Navigation – Plan du site

Présentation

Brigitte Urbani
p. 9-18

Texte intégral

1Ce double volume des Cahiers d’études romanes rassemble les travaux de l’atelier “Voyages” – l’une des cinq composantes du CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes, EA 854) – réalisés au cours des années 2005 et 2006. Il s’agit de la quatrième publication effectuée par un groupe qui rassemble des enseignants chercheurs et des doctorants de l’Université de Provence auxquels s’associent quelques collaborateurs d’autres universités. Après une première série de séminaires sur le thème du naufrage, dont les résultats ont été édités dans les Cahiers n°1 (Naufrages 1, 1999) et 3 (Naufrages 2, 2001), une deuxième série a été consacrée à l’image de Paris réfléchie par les voyageurs espagnols, italiens, latino-américains, roumains, portugais… et a donné lieu au double volume intitulé Paris au miroir (2002). Un troisième thème de réflexion, centré sur un moyen de locomotion prisé des voyageurs des XIXe et XXe siècles, le train, a abouti en 2004 à un autre double volume, qui a mis en valeur le croisement du chemin de fer et de l’écriture, comme en témoigne le titre qui en est la synthèse : Voies narratives et voies ferrées : le train en mots et en images. La quatrième série de séminaires, qui vient de s’achever, s’est penchée sur un autre élément incontournable du voyage : les indispensables temps d’arrêt pour de simples raisons de repos, de restauration, de réapprovisionnement, en fonction d’étapes liées à la curiosité et à l’intérêt des voyageurs, ou en raison de circonstances politiques particulières. D’où l’intitulé de cette nouvelle double publication, Auberges, hôtels et autres lieux d’étapes.

  • 1 Paris, Fayard, 2003, 1031 p.
  • 2 Quelques titres : L’hospitalité au XVIIIe siècle (Sous la direction d’A. Montandon), Clermont-Fer (...)
  • 3 Paris, Bayard, 2004, 2035 p.
  • 4 Milano, Silvana editoriale, 1989, 320 p., pp. 160-169.
  • 5 Paris, Boivin, 1945, 492 p. Cf., d’une manière générale, toute l’introduction à l’ouvrage, intitu (...)

2Il va de soi que notre ambition n’a pas été d’effectuer un travail théorique exhaustif, car d’une part une telle entreprise dépassait les possibilités d’un seul laboratoire, d’autre part d’éminents spécialistes avaient déjà largement balisé le terrain. Citons, à titre indicatif, deux références en matière de déplacements : Daniel Roche, auteur de l’imposant volume Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages1, qui consacre toute une section de son livre aux lieux d’hébergement (L’hospitalité : du don à l’économie, pp. 479-566), ou Alain Montandon, directeur d’une ample série de séminaires sur le thème de l’hospitalité2, qui a coordonné le très épais et précieux ouvrage qu’est Le livre de l’hospitalité. Accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures3. Néanmoins les recherches que les participants à notre atelier aixois ont menées dans le cadre de leur projet personnel, qu’il s’agisse de l’Espagne, de l’Italie, de l’Amérique latine, du Portugal ou du Brésil, ont fait apparaître que, pour chacun des pays concernés, il n’existait pas à l’heure actuelle de publication scientifique sur ce sujet (hormis les guides de voyage qui, sur ce plan, peuvent effectivement, à toute époque, être assez précis et donner d’utiles conseils aux usagers). Les publications existantes se limitaient, en général, à une rubrique à l’intérieur d’ouvrages plus généraux : par exemple, Attilio Brilli a consacré un chapitre de son splendide ouvrage magnifiquement illustré sur le voyage en Italie, Il viaggio in Italia. Storia di una grande tradizione culturale dal XVI al XIX secolo, aux « aspects matériels du voyage » dans lequel figure la rubrique Locande e alberghi consacrée à l’hébergement4 ; Hélène Tuzet, dans une rubrique pittoresque de Voyageurs français en Sicile au temps du Romantisme (1802-1848) offrait quelques pages stimulantes sur les auberges, les couvents, l’hospitalité sicilienne5. D’où l’intérêt des travaux, ponctuels ou de quelque envergure, de chacun d’entre nous, qui peuvent être des amorces pour des recherches futures, ou de premières réponses à des questions encore en suspens.

3En effet, si, de nos jours, descendre à l’hôtel lors de déplacements professionnels ou dans le cadre des loisirs est un acte devenu banal, les voyageurs ne réalisent pas à quel point l’institution hôtelière actuelle est le résultat d’une longue évolution qui s’est soudain accélérée au cours des trois derniers siècles, au rythme des changements intervenus au niveau européen d’abord, international ensuite. Si tout le monde a conscience du développement prodigieux des moyens de transport avec l’invention des trains, automobiles, avions et autres engins à moteur, on a tendance à croire que les structures hôtelières – auberges, hôtels ou autres types d’hébergement – ont toujours eu la forme que nous leur connaissons, confort moderne en moins.

4Or, si l’édifice que nous appelons auberge a effectivement toujours existé, ce terme renvoyait autrefois à un lieu faisant également fonction de taverne. Ne dormaient à l’auberge que ceux qui n’avaient pas d’autre possibilité de se loger. Car dans l’Antiquité et jusqu’à une époque que l’on peut situer à la fin du XVIIe siècle, étaient pratiqués soit l’hospitalité privée chez des particuliers, soit, quand se développa la pratique des pèlerinages, l’hébergement dans des couvents (où d’ailleurs s’était mise en place une section appelée “hostellerie”). Un hébergement qui était gratuit, l’hospitalité relevant des devoirs de la civilisation et de la religion.

  • 6 De l’auberge à l’hôtel, in A. Montandon, Le livre de l’hospitalité, cit., pp. 726-735.
  • 7 Les termes latins la désignant étaient si dépréciés que le terme français ‘auberge’ est dérivé d’ (...)

5Nous renvoyons aux pages de Marie-Claire Grassi qui, dans le précieux livre d’A. Montandon cité plus haut, brosse une histoire de l’hébergement des voyageurs6 depuis l’Antiquité, quand paysans et commerçants passaient la nuit avec leurs bêtes dans une structure qu’en Orient on appelait caravansérail ou fondouk, offrant un espace pour les animaux et des cellules pour leurs propriétaires, mais où chacun devait apporter sa nourriture et sa literie ; alors que les voyageurs de marque étaient hébergés chez l’habitant et les gens du peuple à l’hôtellerie publique. Si aujourd’hui, en principe, on descend à l’hôtel, même modeste, en toute sécurité, autrefois n’allaient à l’auberge que ceux qui ne connaissaient personne ou lorsque manquaient les structures d’accueil. L’auberge, en effet, explique Marie-Claire Grassi, a “mauvaise réputation” dès l’Antiquité romaine et jusqu’au Moyen Âge avancé ; les mots qui la désignent renvoient au cabaret, au lieu de loisirs et de jeux, voire au lupanar7. Et même si aujourd’hui le terme “auberge” apparaît sympathique et fleure un parfum de vieille tradition, il demeure néanmoins chargé de lourdes connotations (gîte douteux, couvert médiocre, plaisirs variés) comme l’atteste encore une expression telle que “ne pas être sorti de l’auberge”. Alors que le mot “hôtel” a une étymologie plus noble – comme en témoignent les expressions “hôtel particulier”, “hôtel de ville”, ou “maître d’hôtel” – le terme ayant désigné très tôt une « maison meublée servant de logement payant et d’auberge ».

6Rapidement, avec une accélération brutale en l’espace d’environ un siècle, on est passé de l’hospitalité gratuite (particuliers et couvents ou lieux de charité) à l’hospitalité payante, en relation avec le développement du commerce, des échanges, des pèlerinages et le goût des voyages de découverte ou d’agrément. Écoutons Marie-Claire Grassi :

  • 8 De l’auberge à l’hôtel, cit., p. 726.

Ce qui caractérise en Occident la naissance des auberges, puis de l’hostellerie, c’est donc l’instauration de l’échange du paiement contre l’hébergement : cela est dû à l’émergence d’une population de plus en plus importante de pèlerins, de voyageurs divers, gens qui au Moyen Âge utilisent la via pour se déplacer. Le mot voyage apparaît au XIe siècle sous la forme veiage qui devient voiage au XIIe siècle, puis prendra sa forme définitive au XVe siècle.8

7Sur un ton plus pessimiste, Alain Montandon écrit :

  • 9 Le livre de l’hospitalité, cit., p. 1236. La citation à l’intérieur de notre citation est de Chri (...)

L’histoire de l’hospitalité moderne occidentale est celle d’une dégradation. Le développement, sans doute nécessaire, d’auberges payantes, de l’esprit du commerce, de la sécurité des routes, de la facilité des voyages qui augmente la foule des personnes se déplaçant, “tout cela a contribué à bannir l’hospitalité du vieux monde”.9

8Daniel Roche, se référant à un témoin direct de l’époque qui vit tant de changements, cite des passages de l’Encyclopédie, notamment quelques phrases de la rubrique “hospitalité”, rédigée par le Chevalier de Joncourt :

  • 10