Navigation – Plan du site
Écrire l'Histoire

De la voix de son maître aux voix du peuple

Evolution et métamorphose de la presse en Espagne
lors de la lutte contre l’invasion napoléonienne (1808-1814)
Elisabel Larriba
p. 145-169

Résumés

L’invasion de l’Espagne en 1808 par les troupes napoléoniennes et l’accès au trône de Joseph Ier ne marquèrent pas seulement le début de ce que les Espagnols ont appelé la Guerre d’Indépendance. La lutte contre les Français s’accompagna d’une véritable révolution qui devait se traduire, dans l’Espagne patriote, par le passage des Lumières au libéralisme et la métamorphose de l’univers journalistique. Soumise jusqu’alors au joug d’une double censure (d’État en amont, inquisitoriale en aval), la presse espagnole qui, à la fin du XVIIIe siècle avait réussi après moult difficultés à occuper une place de choix dans la République des Lettres, ne pouvait cependant que relayer la voix de son maître. À la faveur du conflit, les chaînes qui pesaient sur la presse volèrent en mille éclats et les publicistes goûtèrent avec ivresse au nectar de la liberté d’expression. Porte-parole d’une opinion publique jusqu’alors dirigée par le pouvoir, la presse entra en guerre et en politique. S’ensuivit une véritable explosion journalistique que les esprits les plus conservateurs assimilèrent avec élégance à une pernicieuse « diarrhée ». De fait la presse devint alors le porte-parole des voix du peuple, d’une opinion publique non plus unique mais plurielle. C’est cette métamorphose de la presse que nous nous proposons d’étudier.

Haut de page

Texte intégral

Consolidation de la presse et émergence d’un nouveau public dans l’Espagne des Lumières

1Voltaire, dans une lettre à M. de la Harpe, en date du 1er mars 1776, écrivait :

  • 1 Correspondance complète de Voltaire. Nouvelle édition. Correspondance générale, t. XI, Paris, Chez (...)

Vous vivez en un singulier temps et parmi d’étonnants contrastes : la raison d’un côté, le fanatisme absurde de l’autre […] Sauve qui peut 1 !

  • 2 Gérard Dufour, Lumières et Ilustración en Espagne sous les règnes de Charles III et de Charles IV ( (...)
  • 3 Sur la question de la censure voir les travaux classiques de Lucienne Domergue : en particulier, Ce (...)

2Ce qui était vrai pour la France des Philosophes, l’était plus encore pour cette Espagne, où, comme le soulignait Leandro Fernández de Moratín avec un soupçon d’amertume, les Lumières côtoyaient allègrement les ténèbres, et brillaient assurément avec moins d’éclat que dans d’autres nations européennes. « La Ilustración, – disait Gérard Dufour – ce sont les Lumières émasculées, auxquelles on a interdit d’aborder l’essentiel : ce qui touche à la monarchie et à la religion 2 ». La formule résume parfaitement la situation et nul doute que dans cette Espagne, par ailleurs de la double censure (censure préalable et étatique, censure à posteriori et religieuse, du ressort du saint Office de l’Inquisition 3) être journaliste n’était pas tâche aisée et pouvait même présenter certains risques.

  • 4 Sur l’émergence et l’évolution de la presse espagnole au xviiie siècle on consultera, notamment, l’ (...)

3De fait, si l’on fait abstraction des premières gazettes, dont celle de Madrid (fondée en 1661), l’histoire de la presse espagnole ne s’ouvre véritablement qu’en 1737 (avec le Diario de los Literatos de España), autrement dit bien tard4. Et ce n’est qu’à la fin du siècle, à partir des années 1780, que ce nouveau genre, ce nouveau moyen d’expression, longtemps méprisé, longtemps considéré comme une espèce d’infralittérature, finit par acquérir ses lettres de noblesse et par trouver sa place dans la République des Lettres. Il faut dire que le regard que les autorités civiles portaient sur la presse avait changé. Les politiques avaient enfin compris combien ce vecteur de diffusion de l’information pouvait leur être utile en leur permettant de former et de modeler l’opinion publique.

  • 5 Cette expression fut employée par Olavarrieta lorsqu’en 1795 il sollicita l’autorisation de créer l (...)
  • 6 C’est ainsi que se présentait Luis María García del Cañuelo, principal rédacteur de El Censor, dans (...)
  • 7 Elisabel Larriba, «  Le clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime  », El Argonauta espa (...)
  • 8 Inmaculada Urzainqui, «  Libertad de imprenta y prensa crítica a fines del xviii  », dans Elisabel (...)

4Dès lors le pouvoir adopta diverses mesures visant à favoriser son essor, et le comte de Floridablanca (Premier secrétaire d’État de Charles III, puis de Charles IV) n’hésita pas, en plus d’une occasion, à prendre fait et cause pour cette presse désormais perçue comme « un auxiliaire du pouvoir 5 ». En témoigne largement le célèbre Ordre Royal du 19 mai 1785 qui constitue une indiscutable défense et illustration de la presse. Et l’on vit les périodiques de qualité se multiplier suivant, notamment, les brisées de El Censor (1781-1787), parangon d’une presse éclairée qui se hasardait, parfois avec une certaine audace, sur le terrain de la critique sociale. Les journalistes (le terme commence à être employé) se posaient, du moins pour certains, en témoins impertinents de leur temps, en « Don Quichotte du Monde philosophique 6 » déterminés à combattre les abus de tous types à faire triompher la vérité et ils n’hésitèrent pas à aborder des sujets délicats comme les dérives de certains représentants du clergé 7 ou bien encore l’absence de liberté d’expression 8, le lecteur étant parfois appelé, censure oblige, à lire entre les lignes lorsque le publiciste se risquait à frôler le politiquement incorrect.

  • 9 Juan Antonio Llorente, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne, depuis l’époque de son établis (...)
  • 10 Sur la question du public voir Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVII (...)

5Certains payèrent d’ailleurs bien cher leur audace. Luis María García del Cañuelo ou bien encore Fr. Pedro Centeno à qui l’on doit, respectivement, El Censor (1781-1787) et El Apologista universal (1786-1788) subirent de plein fouet les foudres de l’Inquisition 9. Il n’en reste pas moins que la presse (même si elle suscitait encore de virulentes critiques) avait franchi un cap important dans la mesure où non seulement elle bénéficiait de l’appui des autorités civiles (disposées à tolérer certains écarts qui pouvaient la servir) mais, après bien des tâtonnements, elle avait enfin trouvé son public 10.

  • 11 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne…, op. cit., «  Troisième partie. Vers une défin (...)
  • 12 «  Prólogo  », Diario curioso, erudito, económico y comercial, 1786, p. 13 : «  ¿Pero qué efectos s (...)

6Les journaux étaient lus avec une avidité croissante. Par leur diversité thématique, par la multiplicité des genres qu’ils offraient, ils avaient réussi à séduire un lectorat fort disparate où étaient représentés les grands de ce monde, les professionnels de l’écriture, les représentants des élites mais aussi des gens bien plus modestes qui, jusque-là, n’avaient accès ni à la culture, ni à l’information 11. Le témoignage que nous offrent, en 1786, les rédacteurs du Diario curioso, erudito, económico y comercial, et que l’on retrouve sous la plume d’autres publicistes, est assez explicite. à ceux qui leur demandaient avec une pointe d’ironie et de dédain «  quels effets a[vait] produit ce Journal ? Quelles sensations a[vait] provoquées ce Périodique aux multiples adjectifs chez ceux qu’il tentait de réveiller 12 ?  », ils rétorquèrent avec un certain plaisir :

  • 13 «  Poco a poco, señores, tengan Vms. paciencia, que cuando se siembra en un terreno duro y desdeños (...)

Doucement, Messieurs, soyez patients car lorsqu’on sème sur une terre dure et dédaigneuse, la production s’en trouve retardée et l’on n’en récolte pas les fruits si rapidement. Cependant, ce n’est pas rien que d’avoir fait qu’un Imprimé publié tous les jours soit vu sur la banquette d’un cordonnier, que dans les ateliers des artisans on l’écoute lire avec plaisir, que dans presque tous les villages près de Madrid il soit lu par les notables, qu’il traîne dans les tavernes, dans les mains des portefaix, des vagabonds du Rastro. Tous ceux-là et d’autres, que la cataracte empêchait auparavant de reconnaître les lettres, lisent maintenant et c’est là un des apports les plus considérables de ce journal 13.

7Assurément l’apparition et la consolidation de la presse avaient contribué à l’émergence d’un nouveau public qui constituait une véritable mosaïque sociale et qui, par ailleurs, il convient de le souligner, ne se limitait pas aux seuls lecteurs. Nous sommes à une époque où on lit la presse, bien sûr, mais où on l’écoute aussi. De fait son public se compose tout à la fois de lecteurs et d’auditeurs comme le souligna l’auteur anonyme des réflexions sur la presse parues en octobre 1792 dans le Diario de Barcelona qui amorçait alors sa course :

  • 14 «  Reflexiones sobre la general instrucción y común utilidad que deben ser los fines principales en (...)

Sur cent personnes nous pouvons assurer que quatre-vingt-dix constituent le Public ; les Lecteurs ne représentent pas même trois pour cent ; c’est-à-dire que sur cent personnes seulement trois lisent pour s’instruire. D’après ce calcul le Public serait une chose fort réduite, mais ce n’est pas le cas, car dans ces trois lecteurs sont inclus ceux qui, par eux-mêmes, se forgent une opinion et contribuent à la former chez ceux qui ne lisent pas ; par conséquent, ils accroissent la diffusion au nombre de quatre-vingt-quinze. Chaque homme qui lit émet son opinion devant une famille ; et un homme, ou une femme, dans un Théâtre peuvent former l’opinion de quelques milliers de personnes en peu de minutes. Parmi ce Public se trouvent toutes les professions, tous les intérêts, toutes les visées et tous les besoins du progrès 14.

  • 15 «  A las Señoras, como parte brillante del Público  », El Argonauta español, Périódico gaditano en (...)
  • 16 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne…, op. cit., «  Première partie - Chapitre ii. D (...)
  • 17 Ibid., «  Deuxième partie. Chapitre iv. Les abonnés lointains  », p. 179-199 (p. 183-203 de la trad (...)
  • 18 Cf. Les listes de souscripteurs publiées en 1788 et 1789 : «  Subscriptores a esta obra periódica   (...)

8Ce public, socialement bigarré, où figuraient même des femmes, cette autre « moitié du public 15  » (pour citer Pedro Gatell), couvrait par ailleurs un large périmètre géographique grâce à la généralisation (à partir des années 1780) du système de la vente par souscription. Dès lors la presse n’était plus lue seulement là où elle était produite 16. Certains périodiques réussirent d’ailleurs à toucher des lecteurs établis dans de lointaines contrées, aux Canaries, aux Indes, en Amérique du Nord 17… Ainsi Benjamin Franklin, John Jay et une soixantaine d’autres américains (moins célèbres) lisaient, ou du moins s’étaient abonnés à l’Espíritu de los mejores diarios que se publican en Europa (1787-1791) de Cristóbal Cladera 18.

  • 19 «  Lista de los Subscriptores al Semanario de Agricultura y Artes  », Semanario de Agricultura y Ar (...)
  • 20 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne…), op. cit., p. 74-77 (ou p. 78-81 de la traduc (...)
  • 21 Id, Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)  », Brocar. Cuadernos de i (...)

9Bien peu de publicistes pouvaient se targuer d’un tel succès mais incontestablement et de manière générale on assiste en cette fin de siècle à un net accroissement du public de province qui, dans certains cas, fut loin d’être quantité négligeable. Ainsi, un périodique comme le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los párrocos (1797-1808), fondé à l’initiative de Manuel Godoy, comptait en 1806 des souscripteurs dans pas moins de 275 localités 19, le gros de cette clientèle (93,1  %) résidant hors de la capitale 20. Par ailleurs ce singulier hebdomadaire disposait de correspondants disséminés aux quatre coins de la péninsule 21.

  • 22 Roger Chartier, «  La Circulation de l’écrit dans les villes françaises, 1500-1700  », dans Livre e (...)

10Cette géographie de la lecture et/ou de la diffusion de la presse est fort contrastée. Alors que certaines villes ou régions firent peu de cas des périodiques d’autres se montrèrent particulièrement réceptives. Parmi ces dernières figurent Valence, Barcelone, Malaga, Séville, La Corogne et surtout Cadix qui se pose en capitale incontestée de la presse, après Madrid, ainsi que, pour ce qui est des régions, l’Andalousie (qui arrive très nettement en tête), l’est de la Péninsule, la Galice et les provinces basques. à ces différences vient s’ajouter, comme on pouvait s’y attendre, un profond clivage entre ville et campagne, la première étant par définition « le refuge de l’écrit 22 » et en la circonstance de la presse. Il n’en reste pas moins que certains périodiques réussirent à s’implanter dans des localités faiblement peuplées, voir dans de simples hameaux.

  • 23 Juan Francisco Fuentes, José Marchena. Biografía política e intelectual, Barcelona, Crítica, 1989.

11De ce fait, la Ilustración, portée par la presse, était à même de toucher un public élargi, socialement diversifié, et de couvrir un périmètre géographique relativement appréciable qui pouvait même déborder le cadre de la Péninsule. Mais ces Lumières que diffusaient les périodiques étaient (comment aurait-il pu en aller autrement en Espagne ?) des Lumières dirigées, par le pouvoir. La presse avait permis une certaine ouverture sur l’étranger, elle s’était posée en lieu d’échange, de débat, de dialogue. Elle avait contribué à l’émergence d’un nouveau public (d’«  une opinion publique  », dirait-on sous peu) invité, sous strict contrôle des autorités, à faire usage de sa raison et de son esprit critique. Mais, cette presse, qui occupait désormais une place centrale dans la République des Lettres, qui avait survécu à la crise de 1791 (générée par la crainte de la contagion révolutionnaire et le fameux «  mouvement de panique  » de Floridablanca) ne pouvait que relayer la voix de son maître. Ceux qui aspiraient à user librement de leur plume devaient se résoudre à voguer vers d’autres cieux, comme le fit par exemple Marchena 23, ou à attendre des jours meilleurs qui, en fait, ne furent pas si longs à venir.

1808 : la presse entre en guerre et en politique

  • 24 Francisco de Goya y Lucientes, «  El buitre carnívoro  », Série Desastres de la guerra [estampe] 76 (...)

12L’invasion de l’Espagne en 1808 par les troupes napoléoniennes et l’accès au trône de Joseph Ier ne marquèrent pas seulement le début de ce que les Espagnols ont appelé la Guerre d’Indépendance. La lutte contre les aigles napoléoniennes (contre le «  vautour carnivore  », pour reprendre l’expression de Goya 24) s’accompagna d’une véritable révolution qui devait se traduire par le passage des Lumières au libéralisme et allait profondément bouleverser la République journalistique, du moins dans l’Espagne patriote.

La presse afrancesada : une rupture dans la continuité

  • 25 Victor Hugo, Les Misérables, Illustrés par deux cents dessins par Brion. Gravures de Yvon et Perric (...)
  • 26 Clément-Wenceslas-Lothaire Metternich, Mémoires, documents et écrits divers laissés par le prince d (...)
  • 27 Jean-Paul Bertaud, «  Napoléon journaliste : les bulletins de la gloire  », Le Temps des médias 1/ (...)
  • 28 Correspondance inédite de Napoléon Ier conservée aux Archives de la Guerre publiée par Ernest Picar (...)

13En revanche dans l’Espagne joséphine, la régénération et le renouveau qui devaient guider le gouvernement n’affectèrent guère la presse, soumise à un régime qui, au bout du compte, ne différait guère de celui pratiqué du temps des Bourbons. Elle demeurait un instrument au service et sous contrôle strict du pouvoir. Il faut dire que Napoléon, expert dans l’art de la propagande et de l’autocélébration, avait compris très tôt le parti qu’il pouvait tirer des journaux tant sur le plan militaire que politique. Aussi pratiqua-t-il systématiquement l’alliance du sabre et de la plume qui culmina avec la création en 1805 des Bulletins de la Grande Armée (ces fameux bulletins de la gloire, selon l’expression utilisée par Victor Hugo dans Les Misérables 25). Comme le souligna Metternich, avec une admiration teintée d’amertume, dans une lettre à Stadion en date du 23 juin 1808 «  les gazettes valent à Napoléon une armée de trois cent mille hommes 26  ». Et il est vrai que «  l’Empereur journaliste 27  » usa sans modération ni scrupules de ce puissant instrument d’information et de formation (ou déformation) de l’opinion publique, à ses yeux une vulgaire «  catin qui se prostitue pour des intérêts particuliers 28  ». D’où l’impérieuse nécessité d’exercer un strict contrôle sur l’information diffusée par les périodiques. Les consignes qu’il donna à Fouché en 1805 sont on ne peut plus claires quant à sa volonté de freiner les ardeurs de la presse et de s’assurer de sa totale loyauté, entendons de sa soumission :

  • 29 Napoléon, Lettre au ministre de la Police, Fouché, Stupinigi, 2 Floréal an XIII (22 avril 1805) dan (...)

Réprimez un peu plus les journaux ; faites-y mettre de bons articles. Faites comprendre aux rédacteurs du Journal des Débats et du Publiciste que le temps n’est pas éloigné où, m’apercevant qu’ils ne me sont pas utiles, je les supprimerai avec tous les autres et que je n’en conserverai qu’un seul, […] que le temps de la révolution est fini, et qu’il n’y a plus en France qu’un parti ; que je ne souffrirai jamais que les journaux disent ou fassent rien contre mes intérêts ; qu’ils pourront faire quelques petits articles où ils pourront mettre un peu de venin, mais qu’un beau matin, on leur fermera la bouche 29.

  • 30 André Cabanis, La Presse sous le Consulat et l’Empire (1799-1814), Paris, Société des études roberp (...)
  • 31 Privat-Joseph-Claramont, Pelet de la Lozère, Opinions de Napoléon sur divers sujets de politique et (...)

14Et bien évidemment ce n’était pas là de vaines paroles. Des 73 périodiques politiques qui existaient à Paris en 1800 (date à laquelle il en supprima 60) il n’en restait plus que quatre en 1814 : le Moniteur Universel, la Gazette de France, le Journal de l’Empire (ancien Journal des Débats) et le Journal de Paris. Divers journaux durent fusionner, on leur imposa des «  rédacteurs  » (en fait des censeurs), quant aux feuilles de province, en 1810, leur nombre fut limité à une par département 30… Comme le souligna, à très juste titre et tardivement (en 1833) le conseiller d’État Pelet de la Lozère : «  Liberté de la presse et Napoléon sont des mots qui hurlent, comme on dit, de se trouver ensemble 31  ».

  • 32 Cité par Léon Lecestre, «  La guerre de la Péninsule (1807-1813) d’après la correspondance inédite (...)

15Napoléon, qui régna en monarque absolu sur la presse française, prêta bien évidemment la plus grande attention à la presse étrangère qu’il se faisait traduire et lire chaque jour. Habitué à imposer sa voix, Napoléon, qui rédigea personnellement ou dicta en plus d’une occasion des articles, qui donnait des directives très précises aux rédacteurs quant aux informations qu’il fallait taire ou divulguer, sur les rumeurs qu’ils convenait de répandre, sur le moment le plus approprié pour le faire, qui piquait des colères noires quand son bataillon de journalistes le décevait, qui n’hésitait pas à exercer des pressions sur les moyens de communication des pays alliés quand il l’estimait opportun, n’entendait pas œuvrer autrement en Espagne. Il va s’en dire que la conquête de nouveaux territoires allait de pair avec la mise sous tutelle des périodiques qui y existaient et devaient passer immédiatement au service de la propagande française. Ainsi, dès le 30 avril Napoléon écrivait à Murat, depuis Bayonne : «  Je suppose que vous êtes maître de la Gazette de Madrid et que vous y faites mettre tous les jours des articles 32  ». Bref une information n’était rien d’autre qu’une nouvelle autorisée (comme on dira par la suite en des temps de triste mémoire). La Gazeta de Madrid, bien évidemment, constitua un élément clé de la politique de propagande du régime, mais Joseph Ier voulut également favoriser la création de périodiques où l’on pût publier des articles d’opinion sans doute plus à même «  d’éclairer  » ses sujets (ce qui nous replonge dans l’esprit des Lumières et d’un absolutisme éclairé), et compte tenu du contexte de l’éduquer politiquement.

  • 33 Sur Pedro Estala on pourra consulter la biographie que lui a consacrée María Elena Arenas Cruz, Ped (...)
  • 34 Pedro Estala, El Imparcial o Gazeta política y literaria (21 de marzo de 1809 - 4 de agosto de 1809 (...)
  • 35 Pour une approche globale de la presse afrancesada on pourra consulter : Antonio Checa Godoy, «  La (...)
  • 36 Voir notre introduction à l’édition déjà citée de El Imparcial.

16Ainsi pour convaincre les Espagnols de la pertinence de sa politique régénératrice (seule planche de salut à ses yeux pour l’Espagne) et pour répondre aux féroces attaques de ses opposants, Joseph Ier eut à cœur de s’entourer des meilleures plumes de l’époque. Parmi elles Pedro Estala, auteur de nombreux ouvrages d’érudition et de plusieurs traductions 33, un afrancesado de la première heure qui, à la différence de bien d’autres, ne quitta pas le navire au lendemain de la défaite de Bailén qui avait mis à mal le mythe de l’invincibilité des aigles impériales. Et c’est à Estala que l’on doit le lancement, le 21 mars 1809, de El Imparcial, o Gazeta política y literaria 34, qui occupa une place de choix parmi les publications afrancesadas 35. Conformément à ce qu’annonçait le titre, il y fut question de politique et une rubrique spécifique lui fut consacrée. Elle ne fut certes pas la plus importante sur le plan quantitatif (15,6  %) mais cela n’enlève rien à la force des idées transmises et la seule présence d’articles d’opinion dans ce périodique qui se voulait une gazette témoigne largement de la volonté d’éclairer le peuple sur les vertus du nouveau régime. Il s’agissait notamment de lui faire comprendre combien la Constitution promulguée à Bayonne le 6 juillet 1808 était importante, de lui expliquer ce qu’était le véritable patriotisme, à quel point Joseph Ier avait à cœur de combattre l’ignorance, de défendre la religion 36

17Le ton se voulait donc didactique, l’objectif étant d’éduquer les Espagnols politiquement et là résidait toute la nouveauté de cette presse qui, totalement soumise à la voix de son maître, sentait encore l’Ancien Régime.

La guerre d’Indépendance révolutionne la presse patriote

  • 37 Madrid en 1808. Relación de cuanto ocurrió cada día en aquel año desde el Motín de Aranjuez, y de l (...)
  • 38 «  Auto dado por el Juez de Imprentas, Joaquín Colón de Larreategui el 12 de septiembre de 1808  », (...)
  • 39 Francisco de Goya y Lucientes, «  Divina libertad  », Album C, 115, 1812-1814, Encre de chine et la (...)
  • 40 José Cadalso, Cartas marruecas, Edición de Lucien Dupuis y Nigel Glendinning London, Tamesis Books (...)

18Il devait en aller bien autrement dans l’autre Espagne où, à la faveur du conflit, les chaînes qui pesaient sur la presse volèrent en mille éclats. Ainsi les publicistes purent enfin goûter avec ivresse au nectar de la liberté d’expression et le public à celui de «  lire avec liberté  » comme le souligna l’acteur Rafael Pérez dans son journal intime émaillé, par ailleurs, de multiples références à la presse (nationale et étrangère) 37. Et ce fut une véritable marée de publications qui déferla subitement sur la Péninsule et que les autorités eurent bien du mal à endiguer, comme en atteste le décret émis dès le 12 septembre 1808 par le Juge de la Librairie, Joaquín Colón de Larreategui. Las de voir tant de papiers et de gazettes imprimés à Madrid sans licence, il se voyait dans l’obligation de préciser, entre autres futilités, que toutes les presses devaient se trouver «  dans des salles ou des pièces publiques afin qu’elles puissent être inspectées, et en aucun dans des caves ou des lieux occultes…  » sous peine de lourdes amendes ou de la privation du droit d’exercer 38. Pour la plus grande satisfaction de tous ceux qui aspiraient à de profonds changements et au grand dam des esprits hostiles au nouvel ordre qui se profilait, ceux qui se tournèrent vers les presses pour défendre leurs idées (du moins dans l’Espagne patriote) purent jouir de cette «  Divine liberté  » (dont rêvait Goya 39) et qui, jusqu’alors, semblait être réservée à ceux qui avaient le bonheur de pouvoir écrire sous «  le triste, opaque et brumeux  » ciel de Londres, pour reprendre les amers propos de Cadalso, tenus bien des années auparavant alors qu’il rédigeait les Cartas marruecas40.

19Cette liberté d’expression sera conquise d’abord de fait puis de droit avec le 10 novembre 1810, la promulgation par les Cortès réunies pour lors à San Fernando du décret sur la liberté de presse politique, liberté réaffirmée dans la Constitution promulguée par les patriotes à Cadix le 19 mars 1812 (titre IX, article 371).

  • 41 Rafael Pérez, Madrid en 1808. El relato de un actor, op. cit., p. 88.
  • 42 Rafael Pérez qui consultait avec avidité la presse déclara par exemple : «  on savait que le Diario(...)
  • 43 Cette estampe inventée par Vicente López et gravée par Tomás López de Enguidanos illustre l’ouvrage (...)
  • 44 «  ESPAÑA/Madrid 13 de mayo  », Gazeta de Madrid, 13 mai 1808 (n°  46), p. 453-460. En particulier (...)
  • 45 Vencedor, «  Al Señor Diarista para el Público de Valencia  », Diario de Valencia, 29 mai 1808 (n°  (...)

20Comme on pouvait s’y attendre, dans ce contexte de crise, face à un avenir peuplé d’inconnues, face à la difficulté d’accéder à l’information, face à la prolifération des rumeurs les plus insensées, l’intérêt suscité par la presse fut immédiat et spectaculaire. Rafael Pérez rappelait, par exemple, dans son journal que, le 22 avril 1808, à 10 heures du soir, la rue Carretas (où se trouvait l’Imprimerie Royale) était «  pleine de monde  », les gens attendant avec la plus grande impatience la parution de la Gazeta de Madrid, susceptible de les éclairer sur le déconcertant voyage de Ferdinand VII parti à la rencontre de Napoléon 41. De toute évidence pour nombre de Madrilènes et d’Espagnols, la presse (même si elle véhiculait nombre de bobards – le terme est déjà employé à l’époque – ce que d’aucuns n’ignoraient pas 42) était la seule source d’information à laquelle ils pouvaient s’abreuver. Et l’on se ruait littéralement sur les périodiques, comme l’illustre la gravure de Vicente López rendant compte de la réaction des Valenciens à la lecture dans la Gazeta de Madrid du renoncement au trône de Ferdinand VII 43. L’abdication survenue le 5 mai 1808 fut répercutée avec la plus grande célérité (seulement huit jours après) dans la gazette 44. On notera au passage que le Diario de Valencia, quant à lui, ne jugea pas utile d’en faire état, se contentant de publier le 29 du mois un véhément appel aux armes signé El Vencedor qui occupait un peu plus de la moitié du numéro 45.

  • 46 On trouve déjà cette expression sous la plume du très réactionnaire Justo Pérez Pastor, Diccionario (...)

21Cette soif d’information, décuplée par la guerre et la farouche volonté de chacune des parties en lice de clamer haut et fort sa vérité («  la verdadera verdad »), de conquérir une opinion publique érigée en «  Reine du monde 46  », se traduisit par une retentissante explosion journalistique.

  • 47 Alberto Gil Novales, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la (...)
  • 48 Ce singulier périodique a fait l’objet d’une édition en fac-similé : Asociación de Cáceres. Cáceres (...)

22Face à la vacance du pouvoir central et sous l’impulsion des Juntes, nombre de périodiques virent le jour en province, certains d’entre eux, sans lieu fixe d’édition, furent même tirés sur des presses mobiles. Parmi ces périodiques itinérants figure la Gazeta Militar y Política del Principado de Cataluña (1808-1814), organe d’expression de la Junte Suprême de la Principauté, qui fut créé à Tarragone, imprimé dans diverses localités (Villafranca del Panadés, San Feliu de Llobregat, Tarragone à nouveau, Villanueva y Geltru, Poblet, Montserrat, Manresa…) et acheva sa course le 30 décembre 1814 à Barcelone, sous le titre de Gazeta de Barcelona 47. La volonté de savoir était telle que, par exemple, à Caceres, qui ne possédait aucune imprimerie, Álvaro Gómez Becerra créa en 1813 un périodique manuscrit, la Asociación de Cáceres 48.

  • 49 Alberto Gil Novales, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la (...)
  • 50 Beatriz Sánchez Hita, Los periódicos del Cádiz de la Guerra de la Independencia (1808-1814). Catálo (...)
  • 51 A ce sujet on pourra consulter notamment Marieta Cantos Casenave, Fernando Durán López, Alberto Rom (...)

23Le fait est que, pendant les six années que dura la guerre, les journaux déferlèrent sur l’Espagne : Alberto Gil Novales dans le catalogue qu’il publia en 2009 49 en dénombre 644 et pas moins de 110, si l’on s’en tient à celui de Beatriz Sánchez Hita (paru en 2008) 50 virent le jour dans la seule ville de Cadix, cette ville-État, capitale par excellence de la presse patriote 51.

24Comme le souligna la Gazeta militar y política del principado de Cataluña le 12 février 1809, la presse était devenue incontournable et sa voix avait vocation à être entendue par tous et toutes :

  • 52 «  Introducción  », Gazeta militar y Política del Principado de Cataluña, Tarragona, Imprenta de la (...)

On pense que les Périodiques [pouvait-on lire dans cette gazette] ne sont pas apparus dans cette Province avant l’an 1639, et depuis ils se sont maintenus de manière plus ou moins continue ; car le public, même s’il les critique sans cesse, les attend et les lit avec avidité ; et en des temps troublés tout le monde aime à connaître les événements militaires et politiques de l’Europe ; et comme maintenant le succès de nos armes touche de près tout type de gens, il s’avère que même les artisans, les paysans, et même les dames ont plaisir à écouter leur lecture, et l’on voit fréquemment dans les ateliers et sur les coiffeuses plusieurs de ces imprimés, ce qui atteste de l’enthousiasme qui s’empare de la Nation en faveur de sa liberté et contre l’ennemi qui a l’outrecuidance de vouloir dominer l’Espagne 52.

  • 53 Diarrea de las imprentas. Memorias sobre la epidemia de este nombre que reina actualmente en Cádiz… (...)
  • 54 [Justo Pérez Pastor], Diccionario razonado manual para inteligencia de ciertos escritores que por e (...)

25Cette envolée de la presse et l’engouement qu’elle suscitait ne fut cependant pas du goût de tous. Elle ne pouvait faire que le désespoir des serviles, des plus conservateurs, des partisans de l’Ancien Régime. Parmi ces derniers figurait le docteur Pedro Recio de Tirte Afuera («  Pierre Lefort de Va-t-en Voirailleurs  ») qui qualifia avec élégance cette vague de pestilentielle de «  diarrhée des presses  ». Les périodiques étaient à ses yeux une épidémie mortifère qui gagnait sans cesse du terrain, qu’il fallait endiguer et cette terrible maladie il la décrivit et la combattit avec outrance dans deux opuscules Diarrea de las imprentas… et Nuevo y funesto síntoma de la epidemia llamada de las Imprentas… Parus tous deux en 1811, à Cadix, ces textes bénéficièrent d’un succès non négligeable 53. Et nul doute que Justo Pérez Pastor, auteur d’un Dictionnaire raisonné…, bien connu, paru la même année, était assurément du même avis que Pedro Recio. C’est du moins ce que donne à penser sa définition des périodiques qui, pour lui, n’étaient rien d’autre qu’une : «  Évacuation fétide et répugnante précédée de rapports coupables avec des personnes infectées par le mal français : il y a des évacuations quotidiennes, hebdomadaires, menstruelles et sans règle 54  ». Voilà qui manque de poésie mais a le mérite d’être clair. La condamnation est radicale et la violence du propos démontre à quel point l’auteur de cette définition était conscient de l’importance que revêtait cette presse qui, libérée de ses entraves, était devenue une arme redoutable, tout à la fois militaire et politique, dans cette guerre placée sous le sceau de la propagande, de la nécessaire conquête et mobilisation de l’opinion publique. C’est ainsi que Pérez Pastor, succombant lui aussi à aux sirènes de ces «  évacuations fétides  », mit sa plume au service du Procurador General de la Nación y del Rey (Procureur Général de la Nation et du Roi, Cadix, 1812-1813 puis Madrid, 1814-1815), périodique servil bien évidemment.

  • 55 Sur Manuel Traggia voir l’imposante biographie de Alberto Pacho Polvorinos qui a fait l’objet d’une (...)

26Bref, qu’on la détestât ou qu’on l’encensât, comment se passer d’une presse qui pouvait s’avérer y compris plus efficace que le sermon ? Voilà ce que confessait, non pas un impie Français ou bien encore un afrancesado (l’un de ces traîtres à la nation, comme on disait alors), mais un carmélite on ne peut plus orthodoxe, le Père Traggia 55, en aucun cas un révolutionnaire, bien au contraire.

  • 56 [Manuel de Santo Tomás Traggia], «   Prospecto  », El Vencedor católico por el amante de la Religió (...)

L’Espagne [soulignait-il, en 1809, dans le prospectus de El Vencedor] est inondée de périodiques politiques et militaires, et l’on n’en trouvera pas un seul dont l’objet soit la piété et la religion catholique. Quelques exhortations religieuses ont été publiées, il est vrai, et du haut des chaires ont été abordées des questions religieuses qui aujourd’hui contribuent à ce que ce grand dieu des Armées que nous adorons soit de notre côté, mais je crois que nous avons besoin de quelque chose de plus pour que les cœurs s’imprègnent de certaines vérités religieuses de la plus haute importance. Le moyen le plus simple et le plus efficace est un périodique de piété. La doctrine des sermons n’est rien de plus qu’une voix qui passe, et que l’on oublie facilement. Tous ne peuvent ni ne veulent assister à ces instructions longues et à heures fixes. Il en va tout autrement avec le périodique, bref, simple, agréable à l’oreille de par la variété des événements, des maximes et de la doctrine qu’il offre. Il parcourt les rues et les places ; on le lit en réunion, au sein des familles. Il passe de mains en mains, on le reprend à toute heure, et on le garde tout le temps que l’on veut 56.

  • 57 Elisabel Larriba, «  ¿La tentación de la modernidad ? : la contribución del p.  Traggia, el Amante (...)
  • 58 Id., «  Prensa e Iglesia en la transición de la Ilustración al liberalismo : la cruzada periodístic (...)
  • 59 Id., «  Le clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime  », El Argonauta español [En ligne (...)

27Traggia qui n’hésita donc pas à admettre publiquement la supériorité de la presse sur le sermon savait fort bien de quoi il parlait. Ses premiers pas journalistiques remontaient au temps de la Révolution française. Déterminé à «  électriser  » ses concitoyens face au terrible danger qui les menaçait, il s’était alors empressé de mettre sa plume au service du Diario de Valencia dont il avait été un collaborateur particulièrement zélé 57. Venu le temps de la Guerre d’Indépendance, celui qui était entré en presse comme on entre en croisade ne voulut plus se limiter au rôle de simple correspondant et franchit un cap décisif en créant son propre périodique, El Vencedor católico (Le Catholique triomphant, Séville, 1809), puis viendra El Amigo de la verdad (L’Ami de la vérité, Valence, 1811 - Palma de Majorque, 1812-1813) 58. Ce n’était en aucun cas la première fois qu’un religieux mettait sa plume au service de la presse et ce n’était pas non plus la première fois que des questions en rapport avec l’Église ou la religion y étaient abordées 59. En revanche, l’entrée en scène d’un périodique placé sous la bannière quasi exclusive de la piété et présenté comme «  de religion  » constituait bel et bien une nouveauté. Et avec lui apparaissait un nouveau genre journalistique. Né en temps de guerre, El Vencedor católico se devait d’apporter sa contribution à la lutte contre les intrus, mais c’était avant tout les ennemis de Dieu (qui ne se limitaient ni aux Français, ni aux afrancesados) que Traggia souhaitait combattre. Sa priorité absolue étant la défense de la religion, il conçut El Vencedor comme une nouvelle modalité de son activité de prédicateur et ne fit qu’adapter sa pratique du sermon à cette autre tribune du haut de laquelle il était à même de divulguer sa vérité politico-religieuse et faire entendre la voix de Dieu qui devait s’imposer à tous.

  • 60 Id., «  « Militat gladio, militat spiritu » : le Periódico militar del Estado Mayor General (1812)  (...)
  • 61 Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, Badajoz, Olivenza, Campomayor, Badajoz, (...)
  • 62 «  La Guerra no se hace solamente con los cañones y con las bayonetas. Muchas veces vale más la opi (...)

28De la même manière et dans la mesure où l’accès à l’information et la maîtrise de sa diffusion constituaient un enjeu majeur, la Guerre d’Indépendance réactiva l’intérêt des «  fils de Mars  » pour la presse. Nombre de journaux revendiquèrent, ne serait-ce que par leur titre, un caractère martial. Tel fut le cas de la Gaceta Militar y Política del Principado de Cataluña (1808-1814), mais firent également leur apparition les premiers périodiques militaires, dont le Periódico militar del Estado Mayor General (Cadix, 1812) 60 qui, à la différence d’autres, affichait une dimension nationale et dont la direction tout comme la rédaction furent assumées exclusivement par des officiers de l’État Major Général, créé peu avant à la demande du général Blake. Ils avaient très bien compris, à l’instar de l’un des contributeurs du Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, fondé en 1810 par le marquis de La Romana 61, que «  la guerre ne se fait pas seulement avec les canons et les baïonnettes. Bien des fois l’opinion est plus forte, et la conduite que l’on adopte vis-à-vis de l’ennemi est plus importante que la conservation d’une place-forte ou qu’une victoire non décisive 62  ».

  • 63 El Robespierre Español, Amigo de las Leyes, Isla de León puis Cadix, 1811-1812, Imp. de Perriu puis (...)
  • 64 «  Demostración Político-Robespiérrica  », El Robespierre español…, no X, p. 158 : «  El pueblo sob (...)
  • 65 En particulier : «  Elogio de la plebe española  », El Robespierre español…, n°  XXVII, p. 417-422 (...)

29Non seulement le nombre de périodiques connut une hausse spectaculaire mais le paysage journalistique se diversifia, se spécialisa et, quel que fût le genre pratiqué, la presse se politisa, les journalistes se posant tout à la fois en porte-parole et en guide du peuple qui, héroïque, avait pris son destin en main lorsque, le 2 mai 1808, il s’était soulevé contre un occupant toléré par les autorités. Et certains le firent avec passion. Le très virulent Pascasio Fernández Sardino, qui avait fait irruption dans l’arène journalistique en 1811 avec son Robespierre español 63, qui clamait haut et fort que la liberté d’imprimer était un don du ciel 64 (un rempart contre l’arbitraire et le despotisme) et poussa la provocation jusqu’à faire l’ «  l’éloge de la plèbe 65  », ne manqua pas d’éclairer ses lecteurs sur ce qu’il estimait être son rôle :

  • 66 El Robespierre Español…, no XV, p. 236 : «  El voto general de los publicistas, literatos y sabios (...)

La voix des publicistes, des hommes de lettres et des savants suffit pour exprimer et représenter l’opinion publique, de la même manière que, par exemple, deux cents députés suffisent pour représenter toute une nation composée de milliers de citoyens. Les écrivains publics relevant de ces trois catégories sont des citoyens particuliers qui dans les promenades, les salons, en un mot dans tous les lieux publics sondent de manière désintéressée et impartiale l’opinion publique : ce sont pour ainsi dire les scrutateurs de la volonté générale dont il rend compte par le biais de la presse, après l’avoir dépuré et purifié, et ainsi s’établit la véritable opinion publique 66.

  • 67 Beatriz Sánchez Hita, «  María del Carmen Silva, la Robespierre española : una heroína y periodista (...)
  • 68 El Robespierre Español…, noXV, p. 226.
  • 69 Ibid., n°  XVII, p. 267.

30Pour lui, tout comme pour sa femme, María Carmen de Silva 67 (qui prit le relai lorsqu’il goûta à l’humidité des cachots), le journaliste se devait d’être tout bonnement «  l’interprète de la sainte vérité 68  », «  l’interprète impartial de l’opinion publique  », ou plus précisément «  du grand colosse de l’opinion publique 69  ». Les titres choisis par certains témoignent d’ailleurs de cette volonté de se proclamer au service du peuple : El Voto de la Nación Española (La voix de la Nation espagnole, Séville, 1809-1810), El Tribuno del pueblo español (Le Tribun du peuple, Cadix, 1812-1814), El Amigo del Pueblo (L’Ami du Peuple, Madrid, 1813) ou bien encore Defensor acérrimo de los derechos del pueblo (Le défenseur à outrance des droits du Peuple, Cadix, 1813).

31S’il s’agissait pour certains de relayer la voix de la nation espagnole et de défendre les intérêts du peuple, il convenait également de l’éduquer politiquement, de le guider, de lui permettre de distinguer le vrai du faux. Mais il va sans dire qu’il s’agissait avant tout et surtout d’orienter ou tout bonnement de former son opinion, en cela les journalistes patriotes ne se distinguaient en rien des publicistes afrancesados. C’est bien ce que revendiquait la Gazeta de Madrid bajo el gobierno de la Regencia de las Españas en 1812 dans son «  Dialogue entre l’Espagnol du commun et le Rédacteur de la Gazette  » :

  • 70 «  Diálogo entre el Vulgo español y el redactor de la Gazeta  », Gazeta de Madrid bajo el gobierno (...)

R. La gazette sert à livrer au public les nouvelles utiles et intéressantes, soit de paix, soit de guerre ; à éclairer et diriger son opinion, en lui faisant voir ses véritables intérêts, et la démarche du Gouvernement pour chacune de ses actions ; mais vous devez savoir M. l’Espagnol du commun que ce sont là les visées de la gazette d’un gouvernement juste et libéral ; à l’inverse les gouvernements iniques et despotiques se servent des gazettes pour éblouir, tromper et séduire le public 70.

  • 71 Ibid., p. 171 : «  R. Sí señor : la idea que vmd. tiene de sí mismo es exacta ; en la clase de vulg (...)

32Mais notons que l’interlocuteur du rédacteur ne représentait pas seulement les petites gens, les obscurs et les sans-grade. Notre gazetier incluait dans ce collectif particulièrement bigarré tous ceux qui, de par leur ignorance, ne pouvaient figurer au nombre des «  personnes instruites  ». Aussi ne manqua-t-il pas de souligner que «  l’ignorance et l’idiotie étaient répandues dans toutes les classes  », touchaient aussi bien les petits que les grands et, qu’en la circonstance, son interlocuteur ne saurait se réduire au petit peuple71.

33Cette farouche volonté d’éduquer et d’orienter politiquement les Espagnols sera revendiquée par bien des publicistes et elle sera clairement affichée, par exemple, dans le Prospectus d’un périodique au titre on ne peut plus significatif : El Mentor o ilustrador popular (Le Mentor ou l’instructeur populaire, Cadix, 1811).

Épilogue : La chute du Colosse aux pieds d’argile

34Comme le soulignèrent en 1811 les rédacteurs de El Duende, à la faveur de la proclamation de la liberté d’imprimer et donc d’expression, un quatrième pouvoir était né en Espagne :

  • 72 El Duende, 2 juillet 1811 (n°  2), p. 9 : «  En una monarquía moderada, además de los tres poderes  (...)

Dans une monarchie modérée, outre les trois pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire, il doit impérativement en exister un autre inhérent au peuple et servant de frein aux trois premiers […] Il faut nous libérer de l’arbitraire, que s’affirme et se consolide parmi nous le droit de réprouver, que les citoyens éclairés sachent qu’ils peuvent écrire tout ce qui est nécessaire pour diriger l’opinion publique. 72

  • 73 «  Libertad de Imprenta  », El Imparcial, Cádiz, Imprenta de Figueroa, 1 octubre 1812 (n°  1), p. 1 (...)

35La presse avait acquis incontestablement une nouvelle dimension : arme de guerre et arme politique, elle s’érigeait désormais en porte-parole et guide d’une opinion publique qui n’était plus unique mais politiquement plurielle, ce qui changeait considérablement la donne. Dès lors, elle devint le théâtre de débats passionnés, l’arène de féroces affrontements idéologiques. Et à la guerre de la plume que se livraient afrancesados et patriotes (ennemis sur le champ de bataille militaire) eurent tôt fait de s’ajouter des luttes fratricides et parfois sans quartiers entre libéraux et serviles que seule la volonté de lutter contre LIntrus rapprochait. Si la liberté politique d’imprimer avait été officiellement proclamée par les Cortès le 10 novembre 1810 cette dernière, soulignèrent les rédacteurs de El Imparcial (Cadix, 1812) dans leur premier numéro, ne saurait être complète et profitable que si elle allait de pair avec la «  tolérance politique, sans doute plus difficile à obtenir que la religieuse 73  ». Tout était dit.

  • 74 Archivo General Militar de Madrid : Colección documental del Fraile : vol. 121. Manifiesto del amig (...)
  • 75 Felipe Rodríguez Morín, «  La Aurora Patriótica Mallorquina (1812-1813) y el clero regular. Dos man (...)

36Traggia, ou El Amigo de la Verdad, par exemple, qui eut tôt fait de politiser et de radicaliser son discours, déclara une guerre à mort à La Aurora patriótica de Mallorca (L’Aurore patriotique de Majorque, Palma, 1812-1813) et aux libéraux. Nul doute que pour notre carmélite-journaliste l’heure n’était plus ni à la modération, ni à la miséricorde envers les ennemis de l’intérieur. «  L’esprit de Jésus Christ [déclara-t-il en 1812 après l’un de ses multiples affrontements avec La Aurora] – m’enseigne à être doux comme l’agneau et à pardonner à celui qui m’offense, mais aussi à rugir comme le plus terrible des lions contre celui qui offense la religion et la morale, l’ordre social et ecclésiastique 74  ». Telle était désormais sa devise. Par ailleurs, plusieurs religieux établis à Palma (dont Traggia) n’hésitèrent pas un instant à soutenir que tous ceux qui prenaient part à la Aurora… ou la lisaient méritaient d’être excommuniés et n’obtiendraient pas l’absolution 75.

  • 76 Gérard Dufour, «  Clivages idéologiques et politiques  », dans «  Introduction  » à son édition de (...)
  • 77 Semanario patriótico, Madrid 15 septembre-1 décembre 1808, Séville 14 mai - 31 août 1809, Cadix 22 (...)
  • 78 El Censor general, Cadix, 24 août-22 décembre 1811, 27 décembre 1811-2 juillet 1812, octobre 1812 - (...)

37Nul doute que dans ce combat des idées les libéraux étaient bien souvent plus proches des afrancesados que des serviles, notamment sur le thème de l’Inquisition repris par la presse de part et d’autre de la ligne de front à partir de 1812 76. Ainsi la Gazeta de Madrid citait abondamment les périodiques publiés à Cadix. Et voilà ce que l’on pouvait lire au sujet de l’abolition du Saint Office dans le très libéral Semanario patriotico 77 à l’occasion de l’une de ses multiples passes d’armes avec le ô combien conservateur El Censor general du marquis de Villapanés 78 :

  • 79 Semanario patriótico, 14 novembre 1811 (no 84), p.  391 : «  Lógica Censoria./ El tribunal de la in (...)

Logique du Censeur
Le Tribunal de l’Inquisition fut aboli par Napoléon.
Les journalistes tentent de le faire abolir,
Ergo ce sont des espions de Napoléon 79

  • 80 Justo Pérez Pastor, Diccionario razonado manual…, op. cit., p. 29 : «  Escritores liberales. Son un (...)

38Ce syllogisme montre à quel point les frontières intellectuelles ou idéologiques étaient floues et n’épousaient pas celle du front. Et que dire des propos de Justo Pastor Pérez au sujet des auteurs libéraux et à fortiori des journalistes ? «  Ce sont [écrivait-il en 1811] des monstres immondes semblables aux prostituées professionnelles qui pour ne pas s’appliquer au travail, gagnent leur pitance avec leur corps et vivent de l’infamie 80…  » L’outrance du propos en dit long, une fois de plus, sur la crainte suscitée par une presse qui aspirait à faire souffler un vent nouveau sur l’Espagne et avait l’outrecuidance de briser les chaînes de l’ignorance qui entravaient le commun des Espagnols, afin qu’ils puissent enfin voir, entendre et juger par eux-mêmes. Mais ceux qui voulaient faire de la presse, ce colosse encore aux pieds d’argile, une école politique durent renoncer à leur «  divine liberté  » par la grâce de Ferdinand VII. Comme chacun sait, à son retour en 1814, le monarque se refusa à prêter serment à la Constitution de 1812 et l’un de ses premiers actes comme souverain fut d’abolir la liberté de presse et, nullement disposé à s’arrêter en si bon chemin, le 25 mars 1815, il supprima la totalité des périodiques, y compris ceux qui avaient réclamé à grands cris le rétablissement de l’absolutisme, de l’Inquisition… Après six ans d’enivrante liberté, la presse était à nouveau bâillonnée. L’ordre régnait de nouveau en Espagne…

Haut de page

Notes

1 Correspondance complète de Voltaire. Nouvelle édition. Correspondance générale, t. XI, Paris, Chez Thomime et Fortic, Libraires, 1822, lettre no 229, p. 360.

2 Gérard Dufour, Lumières et Ilustración en Espagne sous les règnes de Charles III et de Charles IV (1759-1808), Paris, Ellipses, 2006, p. 149.

3 Sur la question de la censure voir les travaux classiques de Lucienne Domergue : en particulier, Censure et Lumières dans l’Espagne de Charles III, Paris, CNRS, 1982, «  Chapitre IX - La presse débridée puis muselée  », p. 147-192 et Tres calas en la censura dieciochesca (Cadalso, Rousseau, Prensa periódica), Toulouse, France-Ibérie Recherche, 1981, «  III - Andanzas y tribulaciones del periodismo en los últimos tiempos del Antiguo Régimen : el poder contra la prensa periódica desde la Revolución francesa hasta la Guerra de la Independencia  », p. 71-138. On pourra également consulter Elisabel Larriba, «  La presse espagnole à la fin du xviiie siècle et la censure d’État : les projets de création de périodiques refusés par le Conseil de Castille de 1791 à 1808  », dans Individu et autorités : positions de la Presse des Lumières. Actes du colloque tenu à Nantes 27-29 septembre 2001, Université de Nantes, Centre de Recherches sur les Identités Nationales et l’Interculturalité – Société Française d’Étude du xviiie siècle, 2004, p. 37-56 et «  Inquisición y prensa periódica en la segunda mitad del siglo xviii  », Cuadernos de Ilustración y Romanticismo. Revista del grupo de Estudios del siglo xviii, Cádiz, Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2005 (n°  13), p. 77-92 : http://revistas.uca.es/index.php/cir/article/view/257

4 Sur l’émergence et l’évolution de la presse espagnole au xviiie siècle on consultera, notamment, l’ouvrage classique de Paul-J. Guinard, La Presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d’un genre, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973 et Inmaculada Urzainqui, «  Un nuevo instrumento cultural : la prensa periódica  », dans Joaquín Álvarez Barrientos, François Lopez, Inmaculada Urzainqui, La República de las Letras en la España del siglo xviii, Madrid, CSIC, 1995, p. 125-216.

5 Cette expression fut employée par Olavarrieta lorsqu’en 1795 il sollicita l’autorisation de créer le Diario gaditano. AHN (Archivo Histórico Nacional - Madrid), Consejos, leg. 5566, exp. 100.

6 C’est ainsi que se présentait Luis María García del Cañuelo, principal rédacteur de El Censor, dans le «  Discurso lxviii  », t. IV, [1785], p. 10.

7 Elisabel Larriba, «  Le clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime  », El Argonauta español [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2004, consulté le 16 novembre 2014. URL : http://argonauta.revues.org/1124

8 Inmaculada Urzainqui, «  Libertad de imprenta y prensa crítica a fines del xviii  », dans Elisabel Larriba et Fernando Durán López (eds.), El nacimiento de la libertad de imprenta. Antecedentes, promulgación y consecuencias del Decreto de 10 de noviembre de 1810, Madrid, Sílex, 2012, p. 43-78 et Elisabel Larriba, «  La expresión de la voz de la frustración ante el yugo de la doble censura  », dans El nacimiento de la libertad de imprenta…, p. 19-41.

9 Juan Antonio Llorente, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne, depuis l’époque de son établissement par Ferdinand V jusqu’au règne de Ferdinand VII ; tirée des pièces originales des archives du Conseil de la Suprême, et de celles des tribunaux subalternes du Saint-Office. Par D. Jean-Antoine Llorente, Ancien Secrétaire de l’Inquisition de Cour, Dignitaire-Ecolâtre et Chanoine de l’église primatiale de Tolède ; Chancelier de l’université de cette ville ; Chevalier de l’ordre de Charles III ; Membre des académies roy. de l’histoire et de la langue esp. de Madrid, de celle des Belles-Lettres de Séville ; des sociétés patriotiques de la Rioxa, des provinces Basques, de l’Aragon, de la ville de Tudèle de Navarre, etc. Traduite de l’espagnol, sur le manuscrit et sous les yeux de l’auteur, par Alexis Pellier. Seconde édition, à Paris chez Treuttel et Würtz, lib., rue de Bourbon, n°  17 et même maison de commerce à Strasbourg, rue des Serruriers, n°  30, à Londres, 30 Soho Square, 1817-1818, II, p. 431-433 (pour Cañuelo) et p. 436-440 (pour Centeno).

10 Sur la question du public voir Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), Paris, Honoré Champion, 1998 (ou pour l’édition en espagnol : El público de la prensa en España a finales del siglo xviii (1781-1808). Traducción de Daniel Gascón, Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2013).

11 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne…, op. cit., «  Troisième partie. Vers une définition du grand public  », p. 233-343 (p. 237-334 de la traduction).

12 «  Prólogo  », Diario curioso, erudito, económico y comercial, 1786, p. 13 : «  ¿Pero qué efectos se han visto por este Papel ? ¿Qué utilidades ha producido hasta ahora el Diario de tantos adjetivos ?  »

13 «  Poco a poco, señores, tengan Vms. paciencia, que cuando se siembra en un terreno duro y desdeñoso, se retarda la producción, y el fruto no se coge con tanta prontitud. Sin embargo no es poco haber conseguido que un Papel continuo y repetido todos los días se vea sobre la banqueta del zapatero ; que en los talleres de los artesanos se oiga con gusto ; que en casi todos los lugares cercanos a Madrid se lea por los Prohombres ; que ande por las tabernas, y en manos de los mozos de esquina, y vagabundos del rastro. Todos éstos y otros que antes tenían cataratas en los ojos para conocer las letras, ya leen, y ésta es una de las utilidades más considerables que puede haber traído el Diario.  »

14 «  Reflexiones sobre la general instrucción y común utilidad que deben ser los fines principales en la composición de los papeles públicos, comunicadas por un Anónimo a los Diaristas  », Diario de Barcelona¸ n°  2, 2 octobre 1792, p. 5-6. Citation p. 6 : «  De cada cien personas podemos asentar que las noventa y cinco forman el Público ; los lectores no se computan, ni aun como tres a ciento ; quiero decir que de cada cien personas apenas tres leen para instruirse. Según esta cuenta el Público sería una cosa muy diminuta ; pero no lo es, pues en estos tres Lectores, de cada ciento, se incluyen los que forman opinión por sí, y la hacen formar a los que no leen ; y por tanto hacen subir la publicidad al número de noventa y cinco. Cada un hombre que lee dice su parecer delante de una familia ; y un hombre, o una mujer en un Teatro puede formar la opinión de algunos millares de personas en pocos minutos. En este Público se hallan todas las profesiones, todos los intereses, todas las miras y todas las necesidades del progreso.  » Cet article (objet d’une seconde livraison : n°  3, 3 octobre 1792, p. 9-10) fut repris (sous le titre «  Introducción  ») dans le Correo de Cádiz, n°  1, 3 février 1795, p. 1-4.

15 «  A las Señoras, como parte brillante del Público  », El Argonauta español, Périódico gaditano en el que se corrigen por un estilo jocoso los actuales abusos en todas clases de materias, y al mismo tiempo se suministran pensamientos interesantes a él mayor progreso de las Ciencias, Artes, Agricultura, y comercio, e igualmente noticias curiosas, anécdotas &c. Obra útil, deleitable, e instructiva a todas las personas de ambos sexos. Ridiculum acri dulcius. Autor el Br. D.P. Gatell, con licencia en Cádiz, n°  2, 1790, p. 13 : «  Con esto cree el Graduado que, sólo con esta mitad del Público, se hará rico ; y mucho más cuando vean las Sras. que también pueden ser filósofas y otras cosas  » (ou p. 67 de El Argonauta español. Periódico gaditano por el bachiller D. p.  Gatell. Edición e Introducción de Elisabel Larriba, Cádiz, Servicio de Publicaciones Universidad de Cádiz, 2003).

16 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne…, op. cit., «  Première partie - Chapitre ii. Distribution géographique des souscripteurs  », p. 61-116 (p. 65-120 de la traduction).

17 Ibid., «  Deuxième partie. Chapitre iv. Les abonnés lointains  », p. 179-199 (p. 183-203 de la traduction).

18 Cf. Les listes de souscripteurs publiées en 1788 et 1789 : «  Subscriptores a esta obra periódica  », Espíritu de los mejores diarios literarios que se publican en Europa…, Madrid, Antonio Espinosa, tome III, 1788, p. 87-96 et tome VII, 1789, p. 428-434).

19 «  Lista de los Subscriptores al Semanario de Agricultura y Artes  », Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, Madrid, Imprenta de Villalpando, tomo XX, 1806, p. 407-417.

20 Elisabel Larriba, Le Public de la presse en Espagne…), op. cit., p. 74-77 (ou p. 78-81 de la traduction).

21 Id, Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)  », Brocar. Cuadernos de investigación histórica, Logroño, Publicaciones de la Universidad de La Rioja, n°  23, 1999, p. 87-117. En particulier p. 109-115.

22 Roger Chartier, «  La Circulation de l’écrit dans les villes françaises, 1500-1700  », dans Livre et culture en Espagne et en France sous l’Ancien régime, Paris, Éditions A.D.P.F, 1981, p. 151-158.

23 Juan Francisco Fuentes, José Marchena. Biografía política e intelectual, Barcelona, Crítica, 1989.

24 Francisco de Goya y Lucientes, «  El buitre carnívoro  », Série Desastres de la guerra [estampe] 76, 1814-1815. 1e édition Madrid, Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, eau-forte, pointe sèche, burin et brunissoir, 175 x 22 mm (élément. d’impression).

25 Victor Hugo, Les Misérables, Illustrés par deux cents dessins par Brion. Gravures de Yvon et Perrichon, Paris, J. H. Hetzel et A. Lacroix, 1865 [1° édition, 1862], p. 348.

26 Clément-Wenceslas-Lothaire Metternich, Mémoires, documents et écrits divers laissés par le prince de Metternich, Paris, Plon, 1880-1884, tome II, p. 188. On pourra également se reporter à la réédition d’ Aude Rémy (Clermont-Ferrand, Editions Paléo, 2007, tome II, p. 126). Cité dans André Cabanis, La Presse sous le Consulat et l’Empire (1799-1814), Paris, Société des études Roberpierristes, 1975, p. 314-315.

27 Jean-Paul Bertaud, «  Napoléon journaliste : les bulletins de la gloire  », Le Temps des médias 1/ 2005 (n°  4), p. 10-21. URL: www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2005-1-page-10.htm . DOI : 10.3917/tdm.004.0010

28 Correspondance inédite de Napoléon Ier conservée aux Archives de la Guerre publiée par Ernest Picard, lieutenant-colonel d’artillerie breveté et Louis Tueley, bibliothécaire-archiviste au Ministère de la Guerre. [Ouvrage] publié sous la direction de la Section Historique de l’État-Major de l’Armée, Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1919–1925, III, p. 193.

29 Napoléon, Lettre au ministre de la Police, Fouché, Stupinigi, 2 Floréal an XIII (22 avril 1805) dans Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III, t. X, Paris, Henri Plon Éditeurs des Œuvres de l’Empereur - J. Dumaine, Libraire-Éditeur de l’Empereur, 1862, p. 335-336. Citation p. 336. Document cité et partiellement reproduit dans Henri Welschinger, La Censure sous le Premier Empire, Paris, Charavay Frères Éditeurs, 1882, p. 90.

30 André Cabanis, La Presse sous le Consulat et l’Empire (1799-1814), Paris, Société des études roberpierristes, 1975.

31 Privat-Joseph-Claramont, Pelet de la Lozère, Opinions de Napoléon sur divers sujets de politique et d’administration recueillis par un membre de son Conseil d’État ; et récit de quelques événements de l’époque, Paris, Firmin Didot frères, 1833, p. 273. Cité dans Thierry Lentz, Nouvelle Histoire du Premier Empire. La France et l’Europe de Napoléon. 1804-1814, Paris, Fayard, 2007, p. 349.

32 Cité par Léon Lecestre, «  La guerre de la Péninsule (1807-1813) d’après la correspondance inédite de Napoléon  », Revue des questions historiques, t. XV, 1896, p. 461.

33 Sur Pedro Estala on pourra consulter la biographie que lui a consacrée María Elena Arenas Cruz, Pedro Estala (1757-1815), vida y obra : una aportación al la teoría literaria del siglo xviii español, Madrid, CSIC, 2003.

34 Pedro Estala, El Imparcial o Gazeta política y literaria (21 de marzo de 1809 - 4 de agosto de 1809). Estudio preliminar y edición de Elisabel Larriba, Madrid, CSIC - Ediciones Doce Calles, 2010.

35 Pour une approche globale de la presse afrancesada on pourra consulter : Antonio Checa Godoy, «  La prensa napoleónica en España (1808-1814). Una perspectiva.  », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 03 décembre 2014. URL : http://argonauta.revues.org/1848

36 Voir notre introduction à l’édition déjà citée de El Imparcial.

37 Madrid en 1808. Relación de cuanto ocurrió cada día en aquel año desde el Motín de Aranjuez, y de las noticias que corrían diariamente. Es un retrato fiel de cuanto sucedió día por día. Escrito por Rafael Pérez, actor del teatro, 47 f. [Biblioteca Histórica – Madrid : M-604]. Ce texte a fait l’objet d’une réédition : Rafael Pérez, Madrid en 1808. El relato de un actor. Introducción y notas de Joaquín Álvarez Barrientos, Madrid, Dirección General de Archivos, Museos y Bibliotecas, 2008.

38 «  Auto dado por el Juez de Imprentas, Joaquín Colón de Larreategui el 12 de septiembre de 1808  », Diario de Madrid, 14 septembre 1808, n°  38, p. 208-209.

39 Francisco de Goya y Lucientes, «  Divina libertad  », Album C, 115, 1812-1814, Encre de chine et lavis sépia, 205 x 143 mm.

40 José Cadalso, Cartas marruecas, Edición de Lucien Dupuis y Nigel Glendinning London, Tamesis Books Limited, London, 1966 (1ère édition dans le Correo de Madrid, 14 février-25 juillet 1789), Carta lxvii, p. 145-146 : «  Si el cielo de Madrid no fuese tan claro y hermoso y se convirtiese en triste, opaco y caliginoso como el de Londres (cuya triste opacidad y caliginosidad depende, según los geógrafo-físicos, de los vapores del Támesis, del humo del carbón de piedra y otras causas), me atrevería yo a publicar las Noches lúgubres, que he compuesto a la muerte de un amigo mío, por el estilo de las que escribió el doctor Young  ».

41 Rafael Pérez, Madrid en 1808. El relato de un actor, op. cit., p. 88.

42 Rafael Pérez qui consultait avec avidité la presse déclara par exemple : «  on savait que le Diario mentait beaucoup  » (id., p. 111).

43 Cette estampe inventée par Vicente López et gravée par Tomás López de Enguidanos illustre l’ouvrage de Fr. Vicente Martínez Colomer, Sucesos de Valencia desde el día 23 de mayo hasta el 28 de junio del año 1808, Valencia, En la Imprenta de Salvador Faulí, 1810, VIII + 106 p. 3 pl., 13, 5 x 20,5 cm. Gravure entre p. viii et 1.

44 «  ESPAÑA/Madrid 13 de mayo  », Gazeta de Madrid, 13 mai 1808 (n°  46), p. 453-460. En particulier p. 458-459.

45 Vencedor, «  Al Señor Diarista para el Público de Valencia  », Diario de Valencia, 29 mai 1808 (n°  59), p. 247-249.

46 On trouve déjà cette expression sous la plume du très réactionnaire Justo Pérez Pastor, Diccionario razonado manual para inteligencia de ciertos escritores que por equivocación han nacido en España. Aumentado con más de cincuenta voces, y una receta eficacísima para matar insectos filosóficos. Obra útil y necesaria en nuestros días. Segunda edición, Cádiz, en la Imprenta de la Junta Superior, 1811, p. 49 : «  Opinión pública. Dicen que es la reina del mundo ; por eso tiene la desgracia de ser dominada de malos ministros que son de los que usan despóticamente a su nombre y con su firma, pero sin responsabilidad  ». Et bien sûr elle sera par la suite employée par Álvaro Florez Estrada dans sa célèbre Representación hecha a S.M.C. El Señor Don Fernando VII en defensa de las Cortes. Por D. Álvaro Flórez Estrada, Londres, 8 octobre 1818, dans Álvaro Flórez Estrada, Obras, BA.E., Madrid, Ediciones Atlas, 1958, vol. 2, p. 213 : «  La opinión es la reina del mundo, cuyo único imperio es indestructible. Saber crearla supone un gran genio ; para dirigir su marcha basta tener prudencia y poder ; despreciarla supone depravación de costumbres, mas empeñarse en resistir su torrente, demuestra el cúmulo de la insensatez o del a desesperación  ». [1ère edition de la Representación…, London, 1818. Sur le concept d’opinion publique et son évolution on pourra consulter Ignacio Fernández Sarasola, La opinión pública de la Ilustración a las Cortes de Cádiz, Ayer. Asociación de Historia Contemporánea, 2010, n°  80, p. 53-81 et Claude Morange, «  Opinion publique : ambivalence d’un concept (Espagne : 1750-1823)  », dans Javier Fernández Sebastián et Joëlle Chassin (coord.), L’avènement de l’opinion publique. Europe et Amérique xviiie-xixe siècles, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 181-210.

47 Alberto Gil Novales, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia, Madrid, CSIC – Ediciones Doce Calles, 2009, p. 132.

48 Ce singulier périodique a fait l’objet d’une édition en fac-similé : Asociación de Cáceres. Cáceres. Año de 1813. Edición facsimilar. Presentación de mercedes Pulido Cordero. Estudio preliminar de Alberto Gil Novales, Badajoz, Unión de Bibliófilos Extremeños, Editora Regional de Extremadura, Cicón Ediciones, 2 vol. , 1998.

49 Alberto Gil Novales, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia, op. cit.

50 Beatriz Sánchez Hita, Los periódicos del Cádiz de la Guerra de la Independencia (1808-1814). Catálogo comentado, Cádiz, Diputación de Cádiz, Colección Bicentenario, 2008.

51 A ce sujet on pourra consulter notamment Marieta Cantos Casenave, Fernando Durán López, Alberto Romero Ferrer (Editores), La Guerra de la Pluma. Estudios sobre la prensa de Cádiz en el tiempo de las Cortes, Cádiz, Universidad de Cádiz, 3 vol. , 2006-2008.

52 «  Introducción  », Gazeta militar y Política del Principado de Cataluña, Tarragona, Imprenta de la Gazeta, Bajada del Rosario, 12 février 1809 (n°  36), p. 281-283. Citation pp.  282-283 : «  Los Periódicos se cree no se establecieron en esta Provincia hasta el año de 1639, y desde entonces han continuado con cierta interrupción ; porque el público, sin embargo de la crítica que esgrime continuamente contra ellos, los desea y lee con ansia ; y en tiempos revueltos todo el mundo gusta saber los acontecimientos políticos y militares de la Europa ; y como ahora toca de cerca a toda clase de gentes el éxito de nuestras armas, se ve que hasta los artesanos, labradores, y las mismas señoras gustan de oír su lectura ; viéndose con frecuencia sobre los talleres y tocadores varios de estos impresos ; lo que manifiesta el entusiasmo de que está poseída la Nación a favor de su libertad, contra el enemigo que con mano atrevida pretende dominar la España  ».

53 Diarrea de las imprentas. Memorias sobre la epidemia de este nombre que reina actualmente en Cádiz…/Escribíala en obsequio de la patria afligida el Doctor Pedro Recio de Tirte Afuera, Cádiz, Oficina de la viuda de Comes, 1811, 15 p. et Nuevo y funesto síntoma de la epidemia llamada de las Imprentas. Segunda Memoria Médica, escrita por el Doctor Pedro Recio de Titeafuera. Se añade un estado de los principales enfermos, que ha habido, y que hay de dos meses acá con diarrea periódica y aguda, Cádiz, Oficina de la viuda de Comes, 1811, 25 p. 

54 [Justo Pérez Pastor], Diccionario razonado manual para inteligencia de ciertos escritores que por equivocación han nacido en España. Aumentado con más de cincuenta voces, y una receta eficacísima para matar insectos filosóficos. Obra útil y necesaria en nuestros días. Segunda edición, Cádiz, en la Imprenta de la Junta Superior, 1811. Citation p. 55-56 : «  Périódicos : Evacuación fétida y asquerosa precedida de comunicación pecaminosa con personas infectas de gálico : hay evacuaciones diarias, semanarias, menstruas y sin regla.  »

55 Sur Manuel Traggia voir l’imposante biographie de Alberto Pacho Polvorinos qui a fait l’objet d’une double édition : Del Antiguo régimen en la España moderna : Manuel Traggia de Santo Tomás OCD, protagonista e intérprete del tránsito, Burgos, Ediciones Aldecoa, 1979 et El p.  Manuel de Santo Tomás (Traggia) 1751-1817. Último historiador oficial del Carmelo teresiano de España, Roma, Institutum Historicum Teresianum, 1979.

56 [Manuel de Santo Tomás Traggia], «   Prospecto  », El Vencedor católico por el amante de la Religión y de la Patria, Sevilla, Por la Viuda de Vázquez y Compañía, 1809, p. I : «  La España se ve inundada de periódicos políticos y militares, sin hallarse uno, cuyo objeto sea la piedad y religión católica. Es cierto haberse publicado algunas exhortaciones religiosas, y en los púlpitos se han tratado puntos de religión que influyen en el día para tener de nuestra parte a este gran Dios de los ejércitos que adoramos ; mas yo creo que se necesita algo más para imprimir en los corazones ciertas verdades religiosas que son de la mayor importancia. Un periódico de piedad es el medio más sencillo y eficaz. La doctrina de los sermones, no es más que una voz que pasa, y se olvida con facilidad. Ni todos pueden, ni quieren asistir a estas instrucciones largas, y a determinadas horas. No así el periódico, que es breve, sencillo, y deleitable al oído por la variedad de sucesos, máximas y doctrina. Corre por las calles y plazas ; se lee en los concursos, y en el seno de las familias. Pasa de mano en mano, se puede meditar, se repite a toda hora, y se conserva cuanto se quiere  ». On pourra consulter l’intégralité de ce périodique dans l’appendice documentaire de : Elisabel Larriba, «  Mejor que el púlpito : la prensa. El Padre Traggia y El Vencedor católico (1809-1810)  », El Argonauta español [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 04 décembre 2014. URL : http://argonauta.revues.org/770

57 Elisabel Larriba, «  ¿La tentación de la modernidad ? : la contribución del p.  Traggia, el Amante de la Religión  », al Diario de Valencia, Relaciones. Estudios de Historia y Sociedad, à paraître.

58 Id., «  Prensa e Iglesia en la transición de la Ilustración al liberalismo : la cruzada periodística del padre Traggia  », in Rafal Serrano García, Ángel Prado Moura, Elisabel Larriba, Discursos y devociones religiosas en la Península ibérica, 1780-1860. De la crisis del Antiguo régimen a la consolidación del liberalismo, Valladolid, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Valladolid, 2014, p. 51-73.

59 Id., «  Le clergé et la presse dans l’Espagne de l’Ancien Régime  », El Argonauta español [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2004, consulté le 04 décembre 2014. URL : http://argonauta.revues.org/1124

60 Id., «  « Militat gladio, militat spiritu » : le Periódico militar del Estado Mayor General (1812)  », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 05 décembre 2014. URL : http://argonauta.revues.org/1721. On trouvera en document annexe de ce même article la reproduction intégrale de cet hebdomadaire dont la seule collection complète localisée à ce jour est conservée à la Bibliothèque de la Fundación Federico Joly Höhr (Cadix, Espagne).

61 Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, Badajoz, Olivenza, Campomayor, Badajoz, Imprenta Juan Patrón y Militar del Ejército de la Izquierda, 6 avril 1810-25 janvier 1811, 67 n° . Pour plus de détails voir : GIL NOVALES, Alberto, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia, op. cit., p. 153-154.

62 «  La Guerra no se hace solamente con los cañones y con las bayonetas. Muchas veces vale más la opinión, y es de mayor importancia la conducta que se observa con el enemigo, que la conservación de una plaza fuerte o una victoria que no sea decisiva  », in Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, En Badajoz, En la Imprenta de Juan Patrón, 24 avril 1810 (n°  6), p. 43.

63 El Robespierre Español, Amigo de las Leyes, Isla de León puis Cadix, 1811-1812, Imp. de Perriu puis de Antonio Murguía. On pourra consulter Alfredo Gónzález Hermoso, Le Robespierre español, Paris, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1991.

64 «  Demostración Político-Robespiérrica  », El Robespierre español…, no X, p. 158 : «  El pueblo soberano ha mandado a sus representantes establecer esta ley [la de imprenta], que es de derecho natural y divino. Sus representantes han obedecido a la imperiosa voz de la soberanía nacional, y no han podido menos de sancionar esta ley fecunda, benéfica, celestial.  »

65 En particulier : «  Elogio de la plebe española  », El Robespierre español…, n°  XXVII, p. 417-422 et dans «  Cuestión sexta. ¿Deberá prohibirse de España la grandeza hereditaria  » (noVI) : p. 34 : «  Solo la plebe levantó el furioso grito de libertad…solo la plebe, esa plebe, a quien los grandes en su fanático orgullo laman baja destrozó, a pesar de encontrarse entre ellas almas elevadas sin número, capaces de toda sublimidad del heroísmo. Sola la plebe aterró al tirano : los grandes le alentaron. Sola la plebe destrozó impávida las cadenas el dos de Mayo : los magnates despavoridos reputaban por empresa temeraria resistir al barbero opresor. Sola la plebe, sacudida instantáneamente por todas partes de un efluvio eléctrico, buscó armas, insultando a los franceses : los grandes permanecieron indecisos. Sola la plebe, arrebatada de un santo furor, arrancó victorias a los enemigos en la primer [sic] campaña : atónitos los grandes apenas se resolvían a creer lo que estaban viendo.   »

66 El Robespierre Español…, no XV, p. 236 : «  El voto general de los publicistas, literatos y sabios basta para expresar y representar la opinión pública ; así como bastan doscientos Diputados por ejemplo, para representar a toda una nación, compuesta de muchos millares de ciudadanos. Los escritores públicos de las tres clases mencionadas son ciudadanos particulares, que en los paseos, en las tertulias, en una palabra, en todos los puestos públicos, indagan imparcial y desinteresadamente la opinión del pueblo : son por decirlos así los escrutadores del voto general, y lo publican por el órgano de la prensa, ya depurado, ya purificado ; con lo cual se fija la verdadera opinión pública.  »

67 Beatriz Sánchez Hita, «  María del Carmen Silva, la Robespierre española : una heroína y periodista en la Guerra de la Independencia  », dans Irene Castells Oliván, M. Gloria Espigado Tocino, María Cruz Romeo Mateo (coord.), Madrid, Cátedra, 2009, p. 399-426.

68 El Robespierre Español…, noXV, p. 226.

69 Ibid., n°  XVII, p. 267.

70 «  Diálogo entre el Vulgo español y el redactor de la Gazeta  », Gazeta de Madrid bajo el gobierno de la Regencia de las Españas, Madrid, n°  17, 22 septiembre 1812, p. 170-172. Citation p. 170 : «  R. La gazeta sirve para dar al público las noticias útiles e interesantes, ya de paz ya de guerra ; ilustrar al pueblo y dirigir su opinión, manifestándole sus verdaderos intereses, y los pasos del Gobierno en todas sus operaciones ; pero debe vmd. saber, Señor Vulgo, que estos son los objetos de la gazeta de un gobierno justo y liberal ; pero los gobiernos inicuos y despóticos destinas las gazetas a deslumbrar, engañar y seducir al público  »

71 Ibid., p. 171 : «  R. Sí señor : la idea que vmd. tiene de sí mismo es exacta ; en la clase de vulgo entran todos aquellos que por su ignorancia no pueden entrar en la clase de personas instruidas ; y como la ignorancia y el idiotismo están esparcidos en todas las clases del estado, de aquí es que vmd. se compone de grandes y chicos, eclesiásticos y seculares, militares y paisanos, duques, condes, artesanos, empleados, esportilleros, y en fin, vmd. Es un compuesto en que entra toda clase de personas desde lo más alto hasta lo más bajo. También por vulgo se suele entender la clase más pobre de la nación ; pero vmd., de quien hablamos ahora, no es ese vulgo.  »

72 El Duende, 2 juillet 1811 (n°  2), p. 9 : «  En una monarquía moderada, además de los tres poderes : legislativo, ejecutivo y judicial, es indispensable que haya otro inherente al pueblo que sirva de freno a aquellos tres […] Es necesario que nos veamos libres de la arbitrariedad, que se afiance y asegure el poder de la censura entre nosotros. Que los ciudadanos ilustrados sepan que están en el caso de poder escribir cuanto convenga para dirigir la opinión pública.  »

73 «  Libertad de Imprenta  », El Imparcial, Cádiz, Imprenta de Figueroa, 1 octubre 1812 (n°  1), p. 1-3. Citation p. 1.

74 Archivo General Militar de Madrid : Colección documental del Fraile : vol. 121. Manifiesto del amigo de la verdad, a la nación española soberana en sus representantes, el amigo de la verdad Fr. Manuel de Santo Tomás, manifestando sencillamente y de buena fé, sus ideas político religiosas contra el editor, ó autor de la Aurora patriótica mallorquina, Palma, Imprenta de Brusi, 1812, 15 p. Citation p. 1 : «  El espíritu de Jesucristo me enseña a perdonar y ser cordero contra el que me infama ; pero a rugir como un león terrible y gritar contra el que ofende la religión y la moral, orden social y eclesiástico  ».

75 Felipe Rodríguez Morín, «  La Aurora Patriótica Mallorquina (1812-1813) y el clero regular. Dos maneras contrapuestas de entender el patriotismo, la religión y la política  », El Argonauta español [En línea], 11 | 2014, Publicado el 01 febrero 2014, consultado el 07 diciembre 2014. URL : http://argonauta.revues.org/2045 Voir § 17. Sur les rapports conflictuels de Traggia on pourra consulter outre les travaux déjà cités de son biographe : Valentí Valenciano López, La Mallorca de 1812 i el pare Traggia, Valencia, PUV, 2010.

76 Gérard Dufour, «  Clivages idéologiques et politiques  », dans «  Introduction  » à son édition de la Memoria histórica sobre cuál ha sido la opinión nacional de España acerca del tribunal de la Inquisición, Paris, PUF, 1977, p. 34-41.

77 Semanario patriótico, Madrid 15 septembre-1 décembre 1808, Séville 14 mai - 31 août 1809, Cadix 22 novembre 1810 - 19 mars 1812. Fondé en 1808 par Manuel José Quintana.

78 El Censor general, Cadix, 24 août-22 décembre 1811, 27 décembre 1811-2 juillet 1812, octobre 1812 - janvier 1813.

79 Semanario patriótico, 14 novembre 1811 (no 84), p.  391 : «  Lógica Censoria./ El tribunal de la inquisición fue abolido por Napoleón ;/Los periodistas tratan de que sea abolida ;/Ergo son espías de Napoleón.  »

80 Justo Pérez Pastor, Diccionario razonado manual…, op. cit., p. 29 : «  Escritores liberales. Son unos monstruos inmundos semejantes a las mujeres prostitutas de profesión que por no querer aplicarse al trabajo, ganan el sustento con su cuerpo viviendo de su infamia  ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabel Larriba, « De la voix de son maître aux voix du peuple », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 145-169.

Référence électronique

Elisabel Larriba, « De la voix de son maître aux voix du peuple », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/4827 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4827

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

TELEMME (Temps, Espaces, Langage, Europe Méridionale), UMR 7303, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals