Navigation – Plan du site

Du « larcin visible » à la bonne imitation : l’usage de la citation dans le milieu des académies italiennes au début du XVIIIe siècle

Claire Vovelle-Guidi
p. 73-84

Résumés

La pratique citationnelle est courante, au XVIIe siècle, au sein des académies, et le monde académique en étudie les mécanismes. Cet article centre son propos sur les témoignages de deux érudits, Giuseppe Malatesta Garufi (Rimini) et Bartolomeo Dotti (Venise). Y sont examinés d'une part les “larcins visibles”, consistant à emprunter à des fins pédagogiques (utilité de l'expression érudite dans les échanges entre lettrés) ou satiriques (usage irrévérencieux de la citation); d'autre part la “bonne imitation”, à partir de modèles choisis avec soin et débouchant sur une appropriation créatrice.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 L’enquête que j’ai effectuée à la Bibliothèque Gambalunga de Rimini n’aurait guère été possible san (...)
  • 2 « Là deporrò ai vostri piedi il bottino che ho accumulato in anni di notturni saccheggi. L’ho sottr (...)

Là je déposerai à vos pieds le butin que j’ai accumulé au cours d’années de pillages nocturnes. Je l’ai soustrait aux coffres, faits d’argent, des poètes et des prosateurs en langue latine et en langue vulgaire, à ceux, de fer, des philosophes et des médecins, au tronc des aumônes du bon sens populaire et à la châsse d’or, rutilante et sans fond, des Saintes Écritures.2

1Voici les termes dans lesquels Gioseffo, le protagoniste de l’Antidoto della malinconia de Piero Meldini, s’adresse au cardinal Ondedei qu’il croit être le dédicataire de l’œuvre qu’il s’apprête à achever, avec tout ce que cela comporte.

  • 3 G. Benzoni, « Per non smarrire l’identità : l’accademia », in Gli affanni della cultura. Intellettu (...)
  • 4 « Le accademie italiane dei secoli XVI e XVII, indubbiamente troppe, indubbiamente loquaci, non son (...)

2Ces expressions que Piero Meldini fait prononcer à son personnage, dont les vicissitudes nous ramènent à Rimini dans le milieu des académies à la fin du XVIIe siècle, en rappellent d’autres qui, un peu dans le même esprit, reviennent sous la plume d’autres auteurs à la même époque. En effet, le monde académique se prête tout particulièrement à l’étude des mécanismes de la citation parce que la tradition a tendance à s’y perpétuer. Cette donnée a été soulignée notamment par Gino Benzoni3, qui met néanmoins l’accent sur l’utilité de ces institutions : les académies, qui permettent aux lettrés de se rassembler, apparaissent comme des lieux à la fois sans surprises et nécessaires4.

  • 5 Née en 1691 des cendres de l’académie des Dodonei, l’académie des Animosi sera promue sept ans plus (...)
  • 6 Pensées ingénieuses des anciens et des modernes recueillies par le P. Bouhours, nouvelle Edition au (...)

3Et néanmoins les deux témoignages que nous avons analysés en fonction de l’usage de la citation à titre de contribution à cette rencontre nous dépeignent ce microcosme sous un jour bien différent. Il y a d’une part celui de Giuseppe Malatesta Garuffi sur le milieu académique de Rimini. Il y a également celui, fort différent, de Bartolomeo Dotti sur l’académie vénitienne des Animosi5. Tant chez l’homme d’Église que chez le poète satirique, la présence de la citation peut alternativement indiquer qu’un « larcin visible » a été commis – pour reprendre une expression de Dominique Bouhours qui l’emploie justement à propos d’auteurs italiens6 – ou bien, au contraire, surtout lorsqu’elle est bien digérée, donner lieu à ce qu’on peut qualifier de « bonne imitation ».

1/ Deux types de « larcins visibles »

  • 7 C’est bien ce que suggère Arthur Livingston à propos du détournement de l’œuvre du poète satirique (...)
  • 8 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, 1982, p. 8.

4Le phénomène du « larcin visible » est on ne peut plus fréquent à l’époque ; il peut se traduire par le plagiat pur et simple, un larcin que certains n’hésitent pas à voir comme le signe de la fortune littéraire d’un auteur7. Mais, outre le plagiat qui s’inscrit encore dans la pratique traditionnelle de la citation en sa qualité d’« emprunt non déclaré, mais encore littéral »8, il existe bien d’autres formes d’appropriation, qu’elle soit ou non déclarée, des écrits d’autrui : on songe notamment à l’emprunt à des fins pédagogiques tel qu’il se manifeste chez Giuseppe Malatesta Garuffi, mais également aux emprunts parodiques que suscite, chez ses contemporains, la verve satirique de Bartolomeo Dotti.

L’emprunt à des fins pédagogiques

  • 9 On pourrait d’ailleurs être tenté d’établir un parallèle entre ces deux personnages car le titre du (...)
  • 10 Les renseignements concernant la période à laquelle l’auteur exerça les fonctions de bibliothécaire (...)
  • 11 Dans deux notices l’auteur s’explique sur le choix de ce titre : « Ma che dirà forse il Lettore, a (...)
  • 12 « Ho voluto raccogliere, e restringere dentro a centotrenta Titoli un buon numero di Erudizioni Fil (...)
  • 13 « Dica pertanto il Mordace, che quanto si trova in ogn’uno de’ Titoli di quest’Opera, o tutto, o la (...)

5C’est du même milieu que le protagoniste de L’Antidoto della Malinconia qu’est issu Giuseppe Malatesta Garuffi9 né vers 1650 et mort au début du XVIIIe après avoir exercé, entre autres, les fonctions de bibliothécaire de la Gambalunga de Rimini de 1678 à 1694 et celles de secrétaire de l’académie Dogmatica fondée en 1693 par le cardinal Domenico Maria Corsi, légat de Romagne10. Auteur prolifique comme bon nombre de ses contemporains, Malatesta Garuffi est connu essentiellement pour son Italia accademica imprimée à Rimini en 1688. Son intérêt pour les questions de méthode et de langue a donné lieu, non seulement à la Bibbioteca manuale degli eruditi sur laquelle se fonde en partie cette analyse, mais également à un Frasario qui nous intéressera également dans l’optique de la pratique citationnelle. Le premier de ces deux ouvrages, qui voit le jour en 1704, et que son auteur qualifie lui-même – se servant, sinon d’un néologisme, du moins d’un terme dont l’emploi n’est guère fréquent – d’« erudizionario »11, a pour objectif de permettre à ses contemporains de s’approprier du savoir qui leur est nécessaire pour pouvoir à leur tour faire œuvre d’écrivain ou bien d’orateur. Il s’agit en fait d’un recueil de citations érudites – car c’est ainsi que nous proposons de traduire le terme erudizioni regroupées en notices thématiques : « j’ai voulu rassembler et resserrer sous cent trente titres le plus grand nombre de citations érudites philosophiques, poétiques, historiques, politiques, théologiques et morales qu’il m’ait été donné de tirer des auteurs les plus célèbres dont j’ai trouvé et lu les ouvrages dans une bibliothèque publique »12 – c’est bien évidemment à la bibliothèque Gambalunga que l’auteur fait référence. Compte tenu de la nature de cet ouvrage, on peut trouver étonnant que Malatesta Garuffi manifeste d’entrée de jeu la crainte d’être attaqué en raison du manque d’originalité du matériau qu’il s’apprête à soumettre à son lecteur, et prenne la peine de prévenir d’avance les critiques auxquelles il s’attend : « Que les auteurs caustiques répliquent donc que sous chacun des Titres contenus dans cet ouvrage tout ou presque est tiré d’autrui »13. Une partie des arguments avancés par l’auteur pour défendre son ouvrage visent à mettre l’accent sur son utilité : en effet, cet ouvrage est rendu nécessaire dans un contexte bien précis, celui des échanges érudits, c’est une donnée sur laquelle Malatesta Garuffi met l’accent dès les premières pages :

  • 14 « Il favellar erudito, sia nelle Accademie, sia ne’ Pergami, anzi in qualunque raunamento, o privat (...)

L’expression érudite, qu’elle s’exprime dans les académies, du haut d’une tribune, ou même à l’occasion de tout autre rassemblement, qu’il soit d’ordre privé, de chevaliers et de lettrés, ou bien public et politique, dans l’intérêt des monarques et des royaumes, accrédite tellement l’esprit de celui qui discourt, que celui-ci semble être l’une de ces âmes élues que Platon imagina envoyées sur terre par le suprême Créateur pour y faire montre du grand savoir dont on les dote Là-haut.14

  • 15 « Egli è però vero, che se ben tutti non nasciamo colla medesima felicità d’intelletto pronta ad og (...)

6L’art de bien s’exprimer est certes souhaitable aux yeux de cet érudit, mais il est conscient du fait qu’il est généralement le fruit d’un exercice constant car “il est vrai que bien que nous ne naissions pas tous avec la même vivacité d’esprit, prête à toutes les sciences et capable de toutes les subtilités, nous venons cependant tous au monde [...] avec les mêmes aspirations que les plus grands lettrés. Pour gagner cette vivacité d’esprit, lorsque les dons naturels font défaut, tous savent qu’il est nécessaire d’avoir recours aux efforts de l’étude” »15.

7La citation, en cela qu’elle est le signe visible de l’inspiration, semble donc être l’une des sources principales de la création littéraire même lorsqu’elle se présente sous les dehors du larcin visible mais honnête.

La “poesia tolta in giuoco”

8Introduisant son manuel destiné aux conversations érudites, Giuseppe Malatesta Garuffi manifeste – on l’a vu – la crainte que son ouvrage soit condamné en raison de son manque d’originalité, mais il y a, chez cet auteur, le plus grand respect pour les modèles qu’il s’est donnés. On peut difficilement faire la même affirmation à propos du poète satirique Bartolomeo Dotti et de ses adversaires par plume interposée. Chez Dotti, comme chez ses détracteurs l’appropriation des écrits d’autrui n’est plus neutre, mais irrévérencieuse.

  • 16 Ce Gareggiamento est reproduit dans un volume manuscrit intitulé Sonetti, e Sattire con sue rispost (...)
  • 17 On trouve un échange de sonnets entre Dotti et cet auteur : « 1 Cav.r Dotti al Sig.r Silvani detto (...)

9C’est un sonnet intitulé Per le venerabili dame che portano il cendale ragruppato dietro la schena qui donne lieu à un Gareggiamento sattirico de’ Sonetti où il est question de défendre la gent féminine16. Ses protagonistes sont, outre Dotti, Matteo Pasini, un avocat sur lequel l’auteur s’est acharné, ironisant sur ses déboires conjugaux et sur ses difficultés économiques, ainsi qu’un dénommé Grotto, que certains identifient comme étant Giacomo da Este, un homme d’Église rendu célèbre par ses satires, tandis que d’autres estiment qu’il s’agit de l’abbé Silvani qui est lui aussi l’auteur de vers contre le poète17.

  • 18 Cf. « Risposta al Dotti per il suo sonetto della groppiera d’Incognito », « Risposta al Kr Dotti ne (...)
  • 19 Ibidem, ff. 3 verso-4 recto et 7 verso-8 verso.
  • 20 Mais une parodie malveillante selon la définition qu’en donne Nella Giannetto qui voit ce type de p (...)
  • 21 G. Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, cit., p. 29.
  • 22 Ibidem, p. 32.

10La question que l’on est d’emblée amenée à se poser consiste à savoir dans quel esprit ce gareggiamento s’est déroulé. On pourrait voir en lui une véritable polémique que le compilateur de ce recueil aurait ensuite pris la peine de retranscrire pour des lecteurs vraisemblablement rares. Il n’est pas à exclure toutefois que les participants à cette joute se soient tout simplement adonnés à un exercice de style fréquent à l’époque. Deux éléments pourraient nous amener à nous prononcer pour cette seconde hypothèse : le premier est constitué par la conclusion de cette joute poétique que l’on trouve résumée dans le « Giuditio nel littigamento delli due poeti : Kr. Dotti e Pasini » prononcé par le juge, en l’occurrence l’abbé Grotto. Le second élément est de nature stylistique et concerne l’utilisation, dans la rédaction des textes imitatifs, de la technique des bouts rimés. En effet, on a d’abord un groupe de trois répliques, dont deux sont anonymes et une de Matteo Pasini, où cette technique est utilisée de manière imparfaite : les auteurs se limitant à ne reprendre, de l’original, que la rime18. Deux autres échanges ayant opposé Dotti à Matteo Pasini sont rédigés en reprenant les mots-rimes de l’original19. Dans le contexte où nous le trouvons, ce choix trouve au moins deux justifications. Il convient avant tout de tenir compte de la nature de ces textes dont on a tout lieu de croire qu’ils ont vu le jour en marge des circuits officiels des Animosi : ce genre de textes n’ayant que très rarement de titre explicite et étant la plupart du temps difficilement attribuables à un auteur plutôt qu’à un autre, il est parfois nécessaire, lorsqu’on souhaite s’y référer de manière aussi claire que possible de le faire de façon à ce qu’ils puissent être reconnus. Mais il n’est pas à exclure que ce choix stylistique soit également dû à une volonté parodique20, et que cette “poesia tolta in giuoco” – pour reprendre une expression forgée par Benedetto Croce – soit à la fois burlesque et irrévérencieuse. En effet la reprise des mots-rimes n’a pas pour seul effet de faciliter l’attribution de compositions car elle constitue également une sorte de parodie. Reste à savoir si ce cas d’espèce s’inscrit dans ce que Gérard Genette a qualifié de parodie minimale – c’est-à-dire “une citation détournée de son contexte et de son niveau de dignité”21 – ou bien si l’on doit classer le type d’imitation que l’on trouve dans le Gareggiamento dans la catégorie du pastiche satirique compte tenu du fait, qu’en fin de compte, il s’agit surtout d’« une imitation stylistique à fond critique »22.

  • 23 En effet, comme l’a souligné Gérard Genette : « pour transformer un texte, il peut suffire d’un ges (...)

11L’élément qui ressort de l’analyse du gareggiamento est que la dérivation de l’hypotexte à l’hypertexte y est relativement complexe23 mais non point massive, en ce sens que les auteurs des textes imitatifs se limitent à ne reprendre qu’un élément minimal du texte imité, mais cela suffit pour que l’hypotexte soit susceptible d’être reconnu malgré – ou peut-être grâce à – la volonté parodique.

2/ La bonne imitation

  • 24 L’expression est de F. Orlando, in « Che la metafora può non essere la regina delle figure », in Il (...)
  • 25 Cf. à ce propos J. Rousset, « Querelle de la métaphore », L’Intérieur et l’extérieur. Essai sur la (...)
  • 26 Frasario italiano nuovo, e copioso di varj, ingegnosi, e pellegrini Translati, Metafore, e Frasi [. (...)
  • 27 « Odo talor più d’un Poeta sporco / Intitolar con paragon leggiadro / Valoroso leon, chi è più vil (...)
  • 28 « Richiamata dalla Proscrizione la Metafora comparisce ancora a’ giorni correnti in ogni componimen (...)

12Nos deux auteurs, Dotti dans le cadre des Animosi vénitiens et Malatesta Garuffi dans celui de l’Académie Dogmatica de Rimini ne se sont pas limités à l’exercice du « larcin visible », qu’il soit sérieux ou au contraire burlesque, ils ont également pris la peine d’exprimer ce qu’ils entendaient par la “bonne imitation”. Les remarques auxquelles donne lieu cette préoccupation s’expriment dans trois types de textes : dans la correspondance – et notamment dans celle de Dotti ; dans la poésie – on songe tout particulièrement aux observations à ce sujet qui ponctuent les satires de ce même auteur – ; et enfin dans les introductions aux manuels de Malatesta Garuffi. La distinction entre le plagiat et la bonne imitation passe souvent par l’utilisation de métaphores éloquentes. Cette profusion pourra d’ailleurs étonner à une époque à propos de laquelle on a parlé de la “crise du principe de ressemblance”24 et où les auteurs s’opposent dans ce qu’on a qualifié de “querelle de la métaphore”25. Les retombées de cette querelle sont bien présentes chez Malatesta Garuffi qui fait précéder son Frasario italiano nuovo e copioso26 d’une introduction où il est question du “grand exil” des métaphores. Elles sont présentes également chez Bartolomeo Dotti qui prononce, quelques années plus tôt, une condamnation sans appel de cette figure de rhétorique, qui s’inscrit, de manière générale, dans une contestation de la poésie qu’il voit comme une pratique trompeuse27. Malatesta Garuffi en arrive néanmoins à la conclusion que, “rappelée de son éloignement, la métaphore a encore sa place aujourd’hui dans toutes les compositions”28. Ainsi l’on ne doit pas trouver étonnant que cette figure revienne avec une certaine fréquence tant sous la plume de Dotti que sous celle de Malatesta Garuffi, ces deux auteurs y ayant recours notamment pour désigner l’appropriation des écrits d’autres auteurs. Le choix des images variant – cela va de soi – selon que c’est à la bonne imitation ou bien au plagiat que l’on fait référence.

Le choix des modèles

  • 29 « Son dietro a studiar la forma di scrivere satire in italiano se potesse migliorarsi il metodo del (...)
  • 30 « Nella disposizione delle materie, meno mi son valso dell’ordine da lui pratticato, ma son ricorso (...)
  • 31 « Puoi dire ch’io pesco nei mari opulenti e non nelle paludi fangose », Ibidem., p. 186.
  • 32 « Io leggo sempre con l’Uncino, e da tutto raccolgo », Lettre de Bartolomeo Dotti à G. A. Gagliardi (...)
  • 33 « Ecco per tanto dopo la fatica di molti lustri, ecco le merci da me pescate », in G. M. Garuffi, D (...)

13Lorsqu’en 1690 Bartolomeo Dotti annonce son intention de se consacrer désormais à l’exercice de la satire, il prend la peine de faire référence à ceux qui l’ont précédé : « Je m’applique à étudier l’art de composer des satires en italien, c’est-à-dire à voir s’il est possible de perfectionner la méthode dont ont fait usage, entre autres, Luigi Alamanni, Lodovico Ariosto, Antonio Abati, qui me semblent avoir beaucoup innové par rapport aux auteurs latins »29. Le concept de la bonne imitation semble tenir tout particulièrement à cœur à Dotti, qui met, à plusieurs reprises, l’accent sur le bien-fondé de cet exercice, qu’il dit d’ailleurs pratiquer lui-même, insistant néanmoins sur les deux dangers qu’il comporte : le premier consistant à ne pas distinguer l’imitation du plagiat tandis que le second est constitué par le risque de ne pas se donner des modèles assez sublimes. S’agissant du premier de ces risques, on voit que le poète, accusé de s’être approprié les écrits d’autrui, est amené à se disculper en donnant avec précision les sources dont il s’est inspiré30. S’agissant du second des risques évoqués, le poète revendique la qualité des modèles auxquels il fait référence, sélectionnés, pour la plupart, parmi les classiques latins, et, ayant recours à une métaphore filée qui, du crochet, nous amène à la pêche, il charge son correspondant de transmettre le message suivant à celui qui a dénigré ses écrits : « tu peux dire que je pêche dans les mers opulentes et non dans les marais boueux »31. Toutefois, le poète n’exclut pas qu’on puisse avoir d’agréables surprises car « parfois, dans les eaux insipides, l’on fait de bonnes pêches ». Enfin, c’est toujours du domaine de la pêche qu’est tirée l’image dont se sert le poète pour exprimer, de façon générale, sa soif d’érudition : « Je lis toujours avec un crochet et partout je retire quelque-chose »32. Malatesta Garuffi a lui aussi recours à cette métaphore dans les toutes premières pages de sa Bibbioteca manuale où il annonce à ses lecteurs : « Voici le fruit du labeur de bien des années, voici les marchandises que j’ai pêchées »33. Le choix des modèles est certes important mais ne constitue cependant qu’une partie négligeable du travail préparatoire de l’écriture : l’essentiel étant ce que l’on peut qualifier de phase de l’appropriation créatrice.

L’appropriation créatrice

  • 34 « Se pare ad alcuno, che il saper far’elezione degli altrui detti, sentenze, ed erudizioni sia di n (...)
  • 35 « Al signor Fracassetti, per un regalo di tabacco fatto all’autore. Satira X », in Satire, cit., pa (...)
  • 36 « Mi son tirato alla larga de’ suoi concetti, per non riportame il titolo di sua simia, o di suo la (...)

14C’est notamment Malatesta Garuffi qui se prononce sur le caractère essentiel de cette seconde phase, affirmant que “certains estiment que toute la difficulté consiste à opérer un choix parmi les expressions, les sentences et les citations érudites d’autres auteurs [...] mais elle dérive moins de ce choix que de la capacité dont il faut faire preuve pour rédiger ses compositions de sorte que ce qu’on a emprunté ne semble plus d’autrui, mais de soi”34. Bartolomeo Dotti, qui pourtant n’hésite pas à fournir ses sources d’inspiration, revendique lui aussi l’originalité de ses compositions. C’est le cas notamment dans la dixième satire où l’on peut lire l’affirmation suivante : « M’abbondano i periodi taglienti, / Senza ch’in Persio, o in Juvenal li spigoli »35. En outre, cet auteur met l’accent sur le fait que pour qu’il y ait appropriation créatrice et non plagiat, certaines règles doivent être respectées pour éviter que l’auteur ne se transforme en « singe » ou en « voleur » d’un autre écrivain, pour reprendre des termes employés dans l’une de ses missives où il est question d’un autre auteur : « Je me suis éloigné de ses expressions pour éviter qu’il ne m’accuse de le singer ou de le dérober »36.

  • 37 C’est à l’appropriation créatrice que fait référence Daniello Bartoli lorsque, distinguant cinq typ (...)
  • 38 « L’erudizioni debbono essere come le gemme, le quali non mai caricano ma solo adobano chi le porta (...)
  • 39 « Che si come nel troncare i fiori o né Giardini, o né Campi pare che ogni mano vi si adatti, quant (...)

15La seconde phase, celle de l’appropriation créatrice37 proprement dite, est illustrée par l’auteur de la Bibbioteca manuale degli Eruditi à l’aide d’une série de métaphores tirées des domaines les plus variés. Certaines d’entre elles font allusion à la part que les emprunts doivent avoir dans les compositions littéraires. Cette question est d’abord abordée par Malatesta Garuffi au moyen d’un parallèle qu’il établit entre l’érudition et les bijoux dont on se pare, affirmant que « l’érudition doit être comme les bijoux qui ne surchargent pas celui qui les porte mais l’ornent seulement ». Dans un second temps, il assimile les emprunts aux mets que l’on sert à un banquet, convaincu que « lorsque nous nous servons d’eux, nous devons observer les usages que les invités respectent généralement dans les grands banquets où, bien que les mets soient offerts avec profusion et qu’ils soient d’un goût exquis, ils ne touchent à beaucoup d’entre eux que du regard, et ne garnissent leur estomac que modérément d’un petit nombre de choses »38. Ailleurs, cet auteur tient à mettre l’accent sur d’autres éléments qui ont leur part dans le mécanisme de la pratique citationnelle bien menée. Cette fois il n’est plus question de la part que doivent avoir les emprunts, mais de la difficulté que peut comporter leur insertion harmonieuse au sein d’une composition car « cueillir des fleurs dans des jardins ou dans des champs est donné à toutes les mains [...] mais parvenir ensuite à les agencer avec goût en couronne ou sur les autels ou bien [...] en retirer les vertus au moyens des alambics [...] n’est pas donné à tous »39.

Conclusion

  • 40 La troisième, en 1692 et une quatrième en 1697.

16L’étude des mécanismes de la pratique citationnelle au sein des milieux académiques nous informe, bien évidemment, sur ce microcosme qui nous apparaît sous des dehors moins uniformes qu’il n’y paraissait. Mais peut-être est-ce dû à la nature relativement marginale des témoignages que l’on a interrogés. Marginaux, ces regards le sont, dans une certaine mesure, mais pour des raisons opposées : Malatesta Garuffi nous introduit à la pratique de la composition académique à travers la théorie, et néanmoins le larcin visible, même déclaré, demeure suspect. Les craintes manifestées par Malatesta Garuffi nous renseignent sur la fortune d’un outil qui se situe en amont du processus de la création littéraire alors que les répliques enregistrées dans le gareggiamento se situent plutôt en aval de ce même processus. Dotti, au contraire, nous invite à le suivre dans la pratique d’un genre dont on n’est pas certain qu’il ait droit de cité au sein des académies : à savoir la composition satirique. Mais l’on ne peut ignorer le rôle joué par la pratique citationnelle chez ces deux auteurs. En effet, concernant Dotti, si tout porte à croire que les textes qui composent le gareggiamento ont circulé en marge des circuits officiels des Animosi, on a vu également que le fait de les citer – fût-ce en partie, voire de faire œuvre d’auto-citation – constitue un moyen de conférer à ces écrits une sorte de reconnaissance qui, si elle n’est pas officielle, est cependant loin d’être négligeable. La présence d’une satire parfois agressive, persona non grata dans un milieu où les applaudissements sincères ou de circonstance sont de mise, constitue certainement une gêne considérable. Et néanmoins, on constate malgré tout que même dans ses manifestations les plus condamnables, elle continue à susciter un réel intérêt en raison, notamment, des mécanismes et des figures auxquels elle a recours. Certains ont été tentés d’assimiler la satire à la parodie ; il est certain que la citation parodique est un outil de prédilection de ce genre littéraire, preuve en est que Dotti et ses détracteurs ne se privent pas d’y recourir. Mais on constate aussi que cette satire fait également appel à la bonne imitation, ce qui peut nous amener à voir d’un œil moins critique les écrits d’un auteur peut-être trop souvent dénigré. Le dernier élément que cette approche nous permet de mettre en lumière, et qui est présent tant chez Malatesta Garuffi que chez Dotti, concerne le lien unissant la composition littéraire à la perception de la langue à cette époque charnière entre le XVIIe et le XVIIIe. En effet, le concept de la bonne imitation – mais également la pratique moins noble du larcin visible – sont généralement liés, chez les auteurs dont nous avons utilisé le témoignage, à celui de la langue en général, ces derniers faisant la plupart du temps appel aux modèles proposés, en ce domaine, par les académiciens de la Crusca, dont le dictionnaire connaît à cette époque deux nouvelles éditions40. Qu’il s’agisse de les adopter ou au contraire de les réfuter. Témoignent de cet état d’esprit les remarques concernant l’usage ou l’abus des métaphores qui viennent s’entremêler à celles concernant la bonne imitation : la “querelle de la métaphore” donne en quelque sorte la main à celle des Anciens et des Modernes dans la tentative de définir ce qu’on doit entendre par la bonne imitation.

Haut de page

Notes

1 L’enquête que j’ai effectuée à la Bibliothèque Gambalunga de Rimini n’aurait guère été possible sans la grande disponibilité de son personnel : je l’en remercie. En outre, les entretiens que j’ai eus avec son directeur, Piero Meldini, ont été fructueux : il a toute ma reconnaissance

2 « Là deporrò ai vostri piedi il bottino che ho accumulato in anni di notturni saccheggi. L’ho sottratto agli argentei bauli dei poeti e dei prosatori, in lingua latina e in volgare, a quelli ferrei dei filosofi e de i medici, alla cassetta delle elemosine della sapienza popolare e al forziere d’oro lucente, e senza fondo delle Sacre Scritture », P. Meldini, L’Antidoto della malinconia, Milano, Adelphi, 1996, p. 15.

3 G. Benzoni, « Per non smarrire l’identità : l’accademia », in Gli affanni della cultura. Intellettuali e potere nell’Italia della Controriforma e Barocca, Milan, Feltrinelli, 1978, p. 157. P. Ulvioni a lui aussi mis l’accent sur l’aspect conservateur du milieu des académies vénitiennes : cf. à ce propos « Accademie e cultura in Italia dalla Controriforma all’Arcadia. D caso veneziano », Libri e documenti, V, 1979, 2, pp. 48 et 52.

4 « Le accademie italiane dei secoli XVI e XVII, indubbiamente troppe, indubbiamente loquaci, non sono un imputato da punire o da assolvere. Esprimono un determinato modo di essere degli intellettuali in un determinato periodo della storia d’Italia. Occorre pertanto, al di là dello schizzinoso esame delle composizioni accademiche in gran parte decisamente scadenti, considerarle come meccanismi d’elaborazione e di trasmissione della cultura del tempo », in G. Benzoni, « Per non smarrire l’identità : l’accademia », cit., pp. 160 et 175.

5 Née en 1691 des cendres de l’académie des Dodonei, l’académie des Animosi sera promue sept ans plus tard au rang de colonie arcadienne. Pour de plus amples informations concernant la participation de Doni à ce cénacle nous renvoyons à C. Vovelle-Guidi, « Una vita adattata al romanzo : Bartolomeo Dotù, poeta satirico (1648-1713) », Quaderni Veneti, 1998, N. 26.

6 Pensées ingénieuses des anciens et des modernes recueillies par le P. Bouhours, nouvelle Edition augmentée, à Paris, chez la Veuve de Sebastien Mabire-Cramoisy, Rue Saint-Jacques, 1693, avec privilège, p. 264.

7 C’est bien ce que suggère Arthur Livingston à propos du détournement de l’œuvre du poète satirique Gian Francesco Busenello par un de ses contemporains, cf. La Vita veneziana nelle opere di Gian Francesco Busenello, Venise, officine grafiche V. Callegari, 1913, p. 11.

8 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, 1982, p. 8.

9 On pourrait d’ailleurs être tenté d’établir un parallèle entre ces deux personnages car le titre du roman de Piero Meldini rappelle, de façon surprenante, L’Antidoto de’ Malinconici de Giuseppe Malatesta Garuffi (in Rimino, per Gio : Felice Dandi, 1687) ; mais cet auteur m’a écrit, dans une lettre qu’il m’a autorisée à citer, ne pas avoir eu l’intention de situer son roman dans le milieu d’une seule académie qui aurait pu être l’académie Dogmatica, affirmant que « l’Accademia dei Pennuti non è ricalcata su nessuna accademia realmente esistita [...] Il gioco di parole tra la penna dei letterati e quella degli uccelli, donde i titoli accademici degli associati, è di mia invenzione. Ciò che succede nelle sedute è un frullato di notizie di provenienza diversa ».

10 Les renseignements concernant la période à laquelle l’auteur exerça les fonctions de bibliothécaire de la Gambalunga nous sont fournis par P. Meldini, « La formazione del fondo manoscritto della Gambalunghiana », in I codici miniati della Gambalunghiana di Rimini, Rimini, Cassa di Risparmio di Rimini, 1988, p. 18. Enfin en ce qui concerne les liens qui unirent Giuseppe Malatesta Garuffi à l’académie Dogmatica cf. le chapitre consacré à Rimini dans la seconde partie de l’Italia accademica demeurée manuscrite, in Bibbioteca manuale degli eruditi divisa in centotrenta titoli di Gioseppe Malatesta Garuffi riminese. Le Accademie. Opera con cui non solo si arrecano le notizie delle accademie di littere umane (...) ma ancora le erudizioni spettanti alle imprese medesime oltre alcune invenzioni accademiche, ed una serie di problemi eroici, morali, e varj, Bibliothèque Gambalunga, Rimini, Ms SC - MS - 500.

11 Dans deux notices l’auteur s’explique sur le choix de ce titre : « Ma che dirà forse il Lettore, a che serve questo Erudizionario, se la presente Bibbioteca Manuale ha da essere un continuo apprestamento di Erudizioni ? Rispondesi, che servir dee per somministrare le Erudizioni intomo a que’ Vocaboli, e cose, che in questi centotrenta Titoli non saranno comprese », in « L’Erudizionario. Titolo XLII. Parte prima », in Bibbioteca Manuale degli eruditi, in Venezia, appresso Andrea Poletti, 1704, p. 51. La définition continue dans la notice suivante : cf. « L’Erudizionario. Titolo XLIII. Parte Seconda », Ibidem, pp. 51-52. Bien que rare, ce terme n’est toutefois pas utilisé exclusivement par cet auteur.

12 « Ho voluto raccogliere, e restringere dentro a centotrenta Titoli un buon numero di Erudizioni Filosofiche, e Poetiche, Istoriche, e Politiche, Teologiche, e Morali, che i più celebri Scrittori da me ritrovati, e letti in una pubblica libreria m’abbino saputo somministrare », Ibidem, pp. 3-4.

13 « Dica pertanto il Mordace, che quanto si trova in ogn’uno de’ Titoli di quest’Opera, o tutto, o la maggior parte è d’altrui », Ibidem, p. 6.

14 « Il favellar erudito, sia nelle Accademie, sia ne’ Pergami, anzi in qualunque raunamento, o privato fra Cavalieri, e letterati, o pubblico, e politico per interesse de’ Monarchi, e de’ Regni talmente accredita l’ingegno di chi discorre, che pare di quell’Anime scelte, che Platone immaginossi inviate dal supremo Creatore al Mondo, per quivi far pompa del gran sapere, di cui vengono lassù dotate », Ibidem, pp. 1-2. Dans le 8ème paragraphe de L’Italia accademica o sia le accademie aperte a pompa, e decoro delle lettere più amene nelle Città italiane. Raccolte, e descritte dall’Abbate, e Dottore D. Giuseppe Malatesta Garuffi etc. (Dandi, Rimini, 1688) l’auteur avait déjà mis l’accent sur l’effet d’émulation auquel pouvait donner lieu ce genre de rencontres. On peut rappeler également le témoignage que Carlo Bartolomeo Piazza nous donne, à la fin de son XVIIe traité intitulé “Academografia” sur les académies en général et sur le milieu romain en particulier, in Eusevologio romano etc., in Roma, per Domenico Antonio Ercole, con licenza de’ superiori, 1698, p. IV.

15 « Egli è però vero, che se ben tutti non nasciamo colla medesima felicità d’intelletto pronta ad ogni Scienza, e capace di tutte le sottigliezze, veniamo nulladimeno alla luce intalentati della virtù cogli stessi desiderj d’ogni più gran letterato. Dunque per fame acquisto, quando manchino gli efficaci ajuti della natura, chi è che non sappia, esser d’uopo ricorrere agli stenti dell’Arte », in G. M. Garuffi, Della Bibbioteca manuale degli eruditi, cit., p. 2. On retrouve un peu le même genre de remarques sous la plume du jeune L. A. Muratori, Della perfetta poesia italiana spiegata e dimostrata con varie osservazioni, in Modena, nella Stampa di Bartolomeo Soriani, 1706, p. 98.

16 Ce Gareggiamento est reproduit dans un volume manuscrit intitulé Sonetti, e Sattire con sue risposte del Kr. Bortoloamaio Dotti, f. 1-15 v., Bibliothèque du musée Correr, Venise, Ms. Morosini-Grimani n° 8.

17 On trouve un échange de sonnets entre Dotti et cet auteur : « 1 Cav.r Dotti al Sig.r Silvani detto l’Abbate » et « Del medemo Dotti », Ibidem, f. 226.

18 Cf. « Risposta al Dotti per il suo sonetto della groppiera d’Incognito », « Risposta al Kr Dotti nel med.o soggetto d’Incognito » et « Risposta al Kr Dotti nel med. sogetto del Pasini », Ibidem, ff. 2-3 recto.

19 Ibidem, ff. 3 verso-4 recto et 7 verso-8 verso.

20 Mais une parodie malveillante selon la définition qu’en donne Nella Giannetto qui voit ce type de parodie comme « quella che dissacra e demolisce, suscitando un vero disprezzo per il parodiato, spesso servendosi della ridicolizzazione dei suoi difetti letterari anche per fini extralletterari », in « Rassegna sulla parodia in letteratura », Lettere italian XXIX (1977), 4, pp. 461-81, p. 470.

21 G. Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, cit., p. 29.

22 Ibidem, p. 32.

23 En effet, comme l’a souligné Gérard Genette : « pour transformer un texte, il peut suffire d’un geste simple et mécanique [...] pour l’imiter, il faut nécessairement en acquérir une maîtrise au moins partielle », Ibidem, p. 15.

24 L’expression est de F. Orlando, in « Che la metafora può non essere la regina delle figure », in Illuminismo, barocco e retorica freudiana, Turin, Einaudi, 19972, p. 74.

25 Cf. à ce propos J. Rousset, « Querelle de la métaphore », L’Intérieur et l’extérieur. Essai sur la poésie et le théâtre au XVIIe siècle, Paris, Corti, 1968, p. 57 ainsi que le commentaire qu’en fait F. Orlando, op. cit., pp. 57 et 67.

26 Frasario italiano nuovo, e copioso di varj, ingegnosi, e pellegrini Translati, Metafore, e Frasi [...] per facilitare nel linguaggio italico ogni sorta di Componimento Profano, Sacro e Poetico, Venise, Poletti, 1720.

27 « Odo talor più d’un Poeta sporco / Intitolar con paragon leggiadro / Valoroso leon, chi è più vil porco », in “Il Carnevale. Satira VI”, in Satire, Genève, Cramer, 1757, part. I, p. 108. Dans un autre texte que le poète adresse à Lucrezia Basadona Mocenigo, il est encore question du danger que peut comporter la poésie, surtout lorsqu’elle accepte de se servir de masques : “Che la disonestà si può nascondere / Sotto la mascheretta metaforica”, in “Alla Medesima. Satira XLV”, Ibidem, part. II, p. 162.

28 « Richiamata dalla Proscrizione la Metafora comparisce ancora a’ giorni correnti in ogni componimento », G. M. Garuffi, « Difendimento dell’Autore a prò di se stesso », in Frasario italiano, cit.

29 « Son dietro a studiar la forma di scrivere satire in italiano se potesse migliorarsi il metodo dell’Alamanni, dell’Ariosto, dell’Abati e d’altri che mi pare abbiano assai diversificati dagli autori Latini », lettre de Dotti à Gagliardi, en date du 8 juillet 1690, in C. Vovelle, « Il fascino discreto della nobiltà : Bartolomeo Dotti tra esilio e compromesso (1674-1706) », Trimestre, 1995, XXVIII, 1-4, p. 207.

30 « Nella disposizione delle materie, meno mi son valso dell’ordine da lui pratticato, ma son ricorso a M.r D. Fulvio Testi [...] De i sentimenti n’ho fatto rappresaglia del Panegirico di Plinio a Traiano », Lettre de Dotti à Carlo Giuseppe Fontana en date du 16 janvier 1682, Ibidem, pp. 185-86.

31 « Puoi dire ch’io pesco nei mari opulenti e non nelle paludi fangose », Ibidem., p. 186.

32 « Io leggo sempre con l’Uncino, e da tutto raccolgo », Lettre de Bartolomeo Dotti à G. A. Gagliardi en date du 30 juillet 1685, Ibidem, p. 196.

33 « Ecco per tanto dopo la fatica di molti lustri, ecco le merci da me pescate », in G. M. Garuffi, Della Bibbioteca manuale degli eruditi, cit., p. 4.

34 « Se pare ad alcuno, che il saper far’elezione degli altrui detti, sentenze, ed erudizioni sia di non lieve fatica [...] la fatica non istà precisamente nella scelta, ma nel saper addattare a’ nostri componimenti in modo l’altrui, che non sembri più d’altrui, ma nostro », Ibidem, pp. 9-10.

35 « Al signor Fracassetti, per un regalo di tabacco fatto all’autore. Satira X », in Satire, cit., part. I, p. 152.

36 « Mi son tirato alla larga de’ suoi concetti, per non riportame il titolo di sua simia, o di suo ladro », Lettre de B. Dotti à C.G. Fontana en date du 16 janvier 1682, in C. Vovelle, « Il fascino discreto della nobiltà », cit., p. 185.

37 C’est à l’appropriation créatrice que fait référence Daniello Bartoli lorsque, distinguant cinq types d’emprunts différents, il énonce le second comme suit : « sia dunque la seconda maniera di furto non che lecito, ma lodevolissimo torre da altrui ciò che si vuole, ma del suo migliorarlo sì, che non sia più desso », in « Ladroneccio : ladri che in più maniere s’appropriano le fatiche de gli studij altrui », in L’Huomo di lettere difeso et emendato, parte seconda, in Roma, per Domenico Manelsi, 16509, con licenza de’ Superiori, e Privilegio, p. 171.

38 « L’erudizioni debbono essere come le gemme, le quali non mai caricano ma solo adobano chi le porta ; e noi adoperandole abbiamo da osservare ciò, che per lo più i Convitati ne’ gran Banchetti costumano, ove le vivande, che in lunga copia vengono arrecate, abbenché d’esquisito sapore, essi moltissime ne assaggiano solamente co’ sguardi, e di poche decorano parcamente lo stomaco », in G. M. Garuffi, Della Bibbioteca manuale degli eruditi, cit., p. 9.

39 « Che si come nel troncare i fiori o né Giardini, o né Campi pare che ogni mano vi si adatti, quantunque rusticana, e plebea ; ma il giunger poi a collocarli con bell’ordine o dentro le Corone, o sopra gli Altari, o pure (il che assai più importa) lo spremerne la loro virtù colla forza degli Allambichi per medicamento de’ corpi non esser fatica ordinaria, e comune di tutte le destre », Ibidem, p. 11.

40 La troisième, en 1692 et une quatrième en 1697.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Vovelle-Guidi, « Du « larcin visible » à la bonne imitation : l’usage de la citation dans le milieu des académies italiennes au début du XVIIIe siècle », Cahiers d’études romanes, 5 | 2001, 73-84.

Référence électronique

Claire Vovelle-Guidi, « Du « larcin visible » à la bonne imitation : l’usage de la citation dans le milieu des académies italiennes au début du XVIIIe siècle », Cahiers d’études romanes [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/3181 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3181

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals