Navigation – Plan du site

La « Volonté d’Empire » dans le discours franquiste : un Ailleurs conceptuel

Bernard Bessière
p. 81-96

Résumés

Les penseurs catholiques et nationalistes du XIXe siècle (notamment Donoso Cortés, Menéndez Pelayo et Ángel Ganivet) ont eu une influence non négligeable dans la formation du futur Caudillo. À celle-ci s’ajouta la marque de quelques théoriciens plus politiques comme José Antonio Primo de Rivera et Ramiro Ledesma Ramos qui fondèrent un fascisme espagnol teinté de traditionalisme catholique et de nostalgie des temps des Rois Catholiques. En des termes différents, les uns et les autres ont promu l’idée d’un « destin impérial » et d’une « mission impérialiste » pour l’Espagne, conception plus apocryphe et mystique que réellement programmatique. Dans le discours politique de la dictature, ce concept vague mais souvent martelé, notamment dans les harangues adressées aux mouvements de jeunesse et devant les Cortes, fut abandonné dès la fin des années cinquante lorsque l’Espagne s’engagea dans une profonde réforme capitaliste impulsée par les ministres technocrates. Quels sont les fondements théoriques et les sources de cette notion d’« Empire » ? Pourquoi le régime franquiste eut-il à cœur de promouvoir ce concept qui fut progressivement perçu comme un ailleurs… avant de devenir un nulle part.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Vive l’Espagne ou l’Espagne au-dessus de tout », « Unité de destin face à l’Univers », « Glorie (...)

1Dans le catalogue des récurrences rhétoriques et des tics langagiers que le régime franquiste véhicula au cours de son histoire, la locution Tenemos voluntad de Imperio (« Nous avons une volonté d’Empire ») et sa variante mystique Por el Imperio hacia Dios (« Pour l’Empire vers Dieu ») figurent en bonne place à côté d’autres syntagmes comme Arriba España, Unidad de destino en lo universal, Glorioso Alzamiento, Santa Cruzada ou encore Una, grande, libre1.

2Cette affirmation de principe qui tomba en désuétude à la fin des années cinquante lorsque l’Opus Dei supplanta la Phalange au sein du parti unique, le Movimiento, servit longtemps d’ornement oratoire aux hiérarques du régime, à commencer par le Caudillo en personne. L’usage du vocable Imperio et des syntagmes dithyrambiques créés à partir de lui fut constant voire obsessionnel au cours de la première phase du régime marquée par une inspiration clairement fasciste.

3L’après-Guerre Civile (1939-1951) s’ouvrit en effet sur une période que les historiens ont assimilée à l’autarcie et qui se caractérisa par un repli de la dictature sur elle-même, repli motivé, notamment après 1944, par un isolement diplomatique à peu près complet à l’exception de l’Argentine et du Portugal. Mais il s’agissait là de deux nations de “second ordre” : l’aide apportée par le régime de Juan Domingo Perón fut d’ordre alimentaire (viande bovine et céréales) ; quant au Portugal, l’appui de Salazar fut surtout idéologique, donc symbolique, fondé sur la solidarité entre deux dirigeants ibériques qui avaient choisi des voies très proches.

4L’Espagne, qui sortait brisée du conflit destructeur de trois années, était condamnée à se suffire à elle-même et c’est en elle-même que le régime avait décidé de puiser les valeurs par lesquelles il prétendait s’affirmer à la face du monde. Mis au ban des nations par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, exclu des largesses du plan Marshall pour cause de collaboration avec les puissances de l’Axe, le régime de Franco connut des lendemains de victoire amers : infrastructures détruites, pénurie de tous ordres, rationnement, marché noir. C’était le pire moment, cruel paradoxe, pour affirmer les valeurs triomphalistes issues de la Guerre civile et pour décliner le credo offensif de l’“État Nouveau” qui passait par l’affirmation d’un projet impérialiste.

5Convoqué par le Caudillo dans un nombre considérable de discours, le thème de la “volonté d’Empire” n’est nullement une de ses trouvailles. S’il est vrai que Franco avait des talents reconnus dans l’art de la guerre – capitaine à 20 ans, il fut à 34 ans le plus jeune général d’Europe – il n’était aucunement un “intellectuel”. Ses références conceptuelles provenaient d’un fonds commun partagé peu ou prou par l’ensemble des officiers “africanistes”, c’est-à-dire la génération qui avait gagné ses galons dans le Protectorat du Maroc à partir de 1912. À grands traits, on peut dire que l’idéologie de Franco reposait sur une conception traditionaliste du catholicisme et sur les principes du décalogue phalangiste qui avait fini par supplanter sa sympathie instinctive pour la Monarchie. Or, comme nous le verrons, ce décalogue avait été décliné dans des textes fondateurs par l’“Absent” : José Antonio Primo de Rivera, fusillé dès le 20 novembre 1936 à la prison d’Alicante.

6Franco n’a jamais écrit le moindre texte théorique original qui fût de nature à enrichir le fonds idéologique qu’il partageait avec ses compagnons d’armes. Il n’eut ni le goût, ni l’envie, ni sans doute la capacité intellectuelle suffisante pour élaborer une théorie et moins encore un système. Sa conception de la pratique politique se composait d’emprunts faits à un substrat contemporain : le phalangisme joséantonien et la thèse de la Hispanidad chère à Ramiro de Maeztu lesquels prolongeaient dans une large mesure la pensée nationaliste du XIXe siècle incarnée par des penseurs comme Donoso Cortés, Marcelino Menéndez y Pelayo ou Ángel Ganivet. À ces présupposés s’ajoutait, chez Franco, la certitude de la supériorité de la caste militaire sur l’ensemble des autres segments sociaux et un mépris affiché pour le parlementarisme, le syndicalisme, le libéralisme, le régionalisme et les idéologies de gauche. Le tout était couronné par la nécessité d’un régime fort et la nostalgie des temps héroïques des Rois catholiques et des premiers Habsbourg, singulièrement Philippe II. D’où la référence constante au concept d’Empire, objet de notre étude, dont nous verrons combien il est délicat de l’identifier dans la rhétorique du franquisme.

7Pour être tout à fait juste, on trouve chez le Caudillo les traces d’une certaine prétention intellectuelle au moins à travers trois écrits au destin différent. Sous le pseudonyme de Jakin Boor, Franco signa plusieurs articles dans lesquels il vouait aux gémonies la franc-maçonnerie, institution qui fut, tout au long de sa vie, une de ses obsessions. Certains de ses thuriféraires ont prétendu qu’il édita un recueil de ses textes sous le titre de Masonería mais personne n’ayant pu mettre la main sur cette publication, on peut penser qu’elle est apocryphe. Par ailleurs, le Diario de una bandera, recueil de souvenirs du Maroc publié en 1922, offre quelques réflexions convenues sur la nécessaire modernisation du système colonial dans le Maghreb. Plus intéressant ici : c’est sous le pseudonyme de Jaime de Andrade que Franco écrivit le scénario du film Raza tourné en 1941-1942 par José Luis Saenz de Heredia. Dépendant entièrement du Movimiento, la CIFESA (Compañía Industrial Film Español, SA) réorienta l’industrie cinématographique de l’“État Nouveau” en élaborant une censure de fer et en promouvant un certain nombre de valeurs : patriotisme exacerbé, restauration du passé impérial de la nation, supériorité de la foi catholique, morale conservatrice, culte de la guerre, anticommunisme, anti-séparatisme, etc. Dans Raza, Franco-Andrade bâtit une anti-image de son propre père, Nicolás Franco Salgado-Araujo. Ce marin, qui termina sa carrière comme vice-amiral, était libre-penseur et coureur de jupons. S’étant éloigné de sa famille sans toutefois l’abandonner matériellement, pour vivre une vie “libre” dans la capitale, il avait inspiré méfiance et mépris au jeune Franco qui, a contrario, professait un amour ardent pour sa mère. C’est d’ailleurs à sa mère qu’il emprunta le nom de Andrade puisque son matronyme complet était Bahamonde Pardo de Andrade…

8Pour le film de Saenz de Heredia, donc, le scénariste occasionnel qu’est Franco élabore l’image d’un père idéal : le marin Churruca – nom emprunté à un officier célèbre disparu en 1805 lors de la bataille navale de Trafalgar – qui, en 1898, trouve une mort héroïque dans les eaux cubaines en luttant contre l’ennemi yankee. Or, parmi les leçons de morale volontiers bavardes que ce père idéalisé distille à ses enfants, se trouve le thème de la “mission impériale” de l’Espagne.

9Avant d’aborder les liens qui, sur ce thème, rattachent les opinions du Caudillo aux penseurs traditionalistes et aux théoriciens du fascisme espagnol, arrêtons-nous sur quelques déclarations publiques de Franco relatives au concept d’Empire.

10Six mois avant la fin d’une Guerre civile qui s’orientait vers la victoire annoncée des troupes nationalistes, le généralissime, soucieux de rassurer l’opinion publique française sur le sens du concept d’“Empire”, déclarait à Henri Massis, rédacteur en chef de la revue Candide :

  • 2 Nul ne doit penser que nous envisageons un impérialisme agressif et conquérant. Nous revendiquons (...)

Nadie debe pensar que nos atribuyamos un imperialismo agresivo, conquistador. Lo que reivindicamos es un imperialismo esencialmente espiritual, capaz de hacer brillar las ideas que encarnan la Hispanidad. España no sabría renunciar a esa misión.2

11Lors du célèbre « discours de la Victoire » du 19 mai 1939, prononcé du haut d’une tribune pharaonique qui surplombait l’avenue de la Castellana, le Caudillo s’écria au comble de sa gloire :

  • 3 Notre Empire n’est pas une phrase creuse et dépourvue de contenu. Nous aspirons à lui. C’est la m (...)

No es una frase hueca y sin contenido la de nuestro Imperio. A él vamos. Ésta es la misión de nuestro Movimiento. Esta ha de ser la moral de la nueva España, el concepto de nuestro Movimiento y con ella haremos que los laureles de la Victoria no se marchiten jamás.3

12Preuve que, galvanisé par les perspectives du pouvoir absolu et conforté par l’appui qu’il avait reçu de l’Allemagne hitlérienne, Franco continuait de caresser l’idée, vague mais exaltante, d’un Empire à fonder.

13Mais, par-delà les slogans et les emportements mystiques, quelle était la réalité du projet impérialiste dont Franco et son régime s’enivraient ? En d’autres termes, où se nichait le futur Empire de Franco ? Sur quel continent ? Sous quelles latitudes ?

14On sait que le gigantesque Empire que les premiers Habsbourgs firent prospérer à la suite des entreprises intercontinentales d’Isabelle et de Ferdinand sombra au moment de l’indépendance des Indes espagnoles entre 1810 et 1824. Quatre décennies plus tard, les ultimes lambeaux de l’ancien Empire – Cuba, Porto Rico et les Philippines – furent arrachés à l’Espagne par les États-Unis d’Amérique, puissance émergente forte d’un bon droit continental que la “doctrine Monroe” avait défini dès 1823. Dans l’esprit de Franco, s’agissait-il donc du projet insensé de reconquête du continent hispano-américain et quelle aurait pu être la source intellectuelle d’une telle entreprise ?

15En 1934, Ramiro de Maeztu, membre de la génération dite « de 98 », publia Defensa de la Hispanidad qui eut un grand retentissement parmi les lecteurs conservateurs et catholiques. Dans cet essai qu’il rédigea depuis l’Argentine où le dictateur Primo de Rivera l’avait nommé ambassadeur, Maeztu appelle de ses voeux l’union sacrée, sous l’égide de la Mère Patrie, de toutes les nations de langue et de culture espagnoles, union qu’il nomme « Hispanité ». Signe des temps, dans la dédicace qu’il adresse à Monseigneur Gomá, il sait gré au primat de l’Église d’Espagne d’avoir bien voulu accorder du crédit à ce concept lors d’une pastorale lue à Buenos Aires le 12 octobre 1934, Día de la Raza [« Fête de la race » (hispanique)]. Affirmant son admiration sans limites pour l’œuvre civilisatrice de l’Espagne en Amérique latine, Maeztu s’écrie avec lyrisme :

  • 4 La mission historique des peuples hispaniques consiste à montrer à tous les êtres humains que s’i (...)

La misión histórica de los pueblos hispánicos consiste en enseñar a todos los hombres de la tierra que si quieren pueden salvarse y que su elevación no depende sino de su fe y su voluntad […]. No hay en la historia universal obra comparable a la realizada por España, porque hemos incorporado a la civilización cristiana a todas las razas que estuvieron bajo nuestra influencia.4

  • 5 L’Hispanité ne se trouve pas dans l’histoire mais dans l’Empire de la foi, ibidem, p. 330.

16Donnant à ce projet une connotation clairement mystique – « La Hispanidad no es en la historia sino en el Imperio de la fe »5 –, Maeztu évoque avec enthousiasme le modèle de l’Italie mussolinienne :

  • 6 Les pierres de la Rome antique ont été capables d’inspirer la Renaissance ; et celles de la Renai (...)

Las piedras de la Roma antigua pudieron inspirar el Renacimiento ; y las del Renacimiento han hecho surgir la tercera Italia. La Roma de Mussolini está volviendo a ser uno de los centros nodales del mundo.6

17Pourquoi, s’interroge-t-il, l’Espagne ne serait-elle pas capable, à son tour, d’engager sa marche victorieuse vers une renaissance politique, culturelle et éthique ?

  • 7 Les vieilles pierres de l’Hispanité ne doivent-elles pas réaliser quelque chose de semblable pour (...)

¿No han de hacer algo parecido por nosotros las viejas piedras de la Hispanidad? […]. Esta España de ahora, que vive como si estuviera de más en el mundo, no es sino la sombra de aquella otra que fue el brazo de Dios en la tierra. ¿Cómo resurgirá la verdadera? […]. Tómense las esencias de los siglos XVI y XVII : su mística, su religión, su moral, su derecho, su política, su arte, su función civilizadora.7

18On le voit, le type d’“entreprise impériale” ou de “conquête” du continent hispano-américain que réclamait Maeztu était de nature spirituelle, donc pacifique, et ne reposait nullement sur un projet militaire. Traumatisé par l’humiliation de 1898 – comme le furent la plupart des Espagnols, notamment les officiers – Franco avait conscience que la reconquête de l’Amérique latine était une vue de l’esprit inenvisageable eu égard à la supériorité militaire écrasante des États-Unis.

19Une bonne part des idées de Maeztu se trouvait déjà dans l’Idearium español qu’Ángel Ganivet avait publié trois décennies plus tôt. Ce bréviaire du nationalisme espagnoliste aux accents ultra-catholiques défendait déjà le droit de l’Espagne à la « colonisation morale ». Nous y reviendrons.

20Une fois écartée, donc, l’hypothèse d’un Empire qui eût concerné le continent hispano-américain, vers quels espaces pouvait alors se concrétiser le rêve impérial que le Caudillo proclamait à l’envi dans ses discours ?

21Si l’influence, sur le Caudillo, des penseurs catholiques et nationalistes Donoso Cortés, Menéndez y Pelayo, Ganivet et Maeztu était indéniable sur la question de l’Empire, celle des théoriciens du fascisme espagnol, plus contemporains de Franco, le fut tout autant. Nous évoquerons ici les textes des deux plus importants d’entre eux : Ledesma Ramos puis José Antonio Primo de Rivera.

22Contrairement à ce que l’on lit encore parfois, ce n’est pas à José Antonio mais à Ramiro Ledesma Ramos, auteur, en 1931, du Manifiesto de la Conquista del Estado, que l’on doit les emblèmes dont se dota le fascisme espagnol : drapeau rouge et noir, joug et flèches des rois catholiques ainsi que slogans : Arriba España, Una, grande, libre, Patria, pan, justicia ou Revolución nacional. Dans un essai fameux publié un an après celui de Maeztu, Ledesma rappelle les très riches heures de l’Empire catholique espagnol :

  • 8 La culmination de l’Espagne se situe au milieu du XVIe siècle […]. Elle avait assumé une tâche gi (...)

España culmina a mediados del siglo XVI […]. Disponía de una tarea gigantesca, formulada a base de conjugar los dos más poderosos resortes de la historia : la fe religiosa y el Imperio […]. El espectáculo que ofrece España desde 1492 a 1588 es de una grandeza difícilmente lograda por pueblo alguno en ninguna época […].8

23Le grand regret de Ledesma est que l’Espagne ait été incapable, à partir du XVIIe siècle, de traduire en termes économiques la domination qui avait fait d’elle la première puissance militaire de l’Occident. Suprême humiliation : sa seule ambition se réduisit désormais à la sauvegarde de son intégrité territoriale, ce qui fut d’ailleurs imparfaitement réalisé car le Portugal et Gibraltar finirent par lui échapper.

  • 9 Quelles qu’en fussent les raisons, l’Espagne ne parvint pas à définir un nouvel Empire après celu (...)

España, por las causas que fueren, no consiguió atrapar el imperio complementario a aquel que era su fuerza y su gloria durante el siglo XVI. Siguieron las instituciones. Bastante hicieron quizá éstas en medio de las dos centurias de depresión, con conservar intacto el solar de la Península. No sin peligros. A mediados del siglo XVII, ya corría por Europa un plan de desgajamiento y balcanización del territorio peninsular. Europa tiraba de Cataluña. Llegó a haber allí virreyes franceses. Se logró, no obstante, vencer ese proceso canceroso y se conservó la unidad de España. Ha sido la única victoria desde la culminación del Imperio. Aunque empalidecida en el oeste con la no asimilación de Portugal y avergonzada en el sur con Gibraltar en manos de Inglaterra.9

24Gagné par son propre lyrisme, le leader fasciste envisage le retour du Portugal et de Gibraltar dans le giron de la nation :

  • 10 Alors l’Espagne pourrait tout oser : récupérer Gibraltar et fondre dans un destin unique toute la (...)

[España] se atrevería a todo y podría atreverse a todo. A recuperar Gibraltar. A unir en un solo destino a la Península entera, unificada [ahí sí que cabe que se ingenien los partidarios de estatutos, federaciones y autonomías] con el gran pueblo portugués.10

25Voilà pour le bilan territorial interne. Quant à l’expansion extérieure de l’Espagne, le seul projet cohérent aux yeux de Ledesma est la poursuite de l’aventure maghrébine, laquelle avait débuté avec les succès militaires de la fameuse Guerra de África de 1859-1860 :

  • 11 [Oser] dessiner un front très vaste d’expansion en Afrique [tout le nord du continent, depuis l’A (...)

[…] a trazar una línea amplísima de expansión africana [todo el norte de este contingente, desde el Atlántico a Túnez, tiene enterradas muchas ilusiones y mucha sangre española.]11

26L’idée n’était pas nouvelle car dans son essai de 1897, Ganivet avait déjà regretté l’abandon du projet d’un Empire en Afrique, lequel avait été ajourné au bénéfice de l’aventure américaine :

  • 12 L’inclination naturelle de la Castille était la poursuite, sur le sol africain, de la lutte contr (...)

La tendencia natural de Castilla era la prosecución en el suelo africano de la lucha contra el poder musulman del que entonces podian temerse aun reacciones ofensivas ; pero interponiéndose Colón, las fuerzas que debieron ir contra Africa se trasladaron a América.12

27Pour Ganivet comme pour Ledesma – en fait, comme pour l’ensemble des grandes puissances réunies à Berlin en 1884-1885 à l’initiative de Bismark pour procéder au partage du continent noir – la mission impérialiste en Afrique va de soi. Conforme à la tradition de l’Espagne, elle repose sur une “supériorité morale” que ce pays a, d’ailleurs, sur ses concurrents européens :

  • 13 Les idées venant de France, non plus que celles venant d'Angleterre ou d'Allemagne, ne nous sont (...)

Ni las ideas francesas, ni las inglesas, ni las alemanas […] nos sirven, porque nosotros, aunque inferiores en cuanto a la influencia política, somos superiores, más adelantados en cuanto al punto en que se halla nuestra natural evolución.13

28L’Afrique, à tout le moins le Maghreb, était-elle donc cette terre d’élection vers laquelle devait s’exercer la voluntad de Imperio que Franco revendiqua si souvent, y compris en ornant le préambule de quelques-unes des sept Lois fondamentales qui lui servirent de Constitution ? Alors pourquoi Franco ne désigna-t-il jamais nommément le continent africain comme espace de la “volonté d’Empire” supposée de son régime et pourquoi son inspirateur le plus direct, José Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Phalange, resta-t-il lui aussi dans la plus grande imprécision ?

29Dans le point n°3 de ses Puntos de Falange rédigés en 1933, José Antonio affirmait en effet :

  • 14 Nous avons une volonté d’Empire. Nous affirmons que la plénitude historique de l’Espagne est l’Em (...)

Tenemos voluntad de Imperio. Afirmamos que la plenitud histórica de España es el Imperio. Reclamamos un puesto preeminente en Europa. No soportamos ni el aislamiento internacional ni la mediatización extranjera.14

30Notons que la suite de l’article 3 fait une mention particulière au continent hispano-américain, en reprenant quasiment les termes de Ganivet et de Maeztu, mais sans rattacher ce territoire à un quelconque projet impérialiste :

  • 15 Quant aux pays hispano-américains […] l’Espagne affirme hautement son statut d’axe spirituel du m (...)

Respecto a los países de Hispanoamérica […] España alega su condición de eje espiritual del mundo hispánico como título de preeminencia en las empresas universales.15

31Même flou artistique, donc, chez José Antonio. Mais pourquoi ? On peut penser que pour l’un comme pour l’autre il n’y aurait eu que des inconvénients sur le plan diplomatique à abattre ses cartes trop tôt, c’est-à-dire en temps de paix. Toutefois, la suite des événements allait amener Franco à donner un contenu précis à ses intentions impérialistes.

32Il faudra en effet attendre la survenue d’événements tragiques – l’effondrement de l’armée française en 1940 face à la toute puissance du Reich – pour voir enfin le généralissime formuler clairement son hypothèse impérialiste. Lors de l’entrevue qu’Hitler lui accorda dans la gare d’Hendaye le 23 octobre 1940 (ce fut d’ailleurs le seul sommet qui réunit les deux hommes), le Caudillo, pour prix de l’entrée en guerre de l’Espagne au côté de l’Allemagne nazie, tenta d’exiger de Hitler que celui-ci lui laissât les mains libres au Maroc et dans l’Oranais. Mais le Fürher refusa cette exigence démesurée et fort périlleuse, car l’armistice qu’il venait de signer avec le maréchal Pétain lui interdisait de mécontenter le régime collaborationniste de Vichy. De plus, l’intrusion de troupes espagnoles dans cette partie du Maghreb aurait conduit les alliés à ouvrir un nouveau front contre l’Axe. Aux yeux d’Hitler, ces inconvénients étaient infiniment supérieurs à l’appui militaire supposé qu’une Espagne exsangue eût été bien en peine de lui apporter.

33Le rêve d’un retour en force dans le Maghreb se situait dans le droit fil de l’aventure coloniale que l’Espagne avait menée dans la seconde moitié du XIXe siècle, mobilisant à cette occasion un solide courant populaire en faveur de l’expansion. En effet, le Traité de Wad-Ras qui avait mis fin le 26 avril 1860 à plusieurs mois d’un conflit pompeusement baptisé « Guerre d’Afrique », consacra la présence espagnole à Ceuta, à Melilla et dans les îles Chafarines, et concéda à l’Espagne le territoire de Sidi Ifni pour y établir une pêcherie. Quant à Tetuán, le traité la laissait sous gouvernement espagnol dans l’attente du versement de la dette de guerre dont le sultan était condamné à s’acquitter. Un demi-siècle plus tard, le partage du Protectorat signé avec la France le 27 novembre 1912 octroya à l’Espagne la zone nord du Maroc qui incluait les régions du Rif et de Yébala, ainsi que celle de Tarfaya qui longe le Sahara espagnol jusqu’au fleuve Draa. Quant à l’Oranais, seconde exigence de Franco à Hendaye, la fière silhouette de la forteresse de Mazalquivir qui couronne Oran rappelait la présence espagnole qui y avait été intermittente entre 1509 – date à laquelle le cardinal Cisneros occupa la ville pour le compte de Ferdinand le Catholique – et le XVIIIe siècle lorsque l’Espagne se retira d’Oran, un demi-siècle avant que la France ne se lançât résolument dans la conquête de l’Algérie.

34Alors que, pas plus que José Antonio ou Ledesma Ramos, Franco n’avait jamais clairement défini ce qu’il entendait jusqu’alors par « volonté d’Empire », c’est donc la perspective grisante d’une victoire rapide et définitive du IIIe Reich sur la France qui l’amena à découvrir ses intentions. Opportuniste, comme il le fut tout au long de sa vie politique, le Caudillo crut pouvoir convaincre le Fürher de satisfaire ses rêves d’Empire. Mais il n’en fut rien et Franco ne pardonnera jamais à Hitler de ne pas lui avoir permis d’exercer militairement sa « volonté d’Empire ».

35Posons-nous une dernière question : sur quelle tradition implicite reposait cette « volonté d’Empire » vers l’Afrique ? Pour répondre à cette interrogation, il faut remonter à la fin du Moyen Âge.

36Parce qu’ils se considéraient comme les héritiers des souverains wisigoths, les rois de Castille successifs avaient toujours affirmé leurs droits sur la Mauritania Tingitana, territoire qui correspondait à la partie nord-ouest du Maroc actuel y compris Ceuta et Melilla. Entérinée par plusieurs bulles papales, cette revendication castillane reposait sur l’idée que la péninsule ibérique et le nord de l’Afrique constituaient une unité géographique, économique et culturelle. À la suite de la découverte du Nouveau Continent par Colomb, le Traité de Tordesillas du 7 juin 1494 qui partagea les Indes entre le Portugal et l’Espagne, mais à l’avantage de cette dernière, sauvegardait les droits castillans sur le Maghreb et sur les territoires africains situés sur la côté atlantique, face aux Canaries. Peu après, la bulle Ineffabilis signée par le pape Alexandre VI en février 1495 autorisa Ferdinand et Isabelle à prendre légalement possession des terres qu’ils pourraient conquérir en Afrique. Mais, après 1511, le roi catholique, une fois veuf, réorienta l’aventure castillane vers les trésors du continent américain et les fertiles contrées italiennes en la détournant des terres moins prometteuses du Maghreb. À sa suite, Charles Quint puis Philippe II suivront la même voie. Cela étant, le testament qu’Isabelle la Catholique rédigea en 1504 avait marqué profondément les esprits et il les marquera… jusqu’à la période du franquisme.

37Comme le fit remarquer Fernand Braudel dans La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, publié en 1949, lequel résida en Algérie à la même époque où Franco faisait ses armes au Maroc espagnol, il s’agissait d’un projet grandiose, d’un véritable destin euro-africain qui consistait à prolonger la dynamique de la prise de Grenade pour poursuivre en terre africaine l’entreprise de la Reconquista. Pour Braudel, le refus de la Castille d’assumer sa mission historique transforma la frontière géographique naturelle du détroit de Gibraltar en véritable frontière politique, ce qu’il n’avait été ni dans l’Antiquité ni au Moyen Âge. Il devint alors frontière culturelle et religieuse entre deux univers, l’un catholique, l’autre musulman, désormais prêts à en découdre.

38À l’instar des hommes de sa génération, et notamment des officiers africanistes du début du XXe siècle, Franco avait conscience de cette frustration, de ce rendez-vous manqué de l’Espagne et de son destin africain. Il savait tout cela lorsque, tout jeune sous-lieutenant il fut envoyé à sa demande au Maroc en 1912, et il s’en souvint plus encore lors du débarquement victorieux d’Alhucemas qui, treize ans plus tard, fit de lui un héros national.

39Comme on l’a vu plus haut, c’est surtout entre 1933 (date de la fondation de la Phalange par José Antonio) et 1951 (date théorique de la fin de l’après-Guerre civile) que la récurrence du concept de « volonté d’Empire » fut notable. Celui-ci cadrait parfaitement avec les temps héroïques de la « Croisade » anti-rouges. Soucieux de ne rien se laisser imposer par quelque parti ou tendance que ce fût, le généralissime avait, dès avril 1937, noyé la Phalange dans une vaste coalition qui porterait désormais le nom de Movimiento et qui regroupait fascistes, carlistes, monarchistes, droites conservatrices, partis agraires, officiers supérieurs et élite catholique. Avec le refus que Hitler lui opposa en 1940 et qui visait à abandonner toute illusion d’expansion au Maghreb, Franco vit s’effondrer son utopie impérialiste qui ne pouvait plus désormais être interprétée en termes de conquête territoriale. Mais il restait le pouvoir incantatoire des mots et Franco comprit sans peine le risque qu’il y aurait eu à décevoir le secteur le plus idéologique du Movimiento, notamment les ardents camisas viejas qui furent les premiers compagnons de José Antonio. Quant aux intellectuels du régime, ils avaient accueilli ce projet avec un immense enthousiasme. Gerardo Diego, le seul poète surréaliste d’importance qui eût rejoint le régime, n’avait-il pas baptisé Franco du surnom flatteur de « l’œuf de l’aigle » ? Aussi est-ce tardivement que Franco renonça à maintenir vivante l’illusion verbale de ce projet incantatoire hérité du testament d’Isabelle et repris par deux générations successives de théoriciens réactionnaires.

40Tout a une fin. Au début des années cinquante, le contexte international connut une mutation décisive. Le Caudillo, qui avait vu avec satisfaction son régime se renforcer au gré des relations sans cesse plus courtoises que l’Europe et les États-Unis entretenaient désormais avec lui, allait bénéficier du contexte de Guerre Froide qui opposait les États-Unis au bloc soviétique. Ayant été baptisé « Sentinelle de l’Occident » par un thuriféraire zélé, Luis de Galinsoga, directeur de la Vanguardia de Barcelone, Franco, qui se voulait l’avant-garde du combat anti-communiste, allait jouer la carte des États-Unis, notamment au moment de la Guerre de Corée qui débuta en 1950. Trois ans plus tard, cédant aux avances des conseillers militaires de Truman puis d’Eisenhower, il finit par signer, le 26 septembre 1953, d’importants accords militaires aux termes desquels l’Espagne recevrait près d’un milliard de dollars en armes et en matières premières. En échange, Franco autorisait l’aviation américaine pour une période de dix ans renouvelable, à installer ses quartiers dans les bases aériennes de Torrejón, Rota et Saragosse et sur la base navale de Morón. De plus, un accord secret permettait à l’Oncle Sam d’utiliser ces bases à tout moment en cas de risque d’agression communiste. Singulière concession de la part d’un Caudillo jusque là si sourcilleux sur l’indépendance de son pays !

41Les temps, décidément, n’étaient plus aux affirmations martiales du projet phantasmatique de l’Empire. Ainsi, dans un discours prudent prononcé en mars 1952 devant le mouvement de jeunesse du Frente de Juventudes, Franco semblait déjà renoncer aux ambitions impériales qu’il avait inlassablement proclamées depuis les années trente :

  • 16 Nous ne vivons plus à l’époque où les nations peuvent créer des Empires, ibidem.

No vivimos ya la época en que las naciones pueden crear Imperios.16

42Cinq ans plus tard, au moment où l’Espagne tournait définitivement le dos aux vieux idéaux de la Phalange pour s’engager dans la grande mutation économique pilotée par les ministres de l’Opus Dei, Franco évoquait l’Empire comme un projet définitivement enterré :

  • 17 Ce dont l’Espagne manquait c’était d’unité et de commandement. C’est cette aspiration à la volont (...)

Lo que a España le faltaba era unidad y dirección, era querer tener voluntad, lo que en un día llamamos “voluntad de Imperio”, y que era sencillamente voluntad de ser, de conquistar el puesto que a la Nación le correspondía, el puesto debido a nuestra Patria.17

43Remisant aux oubliettes de l’Histoire le mirage impérialiste des années 30 puis le projet fou négocié en vain auprès d‘Hitler, Franco reconnut la vacuité d’un syntagme et l’aporie d’un concept qui, finalement, n’aura été qu’une coquille vide. La mythologie impériale s’effondra d’elle-même. Tautologie véhiculée par le pouvoir franquiste pendant deux décennies, la « volonté d’Empire » apparaît comme une utopie, un ailleurs conceptuel, un énoncé rhétorique dépourvu de contenu et de référent spatial. Le projet de cette illusion collective avait enflammé à la même époque les trois dictateurs d’Europe car le rêve de renouer avec les splendeurs de l’Empire de Philippe II relevait de la même fantasmagorie qui avait illuminé les deux autres projets fascisants : d’une part la prétention nazie à fonder un univers aryen – « Nous changerons la face du monde pour mille ans ! » avait promis Hitler – d’autre part le rêve de Mussolini de doter l’Italie des frontières d’un Empire comparable à celui sur lequel Théodose Ier, à la fois empereur romain et empereur byzantin, avait régné à la fin du IVe siècle. On sait ce qu’il advint de l’épopée africaine du fascisme romain…

44Quant aux rêves africains du premier franquisme, leur destin fut lamentable. À l’exception du maintien de Ceuta et de Melilla dans le giron de la nation – modestes reliefs, convenons-en, face au rocher de Gibraltar qui s’élève comme une humiliation permanente – les territoires d’Afrique échappèrent à l’Espagne en moins de deux décennies. En avril 1956, Franco dut accorder à Mohammed V l’indépendance de la zone espagnole dans le cadre du Royaume chérifien. En 1968, la Guinée équatoriale accéda à l’indépendance ; un an plus tard, Franco restitua le territoire d’Ifni au Maroc ; enfin, en novembre 1975, alors que le Caudillo agonisait, le gouvernement d’Arias Navarro signa les accords de Madrid qui partageaient le Sahara espagnol entre le Maroc et la Mauritanie.

Haut de page

Notes

1 « Vive l’Espagne ou l’Espagne au-dessus de tout », « Unité de destin face à l’Univers », « Glorieux soulèvement militaire (du 18 juillet 1936) », « Sainte Croisade », etc.

2 Nul ne doit penser que nous envisageons un impérialisme agressif et conquérant. Nous revendiquons un impérialisme essentiellement spirituel, capable de mettre en valeur les idées qui incarnent l’Hispanité. L’Espagne ne saurait renoncer à cette mission (c'est nous qui traduisons).

3 Notre Empire n’est pas une phrase creuse et dépourvue de contenu. Nous aspirons à lui. C’est la mission assignée à notre Movimiento. Telle sera la morale de la nouvelle Espagne, le concept même de notre Movimiento. Avec elle nous ferons en sorte que les lauriers de la victoire ne se fanent jamais.

4 La mission historique des peuples hispaniques consiste à montrer à tous les êtres humains que s’ils le veulent ils peuvent trouver leur salut et que leur élévation dépend seulement de leur foi et de leur volonté […]. Dans l’histoire de l’univers aucune œuvre n’est comparable à celle que l’Espagne a réalisée car nous avons intégré à la civilisation chrétienne toutes les races qui se sont trouvées sous notre influence. Defensa de la Hispanidad, Madrid, Ed. Rialp, 1934 [2001], p. 133.

5 L’Hispanité ne se trouve pas dans l’histoire mais dans l’Empire de la foi, ibidem, p. 330.

6 Les pierres de la Rome antique ont été capables d’inspirer la Renaissance ; et celles de la Renaissance ont fait surgir la troisième Italie. La Rome de Mussolini est en train de redevenir un des axes du monde, ibidem, p. 332.

7 Les vieilles pierres de l’Hispanité ne doivent-elles pas réaliser quelque chose de semblable pour nous ? Cette Espagne d’aujourd’hui qui vit comme si elle était de trop dans ce monde, n’est que l’ombre de cette autre Espagne qui fut le bras de Dieu sur terre. Comment faire ressurgir la vraie Espagne ? Retrouvons les essences des XVIe et XVIIe siècles : son mysticisme, sa religion, sa morale, son droit, sa politique, son art, sa mission civilisatrice. Ibidem.

8 La culmination de l’Espagne se situe au milieu du XVIe siècle […]. Elle avait assumé une tâche gigantesque, formulée en conjuguant les deux leviers les plus puissants de l’Histoire : la foi religieuse et l’Empire […]. Le spectacle qu’offre l’Espagne entre 1492 et 1588 est d’une magnificence rarement atteinte par un peuple à quelque époque que ce soit […]. Discurso a las juventudes de España, Madrid, Biblioteca breve, 1934 [2003], chap. 2 « ¿Qué tenemos ante la vista? ».

9 Quelles qu’en fussent les raisons, l’Espagne ne parvint pas à définir un nouvel Empire après celui qui fit sa force et sa gloire au XVIe siècle. Les institutions suivirent leur cours. Celles-ci firent tout leur possible au milieu des deux siècles suivants de déclin pour conserver intact le territoire de la péninsule. Non sans périls. Au milieu du XVIIe siècle avait cours en Europe un plan visant à la dislocation et à la balkanisation de la péninsule. L’Europe s’était emparé de la Catalogne où il y eut même des vice-rois français. On parvint malgré tout à enrayer ce processus cancéreux et l’unité de l’Espagne fut sauvegardée. Telle fut l’unique victoire depuis la culmination de l’Empire, quoique amoindrie à l’ouest par la non assimilation du Portugal, et humiliée au sud par la perte de Gibraltar au bénéfice de l’Angleterre, ibidem, chap. 3 « La hora del Imperio y la de la derrota ».

10 Alors l’Espagne pourrait tout oser : récupérer Gibraltar et fondre dans un destin unique toute la Péninsule unifiée avec le grand peuple portugais [au diable les partisans des statuts, des fédérations et autres autonomies], ibidem, chap. 6, « Los caminos de la revigorización internacional ».

11 [Oser] dessiner un front très vaste d’expansion en Afrique [tout le nord du continent, depuis l’Atlantique à la Tunisie, a vu tant d’espoirs enterrés et tant de sang espagnol couler.], ibidem.

12 L’inclination naturelle de la Castille était la poursuite, sur le sol africain, de la lutte contre le pouvoir musulman dont, à cette époque, on pouvait encore craindre les réactions offensives ; mais du fait de l’entreprise de Colomb, les forces qui étaient destinées à l’Afrique furent dirigées vers l’Amérique. Idearium español. El Porvenir de España, Madrid, Biblioteca nueva, 1897 [1999], p. 56.

13 Les idées venant de France, non plus que celles venant d'Angleterre ou d'Allemagne, ne nous sont utiles […] car bien qu’inférieurs en termes de rayonnement politique, nous sommes supérieurs car plus en avance pour ce qui concerne notre évolution naturelle, ibidem, p. 71.

14 Nous avons une volonté d’Empire. Nous affirmons que la plénitude historique de l’Espagne est l’Empire. Nous réclamons un statut d’excellence en Europe. Nous n’acceptons ni l’isolement international ni la domination étrangère. Cité dans Manuel Vázquez Montalbán, Los Demonios familiares de Franco, Barcelona, Debolsillo, p. 142.

15 Quant aux pays hispano-américains […] l’Espagne affirme hautement son statut d’axe spirituel du monde hispanique comme avant-garde des entreprises universelles, ibidem.

16 Nous ne vivons plus à l’époque où les nations peuvent créer des Empires, ibidem.

17 Ce dont l’Espagne manquait c’était d’unité et de commandement. C’est cette aspiration à la volonté que nous avons appelée en son temps « volonté d’Empire » et qui n’était pas autre chose qu’une volonté d’exister et de conquérir le statut qui correspondait à la Nation, le statut que notre Patrie méritait, ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bessière, « La « Volonté d’Empire » dans le discours franquiste : un Ailleurs conceptuel », Cahiers d’études romanes, 23 | 2011, 81-96.

Référence électronique

Bernard Bessière, « La « Volonté d’Empire » dans le discours franquiste : un Ailleurs conceptuel », Cahiers d’études romanes [En ligne], 23 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/787 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.787

Haut de page

Auteur

Bernard Bessière

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals