Navigation – Plan du site
Les paroles et les actes

Pensée et discours politique dans le film No de Pablo Larraín

Pablo Berchenko
p. 399-417

Résumés

Le sujet de cette réflexion est l’utilisation de la télévision comme moyen d’expression du politique dans le film de fiction chilien intitulé No, réalisé en 2012 par Pablo Larraín. Le contexte historique est celui de la dictature du général Augusto Pinochet, à la tête du Chili depuis le coup d’État de 1973. Il est obligé, par la Constitution – qu’il a créée de toutes pièces – d’organiser un référendum sous la pression internationale et une opposition interne grandissante. Ce film traite essentiellement du combat entre les publicistes du gouvernement militaire et ceux de l’opposition dans la communication télévisée : l’enjeu est le contenu et la forme du discours télévisuel qui donnent sens à la campagne électorale. Le discours politique est examiné ici dans un support qui englobe le traitement de deux vecteurs de l’expression de la pensée politique actuelle : la télévision et le cinéma.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous suivons ici avec Dominique Chagnollaud la définition de «  politique  » que donne Max Weber : (...)

1Les formes de la pensée politique, leurs expressions discursives sur le pouvoir et les affaires publiques, sont anciennes, multiples et changeantes. Les actions et les supports, qui introduisent le discours politique les concernant, sont également différents selon leurs articulations avec les pratiques de chaque contexte historique 1. Le discours politique est envisagé ici à travers une double signification : celui qui met en avant le développement oratoire envers l’organisation et l’exercice du pouvoir d’État ; celui qui montre que le discours peut être perçu comme une pensée qui utilise nombre de mécanismes destinés à produire du sens à l’égard de la question publique.

  • 2 No, de Pablo Larraín avec Gael Garcia Bernal, Alfredo Castro, Antonia Zegers, Luis Gnecco. Scénario (...)

2Dans la première signification, le discours nous intéresse comme l’énoncé adressé aux personnes qui le reçoivent dans une assemblée ou à distance grâce à un moyen technique de diffusion. Notre réflexion se situe dans un contexte contemporain, et l’objet que nous nous proposons d’examiner est celui du discours politique dans un support audiovisuel. Il s’agit d’un film de fiction, chilien, dont le titre est No, réalisé en 2012 par Pablo Larraín 2. Le choix de ce support nous permet de considérer certaines formes discursives de l’expression moderne du politique, expression qui va au-delà du seul développement oratoire, c’est-à-dire, celle qui considère la parole, mais également les images, la musique, le bruitage et les textes à l’écran comme base du fonctionnement du discours cinématographique. Dans le cas du film No, le sujet – et l’enjeu de la narration –, sont l’utilisation de la télévision comme moyen d’expression du politique. Un tel support filmique englobe le traitement de deux vecteurs complexes de l’expression de la pensée politique actuelle, à savoir la télévision et le cinéma comme supports essentiels du discours sur la conquête et l’exercice du pouvoir d’État.

  • 3 Voulant, en 1980, réaffirmer son pouvoir, par l’institutionnalisation d’un régime autocratique – so (...)

3Dans la seconde signification, qui considère le discours comme producteur du sens, nous examinons la construction du message, contenu dans le moyen audiovisuel ancré dans les pratiques discursives du moment, lié aux événements, aux institutions politiques et aux enjeux de pouvoir, objet de leurs procédés. C’est pourquoi, pour comprendre cette fonction du discours, il faut considérer l’identité des locuteurs, les circonstances dans lesquelles se produisent les actes d’énonciations et la condition des récepteurs. Ainsi, les idées, les concepts, les conditions et la perspective donnent à cette œuvre réalisée au Chili en 2012 tout son sens. Ce film permet d’identifier un certain nombre d’acteurs du politique ainsi que leurs discours (qui dans notre cas seront les créateurs du film). Le sens d’un tel discours s’incarne aussi dans la représentation des circonstances historiques évoquées, la construction des personnages et leurs péripéties. Ces derniers sont les opposants et les partisans d’une dictature latino-américaine dans la dernière phase de la Guerre Froide. Le contexte historique de notre sujet est celui du Chili ; ce contexte correspond à la dictature du général Augusto Pinochet, à la tête du pays depuis le coup d’État de 1973. En 1988, Pinochet est contraint par la Constitution de 1980 – qu’il a créée de toutes pièces 3 – d’organiser un référendum. Mais cette fois-ci, la consultation est faite sous une pression et une vigilance internationale vigoureuses, et une opposition interne au régime grandissant. Si la dictature gagne, Pinochet pourrait légitimer électoralement son pouvoir et le prolonger de presque dix ans, jusqu’en 1997. Pour le régime, le plébiscite doit avoir l’apparence d’une consultation populaire, libre et transparente. C’est la raison pour laquelle une coalition, de divers partis d’opposition à la dictature obtient pour la première fois en quinze ans, un espace d’expression à la télévision. Il s’agit d’un espace de 15 minutes, tard dans la nuit – à 22 heures 30 –, seulement pendant 27 jours. À travers cette petite fenêtre audiovisuelle cette coalition mènera alors une éloquente campagne et obtiendra finalement 54,7  % de suffrages. Cette consultation, sujet de fiction que nous nous proposons d’examiner, a été réalisée vingt ans après la chute du gouvernement militaire. C’est donc l’histoire d’un vocabulaire, d’un rapport de forces qui s’inverse, ainsi que d’un pouvoir déjà partiellement détourné.

Les personnages de cette narration filmique

4Cette œuvre cinématographique se focalise sur l’histoire des hommes et des femmes de l’équipe qui conçoit et réalise la campagne du «  Non  » à Pinochet, afin de l’empêcher de prolonger sa dictature. Prolongation qui serait légitimée précisément par une participation limitée et contrôlée des opposants. La présence des observateurs étrangers exige, en effet, que la consultation puisse avoir, au moins, l’aspect d’une campagne équilibrée. L’histoire de ce groupe d’opposants se constitue petit à petit dans une lutte remplie d’angoisse et de dangers. L’équipe est formée par les membres des partis politiques de gauche, du centre, du centre-gauche et des sociaux-chrétiens, ainsi que de sociologues, artistes, psychologues et publicistes d’horizons différents, tous engagés politiquement contre le régime. Parmi ces derniers se trouve René Saavedra – joué par Gael García Bernal – héros du film, personnage entièrement inventé par les scénaristes. L’angoisse et la peur imprègnent les actions et la vie de cette équipe créant ainsi la tension narrative du film. D’autre part, le film recrée le groupe du «  Oui  », dirigé par le ministre de l’Intérieur. Cette équipe-là est constituée d’officiers de l’Armée, de spécialistes en communication, de propriétaires d’entreprises de publicité ainsi que d’un conseiller en communication argentin. Parmi eux se trouve Luis Guzmán – joué par Alfredo Castro – partisan convaincu du régime militaire, propriétaire d’une entreprise de publicité commerciale et patron de René Saavedra, protagoniste du film.

5Ce film traite essentiellement du combat entre les publicistes du gouvernement militaire et ceux de l’opposition dans la communication télévisée, car l’enjeu est le contenu et la forme du discours télévisuel donnant sens à la campagne électorale. Dans cette bataille médiatique les partisans du «  Oui  » et du «  Non  » ont le même temps d’antenne le soir, quinze minutes chacun. Cependant, le combat que ces spécialistes en communication mènent se réalise dans des conditions très inégales. Les opposants luttent contre des publicistes officiels appuyés par tous les moyens de communication du pays (radios, presse, télévision) contrôlés strictement par l’État militaire depuis quinze ans. Les dissidents, par ailleurs, sont aussi victimes de la terreur pratiquée par les agents de l’appareil répressif. Ces derniers exercent sur l’équipe de campagne du «  Non  » des pressions telles que censure, surveillance rapprochée, intimidation, menace contre les familles et chantage sur les emplois, et ce pendant toute la durée de la campagne électorale. En parallèle, l’appareil répressif s’accorde le droit de pratiquer des violences physiques comme le tabassage, la prison et la destruction de leurs biens. Cette violence peut être considérée aussi comme une forme d’action et de communication politique.

  • 4 Le film est une adaptation d’un texte écrit à l’origine par Antonio Skarmeta pour le théâtre dont l (...)

6Le protagoniste du film 4, jeune conseilleur en communication impose sa présence et son point de vue à l’équipe de publicistes qui conduit la campagne du «  Non  ». Ce personnage, René Saavedra, fils d’exilé politique chilien ayant vécu au Mexique, est expert en communication commerciale, spin doctor selon l’expression anglaise. Il prescrit des méthodes innovantes et, en particulier, le croisement entre la communication publicitaire et la rhétorique traditionnelle de la communication politique. Ainsi, au sein de l’équipe de démocrates, le film est centré sur un double affrontement, entre Saavedra et les publicistes du régime militaire d’une part, et entre Saavedra spécialiste du story telling commercial et les représentants des partis et mouvements politiques du «  Non  ». La campagne est donc proposée par cette fiction, principalement du point de vue des communicants qui s’affrontent dans cette conjoncture historique. En conséquence, ce sont eux, experts en publicité et en communication, les acteurs véritables de ce récit cinématographique.

Les mots, les images et les sons du politique

7Proposée de cette façon, l’intrigue se fonde sur l’enjeu de différents points de vue concernant les formes d’expression politique et leurs langages, ainsi que l’articulation entre idées et pratiques sociopolitiques pendant cette période sombre. Comment s’articulent alors les discours politiques dans les dialogues, la musique et les images selon la proposition de Larraín ? Ils s’énoncent à partir de deux représentations : celle de l’image cinématographique qui est le support de l’histoire de personnages réels et de fiction, et celle de l’image télévisée de quelques véridiques émissions publicitaires de la campagne électorale de 1988. La narration cinématographique se déroule principalement dans des séquences montrant la vie des personnages dans leurs lieux de travail, dans leurs maisons ou dans les rues de Santiago. Les séquences réunissant les membres de chaque frange discutant sur les options stratégiques de la programmation télévisée expriment dès lors les enjeux de la communication politique et la progression de la trame. Les images de la télévision insérées dans le film sont celles de programmes et émissions publicitaires proposés par chaque équipe lors de la campagne électorale, ayant recours aussi à la reconstitution d’images d’archives. Or, à la télévision, la parole prend la forme du développement oratoire, du commentaire, de l’interview, du dialogue ou de l’exhortation. Elle s’adresse souvent au téléspectateur directement ou en voix off, ainsi qu’à travers les bandes écrites sur les images. On ajoute également chiffres et précisions. À la télévision, l’environnement sonore est essentiel pour la création de l’impact émotionnel recherché. Ainsi, la musique peut avoir une fonction singulière, à savoir assumer le rôle d’un événement symbolique dans la
vie politique grâce à l’emploi dun leitmotiv.

  • 5 Dominique Maingueneau, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil, coll. «  Memo  », no(...)

8Le contexte historique qui explique et donne du sens aux mots et autres moyens de l’expression du politique de l’époque que nous examinons correspond à celui de la Guerre Froide qui s’achève. Très tôt, dès 1947, les États-Unis ont fait en sorte que le Chili (et l’ensemble du sous-continent) intègre le conflit mondial par le truchement d’une combinaison de persuasions, d’alliances et de violences. La communication dans ce contexte devient alors un système global d’expression de la pensée politique. La dictature de Pinochet et la résistance qu’on lui oppose sont le résultat de cette évolution historique. C’est pourquoi les mots et les images du politique qui sont à la base du fonctionnement des discours que nous analysons sont d’une remarquable stabilité depuis l’irruption – à partir de la seconde moitié des années quarante – de deux blocs hégémoniques : celui de Washington et celui de Moscou. Il s’agit de positionnements idéologiques marqués, véritables formations discursives, chacune étant un ensemble d’énoncés qui se rapportent à un même système de règles historiquement déterminées, où chacune est pensée comme un espace autonome que l’on met en relation contrastive avec une autre 5. Dès lors, le discours prend la forme d’un affrontement idéologique entre le «  monde capitaliste  » et le «  camp socialiste  », entre «  capitalisme  » et «  communisme  ». Il s’agit donc d’une bataille sémantique au niveau international qui s’adapte, dans notre cas, à la conjoncture chilienne.

  • 6 Rafael Pedemonte, «  La «  guerre froide culturelle  » en Amérique latine. Les «  espaces d’amitié  (...)

9C’est pourquoi l’intrigue du film se construit sur la nette et radicale différence des points de vue de chaque frange. Selon Rafael Pedemonte, la Guerre Froide est un conflit caractérisé par l’opposition constante entre deux visions du monde incompatibles qui cherchaient à démontrer l’applicabilité universelle de leur modèle politique. Dans ce sens, la notion de «  victoire  » n’était guère associée à l’obtention de gains matériels ou aux annexions territoriales, mais plutôt à la capacité de chaque puissance de propager ses influences dans les différents pays du monde 6. Cette opposition des points de vue et de langages politiques est proposée en séquences cinématographiques qui se suivent comme une succession de scènes qui dialoguent entre elles, présentant chacune leurs locuteurs et leurs lieux d’élocution. Le ministère de l’Intérieur pour les partisans du «  Oui  » et les maisons où vivent et se rassemblent les démocrates promouvant le «  Non  ». Ces séquences sont liées par le même temps narratif qui va du 5 septembre au 5 octobre 1988. Elles sont découpées en plans dans lesquels chaque personnage expose sa conception du monde et la stratégie discursive qu’il prône. Ce dialogue contradictoire est répercuté chaque soir à travers le petit écran.

La campagne du «  Oui  »

  • 7 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986.

10Dans le film, Pinochet est vu par ses partisans comme étant le «  sauveur du Chili  » face au «  péril communiste  ». Cette figure fait partie des mythes politiques selon le concept de Raoul Girardet 7. Il est à l’image du vieil homme qui après avoir rendu service à la nation lors du coup d’État de 1973 est rappelé face au «  danger communiste  » qui revient. Il exprime un légitime désir de permanence à la tête de l’État face à un danger ancré dans le présent immédiat, c’est un «  révélateur idéologique  » : le héros mythique se trouve chargé d’un certain nombre de valeurs telles que l’ordre, la protection, la modernité, la richesse. Le «  sauveur  » est conforme aux «  modèles d’autorité  » du pays, il est «  l’homme providentiel  » ; Pinochet est de la sorte le plus haut gradé dans la hiérarchie des forces armées du pays et il a l’autorité morale d’un professeur de l’École militaire.

11Le langage politique de ce groupe est profondément marqué par la Guerre Froide. Il a recours aux effets réducteurs des réalités représentées. Il est nourri par les amalgames, les stéréotypes et les anachronismes. On fait, par exemple, un amalgame quand le personnage de Luis Guzmán, le propriétaire de l’entreprise de publicité qui dirige la campagne du «  Oui  », considère que tout opposant au gouvernement de Pinochet est un «  communiste  ». Ignorant ainsi le caractère hétérogène des différents partis et mouvements qui composent l’opposition. Parmi ceux-ci se trouvent des militants sociaux-démocrates, des sociaux-chrétiens, des radicaux, des écologistes, des féministes, etc. Il refuse l’idée que les communistes ne participent pas, ni en action ni financièrement, à la campagne du «  Non  ». On utilise également un stéréotype quand, dans les mots du personnage du ministre de l’Intérieur, le militantisme communiste est assimilé à l’homosexualité. Le stéréotype est ici expression d’une forme d’abaissement de l’opposant qui est considéré comme un ennemi dégradé par un politicien conservateur, machiste et rangé dans la ligne des valeurs des «  démocraties occidentales  ».

12Le système de représentation discursive fonctionne, en conséquence, suivant des articulations binaires d’expressions négatives et positives utilisées dans les développements oratoires de ce groupe. Dans la première séquence de la réunion au ministère de l’Intérieur, l’expert en communication argentin expose le fondement de son projet pour les émissions à la télévision de la campagne du «  Oui  ». Son discours, et celui de ceux qui participent à la réunion, s’articule sur une pensée qui se structure par couples antagonistes. On affirme :

«  Les gens savent parfaitement qu’avec le socialisme c’est la misère ». Énonciation qui prend le terme de « gens » comme une totalité homogène.Sans considérer que dans ce système dit «  socialiste  », il y a des groupes qui atteignent la consommation de biens qui lui étaient inaccessibles ailleurs ; il y en a d’autres qui voient en effet diminuer leur niveau de consommation.

On valorise le modèle économique ultralibéral. Le conseiller argentin dit : [Chiliens] «  …vous avez un système dans lequel n’importe qui peut devenir riche…  »

On constate que : «  les upelientos continuent à protester  ». Les anciens militants de l’Unité Populaire sont désignés péjorativement au moyen d’initiales U.P. unies au suffixe dérivé en iento. En langue espagnole ce suffixe introduit une nuance péjorative abaissant avec dédain leurs conditions et leurs prises de position.

Le général qui est à la tête de l’État est considéré comme digne et estimable. On dit que : «  Le général est respecté partout en Amérique latine…  ». On met en valeur : «  Le sourire, les yeux bleus du général… Le général sera habillé [dans l’image des spots télévisuels] «  en civil, avec une perle à la cravate…  »

L’alliance de 17 partis et mouvements d’opposition est vue comme un ensemble chaotique d’ambitions égoïstes. On avance qu’ils : «  vont se battre [entre eux] comme chiens et chats  ».

La hiérarchie, le devoir d’obéissance des militaires sont rigoureusement respectés. Quand on propose de présenter Pinochet sans uniforme dans les clips publicitaires, l’officier représentant de l’Armée chilienne dit avec inquiétude, qu’avant de prendre une telle décision : «  Il faut parler avec lui [Pinochet]…  »

On considère «  normal  » que l’opposition soit privée de moyens d’expression de masses. Le spécialiste en communication argentin dit : « Vous [le gouvernement] contrôlez les radios, les journaux, la télévision…  »

Dans des telles conditions on est sûr que le résultat du plébiscite sera favorable au général. Le plébiscite est considéré comme une pure gesticulation politicienne : «  On ne peut pas perdre…  »

La pauvreté aux temps du Chili démocratique est rappelée sans précision de temps ni de circonstances : «  Il faut faire peur aux gens avec le passé, avec la pauvreté de l’époque…  » La peur devient ainsi un argument, un moyen de manipulation, de coercition qui a été évoqué tout au long de quinze années de la dictature comme un danger, une menace venue d’antan.

La richesse possible de quelques-uns est valorisée comme positive : « … tous parient pour être ce n’importe qui [] qui peut devenir riche… ». Négligeant le fait que 40  % de la population vit sous le seuil de pauvreté.

La rareté des produits de consommation lors du blocus que les États-Unis ont exercé contre Chili dans le passé est rappelée par une image forte : «  Les longues files d’attente interminables pour acheter du pain dans le passé…  »

Par contre l’appropriation, la répartition désordonnée et corrompue de la richesse est possible aujourd’hui : «  La seule chose qui intéresse les gens c’est la répartition (la repartija).

13Ainsi s’insèrent dans les discours les représentations qui se construisent en fonction des évocations réductrices du passé et des projections imaginaires d’un futur conçu comme prédéterminé. Sous la dictature, le discours anticommuniste est un instrument de pouvoir politique et un enjeu de cohésion sociale des secteurs lésés par les changements du réformisme social-chrétien et socialiste dans les années qui précèdent la dictature de Pinochet. Le monde se divise ainsi en Ordre et Désordre, Liberté et Totalitarisme, Richesse et Pauvreté. Dans ces conditions l’équipe du «  Oui  » est convaincue de gagner la consultation électorale. «  On ne peut pas perdre  », conclut avec le ministre l’expert argentin en communication.

La campagne du «  Non  »

  • 8 Dominique Maingueneau, op. cit., p. 41-42.
  • 9 Le Rapport Rettig, de février 1991, rend compte des violations de Droits de l’Homme conduisant à la (...)

14Ce système de représentation binaire fonctionne également dans la conception des groupes d’opposition en suivant des articulations des mots et des images négatives et positives, des couples antagonistes. Il s’agit ici également d’une formation discursive selon la conception de Dominique Maingueneau 8. La première réunion de la frange du «  Non  » est ainsi l’objet d’une longue séquence filmique. Elle commence par l’exhibition aux représentants des partis politiques d’opposition d’un spot télévisuel dévoilant les images – jusque-là interdites au petit écran – de la répression durant les quinze années de la dictature avec textes et chiffres à l’appui. Les images du spot proposé sont celles de l’assaut au palais présidentiel en flammes, de militaires en train de brûler des livres, de cadavres de civils dans les rues. Les images sont complétées par la révélation des chiffres : «  34 690 torturés, 200 000 exilés  ». Suivent les photographies de Pinochet avec uniforme et cape passant en revue les troupes. Le général apparaît dans l’édifice du gouvernement, les yeux cachés par des lunettes noires, avec une moue méprisante. Et encore des chiffres qui viennent s’ajouter aux images : «  2 110 exécutés, 129 disparus  » 9. Chaque séquence du spot est fermée par la négation «  Non  » en majuscules. Le terrorisme d’État présent dans la peur quotidienne d’une grande partie de la population devient un argument et un moyen de pression électorale jusque-là jamais vu dans la télévision. On espère que le recours à ces images et à ces chiffres sera convaincant non pas par ce qu’ils argumentent ou démontrent mais par ce que la menace crée un sentiment de commisération, d’horreur et de refus d’un tel régime.

15Mais c’est alors que dans cette réunion se posent les questions de fond sur le sens de cette consultation électorale. Elles reflètent une pensée propre de la Guerre Froide selon laquelle dans les pays périphériques du bloc Occidental abondent les dictatures de facto qui se donnent une façade démocratique au moyen d’élections truquées, d’intimidations ou de manipulations. Ainsi, quelques-uns prévoient que ce plébiscite est déjà perdu : du moment que la droite, qui a tout le pouvoir, l’a convoqué, il faut donc s’abstenir. D’autres considèrent que la consultation sera une fraude, comme en 1980, lors de l’approbation de la Constitution créée frauduleusement par et pour le régime militaire. Il y a encore ceux qui estiment qu’il faut profiter de l’occasion pour «  ouvrir les yeux des gens  », pour la création d’une conscience occupant les espaces que la dictature a été obligée d’ouvrir et, donc, de toute façon perdre. D’autres jugent qu’il ne faut pas participer à la consultation parce que d’une façon ou d’une autre la dictature va continuer «  à nous détruire avec son “miracle économique” avec 40  % de la population vivant sous le seuil de pauvreté  ». Finalement, il y a ceux qui disent qu’il faut accepter le défi et qu’on peut gagner. Mais l’un des participants – clairement différencié des autres par son aspect physique : teint olivâtre, cheveux noirs et huileux, sa façon démodée de s’habiller et la grossièreté de son langage –, se lève et dit : «  nous voulons une victoire différente, nous voulons changer la société  ». Il évoque ainsi, à mots couverts, la montée des protestations de la population contre le gouvernement et l’insurrection armée que le Parti communiste mène contre la dictature.

16Dans cette équipe, tous sont pour ainsi dire enfermés, plus ou moins, dans une logique manichéenne qui se construit en fonction des projections imaginaires d’un futur conçu comme sans issue électorale à la dictature. Un psychologue de cette équipe avait déjà relevé que dans cette population chilienne complètement réprimée existait un sentiment de «  désespoir appris, intériorisé  » ; ce sentiment se reflète dans la pensée politique des partis et mouvements d’opposition évoquée dans le film. Concernant le spot proposé lors de cette réunion, René Saavedra dit : «  Ceci ne vend pas  ». Et il pose la question : «  Je voudrais savoir si quelqu’un ici croit qu’avec cette campagne on peut gagner le plébiscite ?  » Et il propose de «  faire quelque chose de plus léger, plus sympathique…  ». La réponse jaillit de la bouche d’une femme : «  Vous pensez que ce qui se passe ici est sympathique ?  » Tout l’enjeu de l’histoire se trouve là… Quels sont les mots, quelles sont les images pour la télévision, qui peuvent permettre de gagner une telle consultation électorale ?

  • 10 Joseph Campbell, Les héros sont éternels, Paris, Robert Laffont, 1978, p. 30. L’aventure mythologiq (...)

17René Saavedra c’est le héros créé par les scénaristes Pablo Larraín et Pedro Peirano dans la construction de la fiction cinématographique ; il est le «  sauveur  » qui chassera le dictateur du gouvernement. Il est la contre-image de Pinochet. Il est jeune et solitaire. Il est performant dans l’exercice d’une profession moderne, se déplace en skateboard. C’est lui qui conçoit la publicité pour des produits de consommation nouveaux tels que les boissons gazeuses ou les microondes. Suivant la théorie de J. Campbell, ce personnage a accompli les trois étapes des rites de passage qui construisent l’image du héros mythique : séparation, initiation et retour. Il a vécu en exil, éloigné de sa communauté d’origine, il a acquis ailleurs un savoir dans les techniques modernes de communication et revient de l’étranger pour apporter aux siens une connaissance qui les libérera du mal 10. Il est donc le héros de cette narration. Mais c’est un héros qui a une faiblesse : séparé de sa femme, celle-ci est partisane de manifestations de masse, elle est disposée à s’exposer et souffrir directement la violence de la dictature. Hostile d’abord au travail de son mari elle sera finalement convaincue de la justesse des propositions de l’expert en communication transformé en héros démocratique.

  • 11 Stéphanie Amigues, «  No de Pablo Larraín  » in Grand écart en balade, 19, mai 2012.

18Lors de la réunion suivante de l’équipe du «  Non  », Saavedra suggère l’utilisation «  d’un langage publicitaire, universel, de masses, optimiste, mais en construisant derrière un concept politique  ». Il offre une campagne publicitaire qui sera une «  véritable ode à la joie 11  », qui ne dénoncera pas les crimes du régime mais qui placera le discours dans une autre dimension liée aux imaginaires dans un «  effet d’anticipation, c’est-à-dire des représentations se construisant en fonction des projections imaginaires d’un futur meilleur conçu comme possible à partir d’un présent sinistre et oppressif. Il propose ainsi des spots publicitaires qui «  vendent  » une vie meilleure au rythme d’un jingle qui dit «  La joie arrive enfin  ». Celle-ci est une mélodie courte et accrocheuse qui est associée au slogan «  La alegría ya viene  ». Celui-ci est accompagné par un logo représentant un arc en ciel, le mot «  Non  » suivi par des images de gens heureux, de familles contentes, de danseuses jeunes et belles, de paysages magnifiques et beaucoup d’humour.

  • 12 Entre le 29 et 30 mars 1985 les militants communistes Santiago Nattino (juriste), José Manuel Parad (...)
  • 13 Philippe Breton, L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte, coll. «  Repères. Cul (...)

19C’est cette campagne qui est dénoncée par le partisan des protestations de masses et de la lutte armée contre la dictature. Il dit qu’il ne faut pas oublier que : «  nous participons à une campagne organisée par la dictature  ». Et ajoute «  nous avons vécu la dictature dans notre chair. J’ai un frère disparu. Mes meilleurs amis ont été égorgés 12 […]. Et celle-là est une campagne du silence […]. C’est une campagne qui couvrira avec un manteau de silence ce qui s’est passé […]. Je ne serais pas complice de quelque chose dont l’Histoire va vous demander des comptes  ». Et il quitte la réunion outré. Les enjeux de la pensée, des actions et des discours politiques sont ainsi proposés parce que l’alternative est là. Comment chasser le tyran du pouvoir ? Par l’acte de convaincre qui se présente comme une alternative possible à l’usage de la violence physique ? Convaincre apparaît pour Saavedra comme un élément essentiel de l’espoir de pacification des mœurs qu’implique la démocratie. Par contre, pour le militant communiste l’acte de convaincre masque, sous le fait d’argumenter, celui de manipuler 13. Finalement, la campagne se déclinera autour de trois éléments : le logo en forme d’arc-en-ciel, un hymne «  jingle » et la joie comme mot d’ordre.

Une volonté réaliste

  • 14 Ibid., p. 59 et suivantes.
  • 15 Cf. Rafael Pedemonte, op. cit.

20Cette volonté vériste est présente dès le début de cette œuvre cinématographique. En introduction, le film s’ouvre avec l’image de quatre textes explicatifs qui replacent les événements dans leur chronologie et dans leur contexte. «  à l’écran se succèdent les images des “pages” qui passent avec le son que fait le papier qui tourne. Les quatre pages qui se succèdent rappellent les données historiques minimales de la narration : le coup d’État en 1973, la pression internationale sur le gouvernement militaire, l’appel au plébiscite de 1988 et les conditions dans lesquelles il se déroulera.  » Larraín fait également usage des vrais spots politiques produits en 1988 lors de la campagne à la télévision. Ses spots sont perçus aux côtés des images qui ont été recréées en 2012 pour enrichir la narration des événements. Les images d’archives sont utilisées par le réalisateur pour souligner la véracité de la narration filmique. Ainsi, dans les spots de l’équipe du «  oui  » on peut voir Pinochet sur des photos de famille quand il était bébé. Il est montré entouré d’enfants qui chantent, et en grand uniforme passant en revue les troupes. On le voit saluant la foule, dévoilant de la sorte l’effort fait par l’équipe de communication pro-régime pour humaniser le personnage du dictateur. Le Pape Jean-Paul II est aussi vu au Chili rencontrant le dictateur lors de son passage dans le pays en 1987. On nous montre Henry Kissinger et Jimmy Carter saluant chaleureusement le tyran. Le célèbre prédicateur évangéliste américain Jimmy Swaggart est aussi exhibé appuyant le régime. On voit aussi Pinochet embrassant la chilienne élue «  Miss Univers  » en 1987, dans le concours organisé par Donald Trump et la chaîne de télévision américaine NBC. On est dans une sorte de discours politique de type Guerre Froide, fondé sur le critère d’autorité de l’«  Occident chrétien  » (le Président des États-Unis, son secrétaire d’État, le Pape Jean-Paul II, l’évangélisateur Américain, la beauté féminine reconnue en Amérique du Nord, etc.). Les images sont utilisées par la rhétorique de la citation de personnes prestigieuses. La position représentée ou exprimée par chaque personnalité est acceptable pour le téléspectateur «  parce qu’une autorité la soutient et que cette autorité elle-même en est une  » pour le récepteur du message 14, chaque cas représentant de véritables «  paradigmes idéologiques  » 15. Dans un souci de réalisme, des acteurs professionnels sont également mêlés aux vrais acteurs politiques de l’époque ; par exemple : le ministre de l’Intérieur du régime militaire – l’acteur professionnel Jaime Vadell dans le film – et le conseiller en communication argentin – qui a réellement participé à la campagne publicitaire du «  Oui  » – sont des rôles joués par des comédiens.

  • 16 Patricio Aylwin fut sénateur jusqu’à la dissolution de l’Assemblée lors du coup d’État de septembre (...)
  • 17 Philippe Breton, op. cit., p. 10.

21De l’autre côté, l’équipe du «  Non  » fait paraître dans une même séquence l’ancien sénateur démocrate-chrétien Patricio Aylwin 16 dans un spot de l’année 1988 et son image tel qu’il est en 2012. On retrouve aussi le journaliste Patricio Bañados qui fut présentateur de télévision jusqu’en 1973. Il a alors été licencié et privé d’antenne durant quinze ans. On le voit vieilli dans le film, mais à nouveau sur le petit écran parlant au nom des démocrates. Il est le visage télévisuel de la campagne du «  Non  ». Pour démontrer que la campagne du «  Non  » a aussi un appui international, l’équipe montre des spots avec quelques acteurs de Hollywood tels que Christopher Reeves, Jane Fonda ou Richard Dreyfus appuyant la campagne du «  Non  ». Les messages des stars deviennent ainsi un argument séducteur dans le langage politique. Le recours ici «  n’est pas tant convaincant par ce qu’il argumenterait ou démontrerait que par la présence agréable d’artistes connus qui crée un sentiment d’évidence  » 17 et d’identification. Les représentants des partis politiques d’opposition sont également joués par des acteurs professionnels. L’acteur Luis Gnecco joue le rôle du socialiste Ricardo Lagos. Mais également, récupérées dans les archives, des images réelles – très dures – montrent l’extrême violence de la répression sous la dictature, comme celles où un groupe de carabiniers s’acharne sur un manifestant opposé au régime, le traînant par terre et le frappant brutalement à la tête. Cette image, dans la même séquence, est répétée au ralenti avec une voix off qui explique les enjeux humains de ces agressions subies par les uns et pratiquées par les autres. Certaines images de manifestations de masses ont, en revanche, été entièrement reconstruites pour les besoins de la narration, comme celles de l’euphorie de la fin du plébiscite qui veut signifier la fin de la dictature. Enfin, dans le même souci de réalisme, Larraín tourne son film au moyen d’une caméra de l’époque, afin de rendre la qualité que les images avaient dans les années 1980, certainement dans une volonté de retrouver le grain de la photographie de cette période.

Une représentation segmentée des événements

  • 18 Alain Garrigou, «  Omniprésents, les ‘spin doctors’ infligent un coût moral à la démocratie  » in L (...)

22Malgré cette volonté réaliste, ce film, qui installe le thème du discours politique au centre du récit, pose un certain nombre de questions concernant la représentation de ces événements marquants des années 1980 au Chili et donc du sens du discours cinématographique lui-même. Ce long métrage pose problème parce que la figure «  du conseiller en communication devient l’acteur principal de l’éviction du général Pinochet  » 18. C’est donc le langage, l’expression du politique qui devient le moteur de la révocation du dictateur, l’action politique des partis et des mouvements d’opposition servant seulement de toile de fond. Travaillé de cette façon, s’opère indubitablement un déplacement du sujet essentiel vers un thème secondaire : l’enjeu de la communication à la télévision (le sujet essentiel étant, bien évidemment, la dépossession de Pinochet grâce aux conditions politiques créées par les partis et les mouvements d’opposition). Ainsi, le film montre le conflit entre communicants et non communicants de l’action politique et, surtout, le renversement du gouvernement de Pinochet.

  • 19 Selon cette doctrine, les États-Unis soutiennent en Amérique latine tous les gouvernements anticomm (...)

23Le plébiscite de 1980 s’est déroulé de façon aberrante et, en toute logique, la Constitution avait, aux yeux de l’opposition, un évident caractère illégitime. Il est à noter que, dès le début de cette décennie, la crise économique devient progressivement la crise du régime : l’effondrement de l’emploi, la faillite de la banque et des entreprises, la chute du signe monétaire et la faim déchaînent les protestas massives et les «  concerts de casseroles vides  ». Là-dessus, se greffe la lutte armée des dissidents, d’une telle proportion et d’une efficacité si redoutable que les États-Unis se voient obligés de lâcher Pinochet. C’est l’abandon par Ronald Reagan de la doctrine Kirkpatrik 19. Pour éviter l’affrontement insurrectionnel, la négociation politique et la réalisation d’une sortie électorale de la dictature – sous contrôle de l’armée – devient un impératif politique. Le personnage de René Saavedra représente cette option politique. La séquence de la discussion entre Saavedra et son patron où ce dernier affirme que la campagne du «  Non  » est appuyée par les gringos et la CIA, l’exprime clairement.

24En effet, dès le 14 septembre 1983, le Front Patriotique Manuel Rodríguez (F.P.M.R.), bras armé du parti communiste, fait son entrée dans les rangs du mouvement de révolte avec un attentat contre le réseau électrique qui plonge une grande partie du pays dans le noir. Le 27 mars 1984, une nouvelle protesta nationale occasionne des centaines d’arrestations, des dizaines de blessés et six morts. Les 4 et 5 septembre 1984, des protestas nationales d’une ampleur jusque-là jamais vue laissent 150 blessés, 10 morts et 100 arrestations. Le 16 octobre 1984, le F.P.M.R. provoque encore la commotion laissant toute la zone centrale du pays plongée dans l’obscurité. Le 6 août 1986 les agents du gouvernement découvrent un stock de plusieurs tonnes d’armes à Carrizal Bajo, au Nord du pays, provenant du Vietnam, des pays de l’Est et de Cuba destinées au F.P.M.R. Enfin, le 27 septembre 1986, Pinochet échappe de justesse à un attentat réalisé par le F.P.M.R. sur la route du Cajón del Maipo, tuant cinq membres de son escorte.

25Constatant alors l’usure du pouvoir de la dictature chilienne, la corruption du régime, l’émergence de la guérilla du F.P.M.R. et les manifestations de masse contre Pinochet, Reagan presse le gouvernement chilien et l’opposition modérée à établir un dialogue pour un retour à une démocratie limitée et docile aux intérêts nord-américains. Pinochet est devenu un boulet pour la politique et pour les intérêts de Washington dans la région. En 1985, Reagan change décidément de politique au Cône Sud. Après avoir misé pendant des décennies en Amérique latine, avec la «  doctrine Kirkpatrik  », sur la déstabilisation des régimes démocratiques, sur les dictatures militaires, sur les assassinats d’opposants politiques et d’avoir sous-estimé les forces démocratiques, il limoge au Chili l’ambassadeur James Theberge qui a des sympathies pour Pinochet. Il le remplace par Harry Barnes, tandis qu’Elliot Adams est nommé à la tête des Affaires Interaméricains. Ce dernier est un ancien assistant du Secrétariat d’État aux affaires de Droits de l’Homme.

26C’est pourquoi, même si la mobilisation sociale marque le pas, même si l’introduction d’armes de Carrizal Bajo est neutralisée et même si le magnicide du F.P.M.R. est frustré, la continuité d’un régime autocratique apparaît comme impossible. Une disjonction, entre deux idées fortes, est posée donc aux citoyens du pays : la sortie du régime soit par la voie insurrectionnelle, soit par la voie électorale. Malgré leurs échecs, les militants les plus radicaux de cette lutte armée démontrent que la capacité des militaires à endiguer leurs actions a des lacunes profondes. Les plus modérés sont obligés de négocier – selon le cadre de la Constitution de 1980 – avec une fraction de ceux qui ont soutenu un pouvoir dictatorial sans partage. D’un autre côté, les partisans de la continuité de la dictature sont contraints de négocier avec ceux qui dénoncèrent le régime comme illégitime. Enfin, le Parti communiste avait déjà suspendu en 1987 l’appui logistique au F.P.M.R., prônant l’abandon de la ligne d’action guerrière. C’est pourquoi, le F.P.M.R.-Autonome, dans le nouveau contexte que l’on voit se profiler, perçoit la transition pactée comme une confiscation de leur lutte. Ainsi, contrairement à ce qui est dit par le protagoniste, René Saavedra, dans le film, le Parti communiste participe activement à la campagne du «  Non  ».

27Si dans le film on suggère que le contexte international exerce une forte pression sur Pinochet et que le plébiscite respecte un semblant démocratique, en vérité, ces aspects sont minimisés. La lutte armée contre la dictature, qui reçoit par ailleurs un appui extérieur des pays socialistes, est un facteur fondamental et déterminant de cette pression extérieure et elle est totalement absente du film réalisé par Larraín.

Les locuteurs, d’où parlent-t-ils ?

  • 20 Pablo Larraín est le co-fondateur de Fabula, société qui se dédie à la production de cinéma, télévi (...)
  • 21 Isabelle Regnier, «  Tony Manero : un sordide sosie de Travolta dans le Chili de la dictature  »
    in (...)

28Pablo Larraín est un réalisateur ouvertement politique. Lui-même a une position sociopolitique bien déterminée. Faut-il rappeler que notre réalisateur et son frère, Juan de Dios Larraín 20, producteur du film No, viennent d’un milieu qui a collaboré avec la dictature. Leur père, Hernán Larraín, est un sénateur représentant du parti de la droite «  pinochetiste  », l’Union démocratique indépendante (UDI), et plus récemment leur mère, Magdalena Matte, fut ministre du Logement du gouvernement de droite de Sebastián Piñera. Les deux frères sont nés après le coup d’État militaire. Formés dans d’élitistes institutions privées, ils ont une confortable position socio-économique, ce qui n’empêche pas leurs regards sur les événements relatifs au coup d’État de septembre 1973 et la dictature qui s’ensuivit et de prendre une distance critique envers lesdits événements. Néanmoins, leur point de vue est aussi celui d’une certaine droite chilienne qui veut faire amende honorable de sa collaboration dans le coup d’État et la dictature. Les frères Larraín peuvent donc poser un regard contempteur sur les faits qu’ils traitent et aller au-delà de la simple constatation des crimes commis. Leur cinéma est lui-même une forme du langage politique. Cela est manifeste dans le cas que nous examinons, parce que le film de Pablo Larraín traite expressément de l’action politique et de ses conséquences. Ce réalisateur d’une trilogie sur la dictature parle dans No un langage qui est expressément politique, tout comme dans ses deux films précédents : Tony Manero (2008) et Santiago 73, post mortem (2011). Tony Manero, premier de cette trilogie, propose une représentation d’une noirceur totale de la dictature de Pinochet en 1978, à partir d’un personnage médiocre et amoral qui humilie, tue, sabote et dénonce à la police tous ceux qui s’opposent à ses navrants projets artistiques. L’obsession du protagoniste est de remporter le concours de sosies de Tony Manero à la télévision, c’est-à-dire du personnage joué par John Travolta dans le film américain La Fièvre du samedi soir 21. Ce film chilien est une réflexion sur le fascisme ordinaire et la dépendance culturelle dans une société tyrannique. Le deuxième – Santiago 73, post mortem – se situe à Santiago dans les jours qui suivent le coup d’État de septembre 1973 ; il rapporte l’histoire d’un fonctionnaire médiocre de l’Institut médico-légal de Santiago amoureux d’une danseuse de cabaret qui a des sympathies de gauche. Indifférent aux malheurs qui se déroulent sous ses yeux, bien que témoin de l’autopsie du cadavre de Salvador Allende et de l’arrivée des centaines de corps des victimes de la répression qui sont amenés et entassés à la morgue, il s’enfonce dans l’infamie des crimes fascistes. Cette œuvre est un réquisitoire sur le pouvoir des individus médiocres dans une société répressive. Le film No vient naturellement compléter cette trilogie sur la dictature.

Conclusion

  • 22 Welisson Marques, «  Histoire et discours chez Michel Foucault, entretien avec Roger Chartier  » in (...)

29Dans cette œuvre cinématographique les mots et les images du politique sont mis en avant. La diffusion et la réception du discours politique font partie de la trame filmique. Elles sont la version filmique d’une droite qui réfléchit aux événements dans lesquels elle a eu une responsabilité, une participation directe et une collaboration coupable, éléments qu’elle avait fait semblant d’ignorer jusque-là. Ce film est un essai pour dépasser, surmonter et aller au-delà du discours maintenu lors de la Guerre Froide. C’est pour cette raison que dans le film le discours anticommuniste ainsi que le discours de la lutte armée contre la dictature de droite sont mis en face, en concurrence du discours réformiste. Il s’agit là d’invalider le discours de l’affrontement et de le remplacer par un discours sur la consommation de biens où, pour gagner le plébiscite dans un pays profondément changé, les citoyens peuvent être assimilés à des consommateurs. Il s’agit d’une nouvelle formation discursive qui entretient des rapports d’antagonisme, d’alliances et de domination. Mais ce discours conduit à la désillusion démocratique et a un coût moral infligé à ceux qui ont souffert «  dans leur chair  » la répression sous la dictature. Ce film nous relate donc d’une certaine manière une transformation des rapports de domination. Il nous parle d’un événement dans lequel il y a un rapport de forces qui s’inverse de façon imparfaite, d’un pouvoir partiellement confisqué, d’un vocabulaire repris et retourné contre ses utilisateurs, une domination qui s’affaiblit, se détend et s’empoisonne elle-même, tandis qu’une autre fait son entrée, masquée 22.

30Le film a une structure circulaire : le début et la fin sont identiques, le protagoniste du film, le héros proposant le même discours. Le regard du réalisateur est une pirouette, il fournit un épilogue sans illusion sur la société qui va se mettre en place après la chute de Pinochet, parce que ce plébiscite permettra, finalement, sa destitution du gouvernement mais pas celle de son régime. Pablo Larraín confirme cette position et affirme : «  Pour moi, la campagne du «  Non  » est la première étape de la consolidation du capitalisme comme unique système possible au Chili. Ce n’est pas une métaphore, c’est directement cela, de la publicité pure et dure, amenée à la politique 23  ».

Haut de page

Notes

1 Nous suivons ici avec Dominique Chagnollaud la définition de «  politique  » que donne Max Weber : «  ensemble des efforts que l’on fait en vue de participer au pouvoir ou d’influencer la répartition du pouvoir, soit entre États, soit entre divers groupes à l’intérieur d’un même État  ». Cf. Chagnollaud Dominique, Sociologie politique, Paris Dalloz, coll. «  Cours Dalloz, série «  Droit public Science politique  », 1997, p. 2 et Weber, Max, Le savant et la politique, Paris, Plon, coll. «  10/18  », 1959, p. 101.

2 No, de Pablo Larraín avec Gael Garcia Bernal, Alfredo Castro, Antonia Zegers, Luis Gnecco. Scénario de Pedro Peirano et Pablo Larraín. Production Participant Media en association avec Funny Ballons, Fabula, Chili, États-Unis, 2012. No de Pablo Larraín, est un film qui a eu un grand succès public à l’étranger. Il a été sélectionné en compétition au Festival International de Venise en septembre 2010 et a connu un accueil triomphal à la Quinzaine de réalisateurs à Cannes en 2012. Cf. Régnier Isabelle, «  Ils se lèvent tous pour dire No  » in Le Monde, 19.05.2012 (mis à jour le 23.05.2012). Il a été également classé parmi les meilleurs longs métrages étrangers pour l’Oscar en 2013. La réception de la critique du cinéma, en général, est particulièrement élogieuse.

3 Voulant, en 1980, réaffirmer son pouvoir, par l’institutionnalisation d’un régime autocratique – soutenu de l’extérieur par la «  doctrine Kirkpatrik  » prônée par les États-Unis qui veut améliorer l’image de son allié – le 10 août 1980 Pinochet annonce, un plébiscite sur le texte d’une nouvelle Constitution. La consultation se réalise sans registre électoral, la dissidence n’a accès à aucun débat public contradictoire, aucune expression de l’opposition n’est tolérée ni dans les rues ni dans les médias. Cependant, pour donner un semblant d’équité à la consultation, le Parti démocrate-chrétien est autorisé à faire une seule et unique manifestation publique à Santiago. Elle a lieu le 27 août 1980 avec la participation de l’ancien Président Eduardo Frei Montalva et du philosophe Jorge Millas. Le premier dénonce le caractère illégitime du plébiscite parce qu’il s’effectue dans un contexte d’exclusion arbitraire des opposants, parce que le dépouillement des bulletins sera fait par des fonctionnaires de l’État militaire – gouverneurs et maires nommés par le ministère de l’intérieur – et sans garanties pour ceux qui contestent le projet constitutionnel. Millas, pour sa part, dénonce la nouvelle Constitution comme l’institutionnalisation d’un ordre, compulsif et sans fondement moral.

4 Le film est une adaptation d’un texte écrit à l’origine par Antonio Skarmeta pour le théâtre dont le titre était El plebiscito. Le même sujet est abordé, plus tard, par Skarmeta dans le roman Los días del arcoiris, Barcelone, Planeta 2011. Pour la traduction française Cf. Les jours de l’arc-en-ciel, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, «  Points  » no 3262, 2013.

5 Dominique Maingueneau, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil, coll. «  Memo  », no 20, 1996, p. 41-42.

6 Rafael Pedemonte, «  La «  guerre froide culturelle  » en Amérique latine. Les «  espaces d’amitié  » et d’échange avec l’Union Soviétique  » in Amitiés. Les cas des mondes américains, Colloque international organisée par l’université de La Rochelle, 18 au 20 octobre 2012.

7 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986.

8 Dominique Maingueneau, op. cit., p. 41-42.

9 Le Rapport Rettig, de février 1991, rend compte des violations de Droits de l’Homme conduisant à la mort certaine ou présumée (dans le cas de «  disparus  ») de 2 279 personnes. Il chiffre également à 164 les victimes de l’action des groupes opposés à la dictature. Le rapport ignore cependant les tortures, les arrestations arbitraires, les expulsions du territoire, les exils forcés, la perte du droit de travailler et les déchéances de la nationalité. D’autre part, le Rapport Valech enquête, en 2004 et en 2005, sur l’emprisonnement politique et sur la torture. Il rend compte de 40 018 victimes, dont 3 065 morts et disparus.

10 Joseph Campbell, Les héros sont éternels, Paris, Robert Laffont, 1978, p. 30. L’aventure mythologique du héros suit un itinéraire type qui est une amplification de la formule exprimée dans les rites de passage : séparation – initiation – retour, formule qui pourrait se définir comme l’unité nucléaire du mythe.

11 Stéphanie Amigues, «  No de Pablo Larraín  » in Grand écart en balade, 19, mai 2012.

12 Entre le 29 et 30 mars 1985 les militants communistes Santiago Nattino (juriste), José Manuel Parada (membre du Département d’Analyse du Vicariat) et Manuel Guerrero (dirigeant de l’Association des enseignants du Chili AGECH), sont enlevés par des carabiniers en civil sous les ordres du colonel Luis Fontaine. Leurs corps sont découverts le lendemain au bord d’une route près de l’aéroport de Santiago. Les deux premiers ont été égorgés et J. M. Parada a été éventré. Le juge José Canovas inculpe plusieurs membres de la police en uniforme dans le cas connu désormais comme celui des «  égorgés  ».

13 Philippe Breton, L’argumentation dans la communication, Paris, La Découverte, coll. «  Repères. Culture-Communications  », n°  204, 2006, p. 3-14.

14 Ibid., p. 59 et suivantes.

15 Cf. Rafael Pedemonte, op. cit.

16 Patricio Aylwin fut sénateur jusqu’à la dissolution de l’Assemblée lors du coup d’État de septembre 1973. Après le plébiscite de 1988 il est candidat à la Présidence et dès mars 1990 il est élu à la tête de l’État. Ricardo Lagos pour sa part sera élu Président de la République en 2000.

17 Philippe Breton, op. cit., p. 10.

18 Alain Garrigou, «  Omniprésents, les ‘spin doctors’ infligent un coût moral à la démocratie  » in Le Monde 09.05.2013 à 16 h 20.

19 Selon cette doctrine, les États-Unis soutiennent en Amérique latine tous les gouvernements anticommunistes, répressifs et corrompus, parce que les dictatures de droite sont capables de s’auto-réformer au point de se transformer en démocraties libérales, ce qui s’avéra faux dans le cas de Pinochet.

20 Pablo Larraín est le co-fondateur de Fabula, société qui se dédie à la production de cinéma, télévision et publicité.

21 Isabelle Regnier, «  Tony Manero : un sordide sosie de Travolta dans le Chili de la dictature  »
in Le Monde, 11 février 2009.

22 Welisson Marques, «  Histoire et discours chez Michel Foucault, entretien avec Roger Chartier  » in Dialogos, Revista do Departamento de Historia e do Programa de Pós-Graduação em História, Universidade Estadual de Maringá, Brésil, vol. 16, n°  2, mai-août 2012, p. 791-811. Disponible en : http://www.redalyc.org/html/3055/305526885019/

23 Cf. «  Dossier de presse de No  » in http://www.crdp-strasbourg.fr/main2/arts_culture/cinema/documents/no_dossier_presse.pdf 01/02/ 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Berchenko, « Pensée et discours politique dans le film No de Pablo Larraín », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 399-417.

Référence électronique

Pablo Berchenko, « Pensée et discours politique dans le film No de Pablo Larraín », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/4942 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4942

Haut de page

Auteur

Pablo Berchenko

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals