Navigation – Plan du site
Lieux d'étapes et itinéraires personnels, allégoriques, existentiels

L’hôtellerie dans le Roland furieux : repos des guerriers ou coulisse de la narration ?

Fanny Eouzan
p. 185-195

Résumés

Le Roland furieux de l’Arioste met des chevaliers aux prises avec la “grande histoire”, affrontement épique entre Chrétiens et Sarrasins, ainsi qu’avec leurs aventures amoureuses. Ces dernières ont souvent pour conséquence une errance entrecoupée d’étapes. Celles-ci peuvent prendre la forme de pièges dans lesquels tombent les chevaliers, ou bien d’arrêts stratégiques pour la préparation de l’action, et sont autant de manifestations de la technique narrative de l’auteur, entre “entrelacement” et “emboîtement”. Enfin, un dernier type d’étapes, celles qui semblent choisies librement par les personnages, nous permet un regard au-delà de la construction narratologique vers la création poétique de l’Arioste et sa transformation du genre chevaleresque.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous utiliserons comme édition de référence Ariosto, Orlando furioso, Milano, Garzanti/I Grandi L (...)

1En écrivant le Roland furieux dont la dernière édition paraît en 1532, l’Arioste reprend, pour le continuer, le travail entrepris par Matteo Maria Boiardo, son prédécesseur à la cour des Este à Ferrare1. Il actualise en effet la réflexion de ce dernier sur le genre épique. Dans le Roland amoureux, Boiardo réalise la synthèse des romans de chevalerie du cycle du roi Arthur et les chansons de geste du cycle de Charlemagne. Sur le plan de la trame narrative également, l’Arioste se présente dans la continuité de Boiardo : le Roland furieux commence là où Boiardo avait laissé inachevé son Roland amoureux. Cette épopée de 46 chants s’articule autour de trois axes narratifs. Le premier est l’affrontement épique entre Chrétiens et Sarrasins dont le point culminant est le siège des troupes de Charlemagne à Paris par Agramant, roi sarrasin. Il s’agit de la “grande histoire”, le cadre général où convergent les personnages après avoir épuisé la tension dynamique des digressions épisodiques. L’espace épique est partagé entre Paris et Arles pour les deux batailles principales mais l’action évolue entre Orient et Occident, au gré des errances des personnages. Sur la toile de fond de l’enjeu épique se détachent deux intrigues amoureuses. L’épopée est d’abord traversée par les aventures amoureuses de Roger et Bradamante, auxquelles l’intention encomiastique de l’auteur enlève tout suspense : de leur union, nous dit le chantre épique dès l’ouverture (I, 4), naîtra la lignée des Este, ducs de Ferrare. L’autre intrigue a pour objet la passion de Roland pour Angélique, passion qui se transforme en folie furieuse dans le chant central (XXIII), donnant à la fois un titre et une structure à l’œuvre. Ainsi les vingt-trois premiers chants sont dominés par la présence-absence d’Angélique, symbole des bouleversements du désir, de la fragile illusion de l’amour, mythe éternel de l’homme.

2Autour de ces trois axes se déroulent une multitude d’aventures mettant des personnages appartenant aux deux camps aux prises avec leur devoir collectif et leurs histoires d’amour individuelles. Au fil de leurs aventures et de leurs voyages, ces personnages sont soumis à un des passages obligés du roman de chevalerie : l’étape, qui peut s’effectuer selon diverses modalités. Il convient donc d’analyser ces différentes expériences avant de montrer qu’elles sont la manifestation des choix narratologiques de l’Arioste.

Les étapes pièges

3Dans un premier temps, nous nous arrêterons sur les étapes forcées des personnages, celles-ci n’étant jamais effectuées dans une auberge, bien évidemment. Il s’agit d’étapes accidentelles, où les personnages ne s’arrêtent que par nécessité. Les lieux privilégiés pour ce type d’étape sont l’île, la caverne et le palais.

4Les îles du Roland furieux sont des domaines où règnent les femmes, magiciennes ou amazones. Le sarrasin Roger fait le premier l’expérience d’une île enchantée. Bradamante vient de le délivrer du pouvoir d’Atlant lorsque, abandonnant son cheval, il enfourche l’hippogriffe qui l’emporte dans les airs. Enfin posé à terre, il se retrouve sur l’île habitée par la magicienne Alcine qui tombe amoureuse de lui et le garde auprès d’elle pendant deux chants (VI-VIII) jusqu’à ce que la magicienne Mélisse vienne le délivrer. Plus tard (chant XIX), la guerrière Marphise et ses compagnons Sansonnet, Griffon et Astolphe font naufrage alors qu’ils sont en route vers la France après le tournoi de Damas. Ils s’é-chouent sur l’île des femmes homicides dont ils ne parviennent à s’enfuir que grâce à l’intervention du cor magique d’Astolphe (chant XX).

5La caverne représente également le piège par excellence. Au chant III, Bradamante, trompée par Pinabel, tombe dans une caverne d’où elle est sauvée par Mélisse qui lui dévoile son destin. Toujours dans la première partie de l’épopée, Roland, apercevant de la lumière, découvre une caverne occupée par des brigands et en sauve Isabelle (chant XIII). Dans ce cas, l’étape forcée entraîne le héros loin de sa propre quête (pour Roland, il s’agit d’Angélique), comme pour la nouvelle d’Olympie, aventure dans laquelle est entraîné Roland alors qu’il s’est réfugié à Anvers après une tempête (chant IX-X). Mais Roland n’est pas le seul chevalier à voler au secours de dames en détresse. C’est aussi parce qu’il est détourné de sa mission initiale (trouver des renforts pour Charlemagne en Angleterre) par une tempête que Renaud se retrouve en Écosse (chant IV). Ne pouvant plus accomplir son devoir, accueilli par des moines en pleine forêt, il s’informe sur la possibilité d’actions héroïques afin de mettre à l’épreuve sa bravoure. Ayant entendu le récit de l’histoire de Genièvre, fille du roi d’Écosse, injustement condamnée à mort pour s’être abandonnée à son amant, il décide de se faire le défenseur de la cause féminine.

6Enfin, le palais, lorsqu’il est le lieu de coutumes mystérieuses, peut s’avérer être un piège pour les chevaliers qui le trouvent sur leur route. Le palais enchanté par excellence est celui du magicien Atlant où Roger est prisonnier dès l’ouverture de l’épopée. Il en est libéré une première fois par Bradamante au chant III puis il y est à nouveau attiré au chant XII en compagnie de Roland, des chevaliers sarrasins Ferragus, Sacripant, Gradasse, et d’Angélique. Tous sont victimes du sortilège qui fait apparaître devant leurs yeux l’objet de leur désir, tel un mirage qui les pousse à errer sans fin dans le dédale du palais. Ils n’en sortiront que dix chants plus tard (au chant XXII) au moment où Astolphe brise l’enchantement et fait du même coup disparaître le palais. Le château de Tristan est lui aussi aux antipodes de sa fonction première qui est d’apporter repos et sécurité aux cavaliers au milieu de la forêt. Pour obtenir le droit d’y séjourner, il faut combattre contre ceux qui s’y trouvent déjà pour gagner un repos provisoire ou passer son chemin. Bradamante en fait l’expérience car dans sa hâte de retrouver Roger, elle n’a pas pris le temps de chercher une hôtellerie (chant XXXII).

7Dans un récit où le moteur de la narration est soit romanesque (recherche de l’objet du désir) soit épique (devoir envers son roi), ces étapes bloquent l’action momentanément, comme le palais d’Atlant où les errances des chevaliers se concentrent et s’arrêtent. Toutefois, la plupart des étapes sont choisies par le narrateur car stratégiques dans l’ordre du récit par leur fonction informative ou pratique. Si nous retrouvons dans ces lieux d’étapes les palais (régis par les seules lois de l’hospitalité), il s’agit surtout de lieux plus naturellement adaptés à cette fonction : les auberges ou les abbayes.

Les étapes stratégiques

8C’est à la préparation de l’action que sert la halte de Bradamante dans l’auberge que lui a indiquée la magicienne Mélisse : la guerrière y retrouve Brunel et lui ravit l’anneau magique qui lui permettra de délivrer Roger (chants III et IV). Lorsqu’il parvient à s’enfuir de l’île de la magicienne Alcine, Roger s’arrête chez la sœur de celle-ci, Logistille (chant VIII). C’est là qu’en toute sécurité il apprendra à maîtriser l’hippogriffe, animal merveilleux qui le conduira jusqu’aux confins de l’Asie.

9L’auberge est le lieu où se jouent des étapes fondamentales dans les intrigues, permettant à celles-ci de rebondir. Au chant XVII par exemple, pendant le sommeil de Griffon dans une hôtellerie, la perfide Orrigile et Martan, l’amant de celle-ci, usurpent sa victoire au tournoi de Damas. Plus tard, lorsque Fleur-de-lys apporte le cheval Frontin à Roger, elle le trouve dans l’hôtellerie où il est descendu à Arles, où se trouve Agramant (chant XXXV). Enfin il faut accorder une place à part à une étape particulière : celle d’Astolphe sur la lune (chant XXXIV). Cette étape donnerait lieu à de nombreux développements mais, dans le cadre de la réflexion qui nous occupe, elle permet la résolution d’une des trois intrigues principales, celle du héros éponyme qui avait perdu la raison dans le chant central du poème.

10En vue de préparer l’action, l’étape est souvent le lieu où circule l’information. Chant VI, Renaud, en quête d’aventures, s’informe auprès des moines qui l’hébergent avant de voler au secours de Genièvre. Dans le même chant, Bradamante se renseigne auprès de son hôte sur le magicien Atlant qu’elle s’apprête à affronter pour sauver Roger. Chant XXXVII, Roger, Marphise et Bradamante apprennent de leurs hôtesses l’origine de la cruauté de Marganor qu’ils vont combattre le lendemain.

11Enfin, il arrive que l’étape serve à l’accomplissement d’une des fonctions les plus évidentes : le repos, avant ou après l’action. C’est le cas des étapes qui précèdent la résolution des actions principales. Ainsi, chant XLIII, au retour de l’île de Lampéduse où l’issue de la guerre entre Chrétiens et Sarrasins s’est scellée par un combat singulier de Roland, Brandimart et Olivier contre Agramant, Gradasse et Sobrin, nouveaux Horaces et Curiaces, les guerriers chrétiens s’arrêtent chez l’ermite qui a baptisé Roger pour faire soigner Olivier. Enfin, chant XLVI, après avoir retrouvé Roger, Léon et Mélisse s’arrêtent deux jours dans une abbaye, le temps que Roger reprenne des forces avant de se diriger vers la cour du roi Charles et vers l’accomplissement final de son destin.

12Si ces étapes marquent des pauses dans la narration, elles permettent à l’action de redémarrer. Ce n’est pas le cas, à première vue, d’une dernière série d’étapes : celles qui semblent choisies par les personnages en marge de leurs quêtes traditionnelles du devoir ou d’un amour noble. Elles semblent donc gratuites d’un point de vue narratologique.

Les étapes libres

13Ces étapes sont toujours en lien direct avec le sentiment amoureux, qu’il soit satisfait ou au contraire déçu, et se font pour la plupart dans des hôtelleries ou des lieux qui en ont les caractéristiques d’hospitalité et de liberté.

14La chaumière au milieu de la forêt est à deux reprises le berceau de l’amour heureux. Chant XIX, Angélique, fille du roi du Cathay, s’abandonne pour la première fois à l’amour de l’écuyer Médor dans la chaumière d’un berger. Ce sont les traces de leur amour heureux gravées sur l’écorce des arbres et sur les rochers qui déclencheront la folie furieuse de Roland au chant XXIII. C’est aussi dans une chaumière hospitalière que s’était déroulée la première nuit d’amour entre le chevalier sarrasin Mandricard et Doralice, fiancée qu’il a enlevée à son compagnon d’armes Rodomont (chant XIV).

  • 2 Chant XXVIII, strophe 2 : Lasciate questo canto, che senza esso / può star l’istoria, e non sarà (...)
  • 3 Chant XXVIII, strophe 1 : Donne, e voi che le donne avete in pregio, / per Dio, non date a questa (...)

15C’est justement Rodomont qui renonce à son devoir envers son roi pour aller enfermer son dépit amoureux dans une hôtellerie. En effet, les deux chevaliers finissent par se retrouver auprès du roi Agramant qui se fait l’arbitre de leur discorde et décide de laisser libre choix à Doralice de rester avec l’amant qui l’a dérobée par la force ou de revenir à celui auquel elle était officiellement fiancée. Ainsi, au chant XXVII, Rodomont, éconduit par Doralice, quitte le camp d’Agramant, désobéissant à ses ordres, et au hasard de sa route s’arrête dans une hôtellerie où il écoute le récit de son hôte : l’histoire de Jocond ou « De l’infidélité des femmes ». Le caractère autonome de ce récit est revendiqué par le narrateur qui non seulement en fait une unité narrative indépendante (il s’agit du chant XXVIII), mais insiste encore sur son inutilité quant à l’action : « Laissez ce chant, mon histoire peut aller sans lui et n’en sera pas moins claire »2. Le chantre épique va même jusqu’à inciter les défenseurs de la cause féminine à occulter ce récit qui pourrait les indisposer : « Dames – et vous qui avez les dames en estime – pour Dieu ! ne prêtez pas l’oreille à cette histoire que l’hôte s’apprête à raconter pour déverser sur vous le mépris, l’infamie et le blâme »3.

16Rappelons donc brièvement le contenu de cette anecdote pour émettre des hypothèses sur son intégration dans l’épopée. Astolphe, roi des Lombards, homme d’une beauté exceptionnelle, apprend d’un de ses courtisans, Fausto Latini, qu’il existe un être aussi beau que lui. Il s’agit du frère de ce dernier, nommé Jocond. Pour que Fausto puisse prouver ce qu’il avance, Astolphe lui demande de faire venir Jocond à sa cour. Ainsi Jocond est contraint de quitter sa femme pour quelques jours. Ayant oublié un talisman offert par sa femme, il doit revenir sur ses pas au terme de la première journée de voyage et trouve sa bien-aimée endormie en galante compagnie. L’amour qu’il lui porte encore retient le bras qui voudrait la tuer et il s’en va la mort dans l’âme. Arrivé à la cour d’Astolphe, il dépérit et le désespoir finit par l’enlaidir, au grand dam de son frère qui n’est plus en mesure de respecter ses engagements. Mais un jour qu’il erre dans le palais d’Astolphe, il s’aperçoit que la femme de ce dernier le trompe, et, qui plus est, avec un nain difforme. Ce constat lui redonne le goût de la vie et il finit par en avouer à Astolphe la raison. Maudissant la gent féminine, tous deux décident de courir le monde pour éprouver leurs charmes sur les femmes des autres. Au bout de quelque temps, ils arrivent à la conclusion qu’aucune femme n’est fidèle mais ils sont fatigués des risques que comporte l’amour illégitime et décident de s’établir en un ménage particulier. Puisqu’on ne peut espérer la fidélité d’une femme, autant choisir la personne avec laquelle on veut la partager. Ils jettent leur dévolu sur Flammette, la fille d’un aubergiste, et jouissent de ses charmes à tour de rôle dans la plus cordiale des ententes. Cependant, lors d’une de leurs haltes dans une hôtellerie, Flammette rencontre un ancien employé de son père qui l’aimait et qui comptait justement venir la demander en mariage. Ils décident de se retrouver pendant la nuit et assouvissent pleinement leur désir au nez et à la barbe des deux conjoints officiels. En effet, Flammette a pour coutume de dormir entre Astolphe et Jocond de sorte que chacun croit que son camarade a eu l’exclusivité de ses charmes cette nuit-là. Au matin, lorsqu’ils se rendent compte de la supercherie, ils éclatent de rire et décident de revenir à leurs premières amours : puisqu’il est impossible de prétendre à toute fidélité, inutile de continuer à vivre sur les routes. Avant de se quitter, ils assistent au mariage de Flammette qui, grâce à leur dot, peut ouvrir une hôtellerie avec son compagnon.

17Pris à part, ce récit remplit effectivement la fonction que semble lui accorder le narrateur, celle d’un réquisitoire contre la gent féminine et son infidélité. Mais il faut le mettre en relation avec d’autres récits en apparence autonomes pour y percevoir d’autres significations. En effet, le thème de l’infidélité est traité à plusieurs reprises dans le poème avec des modulations différentes.

18L’hôtellerie est aussi le refuge du dépit amoureux de Roger. Au chant XLII, il s’engage aux côtés des Bulgares dans leur guerre contre les Grecs. Ce combat ne s’inscrit pas dans l’accomplissement de son devoir envers le roi Agramant mais Roger le mène par jalousie. Il veut vaincre le roi grec Léon auquel Bradamante a été promise par ses parents. Après avoir défait ses troupes, il va loger dans une hôtellerie mais il ignore que celle-ci est située en territoire grec. Il y est dénoncé et fait prisonnier pendant son sommeil.

  • 4 Chant XLIII, strophes 10-43.

19Enfin, Renaud s’arrête librement chez un chevalier hospitalier alors qu’il est dans un moment de suspension quant à ses deux sources de tension, l’amour ou le devoir. Au chant XLII, il se libère enfin de sa passion pour la belle païenne Angélique en buvant à la source de désamour. Il décide donc d’aller prêter main forte à Roland qui défend les couleurs de Charlemagne à Lampéduse. Sur sa route, il jouit de l’hospitalité d’un chevalier qui lui propose de savoir si sa femme est fidèle par une épreuve infaillible. Qui veut connaître le vrai visage de sa femme doit boire dans la coupe du chevalier et ne réussira à étancher sa soif que si l’épouse est fidèle. Dans le cas contraire, le contenu de la coupe se répand sur la poitrine du buveur. Renaud, dans sa sagesse, refuse de tenter l’expérience. C’est la première épreuve à laquelle il se soustrait, lui, l’intrépide guerrier qui s’est soumis à toutes les autres aventures. Son hôte reconnaît alors que Renaud est le seul homme qui ait su répondre avec sagesse à cette épreuve. En effet, lui-même a été victime de sa trop grande jalousie et fait à son interlocuteur le récit de l’aventure qui a brisé son bonheur4. Il avait épousé une femme dotée de toutes les qualités et vivait en parfaite harmonie avec elle jusqu’au jour où la magicienne Mélisse est tombée amoureuse de lui. Dépitée par son refus, Mélisse lui tend un piège. Elle lui propose de mettre à l’épreuve la fidélité de sa femme, ce qu’il accepte. Elle le transforme en un chevalier amoureux de la dame qui va la trouver en l’absence du mari. La belle commence par refuser les avances du faux amant au nom de son amour conjugal mais cède devant ses richesses. Le mari reprend alors sa forme première et la femme, d’abord interloquée, développe une haine farouche pour son époux trop jaloux et s’enfuit retrouver son véritable amant. Celui-ci ne l’avait pas oubliée et ils vivent heureux se gaussant de celui qui a tout perdu. L’hôte conclut son histoire en disant à Renaud que sa seule consolation jusqu’à ce jour était de constater que tous ceux qui affrontaient l’épreuve de la coupe étaient trompés comme lui.

  • 5 Chant XLIII, strophes 69-143.

20Ce récit semble confirmer la conclusion de l’histoire de Jocond tout en introduisant un élément nouveau : la cupidité. Mais il est contrebalancé par une autre histoire à l’intérieur du même chant5. Renaud, après avoir salué son hôte, prend un bateau pour Lampéduse et, à bord, échange quelques mots avec un marin à propos de la mésaventure du chevalier qui l’a hébergé. Le marin lui raconte alors l’histoire d’Anselme et de sa femme Argie. Leur aventure débute comme celle de l’hôte de Renaud. Argie est séduite par le présent inestimable que lui fait un amant : un chien savant qui fait apparaître tout ce que l’on désire lorsqu’on le secoue. Anselme, que sa jalousie pousse à consulter un astrologue, apprend qu’il est trompé, demande à son serviteur de tuer sa femme mais celle-ci réussit à s’enfuir. Argie, aidée par une fée, décide alors de tendre un piège à son mari. Elle fait apparaître un palais merveilleux gardé par un être immonde. Ce dernier propose à Anselme d’échanger son palais contre une nuit d’amour, ce qu’il finit par accepter, si grande est sa soif de richesse. À peine le marché est-il conclu, Argie apparaît, ils se pardonnent et vivent en paix le restant de leurs jours.

21Grâce à ce troisième exemple d’infidélité, la réflexion s’élargit par l’inversion des rôles, montrant que ce défaut n’est pas l’apanage des seules femmes.

22Ainsi, les dernières étapes abordées sont en apparence des moments de « repos des guerriers », heureux ou malheureux, dans leur poursuite de l’amour. Ce repos peut se comprendre comme simple mise entre parenthèses du devoir guerrier mais aussi parfois comme moment de plénitude du désir sexuel et comme satisfaction de la quête amoureuse. Ces étapes marqueraient donc des simples pauses narratives. Pourtant, on pourrait, en les mettant en regard avec les autres modalités de la halte déjà évoquées, y voir un reflet de la technique narrative mise en œuvre par l’Arioste.

Les étapes comme reflet des choix narratifs

  • 6 Pour les notions essentielles de la narratologie chez l’Arioste, cf. Chiara Dini, Guida all’Orlan (...)

23Les étapes-pièges sont une des manifestations de la technique de “l’entrelacement”6, forme de récit propre à l’Arioste qui laisse ses personnages au moment le plus crucial de l’action pour tenir son lecteur en haleine. Les personnages du Roland furieux sont autant de fils que l’auteur entrelace tour à tour pour tisser sa trame. L’étape qui immobilise un des personnages pendant quelques chants est un des ressorts diégétiques de cette stratégie d’écriture.

  • 7 Italo Calvino, Perché leggere i classici, Milano, Mondadori, 1991, p. 78.

24Le récit de Jocond reflète en abyme la structure de l’épopée et la technique de “l’emboîtement”. En effet, il part de l’hôtellerie où est descendu Rodomont pour arriver à la création d’une nouvelle hôtellerie, celle de Flammette et de son mari. Il est donc à l’image de la structure du Roland furieux où les aventures des personnages s’imbriquent et se contaminent, les unes entraînant des conséquences sur les autres. L’histoire des trois éditions successives du Roland furieux (1516-1521-1535) confirme cette méthode, comme l’exprime Italo Calvino dans son essai de la structure de l’œuvre : « cette dilatation de l’intérieur, faisant proliférer les épisodes à partir d’autres épisodes, créant de nouvelles symétries et de nouvelles oppositions, explique bien, me semble-t-il, la méthode de construction de l’Arioste »7. Ainsi, l’édition finale, outre des déplacements internes d’octaves, comporte quatre nouveaux épisodes, dont l’histoire d’Olympe au chant X (première digression de Roland qui la sauve de l’orque), l’aventure de Roger et Léon au chant XLIV (dernier atermoiement avant la réalisation de l’amour entre Roger et Bradamante) et l’épisode de Marganorre au chant XXXVII : l’histoire de ce seigneur sanguinaire qui a banni les femmes de sa cour sert de contrepoint à l’épisode des femmes homicides (chant XIX), tous étant vaincus et châtiés par les guerriers et guerrières Marphise, Astolphe, Roger, Bradamante et leurs compagnons.

  • 8 À propos des récits autonomes, cf. Il sistema del racconto nel racconto, in Giuseppe Dalla Palma, (...)
  • 9 Chant XXVIII, strophe 84.
  • 10 À propos de l’aventure de la Coupe, cf. Il viaggio di Rinaldo nel mondo dell’avarizia, in Walter (...)
  • 11 Chant IV, strophes 57-72.
  • 12 Chant IV, strophe 64 : Sia vero o falso che Ginevra tolto / s’abbia il suo amante, io non riguard (...)

25Si les épisodes faisant partie intégrante de la trame narrative s’éclairent et se comprennent les uns au regard des autres, c’est aussi le cas des nouvelles en apparence autonomes insérées sous forme de récits dans les aventures des personnages principaux. Ces nouvelles peuvent avoir une fonction d’exempla, donnant un éclairage à certaines des aventures des actions principales ou recréant un système qui transcende le cadre général de l’action8. Il est possible de voir au fil de l’épopée une réflexion humaniste sur l’amour, l’infidélité, la jalousie et les erreurs de jugement. Ainsi, suite à l’histoire de Jocond (chant XXVIII), le narrateur invective Angélique et les femmes en général (chant XXIX). Mais la fausse exemplarité de l’histoire racontée par l’hôtelier de Rodomont est réfutée par l’intervention d’un vieil occupant de l’auberge qui essaie d’opposer, à la simplification généralisatrice de l’opinion – facile vecteur de tromperies et de falsification si on la sépare de la considération de la variété et de la complexité des choses –, l’expérience, c’est-à-dire la connaissance large de la vie dans la multiplicité de ses aspects. Il ne parvient cependant pas à citer des exemples de femmes vertueuses car Rodomont l’en empêche : « Mais le Sarrasin, qui fuyait la vérité, le regarda d’un air si cruel et si plein de menaces, qu’il le fit taire de peur, sans toutefois changer sa conviction »9. C’est peut-être la position de ce sage vieillard que l’Arioste nous invite à adopter, appréhendant la lecture de l’œuvre dans sa totalité. Si l’histoire de Jocond et Flammette est racontée sur le mode de la parodie, le récit du marin à Renaud en est le pendant sérieux, où les rôles sont inversés, et où le mari peut lui aussi se montrer infidèle. La conclusion de la réflexion sur l’infidélité semble être donnée par le personnage de Renaud10 qui en est peut-être le fil conducteur. En effet, les récits sur l’infidélité sont toujours liés à l’étape ou à l’auberge elle-même, comme si cela permettait à l’auteur de circonscrire la dénonciation de l’infidélité à des lieux clos, par opposition à d’autres moments où celle-ci est autorisée. On peut penser par exemple à l’épisode où Renaud se fait le défenseur de la liberté féminine lorsqu’il décide d’aller éviter à Genièvre le sort injuste qui lui est réservé11. Il ne sait pas avant de la connaître qu’elle n’a pas cédé à son amant sans être mariée, mais n’en juge pas moins inique sa condamnation à mort pour une telle raison : « Qu’il soit vrai ou faux que Genièvre ait reçu son amant, cela ne me regarde pas. De l’avoir fait, je la louerais très fort, pourvu qu’elle eût pu le cacher. Mon unique pensée est de la défendre »12. Enfin, c’est Renaud qui fait preuve de sagesse en préférant faire confiance à sa femme au lieu de céder à la tentation de la jalousie en se soumettant à l’épreuve de la coupe. Peut-être dans sa sagesse se rappelle-t-il également qu’il a passé la plus grande partie de l’épopée à suivre les traces de la belle païenne Angélique, et qu’il est donc au-dessus des considérations sur la fidélité ?

  • 13 À propos de la fidélité de l’Arioste à l’idéal chevaleresque, cf. Sergio Zatti, Il Furioso tra ep (...)

26Si l’examen des étapes dans le Roland furieux, et en particulier celles qui ont pour cadre des hôtelleries, permet de traverser des questions fondamentales sur la construction narratologique de l’œuvre, il peut nous renvoyer aussi à la création poétique de l’Arioste et à sa transformation du genre chevaleresque13. On retrouve dans l’épopée deux des grandes quêtes du roman de chevalerie, le motif de l’amour et celui des armes. En revanche, un élément fondamental du cycle arthurien a disparu, à savoir le filon mystico-spirituel. On pourrait donc voir dans la coupe refusée par Renaud le nouveau Graal de la sagesse humaniste

Haut de page

Notes

1 Nous utiliserons comme édition de référence Ariosto, Orlando furioso, Milano, Garzanti/I Grandi Libri, 1982. Nous utiliserons la traduction suivante : Ariosto, Roland furieux, Paris, Folio/classique, 2003.

2 Chant XXVIII, strophe 2 : Lasciate questo canto, che senza esso / può star l’istoria, e non sarà men chiara.

3 Chant XXVIII, strophe 1 : Donne, e voi che le donne avete in pregio, / per Dio, non date a questa istoria orecchia, / a questa che l’ostier dire in dispregio / e in vostra infamia e biasmo s’apparecchia.

4 Chant XLIII, strophes 10-43.

5 Chant XLIII, strophes 69-143.

6 Pour les notions essentielles de la narratologie chez l’Arioste, cf. Chiara Dini, Guida all’Orlando furioso, Roma, Carocci, 2001.

7 Italo Calvino, Perché leggere i classici, Milano, Mondadori, 1991, p. 78.

8 À propos des récits autonomes, cf. Il sistema del racconto nel racconto, in Giuseppe Dalla Palma, Le strutture narrative dell’Orlando furioso, Firenze, Olschki, 1984, pp. 139-148.

9 Chant XXVIII, strophe 84.

10 À propos de l’aventure de la Coupe, cf. Il viaggio di Rinaldo nel mondo dell’avarizia, in Walter Moretti, Ariosto narratore e la sua scuola, Bologna, Patron, 1993, pp. 53-75.

11 Chant IV, strophes 57-72.

12 Chant IV, strophe 64 : Sia vero o falso che Ginevra tolto / s’abbia il suo amante, io non riguardo a questo : / d’averlo fatto la loderei molto, / quando non fosse stato manifesto. / Ho in sua difesa ogni pensier rivolto.

13 À propos de la fidélité de l’Arioste à l’idéal chevaleresque, cf. Sergio Zatti, Il Furioso tra epos e romanzo, Lucca, Pacini Fazzi editore, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Eouzan, « L’hôtellerie dans le Roland furieux : repos des guerriers ou coulisse de la narration ? », Cahiers d’études romanes, 17 | 2007, 185-195.

Référence électronique

Fanny Eouzan, « L’hôtellerie dans le Roland furieux : repos des guerriers ou coulisse de la narration ? », Cahiers d’études romanes [En ligne], 17 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/etudesromanes/837 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.837

Haut de page

Auteur

Fanny Eouzan

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals