Navigation – Plan du site

L’almanach en Espagne au XVIIIe siècle : métamorphoses d’un genre ouvert

Guy Mercadier
p. 335-347

Résumés

Genre populaire et éphémère, l’almanach s’ouvre à cette époque – en Espagne comme dans le reste de l’Europe – à des mutations significatives. D’abord, sous la plume de Diego de Torres Villarroel, il devient le vecteur de véritables « annales intimes » enrobées dans une trame burlesque. Puis un imprimeur, Bartolomé Ulloa, féru d’économie mercantiliste, s’en empare pour vulgariser des idées et des propositions qui sont celles d’économistes chevronnés. Son almanach, El Piscator económico, jugé politiquement incorrect et subversif, sera interdit par le pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1Dans un colloque consacré aux transformations discursives, et précisément aux « distorsions significatives du discours qui change de forme » – pour reprendre un passage de l’appel d’offre lancé voici deux ans par Monique de Lope – la situation particulière de l’almanach populaire au XVIIIe siècle me semble particulièrement éclairante, aussi bien dans l’aire culturelle hispanique, que dans d’autres aires considérées à la même époque. Parmi les multiples exemples qu’il serait possible d’exposer ici, j’ai choisi de vous présenter un almanach qu’un libraire madrilène, Bartolomé Ulloa, lance sur le marché dans les années 60, sous le titre de Piscator económico. Mais avant d’entrer dans le vif de mon sujet, je voudrais rappeler quelques données utiles à mon propos.

  • 1 C’est le cas du Piscator Sarrabal de Milano, adapté de L’almanaco universale del Gran Pascatore di (...)

2D’abord, on retiendra que ce petit livret, conçu pour ne vivre qu’une année, est éminemment périssable : au tournant de l’an nouveau, un autre le remplace, tout aussi éphémère. Lui qui a circulé partout à des millions d’exemplaires n’a laissé que des traces modestes, sauf lorsque son auteur souhaitait en assurer la survie. Mais pour fragile qu’il ait été, il reste heureusement possible d’en suivre la trajectoire depuis les débuts de l’imprimerie jusqu’à nos jours, et d’en repérer les évolutions, voire les mutations. À l’époque des incunables, il n’occupe le plus souvent qu’un double feuillet, et n’offre que les éphémérides et de brefs conseils utilitaires, ou des pronostics inspirés par une éclipse ou tout autre phénomène céleste. À partir du Siècle d’Or, on voit paraître avec une relative régularité certains opuscules, dont certains sont d’origine italienne1, en dépit d’une législation méfiante et restrictive. Mais c’est au XVIIIe siècle que va s’épanouir ce qu’il faut bien appeler un genre, recréé et remodelé par Diego de Torres Villarroel, à partir des années 20. À des éphémérides et à des prédictions ou des conseils insipides, il va substituer tout un éventail de thèmes et de formes qui vont désormais assurer l’épanouissement de ce vecteur privilégié de la littérature populaire. Il se fait l’artisan d’une transformation du genre que personne n’avait imaginée avant lui : l’auteur devient metteur en scène de lui-même, il plie ce livret à sa convenance pour en faire le vecteur annuel d’une relation toujours à réactualiser, celle de sa propre existence et de ses aventures. Telle est la grande métamorphose que le genre lui doit : celui-ci se voit investi d’une nouvelle mission, il devient lettre ouverte, message ou confession souvent prolixe. Dans le même temps, Torres offre à la gourmandise du public de brefs scénarios romanesques dans lesquels brille une invention intarissable, dont il reste, dans la fiction, le principal protagoniste. On saisit là une caractéristique majeure de l’almanach : une extrême ductilité, une « porosité » signalées déjà par d’autres chercheurs, comme Geneviève Bollème, une grande capacité d’accueil, pourvu que l’attente du public soit comblée. Justement, le public en redemande, et cet engouement déclenche une marée d’imitations et de contrefaçons.

3On observe cependant que cette vogue n’est pas uniforme. Certains pronostiqueurs tentent, parfois avec succès, d’imprimer à leur opuscule un tour original, si bien qu’ils réussissent à s’attirer une clientèle et à la fidéliser. Bartolomé Ulloa, nous allons le voir, est l’un de ces novateurs, qui de toute façon n’enfreignent jamais la double loi du genre : divertir et instruire. « Deleitar aprovechando », ou « aprovechar deleitando », ces deux visées sont indissociables. En Espagne comme ailleurs en Europe, les auteurs d’almanachs prétendent à la fois jouer toutes les notes de la gamme festive, et offrir à leurs lecteurs une revanche sur le noble savoir monopolisé par un petit nombre, en leur permettant d’acquérir aisément des connaissances souvent thésaurisées par ceux qui s’en disent spécialistes.

  • 2 Voir Guy Mercadier, Diego de Torres Villaroel. Masques et miroirs, Paris, Éditions Hispaniques, 198 (...)

4Tel est bien le propos de Bartolomé Ulloa, qui vers 1760, détient le privilège exclusif de vendre les almanachs de Diego de Torres et de son neveu Isidoro Ortiz. Or, dans celui que Torres compose pour 1766, le public croit lire la prédiction de la chute du ministre Squillace, survenue en mars. Les quelques exemplaires encore disponibles s’envolent aussitôt, et Ulloa, sans prévenir l’auteur, procède à un second tirage, qui disparaît aussi vite. Pour cette indélicatesse, Ulloa va faire un bref séjour en prison (le jugement parle de « avilantez » –vilenie)2.

5Mais il ne s’en tient pas là : il prétend lui aussi publier son propre almanach, et choisit un créneau encore inoccupé : l’économie. Hélas pour lui, le pouvoir le tient à l’œil, et il n’ira pas au-delà de la troisième livraison, qui est saisie en juillet 67 au motif qu’elle traite de « quelques points touchant à des matières de gouvernement, impropres à ce genre de publication, et de nature à porter préjudice au bien public [...] ». Campomanes interdit également la publication de tous les almanachs, car « ces écrits ont une influence néfaste sur la population, leur lecture est vaine et sans la moindre utilité pour l’instruction publique, alors que les personnes de talent pourraient écrire sur des sujets utiles, de nature à favoriser l’éducation, le commerce, les arts, l’agriculture et toutes les découvertes utiles à la nation ». Si j’ai cité ces attendus, c’est parce qu’ils nous conduisent au cœur du problème, et aussi d’une radicale divergence de vues : pour le pouvoir, ces écrits mal contrôlables sont dangereux, ils se mêlent de sujets hautement sensibles (« matières de gouvernement »), incompatibles avec leur nature même. Pour Ulloa, au contraire, la fonction de l’almanach est de diffuser des notions « utiles à la nation », à sa façon, en se mettant à la portée du grand public. Pourquoi l’économie du pays échapperait-elle à ce projet ? Pourquoi s’interdire de rendre accessibles à tous les mécanismes et les tares de l’agriculture et du commerce ? Notre libraire-éditeur a su tout à la fois songer à ses intérêts et capter dans l’air du temps un thème porteur.

6La conjoncture est en effet particulièrement difficile : de graves dysfonctionnements alimentent la réflexion des économistes. Ulloa a cru pouvoir mêler sa voix à celles des spécialistes. À nous maintenant de prêter attention à son discours.

7Considéré globalement, l’opuscule ne semble pas trop s’éloigner du canon torrésien : on y trouve un prologue et une dédicace, une séquence sur les saisons, un bref scénario qui sert de préambule au discours économique, ainsi que des éphémérides truffées d’observations brèves sur des thèmes d’actualité. Le titre complet annonce un programme grandiose :

EL PISCATOR ECONÓMICO, Diario y cuartos de luna para el año de 1767, y otros muchísimos más. Decláranse los sucesos más notables de la mecánica y práctica del comercio, el método de sus establecimientos, gobierno y reglas que en todo el mundo se usan para su conservación y aumento. Habla con el comercio en general, no en particular. Escrito por Bartolomé ULLOA, mercader de libros, quien lo ofrece y dedica a todos los comerciantes de estos reinos.

8Mais le Prologue contredit aussitôt cette tonalité sérieuse :

A Dios y a ventura, allá va este tercer cartapacio de delirios, fraguado en la chola de mi fantasia, bien repleto de tontadas y guarnecido de disparates, roñas y picardías que en la escuela de la tuna se aprenden a fuerza de hambre y muchísima miseria.
Allá va en calzas y jubón, bien ligero, a correr la pelota por el teatro del mundo, expuesto a los golpes de la fortuna, el que espero en Dios corra a río revuelto, encubierto entre los de los sabios, sin que se acompañe ni roce con los de otros tan tontos como él, porque de éstos no se puede sacar cosa de provecho.
Allá va, vuelvo a decir tercera vez, en cuerpo y alma, con su lana y su borra, bastante mentecato, que es suficiente recomendación para que no se pierda.

9Vous aurez reconnu les champs sémantiques volontiers fréquentés par les pronostiqueurs du temps : picaresque, folie, extravagance, burlesque, bouffonnerie... et, en même temps, s’affirme un fort désir de se glisser au nombre des spécialistes.

10Dans le sillage tracé par Torres, Ulloa compose une ouverture « en el mismo tono, estilo y con las mismas sandeces o aprensiones acostumbradas » que dans ses deux almanachs précédents, et fait une allusion aussi rapide que pudique au litige qui l’a opposé à son grand devancier :

Antes copiaba las lunaciones del piscator de don Diego de Torres, pero ya no puedo, porque al cabo de tantos años se acabó en paz nuestra correspondencia, y cada uno corre por sí su fortuna.

11L’argument romanesque s’ouvre d’une façon on ne peut plus traditionnelle :

Sabrá Vmd., Señor Público, que un día de fiesta, después de haber despachado mi obligación, fui a dar un paseo por la calle de Atocha, en la que encontré a un amigo tunante de primera clase, que se me hizo el encontradizo. Éste me convidó a comer a mesa redonda, y convidar y entrar en una hostería fue una misma cosa.

12Mais les rôles s’intervertissent, et Ulloa se voit obligé à inviter l’ami pique-assiette. Il allonge à contre-cœur deux duros pour un repas plutôt léger, sort de l’auberge « como si le hubieran pegado un par de ventosas ». Dans la rue, les deux hommes échangent leurs idées sur la hausse des prix, Ulloa parle de son expérience des hôtelleries françaises, et l’ami lui fait une proposition :

Hombre, me replicó, más vale lo que has aprendido que lo que has pagado. Tú has oído todas las conversaciones de comercio con las que puedes formar tu pronóstico o tu jácara, y si no tienes memoria, yo sí, que sin faltar una palabra la pondré a la letra, cuando y como quieras. Acepté, y al día siguiente me envió el pronóstico que sigue.

  • 3 Voir Guy Mercadier, « Une forme brève peut en porter bien d’autres : l’almanach en Espagne au XVIII(...)

13Telle est la mise en scène d’un très long discours intitulé Práctica del comercio, et curieusement baptisé « pronóstico » par l’ami. Très long, car il ne comporte pas moins de 37 pages (dans l’almanach de l’année précédente, un discours analogue comportait déjà 17 pages). Il y a là une extraordinaire disparité quantitative, comme une monstrueuse excroissance, dans un livret que caractérise au premier chef le culte de la forme brève3.

14Voyons maintenant l’organisation de ce mémoire, ou plutôt son apparente inorganisation : car si l’on n’y repère pas une trame rigoureuse, comme celle que l’on s’attend à trouver dans un vrai traité, on ne saurait dire qu’il est incohérent. Les variations essentielles apparaissent d’entrée, s’entrelacent jusqu’à l’obsession, sur deux thèmes complémentaires : le commerce international et le commerce en Espagne ; ce n’est pas un hasard si le discours s’ouvre sur une séquence consacrée au premier, et s’achève sur plusieurs pages qui traitent du second.

15Les thèmes récurrents relèvent tous d’une idée forte : le commerce n’est rien d’autre qu’une guerre, et Ulloa prétend se faire le chroniqueur de la guerre sans quartier que se livrent l’Espagne et les autres pays européens – la France et l’Angleterre, essentiellement –, une guerre froide et secrète le plus souvent, même si on ne parle pas encore d’espionnage économique. Les affrontements se jouent dans un perpétuel anonymat, d’où se détachent pourtant des types, des personnages familiers à l’hispaniste, comme celui qui incarne l’esprit de conquête au niveau le plus modeste :

Hay extraño que, por agarrarnos cuatrocientos o quinientos reales, viene cargado con una piedra de amolar y su carro doscientas leguas, otros vienen trescientas o cuatrocientas, por lograr lo mismo con el cajón de los embustes del totilimundi, linterna magia [sic], el oso, la mona, el chiflo de capar, barómetros, juegos de manos, y curanderos, mercaderes de tierra de manchas, cerote para los zapatos y otros arbitrios o embustes, sólo por agarrarnos el dinero. Esta gente, que es la más infeliz de sus paises, hace esto con tanto ánimo y generalidad que habrá hoy en España de estos tunos más de mil socaliñeros. De ellos hacia arriba hay una multitud tan grande que es innumerable : todos giran, todos comercian, todos ganan, y nos llevan lo que habíamos de comer, porque somos holgazanes y descuidados, (p. 12)

16On va retrouver cette évocation anecdotique, presque folklorique, dans les éphémérides. Elle débouche ici sur une réflexion plus ample, alimentée par une expérience acquise à l’occasion de plusieurs voyages en France. Ulloa passe en revue les mécanismes de la conquête économique moderne ; circuits financiers performants, réinvestissement immédiats des bénéfices pour améliorer la compétitivité des entreprises, protectionnisme, dumping (le terme n’y est pas, mais la formulation correspond exactement au concept : « bajando el precio a [sus géneros], aunque pierdan en ellos »), efficacité des succursales étrangères installées dans les ports espagnols, suprématie maritime (là, il est question des Anglais, « les plus grands muletiers du monde ».

17Cette revue n’a rien de théorique : constamment se fait jour une préoccupation pratique, illustrée par des exemples concrets. Jamais n’est perdu de vue le parallèle avec ce qui se passe en Espagne, comme dans ce fragment :

Los extranjeros hacen su comercio y el de los demás, y nosotros sólo aquella parte más inútil del nuestro, porque del suyo, ni aun noticia tenemos. Sus compañías son establecidas para el consumo de los géneros de sus fábricas ; las nuestras, para que se hagan poderosos los individuos, con los géneros que consumen de fuera del reino. Ellos tienen más de la mitad de sus caudales invertidos en sus fábricas ; nosotros no tenemos un cuarto en ellas, y sus dependientes se mueren de necesidad. Ellos inventan modas para que sus fabricantes tengan que trabajar y sus navios que llevar, y nosotros nos echamos a dormir descuidados y sin conocimiento, con la esperanza de que, cuando necesitemos mercancías, nos las traerán de fuera. Éste es el camino real para que nuestras fábricas se acaben de perder, y para que se quede desnudo el común, llenas de vagos las ciudades, los campos sin cultivo, aniquilada la cría de ganados, faltos los pósitos, los regimientos, la marina, y totalmente despoblados los lugares, (p. 25)

18Le discours est nerveux, marqué par une tension extrême. Comment s’explique une situation aussi dramatique ? Par une double série de raisons : la première correspond à la mentalité et au caractère des Espagnols ; la seconde à un système économique paralysé par sa structure archaïque.

19Ulloa se déclare fervent partisan du travail et de l’initiative privée (on ne parle pas encore de « libéralisme » ou de « secteur public » ...) :

Todos están enseñados a que el rey nuestro señor (que Dios guarde) los mantenga y pague nuestra pereza. Por ejemplo, hay un artífice que sobresale en su oficio un poco, éste al instante se echa a pretender, que es lo mismo que a bribonear. Busca empeños y modos para que S. M. le proteja, más claro para que le dé sueldo, y luego, por lo regular, se hace un holgazán, (p. 8)

20Les Espagnols se désintéressent des règles du commerce moderne, ils sont casaniers :

A los más de los españoles les parece que salir del reino es irse al otro mundo, o que jamás podrán volver a sus casas u otras aprensiones. Éste es un grandísimo disparate que nos engaña, porque sucede todo lo contrario. En los viajes se pasea bien, se divierte la imaginación con la variedad ; los aires distintos favorecen y son saludables ; se come de mejor gana, aunque la comida sea peor ; se duerme mejor, aunque la cama sea mala ; se gana más, y no se gasta a correspondencia ; caminar es diversión, no trabajo ; comerciar aquí o en París, todo es comerciar, porque cuesta el mismo cuidado y anhelo [...]. (pp. 9-10)

21Ce panégyrique amusant est conforté par un témoignage personnel, un fragment d’autobiographie économique, en quelque sorte : il y parle des gains réalisés en allant acheter des livres directement en France, au lieu de les commander d’Espagne. Et plus loin, il écrit :

Hoy hay en Madrid uno que fue a la ventura, y en cuatro años se ha hecho rico en Amsterdam. Eso me parece bien – dirán – pero es fuerte cosa dejar aquí su casa puesta, y principalmente su familia y dependencias, e irse tan lejos. ¡Vea Vm. el coco que espanta a los españoles para que no salgan de la corteza en que se criaron ! (pp. 27-28)

22Quelques thèmes critiques ou satiriques reparaissent, comme celui de l’attirance pour la mode française, ou la nostalgie d’un âge d’or enfui :

Si me acuerdo del comercio que se hacía treinta años hace, me aturdo del presente [...]. En aquel tiempo los comerciantes vestían sin profusión, y ninguno se puso camisola con vueltas de encaje o bordada, tisúes ni otras vanidades que hoy usa cualquiera [...]. Ahora se viste el mercader a lo duque, la mujer a la moda, y los mancebos y familia con ostentación. Están arruinadas las fábricas de España, no se consumen los pocos géneros que hacen, porque perdieron la estimación por no estar hechos en Londres, París, Amsterdam, etc. (pp. 34-35)

23Parmi les obstacles inhérents à la société espagnole, se détache l’institution des gremios (corporations), qui a suscité tant de controverses au XVIIIe siècle. On retrouve sous la plume de Ulloa un relevé des tares déjà pointées par les détracteurs du système : la stagnation causée par une structure hiérarchique sclérosée, le manque d’initiative et de motivation, le désintérêt devant des problèmes alors brûlants, comme celui de l’approvisionnement des grandes villes. A quoi vient s’ajouter la toute-puissance des monopoles, à la différence de ce qui se passe en France, qui ruine le commerce espagnol (Ulloa écrit une fois monopodios, possible croisement – volontaire ou non – de monopolio et monipodio).

24Devant un panorama aussi désolant, que peuvent faire les Espagnols ? D’abord, se réveiller, prendre conscience, réfléchir. La métaphore du sommeil et du réveil revient comme un leitmotiv :

Y en suma, el comercio debiera hacer lo mismo que hacen los extranjeros en España, con la misma libertad y con las mismas reglas, haciéndose visible, introducido, y metiéndose en todos los negocios útiles, como hacen ellos.
Ésta es la mayor cosa que se podía hacer. Pues, ¿y por qué no se hace ? Porque somos unos huraños, tapados con la capa, irresolutos, desconfiados, tímidos, sin ánimo y, en sustancia, negados y sin crianza, y no sabemos de mundo. Ea, señores mercaderes, tengamos resolución y conducta, despertemos, conozcamos nuestra ignorancia, y vamos a buscar nuestro bien, el de los pobres que nos compran los géneros, y el honor de la nación. Reflexionemos y aprendamos lo que hacen todos los demás, (p. 11)

Vaya fuera la desidia, apliquémonos, tengamos constancia y permanencia, que con ella se adquiere todo. Nosotros debemos de estar dormidos o tontos cuando nos dejamos quitar el pan de la boca. Despertemos, señores, ojo alerta, y reflexionemos sobre el comercio, que de él nace el bien y aumento de todas las cosas, (pp. 13-14)

  • 4 Maurizio Fabbri, « Literatura de viajes », dans Francisco Aguilar Piñal, Historia literaria de Espa (...)

25Ensuite, se mettre résolument au travail – les formules qui relèvent de cette objurgation sont abondantes : tener ánimo, atreverse, arrimar el hombro, etc. Et aussi observer les modèles étrangers pour les imiter. Aller sans préjugés vers ce que Maurizio Fabbri appelle « le miroir européen »4, pour y contempler l’image virtuelle d’une « Espagne possible » (pour employer une formule célèbre), analyser les mécanismes de la réussite des autres. L’auteur lance encore quelques idées pour promouvoir les produits espagnols à l’étranger, grâce à un « marketing » décomplexé qui conduirait à lutter sur le terrain même de l’ennemi.

26Au final, dans une formulation particulièrement dense, Ulloa souligne la dimension politique d’un commerce florissant :

Ellos verdaderamente saben hacer y gobernar desde el principio su comercio, porque como es el cuerpo principal de las repúblicas, le cuidan y mantienen con el mayor cuidado y desvelo, porque de él nace el poder y dominación, bienestar de sus reinos, utilidad de los artesanos y común, (pp. 5-6)

27Voilà esquissé à grands traits le contenu de ce mémoire, qui par plus d’un aspect garde une étonnante actualité en une époque où il n’est question que de mondialisation et de résistance à l’hégémonie économique d’une superpuissance.

  • 5 Sur la diffusion des théories mercantilistes en Espagne à cette époque, voir Pere Molas Ribalta, «  (...)

28Un historien de l’économie – Molas Ribalta, par exemple – pourrait analyser avec toute la compétence requise la qualité de l’information de l’auteur, ainsi que la validité des solutions qu’il propose. Pour ma part, je ne peux que m’en tenir à des lectures fragmentaires et à des impressions qui demanderaient à être vérifiées. Ulloa semble avoir une bonne culture mercantiliste, si l’on en juge par nombre d’analogies avec des textes spécialisés de l’époque. Il a pu connaître des travaux comme ceux de Jerónimo Uztâriz ou de son homonyme presque parfait, Bernardo de Ulloa, ou ceux de Ward ; il a pu encore puiser quelque inspiration dans les Discursos mercuriales de Juan Enrique Graef, qui firent l’objet d’une publication périodique (détail qui a son intérêt)5. Mais le genre de vecteur utilisé pour diffuser un discours substantiel sur des « matières de gouvernement » ne manque pas de susciter une série de questions liées à la « nature » traditionnelle d’une pratique d’écriture (« nature » est le terme utilisé par le censeur d’état).

29Il faut entrer ici en écriture, en littérature, ou, si l’on préfère, en paralittérature.

30Ce discours est donné à lire dans une publication dotée, depuis quelques décennies, d’une structure pour ainsi dire incontournable. Le modèle torresien a imposé en effet une architecture et des colorations précises, ou, pour employer les termes mêmes de Ulloa, un « tono » et un « estilo ». De là vient la présence dans les préliminaires (prologue et introduction) d’une forte saveur festive et burlesque, comme nous l’avons vu tout à l’heure, saveur qui disparaît du discours – et encore... –, pour caractériser à nouveau les éphémérides qui lui font suite.

31Une patine picaresque familière marque le bref argument introductif. Le pique-assiette est devenu depuis longtemps un personnage conventionnel, de même que l’« ami » serviable et donneur de conseils, à qui Cervantès a décerné ses lettres de noblesse, et qui revit ici ou là (on songe en particulier à Cadalso).

32Comment estimer la particularité – en soi, pour commencer – du discours sur l’état du commerce selon Ulloa ? Une comparaison, même superficielle, avec des traités « sérieux » conduit à une première observation : dans ces derniers, comme dans d’autres travaux à visée scientifique, l’objectivité est de règle. Le théoricien sortira très rarement du statut de la « non-personne », pour parler comme Benveniste.

33C’est tout le contraire dans le cas qui nous occupe : même si l’on crédite Ulloa d’une bonne connaissance du sujet et de la terminologie qui lui est propre, il enfreint la loi implicite de la non-implication personnelle. Il n’hésite pas à se mettre en scène avec son identité professionnelle, il parle de son expérience, de ses voyages en France avec une autosatisfaction évidente, ce qui contribue à doter le texte d’une tonalité familière, affective presque : « Ce que j’ai fait, n’importe qui, toi, mon lecteur, peut le faire ».

34Car le discours est constamment dirigé ; plusieurs narrataires y coexistent : les commerçants (qui sont les dédicataires officiels), mais aussi des entités abstraites, comme Señor Comercio et Señor Público... De quoi faire grimacer les économistes distingués ! L’oralité est la clef qui explique la plupart des choix stylistiques de l’auteur. Il veut instruire, mais surtout convaincre, par une adroite combinaison de procédés rhétoriques propres à l’exhortation, et à l’apostrophe. D’où l’abondance des répétitions, des tournures familières, des images pittoresques et des formules frappantes. Ulloa veille aussi à ne pas parler dans le vide : il lui arrive de donner la réplique à un destinataire absent, et alors s’engage un bref dialogue, qui est en fait, selon la formule de Unamuno, un « monodialogue ».

35Les quelques observations qui précèdent n’ont tenu compte que du contenu du mémoire, et de son écriture. Elles auraient pu nous conduire à penser qu’il aurait pu se lire dans n’importe quel autre contexte que celui d’un almanach, s’il ne s’achevait sur un étrange conseil :

Y así, Señor Público, haga Vmd. al comercio que tome a su cargo la administración general de nuestro sustento, que él lo desempeñará mejor que cuantos arrendadores tiene el mundo, y si no la experiencia lo dirá, que el tiempo desengaña a todos. De éste debemos aprovecharnos temporal y espiritualmente para conseguir la Gloria. Amen. (p. 37)

36Quelle bizarrerie, dans un discours profane voué à exalter la production de richesses, que cette pieuse conclusion ! Cette incohérence apparente est pour nous d’un grand prix ; n’oublions pas, en effet, la double finalité de l’almanach : divertir et donner des conseils pour la vie d’ici-bas et celle de l’au-delà. C’est donc tout naturellement que notre pronostiqueur écrit la formule conclusive qui couronne par tradition tous les almanachs. Sur l’ensemble des 37 pages, c’est le seul indice qui les rattache sans appel au genre considéré.

  • 6 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en siglo XVIII. Diarios, revistas y pronósticos, Madrid (...)

37On saisit là une preuve remarquable de la capacité d’accueil de l’almanach, et donc de son aptitude à se constituer en carrefour toujours ouvert de perspectives, de thèmes, de genres et d’écritures. Signalons-en quelques modalités, sans perdre de vue sa périodicité : elle explique que F. Aguilar Piñal l’ait inclus dans un répertoire bibliographique sur la presse, laquelle au XVIIIe siècle est un instrument de diffusion de la réflexion économique6.

  • 7 Une manifestation remarquable de cette pratique se trouve dans Delirios astrológicos, almanach comp (...)

38L’almanach de facture torrésienne offrait à la fois une nouvelle et tout un éventail de formes poétiques et théâtrales caractérisées par la brièveté, ainsi que la livraison annuelle d’une autobiographie, sous forme d’une lettre ouverte7. De la même manière, Ulloa a recours à une trame romanesque pour y greffer un discours qui a le statut d’une adresse publique, en un temps où le genre épistolaire sert volontiers de véhicule à la pensée économique.

  • 8 Maurizio Fabbri, op. cit., pp. 416-417.

39D’autres recoupements apparaissent : avec le récit de voyage tel qu’il est souvent conçu à l’époque. Maurizio Fabbri observe que « le binôme Espagne-Europe, exprimé en termes dialectiques d’individualité, de confrontation et d’intégration, est perpétuellement présent dans les récits des voyageurs, y compris chez ceux qui voyagent dans leur propre pays »8. C’est exactement le comportement de Ulloa quand il met en scène l’antagonisme entre ellos y nosotros, selon une démarche d’une très forte valeur structurante.

40Le costumbrismo inspire une autre lecture de la société. Nous en avons vu des traces bien nettes dans le mémoire analysé ; il est encore plus présent dans les éphémérides.

41Enfin, les mémoires économiques tiennent encore de l’essai et même du discours utopique, genres dont les frontières sont assez floues au XVIIIe siècle.

42On le voit, l’almanach de Ulloa marque une étape importante dans l’évolution du genre, à tel point que l’on est fondé à parler de véritable mutation. Son intérêt réside moins dans sa qualité littéraire – loin d’être négligeable, cependant – que dans le précieux reflet qu’il offre d’une société de plus en plus sensibilisée à son devenir économique. Encore quelques années, et ses rejetons pousseront un peu partout, sous la forme d’almanachs commerciaux et maritimes.

  • 9 Ce mouvement a été amplement exploré lors d’un colloque sur « Les almanachs populaires en Europe et (...)

43Ce phénomène est observable partout en Europe et au Nouveau Monde. On voit comment l’almanach penche vers la modernité, et devient un puissant moyen d’acculturation des masses9.

44Pourtant, en dépit de ses efforts, Ulloa ne parvint pas à réaliser son rêve, enrobé dans les pitreries du prologue : « encubrirse entre los sabios » (« se glisser dans la communauté des savants »). Littérairement et politiquement incorrecte, tenue pour subversive, en un mot, son entreprise n’avait aucune chance d’être tolérée.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas du Piscator Sarrabal de Milano, adapté de L’almanaco universale del Gran Pascatore di Chiaravalle, édité à Milan et à Turin. Sur la spécificité et l’évolution de l’almanach en Italie, voir Lodovica Braida, « Gli almanacchi italiani sttecenteschi. Da veicolo di “falsi pregiudici” a “potente mezzo d’educazione” ». Gli spazi del libro nell’Europa del XVIII secolo, Bologna, Pàtron Editore, 1997, pp. 193-215.

2 Voir Guy Mercadier, Diego de Torres Villaroel. Masques et miroirs, Paris, Éditions Hispaniques, 1981, p. 178, et « Literatura popular e Ilustración : El Piscator Económico de Bartolomé Ulloa (1765) », NRFH, tomo XXXIII, n° 1, pp. 187-195.

3 Voir Guy Mercadier, « Une forme brève peut en porter bien d’autres : l’almanach en Espagne au XVIIIe », Fragments et formes brèves, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, série Études Hispaniques 17, 1990, pp. 49-69.

4 Maurizio Fabbri, « Literatura de viajes », dans Francisco Aguilar Piñal, Historia literaria de España en el siglo XVIII, Madrid, Trotta, 1996, p. 414.

5 Sur la diffusion des théories mercantilistes en Espagne à cette époque, voir Pere Molas Ribalta, « Política, economía y derecho », Ibidem, pp. 915-963.

6 Francisco Aguilar Piñal, La prensa española en siglo XVIII. Diarios, revistas y pronósticos, Madrid, C.S.I.C., 1978.

7 Une manifestation remarquable de cette pratique se trouve dans Delirios astrológicos, almanach composé pour l’année 1733. Voir Guy Mercadier, « Je suis Sénèque : lecture d’une épître de D. de Torres Villaroel », Sujet et sujet parlant dans le texte, Univ. de Toulouse-Le Mirail, 1977, pp. 103-124.

8 Maurizio Fabbri, op. cit., pp. 416-417.

9 Ce mouvement a été amplement exploré lors d’un colloque sur « Les almanachs populaires en Europe et dans les Amériques (XVIIe-XVIIIe siècles) », organisé en octobre 1999 par le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines). La parution des Actes est imminente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Mercadier, « L’almanach en Espagne au XVIIIe siècle : métamorphoses d’un genre ouvert », Cahiers d’études romanes, 4 | 2000, 335-347.

Référence électronique

Guy Mercadier, « L’almanach en Espagne au XVIIIe siècle : métamorphoses d’un genre ouvert », Cahiers d’études romanes [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/3588 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3588

Haut de page

Auteur

Guy Mercadier

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals