244)

12La volonté familiale, surtout celle de la mère et des deux tantes de Terenci, amènera toute la famille à émigrer vers ces nouveaux quartiers bourgeois. Ce passage signifie pour le jeune garçon un véritable bouleversement et surtout la mort d’un monde, celui de son enfance :

Los antiguos misterios de mi infancia, en los rincones de la Barcelona popular, quedaron sustituidos por la presencia del lujo o, si he de ser más exacto -o acaso más penoso—, por las tristes apariencias de un lujo prestado. (393)

13L’identité physique du personnage s’en trouve d’ailleurs grandement affectée. L’enfant ouvert qui était le centre du Peso de la Paja commence à se replier sur lui-même, à vouloir passer inaperçu. Le jeune adolescent n’accepte pas les modifications physiques de son corps. Ramón ne se sent pas du tout à l’aise dans cette nouvelle ville. Tout devient alors solitude (411, 421) et étrangeté (411). Les signes d’identité que s’était donnés l’enfant ou que sa ville-quartier lui avait attribués lui échappent. Son identité se complexifie. Or, cela s’accompagne dans notre œuvre d’une démultiplication des villes. Barcelone n’est plus la seule cité à être mentionnée : Rome et Alexandrie font leur apparition.

B –... et multiple : Rome et Alexandrie

14À ce propos, il est surprenant de constater que les mémoires de l’auteur ne débutent pas sur un « je suis né à Barcelone », mais par une présentation de plus de vingt-cinq pages de « La ciudad de Roma en el año 1969 d. de C. » (21) alors que l’auteur a déjà vingt-sept ans. Outre l’inspiration stendhalienne des Chroniques italiennes (51), Rome est perçue très rapidement comme un prolongement de Barcelone. Rome se perpétue dans Barcelone, à moins que ce ne soit le contraire. En fait, l’auteur semble dire que pour mieux le comprendre, il faut partir de l’analyse de ce qu’il est lorsqu’il se trouve à Rome : l’aboutissement de tout un parcours déformant auquel l’art et tout particulièrement la littérature ont grandement contribué :

Mis orgasmos estaban acaparados por la ciuda de Roma y las deformaciones de la literatura. (32)

15Comment ne pas penser alors aux Regrets de Du Bellay. La cité papale n’est parvenue qu’à rajouter à l’identité du personnage une couche supplémentaire de paraître, un masque qui occulte les manques affectifs :

[...] sólo comprendía que las máscaras que me prestaba Roma no me servían para seducir a todo el mundo por igual. (270)

16L’identité de l’auteur se complexifie à un tel point qu’il ne sait plus exactement d’où il est. Il en arrive même à se demander s’il n’est pas né à Alexandrie (58, 63). Où qu’il se trouve, son identité n’est jamais complète. C’est une insatisfaction permanente :

Aportaron una nostalgia infinita de Roma a mi exilio barcelonés (porque en mi ciudad me sentía un pobre exiliado romano, y no lo contrario). (262)

17Moix ne se sent jamais bien où qu’il soit, car c’est un citoyen de toute part, de toute ville, un hybride, un véritable no man’s land, un « tierra de nadie » comme l’indique le titre du « libro segundo » de l’œuvre. Le lecteur en arrive à se demander qui influence qui. -Barcelone et ses dérivées — Rome et Alexandrie — sont-elles réellement à l’origine de l’identité complexe de l’auteur ou est-ce l’auteur qui projette sur la ville démultipliée son identité à plusieurs facettes ? Une interaction ambiguë entre ville et identité de l’homme que Pierre Sansot a mise en évidence :

  • 11 Mikel Dufrenne, « Préface » à : Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Méridiens Klincksieck, (...)

Sansot n’oublie jamais que si l’homme est à l’image de la ville, la ville est tout autant à l’image de l’homme : édifiée par lui, marquée en tous ses lieux par son travail, ses peines et ses joies, tout ce que la présence humaine dépose sur les pierres. Et c’est pourquoi les critères qui permettent de déterminer les parcours et les lieux, s’ils sont objectifs, sont aussi subjectifs.11

18L’objet des mémoires est alors de justifier un tel résultat : comment l’auteur en est arrivé à une telle complexité ?

II- La ville au centre de la quête identitaire

A – Parcours et quête identitaire

  • 12 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 45.

Ce qui est beau poétiquement et ce qui réconcilie la part de la nécessité et l’honneur de l’homme, c’est qu’une même marche ait un sens visible et invisible, c’est qu’en changeant de lieu on se change. Alors toutes les étapes constituent les degrés indispensables de cette initiation au terme de laquelle l’homme acquiert un peu plus d’humanité ou succombe, s’il capitule.12

  • 13 Ibidem, p. 55.

19Moix s’humanise-t-il dans cette quête identitaire que lui propose la ville ou les parcours citadins qu’il emprunte sont-ils l’expression des méandres de son identité ? Quel est ce « sens visible et invisible » que nous devons déchiffrer ? Je me propose donc d’analyser par quels trajets l’homme peut appréhender la ville, et par là même, mieux se connaître lui-même. En effet, « la ville peut se donner comme l’enjeu d’une recherche difficile et, en ce cas, sa découverte nous rapproche de la quête du Graal. [...] Sous un aspect plus ou moins humaniste, il importe à l’homme de s’accomplir »13. Ainsi, je partirai de Rome, qui est, comme je l’ai souligné, l’accomplissement de l’identité moixienne. La cité romaine concentre pour l’auteur toutes les valeurs culturelles dont il a longuement rêvé. S’accomplir en tant qu’artiste implique des promenades sans fin à travers les jardins, les églises, les musées et tout spécialement les ruelles :

Roma se me ofrecía, así, como un valor cultural diverso, ecléctico, presto a ser inaugurado a cada momento, a cada paso de inacabables paseos por sus jardines, sus iglesias, sus museos y muy especialemente sus callejas. (33)

20Cependant la relation avec la ville n’est pas aussi facile. Rome ne se livre pas entièrement. Tout comme le précise Pierre Sansot :

  • 14 Ibidem, p. 245.

L’homme concerné par une ville se débat à travers des avancées victorieuses, des moments de rechute, des périodes de doute comme s’il fallait arracher à sa ville un aveu qu’elle profère toujours à contrecœur.14

  • 15 Ibidem.

21Il peut même arriver que l’auteur ne voit plus dans la ville qu’« une source de jouissance, franches ou frileuses mais une épreuve qu’il ne peut éviter, par laquelle il doit passer, dont il est impossible qu’il sorte totalement indemne. Il s’y enrichira peut-être ; il s’y usera à coup sûr »15.

  • 16 Manuel Vázquez Montalbán, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, p. 10.

22Le plus souvent, ce n’est pas la ville en tant qu’entité urbaine et géographique qui use Moix, mais c’est une partie de ses composantes et surtout la part sociale qui mine l’écrivain. L’identité moixienne prend forme par rapport à la société qui l’environne : tout d’abord le franquisme censeur, mais aussi et surtout la bourgeoisie catalane. Celle-ci parvient à façonner la ville à son image et, par contre coup, serait prête à façonner l’image de l’auteur. Manuel Vázquez Montalbán précise bien que « más acá del idealismo, cualquier ciudad contemporánea es físicamente la resultante de la hegemonía de los sectores sociales que estuvieron en condiciones de atribuirle su fisonomía. Conserva las arqueologías de su tiempo de esplendor y derrumba las arqueologías de los perdedores sociales que sin embargo la construyeron »16. Moix n’aura de cesse de se positionner par rapport à cette bourgeoisie entreprenante qu’il critique dans la plupart de ses œuvres : Le Jour où est morte Marylin, Vagues sur un rocher désert ou Le Sexe des anges. Mais la bourgeoisie aura raison de lui : il s’exile à Rome.

B – Une identité tiraillée entre deux conceptions de l’espace citadin

  • 17 Pierre SANSOT, Poétique de la ville, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 65.
  • 18 David Gascoigne, « Entre les géométries et la jungle – Quelques espace du moi dans Le Procès-verbal(...)
  • 19 « Y si algo encuentra y vuelve a encontrar es el recuerdo obsesivo de la inmensa matriz de Roma y a (...)

23Bien heureusement pour le jeune Ramón, « une ville se compose aussi de visages, de corps et elle appara[ît] comme un paysage sensible très nuancé »17. Ainsi, « tandis que le moi, dans son engagement — fût-ce imaginaire — avec l’univers naturel ou social, fait surgir un espace catastrophique illimité, sa réaction contraire, celle d’une retraite en soi-même, exige un espace refuge clos et défini, locus emblématique d’une identité bien centrée, rassurante »18. Moix trouvera cet espace refuge dans le quartier de son enfance et avec les gens qui le peuplent. D’abord, son père, que l’enfant adore et que l’adolescent rejette, incarne la figure de l’authenticité pour l’adulte. En effet, ce n’est que bien des années plus tard, alors qu’il se trouve à Rome19, que Terenci reconnaît le rôle fondamental de son père dans l’appréhension spatiale de Barcelone :

Tuvo que ser mi padre quien me revelase el secreto de aquella familiaridad, parecida a un fatalismo. Fue en Roma, durante uno de esos inevitables itinerarios por el Trastavere a que me veía obligado cuando cualquier visita me convertía en cicerone inevitable. [...] En aquel laberinto de calles prestigiadas por tantas mitologías literarias, papá sintióse completamente desilusionado. Decidió que estaba perdiendo el tiempo.
Estás como una cabra, hijo mío. ¡Mira que venir a Roma para encontrarse con tanta mierda !
¡Es el Trastavere ! — exclamé yo, herido, en mi vanidad culturalista.
Como si quiere ser La Meca. ¿No ves que es igual que la calle Fernandina, la de Montalegre, la de... ?[...]
Entonces comprendí que, durante toda mi infancia, papá había sido el interlocutor de mi autenticidad. Comprendí en Roma que gracias a sus paseos desde el Peso de la Paja, llegué a hacer mía la belleza de Barcelona, los últimos suspiros de su tiempo eterno. (159-160)

24Cette révélation sera essentielle car elle permet non seulement à l’auteur de mieux saisir pourquoi il se sent bien à Rome, mais surtout de mieux comprendre ce qui est authentique, artificiel ou hybride chez lui. L’attitude du père est très révélatrice de cette constance dans l’identité par rapport à un lieu, à une ville. Ainsi, lorsque la famille emménage dans l’Ensanche, le père, pour sa part, refuse catégoriquement d’abandonner l’entresol obscur de la rue Ponent. (394)

25A l’opposé, la mère de l’auteur n’a de cesse de brouiller l’identité du jeune adolescent en train de se construire. Ce brouillage est dû, ici aussi, à la relation que la mère entretien avec la ville. La volonté de progression sociale maternelle amène la famille à émigrer du Barrio Chino populaire à L’Ensanche bourgeois. L’identité de l’auteur se construit par rapport à la vision changeante que la mère a de Barcelone :

Mamá se encargaba de proporcionarme paisajes distintos de ni ciudad. Ella aspiraba a los espacios desahogados y cargados de luz. Para entregármelos, se inventó la ceremonia que denominábamos « ir a ver escaparates ». No los de nuestra calle, que bastante vividos los teníamos. Nunca éstos. Sí los del barrio del lujo, el boato y la prosopopeya, como decían en los tebeos de Pulgarcito. (161)

  • 20 Jean Chevalier & Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont / Jupiter, Bouq (...)

26La mère impose sa ville à son enfant sans entrevoir les problèmes identitaires qui peuvent en découler. En cela, elle incarne la conception mythologique de la cité qui selon Chevalier et Gheerbrant : « [...] est un des symboles de la mère, avec son double aspect de protection et de limite. Elle s’apparente en général au principe féminin. De même que la ville possède ses habitants, la femme contient en elle ses enfants. C’est pourquoi les déesses sont représentées portant une couronne de murs. Dans l’Ancien testament, les villes sont décrites comme des personnes »20. Mais, le plus intéressant de cette vision maternelle de la ville est que la mère de Moix rejoint l’idée de changements à l’intérieur de l’identité, comme on peut le trouver dans le Théétète de Platon :

  • 21 Stéphane Ferret, L’Identité, Paris, GF Flammarion, Corpus, 1998, p. 88. (Héraclite, Fragments, trad (...)

Que les choses, contrairement aux apparences, sont essentiellement instables, mouvantes, éphémères — ce qui naît périt aussitôt — et ne peuvent donc jamais être identiques à elles-mêmes, au sens de la permanence et de la stabilité parménidienne.21

27En cela, la mère pousserait l’enfant à construire son identité en lui imposant un changement dans sa vision de l’espace. Nous sommes alors en plein dans la perception traditionnelle antique de l’identité connue sous le nom de mobilisme universel qui prétend que le monde n’est pas constitué de « continuants » mais de « devenants ». Dans cette perspective, les êtres ne sont pas mais deviennent et deviennent toujours autres. Cette conception de l’identité ne serait pas celle adoptée par Moix adulte pour qui, dans son sens le plus fort, l’identité est une notion existentielle. Il rejoint pour sa part la pensée de Leibniz pour qui l’identité est bien la relation que chaque individu (chose, entité) entretien avec lui-même tout au long de son existence ou de sa carrière. Si la mère suggère une identité qui se crée en mouvement par des changements de lieux à l’intérieur de la ville, Moix adulte est à la recherche d’une permanence qu’il retrouve en tout lieu et que seule une vision d’ensemble peut lui permettre avec le recul que lui confère son âge et son autobiographie.

III- Des identités complexes qui s’influencent mutuellement

A – La ville pour une identité complexe et labyrinthique

28Dès le début, il faut remarquer que la complexité de l’identité de l’auteur ne lui permet pas de connaître ce qu’est réellement la ville. Il ne la perçoit qu’à travers un filtre qu’il s’impose lui-même, celui de l’art, de la littérature... :

Del mismo modo que no sentía los cuerpos sino a través de su ficción, no vivía Roma sino en su estética. Desglosé sus tiempos múltiples para provocar nuevas y profundas desviaciones de la realidad. Roma fue convirtiéndose en una acumulación de literatura que se mezclaban hasta aturdirme. (51)

  • 22 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 56.

29Cette attitude d’esthète est ouvertement condamnée par l’entourage de l’auteur et notamment un de ses mentors à Rome : Pasolini. Le cinéaste voudrait que Moix soit un peu plus viscéral et se laisse aller à ses pulsions. En même temps, cette complexité identitaire trouve un écho dans la ville qui est elle aussi complexe et ambiguë. Barcelone s’affirme comme une ville paradoxale qui vit en tournant le dos à la mer et qui « prend le monde pour son derrière » (62) : « En outre, une ville, par ses multiples contours, par ses tracés parfois imprévisibles, évoque le labyrinthe. Elle nous fait passer de l’égarement à la connaissance. Comme le labyrinthe, elle s’inscrit dans un espace clos qui nous force à revenir sur nos pas. [...] La clôture de la ville paraît plus subtile que celle d’un labyrinthe ordinaire. De ce dernier, nous ne pouvons facilement sortir. De la ville, nous avons souvent la possibilité de nous extraire, mais, alors, nous la perdrions et, du même coup, nous perdrions l’enjeu qu’elle représentait, ou, encore, nous n’avons pas la force mentale de l’abandonner »22. La ville, Barcelone en ce qui nous concerne, comparable au labyrinthe, permet à Moix de se perdre, mais aussi de se retrouver en passant par ses dérivés ou ses prolongements : Rome et Alexandrie.

B – Ville et auteur : une même identité complexe

  • 23 Jean-François Tribillon, L’Urbanisme, Paris, Éditions La Découverte, Col. Repères, 2002, p. 91 et s (...)

30La ville de Rome exerce une véritable dictature sur les sens de l’auteur (33). C’est elle qui le mène. Il ne peut rien faire contre elle. Il lui laisse la parole. Il rejoint en cela les nouvelles approches de l’urbanisme contemporain qu’il applique, sûrement sans le savoir, à sa relation avec la ville. Tout comme le constructeur adoptant les théories du « réal-urbanisme contemporain »,23 l’auteur-architecte n’a plus mission de modifier la structure urbaine.

  • 24 Ibidem, p. 92.

Cette planification s’efforce donc de dire que la ville est un contenant qui doit être défini plus finement par le contenu, c’est-à-dire le développement de la société urbaine tel que le projettent plus précisément les plans de détail et les opérations d’aménagement urbain.24

  • 25 Ibidem.

Ce réal-urbanisme abandonne tout volontarisme et renonce à construire l’unité de la ville.25

31Or, n’est-ce pas ce que propose Moix lorsqu’il suggère une approche multiple et non plus unitaire de Barcelone ? La cité libre de toute entrave scripturale et/ou auctoriale acquiert peu à peu son autonomie et son identité. Elle est libre et s’étend là où elle le décide :

  • 26 Ibidem, p. 100.

De là la théorie implicite de l’ultralibéralisme appliqué à l’urbanisme : la ville est le produit direct de son fonctionnement. La ville se fait elle-même. D n’est nul besoin de concepteurs, planificateurs, maîtres d’œuvre pour concevoir, organiser, projeter la ville à venir, prescrire ce qu’elle doit devenir.26

32La ville échappe à Moix :

Salí a la terraza y vi que amanecía sobre Roma y pensé que, al igual que el sexo, la ciudad divina se me escaparía. O acaso se me estaba escapando ya, acaso nunca conseguí poseerla por mucho que llegué a estudiarla. Porque tampoco me beneficiaba de Roma sino de su fotocopia idealizada. (53)

  • 27 Mikel Dufrenne, « Préface » á : Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 3.

33Mais en même temps, et c’est là où réside le plus grand paradoxe de la relation intime qui unit Moix à sa ville, en lui échappant, elle devient de plus en plus fascinante. Moix s’accroche d’autant plus à elle, comme l’amant à l’être de fuite tel que l’a défini Proust dans La Recherche. La ville se fait aimer, désirer. Or, « tous ceux qui vraiment habitent la ville, la ville les fait parler. Davantage, elle les fait être »27. Ainsi, la ville traque. Son inhumanité s’exerce sur l’homme traqué qui va éprouver cette vérité dans son corps, dans ses jambes, dans son esprit. Dans cette situation de l’extrême entre l’individu et la ville, celle-ci révèle alors à celui-là son identité la plus profonde, celle que l’auteur voulait se cacher à lui-même car elle lui faisait trop peur, une identité effrayante qui sera son lot tout au long de sa vie :

Y mi ciudad se convirtió en lo que iba a ser a partir de entonces : una respuesta pétrea a toda la angustia que me devoraba, a la indecisión que guiaba mis pasos, a los abismos que se abrían entre el hombre y el mundo. Era la amenaza de la vida cerniéndose sobre el nuevo espíritu que se obstinaba en nacer. (411)

34L’angoisse est la caractéristique essentielle, existentielle de Moix. A Rome, elle deviendra le moteur de son écriture :

Existía completamento poseído por una furia heredada de cuantos enamorados de Roma me precedieron. Por ellos, y desde ellos, escribía como no he vuelto a escribir : a una velocidad frenética, que me empujaba a aporrear la máquina como un orate, prestándome así al fluido libre, desaforado, que me gustaba dar a mi prosa. (33)

  • 28 « En todos los casos, transmitía a la literatura la inacabable multiplicidad que Roma me ofrecía y (...)
  • 29 « Tal vez este juego de encrucijadas indecisa sea un buen ejemplo de mi hibridez constante y explic (...)
  • 30 « Dejadme afirmar, en cambio, que la parte de Barcelona que me afecta empieza y termina en su gotic (...)

35La ville révèle l’identité profonde et souvent cachée de l’auteur. Rome, multiple, fait émerger sa multiplicité28 ; Alexandrie, point de jonction entre Orient et Occident, accentue son hybridité29 ; Barcelone, triomphante et obsessive dans sa gothicité, écrase l’auteur et va jusqu’à se substituer à lui30. Il se rend compte alors que son identité est complexe grâce à la ville qui en est le révélateur. La ville permet de prendre conscience de ce que l’on est, de ce que l’on sera ou de ce que l’on a été :

¿Arranca en Roma la plena conciencia de cuantos fracasos estaba destinado a vivir en el futuro ? Más bien culmina una tendencia al aislamiento que mi sexualidad fue cultivando durante muchos años de juzgar la vida como si la estuviese observando desde la butaca de un cine. (51)

  • 31 « Aquí está inesperadamente la vida. Me encuentro instalado en el contrasentido. Estoy en una dimen (...)

36Cette prise de conscience n’est possible que parce que Moix trouve un écho dans la ville qui est à son image, d’une complexité infinie (423) qui frise parfois le contresens31. La ville se substitue à l’auteur et devient le personnage principal de l’œuvre. Il ne peut en être autrement puisque c’est elle qui a l’identité la plus riche : variétés géographiques de ses quartiers, richesses des multiples époques qu’elle a connues, pouvoirs ensorcelants et témoin de tout :

Los espejos se multiplican y, en ellos, el tiempo va transcurriendo también sobre la ciudad. Porque era ella la gran protagonista de mi libro, porque era ella, la grande, soberbia hechicera, testigo de todo, celadora de nada. Mi recuerdo la había mitificado, testigo de todo, celadora de nada. Había convertido sus vivencias en espacios secretos. Pero ahí sigue al cabo del tiempo, ahí muere y resucita alternativamente esa ciudad que convierte mi humor en sarcasmo, mi ternura en crueldad, mis vivencias en necrópolis y todos mis regresos en constante ceremonia del dolor. (69)

37L’auteur est alors dépassé par la ville qui l’a vu naître, mais dont il est aussi le créateur livresque. L’homme véritablement concerné par la ville la traite comme une personne. D’abord il l’institue témoin et juge de son existence, de sa réussite ou de son échec. Son destin semble se jouer entre lui et elle : frappé d’impuissance s’il n’arrive pas à la pénétrer.

  • 32 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 245.

Le débat, pour lui, se situe ailleurs — entre lui-même et cette ville à laquelle il est destiné, qu’il ne peut jamais tout à fait dominer, dont il ne peut pas non plus se déprendre et dont il cherche à deviner un secret vital pour lui.32

  • 33 Alain Goulet, « Les lieux du moi dans Rue des boutiques obscures de Patrick Modiano » in Le moi et (...)

38Quel est donc ce secret que cacherait la ville à Moix ? En fait, tout comme Alain Goulet dans son étude sur « Les lieux du moi [...] », on peut dire qu’« en définitive, après les impasses pour la constitution du moi auxquelles mènent l’enquête sur le terrain (lieux de réalité), et les transferts diégétiques du même à l’autre, nous constatons que c’est à un troisième niveau, celui de l’investissement personnel de l’auteur, que les lieux sont le plus manifestement l’expression du moi. C’est cet horizon archétypal personnel qui confère au livre ses vraies zones d’ombre et ces eaux troubles [...] qui permettent au lecteur de féconder un récit échappant ainsi au schématisme »33.

IV- La mémoire et l’imagination au cœur de la cité et de l’identité

A – La ville et la mémoire pour une identité nouvelle

39Face à une situation nouvelle, mélange d’amour et de haine, entre homme et ville, l’auteur commence à définir d’autres signes identitaires, ceux de la marginalité.

  • 34 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 123.

L’homme marginal est à la recherche d’une complétude qui se donne comme la marque de toute conscience mais dont nous nous sommes détournés, en fuyant notre condition humaine ; plus précisément en considérant comme « normale » une situation inhumaine.34

  • 35 Stéphane Ferret, L’Identité, pp. 30-31.

40Cette complétude, Moix la cherche dans la ville. Cependant, le temps est passé et la cité a changé. Pour retrouver Barcelone telle qu’il l’a vécue et qu’il souhaite l’appréhender à nouveau, un seul moyen : la mémoire. En plaçant de la sorte la mémoire au cœur de sa quête identitaire, Moix rejoint la philosophie de Locke pour qui « c’est la conscience de soi qui détermine l’identité personnelle : une personne demeure une et la même tant qu’elle a conscience d’elle-même. Dans la mesure où la conscience de soi porte non seulement sur le présent mais encore sur le passé, c’est-à-dire implique la possibilité de s’éprouver comme un et le même tout au long de son existence, c’est à la mémoire que Locke rattache, en dernière instance, l’identité personnelle »35.

  • 36 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 238.

41D’où le projet très cohérent chez Moix, de se reconstruire en retrouvant sa ville par la mémoire dans ses mémoires. Cet « amour de la ville plus que tout autre sentiment se prête à une réduction possible. Il s’agira de montrer qu’il masque autre chose, un désir plus authentique et plus fondamental »36. En effet, en écrivant Barcelone, c’est Moix qui cherche à s’écrire ou plutôt à se réécrire tel qu’il aurait aimé être. Il s’en suit quelques modifications, voire déformations, volontaires ou involontaires imputables à l’auteur, à la mémoire et à son corrélat, l’oubli :

Si deseo recorrer como turista espiritual los caminos que esconde la memoria, me adentro por el laberinto de callejas que rodean al Peso de la Paja y, una vez en la calle Ponent, observo la que fue mi granja, todavia pintada de azul celeste, tal como la dejase ni padre hace aproximadamente cuarenta y cinco anos. (89)

  • 37 Thierry Laurent, L’œuvre de Patrick Modiano : une autofiction, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (...)
  • 38 David Gascoigne, op.cit., p. 67.

42La mémoire transforme et mythifie la ville (69) et cela d’autant plus que l’auteur se laisse facilement aller à la déformation (76). Mais en même temps, comme le souligne Thierry Laurent dans son étude sur l’autobiographie et l’autofiction : « mentir sur sa propre vie ou en déformer le contenu, c’est exprimer l’impossibilité de l’auto­connaissance »37. Cela signifierait-il que Moix, malgré ses nombreux efforts, se trouve dans l’impasse et ne peut pas se connaître ? Moix semble ne pas vouloir choisir entre ce que David Gascoigne appelle « l’apothéose du moi, ou de son effacement »38. L’auteur oscille sans cesse entre deux types d’espace, deux mouvements complémentaires qui marquent le va-et-vient entre le moi-refuge et le monde-catastrophe. Pour dépasser cette alternative, la dialectique suivie est celle que suggère l’imaginaire.

B – Ville (et) imaginaire

  • 39 Alain Goulet, « Les lieux du moi dans Rue des boutiques obscures de Patrick Modiano » in Le moi et (...)

43En fait, l’identité de l’auteur est en train de se modifier. Tout comme le confirme Alain Goulet, dans son étude sur Le moi et ses espaces -Quelques repères identitaires dans la littérature française contemporaine : « Le moi déficient, défaillant, fantomatique, errant, sans lieu, sans forme, sans racine, sans histoire, sans identité, crée son seul moi possible, celui de l’imaginaire qui le recrée à son image, constituant ainsi un espace autobiographique mythique »39. La ville de Barcelone va alors passer par les filtres non seulement de la mémoire, mais aussi et surtout des transferts iconographiques que propose le cinéma. La ville s’en trouve alors plus belle si elle est idéalisée. La cité se transforme en même temps que se transforme l’identité de l’auteur : les deux entités ne peuvent alors exister qu’à travers l’écran : écran-filtre qui ne permet plus d’accéder à l’identité première, écran-reflet cinématographique qui propose une identité seconde reconstruite :

[...] desplegué sobre el cielo de Roma una inmensa pantalla que lo dominaba todo. Y así Roma volvió a ser variopinta, irracional escenografía de mis sueños de cinemascope. (53)

  • 40 « Sueños falaces nacieron en las callejas que rodean el Peso de la Paja. » (20)
  • 41 « [...] la fotocopia de Roma era más apasionante que Roma misma porque la había sacado de mil Romas (...)

44Il devient alors bien plus passionnant de vivre dans le monde de l’imaginaire, des songes40, des miroirs déformants et des « photocopies »41 que dans celui de la réalité :

Que Roma era el sueño del Peso de la Paja. Que toda la realidad del ancho mundo eran mis fantasías y nada más. (424)

Todas las ciudades que he descrito han sido siempre Barcelona y en todas me he sentido extraño como me sentí, aquel día, ante la feroz indiferencia de las calles nuevas, que se obstinaban en prescindir de mí. (412)

45Toutes les frontières spatio-temporelles sont abolies. Rome n’est que le songe de la cité comtale et toutes les cités ne renvoient qu’à une seule ville, toujours la même, Barcelone. L’imaginaire prend le dessus. Le réel est anéanti et ce sont des villes idéalisées, féériques, mythiques qui envahissent l’esprit de l’enfant :

Decían los profesores Aritmética y yo murmuraba Bagdad. Anunciaban Geometría y yo musitaba Samarkanda. Me gritaban Catecismo y yo exclamaba Pompeya. (216)

46L’imaginaire est si fort que l’identité de l’enfant en est totalement bouleversée. Ce n’est plus la réalité qui est sublimée mais c’est le rêve qui cherche à tout prix un espace dans la cité qui lui fera écho afin de pouvoir s’y incarner :

En la niñez, los espacios alterados de la quimera me llevaban a buscar en la realidad cualquier espacio parecido a la fantasía. (108)

  • 42 Julien Gracq, P. 842, in « Les yeux bien ouverts »in Œuvres complètes, I. Anne Chevalier, « Julien (...)
  • 43 Manuel Vazquez Montalban, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, p. 118 : « la (...)

47Avec Terenci Moix, l’imaginaire est encensé, porté à la puissance deux, voire à la puissance trois. En effet, le réel est tout d’abord sublimé par l’imaginaire. Ensuite, l’imaginaire vient s’installer en lieu et place de la réalité. Finalement, n’oublions pas, comme je l’ai précisé dans l’introduction, que nous sommes dans un récit autobiographique. Dans ce cas, « il faut se méfier de la frontière ainsi tracée entre le fictif et le réel. Dans la mesure où un livre peut être défini comme « un grand courant imaginatif » [expression de Julien Gracq], l’espace autobiographique inclut la fiction. D’autre part les souvenirs dont, à première vue, une autobiographie est faite, appartiennent aussi à l’imaginaire. En effet, la mémoire retient « surtout ce que les images élues étaient capables de vivifier, d’électriser, tout ce qui était en somme matériaux bons conducteurs »42. La ville est le lieu de prédilection de l’imagination. Elle concentre les lieux propices à son épanouissement (les cinémas), elle en est le sujet principal en tant que protagoniste des mémoires de l’auteur. « L’imagination a abandonné les campagnes, la nature libre [comme le dit Manuel Vázquez Montalbán] pour se réfugier dans les villes, ces étranges géographies synthétiques créées par le commerce et l’industrie pour rendre plus productive la relation interhumaine »43. Nous débouchons alors sur une insaisissable légèreté des identités, ville ou personne, une insaisissable légèreté de l’être toujours fuyant car appartenant à d’autres mondes et que suggère, dès le but de l’œuvre, le titre générique des mémoires : ce poids de la paille, le nom si simple d’une place barcelonaise pour parler d’une identité si complexe.

Conclusion

48C’est dans ses écrits autobiographiques que Moix crée ou recrée son identité.

  • 44 Manuel Vazquez Montalban, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, Barcelona, Gri (...)

Pobreza y corrupción crean la ciudad franquista construida sobre toda clase de hambres y racionamientos, y cuando hay dinero para corromper y para construir aparecen esas ciudades feísimas que estéticamente sólo admitirían la solución maximalista aportada en su día por el arquitecto Orial Bohigas : destruirlas. Pero las propuestas de destrucción de lo feo tienen quecontenerse ante la evidencia de que a veces lo feo es imprescindible para sobrevivir, es inevitable.44

  • 45 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 47.

La ville nous concerne et nous parle à double titre, archéologique et téléologique : parce que nous procédons d’elle et, parce que nous avons à la faire exister et à nous réaliser en elle. Elle se donne à nous, comme une origine et comme une fin45.

  • 46 Ibidem, p. 52.

Il se peut que la ville se dérobe davantage à mesure qu’elle se livre. En effet, il s’agit d’un rapport qui peut se comparer aux relations de deux personnes entre elles, où la transparence et la distance se mêlent ; mieux, au rapport de l’homme et d’une œuvre d’art qui illumine et qui enténèbre davantage que l’objet quotidien. Plus de clarté et aussi plus de mystère. Nous ne connaissons pas mieux une ville, quand nous vivons en intimité avec elle, mais, et, là réside l’essentiel, nous la sentons exister avec le plus d’intensité46.

49Une identité qu’il attribue en grande partie aux villes – Rome et Barcelone – mais qu’il ne peut évoquer dans ses écrits autobiographiques, avec du recul, même si cette démarche est souvent éprouvante car il faut évoquer le passé et ses misères.

Haut de page

Notes

1 Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre, 1990.

2 Je conserve volontairement ce possessif ambigu car il peut ainsi renvoyer à l’identité de l’auteur ou à celle de la ville.

3 Jean-François Tribillon, L’Urbanisme, Paris, Éditions La Découverte, Col. Repères, 2002, p. 9.

4 Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 11.

5 Ibidem.

6 Ibidem.

7 Ibidem.

8 Juan Marse et toutes ses œuvres qui se situent autour des quartiers de la Ronda de Guinardó et de Gracia.

9 Maruja Torres, Un calor tan cercano.

10 Manuel Vázquez Montalbán, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, Barcelona, Grijalbo Mondadori, Letras de crítica, 1998, p. 9.

11 Mikel Dufrenne, « Préface » à : Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 4.

12 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 45.

13 Ibidem, p. 55.

14 Ibidem, p. 245.

15 Ibidem.

16 Manuel Vázquez Montalbán, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, p. 10.

17 Pierre SANSOT, Poétique de la ville, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994, p. 65.

18 David Gascoigne, « Entre les géométries et la jungle – Quelques espace du moi dans Le Procès-verbal de Jean-Marie Le Clézio » Le moi et ses espaces – Quelques repères identitaires dans la littérature française contemporaine, dir. David Gascoigne, Centre de recherche « Textes/Histoire/Langages », Caen, Université de Caen, 1997, p. 66.

19 « Y si algo encuentra y vuelve a encontrar es el recuerdo obsesivo de la inmensa matriz de Roma y aquel año 1969 que resumió en un mismo joven asexuado todos los fallos de un niño horrible. » (250).

20 Jean Chevalier & Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont / Jupiter, Bouquins, 1969, (édition corrigée 1982), p. 1015. (151d-152d, trad. É. Chambry, in Théétète-Parménide, GF-Flammarion, p. 72-75)

21 Stéphane Ferret, L’Identité, Paris, GF Flammarion, Corpus, 1998, p. 88. (Héraclite, Fragments, trad. M. conche, PUF, 1986). (Lettre à Arnault du 30 avril 1687 in Œuvres, Tomes I, édité par L. Prenant, Aubier, 1972, p. 251-256)

22 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 56.

23 Jean-François Tribillon, L’Urbanisme, Paris, Éditions La Découverte, Col. Repères, 2002, p. 91 et suiv.

24 Ibidem, p. 92.

25 Ibidem.

26 Ibidem, p. 100.

27 Mikel Dufrenne, « Préface » á : Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 3.

28 « En todos los casos, transmitía a la literatura la inacabable multiplicidad que Roma me ofrecía y que, lentamente, me hacía múltiple a mí mismo. El gigantesco conglomerado de épocas que me permitía vivir en una dimensión constantemente irreal, convirtiéndome en habitante de muchos tiempos distintos y en intérprete de no sé cuantos ciclos novelísticos. » (32)

29 « Tal vez este juego de encrucijadas indecisa sea un buen ejemplo de mi hibridez constante y explicaría el alejandrinismo al cual me acojo desde que supe que no soy de nadie ni de ningún lugar. » (72)

30 « Dejadme afirmar, en cambio, que la parte de Barcelona que me afecta empieza y termina en su goticidad. Aparece ésta, triunfante, envolvente, obsesiva al final de mis callejas ; me rodea, me aplasta y llega por fin a sustituirme. En esta Barcelona baja, llena de mugre, el gótico es un leit-motiv empeñado en sublimar mi origen bajo una capa de buen gusto. » (244)

31 « Aquí está inesperadamente la vida. Me encuentro instalado en el contrasentido. Estoy en una dimensión que no he solicitado y de la cual me arrancarán cuando empiece a hacerla mía La vida me ha elegido, no yo a ella. La ciudad, la calle, la época, los idiomas, han decidido por mí. Yo soy un accidente. »(63)

32 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 245.

33 Alain Goulet, « Les lieux du moi dans Rue des boutiques obscures de Patrick Modiano » in Le moi et ses espaces — Quelques repères identitaires dans la littérature française contemporaine, p. 120.

34 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 123.

35 Stéphane Ferret, L’Identité, pp. 30-31.

36 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 238.

37 Thierry Laurent, L’œuvre de Patrick Modiano : une autofiction, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1997, p. 30.

38 David Gascoigne, op.cit., p. 67.

39 Alain Goulet, « Les lieux du moi dans Rue des boutiques obscures de Patrick Modiano » in Le moi et ses espaces..., pp. 120-121.

40 « Sueños falaces nacieron en las callejas que rodean el Peso de la Paja. » (20)

41 « [...] la fotocopia de Roma era más apasionante que Roma misma porque la había sacado de mil Romas distintas. » (53)

42 Julien Gracq, P. 842, in « Les yeux bien ouverts »in Œuvres complètes, I. Anne Chevalier, « Julien Gracq et l’espace autobiographique », p. 20, in Le moi et ses espaces..., p. 20.

43 Manuel Vazquez Montalban, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, p. 118 : « la imaginación abandonó el campo, la naturaleza libre, y se metió en las ciudades, aquellas extrañas geografías sintéticas creadas por el comercio y la industria para hacer más productiva la relación interhumana. »

44 Manuel Vazquez Montalban, La literatura en la construcción de la ciudad democrática, Barcelona, Grijalbo Mondadori, Letras de crítica, 1998, p. 59-60.

45 Pierre Sansot, Poétique de la ville, p. 47.

46 Ibidem, p. 52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Merlo, « Du Peso de la Paja à l’insoutenable légèreté de l’être : la Barcelone de Terenci Moix », Cahiers d’études romanes, 12 | 2005, 111-129.

Référence électronique

Philippe Merlo, « Du Peso de la Paja à l’insoutenable légèreté de l’être : la Barcelone de Terenci Moix », Cahiers d’études romanes [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2573 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2573

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals