Navigation – Plan du site
Le roman policier latino-américain

Panorama du roman policier au Mexique

Alba Lara-Alengrin
p. 105-110

Résumés

Malgré sa diffusion depuis les années quarante par des collections de poche autochtones, le roman policier fut longtemps, au Mexique, un genre méprisé par la critique et les écrivains. Paco Ignacio Taibo II est le premier écrivain mexicain a légitimer et valoriser le genre policier, en particulier le roman noir, qui connaît simultanément un regain d’intérêt critique et commercial. Ce changement de perception vis-à-vis du roman noir s’accompagne de la création d’un nouveau terme pour le qualifier : le « néo-policier ». À partir des années soixante-dix, l’incidence du politique dans la production romanesque mexicaine suscite des glissements fréquents vers le roman noir.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Chronologie

  • 1 Néstor Ponce, « Le récit policier en Amérique latine », in O. G. De Leon, Ménaces, anthologie de (...)

1Au premier abord, le panorama du roman policier au Mexique semble occupé par un seul nom, celui de Paco Ignacio Taibo II (1949). En réalité, d’une part il y a une tradition de récit policier – qui n’a pratiquement fait l’objet d’aucune étude – bien antérieure à la publication des romans de Taibo ; d’autre part, les romans policiers écrits par des écrivains reconnus par l’establishment ne sont pas toujours recensés comme tels par la critique. Ceci révèle bien que l’appellation de roman ou de récit policier gêne, au Mexique, les auteurs et la critique. La critique, parce qu’il n’est pas sérieux de s’intéresser à un genre mineur ; les auteurs parce que, lorsqu’on écrit des romans policiers, on préfère nuancer sa filiation au genre. Cette gêne existait aussi dans l’Argentine du début du siècle puisque de nombreux écrivains ont publié leurs récits policiers sous pseudonyme1.

  • 2 Ilan Stavans, Antihéroes, México y su novela policial, Mexico, Joaquín Mortiz, 1993.
  • 3 María Elena Bermudez, Los mejores cuentos policiales mexicanos, Mexico, Biblioteca Mínima, 1955.
  • 4 Vicente Francisco Torres, El cuento policial mexicano, Mexico, Diógenes, 1982.

2Nous avons recensé un seul livre critique sur le roman policier mexicain, Antihéroes, México y su novela policial, d’Ilan Stavans, publié en 19932. Il existe deux anthologies de récits policiers mexicains datant, l’une, de 19553, l’autre, de 19824. Ces deux recueils correspondent à deux étapes différentes et successives dans l’évolution du genre policier au Mexique.

  • 5 Cf. Ilan Stavans, Mexico and It’s Detective Novel, Madison / Teaneck, Associated University Press (...)
  • 6 D’après Luis Leal, I. Stavans mentionne comme pionnier du genre en question un écrivain oublié, A (...)
  • 7 María Elena Bermudez, Diferentes razones tiene la muerte. Novela policiaca, Mexico, Talleres Gráfic (...)
  • 8 Antonio Helu, La obligación de asesinar, Mexico, Novaro, Coll. « Nova-Méx. Serie Policiaca y de M (...)

3En effet, les années quarante apparaissent comme la période de diffusion du récit policier au Mexique, avec la naissance des collections de poche de souche mexicaine, telles que « Caimán » et « Jaguar », d’Editorial Diana. En 1946, Antonio Helú, lui-même écrivain de romans policiers, crée chez Novaro la collection « Selecciones policiales y de misterio », qui révèle au grand public une vingtaine d’écrivains mexicains, dont Raymundo Quiroz Mendoza, Vicente Fe Alvarez, Juan E. Closas et Antonio Helú lui-même5. Mais il est fort probable que l’apparition du genre au Mexique soit antérieure de quelques lustres6. Les trois auteurs mexicains de roman policier qui se démarquent dans les années quarante et cinquante sont : Rafael Bernal (1915-1972), avec Tres novelas policiacas (1946) ; María Elvira Bermúdez (1912-1988), compilatrice de l’anthologie de 1955 et auteur de Diferentes razones tiene la muerte (1953)7 ; et Antonio Helú, La obligación de asesinar (1957)8. Il s’agit en fait de récits à énigme. Selon N. Ponce,

  • 9 Cf. Néstor Ponce, op. cit., p. 18.

Cette première production policière mexicaine se caractérise par l’utilisation de l’humour et de la distanciation ironique pour traiter personnages et situations dans le cadre d’un récit policier inscrit dans la tradition anglo-saxonne. Cette technique facilite la caricature brossée sur un fond qui met en scène certains aspects de la société nationale.9

  • 10 Ce dernier, dans les romans policiers Humorismo en camiseta (1946), Peter Pérez, detective de Per (...)

4Dans un pays où il n’existe pas de détectives, les récits policiers de l’époque résolvent le problème de la vraisemblance en créant des enquêteurs “indépendants”, qui n’appartiennent pas à la police : Armando Zozaya (Ma. Elvira Bermúdez), Máximo Roldán (A. Helú), ou Peter Pérez (Pepe Martínez de la Vega10). Selon Ponce, seuls Helú et Bernal peuvent être considérés comme des auteurs exclusivement policiers. Quant à la critique “officielle”, elle tient El complot mongol (1969), de R. Bernal, pour le premier roman noir mexicain (pour certains il s’agit du “vrai” début du récit policier mexicain). Ce roman est une parodie des différents types de récit policier, à savoir, le roman à énigme, le roman d’espionnage et le roman noir. On peut considérer El complot mongol comme une œuvre charnière entre le roman à énigme des années quarante et le roman “dur” qui fera son apparition dans les années soixante-dix.

  • 11 Suivi de Cosa fácil (1977) ; No habrá final feliz (1981) ; Héroes convocados (1982) ; Algunas nub (...)
  • 12 Gerardo De La Torre, « La escritura negra en México. Los neopoliciales mexicanos », in Casa del t (...)
  • 13 Ibidem, p. 12.
  • 14 Ibidem.
  • 15 Les romans dits “politiques” apparaissent en partie comme une réaction à la violente répression c (...)

5C’est en 1976 qu’apparaît Días de combate11, de Paco Ignacio Taibo II et, avec lui, le personnage d’Héctor Belascoarán Shayne, un privé qui partage son bureau avec un plombier. Les enquêtes de Belascoarán sont un prétexte pour dénoncer la corruption du système politique mexicain et « les entrailles pestilentielles de la société », pour reprendre une formule qui s’accorde bien avec le genre traité ici. Si Taibo II ne surgit pas, comme nous venons de le voir, par génération spontanée, il est en revanche le premier à revendiquer haut et fort la légitimité du genre policier, et donc sa valorisation (R. Bernal, considéré aujourd’hui comme le père du roman noir mexicain, ne se voyait pas comme un auteur policier12). Il y a ainsi un changement dans le positionnement de l’écrivain du polar au sein de l’espace littéraire. Ce changement de perspective s’accompagne de la création d’un nouveau terme, le “néo-policier”. D’après Taibo II, le néo-policier se caractérise par une vision fortement critique de la structure judiciaire, l’utilisation d’un humour noir “mexicain”, la rénovation du langage (héritière du roman d’adolescence des années soixante), le traitement de la ville comme sujet narratif et le retour au plaisir de raconter des histoires, parfois en dépit de l’intrigue et du dénouement13. En fait nous retrouvons chez Taibo II des caractéristiques qui étaient déjà présentes chez les auteurs mexicains du roman à énigme des années quarante : l’humour, le privé atypique et caricaturé, la vocation sociale. À côté de Taibo II, nous pouvons mentionner Rafael Ramírez Heredia (1942), qui publie en 1979 Trampa de metal, et s’installe, comme l’autre “classique du néo-policier mexicain”, en racontant les aventures de son privé, Ifigenio Clausel, un personnage qui apparaît aussi dans Muerte en la carretera (1985) et Al calor de Campeche (1992). Dans un article de l’écrivain Gerardo de la Torre consacré au néo-policier, un éditeur remarque la difficulté d’établir un catalogue de romanciers de polars mexicains contemporains, car, dit-il, « la littérature mexicaine des trente dernières années présente maintes similitudes avec le roman noir »14. En fait, à partir des années soixante-dix on assiste au Mexique à la prolifération du roman “politique”15, qui, au fil du temps, deviendra de plus en plus proche du roman policier. À mi-chemin entre les deux, se trouve Pretexta (1979), un roman de Federico Campbell (1945). D’où, également, la dénomination de “roman politico-policier”, dans laquelle de nombreux écrivains préfèrent ranger leurs écrits.

  • 16 Alfonso Reyes, « Sobre la novela policial » in Obras completas, vol. 9, Mexico, F.C.E., 1959, pp. (...)
  • 17 Le titre français du film est La vie criminelle d’Archibald de la Cruz.
  • 18 Ces deux romans d’Ibargüengoitia sont traduits en français (Les mortes et Deux crimes) et publiés (...)
  • 19 Eugenio Aguirre (1944), Segunda persona (1985) et El rumor que llegó del mar (1986) ; Edmundo Dom (...)

6Aussi bien pour le roman à énigme que pour le roman noir, la reconnaissance des intellectuels a été nécessaire pour que ces genres s’imposent. Dans les années quarante, par exemple, Alfonso Reyes (un des intellectuels mexicains les plus reconnus du vingtième siècle) écrit l’article Sobre la novela policial16. Pour sa part, le dramaturge Rodolfo Usigli publie, en 1944, Ensayo de un crimen, un roman présenté sous la forme d’un récit policier (que Luis Buñuel adapta au cinéma en 195517). Néanmoins, les écrivains de roman policier d’avant le “boom” des années quatre-vingt sont rarement mentionnés dans les histoires de la littérature mexicaine. De même que les romans de type policier publiés par des écrivains reconnus sont souvent délestés de l’étiquette “policier”. C’est le cas de Los albañiles, de Vicente Leñero (1933), qui reçut en 1964 le prix Biblioteca Breve ; ou de Las muertas (1977) et Dos crímenes (1979), de Jorge Ibargüengoitia (1928-1983)18. La présence au Mexique d’écrivains exilés comme Mempo Giardinelli (argentin) ou Poli Délano (chilien)  arrivés dans les années soixante-dix  a aussi favorisé la reconnaissance et la diffusion du roman policier. Le premier tenait une colonne dans le journal Excélsior, consacrée au genre en question, et reçut le prix national de littérature en 1982, avec le roman policier Luna caliente. À partir des années quatre-vingt les romans noirs et/ou politico-policier se multiplient, sans doute motivés par le succès commercial de Taibo II et, surtout, par l’espoir d’une traduction, vu la réception de Taibo sur le marché européen (la liste des écrivains “non policiers” ayant publié des polars inclut une dizaine de noms et ne cesse d’augmenter19). Guillermo Zambrano (1946), avec Larva (1973), Los crímenes de la calle del seminario (1987), Los amores de una mujer decente (1991) et Los secretos del paraíso (1994), et Juan Hernández Luna, avec Quizás otros labios (1994) et Naufragio sont deux auteurs mexicains qui se reconnaissent volontiers dans le néo-policier. Parmi d’autres écrivains mexicains contemporains cités comme auteurs de romans policiers figurent, José Huerta (1938), Accidente premeditado (1986) ; Mauricio Molina (1959), Tiempo lunar ; Eduardo Villegas (1962), El misterio del tanque (1989) ; César López Cuadra, La novela inconclusa de Bernardino Casablanca ; Guillermo Arriaga (1958), Un dulce olor a muerte (1994) ; Malú Huacuja (1949), Crimen sin faltas de ortografía (1986).

7Il n’est pas étonnant que Taibo II soit souvent considéré par la presse et la critique françaises comme le principal représentant du roman policier mexicain, voire latino-américain. L’organisation de La semaine noire de Gijón a certainement contribué à cette identification de Taibo II au récit policier “latino”. Sa popularité et l’omniprésence de son nom lorsqu’on évoque le roman policier mexicain sont tout à fait logiques et même méritées si l’on tient compte du mépris que la critique littéraire et les écrivains ont toujours manifesté pour la production nationale de ce genre dit superficiel et populaire.

Haut de page

Notes

1 Néstor Ponce, « Le récit policier en Amérique latine », in O. G. De Leon, Ménaces, anthologie de la nouvelle noire et policière latino-américaine, Paris, l’Atalante, 1993, p. 13.

2 Ilan Stavans, Antihéroes, México y su novela policial, Mexico, Joaquín Mortiz, 1993.

3 María Elena Bermudez, Los mejores cuentos policiales mexicanos, Mexico, Biblioteca Mínima, 1955.

4 Vicente Francisco Torres, El cuento policial mexicano, Mexico, Diógenes, 1982.

5 Cf. Ilan Stavans, Mexico and It’s Detective Novel, Madison / Teaneck, Associated University Presse, 1997, pp. 65 et 73 (traduction en anglais de Antihéroes, México y su novela policial ) et Néstor Ponce, op. cit., 1993, p. 16.

6 D’après Luis Leal, I. Stavans mentionne comme pionnier du genre en question un écrivain oublié, Alfonso Quiroga, qui aurait écrit Vida y milagros de Pancho Reyes, detective mexicano. Cf. Ilan Stavans, op. cit., p. 70. Les premiers récits policiers d’Antonio Helú apparaissent vers la fin des années vingt.

7 María Elena Bermudez, Diferentes razones tiene la muerte. Novela policiaca, Mexico, Talleres Gráficos de la Nación, 1953.

8 Antonio Helu, La obligación de asesinar, Mexico, Novaro, Coll. « Nova-Méx. Serie Policiaca y de Misterio », 1957, 192 p.

9 Cf. Néstor Ponce, op. cit., p. 18.

10 Ce dernier, dans les romans policiers Humorismo en camiseta (1946), Peter Pérez, detective de Peralvillo y anexos (1952).

11 Suivi de Cosa fácil (1977) ; No habrá final feliz (1981) ; Héroes convocados (1982) ; Algunas nubes (1985) ; De paso (1986) ; Sombra de la sombra (1986) ; La vida misma (1987), Sueños de frontera (1990) ; Amorosos fantasmas (1990) ; Cuatro manos (1991) ; Adiós, Madrid (1993) . Nous ne citons ici que sa production concernant le genre policier.

12 Gerardo De La Torre, « La escritura negra en México. Los neopoliciales mexicanos », in Casa del tiempo, Mexico, UAM, N° 49, vol. 14, mars 1996, p. 11.

13 Ibidem, p. 12.

14 Ibidem.

15 Les romans dits “politiques” apparaissent en partie comme une réaction à la violente répression contre les étudiants du deux octobre soixante-huit au Mexique. Mais ils s’expliquent aussi par le contexte idéologique des années soixante-dix. D’après María Elena Mudrovcic, le roman politique latino-américain des années soixante-dix cherche à se différencier de la production de la décennie précédente en établissant un nouveau pacte de lecture avec le public. Ce changement se traduirait par l’utilisation explicite des documents historiques, sociaux ou journalistiques, tels que le témoignage, l’enregistrement ou la photographie. Le roman politique est ainsi proche de ce qu’on appelle “le roman d’enquête”. Parmi les romans politiques mexicains des années soixante-dix, Mudrovcic mentionne La noche de Tlatelolco (1971), d’Elena Poniatowska (1933) ou Los periodistas (1978), de Vicente Leñero (1933). Cf. María Elena Mudrovcic, « En busca de dos décadas perdidas : la novela latinoamericana de los años 70 y 80 » in Revista Iberoamericana, Pittsburgh, N° 164-165, juillet-décembre 1993, vol. LIX, p. 449. Nous pouvons ajouter aussi Los días y los años (1971), de Luis González de Alba (1944), et El gran solitario del palacio (1970), de René Avilés Fabila (1940), pour ne citer que deux exemples du vaste corpus d’œuvres narratives sur le Mouvement de Soixante-huit au Mexique. Dans la même décennie se publient aussi des romans sur les guérillas urbaines qui, partant d’un contexte historique précis et identifiable, n’ont pas recours au document historique et restent dans les marges exclusives de la fiction, par exemple, Al cielo por asalto (1979), d’Agustín Ramos (1952) ou ¿Por qué no dijiste todo ? (1980), de Salvador Castañeda (1946).

16 Alfonso Reyes, « Sobre la novela policial » in Obras completas, vol. 9, Mexico, F.C.E., 1959, pp. 457-461.

17 Le titre français du film est La vie criminelle d’Archibald de la Cruz.

18 Ces deux romans d’Ibargüengoitia sont traduits en français (Les mortes et Deux crimes) et publiés par la Série Noire.

19 Eugenio Aguirre (1944), Segunda persona (1985) et El rumor que llegó del mar (1986) ; Edmundo Domínguez Aragonés (1938), La fiera de piel pintada (1986) ; Hernán Lara Zavala (1946), Charras (1990) ; Carmen Boullosa (1954), La milagrosa (1993) ; Héctor Aguilar Camín (1946), Morir en el Golfo (1985) ; Enrique Serna (1959), El miedo a los animales (1995) ; Fernando del Paso, Linda 67. Historia de un crimen (1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alba Lara-Alengrin, « Panorama du roman policier au Mexique », Cahiers d’études romanes, 9 | 2003, 105-110.

Référence électronique

Alba Lara-Alengrin, « Panorama du roman policier au Mexique », Cahiers d’études romanes [En ligne], 9 | 2003, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/2993 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.2993

Haut de page

Auteur

Alba Lara-Alengrin

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals