Navigation – Plan du site
L'auberge: espace diégétique et motif épique

Le rôle de l’auberge dans Explication des oiseaux de António Lobo Antunes

Catarina Vaz Warrot
p. 173-182

Résumés

L’œuvre d’António Lobo Antunes prend une nouvelle dimension à partir du roman Explication des Oiseaux. L’auteur invente des personnages, entrecroise des histoires comme une sorte de jeux de miroirs que nous retrouvons à chaque page. Ce roman raconte l’histoire d’un couple qui part de Lisbonne en voiture pour aller à un congrès à Tomar. En route, le mari suggère de changer l’itinéraire : ils prennent alors la direction d’Aveiro où ils vont passer le week-end dans une auberge au bord du fleuve. L’auberge devient ainsi l’élément principal de l’organisation spatio-temporelle du livre. Nous nous proposons de réfléchir sur le rôle de cette auberge comme noyau de l’organisation textuelle et de voir dans quelle mesure elle présente des traits d’originalité par rapport au rôle traditionnel de l’auberge dans la littérature.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Portugal

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nos citations en portugais seront empruntées à l’édition suivante : Explicação dos Pássaros, Lisb (...)
  • 2 Les traductions en français sont tirées de l’édition suivante : Explication des Oiseaux, Paris, C (...)
  • 3 « – Estou farto do século XIX, é só – disse eu. – E depois nunca saímos, ficamos sempre enfiados (...)

1Explicação dos Pássaros, le quatrième roman de António Lobo Antunes, a été publié, au Portugal, en 19811 et traduit en français en 19912. L’espace et le temps constituent une des matières premières de la texture romanesque et sont les piliers de la structure narrative de ce roman. Le temps joue un rôle très important dans la complexité de l’organisation textuelle, d’autant plus qu’il n’est pas linéaire : passé, présent et futur se mélangent à travers les trois plans narratifs qui composent le livre : le voyage de Rui (le protagoniste) et de Marília (sa deuxième femme), l’enquête judiciaire sur le suicide de Rui et, pour finir, un véritable spectacle de cirque sur le thème de ce suicide, ainsi que des commentaires de la famille sur la vie, les actions et les choix de Rui3. Les plans s’enchevêtrent ; le voyage de Rui et de Marília est coupé par l’enquête de police et par les commentaires de la famille de Rui.

  • 4 Cf. Jean Weisgerber, L’espace romanesque, Lausanne, édition L’âge d’homme, 1978, p. 239.

2Le passage du temps se spatialise sous la forme de voyages, de distances mesurables4 et toute l’action (sous forme de voyage) est menée autour d’un espace physique : une auberge à Aveiro. Nous nous proposons de nous interroger sur le rôle de cette auberge comme noyau de l’organisation textuelle et de voir dans quelle mesure elle présente des traits d’originalité par rapport au rôle traditionnel de l’auberge. Notre double démonstration se fera en parallèle pour permettre au lecteur de suivre le déroulement diachronique du récit et éviter des allers-retours chronologiques, même si tout le roman est construit de cette façon.

3L’auberge, petit hôtel simple, généralement à la campagne, est l’endroit par excellence où les voyageurs s’arrêtent pour se reposer, boire et manger. Nous pouvons donc nous attendre à ce que l’auberge dans la littérature et dans la vie quotidienne soit souvent liée à l’idée de voyage. Dans A Explicação dos Pássaros, le lecteur est face à un voyage : un couple, Rui et Marília, part de Lisbonne en voiture pour se rendre à un congrès à Tomar. Cependant, après avoir réfléchi, Rui décide de changer de parcours. Son besoin d’annoncer à Marília qu’il veut la quitter devient la motivation de ce voyage. Il n’a plus envie d’aller au congrès. De ses pensées intimes, il passe à l’action et annonce à sa femme son désir de changement de parcours.

  • 5 « Um dia, em miúdo, ao fim da tarde, achávamo-nos na quinta e um bando de pássaros levantou voo d (...)
  • 6 Cf. Maria Alzira Seixo, Os Romances de António Lobo Antunes, Lisboa, D.Quixote, 2002, p. 97.
  • 7 Cette « explication des oiseaux » revêt une grande importance dans le roman, d’où le titre du liv (...)

4Dans le voyage initialement prévu il n’y a aucune référence à l’auberge. Pourtant, après le changement de parcours qui implique le double de distance à parcourir, l’auberge apparaît. C’est donc sa présence qui va (ré)organiser l’action principale (premier plan narratif). Le paysage qui entoure l’auberge détermine son choix : il s’agit d’une auberge au bord de l’eau, à Aveiro. Le but de ce voyage est d’aller à un endroit proche de la mer. Et, pour le narrateur, la liaison entre la mer et les oiseaux est naturelle. Ces oiseaux qui donnent le titre au roman sont présents tout au long du récit et établissent une liaison avec l’enfance et avec le père du personnage5. Il s’agit du seul moment dans le livre où nous percevons l’existence d’une étroite relation entre père et fils. Par sa situation géographique, cette auberge symbolise la recherche du bonheur, noyau principal de l’action – se retrouver soi-même et retrouver l’enchantement de l’enfance. Ce bonheur, comme le souligne Maria Alzira Seixo6, est contrarié par le futur de cette enfance et explique le malaise qui accompagne perpétuellement le personnage7.

  • 8 « De qualquer maneira tenho de dizer-te que me vou embora, pensou ele, e é-me mais fácil longe da (...)

5Pour annoncer sa décision, qu’il juge blessante pour Marília, il est indispensable à Rui de voyager vers un endroit neutre. Demeurer dans le lieu qu’ils avaient construit à deux n’est pas en concordance avec cette décision de rupture8.

  • 9 Apud Jean Chevalier et Alain Geerbrant, Dictionnaire des Symboles, Paris, Robert Laffont, 1982, p (...)

6Le voyage exprime souvent un désir profond de changement intérieur, un besoin d’expériences nouvelles, plus encore qu’un simple changement de lieu. Selon Jung, « le voyage témoigne d’une insatisfaction qui pousse à la recherche et à la découverte de nouveaux horizons »9. Cette liberté passe par un changement, par une libération géographique et un rapprochement de ce qui peut être source de bonheur ou de frustration.

7Avant d’arriver à Aveiro, étant donné que le voyage a été prolongé, Rui et Marília décident de s’arrêter à Coimbra, à mi-chemin entre Lisbonne et Aveiro. Après le déjeuner à Coimbra, ils se dirigent vers Estarreja, où ils demandent leur chemin vers l’auberge.

8L’auberge nous est présentée à travers le point de vue de deux personnages : Rui et sa femme. Le paysage est en harmonie avec leur état d’esprit. Le temps est humide et froid, suggérant métaphoriquement le climat qui règne au sein du couple. Ils arrivent finalement à l’auberge, une auberge typiquement portugaise :

  • 10 « [...] ils avancèrent l’un derrière l’autre, en direction de la porte vitrée de l’hostellerie, E (...)

[…] e seguiram um atrás do outro, sem falar, a caminho da estalagem, a entrada envidraçada, English Spoken, emblemas de papel de associações de turistas colados junto ao trinco [...] cartazes de propaganda de Espinho e Armação de Pêra, o galo de Barcelos do costume numa prateleira [...]. (pp. 63-64)10

  • 11 « Que país de merda o nosso denunciavam as caretas dela defronte das paisagens de papel, que país (...)
  • 12 Jean Weisgerber, op. cit., p. 12.
  • 13 M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la Perception, Paris, Gallimard, 1945, pp. 369-370.

9La découverte de cette auberge, traditionnelle, un peu “kitch”, déclenche des réflexions négatives sur le Portugal11. L’auberge qui, d’une certaine façon, représente la culture plutôt populaire, est un simulacre condensé du pays dans ses représentations les plus stéréotypées. Elle est vue à travers le regard des personnages – sa description est remplie de notes subjectives qui se lient à leur l’état d’esprit. Cette auberge, comme la majorité des espaces romanesques, « traduit une manière d’être, une véritable expérience existentielle, plongeant ses racines dans le corps humain ; aussi est-elle fonction de la situation de celui qui la vit »12. Merleau-Ponty13 écrit : « les relations entre les choses ou entre les aspects des choses étant toujours médiatisées par notre corps, la nature entière est la mise en scène de notre propre vie ou notre interlocuteur dans une sorte de dialogue ».

10Nous accédons à cette auberge selon la perspective du personnage, et nous remarquons qu’elle présente un caractère inhabituel. En effet, si d’un côté elle représente un endroit neutre, conforme à son rôle traditionnel, de l’autre c’est l’endroit où la vie personnelle du protagoniste doit changer.

11Nous y trouvons des rôles classiques : la dame de la réception, les deux employés, et les femmes de chambre. L’auberge est traditionnellement un lieu où les clients s’observent entre eux et observent le personnel qui y travaille. Chacun fait l’objet du regard de l’autre. Nous pouvons distinguer deux types de regard : celui des fonctionnaires de l’auberge et celui du personnage principal. Il y a d’une part, ceux qui sont vus ou voient soit de façon positive, soit de façon neutre, et, d’autre part, ceux qui sont perçus de façon négative.

  • 14 « [...] que nunca se impacientava com as demoras ou deficiências do serviço [...] » (p. 93).

12Commençons par le regard des fonctionnaires de l’auberge vis-à-vis de Rui. Dans le premier type de regard, nous identifions deux personnages, secondaires, les deux serveurs à l’hostellerie. D’abord, Vítor P. : celui-ci a une très bonne impression de Rui ; il le décrit comme quelqu’un de bien élevé, aimable « qui ne s’impatientait jamais des retards et des déficiences du service » (p. 118)14. Ensuite, nous avons l’avis de Hilário H., également serveur à l’auberge, qui n’a pas vraiment d’opinion sur le couple. Il fait observer, cependant, que l’homme et la femme se caractérisaient par un silence déconcertant (leur chambre se situait à l’étage au-dessous) et qu’ils parlaient très peu l’un avec l’autre.

  • 15 « […] entrou na estalagem solicitando um quarto para o fim-de-semana, o que fez aliás com escusad (...)

13Le deuxième type de caractérisation – caractérisation négative – concerne la dame de la réception, Alice F., chef du personnel, le premier personnage que Rui rencontre à l’auberge. Elle le décrit comme quelqu’un de brusque, d’antipathique, ce qui la conduit, à se comporter froidement avec lui15.

  • 16 [...] um subalterno alto e magro, de colete e sapatos de polimento, subia escadas ao fundo [...] (...)

14De son côté, Rui caractérise ces deux serveurs de façon très simpliste et presque neutre16. En revanche, la dame de la réception est vue par Rui comme quelqu’un de très antipathique, qui ne manifeste pas la moindre cordialité. La comparaison établie entre elle et les insectes convient d’être soulignée, en raison de sa valeur symbolique dans la diégèse du roman :

  • 17 « – […] je poussai la fiche vers la femme à lunettes qui tendit le bras à l’aveuglette, sans me r (...)

[...] empurrei a ficha, a senhora dos óculos estendeu o braço às cegas sem me olhar, colheu uma chave com a delicada destreza surpreendente das pinças cirúrgicas, entregou-ma, levantei a cabeça e defrontei-me com os olhos enormes que as dioptrias desmedidamente aumentavam, um par de insectos repelentes cercados das infinitas patas das pestanas, as gaivotas levantaram todas voo ao mesmo tempo [...] (pp. 64-65)17

  • 18 Cf. Jean Chevalier et Alain Geerbrant, op. cit., p. 697.

15Les oiseaux ont une charge symbolique positive – le vol des oiseaux, leur légèreté les prédisposent, bien entendu, à servir de symboles aux relations entre le ciel (l’air) et la terre. L’oiseau symbolise, par exemple, dans l’art africain, la puissance et la vie18. Or, n’oublions pas que l’Afrique a profondément marqué António Lobo Antunes, non seulement d’une façon négative – la cruauté de la guerre, qui y est menée par les Portugais – mais surtout par une grande admiration de l’auteur pour la culture africaine. Au contraire du Portugal, l’Afrique et son peuple sont presque toujours décrits de façon positive. L’animisme, présent dans de nombreux ouvrages de Lobo Antunes, en est le témoin.

  • 19 Ibidem, p. 522.
  • 20 « Queríamos um quarto até domingo disse eu, a senhora de óculos prosseguiu as suas somas impertur (...)

16En revanche, les insectes, surtout lorsqu’ils sont petits, sont considérés comme les âmes des morts visitant la terre19. Ils s’opposent aux oiseaux, qui s’envolent, qui partent. Des yeux comme deux insectes, des cils comme des mille-pattes : c’est cette image expressive qui rend compte de la perception de la réceptionniste Alice F. par Rui. Très souvent les insectes rampent, se trouvent dans des endroits plutôt sales, dans l’obscurité, tandis que les oiseaux volent et se rapprochent ainsi de la lumière, du ciel et du soleil. Rui, de son côté, n’a pas l’impression d’être brusque et il décrit le comportement de la femme de la réception comme bizarre et agressif20. Son bureau symbolise la séparation entre un monde et l’autre, entre le voir et l’être vu.

17Pourtant, cette auberge joue un rôle original, inattendu. Dans ce récit, elle n’a plus sa fonction de repos après un long voyage, ou d’étape pour manger et boire, mais s’apparente à un univers personnel qui revêt une grande force intime à cause de sa situation dans ce paysage peuplé d’oiseaux. L’auberge devient alors non pas une étape d’un voyage quelconque, mais une étape de la vie du personnage, la dernière.

  • 21 « A cerveja endurecia-me os ossos do seu sabor amargo, tornava-os pesados, densos, incapazes de v (...)

18Tout au long de leur séjour, Rui n’a pas le courage d’annoncer à sa femme, Marília, sa décision de se séparer d’elle. Il décide de sortir du cadre de l’auberge, et pense qu’en allant déjeuner au centre ville d’Aveiro, il trouvera la force nécessaire pour le lui avouer. Changer d’endroit, chercher du courage ailleurs – telle est la quête de ce personnage. Mais à la fin du déjeuner, il n’arrive pas à lui dire qu’il veut la séparation. Après cet échec, nous percevons la chute, le drame tragique qui s’annonce. Cette chute est représentée par l’image de l’oiseau qui ne peut plus voler. La dimension céleste de l’oiseau disparaît et, petit à petit, il se noie, entraînant Ruiz avec lui21.

19C’est le premier moment où le personnage montre clairement ce qui peut être interprété comme un pas vers le suicide. La boue, l’oiseau qui est attrapé et qui ne vole plus…. La dimension céleste de l’oiseau disparaît et, petit à petit, il se noie, entraînant Rui avec lui. Et le décor de ce moment, si important pour Rui, est représenté par l’auberge, située au milieu du détroit d’Aveiro, avec ses oiseaux.

20Le pathos tragique s’annonce ; le samedi, c’est Marília qui veut sortir de l’auberge avec Rui pour aller au restaurant. Là, elle lui dit que leur relation ne se déroule pas bien et qu’elle veut se séparer de lui. Rui reste très surpris : il lui dit qu’il l’aime, qu’il croyait par moments que non, mais que finalement oui et il lui demande de ne pas le quitter. Dimanche matin, Marília part seule.

  • 22 « Agora estou inteiramente acordado – pensou ele – estendido numa cama desta horrorosa pousada id (...)
  • 23 J. Weisgerber, op. cit., p. 18.

21Rui se rend compte de son désespoir22. En même temps, sa vision de l’auberge s’en ressent. Il ne la perçoit plus comme avant et l’auberge comme il en est des oiseaux, suit l’état d’esprit du personnage principal. On disait jadis qu’en poésie, le paysage est « un état d’âme ». Ce cliché romantique se révèle plus juste que jamais, « à condition d’entendre par là les idées et les sentiments, les impulsions plus ou moins conscientes »23 :

  • 24 « Il leva les yeux vers le haut de la façade de l’auberge que la perspective rendait oblique, com (...)

Olhou para a fachada da estalagem, que a perspectiva tornava oblíqua, como que prestes a desabar, de uma só peça, sobre mim. (p. 218)24

22C’est aussi l’auberge qui fournit “l’arme” qui permettra à Rui de mettre fin à sa vie – discrètement, il prend un couteau de l’auberge et le cache dans son blouson. Encore une fois, elle est déterminante dans le déroulement de l’action. À ce moment, la vie réelle de Rui et le spectacle de cirque se fondent – l’espace et le temps divergents ne font plus qu’un. L’auberge et son paysage environnant se mêlent à ce spectacle de cirque réel ou imaginé et là nous voyons à quel point cet espace est le lieu de convergence de tous les plans narratifs :

  • 25 « Le manche du couteau lui comprimait les côtes, la pointe de la lame lui piquait la taille : deb (...)

O cabo da faca apertava-lhe as costelas, o bico da lâmina picava-lhe a cintura: de pé no cascalho à entrada da estalagem, escutava o rumor de tarântula do público, as suas tosses esparsas, o raspar dos sapatos, conversas, cochichos, alguns risos, esforçava-se em vão por distinguir as caras que a penumbra tornava anónimas, percebia a custo o jogo dos holofotes lá em cima, chovendo sobre ele a sua claridade impiedosa e excessiva. (p.216)25

23Nous suivons, dans les deux plans, la narration de son suicide. Rui s’approche du rivage, où les mouettes se rassemblent. Plus tard, son corps apparaît dans le fleuve, entouré, encerclé, protégé mais aussi dévoré par les mouettes dans une sorte d’union avec les oiseaux. Nous ne pouvons rester indifférents aux ressemblances qu’il tisse avec le film d’Hitchock, Les Oiseaux. Comme dans le film, les oiseaux dévorent le visage, les yeux de Rui. Dans cette description nous pensons voir plus qu’une scène violente, les retrouvailles de Rui avec ces oiseaux qui représentaient pour lui le bonheur, la communion familiale trop vite perdue. Il est l’un des leurs, comme en témoigne l’attitude des mouettes, empêchant les gens de s’approcher du corps.

24L’auberge devient le noyau polarisant de toute l’action narrative – le voyage de Rui s’y achève, le spectacle de cirque y fait son dernier numéro et l’enquête judiciaire s’y déroule. Sa recherche personnelle se termine dans cette auberge, qui, comme nous l’avons souligné, ne peut se séparer du paysage environnant. Et c’est par cette fonction de centralisation de points narratifs divergents que l’auberge – endroit de passage, de ravitaillement, où les regards se croisent – assume dans le roman un rôle inhabituel. Elle n’est plus une étape d’un voyage, comme le lecteur pourrait le supposer, mais une fin – la clôture du voyage. Il s’agit d’un départ de Lisbonne mais aussi d’un départ de l’existence, du roman et de la scène. Ce départ symbolise l’angoisse de l’individu face à l’abandon – l’abandon de son père, l’abandon de sa première et de sa deuxième femme, l’abandon de l’enfance – l’auberge est l’endroit choisi pour cette union avec un monde différent.

25L’auberge est l’élément organisateur de la dimension spatio-temporelle de ce roman : comme nous l’avons démontré, elle centralise aussi bien les grands événements du récit que les choix diégétiques de l’auteur.

Haut de page

Notes

1 Nos citations en portugais seront empruntées à l’édition suivante : Explicação dos Pássaros, Lisboa, Dom Quixote, [1981], 1997 (10e éd.). Les numéros des pages seront indiqués en fin de citation, entre parenthèses.

2 Les traductions en français sont tirées de l’édition suivante : Explication des Oiseaux, Paris, Christian Bourgois, 1991, traduction de Geneviève Leibrich. Les numéros des pages seront indiqués en fin de citation, entre parenthèses.

3 « – Estou farto do século XIX, é só – disse eu. – E depois nunca saímos, ficamos sempre enfiados em Campo de Ourique, como toupeiras, naquele buraco horrível recheado de livros, a tocar nas volutas do calorífero com os joelhos friorentos. Vamos ver o mar. [...] – Todos comigo – berrou o pai fazendo enormes gestos de maestro para o público da família. As abas da casaca, soltas, flutuavam. – Todos comigo quando eu disser três. A frase é : Já qualquer um lhe adivi-nhava as asneiras [...] – Ver o mar ? – disse a Marília. [...] » (pp. 42-43) // « – J’en ai ras le bol du XXe siècle, c’est tout, dis-je. Et puis, nous ne sortons jamais, nous restons toujours cloîtrés à Campo de Ourique, comme des taupes, dans ce trou horrible rempli de livres, à coller nos genoux frileux contre les volutes du calorifère. Allons voir la mer […]. – Répétez en chœur avec moi, cria son père en faisant des gestes démesurés de chef d’orchestre à l’intention d’un public familial. (les pans de sa veste flottaient au gré de ses mouvements). Répétez en chœur avec moi quand je dirai trois : N’importe qui devinait ses bêtises. [...] – Voir la mer ? dit Marília » (pp. 53-54).

4 Cf. Jean Weisgerber, L’espace romanesque, Lausanne, édition L’âge d’homme, 1978, p. 239.

5 « Um dia, em miúdo, ao fim da tarde, achávamo-nos na quinta e um bando de pássaros levantou voo do castanheiro do poço na direcção da mancha da mata, azulada pelo início da noite. As asas batiam num ruído de folhas agitadas pelo vento, folhas miúdas, fininhas, múltiplas, de dicionário, eu estava de mão dada contigo e pedi-te de repente Explica-me os pássaros, Assim sem mais nada, Explica-me os pássaros, um pedido embaraçoso para um homem de negócios. Mas tu sorriste e disseste-me que os ossos deles eram feitos de espuma da praia, que se alimentavam das migalhas do vento e que quando morriam flutuavam de costas no ar, de olhos fechados como as velhas na comunhão. Imaginar que cinco ou seis anos depois o que te interessava eram as notas de Geografia e Matemática provocava-me uma espécie esquisita de vertigem, de impressão de absurdo, de impossibilidade quase cómica [...] » (pp. 43-44). // […] Un jour, quand j’étais petit, une fin d’après-midi, nous étions à la ferme et une bande d’oiseaux s’est envolée du marronnier près du puits vers la tache de la forêt que le début de la nuit rendait bleue. Leurs ailes battaient avec un bruissement de feuilles agitées par le vent, les petites feuilles minces, innombrables, d’un dictionnaire, je te tenais par la main et tout à coup je t’ai demandé Explique-moi les oiseaux. Comme ça, tout à trac, Explique-moi les oiseaux, une requête embarrassante pour un homme d’affaires. Mais tu as souri et tu m’as dit que leurs os étaient faits de l’écume de la plage, qu’ils se nourrissaient des miettes du vent et que, quand ils mouraient, ils flottaient le dos en l’air, les yeux clos comme les vieilles femmes pendant la communion. L’idée que cinq ou six ans plus tard tu ne t’intéressais plus qu’aux notes de géographie et de mathématiques suscitait en moi une sorte de vertige étrange, une impression d’absurdité, d’impossibilité presque comique […] » (p. 54).

6 Cf. Maria Alzira Seixo, Os Romances de António Lobo Antunes, Lisboa, D.Quixote, 2002, p. 97.

7 Cette « explication des oiseaux » revêt une grande importance dans le roman, d’où le titre du livre, et nous renvoie à une période de bonheur, de l’enfance qui va disparaître pour toujours, mais qui reste dans la mémoire du personnage, comme une sorte de quête inlassable et éternelle. Cette demande nous semble très proche de celle du Petit Prince de Saint- Exupéry. Une demande d’un enfant à laquelle seul un adulte exceptionnel peut répondre. La construction syntaxique est similaire : un verbe à l’impératif (« Explique-moi » / « Dessine-moi ») suivi d’un complément direct. La poésie, l’enfance et le rêve sont présents dans chacune des deux demandes de ces enfants. Aller rejoindre ces oiseaux et surtout les expliquer, c’est-à-dire les comprendre, est peut-être une façon de rejoindre son enfance. Cependant ce voyage, cette fois-ci intime, assume des caractéristiques tragiques, car Rui finit par se suicider. Si nous poussons plus loin l’évocation du Petit Prince, nous pourrions avancer l’hypothèse que pour Rui, la mort était l’unique moyen de retourner sur sa planète.

8 « De qualquer maneira tenho de dizer-te que me vou embora, pensou ele, e é-me mais fácil longe da rua Azedo Gneco, da casa que arranjámos juntos, dos telefonemas constantes dos teus camaradas de Partido, da atmosfera entorpecente, cáustica, castrante, dos objectos familiares. Tenho sexta, sábado e domingo para ganhar coragem num quarto desconhecido de pousada, a olhar as águas da ria que deslizam, lentamente para o mar » (p. 46). // « De toute façon il faudra bien que je te dise que je m’en vais, pensa-t-il, et cela me sera plus facile loin de la rue Azedo Gneco, loin de la maison que nous avons aménagée ensemble, loin des sempiternels coups de fils de tes camarades du Parti, loin de l’atmosphère engourdissante, corrosive, castratrice, des objets familiers. J’ai tout vendredi, samedi et dimanche pour m’emplir de courage dans une chambre d’auberge inconnue en regardant les eaux de l’estuaire couler lentement vers la mer » (p. 58).

9 Apud Jean Chevalier et Alain Geerbrant, Dictionnaire des Symboles, Paris, Robert Laffont, 1982, p. 1028.

10 « [...] ils avancèrent l’un derrière l’autre, en direction de la porte vitrée de l’hostellerie, English Spoken, avec ses étiquettes d’associations touristiques collées autour de la serrure […] des affiches publicitaires d’Espinho et d’Armação de Pêra, l’inévitable coq de Barcelos sur une étagère […] » ( p. 81).

11 « Que país de merda o nosso denunciavam as caretas dela defronte das paisagens de papel, que país verdadeiramente de merda o nosso [...] » (p. 64) // « Quel pays de merde que le nôtre, proclamaient ses grimaces devant les paysages de papier, quel authentique pays de merde […] » (p. 81).

12 Jean Weisgerber, op. cit., p. 12.

13 M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la Perception, Paris, Gallimard, 1945, pp. 369-370.

14 « [...] que nunca se impacientava com as demoras ou deficiências do serviço [...] » (p. 93).

15 « […] entrou na estalagem solicitando um quarto para o fim-de-semana, o que fez aliás com escusada rudeza, conduta que levou a depoente a entregar-lhe a ficha e a chave em silêncio, privando-os do usual discurso de boas-vindas que dedica aos seus clientes sem distinção de nacionalidade, cor da pele ou categoria social » (p. 79) // « […] il était entré dans l’auberge pour demander une chambre pour le week-end, ce qu’il fit d’ailleurs avec une brusquerie inutile, comportement qui poussa le témoin à lui remettre sa fiche et sa clé en silence, les privant ainsi de l’habituel discours de bienvenue qu’elle réserve à ses clients, sans distinction de nationalité, de couleur de peau ou de classe sociale » (p. 99).

16 [...] um subalterno alto e magro, de colete e sapatos de polimento, subia escadas ao fundo [...] » (p. 64). // « […] un employé grand et maigre, en gilet et souliers vernis, montait l’escalier dans le fond […] » (p. 81).

17 « – […] je poussai la fiche vers la femme à lunettes qui tendit le bras à l’aveuglette, sans me regarder, elle attrapa une clé avec une dextérité aérienne, je levai la tête et je me trouvai devant des yeux énormes que les dioptries augmentaient démesurément, une paire d’insectes répugnants cernés par les pattes innombrables des cils, les mouettes s’envolèrent toutes en même temps […] » (p. 82).

18 Cf. Jean Chevalier et Alain Geerbrant, op. cit., p. 697.

19 Ibidem, p. 522.

20 « Queríamos um quarto até domingo disse eu, a senhora de óculos prosseguiu as suas somas imperturbável, as gaivotas lá fora bailavam agora docemente, [...] um quarto até domingo repetiu ele com força deixando cair a mala e o saco maior [...] a senhora míope, sempre de queixo baixo, estendeu-nos sem nos ver uma ficha de cartão » (p. 64). // « Nous voudrions une chambre jusqu’à dimanche, dis-je, la femme à lunettes continua ses additions, imperturbable, dehors les mouettes dansaient doucement, […] Une chambre jusqu’à dimanche, répéta-t-il plus fort en laissant tomber la valise […] et la femme myope nous tendit une fiche sans lever le menton, sans nous regarder » (p. 81).

21 « A cerveja endurecia-me os ossos do seu sabor amargo, tornava-os pesados, densos, incapazes de voar, e ele pensou Deixei definitivamente de ser pássaro, ancorei no lodo e na lama de Aveiro como os botes sem préstimo, reduzidos ao esqueleto das travessas, comidos pelos mexilhões e pelas lulas. » (p. 120) // « La bière me pétrifiait les os avec son goût amer, elle les rendait lourds, amers, incapables de voler, et il pensa j’ai définitivement cessé d’être un oiseau, je suis immobilisé dans la vase et la boue d’Aveiro comme les barques au rancart, réduites au squelette des traversées, rongées par les moules et les seiches » (p. 153).

22 « Agora estou inteiramente acordado – pensou ele – estendido numa cama desta horrorosa pousada idiota que o Vouga deixa a pouco e pouco a descoberto, excepto um leve tremor de água à tona dos espelhos e o perfil de uma gaivota nos estores, suspensa sobre a ria à laia de um grande pássaro sem peso, de cartão » (p. 198) // « Maintenant je suis complètement réveillé, pensa-t-il allongé sur un lit dans cette horrible auberge imbécile que le Vouga laisse peu à peu à découvert, exception faite d’un léger friselis d’eau sur la surface des miroirs et du profil d’une mouette sur les stores, suspendue au-dessus de l’estuaire comme un grand oiseau sans poids, en carton » (p. 253).

23 J. Weisgerber, op. cit., p. 18.

24 « Il leva les yeux vers le haut de la façade de l’auberge que la perspective rendait oblique, comme prête à dégringoler sur moi d’un seul tenant […] » (p. 280).

25 « Le manche du couteau lui comprimait les côtes, la pointe de la lame lui piquait la taille : debout sur le gravier à l’entrée de l’hostellerie, il écoutait le brouhaha de tarentule du public, les toussotements épars, les raclements des chaussures, les conversations, les chuchotements, quelques rires, il s’efforçait vainement de distinguer les visages que la pénombre rendait anonymes, il avait du mal à suivre le jeu des projecteurs en haut, qui faisaient pleuvoir sur lui leur lumière impitoyable et excessive […] .» (p. 278).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catarina Vaz Warrot, « Le rôle de l’auberge dans Explication des oiseaux de António Lobo Antunes », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 173-182.

Référence électronique

Catarina Vaz Warrot, « Le rôle de l’auberge dans Explication des oiseaux de António Lobo Antunes », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/832 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.832

Haut de page

Auteur

Catarina Vaz Warrot

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals