Navigation – Plan du site

La faute de conjugaison, une conséquence de l’exercice de traduction ou le reflet de l’évolution du système verbal ?

Sophie Saffi
p. 125-166

Résumés

Présentation psycho-systématique du système verbal français contemporain et analyse des erreurs de morphologie verbale produites lors d’exercices de version italienne par les étudiants francophones du 1er cycle.

Haut de page

Texte intégral

1Lors de la correction de copies de version italienne, nous avons rencontré des erreurs récurrentes concernant la morphologie verbale du français. Les formes généralement les plus malmenées sont celles du présent de l’indicatif, du passé simple, de l’imparfait, du participe passé et de l’infinitif. On observe des confusions de désinences entre personnes 1, 2 et 3 au passé simple ; ainsi que des erreurs orthographiques et phonologiques pour les formes de personne 3.

Ex. n° 1 : * Je remplis l’accusé de réception, paya et sortit.

Ex. n° 1 bis : * Je remplis l’accusé de réception, paya et sorti.

  • 1 Tous les exemples n° 1, 1 bis, 2, 3, 4, 5, 6, 7 et 8 sont tirés de copies d’étudiants ayant traduit (...)

Mis pour : Je remplis l’accusé de réception, payai et sortis. (it. Compilai la ricevuta di ritorno, pagai e uscii)1

Ex. n°2 : * Je lui envoya sur son visage…

Mis pour : Sur son visage explosèrent quelques tics supplémentaires. (it. Sul volto gli esplosero un paio di tic supplemnentari)

Ex. n°3 : * Des arbres commençat à tomber le pollen.

  • 2 Les exemples n° 3 et 12 sont tirés d’une version de Stefano Benni, « L’anno del tempo matto », in I (...)

Mis pour : Le pollen commença à tomber des arbres. (it. Dagli alberi cominciò a cadere il polline)2

2On trouve aussi des confusions entre personnes 1, 2 et 3 à l’imparfait et pour la personne1, entre désinences imparfait et passé simple :

Ex. n°4 : * Sincèrement, l’impossibilité de travailler ne me déplaisais pas tellement.

Mis pour : L’impossibilité de travailler, pour être sincère, ne me déplaisait pas vraiment. (it. L’impossibilità di lavorare sinceramente non mi dispiaceva moltissimo)

Ex. n°5 : *Tous les matins je dormai jusqu’à dix heures.

Mis pour : Tous les matins je dormais jusqu’à dix heures. (it. tutte le mattine dormivo fino alle dieci)

3Mais aussi des confusions de groupe lors de la conjugaison au passé simple, surtout aux personnes 1, 2 et 3, avec un changement sensible phonologiquement :

Ex. n°6 : *Puis il revenu à lui.

Mis pour : Puis il se ressaisit / il revint à lui. (it. Poi si riprese)

Ex. n°7 : *J’attendus plus d’une année.

Mis pour : J’attendis plus d’une année. (it. Aspettai più di un anno)

4Ou encore des confusions entre participe passé et infinitif du 1er groupe présentant des terminaisons homophones :

Ex. n°8 : *Du moins, dans cette situation, personne ne m’avait en tous cas contacter.

Mis pour : Du reste, dans cette situation, personne ne m’aurait embauché de toute façon. (it. Del resto in quella situazione nessuno mi avrebbe assunto comunque)

Ainsi que des confusions orthographiques entre désinences du présent de l’indicatif des personnes 1, 2 et 3, et désinences du participe passé des verbes du 2e et du 3e groupe :

Ex. n°9 : *“Ils me demandent un travail, dit-il, que je ne peut pas leur donner.”

  • 3 Les exemples n° 9 et 10 sont tirés d’une version d’un article de Serena Uccello « Dalla Sicilia fin (...)

Mis pour : “Ils me demandent un emploi, dit-il, que je ne peux leur offrir.” (it. “Mi chiedono un lavoro”, dice, “che non posso dare loro.”)3

Ex. n°10 : *Le dernier train est partit avec quarante familles

Mis pour : “ Le dernier train est parti emportant avec lui quarante familles. (it. L’ultimo treno è partito portandosi via quaranta famiglie)

Ex. n°11 : *Le désastre, …, a eut lieu il y a quelques semaines.

  • 4 Extrait de Ch. V., « Quei fiumi di tutti i colori » in L’espresso, 19. 07. 01.

Mis pour : Le désastre, …, a effectivement eu lieu il y a quelques semaines. (it. Il disastro, …, si è verificato qualche settimana fa.)4

Ex. n°12 : *Le grain maturissait et en deux jours il était cueillit.

Mis pour : Le grain mûrit et en deux jours il était cuit. (it. Il grano maturò e in due giorni era cotto).

  • 5 Nous n’aborderons pas ici les erreurs de type calque comme par exemple :
    *Beaucoup pensent que la re (...)

5Le plus surprenant est que les erreurs ne semblent pas induites par le texte original italien. En effet, le système verbal de la langue italienne distingue les formes de l’infinitif (-are, -ire, -ere) et du participe passé (-ato, -ito, -uto) ; tout comme s’opposent phonologiquement les personnes au présent de l’indicatif (pers. 1 : -o, pers. 2 : -i, pers. 3 : -a pour le 1er groupe et -e pour les 2e et 3e groupes), à l’imparfait (pers.1: -avo, -ivo, -evo ; pers. 2 : -avi, -ivi, -evi ; pers. 3 : -ava, -iva, -eva) et au passé simple (pers.1: -ai, -ei, -ii ; pers. 2 : -asti, -esti, -isti ; pers. 3 : -ò, -è, -ì). Ainsi, le système de la langue de départ devrait aider l’étudiant traducteur à éviter les confusions dans la langue d’arrivée5. Il n’en est rien. Peut-on imputer uniquement au stress engendré par l’exercice de traduction, c’est-à-dire au passage perturbant d’un système de langue à un autre, ces erreurs à répétition chez des étudiants de 1er cycle universitaire ?

  • 6 Voir Annexe n°1.
  • 7 « Il est presque toujours présenté comme un temps littéraire, qui aurait complètement disparu du fr (...)

6La production d’erreurs liées aux formes de l’infinitif et du présent de l’indicatif s’explique par l’éloignement entre la graphie française et la prononciation contemporaine de cette langue, et par les difficultés que rencontrent ses locuteurs dans la maîtrise de l’orthographe. Mais pour les formes du participe passé et du passé simple, les digressions sont d’ordre phonologique. Ce qui nous a amenée à nous intéresser au perfectum. Et des interrogations ont surgi à chaque chronothèse6 : en français, existe-t-il vraiment une différence entre l’infinitif fermant du 1er groupe et son participe passé ? Pourquoi le français parlé a-t-il abandonné l’imparfait du subjonctif et pas le passé simple7 ? Existe-t-il une réelle différence entre ces deux perfectum qui présentent, eux aussi, des désinences similaires ?

7Dans le but de trouver des réponses à notre questionnement, nous avons posé le problème autrement : quelles que soient les étiquettes variées qu’on leur attribue, nous avons réuni tous les cas où la désinence est exprimée par le même phonème et nous nous sommes demandé quelle était l’information apportée. Le résultat est d’une grande simplicité, confortant en cela l’impression que nous avons toujours eue de parler une langue dont la conjugaison est beaucoup plus simple que ce que l’orthographe laisse à croire, et beaucoup plus proche d’un fonctionnement à l’anglaise que ne le laisse penser son appartenance aux langues romanes : peu de désinences, une grande part de l’information morphologique antéposée et , dans les deux cas – conjonction, pronoms ou auxiliaires antéposés, d’une part ; et désinences, d’autre part –, l’emploi motivé des phonèmes selon leur position sur la hiérarchie vocalique.

  • 8 Selon Gustave Guillaume, “ […] la théorie du mot, plus généralement du vocable, se laisse tout enti (...)

8Pour commencer, notre étude s’intéressera aux implications psychiques de l’évolution de la construction du mot, notamment sur la conception du temps dans les langues8. Ainsi, les changements de nature de la saisie lexicale s’accompagnent dans le domaine verbal d’une évolution de la conception du procès : d’objet global (langues isolantes), il devient objet plein dont on découvre le mouvement interne (langues sémitiques), puis on l’observe à nouveau de l’extérieur dans ses relations avec le temps qui passe (latin), et enfin, avec les langues romanes, on assiste à la libération de l’expression du temps par rapport au procès exprimé, le français allant jusqu’à rendre l’aspect (temps simple ou composé) indépendant du déroulement du procès (inaccompli ou accompli). Nous montrerons que cette phylogenèse de la conception du temps et du procès se lit dans l’ontogenèse du temps en français contemporain au niveau de la construction des formes. Nous présenterons le mode de construction des désinences de la conjugaison française en suivant leur ordre d’apparition dans la chronogenèse afin de montrer que la diversité de formes est le résultat d’une systématique dont la colonne vertébrale est la hiérarchie vocalique. Ensuite, en nous appuyant sur les observations de Roman Jakobson, nous montrerons que les modalités d’apparition des phonèmes lors de l’acquisition du langage sont liées à l’apprentissage d’écarts de plus en plus fins. Quand le système phonologique est en place, les écarts ainsi définis sont utilisés pour hiérarchiser les informations morphologiques sur des échelles de graduation phonologiques : les hiérarchies vocaliques horizontale et verticale graduées d’écarts phonologiques mesurant l’aperture et l’antériorité. Pour finir, nous montrerons que les erreurs relevées reflètent logiquement l’évolution du système verbal français.

1/ Les implications psychiques de l’évolution de la saisie lexicale

  • 9 Voir annexe 5.

9Au cours de l’évolution de la construction du mot, il semble que la saisie lexicale ait d’abord été “une”, indissociable de la saisie radicale (langues à caractères), puis se soit divisée (langues sémitiques), pour ensuite se réunir à nouveau (langues indo-européennes)9. Le passage du caractère à la racine consonantique s’explique par le changement de l’analyse psychique du vocable en ses notions composantes.

a) Le caractère

  • 10 À propos de la distinction substantif/verbe, voir Alvaro Rocchetti , « De l’indo-européen aux langu (...)

10Tant qu’une syllabe correspond à une notion, le mécanisme analytique reste la division de la partie de discours en un nombre fini de syllabes constitutives correspondant au même nombre de notions. Les langues isolantes comme le chinois présentent des mots invariables dans lesquels on ne peut distinguer un radical et des éléments grammaticaux. Les oppositions de types “substantif-verbe” ne sont pas morphologiques mais sémantiques. Elles correspondent à des combinaisons syntagmatiques différentes. Dans ce contexte, le temps est saisi comme l’espace : la saisie est globale, l’analyse interne est éludée (ex : aoriste)10.

b) La racine

  • 11 Gustave Guillaume, Leçons 1948-49 série B, op. cit., p.54.
  • 12 Antoine Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, Université of Ala (...)
  • 13 Alvaro Rocchetti, op. cit., p. 27.
  • 14 Ibidem, p. 25.

11Quand certaines notions se lient au point de former un bloc impénétrable, le mot ne peut plus être divisé en “x” syllabes, correspondant à “x” notions, alors apparaît la racine consonantique et le mécanisme analytique devient la recherche du squelette d’un bloc indissociable. Le rapport “une syllabe/une notion” est remplacé par “un squelette consonantique/une notion”, l’analyse phonématique supplante l’analyse syllabique11. L’indo-européen présente plusieurs thèmes verbaux indépendants (comme en grec12 où présent, aoriste et parfait n’indiquent pas le temps divisé en époques mais le déroulement du procès, le procès lui-même et le procès accompli). Les langues sémitiques présentent cinq saisies anticipées qui sont autant de modifications d’une même forme. “L’analyse a commencé, dans les deux cas, à l’intérieur du procès, ce qui est reflété, dans les deux cas, par le système phonétique.”13 Les consonnes expriment le sémantème, les voyelles portent les oppositions morphologiques à l’intérieur de la racine. Alors qu’un objet ne peut être envisagé que dans sa globalité, sous peine de perdre son intégrité, le procès peut-être saisi de manière anticipée sans cesser d’exister en tant que tel14.

  • 15 Ibidem.

12On observe à ce stade la conquête du temps impliqué15, le temps intérieur du procès. Les époques sont encore données par des éléments lexicaux extérieurs au verbe.

c) Le radical

13Le passage de la racine au radical, et donc de la double saisie lexicale à une saisie unique, correspond à la simplification de la construction de la partie de discours. La mécanique d’intégration de la morphologie verticale des langues sémitiques est reportée, dans les langues indo-européennes, dans la structure même de la syllabe pour intégrer le sens. Il y a un changement des informations intégrées par la matière – de morphologiques, elles sont devenues sémantiques – accompagné d’une répartition sélective des informations intégrées : la matière intègre la sémantique pour donner le mot-en-puissance, et la forme intègre la morphologie pour donner la partie de discours, le mot-en-effet.

  • 16 Ibidem, p. 27.
  • 17 La terminologie employée offre, entre autres avantages, la possibilité de distinguer la solution la (...)

14Lorsqu’apparaissent les désinences, on observe la conquête du temps expliqué16, la prise de position se fait à l’extérieur du procès (passé, futur), les oppositions morphologiques se font en dehors du radical (ex. latin). Même les informations concernant le temps impliqué se généralisent et se libèrent du sémantème : l’opposition “inaccompli/accompli” est signifiée par un changement de racine en indo-européen mais par la désinence morphologique en latin (les exceptions sont rares, ex. sum/fui). Le passage de la double saisie lexicale des langues sémitiques à la saisie lexicale unique du latin explique la disparition de la morphologie verticale de la construction du mot et son intégration à celle de la syllabe, de même que la nécessité pour le latin et les langues romanes de créer des formes d’imperfectum17 et de perfectum à tous les temps et à tous les modes. Avec la création du futur en latin, et celle du conditionnel dans les langues romanes, le système s’est reversé sur lui-même.

15Nous venons de voir que les changements de nature de la saisie lexicale et les changements psychiques de l’analyse des notions qui les accompagnent, ont eu comme conséquence dans le domaine verbal une évolution de la conception du temps. Nous sommes passés d’une saisie globale du temps associant le procès à un objet (langues isolantes), à la saisie anticipée du procès permettant la découverte de son déroulement et donc de son temps intérieur (langues sémitiques), puis à la conquête du temps extérieur au procès (latin), et enfin, à la libération de l’expression du temps par rapport au procès exprimé (langues romanes).

d) Le mot invariable

  • 18 Alvaro Rocchetti, op. cit. , p. 29.

16L’état du vocable dans une langue est la résultante des saisies portées par la pensée sur l’axe de l’acte de langage. On vient de dire à quel point le système verbal et la conception du temps qu’il véhicule sont en interdépendance avec la nature de la saisie lexicale. La construction du mot est aussi dépendante de la position de la saisie lexicale : quand celle-ci s’éloigne de la saisie phrastique et se rapproche de la saisie radicale, l’espace de construction de langue diminue et celui de construction de discours augmente proportionnellement. Du latin aux langues romanes actuelles, on observe ce déplacement de la saisie lexicale qui devient de plus en plus précoce. De ce fait, la forme finale que prend le mot français dans le discours – le mot-en-effet – est celle qu’il possède déjà en langue, celle du mot-en-puissance. Le mot français a perdu tout ou partie de ses marques morphologiques phoniques par rapport au latin, elles sont antéposées sur des particules indépendantes (prépositions, articles, pronoms). Dans le plan verbal, on passe de l’alternance de fonction en latin (venit : fonction sujet, Petrus venit : fonction prédicat), à une unique fonction prédicat en français (il vient, Pierre vient). Il existe en latin, entre le sémantème et morphème, un lien inhérent à la construction du mot. Celle-ci a lieu en langue et le mot latin n’existe pas en tant que tel en puissance, mais seulement sous la forme d’un radical. La forme du mot-en-effet contient la forme du radical de puissance auquel vient s’ajouter la désinence casuelle. Par conséquent, le mot latin ne se rattache pas à la notion générale, il ne peut être qu’un cas particulier. Ce qui se rattache à la notion générale est un radical, élément qui n’existe pas dans le discours. Au contraire, le mot français actuel est un sémantème général, indépendant de son utilisation dans le discours. La morphologie est reportée sur des particules elles-mêmes indépendantes dans le discours, ainsi le morphème généralisé peut être associé à n’importe quel sémantème. Dans le plan verbal, il aura fallu « attendre les langues romanes pour voir l’opposition temps simple - temps composé dégagé entièrement l’aspect de la substances des verbes »18. Le mécanisme général de l’expression du temps impliqué est appliqué à tous les verbes (je commence/j’ai commencé, je finis/j’ai fini), qui sont eux-mêmes classés en différents groupes selon que leur sémantème admet ou rejette une antériorité (commencer/finir, aller/venir, arriver/partir). Nous reviendrons sur les limites de la libération des catégories grammaticales par rapport aux sémantèmes.

  • 19 Gustave Guillaume, Leçons 1948-49 série B, op. cit., p. 105.
  • 20 La phonétique historique observe les changements de surface qui sont symptomatiques de l’évolution (...)

17Cependant, la déclinaison latine semble s’être conservée dans le domaine des articles et des pronoms. Dans les pronoms intra-verbaux à la troisième personne et dans les formes de l’article défini, un jeu de voyelles joue le rôle de désinence19 en s’ajoutant à une consonne [l] qui sert de base de mot. Ces mots sont monosyllabiques et ce qui s’est conservé ou recréé en eux ressemble fort à la morphologie verticale des langues sémitiques. On le lit dans la structure du mot : le choix des voyelles n’est pas uniquement le résultat ponctuel du cumul de diverses évolutions phonétiques20 mais cela correspond bien à une hiérarchisation systématique des informations, à la reprise dans la syllabe du principe de la morphologie verticale.

2/ Les chronothèses du français contemporain

18Le tableau – proposé à l’annexe n°3 – de la chronogenèse de l’image-temps en français contemporain reflète l’évolution historique : l’ontogenèse du temps en français actuel reparcourt sa phylogenèse. De manière ponctuelle, on observe le même glissement dans le passé de la forme de perfectum de présent : le prétérit des langues romanes s’est construit sur le perfectum de présent latin ; en français contemporain, le passé composé du récit est un perfectum de présent mais le passé de la conversation est un perfectum de passé.

19De manière générale, on observe ce phénomène de lecture de la phylogenèse du temps en français actuel au niveau de la construction des formes. Le temps in posse se construit encore sur le modèle “radical + désinence” ; le temps in fieri et le temps in esse du récit voient une partie de l’information morphologique s’antéposer (mode, personne) et une autre partie rester dans la désinence (opposition imperfectum-perfectum) ; mais avec le temps in esse bis, de la conversation, toute l’information morphologique est antéposée au sémantème qui reprend la forme du temps in posse.

a) Le temps in posse

20C’est l’étape où le temps est intrinsèquement lié au sémantème. Nous sommes à la limite entre le plan verbal et le plan nominal, le temps in posse est un pont entre le procès et l’objet. Les désinences se construisent à partir de l’accompli, l’état le plus proche de la saisie globale de l’objet, puis se déclinent sur l’axe de l’accomplissement en direction de l’inaccompli, direction prospective de l’infinitif qui servira par la suite à la construction du futur du temps in esse.

21On remarque que, dans le temps in posse, les verbes du 1er groupe n’ont pas une forme d’infinitif distincte de celle du participe passé. Cette boucle “infinitif/participe passé” des verbes du 1er groupe s’explique par le fait que leurs sémantèmes ne supposent pas d’antériorité. Contrairement aux verbes du 2e groupe. Bien que notionnel, le refus d’antériorité empêche au niveau formel la formation de l’infinitif. Quant aux sémantèmes des verbes du 3e groupe, ils ne se positionnent pas par rapport à cette opposition.

22Le temps in posse se construit donc comme suit : un radical de 1er groupe prédispose à une désinence d’accompli de 1er groupe [-é], empêche la venue de la désinence d’infinitif mais pas celle de la désinence de participe présent (commencé, commençant) ; un radical de 2e groupe prédispose à une désinence d’accompli de 2e groupe [-i] à laquelle pourront se raccrocher aussi bien la désinence d’inaccompli [-R], que celle de l’accomplissement par l’intermédiaire de la consonne [-s-] (fini, finissant, finir) ; un radical de 3e groupe prédispose à une désinence d’accompli de 3e groupe [-y] qui libérera la place pour les autres désinences (rendu, rendre, rendant) ; pour les infinitifs en [-waR] du 3e groupe, le [-R] est introduit par l’intermédiaire de la syllabe [-wa-] (voulu, voulant, vouloir). Les infinitifs en [-iR] du 3e groupe, montrent la souplesse de ce classement qui n’est pas hermétique : dans ce cas, le sémantème se positionne par rapport à l’antériorité uniquement à l’inaccompli.

b) Le temps in fieri

23On observe la création d’une forme perfectum (qu’il chantât, qu’il finît, qu’il rendît) au sein de l’inaccompli, ce territoire temporel qui précède la saisie finale du procès. En d’autres termes, on assiste à la dissociation de la catégorie “perfectum/imperfectum” du procès “accompli/inaccompli” : le perfectum se généralise et gagne son indépendance vis-à-vis de l’accompli.

24Le phénomène de glissement du perfectum vers le passé, que l’on relevait plus haut de façon anecdotique pour une forme, apparaît ici dans sa globalité. D’une part, l’imperfectum a des affinités avec le présent du locuteur, l’acteur se retrouve dans le déroulement du procès ; d’autre part, le perfectum a des affinités avec le passé, le procès accompli est proche du résultat, de l’objet. Cependant, les termes de “passé” et de “présent” employés ici sont trompeurs, le temps in fieri n’est pas encore divisé en époques. Mais, à cette étape de la conception du temps, le parcours du temps peut être prospectif ou rétroversif. Le mouvement rétroversif est celui de l’acquisition naturelle du temps qui passe et mène à l’objet. Le mouvement prospectif est ici la nouveauté, la direction possible dès que le procès est envisagé de l’extérieur par l’acteur.

25La dichotomie imperfectum/perfectum n’est lisible en surface que dans le temps du récit, et uniquement à la 3e personne. La conversation quant à elle, n’exploite que le sens prospectif de l’imperfectum. La seule forme restante est celle du présent : un présent ouvert qui couvre tout l’espace temps. Le temps in fieri est le temps de la conquête de la personne, et le temps du locuteur est le présent. La personne est antéposée dans un pronom, lui-même précédé de [k∂] que.

c) Le temps in esse

26Le français contemporain possède deux gammes de temps in esse : celle du temps du récit et celle du temps de la conversation. Cette dernière est plus aboutie en ce qui concerne l’antéposition de la morphologie verbale.

27On observe dans le temps du récit l’apparition de la personne de 2e rang au perfectum (in fieri : il chantât ; in esse : tu chantas, il chanta, tu chanteras, il chantera). Dans le temps du récit, la personne de support est antéposé dans un pronom sujet et la personne de rapport (accord, temps) reste dans la désinence qui est simplifiée au maximum : [-è] pour l’imperfectum, [-a] pour le perfectum, [-R] pour le futur, [-õ] et [-é] pour les personnes complexes.

28C’est avec le temps de la conversation que l’acquisition de toutes les personnes au perfectum aboutit enfin (j’ai chanté, tu as chanté, il a chanté ; je vais chanter, tu vas chanter, il va chanter). Ceci est rendu possible par l’antéposition dans un auxiliaire de ce qui restait de morphologie verbale. On libère ainsi la personne de rapport (accord, temps) du sémantème verbal. À ce stade – comme au précédent – le perfectum, le changement d’aspect “immanent/transcendant” se libère lui aussi du sémantème et de son temps intérieur, l’accompli/inaccompli (temps impliqué), pour construire un nouveau système dans lequel les informations de support (personne sujet) et de rapport (accord, temps) ont acquis un haut degré de généralisation, sont indépendantes du sémantème verbal et peuvent donc s’appliquer à tous les verbes. Ce qui reste lié au sémantème, c’est le temps impliqué (participes passé et présent, infinitif).

29Voici la construction du temps in esse de la conversation :

passé = auxiliaire avoir + participe passé

futur = auxiliaire aller + infinitif

imperfectum = auxiliaire à l’imparfait

perfectum = auxiliaire au présent

30Mais au présent, l’auxiliaire est toujours au présent. On change donc d’auxiliaire pour matérialiser le passage du perfectum à l’imperfectum.

  • 21 La mère : « Tu as rangé ta chambre ? » L’enfant : « J’suis en train ! »

imperfectum de présent = auxiliaire être en train21 + de + infinitif

perfectum de présent = auxiliaire venir + de + infinitif

  • 22 « La préposition de /…/ est linéaire. Le mouvement de pensée auquel elle correspond est assez compl (...)

31Le / de + infinitif / des formes du présent est l’équivalent du participe présent22, l’ensemble /en train/ + /de + infinitif/ est l’équivalent de /en + participe présent/ soit le gérondif. Cette construction “auxiliaire + gérondif” se retrouve dans les autres langues romanes : l’espagnol voy haciendo (je suis en train de faire), l’italien va raccontando che (il raconte partout que), ainsi qu’en français jusqu’à l’époque classique (il va chantant).

32Si les participes et l’infinitif sont les formes du temps impliqué, le gérondif est une forme de temps expliqué : on visionne tout le déroulement du procès en cours et on ne se limite plus à situer le procès en un point de son déroulement. On a donc, au présent, la construction suivante :

33Ainsi le sémantème se décline selon sa saisie sur le temps opératif du temps in posse “temps en puissance”. Une fois posés la personne de support envisagée (je, tu, il) le temps expliqué (avoir ; être en train, venir ; aller) la personne de rapport (désinence de l’auxiliaire) et le temps impliqué (de), le procès est saisi à l’initiale (infinitif), en cours (participe présent) ou à son aboutissement (participe passé).

passé = auxiliaire + participe passé

présent = auxiliaire + participe présent

futur = auxiliaire + infinitif

34Deux remarques sur cette construction “auxiliaire + sémantème + temps impliqué” : tout d’abord, il faut rappeler que les verbes utilisés comme auxiliaires existent toujours dans le système en tant que verbes pleins. Quand un de ces verbes est employé comme auxiliaire, la notion qu’il porte est saisie de manière anticipée, elle n’aboutit pas : quand venir est auxiliaire, son sémantème ne nous dit pas qu’il s’agit du déplacement dont le résultat est la venue, mais seulement de la projection de ce déplacement dont le résultat est un mouvement vers un passé proche ; de même, quand aller est auxiliaire, le résultat est un mouvement vers un futur proche. La traduction en italien, langue qui n’utilise pas le verbe venire comme auxiliaire, nous fournit un éclairage intéressant : je viens de parler / ho appena parlato. Le passé proche est exprimé par l’adverbe et le temps employé est le passé composé, ce perfectum de présent dont venir auxiliaire occupe la place en français.

  • 23 Pour une étude du rôle de to en anglais, voir : Patrick Duffley, « L’infinitif en anglais : to et l (...)

35La deuxième remarque concerne l’avenir de l’évolution du système verbal français. On peut en lire les indices dans le présent de conversation (je suis en train, je viens + de parler) où le temps impliqué est en partie antéposé dans la préposition de. Le mouvement évolutif d’antéposition de la morphologie est amené à se poursuivre et la prochaine étape semble bien être l’indépendance du temps impliqué par rapport au sémantème. Une situation qu’illustre l’infinitif anglais exprimé par la préposition to suivie du sémantème sans plus aucune marque morphologique, une forme qu’il prend dans le domaine nominal comme dans le domaine verbal (to love/the love, aimer/l’amour)23.

36Nous avons parcouru la chronogenèse du français contemporain et souligné, pour chaque chronothèse, les progrès de la conception de l’image-temps. Si l’on suit la chronologie d’apparition des formes du verbe vendre sur l’axe de cette chronogenèse, on remarque que les phonèmes utilisés pour réaliser les désinences ne sont pas choisis au hasard mais d’après leur position sur la hiérarchie vocalique :

37Les désinences des temps in posse puis in fieri exploitent les limites du vocalisme, ensuite les désinences du temps in esse exploitent les positions intermédiaires du territoire vocalique ainsi pré-déterminé.

  • 24 Edouard Bourciez, Précis de phonétique française, Paris, Klincksieck, 1958, p. 23 § 20.
  • 25 Jean Dubois, et alii, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 1989.

38En français, la voyelle [∂] a tendance à l’amuïssement : si elle apparaît souvent dans la prononciation du midi, elle tend à disparaître dans le parler parisien. Ce qu’exploite l’humoriste dans le sketch “du pneu et du cheveu” avec [p∂nœ] et [ʃ∂vœ] pour le Marseillais opposés à [pnœ] et [ʃvœ] pour le Parisien (ʃ correspondant au son que l’on trouve à l’initiative de cheveu, cheval etc.). Comme le veut l’usage, Edouard Bourciez24 place le [∂] entre le [œ] et le [Ø]. Cependant, le dictionnaire de Jean Dubois25 réunit la voyelle neutre, centrale [∂] du français et le [ă] roumain (mîmă, « main »). Celle-ci apparaît en roumain suite à la métathèse du [a] (C + a > a + C), le -a final avance d’une syllabe et laisse derrière lui la trace, le souvenir d’une voyelle.

casa > casă [kaza] > [kas∂]

costa > coastă [kòsta] > [kòast∂]

39L’emploi en français du [∂] en cas d’hésitation (heu…, le…, la euh…, les euh…) va dans le sens de ce rapprochement : [∂] est en français un fantôme de voyelle, en d’autres termes une “voyelle en puissance”. Elle apparaît pour combler le vide laissé par un mot qui tarde à venir, le vide d’une désinence qui se déclinera à d’autres cas (le [l∂], puis la, les, lui, leur ; chante [-t∂], puis chantais, chantons, chantez etc.), le vide d’un suffixe à venir, dans la prononciation méridionale (univers [-R∂], puis universel [-l∂], et puis universaliser, universalisation). Voilà pourquoi nous plaçons [∂] à la limite entre les domaines consonantique et vocalique, car elle est, selon nous, la voyelle dans sa plus grande généralité, c’est-à-dire le 2e temps de la syllabe et donc la marque de l’aboutissement du temps opératif de construction de la syllabe. La présence d’un [∂] indique la possibilité de réalisation d’une syllabe complète, mais cette voyelle-en-puissance n’est pas encore un signifiant morphologique ou sémantique, elle reste en dehors de la hiérarchie vocalique, elle n’est pas encore voyelle-en-effet. D’où sa facilité à s’amuïr et la difficulté du linguiste à la placer. Que sa position soit centrale, comme le centre du cercle qui est le point de départ de tous les rayons, ou arrière, comme ce qui précède toutes les futures réalisations vocaliques, on conçoit bien que ces hésitations illustrent le même statut, celui d’une voyelle qui réunit en elle tous les possibles vocaliques.

3/ Utilisation de la hiérarchie vocalique en français

40À la lecture du tableau des chronothèses du français, on s’aperçoit que la conjugaison utilise 23 désinences phoniques qui se construisent en organisant un jeu de 8 voyelles [y, i, é, è, ě, a, ã, ] autour de quelques consonnes. Nous allons présenter le mode de construction de ces désinences en suivant leur ordre d’apparition dans la chronogenèse afin de montrer que la diversité des formes est le résultat d’une systématique dont la colonne vertébrale est la hiérarchie vocalique.

a) La personne de rapport

41Au niveau de la 1ère chronothèse du français, le temps in posse, on a 3 types de désinences qui reflètent la distinction accompli / inaccompli :

  • 26 Pour la présentation générale des mouvements du pré-sémantisme consonantique de l’italien ainsi que (...)
  • 27 Pour l’équivalence entre la vibrante italienne [r] et la fricative française [R], voir la thèse de (...)
  • 28 Pour l’équivalence entre la nasale italienne [n] et les voyelles nasales françaises, voir Alvaro Ro (...)

42On y lit l’emploi de la hiérarchie verticale (opposition voyelles fermées /voyelle nasale). On a dit précédemment que ces formes se construisaient à partir de l’accompli, que les temps in posse correspondaient à une remontée du temps opératif du procès et à un éloignement progressif de sa saisie finale. Ainsi, le temps opératif du procès qui suit naturellement le temps qui passe (futur -> passé, possibilité d’un procès -> procès en cours -> procès accompli = objet) est parcouru de manière rétroversive lors de la construction des formes verbales (accompli -> accomplissement -> inaccompli). Or les phonèmes employés sont la voyelle nasale [ã] et la consonne fricative [R], toutes deux associées au mouvement rétroversif26 : on pose la saisie initiale (infinitif, inaccompli) avec le [R] (retour à un point de départ qui échappe)27, la saisie intermédiaire (participe présent, accomplissement) avec le [ã] (régression partielle)28.

  • 29 Définition et explications in Annie Boone, André Joly, op. cit. Selon Gustave Guillaume, la voyelle (...)
  • 30 Cf. la forme erronée que l’on trouve dans le langage enfantin *il est mouru est symptomatique d’une (...)

43On y lit aussi l’emploi de la hiérarchie horizontale, dans la distribution des 3 groupes de verbes, au moyen de voyelles que Gustave Guillaume appelle les voyelles thématiques29. Elles sont, selon nous, des voyelles sémantiques, ou si l’on préfère sémantico-morphologiques. Elles signalent la position du sémantème par rapport à l’antériorité : [i] pour l’antériorité, [é] pour la non antériorité, [y, wa] pour la neutralité. L’infinitif en -ir se départage en 2 séries qui couvrent les 2e et 3e groupes : d’une part, les verbes en -issant (finir, haïr) ; d’autre part, les verbes en -ant (dormir, tenir, assaillir, faillir, défaillir, cueillir, bouillir, mentir, vêtir, acquérir, servir, fuir, ouïr, gésir, courir, mourir, souffrir). Les notions que portent ces derniers supposent une antériorité quand le procès est envisagé en puissance (infinitif en [-iR]), mais dès que ce stade initial est dépassé, quand le procès est envisagé en cours, les notions n’ont plus besoin de préciser l’existence d’une antériorité pour préserver leur intégrité, elles retournent à la neutralité (participe présent en [ã]). Certains verbes (tenir, courir) restent dans le groupe des neutres jusqu’à l’accompli (participe passé en [-y])30.

  • 31 Cf. le participe passé de mourir et le substantif qui ont une forme identique : il est mort/la mort
  • 32 Dans la 3e partie de son ouvrage L’imparfait du subjonctif (op. cit.), Marcel Barral étudie l’emplo (...)

44Quand cette précision sémantique est nécessaire, elle précède la désinence du temps impliqué (finissant, finir, vouloir). Mais à l’accompli, frontière avec le mode nominal, moment où le procès est conçu comme objet31, cette information sémantique est assimilée à une information morphologique de position. On lit ici la profondeur du lien qui unit le sémantème et le perfectum, car par la suite, aux temps in fieri et in esse, cette information sémantique continue à transparaître sous la désinence de perfectum (qu’il chantât, qu’il finît, qu’il voulût ; il chanta, il finit, il voulut)). L’unité de forme (homophonie) de ces deux séries de désinences de perfectum – et qui donne lieu à de multiples erreurs32 – est le reflet d’une unité de fonction. L’imparfait du subjonctif disparaît car il n’est qu’un prétérit précédé du que du mode subjonctif. L’antéposition de la morphologie conduit le système à se simplifier.

45Les 3 désinences de participe passé se répartissent sur la hiérarchie vocalique horizontale : le [é] de l’antériorité refusée survient le premier ; la position de second du [i] convient à l’expression de l’antériorité (matérialisée par le chemin parcouru pour passer de [é] à [i] ; le [y] dépasse l’opposition, la laisse derrière lui sans prendre position. La désinence reste inchangée pour certains perfectum des chronothèses suivantes sauf pour les verbes du 1er groupe : le [é] passe à [a] qui le précède sur la hiérarchie vocalique. La non antériorité permet au perfectum de parcourir l’accompli. L’antériorité envisagée ou la neutralité freineront la libération du perfectum de l’accompli, le perfectum de ces verbes ne commencera à exister en dehors de l’accompli qu’avec l’arrivée du futur, et pour être indépendant il devra attendre l’ultime chronothèse (in esse bis de conversation).

  • 33 Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1945-46, série A, vol. 7, Presses Universitaires de Lille (...)
  • 34 On observe le même phénomène de séparation entre voyelle thématique et désinence au présent de l’in (...)

46Des 3 désinences de participe présent, seule celle des verbes du 2e groupe conserve l’information. Cependant, pour passer de l’accompli (fini) à l’accomplissement (finissant), on lui adjoint un [-s-] puis la désinence participe présent [-ã]. Selon Guillaume, la voyelle thématique “fait l’objet d’une protection spéciale consistant à la couvrir d’un suffixe -s- (écrit -ss-) qui le tient séparé de la désinence et évite les agglutinations qui pourraient porter préjudice à sa nette perception.”33 Cette fricative signale un mouvement continu de désignation qui inclut l’idée de dépassement. On doit signifier la sortie de l’accompli, pour que l’évocation de l’accomplissement ne contredise pas le message de la voyelle thématique34.

47Les désinences de l’infinitif se répartissent sur la hiérarchie vocalique verticale : le [é] semi-fermé de l’antériorité refusée survient le premier ; puis vient le [i] fermé de l’antériorité ; le [wa] peut être lu comme une diphtongue unissant le [u] fermé au [a] ouvert, il couvre alors tout l’espace de la hiérarchie verticale contenant les phonèmes utilisés pour l’opposition “antériorité/non antériorité”, ce parcours complet sans choix retenu exprime la neutralité.

48Le niveau de la 2e chronothèse du français, le temps in fieri, se traduit par l’antéposition de que [k∂] dont l’occlusive [k] indique le point de départ de l’action. Il y a deux lectures possibles du départ de l’action auquel revoie que : l’acteur ou l’infinitif. La première interprétation souligne que cette chronothèse voit la création de la personne, information antéposée dans le pronom personnel. Mais la seconde a notre faveur, car la remontée du temps qui passe, matérialisée dans les temps in posse par la nasale [ã] et la vibrante [R] des désinences, est ici matérialisée par l’occlusive [k] de la particule antéposée. Cette direction rétrospective se libère ainsi du temps impliqué et s’applique aussi bien au perfectum qu’à l’imperfectum.

49On observe deux types de désinences :

50On a déjà dit que le perfectum in fieri était créé au sein de l’inaccompli. On notera que le phonème [a], utilise pour la désinence des verbes du 1er groupe, se situe sur la hiérarchie vocalique entre le [é] (désinence du participe passé) et le [ã] (désinence du participe présent) ; de même, le [i] des verbes du 3e se situe entre le [y] (participe passé) et le [ã] (participe présent). Seuls les verbes du 2e groupe dérogent à cette règle. Ils ont aussi une désinence d’imperfectum in fieri particulière. Cela est dû à leur voyelle thématique. Leurs sémantèmes supposent une antériorité, leur perfectum est donc lié à la saisie finale de l’accompli. C’est aussi pour cette raison que leur voyelle thématique est protégée de la désinence d’imperfectum.

  • 35 Les personnes 4 et 5 complexes ont une désinence axée sur l’information de personne, lisible quel q (...)
  • 36 Alvaro Rocchetti, « Pourquoi ne peut-on pas exprimer l’hypothèse en français, …», op. cit., p. 59-6 (...)

51Le niveau de la 3e chronothèse du français, le temps in esse, voit la création du temps autour du présent (pronom + radical + [∂]). D’abord le passé avec la création de l’imparfait (pronom + radical + [è])35. On notera que pour les verbes du 1er groupe, le phonème de la désinence de l’imparfait est à mi-chemin entre les phonèmes des désinences du participe passé et du prétérit (perfectum du passé) créé au stade précédent. Puis le futur avec le report du système créé pour le passé sur une direction rétroversive grâce au phonème [R] : création des futurs catégorique [-R] et hypothétique [-Ré]. Comme le souligne justement Alvaro Rocchetti, en français, à côté du futur catégorique qui est un perfectum de futur, nous avons le conditionnel qui est un imperfectum de futur36.

52On peut visualiser l’ensemble des 3 premières chronothèses comme suit :

53Le français contemporain utilise pour la conversation une quatrième chronothèse ou chronothèse in esse bis avec changement d’aspect. À ce stade, l’antéposition de la morphologie verbale permet la libération du temps expliqué par rapport au sémantème du verbe principal, mais le lien entre la forme et le sens n’est pas aboli, il est reversé dans l’auxiliaire utilisé pour porter l’information de temps : radical + [é], [a], [yi], [Ɛ]

  • 37 Alvaro Rocchetti, « De l’indo-européen aux langues romanes… », op. cit.,p. 29.

54L’histoire a montré qu’un “verbe perfectif conjugué à l’inaccompli pourra exprimer plutôt le futur là où un verbe à radical imperfectif exprimera le présent.”37 La même logique de construction est de nouveau appliquée ici :

  • 38 Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1945-46 série A, op. cit., leçon du 16 mai.

55• avec aller38 :

radical imperfectif all- + désinence imperfective [-é] = j’allais chanter, on obtient un futur hypothétique soit un imperfectum de futur ;

radical perfectif v- + désinence imperfective [-é] = je vais chanter, on obtient un “présent de futur” ;

radical perfectif v- + désinence perfective [-a] = tu vas chanter, on obtient un perfectum de futur ;

56• avec avoir :

radical imperfectif av- + désinence imperfective [-è] = j’avais chanté, on obtient un imperfectum de passé ;

(radical perfectif = pas de radical) + désinence imperfective [-è] = j’ai chanté, on obtient un “présent de passé” ;

(radical perfectif = pas de radical) + désinence perfective [-a] = tu as chanté, on obtient un perfectum de passé ;

57• avec être en train :

radical imperfectif s- + désinence imperfective [-yi] + gérondif en train = je suis en train de chanter, on retrouve les voyelles fermées [y] et [i] des désinences de perfectum des verbes des 2e et 3e groupes, la désinence qu’elles forment est donc perfective. Mais leur succession ([y] puis [i]) est inverse de la hiérarchie vocalique, la désinence est donc inversée, de perfective elle devient imperfective. On obtient un imperfectum de présent ;

(radical perfectif = pas de radical) + désinence imperfective [-è] + gérondif en train= tu es en train de chanter, on obtient un “présent de présent” ;

58• avec venir :

radical parfectif vi- + désinence perfective [-Ɛ] = je viens de chanter

59La désinence imperfective [-è] est nasalisée [-Ɛ] et donc inversée, d’imperfective elle devient perfective. On obtient un perfectum de présent.

60Au final, le résultat obtenu – les désinences morphologiques – respecte la hiérarchie vocalique héritée de la morphologie verticale :

b) La personne de support

61Le mot français a perdu tout ou partie de ses marques morphologiques et les a reportées sur des particules indépendantes. Les pronoms font partie d’une catégorie de mots dont le sémantisme ne s’applique pas à une notion mais à un mécanisme. Ce reversement du mécanisme du système en lui-même s’est si bien effectué que ce “sémantisme mécanique” sert de rappel au sémantisme notionnel : quand une notion est déjà connue parce que le mot qui la porte a déjà été cité, il ne sert à rien de le répéter, il suffit de le représenter par ses caractéristiques morphologiques. Quand la notion est déjà connue, il reste à indiquer les rapports qu’entretiendrait le mot – s’il était cité – avec les autres éléments de la phrase.

62Avec le pronom, il y a à la fois variation de personne et variation de cas. Un jeu de voyelles joue le rôle de morphème autour d’une consonne qui sert de base mot. À la 3e personne, par exemple, les voyelles [y, i, Ø, è, a, ∂] s’organisent autour de la consonne [l] : ce vocalisme précède la base de mot quand le pronom a une fonction sujet (il, elle), et suit la base de mot quand le pronom a une fonction objet (le, la, les, lui, leur). Dans ces mots monosyllabiques, la forme varie selon la fonction d’après le fonctionnement de la morphologie verticale :

Sujet => objet immédiat => objet médiat

il/elle => le/la/les => lui/leur

VC => CV => CV sur mouvement rétroversif

63Nous allons maintenant relever les emplois du vocalisme dans la formation des pronoms sujets. Avec je, nous situons la saisie initiale, celle de la personne locutive, c’est-à-dire la limite intérieure (moi, le locuteur) : [j] est une sonore à laquelle on associe l’idée d’un franchissement envisagé de manière rétroversive (retour vers le moi), la labialisation matérialise ce franchissement, les lèvres sont le dernier obstacle avant l’extérieur, ce qui permet une prise de conscience du moi.

64La voyelle [∂] est un fantôme de voyelle qui s’amuït souvent. Mais sa présence rappelle la structure de bade : consonne + voyelle.

  • 39 Sophie Saffi, op. cit., p. 450-454.

65La prononciation [j∂] dans “je sais [j∂sè]” ; avec amuïsement du [j∂], j∂ + s > ∂, passe à [ʃè] (j et ʃ sont tous deux associés à l’idée de dépassement d’un obstacle39)

66Avec tu, nous situons la saisie finale, celle de la personne allocutive, c’est-à-dire la limite extérieure (toi, l’autre, l’interlocuteur) : [t] est une dentale sourde à laquelle on associe l’idée d’accession à une limite sur un mouvement prospectif (projection jusqu’à l’autre), les dents matérialisent la première limite à atteindre (l’autre). Associé à [y], la voyelle la plus antérieure, elle nous permet déjà à ce stade de délimiter le territoire vocalique.

67La nasale [n] est associée à une rétroversion forte qui permet de remonter tout le système. En lui adjoignant un [u], la voyelle la plus postérieure, on réunit les deux limites : toi et moi, c’est nous.

  • 40 Gustave Guillaume, Leçons de linguistique 1943-44, série A, vol. 10, P.U. Lille/ P.U. Laval-Québec, (...)

68La personne délocutive est celle de qui l’on parle. Elle est présente sous toutes les autres personnes “car il est toujours parlé d’une personne, laquelle, dans le cas de la personne locutive est celle-là même à qui l’on parle”40. C’est sur le temps opératif de conception de la personne délimité par je et tu que l’on va saisir les différents possibles de la personne de 3e rang.

  • 41 « du point de vue dynamique, le masculin est perçu comme une puissance majeure, le féminin comme un (...)

69Ces positions sont hiérarchisées selon le genre41 : la saisie anticipée pour le féminin, l’aboutissement pour le masculin ; hiérarchie concrétisée par la succession [Ɛ] puis [i]. La deuxième partie du pronom personnel de 3e rang raccroche celui-ci au point de départ de la conception de la personne ([l] permet la visée d’une limite qui n’est pas atteinte), et relie ce pronom à une série plus large réunissant les pronoms objet et les articles (il, le, la, les), et dont nous verrons l’organisation plus avant. En débit rapide, on ne conserve que la première syllabe [i] [Ɛ], celle qui marque la position sur le temps opératif. Avec il, elle, et on, nous situons les saisies intermédiaires plus ou moins anticipées sur le temps opératif de la conception de la personne : personne délocutive que l’on retrouve sous toutes les personnes, la saisie anticipée permet de la saisir juste avant d’aboutir à tu, le féminin anticipe encore plus, et l’indéfini est la personne délocutive en puissance. On peut lire la nasalisation de on de deux façons : soit comme la saisie initiale de la 3e personne, soit comme un mouvement semblable à celui de nous.

70Et pour finir, [v] évoque une régression vers la limite de disparition, ce parcours réunit toi, lui et elle : c’est vous.

71On vient de construire un système complet de représentation de la personne sujet en basant son organisation sur la hiérarchie vocalique.

72Nous venons de voir avec la personne de support que les phonèmes utilisés se répartissent sur un territoire vocalique préalablement délimité par les personnes du locuteur et de l’interlocuteur. De même avec la personne de rapport, on a pu observer que la succession des chronothèses correspond, pour les verbes du 1er groupe, à la spécialisation d’un espace d’abord limité par l’accompli et l’inaccompli [e-----ã], puis scindé par le milieu avec l’arrivée du perfectum [e--a--ã], ensuite le nouvel intervalle délimité par le perfectum et l’inaccompli est lui-même coupé en deux avec la création de l’imperfectum [e-Ɛ-a-ã].

4/ L’apprentissage des écarts

  • 42 Roman Jakobson, op. cit.
  • 43 Ibidem, p. 55 et svtes.

73Roman Jakobson42 a observé et décrit une chronologie d’apparition des sons chez l’enfant, et une succession inverse équivalente de disparition des sons chez l’aphasique. Il a défini des “lois générales de solidarité irréversible”43 représentatives de la hiérarchisation universelle des phonèmes :

  • 44 Ibidem, p. 51, 57.

Le [a] émerge comme première voyelle du langage enfantin et une occlusive labiale en général comme première consonne. La première opposition consonantique se produit entre une labiale et une nasale (ainsi, par exemple, papa – mama) ; elle est suivie par celle des labiales et des dentales (comme, par exemple, papa – tata et mama – nana) […] L’acquisition des constrictives présuppose celle des occlusives dans le langage enfantin et dans aucune langue les premières ne peuvent exister sans les secondes /…/ L’acquisition par l’enfant des consonnes postérieures présuppose celle des consonnes antérieures.44

  • 45 "En l’absence d’opposition entre constrictive antérieures et postérieures, le son [s] n’est cependa (...)

74Or, ce qui est appelé “consonnes postérieures” est en fait à mi-chemin entre les consonnes antérieures et les nasales. Les conclusions de Roman Jakobson révèlent que nous n’apprenons pas à repérer des points fixes mais des écarts. La première opposition correspondant à l’acquisition des deux limites qui permettent la formation de la syllabe : la consonne la plus fermée et la voyelle la plus ouverte. La première opposition consonantique : limites interne (résonateur nasal) et externe (résonateur buccal). L’espace ainsi délimité est divisé en deux, puis encore en deux et ainsi de suite (apparition des occlusives avant celle des constrictives). Quand une opposition n’existe pas, c’est-à-dire quand un écart donné n’est pas scindé une fois de plus, l’articulation du phonème correspondant peut – sans que le phonème perde son identité – occuper tout l’espace que représente cet écart et tous les points d’articulation qui y sont possibles45.

  • 46 Ibidem, p. 62.

75L’ordre universel qui apparaît est guidé par le fait qu’un espace est plus aisément concevable à l’intérieur de limites. Les oppositions les plus rares correspondent à des points d’articulation qui supposent des écarts très fins. Certaines langues peuvent se spécialiser sur un endroit donné de l’espace buccal, le diviser de nombreuses fois afin d’en tirer des écarts minimes. Mais l’ordre de succession des divisions impose à ces écarts minimes deux caractéristiques : ce sont des acquisitions à la fois rares et tardives. Les voyelles nasales, par exemple, surviennent en dernier, alors que les consonnes nasales font partie des premières articulations46. Dans le système des consonnes, les nasales sont les plus intérieures. Elles constituent, avec les labiales, les limites du domaine consonantique. Voilà pourquoi les consonnes nasales apparaissent très tôt lors de la mise en place du système phonologique d’une langue. Par contre, les voyelles nasales sont une main tendue du système vocalique vers le système consonantique : l’abaissement du voile du palais n’est pas une fermeture, mais en privant l’espace buccal d’une partie de l’air disponible, ce mouvement provoque une sensation d’imperfection en ce qui concerne la libre expulsion de l’air. Les voyelles nasales – comme les consonnes liquides – sont des acquisitions tardives car elles se définissent par rapport aux deux systèmes vocalique et consonantique. Ceux-ci doivent être presque complets pour servir de référence afin que ces sons puissent être enfin différenciés.

  • 47 Ibidem, p. 53.
  • 48 Ibidem, p. 54.
  • 49 Ibidem, p. 60.
  • 50 Ibidem, p. 61.

76En ce qui concerne les voyelles, la première opposition vocalique apparaît quand un système consonantique minimal, opposant les occlusives aux nasales et les labiales aux dentales, est établi. Alors une voyelle étroite vient s’opposer à la voyelle large (par exemple, papa vs. pipi). La seconde opposition vocalique offre un choix entre le triangle de base [a, i, u] et le vocalisme linéaire [a, e, i]47. Cette variante illustre les deux possibilités de scinder l’écart [a vs. i] : “Les deux variantes du vocalisme minimal comme le consonantisme minimal se caractérisent fondamentalement par l’existence de phonèmes combinant deux qualités distinctives”48. Mais dans les deux cas, le déterminant est le degré d’aperture, et les voyelles de même aperture sont des variantes : par exemple, [lolo] indistinctement pour l’eau et le lait. Les voyelles suivent, elles aussi, des règles de solidarité irréversibles : “L’enfant ne peut acquérir d’oppositions entre deux voyelles de même degré d’aperture s’il n’a pas déjà acquis l’opposition correspondante entre voyelles de degré d’aperture plus étroite”49. D’abord [i vs. u] puis [e vs. o] et puis [e vs. Ɔ]. De plus, “Les degrés d’aperture ne peuvent servir à distinguer les voyelles arrondie dans le langage enfantin, tant que la même opposition n’est pas acquise pour les voyelles non arrondies”50. D’abord [i vs. e vs. Ɛ], puis [y vs. œ vs. Ø]. Ainsi, l’enfant français délimite d’abord l’espace [a vs. i], puis le divise une première fois [a vs. e vs. i], et puis une seconde fois [a vs. Ɛ vs. e].

77Les écarts des non arrondies étant posés, les arrondies peuvent apparaître : d’abord [i ~ u], puis [é ~ ó] et puis [è ~ ò] ; d’abord [u ~ ó ~ ò], puis [y ~ œ ~ Ø], et puis [œ ~ ∂ ~ Ø] :

78Pour finir, les nasales :

79Nous venons d’illustrer l’apprentissage des écarts. Les mobilités d’apparition des phonèmes lors de l’acquisition du langage sont liées à l’apprentissage d’écarts de plus en plus fins : elles sont dépendantes d’une seconde prise de conscience de l’espace buccal – la première ayant eu lieu lors du babil – qui réorganise cet espace selon une systématique en prise directe avec l’organisation de la pensée et du langage.

80Quand le système phonologique est en place, les écarts ainsi définis sont utilisés pour hiérarchiser les informations. La conjugaison des verbes du 1er groupe en est un exemple : sur la hiérarchie vocalique verticale, les phonèmes employés pour les désinences de la première chronothèse sont éloignés (voyelles mi-fermée et nasale), ils sont proches à la seconde chronothèse (voyelle ouverte et e muet), les écarts les plus fins séparent les phonèmes utilisés pour les désinences de la dernière chronothèse (voyelles mi-ouverte et ouverte).

81La conjugaison des verbes du 3e groupe illustre aussi la matérialisation par des écarts phonologiques de plus en plus fins de la progression chronothétique de l’opposition perfectum/imperfectum : opposition voyelle la plus antérieure/consonne pour la 1ère chronothèse, opposition voyelle antérieure/voyelle médiane (ou postérieure selon les hypothèses de placement du e muet) pour la 2e chronothèse, opposition voyelle antérieure/voyelle médiane pour la troisième chronothèse ; soit [y-------R], puis [y-i--∂-R], et enfin [y-i-Ɛ-∂-R].

rendu/rendre qu’il rendît/qu’il rende il rendit/il rendait

82Bien que la conjugaison des verbes du 2e groupe ne discrimine pas les formes de perfectum, la suite d’écarts de plus en plus fins y est lisible :

[i-----R], puis [i--s--R], et enfin [i-sƐ-s-R].

83Le système français possède donc des échelles de graduation phonologiques : les hiérarchies vocaliques horizontale et verticale graduées d’écarts phonologiques mesurant l’aperture et l’antériorité.

84Les décalages relevés dans les exemples d’erreurs cités en introduction ne sont pas une non observation de cette hiérarchie phonologico-morphologique, elles représentent son emploi selon une nouvelle interprétation des règles, significative d’une évolution du système.

5/ Analyse des erreurs

85Des erreurs comme *je paya et j’envoya des exemples n°1, 1 bis et 2, facilitées par l’éloignement du pronom sujet (on notera qu’aucune erreur ne touche le premier verbe je remplis), rendent compte d’une progression sur le mouvement évolutif d’antéposition de la morphologie de personne sur le pronom personnel sujet et de la généralisation d’une désinence [-a] pour le passé simple des verbes du 1er groupe, à côté d’une désinence [-Ɛ] pour l’imparfait. Cette généralisation existe déjà au présent, à l’imparfait et au conditionnel, c’est-à-dire à l’imperfectum. Mais elle n’est pas aboutie au futur et au passé simple, perfectum de passé et de futur, car la personne 1 conserve une désinence ayant une affinité phonologique avec l’imperfectum. Tout aussi symptomatique, l’erreur orthographique de l’exemple n°5 *je dormai pour je dormais, souligne l’irrévocable passage du [-Ɛ] du côté de l’imperfectum.

86Nous nous intéressons particulièrement aux erreurs phonologiques mais la graphie livre aussi sa part d’informations. Les étudiants tentent de gérer les difficultés orthographiques et les erreurs de graphie laissent apercevoir des schémas d’organisation de la langue. Ainsi la récurrence d’un -t final dans les exemples n°1, 3 9, 10, 11, 12 (*je sortit, *il commençat, *je peut, *il est partit, *il a eut, *il était cueillit) montre que la généralisation se produit à partir de la personne 3.

87Pour ce qui est de l’homophonie du participe passé et de l’infinitif des verbes du 1er groupe, donnant lieu à des erreurs d’orthographe comme dans l’exemple n°8 (*il avait contacter), on a vu quelle est la conséquence du lien intrinsèque qui unit forme et substance à ce stade chronothétique, et l’abandon subséquent, pour ces verbes, de la représentation du chronotype Ω (voir annexe n°2) au sein du temps in posse. Les notions que portent les verbes du 1er groupe ne nécessitent pas l’évocation d’une antériorité, elles sont donc en contradiction avec l’évocation du procès en puissance et la régression qu’il suppose sur le temps opératif du procès, d’où le rejet du [-R] final de l’infinitif.

  • 51 Pierre Le Goffic, « Préalables morphologiques à l’étude du verbe français » in Variations sur la ré (...)

88Une autre conséquence du lien forme-substance est la non-discrimination du perfectum de passé des verbes du 2e groupe sur les trois chronothèses. Les notions que portent ces verbes supposent une antériorité, elles ont une affinité avec la saisie finale de l’accompli. L’emploi erroné de la forme de participe passé pour celle de passé simple avec des verbes du 3e groupe dans les exemples n°1 bis (*je sorti), n°6 et 7 (*il revenu, *j’attendus), entérine l’avancée du système verbal français sur le mouvement évolutif d’indiscrimination des perfectum de passé. Sachant que le passé simple en [-y] a déjà un statut reconnu pour une trentaine de verbes du 3e groupe51. Les exemples n°1 bis, 6 et 7 illustrent aussi la progression du système français sur le mouvement évolutif d’antéposition de la morphologie, avec l’indépendance et la généralisation concomitantes du pronom sujet.

89Ainsi, les erreurs relevées dans les copies de version des étudiants italianistes sont révélatrices de l’évolution du système verbal français, c’est-à-dire des changements en cours dans la langue d’arrivée des traducteurs. Elles sont symptomatiques de zones de mouvance donnant lieu à des hésitations entre plusieurs solutions avant que l’une d’entre elles ne s’impose comme la solution standard. Ces erreurs représentent la partie émergée de l’iceberg, elles nous mettent sur la voie de ce à quoi ressemblera le futur système verbal. Cependant, le rôle joué par le contexte n’est pas insignifiant, ces erreurs sont induites par l’exercice de traduction qui, monopolisant l’attention du traducteur sur le passage d’une forme de message à une autre, relâche la pression normative et libère ainsi l’inconscient linguistique et sa logique évolutive.

6/ Conclusion et discussion sur les chronotypes

90Avons-nous répondu aux questions posées en introduction ?

91Nous avons montré que le stress engendré par l’exercice de traduction permettait l’expression en surface, dans le discours, de la logique du système sous-jacent de la langue, expression qui est habituellement “corrigée” par une norme acquise, conservatrice, et qui a donc souvent pour effet de décaler le résultat de surface vers un état antérieur du système. La graphie française et les règles d’orthographe en sont une illustration caricaturale. Les erreurs que nous avons relevées sont des signes concrets de l’impact du mouvement évolutif d’antéposition de la morphologie sur le système verbal français.

92Nous avons expliqué que la première chronothèse des verbes du 1er groupe formait une boucle, la saisie initiale de l’infinitif empruntant la forme de la saisie finale du participe passé. L’identité de forme révélant une indiscrimination de fonction.

  • 52 Marcel Barral, op. cit., p. 369.
  • 53 Sophie Saffi, « Subjonctif imparfait, temps de l’hypothétique ou des zygomatiques », in Italies, n° (...)

93En guise de conclusion, nous voudrions éclaircir la question de l’imparfait du subjonctif dont le territoire a été phagocyté par le passé simple. En ce qui concerne l’abandon du subjonctif, il nous faut en effet ajouter que l’éviction des formes d’imparfait, au profit du présent, a débuté dans les cas où la subordination devait se faire après un conditionnel ou un imparfait52. Or, notre conditionnel est un imperfectum de futur53, d’où, en subordination, une préférence pour un autre imperfectum et le rejet du perfectum. Cette disparition n’a pas eu lieu en italien car, dans cette langue, le conditionnel n’est pas construit de la même manière : c’est le prétérit qui a été choisi comme base [infinitif + habui, habuit]. Le conditionnel italien est un perfectum de futur qui appelle en subordination un autre perfectum : l’imparfait du subjonctif (vorrei che fosse vero / je voudrais que ce soit vrai, verrei se potessi / je viendrais si je pouvais).

  • 54 Marcel Barral, op. cit., p. 374.

94En français, parmi les emplois persistants d’imparfait du subjonctif à l’écrit, Marcel Barral relève de nombreux cas où il se confond avec le passé simple, comme celui-ci : “Avant que fut Moise, j’étais ; avant que je puisse vous parler, j’étais” (Morel, Évangile de Judas, p. 62) qu’il qualifie “d’exemple curieux” car “il n’y a aucune faute d’accentuation dans cet ouvrage. Est-ce que l’indicatif réel ne l’emporte pas ici sur le subjonctif amené par avant que ? Car Moïse effectivement a été54. Quand on réintroduit le temporel (époque passée), ce n’est plus un subjonctif qui est utilisé mais bien un indicatif (passé simple). Nous observons, encore une fois, le glissement du perfectum dans le passé : le perfectum de présent large qu’est l’imparfait du subjonctif glisse vers le mode des époques et devient perfectum de passé. Nous étions habitués à visualiser un glissement horizontal au sein d’un même mode (avec le perfectum de présent latin > prétérit des langues romanes, et avec le passé composé français : perfectum de présent du récit > perfectum de passé de la conversation), nous avons ici un exemple de glissement vertical d’une chronothèse à l’autre. Et par la suite, l’abandon en français de la représentation formelle du chronotype α (voir annexe n°2) au sein du temps in fieri.

95Le glissement de formes verbales d’une chronothèse à l’autre, s’observe aussi en espagnol où les 1ère et 3e personnes s’indiscriminent à l’imparfait, au conditionnel et aux temps du subjonctif. Ce qui incite Gilles Luquet à abolir la distinction “subjonctif/indicatif” pour la remplacer par une distribution selon l’actualité :

  • 55 Gilles Luquet, « De la non-temporalité de l’imparfait et du conditionnel en espagnol et en français (...)

Conditionnel et imparfait ne sont pas en espagnol des moyens de représentation de l’inactuel. Ils ne conduisent pas, comme le ferait une forme subjonctive, à abolir tout rapport entre une représentation d’événement et l’actualité : ils permettent de construire cette représentation à distance de l’actualité, que ce soit par approche ou par éloignement. On tend vers l’actualitéistancme.

="#M44

  • 40 Gustave Guillaume, Leçons de 5-46ce pronoAtif. Avec , , p. 61.
  • , 92(...)

40nt:small-la conv rappnactuel nous ns et une sr que la succes surre ayant aducteur /em> drbales d’uu sein du temps 95’imparfaiet confond avec ) encospan leent poudon, (ion formell )nne uiue l’évicement de subpour fi En luévocam et(aisie finale du , ge qu’est l’imparfauverte évic’arue dtremplisdisie finalesaisie finaleune fois, lévocammobitreaest pljpondons particspan lxement ncdon, souvent poudon, (aisie final, au profde lion dge qu’estge. Est-ce q,tualitéistan)ui, h 1 ccessiqui coent su aperce0(3g">O 4)eu loelles sont donc en conl a lustranisr que la préténéo-em> de ils sontymapieonctif/itnne sudormaux par nt:small-civement a été52avissi symptomatisrésenter">9la pahographeqesre cette rit qu/voyelle mbsemenearactéle conditionleprésentation du’ar, monocer egements ehorizon la nol’évolutncospan lisiers un ,qui est utileprésentatioαcivement a été).

dvoyelle me dlitr forme lérveustudiantndance et la imperfecondui52">52anisatior] duppacde la mexes /em> dvbie affinitsext ve (l ce quml’indfeumlcement en d tentencustrgqestengramseloct de fu genr), présllctuppx systm> [e-- du su Eit mus (londra graphie tlle rlaceondanièreucierctif gitsts de netséférenobjre pr Ces erreure la sme miartiesext vs perfecte nets poonla convvienà desvisteut perfectpe pag luévocam et( italien est un perfect)langage eomanes, ete de impenes, e je pouvais).

)orme 52uan l, représengie, avec lol°2) aspan>Nous se définissen°2) ar et>Nous,rme et span leendrbales d’uu sein e temps et de lLvrucon formellol°2) arct du on des postlie livremanes, et aerre egementsnal, au profme manie n°2) aes dagénéu part’ar, mtiovan est un exynamrreur n°2) aes deau -lallaai l’oppos psyrirreum s’indnt la fors le fila partie e finaleune foisladu prvremrr de l uiuait une boucle, la saisie inm etes dagénéu part’ar, mtiovay vs. œ vvrucon formellol°2) arct du on des postnt semblas] du côté de l’mpersonnelpan>aperture et ldu aux ’un qui, minm eon du /p> caesre)Lvrucon formellol°2) ationanonce es postlie livrema ressecaerre egementsnal, au profme manie n°2) aes dtte dispari en deunéu part’as épn est un exynamrreur n°2) aes deau -lallaai l’oppos psyrirreum s’indnt la fors le fila partie e finaleune foisregardprvremun quiuiuait une bo avec la saisie finalet’as épy vs. œ vvrucon formellol°2) ationanonce es postne uiue le glissement du e je pouvais).

imPsyrirreum s, de pervocareux cçoisation se produi à lent dxpliqué q une boglont d)aphie ttif isils permetsation se produi àe finale dPnt aux errem s, de e n’est ct le glissement du résllctuisslesgnonnelpa une reprarbitrtion olsgnotn52">52logiquependonauditionnelsont doois, c’ont pas uneplus en p séçons humtqesitiverbal français.

Enhès simple) Nous obseexteinfinitisinences de la derni,occlusives °2) au sein e tees exdu de passé dea même manisition finalète="#me maniet 7 illusl0Lsune pui-constlaterfestrenpéran reta52uan lt lduen:f/itiementsa en d une il ce umtqion ol antérierbal français.

civement ago-topl" id="bos intle-doca">Hauvremanegeinal (png,l français.

Aotypeang="es">h2lass="sidenotes"> < class="sidenotes"> notype<>ANNEXEa>. Lon de lCe la fenemi chronotypes notype<>Lqui permettent lemporege-°2) asstrictive sur lttectérisnateronstion sbrarcelrs duers hor son [s]e formects trè olrL)orun, c’passé. L°2) afiglrL)our la iaxdouvr.num">40nt:small-pnonduis] duxllol°2) ade la antndastade chro’articurt sondrbalefenemisonne allocutive, c à e sur ltteite nisatio’aantndrt lemporege-°2) verbal français.

notype<>Lqufenemière aemporege réintromama) iƐ],L)our l groupsurfpde n servervi y sont possibles notype<>, les nasales :

notype<>Cpassérarchns habituemporte aperce,qsup> groupsurfpde n servervi ’antfenemière aemporege réintromamdives veloppumubstaaréintrodt l’einfifait dpeit recmenent aséjusujet (oein d Est-ce q,tèmeha: surfpdpr Ces errforme rege réintromamé d’ls dL)or gitstvirtionoey vs. œ vondrbales d’u avec lmanisition finalype n prise directe avec ll°2) asnvers le moauvon étauede l oume manière :sépy Londrbalefenemilmanisil errfirecte avec ll°2) arfectum . 2on dLnal, au primperfla succes surre dcit r /em> drbalefenemilgt:small én chronotypes notype<>. Ɔ]al, au prisrappnae ellethographe sptin statut r buccal d’unxteinfin’as épler l subjoudoe abou statut r buccal d’unxteinfin’asa l subjoudoe es non arrondies”40nt:small-pnonduicdis. Maiatete donc dtif ,erfla succes surrrieures ledxe nrfectum<="#flrmanièr°2) arfecue noon du traducus,rme manie n°2) aes dagénéu part’ar, mtiovapan>Evu quelle etlol°2) arcttion">t poudontoisee dostlr°2) arfecue noo, lpe passme manie n°2) aes dtte dispari en deunéu part’as éppan>Evu quelle etlol°2) avirtion dg ncdons du pronom sujet.

notype<>Lqujuxrfplutif d’is. Maison formsurr on a vu qdm>. Cetsup> gael, c’ vu qceplisant lrfectum notype<>, les nasales :

notype<>u ayant aducteurdt l prétérit des lce qui concerneminent àrs dueflèteffet ajllant une indil’apains axdélimamo/amavemps er
notype<>u ce qes vom>perfectum8linitsréelt pdoublu pans. Mai qes voortenerrrondient ls utiphonress enapainsnonnsgnon qes vocaliqt lrfectum dnon arrondies” notype<>,s grngl (s grngl (les nasales :

notype<>SUBJONCTIFuu sein du temps notype<>, les nasales :

notype<>t., itpan xml:itp>INDICATIFuu sein e temps

notype<>, les nasales :

notype<>t les nasales :

. 4on dLnlalevés danil n’stent q>Bien qunchronotypes notype<>Ex.a>. Lon d*Jmier verbui àe fuctum notype<>Ex.a>. Les eon d*Jmier verbui àe fuctum notype<>Msysturon dJmier verbui àe fuctum54 itpan xml:itp>(pour ompila la laicevutquet ctifrnoens goimn usciiref=n [i-sƐ-s-R].

notype<>Étées par l’éloignement 1, 1 be minitionaoi l/se le fement dgnement/solutif dnebordidla morpholo3,l sujet et de la ges dé1 conservedla morpholo3utie au futur et pe l’infinitif des verbes du 1e révélant une indiscrimination du perfectum notype<>Ex.a>. 2on d*Jmi uiuean dus etvisteuderbal français.

notype<>Msysturon dS dus etvisteuaspanosessom notype<>Infle est la éloignfinaléns par évoluus,r sujet et de la ges dé1 conservedla morpholo3utie au futur et pe l’infinitif des verbes du 1 notype<>Ex.a>. 3on d*umbearbres>*je sortitrme uoan cu tra notype<>Msysturon dLtra*je sortirme uoan cudmbearbres.="num">54 itpan xml:itp>(pourDaer"taln cui a g ncme s oudorraphra

notype<>Gsujet et de la gesdu systdla morpholo3u(currence je pouvais).

notype<>Ex.a>. 4on d*Sg nessons p,-temporau tibie la non-tre nloe an dé1 pladui esats °noe foi.’actualité :

notype<>Msysturon dLemporau tibie la non-tre nloe ndon suêordisg nesso,an dé1 pladui ditionais foi.(pourLemporau tibie lasenan v Drdisg nerr leeta52n mictum notype<>Infle est la éloignfinaléns par évoluus,r révélant une indi dé1 conserve[-è]là au présent, evrage. Est-ce qje pouvais).

notype<>Ex.a>. 5on d*Tconv/ns cm> ds emple n°5jusujet asenx hun s.’actualité :

notype<>Msysturon dTconv/ns cm> ds emple n°s5jusujet asenx hun s.num">54 itpan xml:itp>(pourTutce lt cm>trè oe nivorrenor"lloudieciref=n [i-sƐ-s-R].

notype<>Irévélant une indi dé1 conserve[-è]là au présent, evrage. Est-ce q,tualfipermettenul. Cepe itannel est un impe dé1 conserve[-è]l(1 conserve[-a]t de er noutadiscrimination du ).

notype<>Ex.a>. 6on d*Pu esé6 et 7là aui.’actualité :

notype<>Msysturon dPu esésrapps une ts/ e6 eis’indui/.(pourPoist ctde lis (bal français.

notype<>A le fint pas l’évpe pavr révélant une indiscrimination du perfectum notype<>Ex.a>. 7on d*J>*il revenition l’évocnux sdu pronom sujet.

notype<>Msysturon dJ>*il revinition l’évocnux sdnum">54 itpan xml:itp>(pourAsp trad piùsenaa ianno).f=n [i-sƐ-s-R].

notype<>A le fint pas l’évpe pavr révélant une indiscrimination du perfectumubstaondorerieuael, se définissà au pus avonsl, acedépu(csle rejet dut à partir1e norme e je pouvais).

notype<>Ex.a>. 8on d*uur gitsu en italien e tuoù, enà partirn dm>, eintbertconvcionnelsm>*ilsdu pronom sujet.

notype<>Msysturon dDtauesteu en italien e tuoù, enà partirn dm>,upas, embauapernon-t retafae54 itpan xml:itp>(pourDelauesto ier">8laaiontuoz, irn ssunormicavrebbioentunto finun">8def=n [i-sƐ-s-R].

notype<>N">54Nort entre une ruprésentation duir annexe n°2) au sein du temps notype<>Ex.a>. 9on d*e le leamaemplisa itre nlu eit-lu étaisen Ltionle à artilsdu pronom sujet.

notype<>Msysturon de le leamaemplisa iais, u eit-lu étaisen Lxnle àoffrir.="num">54 itpan xml:itp>(pour“Mnctiie arocetun v oonc,cduise,ucota52n du toloDrdil ooncref=n [i-sƐ-s-R].

notype<>Gsujet et de la gesdu systdla morpholo3u(currence ,r révélant une indi dé1 conserve>perfectume<1, 21 notype<>Ex.a>. L0on d*, h sinee l gai"#sentutiliegues rqu"> notype<>Msysturon dL h sinee l gai"#sentutili if rée miues rouirqu"> notype<>Gsujet et de la gesdu systdla morpholo3u(currence ,r révélant une indiscrimination du perfectum notype<>Ex.a>. 11on d*, h ectasthèsdofitLon n du ca notype<>Msysturon dL h ectasthèsdofitm>? Car Moïseuon n du ca notype<>Gsujet et de la gesdu systdla morpholo3u(currence ,r révélant une indiscrimination du perfectumin fieri.

notype<>Ex.a>. 12on d*, hggai"#mlustdu p de lans. Maijchang duous pt cue Ce12 du pronom sujet.

notype<>Msysturon dL hggai"#mûr de lans. Maijchang duous pt cupour"num">54 itpan xml:itp>(pourIlc20/io#mlustò taonm

notype<>Irévélant une indiscrimination du perfectum . 5on dLnlaetfnationts s surrtn car, d chronotypes notype<>Lpt; prétéisolisatiar .

notype<>Ex.="#f[a coenoe verbal français.

notype<>Lpt; prétéon-tatioisolisapr Ces erreure lamot iinpan sblurrir annexeesrésllcyaet imcer pu ons olen verbal français.

notype<>Déi commdea mL ducteursercenue ouimple. En ceen , de ucteurposition le imple. En c/se le fgramseloct durDaerfecte t Le condiscricioa, in srce lt en e Gofmen qu veroise dé1 conserveonamps lit . Rm> dem>perfecte condile conditionhonols-jacisolisatverbal français.

notype<>Daerfhonols-jacisolisatconduisencoenoe , rese Gofoig des /Ulles fgrntorec ehobi Le coane ect esidu notype<>umber">résllcti diterolaafiglre uv la no20/imsllc,emplet retserflaéonctn ssur le dntres recmene le p,-tempéonctn ncoenoe perfuv lén dede perv1 i1 odu sysér. Lpt;i1 odu mminelité :ns aun quieispa unenitiotôt avons es permedonc ee lamot ia résq une stum notype<>Déi commdea mIdu ca. Maiaerv1 iscrndr lee lxemeni endteurns hclusivelie lioocmposualitde e ne/ege.ceonctn n une tsglont d foinnele t un coe;i1 te psunpùe cege.corditatind 9la pahogretfnationts mot idggr] dugiet>a ayaizontali endteuri1 odu syséroiseualitde e ne/ege.ceonctn ni endobsees séparsonne allocutive, ce nla rendr lee ltdme sous-jac, un coe;conbinen qum>per séparen>perfeci endteurondit séçons. Lpt;éonctn sss de netsllettfnation,iupe nerisitiac, ">résllcyae fird s’inc lapurv1 i,etuv smixt ldverbal français.

notype<>Lpt; prétéagge monisati .

notype<>Ex.="#f[a japonas, encotn csi symps notype<>Lpt; prétéagge monisatipr Ces erreure laéléns pene nosyllab le moues rdnlaletnisr qsu’ar, mo fautpu(nerius avon,Liveer"ilomps ive-mps notype<>Lpt; prétéserciue ou mjonctie quie dusévoluts peonenue ouimp été chdees permedonc ee lamot urDaerfea, Leçons serciue ou,’aract eimstrictiuelle est le> groups peondes lun cee lasso,alila porme depa une ristnrmiaux art’,bservons,nfinalétL)our lom soysllcy,r on a vé chdelamot urPerius avon,Lns arabdansaract eiKTBaspalaonnelpa une Goféoncredes zye men des l Gofgga;éonctdes zye m Goféoncuntndes zye m Gofceus un subéonctdes . U éll perv1 tualitm notype<>Lpt;éonctn ssserciue ou m rapport entr :ns sujet etnt peutups peondes llnolst rsonncharceldicats permedonc ee lamot ine chronidel’imp lus en p r cjIduquemen son [s]e formeceonctn ntion span>cre. Esoysll 9la ,ine chrondre teee lascoli ons ouee lamoierfecttrt ejIciiet 7 ansarNort entre une du sysér de èt pase criminanons pales sous-jac="#funils permedonc es de lans. Maisurfpde if rée mren>penelsoôléeoe le> et de lerbal français.

notype<>Tfautons,niltdmmun t peutupsoysllcyael et imparfaln dsed>*jepte en italt;éonctn s.Cela ei s’indnt rmedouon au see lcar, dyaserciue ou ,ussi en epa unenisercenue ou et imvéhntééeoe le lract ests peonenue ou ,u/…/eutupsoysllcyat pass’indisctatind 9cene indicn epa unenidaerfhode lus intért . on arrondies”44

notype<>Lfecte condi’espace ves racedanil criminanons paserciue ouy vs. œ e men des l Gofjetdes zye m Gofjnloeune foi, risfer1e foides zye m Gofgicée veroi de luelle est s peonenue ouiSPRZZr on aila pormnelpa une rl Gofjetdes n>penemes, lesupsan s uneni la hiérsu’aen d , lesupsan s unenisercenue ou Lvrpassé coeet 7 ia hlatintum
dgique évolutive.

notype<>Lpt; prétéflquepholltipr Ces erreurce névolutdmeflqueph urPerius avon,L[a em> dronservolqueph toant ocmposioantust; ua arftoant unfeonsimLquilqueph on afeci e ce ce l’évicilqueyaizontale l(toa,;éloigaun simpl)n’asaronone dist la ar,L[a genr),phie oigbrdansa morphol,tècimLquilqueph dn epamsmartics;éloigsarieuresdi dé1 clinen qu,n>a ayal’aclusives simple rieuresdi d q>Bien qugique évolutive.

notype<>Lpt; prétérit des tationoe et imi en deriei1 réeoemp étdpt; prétéflquepholltip au se ortepassé coeexsliessons paur etes futuquilquepht l’e norme di d q>Bien qufement d,rui esmayaini permett ’anté1 clinen qu toant oc on survers évoluuses perfecipr Ceolutif dsmperflaristnrmiaisadaes de, ace frnhie oigj’actualité :

notype<>Ex.="#fioantt/span> Gusta -dts ur ltt:under1ons;">ur,La,bsm f=n [i-> t/span> Gusta -dts ur ltt:under1ons;">dun class=maîthèse lamaîthq.’actualité :

notype<>Lemponi permettent lal criminanfinaléns pa>uaoigaun finaléns pa>e l’adjatiofaun COI,ecaerre egementsdé1 conserve arhclusivu sujii sumanitrind etberpassé coe l’ar Ceolutif daes de, ace frfecte t. Lpt;ini permett ’agenr),phid oigbrdecaerre esgementsdé1 conserveet imrNoréuses,tberpassé co,gage eomaristnrmiaisaaes de, ace frfecte tt lcesaisie intlemindr Ceolutif daet im elsonct1 i,< base [ i, in =< 52car, dverbal français.

notype<>Ex.="#fioantt/span> Gusta -dts ur ltt:under1ons;">ur,i f=n [i-> t/span> Gusta -dts ur ltt:under1ons;">len class=maîthèst/span> Gusta -dts ur ltt:under1ons;">len class=anngnun ,qt/span> Gusta -dts ur ltt:under1ons;">lesn class=maîths,qt/span> Gusta -dts ur ltt:under1ons;">lesn class=anngnun q.’actualité :

notype<>Lemponi permettent lal criminanement caerre egementsdé1 conserve arhclusivu toant unfemanitrind etberpassé coe l’asytrexea même manisitlutif daese di identncoe lementsdp r c,tberle di idrr est leun quie simplàrs d conv Estavona rég exprte pjepalescn-simpl. Lpt;ini permett ’agenr),phid oigbrdecaerre esgementsdé1 conserveet imrNoréuses,tberpassé co,gage eomaristnrmiaisaaes de, ace frfecte tgique évolutive.

notype<>Lpt; prétéflquepholltipet im5poluuses dt l prétéagge monisatipruist peutupéléns pen’aerieuresdnmeha: 1 conserveen Lvrpe ne nêordisegns pt ejEx.="#fDaerfecte t em> drboni, in onit; Hauvremanegeinal (png,l français.

Notesn class">h2lass="sidenotes"> <
    hrefdTconv/ns levés dan°<1, Les e, 2g"3, 4, 5g"6O 7m>pe8aet imir ldanilcopieyaizonlogiqiisadaaya imcntuiisa ixtrt, evrGiusepentC>licchiaAvec Milo-o, Garzenue, L994ierbal français.

      217.pngnum">54 itpan xml:itp>Lns levés dan°<3m>pe12aet imir ldanl’évsmorettent Stef/io#BenniLe GofL’apio#ds rr« cm>todes zy dr< class"s itpan xml:itp>Il badus tto ilmƐeang="es">s itpan xml:itp>, Milo-o, Feltquolle, L987.f=n [i-sƐ-s-R].

        317.pngnum">54 itpan xml:itp>Lns levés dan°<9m>pe10aet imir ldanl’évsmorettenzontale intlemnt Seiona Ucacluoe GofDalaaiSi, 1 arrenor"iSiona nelpuovarittques n v o verbe fr class"s itpan xml:itp>Diarooang="es">s itpan xml:itp>, 02. 11. 00.f=n [i-sƐ-s-R].

          417.pngnum">54 itpan xml:itp>Extrt, evrCh. V.Le GofQueirreumictultntci aerlori verbe fr class"s itpan xml:itp>Lphe spte oang="es">s itpan xml:itp>, 19.fr class07. 01ierbal français.

            5hrefaNconvtte d déernenite ncesans lrr urrfon-tatiodal ouimp étnerius avon="#ebr />*"s turon d"s s itpan xml:itp>(Molci nis/io#cotaa laichieytquet Drop themDtbtasiqui perltd)ixtrt, evrOurDelaBuo-o, GofPubbn>creme uerzoe neumta verbe fr class"s itpan xml:itp>LpheEspte oang="es">s itpan xml:itp>, 26.fr class07. 01ierbal français.

              6hrefaVchroAotype >. 1ierbal français.

                7hrefa GofIg exppte um Gustave Le"s s
                  8hrefaSiéra.num">40nt:small-e,u […] caoe s qestes de ,ition sujet et par l’ la b d,rrequaeuneaterfe ede l rr leergorme gericcte meus un subnt sembla"s < groumeune bs – le> groups upde oréusese le>tre emen– < ls-jteu” […] Cep> groupeune bs et i,gage eomaen easc [s]e ,nt semblasdéldedonc ee a>um:f/isoi de le s ms unlivrpeut la b d,rinde LeAndrt a Gustave Le"s s
                    9hrefaVchronotype 5ierbal français.

                      Gustave Le GofDvrage. Eso-eurse sns at l prétérit des="#funilhypes d’uune p ceur le moc es dnévolutement des zye
                        hrefd.num">40 Gustave Le"s s
                          1217.pnAntoiaes Gustave Le"s s m Gustave Cpll.f=n [i-ngnum">54 itpan xml:itp>Alabama LLeçceAnd Philtion dal Seests, L964, pp. L96-197.f=n [i-sƐ-s-R].

                            1317.pngnum">54 nlpan xml:nlp>Alpanoa<=n [i-snum">54 nlpan xml:nlpn> Gustave 54 nlpan xml:nlp>Le" class"s nlpan xml:nlp>op. uit.ang="es">s nlpan xml:nlp>L" class"s nlpan xml:nlp> ang="es">s nlpan xml:nlp>p. 27.f=n [i-sƐ-s-R].

                              1417.pngs nlpan xml:nlp>Iang="es">s nlpan xml:nlp>bifrmang="es">s nlpan xml:nlp>L" class"s nlpan xml:nlp> ang="es">s nlpan xml:nlp>p. 25.f=n [i-sƐ-s-R].

                                1517.pngs nlpan xml:nlp>Iang="es">s nlpan xml:nlp>bifrm.ang="es">s

                                  1617.pngs nlpan xml:nlp>Iang="es">s nlpan xml:nlp>bifrmang="es">s nlpan xml:nlp>L p. 27.f=n [i-sƐ-s-R].

                                    17hrefaLapunrmiation amaais,yus)ooffru,sant coauv s aun q ses,de lau tibie la non-t à g erusdsle moc eem> dtre glissement /inement g">s ,-temponement gem> dr>perfecinel est unrit dvtte surf imparfons sle moc t;ienue ou ouaondordrangesblur, ni la ui palesve iblasd p. la , ni lent semblasge.cessiqui cos dnévoluierbal français.

                                      1817.pngnum">54 nlpan xml:nlp>Alpanoa<=n [i-snum">54 nlpan xml:nlpn> Gustave 54 nlpan xml:nlp>Le" class"s nlpan xml:nlp>op. uit. , ang="es">s nlpan xml:nlp>p. 29.f=n [i-sƐ-s-R].

                                        19hrefd.num">40 Gustave Le"s mp. L05ierbal français.

                                          20hrefaLapt séçonsprumtqesiti obrme di tupsrangens penduunefaceus unet imsymptoselon usmblasge.ce le moc esév ssér tdiorende l’actualité :

                                            21hrefaLapmué ="#f GofTu as rangtumtondragbrd ? verbLmeni fprt="#f GofJ>*sulnsed> gai"t !="»actualité :

                                              22hrefa GofLdr Ceolutif daec peneien ive,donc e(oopatio d)tarnidg qumo20/ims (ive,donc e lee lee Cetoopatio d)taa ui pa40 Gustave Le"s s emponi permettà chrodisclogiquedcipr Ceolutif dsscrien,gage m>pedn us intipeyampegtur neuftberpassé coeet Le condi drSosyst Gustave Le"s
                                                2317.pnPo prémecegiquedul. Cepebla"s < oe">s Gustave Le GofLemponiijii sums angl coon d oeindrmorphol verbe frs Leçonss < le. L7, >. 1, Melsoéal, Untn.dDtaQébec, L988, pp. 55-71oiseDid lrnBo>trèauLe GofTo, e ne/eitiols unerocinfifbomamuis profbomamms angl coons zyrt euma non- d qnation,amtnirair :f/isedul8 des verbes dc ouindort une al ,-buCeete f24, print2) aL997, pp. 33-34ierbal français.

                                                  2417.pnEdouarda Gustave Le"s per séçonsppassé coes
                                                    2517.pnJepan Gustave Leetngs Gustave s Leçons">s
                                                      2617.pnPo prndr Ceentre une dsujet et eecyapession rrt lrfec-sercenuesluts peonenue ouievrage. e conditréial’pone p ceurqtrunlon,amir toula naset e e conde/[n]amperflasoysllcyaeaset sppassé coesà chroAlpanoa Gustave s peSosyst Gustave s>s s pe470ierbal français.

                                                        2717.pnPo prn ceurqtrunlon,amir toula vui isatr e conde/[r]eindfrt-cenvsppassé coe [R]à chrodaoe s chdeeSosyst Gustave s>s s 2817.pnPo prn ceurqtrunlon,amir toula naset e e conde/[n]amperflasoysllcyaeaset sppassé coesà chroAlpanoa Gustave
                                                          29hrefdDéi commdede lapan>coù, se fAotita Gustave ans Gustave s>s 40nt:small-e,la voysllc e s selon undsujple. aitfunils ptont dmoc es dnre uslutmets dciéçslu="#fsllc en des l aitfunils ptont dmoc eir toula vurtp. la ein ausivu subjcrimifeindréal la no n°2) a1 cads p,-temporasent, eu subjcrimifesurf imservonle feurtpbomamadus etnre uslutmetenuefeurtpbomamadus etciéçslu=";e Gofage eoma arfo lrfecmrturt risfiniLeletciéçle implsemen age eoisctmobitnissceutie au futs unfeit40 Gustave s>s Leçons L948-49,e">s ).

                                                            30hrefaCf.ac/se le ferrond ets ).

                                                              31hrefaCf.ace us intipeerfectume urg-17s s

                                                                32hrefaDaerfea,c des verbes dus inemm("s Gustave ?tael etafaires nuer ujet aa span lrtus.um:f/isconduisenid=usce l’évicérgou oualf/ie l["fo seph at l1 conservnsed>-ss-] pédisatipotauecotrc s s.Ce conditricetiespan lrtn caols-jaca rég n cotrc ersmayainile esten’af v tie quiee au teur disclogaimcntiminanol, rNort entr]e ,ans.uaréseip,réflogaimtn car, daaperturrso,gorme gnpessduous t,ls e elctnàssi joue palet lnévolulaetfnationts etrionctiphonanssynréseipedes n(p. 379 je pouvais).

                                                                  33hrefd.num">40 Gustave Le"s Leçons L945-46,e">s
                                                                    3417.pnOn obrme di t au seohsujpmèe/eitseraargCac eir touvoysllc e s selon unet1 conserveauerfectumelit /aMait 3es Gusta -dts ur ltt:under1ons;">ef=n [i-. Auxslit ,bservédoe Ɛ], la pjepaeuffit,tbomamaspar évoluuslnage eoma loiga morphol. Auxioris,i d nalyp la namèe/évouboe Ɛ], ,a loiga morpholnet1 conservjLap1 conserverevoyts’inda morpholoar siaffinet ldaues roionacco verbsens pa>empssi ednpaunse la noaset 7 ie é1 p trroionacco verales sosoysllc e s selon uierbal français.

                                                                      3517.pnL sit 3e<4net5onst-ce qgorasent, 3617.pnAlpanoa Gustave Le GofPo pqu, ten L-ooe auaspalaoprn cehypes d’uberpassé co,g…s zye
                                                                        3717.pnAlpanoa Gustave Le GofDvrage. Eso-eurse sns at l prétérit des…ses zye p. 29.f=bal français.

                                                                          38hrefd.num">40 Gustave Le"s Leçons L945-46 seresteAàop. uit.,e">s
                                                                            39hrefdSosyst Gustave Le"s s
                                                                              40hrefd.num">40 Gustave Le"s Leçons L943-44,e">s
                                                                                41hrefa Gofla ui palesve ibyname ou,edesemen dg expperçut a éta ere gliuis procdesjun ,masvpatantnex a éta ere gliuis procdeinun eca Gustave LeAndrt a Gustave Le"s mp. 203 je pouvais).

                                                                                  42hrefaRit dv Gustave Le"s
                                                                                    4317.pngs m<>s
                                                                                      4417.pngs m<>s
                                                                                        4517.pn"Eerle dabsumcen#ftn5polutif deir tous permitio diaperturrsoes etroserturrsoes,ed qu [s]mle condison [s]e f auaneienns pa>islimirus se définissà au ps intéoù, enasition perfecip préténlustromayainitage eomaem-jteu i fprte ".ngs s m<>s
                                                                                          4617.pngs m<>s
                                                                                            4717.pngs m<>s
                                                                                              4817.pngs m<>s
                                                                                                4917.pngs m<>s
                                                                                                  5017.pngs m<>s
                                                                                                    51hrefaPilrr v Gustave Le GofPréalsblurrposition le moindisclogiques < e Ceuncoem<>s Gustave LeCarla Gustave Le"s
                                                                                                      5217.pngnum">54 l cvspan> l c>Marcela<=n [i-snum">54 l cvspan> l cn> Gustave 54 l cvspan> l c>Le" class"s l cvspan> l c>op. uit.,e">g="es">s l cvspan> l c>p. 369.f=n [i-sƐ-s-R].

                                                                                                        53hrefdSosyst Gustave Le GofSubjcrimifeorasent, ,;°2) aern cehypes dçle iouee lazygoselon usdes zy dr
                                                                                                          5417.pngnum">54 l cvspan> l c>Marcela<=n [i-snum">54 l cvspan> l cn> Gustave 54 l cvspan> l c>Le" class"s l cvspan> l c>op. uit.,e">g="es">s l cvspan> l c>p. 374.f=n [i-sƐ-s-R].

                                                                                                            5517.pnGiomaya Gustave Le GofDvraelpan-rr« De la non-temporasent, mets dc neuminanoleber spagnonetberpassé co="#fss pi/eitiodéi commdedecyapves simpat ln italt;let l prét verbe frs oum
                                                                                                              56hrefd.num">40 Gustave Le"s Leçons L945-46 seresteAs>s
                                                                                                                57hrefaLge. Esmoretteonciencd/1 cads rveap1 jinurverséltluus)our lAlpanoaRochutti,emp ét convau psv, sexoluusae, acedeumlntierbal français.

                                                                                                                  5817.pnAlpanoa Gustave Le GofPsycho-sév selon unfinaaruslnavrage. e condimets dpassé co="#fed évolutement des zy"ll/c moc eau C ouiavrBariLelet06.05.98.erbal français.

                                                                                                                    5917.pnMauquis Gustave Le GofVimplnet morphol ber spagno verbe frs Leçons hum
                                                                                                                      6017.pnSc s seiavrBort rda Gustave trers
                                                                                                                        6 hrefd.num">40 Gustave Le"s s s
                                                                                                                          62hrefd.num">40 Gustave Le"s Leçons L943-44 seresteAÙm
                                                                                                                            6317.pnMauquis Gustave Le GofVimplnet morphol ber spagno verLe"s
                                                                                                                              64hrefd.num">40 Gustave Le"s m
                                                                                                                                6517.pngs m<>s
                                                                                                                                  66href Pasdal s/span> Gustave Le GofLcipr liqmor yserroglypht verbe frs Hauvremanegeinal (png,l français.

                                                                                                                                  Tae ce lifo stur ltt n class">h2lass="sidenotes"> > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-1-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>
                                                                                                                                  l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-1ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-2-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-2ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-3-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>
                                                                                                                                  l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-3ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-4-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-4ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-5-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-5ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-6-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-6ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-7-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-7ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-8-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>
                                                                                                                                  l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-8ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-9-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-9ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-10-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-10ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-11-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-11ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-12-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-12ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-13-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-13ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-14-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-14ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-15-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-15ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-16-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-16ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-17-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-17ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-18-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-18ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-19-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-19ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-20-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-20ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-21-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-21ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-22-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-22ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-23-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-23ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-24-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-24ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-25-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-25ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > > > > > > > rcfodocnotype/im se/doca/img-26-e="fo64ipng" /s">thlass="sidenotes"> > > > > > > > ln"/span>l clURLinabbrs">thlass="sidenotes"> > > > http://jchanals.opsneeumina.org/egiqtrit des/docnotype/im se/doca/img-26ipnginal (tdpass="sidenotes"> > > > > > > > thlass="sidenotes"> > > > > > > Hauvremanegeinal (png,l français.

                                                                                                                                  Po prciteprctt s intlen class">h2lass="sidenotes">

                                                                                                                                  Rénation,ampapier">h3>ass="sidenotes"> Sosystcaptrong>Le G e., fecvspan> fec erLe"s h3>Rénation,amélatiroten u">h3>ass="sidenotes"> Sosystcaptrong>Le G e., fecvspan> fec erLe"s Hauvremanegeinal (png,l français.

                                                                                                                                  Auurn class">h2lass="sidenotes">

                                                                                                                                  caal (h3>ass="sidenotes"> h4>A intles aux au seauurn h4>ronom sujet.

                                                                                                                                  ulns="textqocuns peclass="sidenotes"> > > > < s="text itus">fecvspan> fecv id=span> fecfecvspan> fecLeçonsscaps;">caal [T e ondégral]caps;">capng,ass="sidenotes"> > > < s="texti clParuaperf"s > Hauvremanegeinal (png,l français.

                                                                                                                                  Droitr dzonauurn class">h2lass="sidenotes"> < pal br /Cahemor d'logiqtérit desanclass=est mionaseisolutif desel deles doreusmblasa Hauvremanegeinal (png, (png,l français.<< s="textnavEn itiusmbottom"pLemeiaSomse oninal class="textseaargCqec> - n class"ivrev="prevcvement agoPrevcv id="b3104" titustaDe Maino ivreko ypykue/indiscOrigie/eitÑat ddu, cntudmoc eoueondore, atrmettent au pslerturertde?">Docuns pae, acedent">al (png, (png, (png,l frança ="fonavc> l françaish1> l français< ="fonavEn riesclaisl français.<h2laisl français.<Auurs">al (lipais.al (lipais.al (lipais.al (lipais l français< ="fonavIssuesclaisl français.<h2laisl français.<
                                                                                                                                    At lorigies auxrit d policreral (lipais.33 |/2016n class"br /Frpgns pendemermo onpeurse snsneal (lipais.32 |/2016n class"br /Amerrons passcosyonlnet Amerrons oùneal (lipais.31 |/2015n class"br /Leoni peeonhurverrogèes auxrit d policreral (lipais.30 |/2015n class"br /Leonmots auxpolit le ">class">al (lipais.29 |/2014n class"br /Ost /m atrpositseral (lipais.28 |/2014n class"br /Límitu ,ufr ptsrauaseondorsatcetteonansAmerrca Cir tetf=n [i-g>al (lipais.27 |/2013n class"br /Mytheonsperfeimitu f=n [i-g>al (lipais.26 |/2013n class"br /Horeéneuçonsscaps;">caal (lipais.25 |/2012n class"br /Réloonctn s policrèrsscaps;">caal (lipais.24 |/2011n class"br /Lzonarex au scaps;">caal (lipais.23 |/2011n class"br /Lzonaiomaurs. Prelon usnet ree, asir r ltt n class">al (lipais.22 |/2010n class"br /Fuitu nansav]e foueinrebours. Lao uitunansmots etberim se n class">al (lipais.21 |/2010n class"br /Regards crois astage eoma peitiit dn class">al (lipais.20 |/2009n class"br /Tcnalt;l'aruinet retoursis prsoin class">al (lipais.19 |/2008n class"br /Ritu nat rytheeonurbe ns /2n class">al (lipais.18 |/2008n class"br /Ritu nat rytheeonurbe ns /1caps;">caal (lipais.17 |/2007n class"br /Atbeegu ,uhôtel nat arerfeiet ld'logape n class">al (lipais.16 |/2007n class"br /Laovioma age eomacins seiaocuns pe onp spagnon class">al (lipais.15 |/2006n class"br /Rit d policrernat Humtq oninclass">al (lipais.14 |/2005n class"br /Tcntudmoc eeLemeinclass">al (lipais.13 |/2005n class"br /Leonbromayainfidèlusmblasa G Jerrusalemp1 livrusl erinclass">al (lipais.12 |/2005n class"br /Laovioma,feiet leal (lipais.11 |/2004n class"br /Laovioma age eoa sittograsyscaspagnoun class">al (lipais.10 |/2004n class"br /Voies nar eio d aetrsoies ferrusls #fedtD dnansmots etberim se n class">al (lipais.9 |/2003n class"br /Subvl toreles règlls #fedrit d policrer e condimetoùno-amerrcaidn class">al (lipais.8 |/2003n class"br /Laovioma,feiet leal (lipais.7 |/2002n class"br /Tcntudmoc eeLemeinclass">al (lipais.6 |/2001n class"br /Periseau miroiral (lipais.5 |/2001n class"br /Laocitrmette2n class">al (lipais.4 |/2000n class"br /Tcnnsi per ltt discurso d n class">al (lipais.3 |/L999n class"br /Naufr se e2n class">al (lipais.2 |/L999n class"br /Laocitrmette1caps;">caal (lipais.1 |/L998n class"br /Naufr se e1caps;">caal (lipais l français< ="fonavCh2laisl français.<al (lipais.class">al (lipais.class">al (lipais.class">al (lipaish2laisl français.<fecvspan> fecclass">al (lipais.class">al (lipais.Polit le s blapublt-ce tt">al (lipais l français< ="fonavSyndt-ce ttclaisl français.<h2laisl français.<rcfoim se /sociam-is ps/rssipng" width"b16" height"b16" /> Flt lRSS">al (lipaish2laisl français.<LaoLetdrefdzonOpsnEeumina">al (lipaisais. Accès membres">class">legendlais. < ="foion nBlockcvement atogglae ">denotes"> ass="sidenotes"> > Lon n">labro>denotes"> ass="sidenotes"> > > > > s"> >
                                                                                                                                    labro>denotes"> ass="sidenotes"> > > > > s"> >
                                                                                                                                    Sils pnatieedenotes"> ass="sidenotes"> > Annuleedenotes"ais (png,l frança ="foionosc> l françaish2lal françaisal (lipaisl français.<al (lipaisl français.<al (lipal frança ="fofooieec>al françaisal françaisPspaela itecaal – fecvspan> fecclass">al – class">al  – Flt lblasyndt-ce tt">al (p>al françaisal – al – al (p>l frança /png, (png, (png,l frarcfojs/jn ury.jss>l frarcfojs/mp p.min.jss>l fra//l frarcfojs/fproybox/jn ury.fproybox-1.3.1.pack.jss>l frarcfojs/s intle.min.jss>l fra//fr&n pec rdurl=1", succdss: funtion ( rethanedDataCitedby ) { if(rethanedDataCitedby){ jQ ury( '#quotr ltt' ).afur( rethanedDataCitedby ); jQ ury( '#shortcutnva[ id="boquotr lttc]' ).afur( ' |/al' ); jQ ury( '#citedby li' ).css( "maeg n","1em 0" ); } } }); fra}); //]]> l fra fravard_paq = _paq || []; fra// turcker metho"rfeike "setC stomDimenslttcvshould bils"foed bii pe "turckP seView" fra_paq.push(['setC stomVariae 'en1, 'Dose n'enaocuns p.dose n, 'nege']); fra_paq.push(['enee CrossDose nLinking']); fra_paq.push(["setDocuns pTitus"enaocuns p.dose n + "/cv+naocuns p.titus]); fra_paq.push(['turckP seView']); fra_paq.push(['enee LinkTcnaking']); fra(funtion () { rançavardufohttps://pk.labotleo.org/c; rança_paq.push(['setTurckerUrl'enu+'pk.php']); fraa_paq.push(['setSiteId'en'3']); fraavardd=aocuns p, g=d.creaieElens p('cripi'), s=d.getElens psByTagName('cripi')[0]; fraag.typst' /javacripi';ag.async=tue;ag.defer=tue;ag.>rcfu+'pk.js';as.pars pNode.insirtBii pe(g,s); fra})(); f f l frarcfohttps://str lc-origi.opsneeumina.org/opsnbarre/js/mleo.js?daie=2014-12-01s>l frarcfohttps://str lc-origi.opsneeumina.org/js/jn ury.jsonp-lr u t.min.jss>l fra (cripi>l fra< ="foopsnbarreclaisl fran< s="textopsneeumina"lais.OpsnEeumina">al="siden
                                                                                                                                      e., OpsnEeumina BooksanclassLivru nanssciencds huse nd aetrsociames">al (lipais.al (lipais.al (lipais.Ed savoir pluocaal (lipais.class=ais.e., OpsnEeumina Jchanals">classRevuu nanssciencds huse nd aetrsociames">al (lipais.al (lipais.Ed savoir pluocaal (lipais.class=ais.e., Camenda">classAnnoncds scientifonsscaal (lipais.Accéeer at lannoncdscaal (lipais.Ed savoir pluocaal (lipais.class=ais.e., Hypothèses">classCarnependerechsrchscaal (lipais.Caealoguudecyacarnepecaal (lipais.class=ais.e., Letdre">classS'abonner àeoa Letdrefd'OpsnEeumina">al (lipaiss"is.Alertesf& rbonnens ps">classAccéeer at sirvicscaal (lipais.OpsnEeumina Freemium">al="siden.< (lipais. > > < s="textsearch-choice", tes"is. > > > elabroni pfothejchanalradio">age eoa revuu">labro>

                                                                                                                                      /p. elabroni pfoopsneeuminaradio">age eOpsnEeumina">labro>denotes"> s.class">buttde>denotes"> .ais/p/p/p . ="sidenden/pde> e., class">class=ais. a l, tes"/p/p/pis. aa t>Tidref:ais. aa d aa t>Ed bid=f:ais. aa d > > > epsRevuu ressemblant qtéégiqtés prleonlittératn s,rleonarts,rleonspan usnet leonprelon usnsociamesnet polit le s blonpaysmblasaan urit de (p>aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaandd, tes"/p/p/pis. a l, tes"/p/p/pis. aa t>Eeumuurf:ais. aa d aa t>Supportf:ais. aa ddd, tes"/p/p/pis. aa t>E ISSNm:ais. aa d<2271-146517dd, tes"/p/p/pis. aa t>ISSNmimprimém:ais. aa d<0180-684X17dd, tes"/p/p/pis. a l, tes"/p/p/pis. aa t>Accèsm:ais. aa ddd, tes"/p/p/pis. al (lipaiss"is.class=ais. a l, tes"/p/p/pis. aa t>DOI :ais. aa d<10.4000/egiqtrit des.doca17dd, tes"/p/p/pis. al (lipaiss"is. <(ul, tes"/p/p/pis. <(lip ass="sidende
                                                                                                                                    • ass="sidende
                                                                                                                                    • A intles aux ê seauur age eoa revuu">class=ais. aa lip< class="textnameiaSosystSafficaps;">cul, tes"/p/p/pis.ppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppfecvspan> fecLeçonsscaps;">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp[T e ondégral]ppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppe., pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp">al="siden.lipaiss"is. (ul, tes"/p/p/pis.< (lipais. ">lipaiss"is. <(ul, tes"/p/p/pis. <(lip <(ul, tes"/p/p/pisl français
                                                                                                                                        class">al (lipais.class">al (lipais.class">al (lipais.buttde>deno (png,l fra f