Navigation – Plan du site

Éducation et alphabétisation bilingue au Paraguay : réalité ou utopie ?

Gérard Gómez
p. 83-94

Résumés

On discerne chez tout Paraguayen la fierté d’appartenir au seul État latino-américain officiellement bilingue. Après le renversement de la dictature stroniste en 1989, on a mis en place le Conseil Consultatif pour la Réforme de l’Éducation, dont la fonction fondamentale a consisté à dresser un diagnostic sur la situation du monde éducatif paraguayen et à proposer des solutions pour ériger les nouvelles bases de l’éducation nationale.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Paraguay

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Il semble indispensable de rappeler – avant de traiter du sujet qui nous intéresse – les principales spécificités du monde bilingue paraguayen, ses fondements et son évolution. L’une des tâches que s’étaient fixés les Espagnols à l’époque de la colonisation était de convertir les différents peuples autochtones au catholicisme notamment grâce à l’imposition de leur langue, constituant la naissance d’un mouvement socioculturel tangible. Leur stratégie linguistique, a donc eu pour effet non seulement la mise en place d’une politique d’évangélisation, mais surtout l’affaiblissement de bon nombre de langues vernaculaires du continent latino-américain. Seule la langue guarani est parvenue à résister au cœur de la province paraguayenne (aux temps des Réductions jésuites), s’élevant ainsi au même rang que l’espagnol et créant, par la suite, une communauté totalement bilingue. Cela a constitué l’un des principaux traits de l’altérité culturelle de l’actuel Paraguay. En effet, la société paraguayenne définira sa spécificité en grande partie à travers le bilinguisme puisque la langue autochtone est encore présente aujourd’hui. Cette dualité linguistique a indubitablement constitué la condition sine qua non permettant au phénomène d’acculturation et de transculturation d’évoluer dans ce pays.

2Depuis toujours, la langue guarani a donc été appelée à jouer un rôle bien différent de celui assigné au castillan ; elle est tout naturellement restée soudée au quotidien de ses locuteurs qui continuaient, en privilégiant de nouveau sa forme orale, à l’utiliser dans tous les domaines de leur activité : le travail, la vie sociale et, plus important encore l’expression de l’imaginaire et de leur intimité. C’est dans les entrailles même du peuple paraguayen que cette langue a trouvé le terreau pour préserver ce qui existait encore de la conception magique, métaphorique et poétique du monde hérité des Guarani, monde qui eut du mal à s’adapter par décret à la conception évolutionniste et rationaliste du “progrès” ethnocentriste.

  • 1 Rubén Bareiro Saguier, « Trayectoria y proyección de las lenguas amerindias » in De nuestras lengua (...)

3Ainsi, la conjoncture bilingue officielle date de plusieurs siècles et il existe en ce sens une sorte d’orgueil à posséder la langue guarani. En fait, au Paraguay 50 % de la population ne parle que le guarani, 5 % d’entre elle ne parle que l’espagnol, et 45 % des gens sont bilingues. Cela revient à dire que 95 % des personnes vivant dans ce pays parlent ou comprennent le guarani1.

  • 2 Il faut signaler que c’est le seul pays en Amérique latine qui a une langue amérindienne officielle (...)

4Dès lors, on perçoit chez tout Paraguayen une fierté manifeste d’appartenir à l’un des seuls pays latino-américains officiellement bilingue2, ce qui n’empêche pas que la situation soit parfois ambiguë car si les problèmes nationaux cruciaux se traitent en espagnol, on a recours à la langue vernaculaire dans le parler de tous les jours. L’essence de la détermination populaire se fonde donc sur la langue guarani qui assume de la sorte un rôle quelque peu contradictoire.

5Aujourd’hui, ce qui est fort intéressant – et qui a eu une influence décisive sur le monde de l’éducation – est le fait que dans les zones rurales, l’espagnol n’est pratiquement pas employé, au point que certains prétendent que la plupart des Paraguayens vivant en dehors de la capitale sont incapables de penser en espagnol, et que lorsqu’ils doivent parler castellano (et à plus forte raison quand ils doivent l’écrire), ils sont d’abord obligés de traduire mentalement du guarani. Cela confirme la thèse selon laquelle le tempo de l’espagnol paraguayen est le plus lent du monde hispanique.

6Ajoutons que les conséquences de la fusion des langues espagnole et guarani – la première dite “dominante” et la seconde “dominée” – constituent un cas typique de “colonialisme mental”. Cela implique donc une prédominance de la langue espagnole dans les domaines administratif et judiciaire qui continue à être la langue sur laquelle s’appuient les mécanismes du pouvoir économique paraguayen installés dans la capitale. Les nuances qui distinguent l’utilisation de ces deux langues viennent du fait que le guarani a subi une profonde influence de l’espagnol dans un processus résultant du métissage. Cependant, on décèle de nos jours encore une chose étonnante : le “dominant” s’adresse au “dominé” en guarani, tandis que le dominé tente de parler au dominant en espagnol, signe de la présence encore incontestable d’un certain esprit colonisateur dans la société paraguayenne ; autrement dit, si l’espagnol est la langue nécessaire pour réussir l’ascension sociale, en revanche, on parle guarani lorsqu’il existe une grande confiance et intimité entre les locuteurs.

7Le guarani accomplit par conséquent deux fonctions symboliques au sein de cette société : la première séparatiste ayant un rôle d’influence ou de prestige. Cette notion de prestige connaît d’ailleurs deux fonctions essentielles : l’une distinguant le Paraguay de tous les autres pays latino-américains et l’autre définissant la relation de l’individu avec la société culturellement hybride du pays. C’est pourquoi, la capacité à parler guarani, loin d’être un obstacle à une quelconque promotion sociale est aussi une condition nécessaire pour être admis comme Paraguayen à part entière.La seconde fonction du guarani est une fonction d’unification, et l’on pourraitmême allerjusqu’à affirmerqu’il exerce une influence déterminante sur l’espagnol.

8Soulignons à titre d’exemple, qu’entre 1956 et 1989, les partisans de la dictature stroessniste à la recherche de l’appui de la paysannerie utilisèrent à fond la langue guarani, leur permettant ainsi de mieux faire passer le contenu populiste-patriotique de leur propagande. Ils eurent recours pour ce faire au vieil arsenal nationaliste-positiviste, mettant en avant le dictateur Stroessner et exaltant la “race guarani”. Quant aux non-conformistes qui rassemblaient parmi eux d’éminents représentants de la culture nationale, ils s’attachèrent à préserver le seul patrimoine insaisissable les reliant au pays, à savoir la langue vernaculaire. Ils furent cordialement accueillis par les populations guaranophones des régions limitrophes (surtout en Argentine) qui les assurèrent de leur solidarité humaine et linguistique.

9Le phénomène du jopará, à savoir l’adjonction de mots guarani au discours en espagnol, est une habitude très courante chez les Paraguayens qu’il nous semble aussi indispensable d’éclaircir. Le jopará représente l’aboutissement de deux langues en contact. Ce phénomène linguistique paraguayen – qui donne lieu à des situations au cours desquelles on peut constater les “déviations” concernant les différentes normes de chaque langue de ce pays – a toujours eu une influence décisive sur l’évolution de l’alphabétisation et de l’éducation. Aussi, quand on parle d’une troisième langue (ou jopará) il ne faut pas concevoir ce fait linguistique comme une langue abstraite, grammaticalement et structurellement homogénéisée et standardisée, mais plutôt comme une langue graduellement synchronisée et diachroniquement tendancielle. Quoi qu’il en soit, son étude est utile dans l’analyse de la situation linguistique et éducationnelle du Paraguay et confirme le fait que le guarani actuel est le résultat logique et irréversible d’un phénomène historique prolongé du métissage socioculturel paraguayen.

10D’ailleurs, des personnalités comme Madame Villagra-Batoux et Messieurs Bareiro Saguier, Decoud et Rosas se sont penchées sur la mise en place d’un système éducatif bilingue et ont été tout naturellement confrontées à cette situation fort ambiguë de la société paraguayenne. En effet, ces situations “d’interférences” qui ont indirectement influencé l’alphabétisation et l’éducation du pays impliquent un phénomène complexe dans lequel on décèle trois aspects essentiels : tout d’abord l’existence de deux langues d’origines différentes dans une société homogène d’un point de vue culturel et ethnique, ensuite l’extension du bilinguisme proprement dit, et enfin les contradictions de loyauté et de conflit envers la langue vernaculaire de certaines couches sociales de la population bilingue.

11Ce rappel des principaux éléments constituant le phénomène du bilinguisme paraguayen nous conduit maintenant à développer le sujet qui nous préoccupe ici, à savoir l’influence du bilinguisme sur l’éducation et l’alphabétisation au Paraguay.

12L’enseignement bilingue, avant la chute de la dictature stroessniste en 1989, était un problème préoccupant que l’on observe aujourd’hui encore dans les écoles des quartiers pauvres ou des zones rurales. On y constate effectivement un niveau de scolarité fort médiocre à cause d’un manque de techniques et de méthodologies adaptées. Les tentatives d’éducation mensongères nommées Programa de Educación Bilingüe durant la dictature ne signifiaient aucunement l’intégration réelle de la langue vernaculaire dans le programme scolaire, et encore moins sa prise en compte pour établir et définir un plan d’éducation bilingue nécessaire au pays depuis toujours. Ce programme, défini comme un projet de “transition”, était en vérité un programme de “castellanización qui n’avait d’autre but que de maintenir la prééminence de l’espagnol dans l’enseignement. En outre, le recours au guarani sous sa forme orale devait faciliter, pour ne pas dire simplifier, la transition vers l’utilisation exclusive de la langue dominante.

13Ainsi, durant de nombreuses années, l’instruction élémentaire au Paraguay ne s’est faite qu’en espagnol et le Ministère de l’Éducation a mis bien longtemps à saisir le problème de la méconnaissance de la situation linguistique, les auteurs des ouvrages d’instruction élémentaire ne s’étant pas rendus compte – semble-t-il – qu’ils vivaient dans un pays bilingue. Ces livres ont en réalité été rédigés pour les enfants des étrangers ou de la bourgeoisie d’Asunción et l’enfant de la campagne a été laissé pour compte.

  • 3 Pourtant, d’après Sara Delicia Villagra-Batoux, en dépit du coup porté à l’essor littéraire de la l (...)

14La difficulté majeure résidait donc dans l’absence de matériel d’apprentissage et le programme d’études se réduisait par conséquent à un enseignement traditionnel dispensé par le biais de traductions, de lectures et d’exercices de prononciation. La plupart des Paraguayens, même instruits, ne connaissaient que l’aspect pratique et non théorique du guarani. Cela provenait du fait qu’on n’enseignait pas le guarani de manière sérieuse et que seuls quelques ouvrages faisaient référence à l’étude théorique de la langue autochtone (dictionnaires et ouvrages de grammaire). Ainsi, la grammaire guarani a souvent été délaissée au profit de la littérature en espagnol (livres, articles, journaux)3. Cette configuration pédagogique a bien évidemment été absurde car elle a marqué, d’un point de vue linguistique, une claire discrimination qui n’a pu qu’encourager l’analphabétisme dans les milieux défavorisés. C’est pourquoi, avant la chute de la funeste dictature stroessniste, le pourcentage d’analphabètes avoisinait 60 %.

15Selon Rubén Bareiro Saguier (homme de lettres et éminent spécialiste du bilinguisme paraguayen), un grand nombre de ces analphabètes sont des “analphabètes fonctionnels”, autrement dit des personnes qui ont été “alphabétisées” dans une langue qui n’est pas la leur – le castellano – avec pour conséquence logique une profonde incompréhension. Ainsi, le peu d’élèves que l’on tentait d’alphabétiser a donc abandonné les cours au bout de quelques années. Grâce à cette prétendue “alphabétisation”, ceux qui découvraient la lecture pouvaient au mieux “décoder” un article de journal, mais ne comprenaient pas fondamentalement ce qu’ils lisaient. La langue vernaculaire n’ayant jamais été enseignée en tant que langue dans l’instruction formelle de base, l’analphabétisme fonctionnel s’est ainsi peu à peu installé durant de longues décennies en dépit des chiffres révélant qu’une très grande majorité de la collectivité ne parle que le guarani et ne saisit guère l’espagnol.

16Néanmoins, il est évident que le résultat du contact long et intense entre le guarani et l’espagnol sur le territoire paraguayen a fait que les systèmes linguistiques se sont mutuellement intégrés, donnant naissance à un processus qui pourrait être désigné comme une convergence très remarquable de structures, surtout au niveau lexico-sémantique et phonétique. Par ailleurs, le contexte linguistique de ce pays ne souffre pas, a priori, de modifications fondamentales quand changent ou évoluent par exemple les principaux fondements de l’économie ou les directives politiques. Ce point est important puisqu’il permet de mieux saisir l’influence constante qu’a toujours le bilinguisme sur l’éducation et l’alphabétisation au Paraguay. De plus, l’arrivée relativement récente d’organisations étrangères, religieuses ou anthropologiques désirant réaliser des travaux de recherche sur les groupes indigènes actuels a favorisé l’étude du guarani théorique.

  • 4 Malgré le fait que d’après la loi, on a le droit de vote uniquement si l’on relève d’un Parti ou d’ (...)
  • 5 « Ces dispositions légales, sanctionnées par la Constitution « élèvent le Paraguay à l’avant-garde (...)
  • 6 Rubén Bareiro Saguier, « L’inconscient et les langues : alphabétisation en guarani » in D’un incons (...)

17Après la chute du général Stroessner, on a mis en place le Conseil Consultatif pour la Réforme de l’Éducation, dont la fonction essentielle a consisté à établir un diagnostic sur la situation du monde éducatif du pays et à proposer des solutions pour bâtir les nouvelles bases de l’éducation au Paraguay. En janvier 1992 commencèrent les sessions de l’Assemblée Nationale Constituante, élue pour rédiger une nouvelle Constitution4. Cette dernière, parue en texte bilingue, fut ratifiée dans les deux langues le 20 juin 1992, donnant dès lors naissance à la reconnaissance constitutionnelle de la langue autochtone au même titre que l’espagnol. Le caractère officiel de la langue vernaculaire est stipulé dans l’article 140, et l’obligation de l’éducation bilingue dans l’article 775. Outre cela, en 1993 fut créée la Commission Nationale du Bilinguisme qui se proposa – en coopération avec le Conseil Constitutif pour la Réforme de l’Éducation – d’élaborer un projet d’éducation bilingue. L’objectif essentiel était celui de créer des « bilingues coordonnés, c’est-à-dire, capables de passer d’un code (système) à l’autre sans difficulté et de façon spontanée, et par-dessus tout de faire accepter le guarani comme la langue de l’identité paraguayenne »6. Ses actions commencèrent avec l’organisation de cours de formations et de séminaires réservés aux enseignants et avec l’élaboration de programmes et de matériels pédagogiques adaptés.

18Ainsi, le programme d’éducation bilingue a été mis en pratique à partir de la rentrée scolaire du 2 mars 1994 au niveau du premier cycle. Cette stratégie éducative s’est appuyée sur deux facteurs : d’une part sur l’alphabétisation de l’élève dans sa langue maternelle et sur l’apprentissage de l’autre langue dès le début de sa scolarité, d’autre part sur le caractère flexible de l’instruction, dépendant d’une échelle d’accroissement progressif au cours des neuf ans qui composent les trois cycles du niveau d’enseignement élémentaire au Paraguay (autrement dit, l’élève ne parlant que l’espagnol va progressivement apprendre le guarani et l’élève ne connaissant que le guarani s’initiera peu à peu à l’espagnol). De plus, depuis cette date, ce plan s’est efforcé de garantir un projet d’entretien constant pour les deux langues afin de mener à bien une réelle formation des bilingues. Cette stratégie devrait assurer, en théorie, un niveau de compétence linguistique égal dans les deux idiomes ; la même stratégie devrait aussi permettre de susciter une posture valorisante envers le plurilinguisme, de même que d’aviver l’essor des deux langues paraguayennes.

19Mais en dépit du fait qu’un seul contenu commun fut admis pour les deux modalités – tentant ainsi de mettre à l’écart d’éventuelles disparités dans l’acquisition des connaissances – la théorie est encore bien loin de la pratique. En l’état actuel de la situation, le programme d’éducation bilingue nous propose déjà bon nombre d’éléments permettant d’établir un premier bilan. On peut tout d’abord observer que – malgré les bonnes dispositions initiales soulignées précédemment – le plan destiné aux hispanophones fut amplement favorisé en comparaison avec celui destiné aux guaranophones car son application s’est étendue à une grande majorité de collèges et de lycées autour d’Asunción (où l’espagnol est très pratiqué par rapport au reste du pays). Seuls 130 établissements dispersés dans 9 départements des 19 que compte le pays purent disposer du plan destiné aux guaranophones.

  • 7 Sara Delicia Villagra-Batoux, op. cit., p. 345.

20En effet, les tracas d’ordre technique et les troubles financiers empêchèrent de donner une suite à la demande grandissante de ce plan éducatif de la part des différents établissements situés dans les régions rurales. C’est pourquoi, les guaranophones, majoritaires sur le territoire, ne parviennent toujours pas à un équilibre de fait. À ce titre, il ne faut pas oublier de s’interroger sur la situation actuelle des dix-sept autres langues indiennes du pays. L’article 66 de la nouvelle Constitution, dont le contenu est plus général, aborde la question : il stipule que tous les peuples indiens ont le droit d’être alphabétisés dans leur langue maternelle et pourront ensuite choisir l’une de deux langues officielles du pays. Cette notion plus générale, contenue dans cet article, est celle du respect de la langue maternelle de l’enfant indien. Enfin, faut-il rappeler que dans les domaines autres que celui de l’éducation, les dispositions légales sur l’usage officiel du guarani n’ont encore franchi que très peu d’étapes. Que ce soit dans les mass-media ou dans l’administration, l’emploi du guarani reste extrêmement limité7.

21On peut néanmoins remarquer qu’en dépit des restrictions et des difficultés rencontrées tout au long de ces dernières années, l’expérimentation sur le terrain du programme d’éducation bilingue confirme ostensiblement la logique des clauses législatives mises en pratique dans le pays depuis 1993 et 1994. Par ailleurs, l’intérêt et le bien-fondé de ce projet est manifeste dans la mesure où, selon Sara Delicia Villagra-Batoux :

  • 8 Ibidem, p. 346.

C’est un programme national, obligatoire et laïque qui brise les limites d’un plan pilote, expérimental, pour s’insérer dans un large projet qui prévoit l’utilisation continuelle de la langue, à tous les niveaux de la communication. C’est un programme à long terme, conçu pour être étendu d’une façon graduelle, sans précipitation, à tous les niveaux de la scolarité (primaire, secondaire et universitaire).8

22Cependant, on rencontre encore maintes difficultés qui consistent à définir précisément quelles seront les matières à étudier en espagnol et/ou en guarani. On ne pourra tirer de conséquences ni faire de déductions et faire des choix qu’à partir de la pratique elle-même en tenant compte des situations diverses. Il existe, par exemple, des matières qui sont pour l’instant plus aisées à enseigner en langue vernaculaire, à savoir les “applications sociales” comme l’histoire ou le droit civique. Mais il faudra beaucoup plus de temps pour définir les bases de l’apprentissage de la géométrie en guarani : sans être une langue néolithique, le guarani n’offre pas une voie spontanée aux matières dites scientifiques ou aux mathématiques. Faut-il pour autant affirmer que c’est une langue qui n’offre pas de véritables “outils pédagogiques” ? En réalité, l’outil existe mais il n’a pas encore été utilisé ; comme d’autres spécialistes, le professeur Rosas s’est occupé de ce problème du guarani et a créé un système numérique avec différentes catégories (cardinal, ordinal...) allant jusqu’à l’infini et contenant toutes les possibilités en la matière. Mais ce système n’est toujours pas en usage ; le sera-t-il un jour ? Tout dépendra de la politique du personnel du Ministère de l’Education et de l’investissement qu’il voudra consacrer pour former de jeunes enseignants dans ce domaine.

23Faut-il privilégier dans cette expérience l’usage du guarani courant tout en essayant de récupérer ce que cette langue a perdu ? Faut-il conceptualiser de nouvelles terminologies ou de nouveaux mots pour s’adapter au problème de l’analphabétisme fonctionnel du pays ? La langue vernaculaire paraguayenne est une langue polysynthétique et l’assimilation de nouveaux termes – avec le but de leur donner de nouvelles significations et de les intégrer dans le processus d’alphabétisation et d’éducation – ne présente pas, selon les spécialistes, de réelle difficulté. À ce sujet, Rubén Bareiro Saguier affirme qu’on peut attribuer au guarani de nouvelles significations dans la mesure où il s’agit d’une langue relativement accessible :

  • 9 Rubén Bareiro Saguier, op. cit., p. 286.

On peut y parvenir en rajoutant un simple suffixe qui permet de nier ou de réaffirmer deux ou trois fois ce que l’on a dit au début d’une narration ou d’apporter des nuances qui en modifient le sens. Toutefois, il conviendrait de ne pas se laisser aller non plus à cette facilité qui pourrait nous mener à des impasses.9

24N’empêche que le facteur temps est décisif partout où coexistent deux langues différentes et le Paraguay n’est évidemment pas le seul pays où l’on rencontre des contextes bilingues. Nous faisons ici référence au cas de la Catalogne en Espagne où les étudiants ont l’alternative d’opter pour l’espagnol ou pour le catalan à l’université. Bon nombre d’entre eux se décident pour le catalan, non seulement dans le cadre des études de lettres, mais également pour leurs études dites scientifiques. Manifestement, l’affirmation de l’identité culturelle et éducative de ce peuple est passée par la reconnaissance de la langue autochtone ce qui – concernant le monde de l’éducation – n’est pas du tout le cas du Paraguay d’aujourd’hui. Toutefois, ce “programme à long terme”, pour reprendre l’expression de Sara Delicia Villagra-Batoux, favorise une politique d’intégration flexible autorisant l’implication de la collectivité (familles, personnalités du district ou du département), des élèves et des pédagogues dans les discussions et débats qui précèdent chaque évaluation. Outre cela, il est indéniable que ce programme contribue à relier Asunción aux localités environnantes, le Ministère de l’éducation aux établissements scolaires et les enseignants à leurs élèves. Il définit l’assise d’un plan d’apprentissage important pour les pédagogues qui peuvent enfin compter non seulement sur l’organisation ponctuelle de stages spécialisés, mais aussi sur un équipement pédagogique adapté à leurs exigences. Par ailleurs, depuis 1994, on peut constater une évolution positive dans la mesure où le nouvel élan éducatif s’est fondé sur l’étude de la structure de la langue guarani et sur ses points d’interférence avec l’espagnol, tant dans les domaines phonétique, que morphologique et syntaxique.

25Mais force est de constater qu’il est aussi nécessaire, à l’heure actuelle, de se poser certaines questions. Ne serait-il pas opportun que le système éducatif bilingue paraguayen puisse évoluer sur un plan qui lui donnerait la possibilité d’analyser les deux langues parlées, ainsi que leurs relations avec les facteurs socioculturels et économiques du pays ? Ne serait-il pas souhaitable également de proposer des solutions plus concrètes qui pourraient métamorphoser la situation actuelle (dans laquelle on perçoit encore trop de disparités) grâce à un programme éducatif qui ne négligerait pas les zones rurales pour favoriser celles des alentours de la capitale ? Il faudrait enfin se poser quelques questions d’ordre social et s’interroger, par exemple, sur les contretemps à légitimer et à justifier un cas qui est déjà reconnu dans les faits puisque la langue autochtone est parlée ou comprise par 95 % de la population. De plus, si le guarani est juridiquement approuvé, pourquoi alors l’alphabétisation en guarani ne serait-elle pas de la même nature que l’alphabétisation en espagnol ? Il est certain que l’avenir de l’alphabétisation et de l’éducation au Paraguay dépendra en grande partie des préjugés sociaux car, d’un côté, il existe une langue de pouvoir et de prestige et, de l’autre, une langue majoritaire mais dont le statut socioculturel a longtemps été secondaire. De nos jours encore, “l’aliénation linguistique” est présente dans la mesure où c’est précisément à travers elle que l’on continue à “identifier” la Culture à la langue espagnole, et l’expression orale – celle qui n’appartient pas au domaine du pouvoir et du prestige, autrement dit, le guarani – à la chanson, au folklore ou aux expressions dites “mineures”.

26Faut-il croire dès lors qu’il existe toujours au sein de cette société un “colonialisme mental” ? En effet, en dépit des résultats réconfortants et de la large approbation du projet par les parents interrogés (90 % pour, 10 % contre), les partis pris et l’ascendance de certaines catégories sociales agissent toujours négativement sur les mentalités et son évolution peut sembler utopique. Pour retourner peu à peu la situation, tout dessein politique qui viserait à améliorer le monde de l’éducation doit être réceptif, sans aucun doute, à l’appréciation des experts en la matière plutôt qu’au jugement de technocrates qui n’entrevoient dans l’univers de l’éducation (et dans le monde de l’édition notamment) qu’un but commercial.

27Aussi, la place de la langue vernaculaire dans le monde de l’éducation devrait être déterminée d’après l’efficacité de l’ensemble du programme et ce sont les résultats pertinents ou insuffisants obtenus à travers l’instruction qui lui donneront de nouvelles perspectives dans d’autres secteurs. Le programme d’éducation bilingue entrepris au Paraguay a cependant des chances réelles de devenir une réalité palpable à condition qu’il soit perçu comme un combat pour l’impulsion et l’essor de l’éducation, un combat qui s’intégrerait aux valeurs du patrimoine culturel, de même qu’aux réformes économiques et sociales si nécessaires à cette “île entourée des terres”.

Haut de page

Notes

1 Rubén Bareiro Saguier, « Trayectoria y proyección de las lenguas amerindias » in De nuestras lenguas y otros discursos, Asunción, Biblioteca de Estudios Paraguayos, 1990, p. 56.

2 Il faut signaler que c’est le seul pays en Amérique latine qui a une langue amérindienne officielle ; d’une façon générale, dans les Constitutions de la Colombie, par exemple, du Guatemala, du Mexique ou d’autres pays latino-américains, la valeur officielle des langues amérindiennes n’est reconnue que dans les régions où elles sont parlées. En Amérique latine deux pays seulement sont officiellement bilingues : la République de Haïti et le Paraguay.

3 Pourtant, d’après Sara Delicia Villagra-Batoux, en dépit du coup porté à l’essor littéraire de la langue vernaculaire des années 1930 et 1940, « la langue put éviter la marginalisation pendant les années noires de la dictature grâce à l’action féconde des grammairiens et des personnalités (poètes, artistes, musiciens...) qui surent développer de nouvelles formes d’activité culturelle et linguistique. Grammaires et dictionnaires, qui faisaient pratiquement défaut depuis Montoya et Restivo, apparurent de nouveau. Leurs qualités, il est vrai, n’atteignirent pas toujours le même niveau, mais leur grand mérite consista dans le retour à la théorie en vu d’aborder une nouvelle normalisation devenue très nécessaire ». Cf. Sara Delicia Villagra-Batoux, Le guarani paraguayen : de l’oralité à la langue littéraire, Paris, Thèse de Doctorat, Université Paris VIII-Vincennes, 1996, p. 317.

4 Malgré le fait que d’après la loi, on a le droit de vote uniquement si l’on relève d’un Parti ou d’un courant politique, il y a eu une collaboration indigène dans cette Assemblée. On a ainsi incorporé dans cette Assemblée une équipe composée de six Indiens guarani, reconnus en tant que membres ayant droit à la parole. Toutes leur suggestions ont été approuvées. Par ailleurs, ils ont reçu une assistance économique pour pouvoir demeurer à Asunción et prendre part à l’Assemblée le temps de la Convention.

5 « Ces dispositions légales, sanctionnées par la Constitution « élèvent le Paraguay à l’avant-garde des pays de l’Amérique latine, en matière de politique linguistique [...]. C’est le seul pays sur le continent à avoir officialisé, sur le territoire national, une langue amérindienne et à avoir institué l’enseignement bilingue obligatoire ». Sara Delicia Villagra-Batoux, op. cit., p. 342.

6 Rubén Bareiro Saguier, « L’inconscient et les langues : alphabétisation en guarani » in D’un inconscient post-colonial, s’il existe, Paris, Association Freudienne Internationale, Maison de l’Amérique Latine, 1993, p. 274.

7 Sara Delicia Villagra-Batoux, op. cit., p. 345.

8 Ibidem, p. 346.

9 Rubén Bareiro Saguier, op. cit., p. 286.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Gómez, « Éducation et alphabétisation bilingue au Paraguay : réalité ou utopie ? », Cahiers d’études romanes, 7 | 2002, 83-94.

Référence électronique

Gérard Gómez, « Éducation et alphabétisation bilingue au Paraguay : réalité ou utopie ? », Cahiers d’études romanes [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/3097 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3097

Haut de page

Auteur

Gérard Gómez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals